Archive

Archives pour la catégorie ‘Auteurs en A, B, C’

CAUSSARIEU Morgane – Rouge Toxic

09/04/2018 8 commentaires

.

Couverture du livre "Rouge toxic" de Morgane Caussarieu, publié aux éditions actuSFTitre : Rouge Toxic
Autrice : Morgane Caussarieu
Plaisir de lecture Livre sympa
Lire les premières pages

.

Faruk est un buveur de sang, drogué. Une mission lui a été assignée et il lui est vital d’obtenir la récompense promise. Barbara, Barbie de son surnom, a des priorités tout aussi importantes mais bien différentes, comme faire profil bas au lycée.

.
.

La personnalité des deux protagonistes repose sur deux archétypes lycéens. En plus, ils sont tous deux soumis au poids de la figure paternelle et vont devoir rapidement s’émanciper. Ils possèdent un passé et n’arrivent donc pas tels des coquilles vides dans cette histoire.
.

Survivre au lycée est tout aussi difficile que de survivre dans les mauvais quartiers en Louisiane. En attendant, l’histoire prend les siens – de quartiers – en Nouvelle-Orléans. Une part du folklore s’éveille, notamment la magie vaudou avec Maman Gédé, le Baron Samedi et le mythe vampirique. D’ailleurs ma lecture m’a amené à m’informer car je confondais souvent Baron Samedi et Papa Legba.

.

La plume est toujours mordante. Morgane Caussarieu est moins trash que dans ses précédents romans car elle a adapté son écriture au lectorat ciblé. Alors que ses écrits étaient d’une violence insoutenable pour certains lecteurs, « Rouge Toxic » permet d’être captivé·e par un récit plus modéré. Il s’agit d’un roman de vampire, donc avec un lot d’hémoglobine et quelques goths qui trainent dans les parages et qui se réunissent dans les toilettes (Ah, cela vous intrigue, hein ?)

.

Le récit se construit en point de vue alternés entre Barbie et Faruk. L’histoire a été prévisible pour moi. Et s’il ne me restait qu’à dérouler la pelote, j’ai su remarquer la qualité de la laine (métaphore décalée, bonjour). Ma lecture relève plutôt du divertissement que de l’exaltation.
.

Morgane Caussarieu maîtrise les codes de la créature légendaire : elle s’amuse des clichés, fournit des clins d’œil à des références et écrit quelques contre-pieds aussi. Le roman qualifié pour « jeune adulte » (young adult) est très rythmé. Concernant les sentiments, on est davantage sur de la séduction que sur de la romance à proprement parlé (donc tout à fait acceptable si vous avez le même profil de lectrice que moi). L’autrice n’oublie pas non plus d’inclure une touche humoristique et conclut avec une fin ouverte.
.

La couverture attirante a été réalisée par Alexandra V. Bach.

.
.

————————————————————————~*

.

Allisonline, Hilde (Le livroblog) ont aussi traîné leurs guêtres au Mission High School.

.

LOVECRAFT H.P. & BARANGER François – L’appel de Cthulhu illustré

04/04/2018 14 commentaires

.

Couverture du livre illustré par François Baranger : L'appel de Cthulhu de LovecraftTitre : L’appel de Cthulhu illustré
Auteur : H.P. Lovecraft
Illustrateur : François Baranger
Plaisir de lecture Livre fantas… tique

.

Cthulhu imprègne fortement nos imaginaires : tout le monde connaît son physique, sa présence ; d’ailleurs il existe pléthore de références à ce Grand Ancien. Howard Phillips Lovecraft est bien souvent reconnu comme un maître de l’horreur.
.

Ces « dieux » de H.P. Lovecraft initient l’apocalypse sans la moindre once d’espoir d’une terre nouvelle, lavée de tout humain et prête à un renouveau (comme c’est souvent le cas).
.

Le récit est divisé en trois parties :
* On suit Francis Wayland Thurston qui hérite des biens de son grand-oncle parmi lesquels figure une statuette d’argile mésopotamienne ; il la met en relation avec les œuvres d’Henry Wilcox, jeune artiste moderne.
* On découvre le témoignage d’un policier ayant géré des événements de violence dans les bayous de Louisiane ; pour certains, il ne s’agit que d’élucubrations de personnes hallucinées.
* On assiste, après que Francis soit entré en possession du journal du capitaine d’un bateau, à l’affrontement entre l’équipée et des renégats en plein milieu de l’océan pacifique. Une île à la structure cyclopéenne surgie des flots, une gigantesque créature apparait alors.

Je ne me pencherai pas sur la traduction – réalisée en 2012 – de Maxime Le Dain, ne connaissant pas le texte originel et n’ayant pas de connaissances ni même d’avis sur les différents travaux de traduction et sur leur finesse. Ce traducteur reste pour moi celui attitré à Lovecraft par les éditions Sans-Détour, spécialisées dans la publication des jeux de rôles pour le marché francophone.

.

Ce grand format – 35,8*27,2 cm, 64 pages – est un écrin qui renferme récit et illustrations. Ce gabarit démesuré permet de dévoiler toute la puissance des dessins de François Baranger ; qui s’avèrent pertinents de par leur fidélité au texte.
.

La mise en page du texte est équilibrée afin que la lecture garde un rythme continu et adapté à la progression des images (à aucun moment le lecteur ne se retrouve obligé de tourner la page pour terminer sa phrase ou le passage qui est illustré pour revenir en arrière et observer à loisir l’illustration). Le travail de pagination est tout aussi soigné : la répartition du texte s’incruste parfois dans l’illustration, la deuxième englobant le premier. Certains passages de l’histoire ont été intégrés en caractère plus grand que le reste du texte.

.

Les dessins ne sont pas là pour soutenir le récit, ils lui apportent une nouvelle dimension. Les illustrations donnent le change à cet univers inquiétant et fascinant à la fois. À chaque double page son illustration, d’une véritable beauté et dans laquelle on se perd vite, on en mange les détails et on regarde chaque trait.
.

J’ai apprécié la représentation de Cthulhu qui ne suit pas l’idée que s’en conçoit le lecteur (c’est à modérer) mais par un procédé de distanciation, c’est à travers le récit des personnages que l’illustrateur l’a croqué : anthropomorphe et colossal ; on peut la qualifier de « représentation canonique ». François Baranger semble avoir pris beaucoup de plaisir à choisir des angles de vue singuliers avec tout un jeu de perspectives savamment additionné à la place et l’importance des ombres.
.

L’atmosphère de tension est bien rendue. J’ai été époustouflée par les décisions de l’illustrateur qui se devait de représenter des géométries peu logiques, comme des traits qui se veulent concaves et convexes à la fois.

.

Ce livre aux illustrations saisissantes est constitué de papier glacé, possède une belle jaquette et aussi une préface de John Howe (à lire en guise de postface si vous souhaitez découvrir par vous-même le travail de François Baranger). C’est un travail magnifique qui peut faire l’objet d’un cadeau (d’ailleurs, je l’ai offert à mon Amoureux pour Noël, que je suis une personne de bon goût, hinhin).

.

Vous pouvez visionner des vidéos tournées lors des sessions de peinture
Sachez que la version illustrée par François Baranger des « Les montagnes hallucinées » est en cours. Au vu de la longueur du texte, le récit sera décomposé en deux tomes, publiés à un an d’intervalle. Le premier sortira en français dans le courant du second semestre 2019.

.
.

Photographie du livre L'appel de Cthulhu de Lovecraft, illustré par Baranger : illustration de Francis Wayland Thurston

Photographie du livre L'appel de Cthulhu de Lovecraft, illustré par Baranger : illustration de la statuette de Cthulhu

Photographie du livre L'appel de Cthulhu de Lovecraft, illustré par Baranger : illustration de l'atelier d'Henri Wilcox

Photographie du livre L'appel de Cthulhu de Lovecraft, illustré par Baranger : illustration de l'île démesurée de Cthulhu

Photographie du livre L'appel de Cthulhu de Lovecraft, illustré par Baranger : couverture et jaquette

Photographie du livre L'appel de Cthulhu de Lovecraft, illustré par Baranger : illustration en filigrane de Cthulhu

 

.

————————————————————————~*

.

Logo défi Valériacr0

Sélectionné par Valériane pour le mois de mars, il était le dernier des livres ajoutés en 2017 à ma Pile à Lire qu’il me restait à découvrir !

 

.

Les lectures de Xapur, Lorhkan et les mauvais genres ont aussi succombé à ce magnifique livre.

.

Rond de Sorcière #92

21/03/2018 18 commentaires

.

Logo Rond de Sorcière du blog LivrementLe Rond de Sorcière me permet de vous faire découvrir tous les livres lus durant le mois ; notamment les petits trésors que je découvre sans avoir le temps de leur consacrer une chronique complète.
C’est une sorte de compromis entre ma bonne conscience livresque et moi. Je vous parlerai aussi de ce qui touche de près ou de loin le monde des livres ; comme une parenthèse plus personnelle.

.

Février fut un mois bien rempli !
.

Il était temps de réaliser un récapitulatif de parcours pour mon défi « Fin de Série » : j’ai terminé l’un des trois objectifs que je m’étais fixés pour cette année. J’ai ainsi terminé ma plus vieille série en cours : Le Chant de la Terre de Michael Coney. Je l’ai d’ailleurs entièrement chroniquée : 1, 2, 3, 4 et 5. En tout, j’ai lu 25 tomes durant les quatre derniers mois.
.

Ma binômette Valériane m’avait lancée à la poursuite d’un monstre avec « La contre-nature des choses » de Tony Burgess. Un livre aussi vite entré en pile à lire que sorti, et c’est tant mieux car il ne m’a pas du tout plu.

.

Je me suis offert le pin’s du logo du Comic Whales : un club de lecture dédié au format BD et initié par Sita et Schausette. Je vous le montrais en photo par ici. Côté films, très peu de visionnages : le film « Your name » que j’ai trouvé très émouvant et le documentaire « My beautiful broken brain » bien réalisé (comment ne se pas projeter à la place de Lottie ?). Il faut dire que mon temps libre se focalise davantage sur les séries télévisées.

.

Mise à jour de la Pile à Lire :
¤ ARLENE Alexandre : Bloody Harry – Abrada Kadavra !, volume 2
¤ ATWOOD Margaret : La servante écarlate
¤ MALZIEU Mathias : Journal d’un vampire en pyjama
¤ MARCASTEL Jean-Luc : L’auberge entre les mondes – Embrouilles au menu !, tome 2
¤ PULLMAN Philip : À la croisée des mondes – Les Royaumes du Nord, tome 1
¤ PULLMAN Philip : À la croisée des mondes – La tour des anges, tome 2
¤ PULLMAN Philip : À la croisée des mondes – Le miroir d’ambre, tome 3
¤ SURHENZO Roman & Yann : La jeunesse de Thorgal – Berserkers, volume 4
¤ VAUGHAN Brian K. & STAPLES Fiona : Saga, volume 6
¤ VAUGHAN Brian K. & STAPLES Fiona : Saga, volume 7

→ Il s’y trouve : des cadeaux (merci !), de la relecture et des acquisitions de tomes de séries.

Résultat : +10 entrées ; -11 sorties

.

Lectures de février 2018 blog Livrement

.

.

Romans SFFF

.
Couverture du livre "La contre-nature des choses" de Tony BurgessLa contre-nature des choses – Tony Burgess
Plaisir de lecture Livre à oublier
Chronique complète
Des zombies, le livre s’y intéresse peu. Le récit s’ancre davantage sur l’aspect extrêmement gore des expériences menées par Dixon. Même l’exercice stylistique de l’auteur n’aura pas su me convaincre ; surtout pour terminer son livre sans même proposer une fin. L’intrigue se concentre sur la débauche aussi visuelle que viscérale ; et aura eu raison de mon intérêt de lectrice.

.
.

Couverture du livre "Embrouilles au menu !" de Jean-Luc Marcastel. Il s'agit du tome 2 de la série "L'auberge entre les mondes"Embrouilles au menu ! (L’auberge entre les mondes, tome 2) – Jean-Luc Marcastel
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir
Chronique complète
Tome 1
Le deuxième tome de cette série est toujours basé sur un rythme entraînant dont les rebondissements donnent du relief à l’intrigue fantastique. L’humour se trouve entre les pages – et beaucoup en cuisine – et l’auteur prend le soin de nous livrer des informations supplémentaires sur son univers et les personnages. Le récit court est accessible à partir de 9 ans.

.
.

Couverture du livre "L'âme des horloges" de David MitchellL’âme des horloges – David Mitchell
Plaisir de lecture Livre fantas… tique
David Mitchell nous propose une histoire avec différents narrateurs, avec pour fil conducteur, la personne d’Holly Sykes. La diversité des personnages est un point fort pour ce récit aussi brillant que passionnant. La construction du roman peut paraitre labyrinthique mais sa structure est intelligente. L’auteur nous balade un peu dans l’espace et dans le temps : la compréhension de l’aspect fantastique s’affine au fil des pages. Il vaut mieux lire ce roman de manière concentrée, le lecteur est alors récompensé par une justesse et une profondeur soignées. J’ai aimé retrouver la plume stylistique que l’auteur m’avait proposée dans Cloud Atlas.

.
.

Couverture du livre "Les royaumes du nord" de Philip PullmanLes royaumes du Nord (À la croisée des mondes, tome 1) – Philip Pullman
Plaisir de lecture Livre avec entrée au Panthéon
Chronique complète
Tome 2, tome 3
J’entame ma troisième relecture de la trilogie ; et ce dans le but bien précis de m’imprégner de l’univers avant d’attaquer la récente trilogie de la Poussière. Quel bonheur de retrouver Lyra, protagoniste vive, intelligente et intéressante ! Et puis, il y a toujours cet univers qui ressemble tant au nôtre mais dont les différences sont intrigantes : l’existence des daemons, celle de la Poussière et puis l’Aléthiomètre. Et puis, tous ces rebondissements et cette intrigue riche dans laquelle figurent des personnages à la personnalité et l’histoire profondes.
J’ai aimé relire ces petits détails que j’avais oubliés mais d’autres m’ont fait tiquer ; notamment sur le rappel régulier que la « vraie » fourrure tient bien plus chaud et qu’heureusement, Lyra peut en bénéficier. Extrait : « Ils firent l’acquisition d’un parka en peau de renne, car les poils de renne sont creux et donc parfaitement isolants ; la capuche était doublée de fourrure de glouton qui chasse la glace qui se forme quand on respire. Ils achetèrent également des sous-vêtements et des sous-bottes en peau de jeune renne, et des gants de soie pour mettre à l’intérieur des grosses moufles en fourrure. Les bottes et les moufles étaient faites avec la peau des pattes antérieures de renne, extrêmement résistante, et les semelles des bottes étaient en peau de phoque barbu, aussi solide que la peau de morse, mais plus légère. Pour finir, ils achetèrent une cape imperméable qui l’enveloppait de la tête aux pieds, à demi transparente, faite avec des boyaux de phoque. »

.

.

Livres graphiques SFFF

.
Couverture de la bande dessinée "Le retour de Lavinia" d'Alwett et Moretti, tome 7 de la série "Princesse Sara"Couverture de la bande dessinée "Meilleurs voeux de mariage" d'Alwett et Moretti, tome 8 de la série Princesse SaraBas les masques, Le retour de Lavinia, Meilleurs vœux de mariage (Princesse Sara, volumes 6, 7 et 8) – Alwett, Moretti et Duclos
Plaisir de lecturenote : 4 Livres à découvrir
Volumes : 1, 2, 3, 4, 5
Habitant maintenant en Inde, Sara Crewe doit jongler entre ses deux vies. L’usine d’automates dans laquelle elle travaille connaît des difficultés. C’est sans compter le débarquement de Lavinia, son ennemie d’enfance. Elle a toujours ce côté peste mais elle a évolué. L’univers est plus adulte, à l’image des personnages qui gagnent eux aussi en maturité. L’histoire est graphiquement réussie : les couleurs sont sublimes, la touche steampunk bien intégrée avec un luxe de détails à chaque planche. Lavinia relance la dynamique de la série : le rythme est soutenu et la tension intense. On y découvre aussi une romance entre deux personnages et l’éveil de Mariette. Toute amorce trouve réponse avec la fin de ce deuxième cycle.

.
.

Couverture d'Abrada Kadavra, le tome 2 de Bloody Harry réalisé par Alexandre ArlèneAbrada Kadavra ! (Bloody Harry, volume 2) – Alexandre Arlène
Plaisir de lecture : note : 4 Livre à découvrir
Volume 1
J’étais impatiente de retrouver la parodie succulente sur le monde d’Harry Potter par Alexandre Arlène. On retrouve un sketch par page. Alors qu’à la lecture, tout semble couler de source, on se rend vite compte que les gags et leur chute sont vraiment bien trouvés. Cela fonctionne d’autant mieux que les codes de l’univers sont respectés… pour être mieux détournés. Les pages reposent toutes sur une dose caustique. Ce livre possède un humour décalé savoureux.

.
.

Couverture de la bande dessinée Berserkers, tome 4 de La jeunesse de Thorgal par Surzhenko et YannCouverture de la bande dessinée Slive, tome 5 de La jeunesse de Thorgal par Surzhenko et YannBerserkers et Slive (La jeunesse de Thorgal, volumes 4 et 5) – Roman Surzhenko & Yann
Plaisir de lecture Livres sympa
Volume 1, volume 2, volume 3
Je suis attachée à la série Thorgal de par l’histoire de base et le fait que je partageais sa lecture avec ma mère. « La jeunesse de Thorgal » n’est pas celle que je préfère parmi les séries dérivées. Son grand avantage, c’est que les libertés scénaristiques prises n’ont pas de poids sur l’intrigue de la série-mère (contrairement aux autres).
Le récit de Berserkers est riche en rebondissements mais le tout sonne particulièrement creux : l’amour entre Aaricia et Thorgal subit un traitement niais et le déroulé manichéen est prévisible. Slive apporte un éclairage différent sur la première aventure avec le cycle de la reine des mers gelées, de par son emprisonnement par Gandalf-le-Fou. J’ai l’impression que la série sert de faire-valoir pour le protagoniste « Hé, regardez, Thorgal est un bien plus grand héros que vous ne le pensiez ! »
Prolonger les aventures de Thorgal n’est pas chose aisée et les essais avec ces séries dérivées laissent parfois le lecteur dubitatif (surtout lorsqu’on se rappelle certains volumes intenses de la série principale).

.

.

Livre éclectique

.
Couverture du roman "Un vampire en pyjama" de Mathias MalzieuJournal d’un vampire en pyjama – Mathias Malzieu
Plaisir de lecture :  Livre fantas… tique
Fin 2013, les examens médicaux révèlent à Mathias Malzieu qu’il souffre d’aplasie médullaire idiopathique. Dans ce livre, il revient sur le traitement de la maladie sans pathos et de manière sobre. Il raconte ses péripéties médicales avec poésie mais aussi avec punch et rage. Les phrases d’autodérision se lient avec des passages qui touchent la corde sensible. L’ouvrage peut être paraitre dur mais il est relaté avec beaucoup d’humour. Le récit capte le lecteur et le tient en haleine : le livre se dévore. J’ai été littéralement prise au cœur. Cette autobiographie renforce cette envie de prendre soin des petits bonheurs du quotidien. J’ai découvert cette histoire sous format audio, lu par Mathias Malzieu lui-même (et cela ajoute une sacrée dimension).

.
.

 

Acquisitions des livres en février 2018 blog Livrement

.

.

Être badgetisée avec classe | Préparer les cousettes pour rencontrer mon filleul | Être prête pour février | Planning chargé pour les chats | Confectionner une tarte hivernale et voir arriver quelques flocons | Apprécier les lasagnes de saison | Offrir des fleurs pour l’anniversaire d’un ami | Déguster un yakisoba puis une part de la tarte Eugénie en délicieuse compagnie | Fêter les 1 an de ma filleule | Cuisiner des tapas végétaliennes pour le dîner de la dreamteam | Fêter les 90 ans d’une grand-mère | Bottes et vélo en draisienne | Aimer encore un peu les légumes d’hiver | Et déguster une mousse au chocolat végé | S’amuser à enquêter auprès de Sherlock Holmes en compagnie de Marie Juliet | S’amuser à coudre une balle de préhension pour l’offrir à Mr G. de Jenn | Être surprise par la neige le 28 | Et accueillir le soleil quelques heures après.

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

BURGESS Tony – La contre-nature des choses

01/03/2018 18 commentaires

.

Couverture du livre "La contre-nature des choses" de Tony BurgessTitre : La contre-nature des choses
Auteur : Tony Burgess
Plaisir de lecture Livre à oublier
Lire les premières pages

.

Le narrateur erre dans un monde aux allures de fin du monde. Les morts reviennent sous forme de zombies et ils grignotent de plus en plus le territoire des vivants. Pourtant son souci principal réside en la personne de Dixon, un vendeur de cadavres, aux addictions barbares et pornographiques.

.
.

Mon intérêt principal était la présence des zombies. C’est basique : un livre avec des zombies dedans, je veux découvrir. Je n’ai lu qu’en diagonale la quatrième de couverture et mon cerveau a clairement mal interprété la phrase « Dixon pratique des tortures d’une barbarie et d’une sophistication pornographique qui en font l’homme le plus redouté parmi ce qu’il reste de survivants ». J’ai dû certainement traduire que souvent l’horreur s’invite quand il y a des zombies, et qu’après lecture, le roman se révélait abordable pour la lectrice que je suis. Ce qui ne fut pas le cas cette fois-ci.
.

Dans cet univers, les zombies sont présents mais ils n’attaquent personne. Leur surnombre est un réel problème, notamment sur la question de la place disponible pour les survivants. La solution est de les envoyer littéralement en orbite. C’est ce qu’on appelle la gestion des déchets. Pourtant, c’est cette solution qui mettra fin à l’humanité puisque le soleil ne pointe plus sur la terre et l’air vicié provoque des maladies.

.

L’objectif du narrateur est de tuer Dixon. Alors, j’ai compris qu’il pouvait vaguement y avoir un facteur de vengeance. Mais ensuite : l’attrait du pouvoir ? De l’argent ? Je n’ai pas compris l’intérêt de cette quête.
.

J’ai conscience de l’exercice stylistique auquel se prête Tony Burgess. L’aspect narratif par l’introspection, des phrases percutantes et le tout mené par des chapitres courts.

Mais l’histoire devient de plus en plus gore. Les zombies ne sont finalement que le premier niveau (comme si la « glauquerie » avec neuf zones circulaires comme les cercles des Enfers).
.

C’est une véritable perdition qui se déroule sous nos yeux. Il y a de violence dans les actes décrits. C’est une débauche de gore dans le sens viscéral et visuel. J’ai été sidérée par la tournure du récit en « torture porn ». C’était de toute évidence beaucoup trop brutal pour moi (et ce n’est qu’un point de vue totalement subjectif).

.

Bien que j’aie vite compris le titre, je ne sais pas dans quelle direction le roman a voulu se diriger alors que l’intrigue ne mène nulle part. La fin est pitoyable dans le sens où l’auteur donne l’impression de lui-même ne plus savoir où aller, comme s’il avait mis un point de ponctuation et s’il était exclamé « Bon, je vais arrêter là, je suis fatigué, cela ne m’amuse plus ». Pour écrire le mot fin, faut-il encore en prévoir une.
.

J’ai l’impression que ce livre est une légère fumisterie à vouloir surfer sur la vague du post-apo. Je pense qu’on pourrait voir dans cette histoire une sortie de pied de nez. Mais en fait, non. Il aurait fallu au moins une fin pour ça.

.
.

Photo du livre "La contre-nature des choses" de Tony BurgessOui, j’ai physiquement mis le livre au coin

.

————————————————————————~*

.

Logo défi Valériacr0Ce livre est la sélection de février de Valériane dans le cadre de notre défi. Il venait d’arriver dans ma pile à lire et heureusement, elle me l’a choisi. J’aurais été sans doute frustrée de l’avoir laissé traîner pendant plusieurs mois avant de l’attaquer et de réaliser que ce roman n’était pas pour moi.

.

Anudar a aussi lu ce roman et employé le même qualificatif « fumesterie ».

.

COMBREXELLE Anthony – Presque Minuit

24/01/2018 8 commentaires

.

Couverture du livre "Presque minuit" de l'auteur Anthony Yno Combrexelle. Elle représente un cadran d'horloge doré sur un fond sombreTitre : Presque Minuit
Auteur : Anthony « Yno » Combrexelle
Plaisir de lecture Livre sympa
Feuilleter les premières pages
.

Moignon, Allumette, Bègue, Morve, Boiteux et Pleurs sont orphelins et devenus gamins des rues. Détrousseurs réguliers, ils dérobent le mauvais objet à la mauvaise personne. À l’ouverture de l’exposition universelle de 1889, il ne fait pas bon de s’attirer les foudres de créatures inconnues. Leur mésaventure va les obliger à traverser tout Paris.

.
.

Les orphelins portent tous des surnoms qui leur correspondent mais parfois je les confondais ; ce qui n’a pas facilité ma compréhension des premières pages. En revanche, j’ai très bien compris l’objet de leur filouterie et j’ai été immergée facilement dans l’univers.
.

Anthony Combrexelle nous entraîne dans les rues de Paris en 1889. La Belle Époque invite aisément le steampunk entre ces pages. Il sera aussi question d’éther, de sorcières et d’automates. Ici, je considère le steampunk comme léger puisque le récit ne repose pas sur de grosses machineries rutilantes ni de machines à vapeur boulonnées. Je n’ai pas relevé la présence d’éléments anachroniques si ce n’est l’objet volé (bien qu’il n’existe pas dans notre époque non plus) (enfin, pas à ma connaissance).
.

Cet aspect industriel fait de cuivre, de bois et de cuir forge forme un environnement intéressant pour dérouler une (en)quête fantastique et dangereuse. La course-poursuite est parsemée de cambriolage, de fusillade, et de combat au corps à corps. Les orphelins apprennent très vite qu’on ne joue pas impunément avec le temps.
.

Ce roman jeunesse repose sur un récit rythmé. Anthony Combrexelle propose une aventure qui se lit d’une traite. Dans un univers qui tient d’aplomb, on profite instantanément de l’écriture d’un auteur qui connait ses classiques et en joue. Cette histoire est chouette et ne repose pas que sur une course contre la montre (hinhin).

.

Le logo du livre Presque Minuit d'Anthony Combrexelle est une horloge steampunk dorée

La couverture de Presque minuit, livre d'Anthony Combrexelle brille au soleil La couverture du livre presque minuit écrit par Anthony Combrexelle est en relief

.

Rond de Sorcière #90

30/12/2017 20 commentaires

.

Logo Rond de Sorcière du blog LivrementLe Rond de Sorcière me permet de vous faire découvrir tous les livres lus durant le mois ; notamment les petits trésors que je découvre sans avoir le temps de leur consacrer une chronique complète.
C’est une sorte de compromis entre ma bonne conscience livresque et moi. Je vous parlerai aussi de ce qui touche de près ou de loin le monde des livres ; comme une parenthèse plus personnelle.

.

Décembre est un bon mois de lecture. Les vacances aident, l’envie de dégommer ma Pile à Lire aussi. C’est le plus gros mois de l’année avec 13 entrées (Noël a dû avoir eu lieu il y a quelques jours, je pense)
.

Pour le défi Valériacr0 : Valériane m’a permis de retourner dans la série de L’assassin royal de Robin Hobb car j’ai lu le septième tome « Le prophète blanc ».
.

Ce mois-ci, je vous ai écrit le premier épisode « Et que le cul te PàL ! » où je vous parle des flux bibliothécaires : pile à lire, nombre de livres ajoutés, nombre de livres lus et j’ai même partagé des photos de mes livres papier.
.

J’ai eu aussi très chaud car mon tome 2 de Comme Convenu de Laurel s’est perdu dans la nature (ou dans les espaces verts de ma résidence). Sans savoir d’où il (re)venait, il est apparu 10 jours après « réception » par on-ne-sait-qui dans ma boite aux lettres. Ouf !

.

Les petites nouveautés :
¤ AIACHE Véronique : L’art de la quiétude
¤ CHAMBLAIN Joris & NEYRET Aurélie : Les Carnets de Cerise volume 5
¤ Collectif Historia : Thorgal et la saga des Vikings
¤ DEGLIN Jean-Luc : Crapule
¤ DELANEY Joseph : Les Sorcières de l’Épouvanteur, hors-série
¤ Laurel : Comme convenu, volume 2
¤ Lapuss : Putain de chat 3
¤ LEMIRE Jeff & NGUYEN Dustin : Descender – Mise en orbite, volume 4
¤ LŒVENBRUCK Henri : Nous rêvions juste de liberté
¤ LOVECRAFT Howard Phillips & BARANGER François : L’appel de Cthulhu illustré
¤ MITCHELL David : L’âme des horloges
¤ O’CONNOR Denis : À pas de velours
¤ SURZHENKO Roman & Yann : La jeunesse de Thorgal – Slive, volume 5

→ Le quatrième tome de Descender et L’appel de Cthulhu sont à l’origine des cadeaux reçus par Mon Amoureux mais comme je suis tout aussi intéressée que lui, ils entrent en PAL à la même date. La BD « Crapule » m’a été offerte par Hilde.

Résultats : +13 entrées ; -17 sorties

.

Acquisitions des livres en décembre 2017 blog Livrement

Acquisitions livres graphiques décembre 2017 blog Livrement

.

.

Romans SFFF

.
Couverture du livre "Confessions d'un elfe mangeur de lotus" de Raphaël Albert publié aux éditions MnémosCouverture du livre de bois et de ruines de Raphael AlbertConfessions d’un elfe fumeur de lotus ; De Bois et de Ruines (Sylvo Sylvain, tomes 3 et 4)
Plaisir de lecturenote : 4 Livres à découvrir
Tome 1, tome 2
Le tome 3 permet une plongée entière dans le passé de Sylvo Sylvain : l’auteur revient sur sa naissance, les premiers cycles de sa vie, son rôle nouvellement adopté. Nous y rencontrons sa famille, l’arbre où il vit et les règles de la communauté. Ces détails sont habilement amenés car le détective les revit en se trouvant sous l’emprise de la drogue. Le tome 4 réinvestit le présent dans lequel Panam et ses habitants vont si mal. Sur l’ensemble de la série, l’écriture facilite l’attachement au protagoniste et aux personnages secondaires. On foule aussi les pavés de la capitale et on découvre les indices à leur rythme. C’est une saga réussie car l’intrigue est bien ficelée, l’univers imaginé accessible et on se surprend à l’engloutir d’un seul coup tant l’immersion est aboutie.

.
.

Couverture du recueil de nouvelles Les Sorcières de l'Épouvanteur de Joseph DelaneyLes Sorcières de l’Épouvanteur, hors-série – Joseph Delaney
Plaisir de lecture Livre avec regrets
La série
Alors que j’allais commencer le neuvième tome de la série appelé simplement « Grimalkin et l’Épouvanteur », la note d’intention en prologue m’invite à me plonger dans le hors-série. La phrase « Depuis, [Grimalkin] a raconté dans ‘Les sorcières de l’Épouvanteur’ l’origine de la haine qu’elle voue à son ennemi juré, le Malin » était terriblement tentante. Cette petite bifurcation n’entrave en rien mon envie de retourner dans l’univers de Joseph Delaney. Il s’agit là de plusieurs récits, rapportés par John Gregory, Tom Ward, Alice Deane mais aussi des sorcières avec Dora la cracheuse et Grimalkin. L’originalité de ce volume repose sur les sorcières en tant que narratrices. Cependant, les nouvelles n’amènent que peu de détails sur l’histoire « générale » – même concernant la haine de Grimalkin – et leur lecture est amplement facultative. Je n’ai pas trouvé grand-chose à me mettre sous la dent.

.
.

Couverture de L'o10ssée de Folio SF : recueil de 10 nouvellesL’o10ssée – Folio SF
Plaisir de lecture :  Livre sympa
Folio SF a réuni 10 nouvelles pour fêter les 10 ans du label (en 2010) en offrant l’anthologie aux lecteurs. Les noms des auteurs sont prestigieux et représentent un éventail assez large ; à l’image de la diversité de la SF. Pour certains auteurs, c’était la première fois que je lisais leur plume. J’ai trouvé certaines nouvelles plus intéressantes et fortes que d’autres, mais il s’agit surtout d’une histoire de goût. Les interludes à l’inverse, n’ont pas su me séduire.

.
.

Couverture du titre Le prophète blanc écrit par Robin Hobb, le septième tome de la série l'assassin royalLe prophète blanc (L’assassin royal, tome 7) – Robin Hobb
Plaisir de lecture Livre avec entrée au Panthéon
Chronique complète
Après une pause dans la série, j’attaque le deuxième cycle de L’assassin royal et je suis ravie de retrouver Fitz ainsi que les autres personnages quinze années après leurs dernières péripéties. Robin Hobb nous offre un retour en douceur en rappelant les événements des précédents tomes.

.
.

Couverture du panorama de la fantasy et du merveilleux par André-François Ruaud aux éditions Les moutons électriquesLe Panorama illustré de la fantasy et du merveilleux – orchestré par Jean-François Ruaud
Plaisir de lecture Livre fantas… tique
Bien que ce livre figure dans le bilan mensuel de décembre, c’est sur l’ensemble de l’année que je l’ai découvert. J’ai dégusté les articles et autres essais durant tout 2017. J’ai ainsi pu découvrir des plumes que je n’ai jamais lues, des détails des auteurs que je connais. Comme encyclopédie, cet ouvrage est un indispensable qui parcourt la fantasy et le merveilleux.

.

.

Œuvres graphiques SFFF

.
Couverture du tome 5 des Carnets de Cerise intitulé "Des premières neiges aux Perséïdes" de Joris Chamblain et Aurélie NeyretDes premières neiges aux Perséides (Les Carnets de Cerise, volume 5) – Aurélie Neyret & Joris Chamblain
Plaisir de lecture : Livre fantas… tique
Tome 1, tome 2, tome 3, tome 4
Cerise a grandi et les dernières blessures si elles sont cicatrisées vont devoir être apaisées maintenant. L’intrigue trouve son point d’orgue dans ce dernier opus et c’est avec tendresse qu’on lit les dernières pages. Les émotions sont au rendez-vous grâce aux illustrations d’Aurélie Neyret qui complètent parfaitement le récit. Couleurs et douceur du trait mettent en valeur aussi bien l’environnement, l’atmosphère que les expressions des personnages.

.
.

Couverture du tome 4 de Descender par Jeff Lemire et Dustin Nugyen. Il porte le titre de "Mise en orbite"Mise en orbite (Descender, volume 4) – Jeff Lemire & Dustin Nguyen
Plaisir de lecture Livre fantas… tique
Tome 1, tome 2, tome 3
Les premières pages sont à couper le souffle grâce au découpage cinématographique. La narration scénaristique et graphique est très soignée. On poursuit sans temps mort une histoire non linéaire ; maintenant parfaitement l’intérêt. Je vais encore l’indiquer ici : regardez-moi ces aquarelles !

.

.

Livres éclectiques

.

Couverture du livre L'art de la quiétude, ces chats qui nous apaisent de Véronique AïachaL’art de la quiétude, ces chats qui nous apaisent – Véronique Aïache
Plaisir de lecture Livre sympa
Ce livre étiqueté « développement personnel » est davantage un essai sur les chats (tout simplement). L’autrice réalise un beau tour sur les origines des chats, de sa relation avec les humains et de son comportement. Dans l’ensemble, ce sont des faits connus pour peu que vous ayez déjà lu un essai ou deux à ce sujet. J’ai tout de même apprécié grappiller quelques détails sur leur accueil dans certaines cultures et religions qu’on n’aborde pas ailleurs (notamment la religion musulmane, la culture grecque). Ensuite, elle invite les bipèdes à adopter sinon à tester le lâcher-prise des félins pour retrouver une paix intérieure ainsi que profiter au mieux de la ronronthérapie.
.
.

Couverture de la bande dessinée "Crapule" de Jean-Luc DeglinCrapule – Jean-Luc Deglin
Plaisir de lecture Livre fantas… tique
J’ai découvert Crapule – et le trait de l’illustrateur – avec le livret souple l’année dernière. La sortie de la bande dessinée cartonnée n’est pas passée inaperçue. Elle se croque en une seule fois et parlera aux amateurs et amoureux des félins. Tous les strips ont su me parler (parce que je les ai vécus). Émotion et humour. Je suis très admirative car Jean-Luc Deglin sait parfaitement saisir le chat dans ses expressions. Une BD parfaite à offrir !

.
.

Couverture du hors série de Historia : Thorgal et la saga des VikingsThorgal et la saga des Vikings – Historia
Plaisir de lecture Livre sympa
La revue mensuelle Historia a publié un hors-série sur la série Thorgal. Cette version est une réédition, cette fois, sous couverture cartonnée. Je vous conseille très vivement de le découvrir après avoir lu le tome 33 sous peine de spoils majeurs, des informations-piliers des événements à venir. La première partie retrace les événements de Thorgal. Si sur le principe, c’est une chouette idée, les lecteurs de la saga trouveront cette partie totalement facultative/redondante. Soit vous êtes un lecteur de Thorgal et vous n’y apprendrez rien ; soit vous êtes un lecteur de Historia ou un curieux de la saga et vous allez allègrement vous spoiler la globalité de la saga. J’ai préféré la suite du numéro où l’on apprend des anecdotes sur la relation de Van Hamme et Rosinski et la comparaison entre la période fictive de Thorgal et la réalité des vikings et de leur vie.

.
.

Couverture du tome 2 de Comme Convenu illustré par LaurelComme convenu, volume 2 – Laurel
Plaisir de lecture Livre fantas… tique
Tome 1
Après la réussite du premier tome « Comme convenu » de Laurel, c’est au tour du second de profiter d’une opération de financement participatif. Cette bande dessinée entièrement lisible gratuitement sur le blog de l’illustratrice n’a pas à rougir de son succès. Appelée fiction, cette histoire est très largement inspirée par des faits réels. Laurel a croqué ses aventures avec Adrien et Cerise partis en Californie pour monter une start-up. Le livre est agrémenté de goodies, mais c’est évidemment l’histoire l’élément le plus important. Avec un trait simple et explicite, Laurel a su conter et transmettre son expérience à ses lecteurs.

.
.

Couverture du troisième tome de la bande dessinée "Putain de chat" par LapussPutain de chat 3 – Lapuss
Plaisir de lecture Livre sympa
Tome 1 et 2
L’histoire de cet ultime tome reprend les aventures de Moustique. Le voilà avec pour compagnie le très obligé Grisbi. Ce dernier risque bien de ruiner ses plans démoniaques. Il faut dire que leur bipède – comme tous les autres – est difficile à vivre et à supporter. Le ton est toujours incisif bien que beaucoup moins injurieux. Lapuss sait croquer les chats et imaginer à la perfection leurs pensées, et par-dessus tout, il montre qu’il les aime et ce, jusqu’à la dernière page.

.
.

Couverture du roman A pas de Velours de Denis O'ConnorÀ pas de velours – Denis O’Connor
Plaisir de lecture : note : 4 Livre à découvrir
À l’instar de « Un chat des rues nommé Bob » de James Bowen et « Dewey » de Vicki Myron, ce récit repose sur une histoire vraie. Celle de l’auteur qui a sauvé un chaton un jour de grand froid. J’ai noté quelques détails un peu absurdes comme rechercher les parents de son chat. Mais dans l’ensemble, leur vie à deux est touchante et joviale. Au même titre que certains aiment lire de « la romance de Noël », j’aime bien lire une histoire avec un chat dans le dedans (celui-là m’a été offert par ma grand-mère à Noël). J’ai trouvé la fin particulièrement triste car elle n’est pas sans me rappeler de mon chat Orphée il y a quelques mois. Malgré cette émotion en fin de livre, je retiens surtout un livre sur l’amour simple entre bipèdes et félins.

.
.

Couverture de Libres par Ovidie et DigleeLibres ! Manifeste pour s’affranchir des diktats sexuels – Ovidie & Diglee
Plaisir de lecture : note : 4 Livre à découvrir
Je suis Diglee depuis de nombreuses années. J’avais donc hâte de découvrir le projet sur lequel elle travaillait en collaboration avec Ovidie. Cet essai est à placer entre toutes les mains pour interroger, faire mûrir les idées, entamer le discours. C’est une bonne entrée en matière sur la condition féminine (sans péjoration). Les illustrations accompagnent parfaitement les textes. J’ai aimé qu’Ovidie entremêle ses expériences avec les faits qu’elle communique. Toutes deux sont investies et leur avis s’intègrent dans les lignes et je pense que c’est sur cet élément que la réussite du livre repose ; a contrario d’un récit où le narrateur prendrait un recul prudent sur sa personne pour étayer avec pour seul but l’objectivité.

.
.

Couverture de "Idéal Standard" bande dessinée de l'illustratrice Aude PicaultIdéal standard – Aude Picault
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir
Avec un trait épuré, Aude Picault raconte la vie de Claire. Sous des faux airs de simplicité, on y retrouve les diverses sollicitations d’une trentenaire. La protagoniste veut allier son bien-être professionnel, sa satisfaction sexuelle et la bonne santé de ses relations mais se retrouve confrontée à la pression sociale. Aude Picault intègre bon nombre de sujets réels et actuels dans sa bande dessinée et c’est avec intérêt qu’on la lit.

.

.

Couverture folio du livre La joueuse de go de Shan SaLa joueuse de go – Shan Sa
Plaisir de lecture :  Livre sympa
Celui-ci est un livre voyageur que j’ai récupéré auprès d’une copine en 2013. Il était temps que je lui jette un sort. La stratégie militaire est au cœur du récit, aussi bien pour la jeune fille douée pour le jeu go que pour son adversaire, militaire japonais. La place des Mille Vents les a réunis alors que tous les séparaient : elle est plongée dans les préoccupations de la vie chinoise alors qu’il doit se dépêtrer avec les ordres reçus et ses envies. Ce livre conte davantage deux vies plutôt que leur réunion. Lent, saupoudré de poésie, le tout est raconté avec délicatesse et pudeur. Cette retenue m’a empêché de trouver le récit poignant.

.

.

Lectures du mois de Décembre 2017 du blog Livrement

.

Commencer le mois en déballant le calendrier de l’Avent concocté par ma petite maman | Le 2e jour contenait un livre | Il y a eu la Saint Nicolas | Et son bonhomme | Marie Juliet m’a offert une jacinthe | Que j’ai immédiatement nommé Hyacinthe | Cuisiner pour moi : grenades et tapioca | Saumon, riz et shiitake | Monter l’autel noëllien | Soirée entre amies | Des sapins végétaliens pour l’apéritif | Coudre des chaussons pour un lutin | Perdre et retrouver mon livre, ouf | Premier cadeau, du chèvre frais offert par mon Amoureux | Recevoir une carte à quelques dodos de Noël | J’ai 6 ans et je dessine sur les paquets | Confectionner des sapins de Noël en pâte à sucre | Recevoir un jeu de société et admirer les prouesses d’illustration (ici un rhinocéros) | Profiter du Neveu-presque-tout-neuf | Pâtisser | Profiter du fait-maison à « tous les Noël » fêtés | Prendre des photos au sol | Avec un félin

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

Rond de Sorcière #89

18/12/2017 12 commentaires

.

Logo Rond de Sorcière du blog LivrementLe Rond de Sorcière me permet de vous faire découvrir tous les livres lus durant le mois ; notamment les petits trésors que je découvre sans avoir le temps de leur consacrer une chronique complète.
C’est une sorte de compromis entre ma bonne conscience livresque et moi. Je vous parlerai aussi de ce qui touche de près ou de loin le monde des livres ; comme une parenthèse plus personnelle.

.

Novembre est encore un mois sur les chapeaux de roues ! Et c’est chouette 🙂

.

Côté passioooon-littératuuuure, j’ai rencontré Guy Gavriel Kay lors d’un rendez-vous en compagnie de Jean-Claude Dunyach et Jean-Daniel Brèque. C’était intéressant et je n’ai même pas eu honte d’avoir présenté mon exemplaire de La tapisserie de Fionavar qui a été mis à feu et à sang (enfin, presque).
.

Grâce à Valériane et notre super défi, j’ai lu « Accros du roc » de Terry Pratchett : de quoi bien se marrer lors de ce mois froid et ventu (brrr).

.

Nouveau ! sur les rayonnages :
¤ ALBERT Raphäel : Sylvo Sylvain – Avant le déluge, tome 2
¤ ALBERT Raphäel : Sylvo Sylvain – Confessions d’un elfe mangeur d’opium, tome 3
¤ ALBERT Raphäel : Sylvo Sylvain – De Bois et de ruines, tome 4
¤ DELANEY Joseph : Le destin de l’Épouvanteur, tome 8
¤ Ovidie & Diglee : Libres ! Manifeste pour s’affranchir des diktats sexuels
¤ PICAULT Aude : Idéal standard

→ J’ai gagné l’ensemble de la série de Raphaël Albert au concours des 7 ans de blogging de BlackWolf. Je ne suis que joie et félicité, je vais pouvoir tout dévorer d’un coup ! Une amie m’a prêté Libres ! que je souhaitais vivement découvrir (oui les prêts sont comptabilisés dans ma Pile à Lire).

Résultats : +6 entrées ; -10 sorties

.

Acquisitions du mois de novembre 2017 par le blog Livrement

.

.

Romans SFFF

.

Couverture du livre Avant le déluge de Raphaël AlbertAvant le déluge (Sylvo Sylvain, tome 2) – Raphaël Albert
Plaisir de lecture : note : 4 Livre à découvrir
Tome 1
Avec grand plaisir, j’ai retrouvé les enquêteurs Sylvo Sylvain et Pixel le pillywiggin. On retrouve notre duo de choc dans une situation plutôt confortable : le cabinet connait un fort succès et l’équipe s’étoffe alors. Ils doivent partir à la recherche de leur ami Jack Londres. Ils remontent les pistes ; ils font d’une pelote, le fil d’Ariane. L’auteur intègre quelques bribes de leur passé à Toujours-Verte mais l’ensemble du roman est la poursuite des informations. L’enquête est ardue et les actions ne sont pas sans conséquences. Le style ? Remarquable puisqu’on adhère totalement à l’histoire et on dévore les pages. L’imagination est au rendez-vous, on se fond dans l’univers et on a mal pour les personnages car Raphaël Albert n’est pas tendre avec eux.

.
.

Couverture du livre Les Dieux du Grand Loin de Michael ConeyLes Dieux du Grand Loin, tome 3 (Le Chant de la Terre) – Michael Coney
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir
Chronique complète
Tome 1, tome 2, tome 4, tome 5
Le Chant de la Terre est le chant de l’histoire de l’humanité ; il faudrait plus d’un siècle pour la raconter. Cinq extraits sont connus, en cinq tomes. La trame est plus linéaire que les deux premiers volumes. Le récit est vertigineux et l’imagination de l’auteur s’avère fertile. J’apprécie de suivre cette histoire et ses fils alternatifs, appelés ici les « aléapistes ». La série est intrigante et je regrette qu’elle soit si peu connue en France (du moins à notre époque).

.
.

Couverture Le destin de l'épouvanteur de Joseph DelaneyLe destin de l’Épouvanteur (L’Épouvanteur, tome 8) – Joseph Delaney
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir
Chronique complète
La série
C’est toujours un plaisir de retrouver la fine équipe. Les voilà arrivés en Irlande : je trouve dommage que l’auteur ne s’inspire pas du pays pour l’ambiance ou le folklore mais uniquement comme prétexte décoratif. L’obscur prend davantage de place, la magie noire est pratiquée. À chaque volume, on découvre une nouvelle créature, ici, il s’agit d’un jaboteur. Tom Ward, le protagoniste, reste toujours naïf vis-à-vis des intentions des personnages, je trouve qu’il a peu évolué sur ce point en deux ans d’apprentissage. La série reste de qualité dont la lecture est conseillée à partir de 12 ans.

.
.

Couverture du livre La bibliothèque de Mount Char de Scott HawkinsLa bibliothèque de Mount Char – Scott Hawkins
Plaisir de lecture Livre sympa
Chronique complète
Ce livre est un coup d’éclat : la tension a très bien fonctionné sur moi et l’intrigue particulière a su me séduire. Il s’agit d’un véritable page-turner. J’ai aimé découvrir le mode opératoire de Père, les règles d’études pour les 12 bibliothécaires. L’auteur éparpille les indices puis éclaire au fur et à mesure les interrogations qu’il a précédemment posées. Si la fin a été télescopée par les envies de l’auteur qui ne correspondent pas à mes attentes, le récit s’avère cohérent dans son ensemble.

.
.

Couverture du livre Accros du roc de Terry PratchettAccros du roc (Les Annales du Disque-monde, tome 16) – Terry Pratchett
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir
Chronique complète
Nous suivons deux histoires en parallèle : celle de Suzanne qui va retrouver la trace de sa famille et assumer son rôle ; et aussi celle de la naissance d’un groupe de roc. Ce groupe est officieux et opportun car non validé par la Guilde des Musiciens. Et pourtant, tout le monde apprécie leur travail, leur musique fait même tomber les robes longues des Mages de l’Université de l’Invisible d’Ankh-Morpork. Le thème central de la musique est joyeusement amené et égrène plusieurs références de rock. Le livre oscille entre passages de franche rigolade et d’autres pleins d’émotions.

.
.

Couverture du livre Pierre-Fendre de Brice TarvelPierre-Fendre – Brice Tarvel
Plaisir de lecture :  Livre sympa
Les personnages vivent dans un immense château qui contient quatre grandes salles différentes, gouvernées chacune par une saison. Personne ne peut entrer ou sortir, personne n’a jamais vu l’extérieur. Les habitants acceptent leur sort, d’autres tentent l’aventure. On se retrouve dans une intrigue mêlant fantasy et conte. La plume de l’auteur utilise d’anciens termes de vocabulaire sans entraver la fluidité de lecture. Il n’est pas foncièrement épique, il s’agit davantage d’une histoire poétique pleine de rebondissements. « Pierre Fendre » demeure insolite par la présentation de l’univers et sa richesse. Cependant, je n’y ai pas trouvé la profondeur que j’y recherchais, erreur de lecteur : je me suis engagée dans une histoire que je pensais autre.

.

.

Livres graphiques SFFF

.

Couverture de la BD Bloody Harry d'Alexandre ArlèneBloody Harry – Alexandre Arlène
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir
Tome 2
Publiés initialement sur le blog d’Alexandre Arlène, ce livre regroupe des strips de parodie de l’univers Harry Potter. Il va sans dire que l’illustrateur est un grand fan de la série de J.K. Rowling au vu du détournement efficace des personnages, des lieux et des objets qui « font » l’univers. En quatre vignettes maximum, l’auteur mène chaque gag. L’histoire est absurde, déjantée et emplie de sarcasme. Il faudra savoir apprécier l’humour est graveleux et potache. La dérision s’étale sur toutes les pages. Plusieurs thématiques sont amorcées : l’inceste, la pédophilie, le sadomasochisme ; la chute de certaines planches est sanglante. Le livre n’est pas à mettre entre les mains du plus jeune public. Moi, j’ai été conquise par son aspect irrévérencieux. Et puis, découvrir Bloody Harry après le désastreux « Harry Potter et l’enfant maudit » est salvateur.

.
.

Couverture La grande bible des fées écrite par Edouard Brasey

La Grande Bible des Fées – Édouard Brasey
Plaisir de lecture Livre avec regrets
Les informations ont fait l’objet de longues recherches et le contenu est dense. On y retrouve les origines des fées, leurs communautés, leur rapport à la danse, les liens forts avec la nature, leurs moyens de communication, les statuts (fées marraines, fées amoureuses, fées animales, fées des éléments), un calendrier des fées et des invocations. Cependant, j’ai eu l’impression de textes vus et revus pour moi qui suis amatrice du petit peuple et qui compulse plusieurs livres illustrés. Le livre à proprement parlé donne l’impression d’un livre ancien, avec les enluminures, le fond de page parcheminé. Mais il présente aussi un effet de pacotille car le dos craque, la couverture marque très vite, les illustrations ne sont pas harmonieuses (pixélisées, et parfois il s’agit d’illustrations prises en photo !, blancs à cause d’erreurs sur la maquette).

.
.

Lune mécanique de Lemire et Nugyen, couverture du tome 2 de DescenderSingularités de Lemire et Nugyen, couverture du tome 3 de DescenderLune mécanique et Singularités (Descender, volumes 2 et 3) – Jeff Lemire & Dustin Nguyen
Plaisir de lecture Livres fantas… tiques
Tome 1
Ces tomes sont toujours un plaisir pour la pupille tant les aquarelles sont grandioses et les détails si soigneusement peints. La composition des pages est travaillée et les jeux de l’aquarelle se dévoilent. C’est bien l’identité graphique qui nous saute aux yeux. La thématique est abordée avec intelligence et notre intérêt se concentre sur la solide intrigue. Avec le troisième volet, on retourne dans le passé d’un des personnages ; alors si l’intrigue principale n’avance pas, on sait que c’est pour mieux la nourrir.

.

.

Commencer le mois par un jour férié | Des chats | Une pizza pleine de légumes de saison | Rencontrer avec émotion Guy Gavriel Kay | Et continuer sur un plat ‘réconfort’ de chez moi, une truffade | Anniversairobruncher | Emballer le calendrier de l’Avent destiné à ma petite maman | Confectionner des sablés du millionnaire (Millionnaire’s shortbreads) pour accueillir ma fratrie | Passer du bon temps ensemble | Parcourir la ville à vélo | Regarder des films de Noël | Se challenger avec des surprises de Bertie Crochue | Aller au marché de Noël fraîchement ouvert | Encore un peu d’Halloween en dégustant le magnifique gâteau de ma belle-sœur (oui, oui) | Admirer la pousse rapide de ma monstera deliciosa | Envoyer pour Delphine une enveloppe de petits éléments à scraper

.

Lectures du mois de novembre 2017 blog Livrement

 

 

 

 

 

.

CHATTAM Maxime – Autre-Monde

25/10/2017 20 commentaires

.

  Malronce de Maxime Chattam, tome 2 d'Autre-monde 
Entropia est le quatrième tome de la série Autre-Monde de Maxime Chattam   Genèse de Maxime Chattam, dernier tome d'Autre-Monde
.

Titre : Autre-Monde (la saga, 7 tomes)
Auteur : Maxime Chattam
Plaisir de lecture Livre sympa

.

La Grande Tempête a plongé le monde actuel dans l’obscurité. La Nature a repris ses droits. Il ne reste plus que les enfants qui se sont rassemblés en colonies pour pouvoir survivre. Des créatures nouvelles ont vu le jour et les Pans vont bien devoir s’en protéger ; mais le pire danger proviendrait vraisemblablement d’eux-mêmes.

.
.

La saga Autre-Monde de Maxime Chattam se compose de sept tomes et sont ventilés en deux cycles, respectivement en trois et quatre volumes.

Sur toute la série, nous suivons un trio d’adolescents : Matt, Tobias et Ambre. L’innocence rattachée à leur jeunesse va vite être détruite : les décisions et le poids sur les épaules vont rapidement les faire mûrir.
.

Matt devient un leader, Ambre rayonne et Tobias est plutôt le héros de l’ombre. Ils sont des pans, des enfants comme l’on en trouve par colonies disséminées dans le monde. Les adultes, quant à eux, ont mal tourné.

.

Les protagonistes deviennent de plus en plus forts, gagnent fortement en maturité et formulent des décisions très réfléchies ; une évolution que je considère un poil trop brutale pour être réaliste mais acceptable par rapport au déroulé de l’intrigue principale.
Grâce à la plume de l’auteur, on se sent très proche des pensées, des gestes et des réactions des jeunes, ce qui apporte indéniablement un degré de crédibilité aux personnages.

.
.

Ce monde imaginaire est la résultante quand la nature se rebelle. Le monde inhospitalier renferme un bestiaire effroyable : golem, élémentaire, mangeombre, buveur d’innocence, gagueulle, dévoreur, entropia, kloropanphylle, raupéroden, cynik,… Maxime Chattam développe un vocabulaire spécifique à son univers.
.

Il y a quelques références discrètes (et peut-être n’est-ce qu’une illusion propre à moi-même) : Harry Potter, Le seigneur des anneaux, Jack Sparrow, Tim Burton et résolument l’univers des pirates.

.
.

Ces aventures résolument fantastiques proposent un rythme soutenu. Le chapitrage fonctionne bien puisque le lecteur a toujours l’envie de découvrir le suivant.
.

Les rebondissements sont nombreux pour fournir du souffle à sept tomes, dans un monde périlleux et dangereux. L’imagination est à saluer même s’il y a quelques retournements attendus, quelques facilités et autres aspects cousus de fil blanc. Mais il faut bien avouer qu’une certaine magie prend en suivant le trio par monts et par vaux (par terre, mer et ciel, aussi).

.
.

J’ai trouvé la parabole d’ensemble un peu naïve car pour moi, le destin s’est clairement dessiné et je n’ai pas eu le phénomène d’immense révélation finale. Bien que tout ne fût pas clair dans les explications, j’ai trouvé qu’elles tenaient la route et Maxime Chattam a pris soin de donner les réponses qu’il avait promises.
.

La critique de la société y est prégnante avec la place de l’écologisme et les réflexions autour de nos modes de communication actuels. L’auteur ne concède pas au manichéisme, soulignant alors que chacun a son rôle à jouer (et jusqu’au bout).
.

J’ai passé un bon moment avec Autre-Monde même si je n’ai pas entièrement palpité au rythme des pages tournées.

.
.

J’ai entièrement découvert cette série au format audio. Elle bénéficie de deux voix narratives : Hervé Lavigne et Véronique Groux de Miéri qui sera remplacée par Isabelle Miller à partir du cinquième volume. Deux voix, c’est l’apport d’une véritable richesse aux personnages. Il y a également une bande sonore : effets et musiques ; élément rare sur les supports audio.
.

C’est un peu par hasard que je me suis mise à la saga : j’ai eu un abcès à l’œil qui m’a obligée à rester allongée dans le noir les yeux fermés. Il me fallait une série « longue » et de préférence entièrement parue pour me soutenir dans ma convalescence. Après avoir dévoré un tome par jour, la suite s’est tranquillement enchainée avec la découverte d’un tome par mois (j’écoute les livres durant mes déplacements : transports en commun et à pied).

Fait étonnant pour un livre audio, j’ai eu beaucoup de mal à me représenter la géographie des lieux, rien ne se dessinait dans mon esprit. Je reste réellement sur ma faim concernant les descriptions car il m’a été vraiment difficile pour moi d’imaginer tout élément autre que le physique des personnages (c’est dire !).

.
.

Apocalypse et Raupéroden, fan art d'Autre-Monde de Maxime Chattam
Matt, Tobias et Ambre, fan art d'Autre-Monde de Maxime Chattam


Vaisseau Matrice, fan art d'Autre-Monde de Maxime Chattam

.

————————————————————————~*

.
.
logo challenge Halloween 2017

.

.

Avec ce bestiaire effroyable et ce monde post-apocalyptique, la série de Maxime Chattam est parfait pour le challenge d’Halloween.

.

.

Illustrations : #01, #02 et #04 par Laura Csajagi ; #03 Mathieu Reynes
.

Rond de Sorcière #85

02/09/2017 11 commentaires

.

Logo Rond de SorciereLe Rond de Sorcière me permet de vous faire découvrir tous les livres lus durant le mois ; notamment les petits trésors que je découvre sans avoir le temps de leur consacrer une chronique complète.
C’est une sorte de compromis entre ma bonne conscience livresque et moi. Je vous parlerai aussi de ce qui touche de près ou de loin le monde des livres ; comme une parenthèse plus personnelle.

.

En juillet, j’ai dévoré 4794 pages ! ; dont 672 de bandes dessinées.

.

Je me suis concentrée sur ma Pile à Lire avec cette envie – ce besoin, même – d’éjecter les livres courts qui trainaient dans ma PAL depuis belle lurette.

J’ai poursuivi assidument ma lecture de Thorgal commencée le mois dernier et que j’ai continué aussi sur août.

Durant ce mois, le temps m’a semblé distendu. J’ai veillé sur mon chat Orphée ; alors on a fait ce qu’il préférait le plus : dormir en ma compagnie pendant que je lisais.

Et je n’ai réalisé aucun ajout mensuel : c’est la première fois depuis que je note mes acquisitions, soit depuis 2010. Ayant ouvert mon blog en janvier 2009, on sent les tentations influencées par les autres blogueurs 😉

→ Autant dire que j’ai dégommé ma Pile à Lire :
Résultat : 0 entrée ; -20 sorties

.
Pour le défi Valériacr0, je me suis plongée dans « Prodigieuses créatures » de Tracy Chevalier par l’entremise de ma binômette Valériane 😉

.

.

Romans SFFF

.

Mers brumeuses de Chloé Chevalier, tome 3 de Les récits du Demi-LoupMers brumeuses (Récits du Demi-Loup, tome 3) – Chloé Chevalier
Plaisir de lecture :  Livre avec entrée au Panthéon
Chronique complète
Tome 1, tome 2
Ce troisième tome confirme toujours mon coup de cœur ! J’ai aimé me replonger dans cet univers. Chloé Chevalier sait me happer par sa plume, en me faisant vivre dans le quotidien de ses personnages. L’intrigue devient plus sombre mais aussi plus intense. Je n’ai pas vu les pages défiler, un pur plaisir.

.
.

Couverture de la trilogie des rois écrite par Katherine KurtzLa trilogie des rois – Katherine Kurtz
Plaisir de lecture :  Livre fantas… tique
Chronique complète
La trilogie des magiciens, La trilogie du roi Kelson
Je remonte le passé des Derynis que j’avais rencontrés jusqu’alors dans les précédentes intégrales. Je fais un bon de 200 ans en arrière pour découvrir la vie de (saint) Camber. J’ai apprécié la richesse que l’autrice nous propose tant sur l’intrigue que sur l’existence des Derynis et le fonctionnement de leur magie.

.
.

La flamme chantante de Clark Ashton SmithLa Flamme Chantante – Clark Ashton Smith
Plaisir de lecture :  Livre à regrets
Ce livre contient deux textes : le premier est le journal intime écrit par Gilles Angarth puis le récit de voyage de Philip Hastane, son ami. Malheureusement, ce ne fut pas ma tasse de thé car les répétitions sont nombreuses et le style un peu trop poétique pour moi. Le voyage immergé dans le fantastique – un monde parallèle – m’a perdue ; la mise en abîme n’a pas fonctionné sur moi.

.
.

Samien, le voyage vers l’Outremonde – Colin Thibert
Plaisir de lecture : Livre sympa
Samien décide de partir en quête de la fortune. Les événements vont le conduire à rencontrer des gens et à découvrir ses capacités. Il manque parfois de liant entre les différentes rencontres mais ses aventures sont rapportées avec amusement. Bien que cette histoire ne me laissera pas de souvenirs précis dans le temps, cette quête initiatique est intéressante et le protagoniste, sympathique.

.

.

Bandes dessinées SFFF

.

Tome 17 de Thorgal : La gardienne des clésLa gardienne des clés (Thorgal, volume 17) – Jean Van Hamme & Grezgorz Rosinski
Plaisir de lecture :  Livre avec entrée au Panthéon
Thorgal se fait usurper son identité par deux de ses ennemis qui s’allient. Ils ont pour but de dérober les pouvoirs de la Gardienne des Clés. Clairement, cette aventure indépendante n’a que pour objectif d’annoncer le cycle suivant.

.

.

.
.

L'épée soleil, tome 18 de ThorgalLa forteresse invisible, couverture du tome 19 de ThorgalCouverture La marque des bannis tome 20 de ThorgalLa couronne d'Ogotai, tome 21 de la bande dessinée ThorgalLa cage tome 23 de la BD Thorgal.

L’Épée-soleil, La forteresse invisible, La Marque des bannis, La Couronne d’Ogotaï, Géants, La cage (Thorgal, volumes 18, 19, 20, 21, 22 et 23) – Jean Van Hamme & Grezgorz Rosinski

Plaisir de lecture :  Livres avec entrée au Panthéon
Thorgal devient amnésique ; il connaît l’exil puis le succès. Le cycle de Shaïgan-sans-merci contient bon nombre de rebondissements et donne plus d’importance à la place de Jolan. Aaricia se démène pour survivre : la période est sombre pour la famille alors que chaque membre tente de garder son intégrité – et de rester vivant ! – coûte que coûte. Le scénario est bien ficelé et intègre une bonne dose de surnaturel.

.
.

Arachnéa tome 24 de ThorgalVingt cinquième tome de Thorgal : Le mal bleuLe royaume sous le sable tome 26 de la BD ThorgalArachnéa, Le mal bleu, Le Royaume sous le sable (Thorgal, volumes 24, 25 et 26) – Jean Van Hamme & Grezgorz Rosinski
Plaisir de lecture :  Livres avec entrée au Panthéon

.

.
Thorgal n’a toujours pas fini son odyssée. Le premier tome est déconseillé aux arachnophobes, le deuxième sert de transition car l’intrigue est simpliste et le dernier offre un scénario qui tombe comme un cheveu sur la soupe. L’ensemble de ce cycle « Le viking errant » nous permet tout de même de mieux appréhender la relation entre Thorgal et sa fille, d’avoir quelques informations concernant le peuple des étoiles.

.
.

Le barbare couverture du tome 27 de ThorgalLe barbare (Thorgal, volume 27) – Jean Van Hamme & Grezgorz Rosinski
Plaisir de lecture :  Livre avec entrée au Panthéon
Alors qu’il voulait rentrer au Northland, Thorgal est de nouveau séparé des siens. Louve et Jolan prennent davantage d’importance. Ce tome est le premier du cycle « du barbare » qui en comprend trois au total. Et donc, j’en dirai plus sur le prochain rond de Sorcière.

.

.

Autres livres

.

Le petit livre des chats par Brigitte Bulard CordeauLe petit livre des chats – Brigitte Bulard-Cordeau
Plaisir de lecture :  Livre sympa
La mouture est réussie : couverture moelleuse, tranche dorée et papier glacé. À chaque double page, on retrouve une illustration à droite (œuvres du XVIe au XXe siècle) et un texte à gauche avec une citation et quelques mots sur différents thèmes sur le chat : les origines, les légendes d’Europe, le chat au Moyen-Âge, le chat et les fées, les chats célèbres, le maître des lieux, les premiers jours, la silhouette, dialogue de chats, par exemple. Un petit format – 10*15 cm – renferme 176 pages fait de ce livre une idée « cadeau » idéale.

.
.

Couverture prodigieuses créatures de Tracy ChevalierProdigieuses créatures – Tracy Chevalier
Plaisir de lecture : note : 4 Livre à découvrir
Chronique complète
L’histoire livre le combat acharné de deux femmes pour leur passion, dans un pays guindé. On sent les embruns sur le visage à la lecture et du temps qui passe doucement, à rechercher des fossiles. Le récit m’a fait voyager avec simplicité ; c’est tout ce que je demandais.

.
.

Le voile noir d'Anny DupereyLe voile noir – Anny Duperey
Plaisir de lecture :  Livre avec entrée au Panthéon
La relecture de ce livre m’a fait revivre toutes les émotions que j’avais vécues la première fois. Au fil des lignes, on réagit avec elle, on souhaite la réconforter. On se lie facilement aux mots : d’abord la froideur marque puis la concision séduit. On s’attache aux photos, à l’autrice aussi. Elle nous fait tout partager et à travers cette expérience de (sa) vie, on ne peut que se confronter à la sienne : l’introspection sur ses propres expériences, parfois sur des éléments différents de ceux qu’elle évoque mais qui sont ceux de notre existence, de notre identité.

.
.

La cuisine des écrivains orchestré par Johan Faerber

La cuisine des écrivains – Johan Faerber
Plaisir de lecture : note : 4 Livre à découvrir
Ce livre est dressé comme un menu : mises en bouche ; cocktails et apéritifs ou l’entrée en matière reste à boire avec trois services complets jusqu’aux desserts ou l’art de saupoudrer de sucré ; les boissons chaudes ou l’art de conclure ainsi que des recettes en appendices. C’est tout un menu gastronomique de textes variés et riches de plumes connues. Voici des pépites culinaires délicieuses à déguster. Parmi les textes, il y a de l’humour, indéniable ; de belles descriptions, aussi (seul « Le lapin-furet » d’Alexandre Dumas m’a dérangée). Ce livre était un cadeau, un joli clin d’œil entre mes lectures et mon plaisir de cuisiner.

.
.

Le premier jour du reste de ma vie de Virginie GrimaldiLe premier jour du reste de ma vie – Virginie Grimaldi
Plaisir de lecture : note : 4 Livre à découvrir
Depuis plusieurs mois, j’ai toujours un livre disponible au format audio. J’ai donc jeté mon dévolu sur la plume de Virginie Grimaldi dont je suis le blog depuis de nombreuses années. C’est avec plaisir que j’ai enfin découvert son premier titre. Je ne me suis pas identifiée aux personnages (ce n’est pas un point négatif) mais je les ai trouvées attachantes. J’aime les tranches de vie et celles-ci sont réussies car on y rencontre des femmes qui se retrouvent à l’un des carrefours de leur vie. Elles ont des points communs, des différences mais surtout l’envie, motivées ensemble, d’avancer sur leur cheminement intérieur. Il y a de l’humour pour alléger le tout et ça, c’est chouette.

.

.

.

Passer du temps en famille | Et recouvrir mon neveu-presque-tout-neuf de bisous | Visiter Domme | Et déguster une glace malgré la frâicheur | Ritualiser le dimanche soir avec des crêpes | Escape Gamer avec les copains | Et se réconforter en dînant ensemble | Coudre des cadeaux de naissance | Partir voir famille et amis en 1700 km | Fêter l’anniversaire d’une amie et nos diplômes respectifs | Puis, passer la soirée en famille | Lire des tas de livres à Miss Bouclettes | Rencontrer Delphine et visiter Vichy avec elle | Passer du temps avec mes grands-mères | Et repartir avec une récolte dans leur jardin | Et une réaliser une bouture de misère pourpre | Barbecuter avec la famille | Puis avec les amis | Passer un doux ultime moment avec Orphée | Commencer à fabriquer le prochain bureau | Fabriquer un dino-plante et l’offrir à G., 8 ans | « C’est trop coooool ! » | Passer un week-end ariégeois avec les amis.

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

CHEVALIER Chloé – Récits du Demi-Loup ~ Mers Brumeuses, tome 3

16/08/2017 6 commentaires

.

Mers brumeuses de Chloé Chevalier, tome 3 de Les récits du Demi-LoupTitre : Mers Brumeuses (Récits du Demi-Loup, tome 3)
Autrice : Chloé Chevalier
Plaisir de lecture : coeur notation Livre avec entrée au Panthéon
Tome 1, tome 2recueil « Fleurs au creux des ruines »
.

Malgré les efforts de membres de deux royaumes, les Éponas et Véridienne entrent en guerre. Les différends politiques semblent balayer tous les souvenirs d’enfance communs des reines et de leurs Suivantes. Certaines factions profitent du capharnaüm actuel pour mettre en place des plans d’un tout autre genre. D’autres personnes courent tout le Demi-Loup en proie à des chimères ou après des préoccupations réelles.

.
.

Ah ! Que j’attendais ce tome. Sa parution le 1er juin – de cette année, pour rappel – fut une bonne surprise car initialement, je l’attendais pour août comme ses copains précédents.

Alors qu’est-ce que j’en pense ? J’ai été happée ma lecture, je l’ai dévorée et l’ai adorée. Voilà. Allez, salut.

.

Je pourrai écrire des lignes entières pour simplement dire ô combien j’aime plonger dans cet univers : je m’imprègne des différentes atmosphères, je respire en même temps que les personnages tant j’ai de sympathie pour eux. Avec « Mers Brumeuses », on se rapproche de Crassu, fils aîné de Nersès. Si j’ai synchronisé mon souffle avec les protagonistes, j’ai souffert – un peu – avec les Suivantes qui se trouvent coincées entre devoirs et envies personnelles. Ah, les personnages ! Ce sont eux l’atout de cette saga : de vrais personnages, que tu pourrais croiser dans ton quotidien (enfin, presque) avec des personnalités abouties qui comprennent des fêlures.
.

L’intrigue devient plus sombre mais aussi plus intense. Comme pour les précédents volumes, on découvre encore tout un lot de subtilités sur les clans, les territoires, les alliances et les enjeux politiques. Complots et stratégies s’activent ; les plans se révèlent au lecteur au fur et à mesure.
.

On développe un point de vue plus omniscient que chacun des personnages de ce roman polyphonique (forcément). On se demande qui sont les véritables marionnettes. Les faits et gestes des personnages sont toujours complétés par des extraits de correspondance entre Éponas et Véridienne. Dans « Mers Brumeuses », on visite Nül-Noch qui est mentionné dans le recueil « Fleurs au creux des ruines » ; c’est pourquoi j’en recommande la lecture pour mieux apprécier la topographie des lieux (conseillé mais pas indispensable).

.

Cette histoire est « tout » : complexe, dense et délicieuse. Un récit ambitieux avec quelques mystères qui subsistent. Je saurai me faire patience jusqu’à la parution de l’ultime tome mais je n’ai pas besoin de l’avoir lu pour vous confirmer encore tout mon intérêt de lecture pour cette série !

.

.

Détail de couverture de Mers brumeuses, roman de Chloé Chevalier

.

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : J’imagine toujours Lufthilde sous les traits de la blogueuse Morgana !

.

Dans le chaudron :
Des univers fantasy « forts »
¤ L’assassin royal de Robin Hobb
¤ Jonathan Strange & Mr Norrell de Susanna Clarke
¤ Fils-des-Brumes de Brandon Sanderson

.

Logo Lecture EquitableAllisonlineBook en stock (Dup), Le Bibliocosme (Boudicca)Les étagères de PitiponksLes lectures de Bouch’, Les lectures de Xapur ont aussi visité les cryptes des Éponas.

Ce livre est une lecture équitable, un livre issu d’une petite maison d’éditions.

.