Archive

Articles taggués ‘nain’

ALBERT Raphaël – Sylvo Sylvain ~ Rue Farfadet, tome 1

27/01/2015 43 commentaires

.

Rue farfadet Raphael AlbertTitre : Rue Farfadet (Les extraordinaires & fantastiques enquêtes de Sylvo Sylvain, détective privé, tome 1)
Auteur : Raphaël Albert
Plaisir de lectureetoile 4 Livre à découvrir

.

Panam, 1880. Sylvo Sylvain enquête sur une affaire d’adultère, où le mène souvent son métier de détective. Alors qu’il patientait à un café, il se retrouve au milieu des attentats : un troll est venu jusqu’à la Capitale. Et même pire, il pourrait être arrêté en sa qualité de complice !

.
.

)°º•. Sylvo Sylvain est l’archétype des détectives : solitaire, blasé, amoureux de la bouteille à ses heures perdues – du ouisk, de préférence – et bad boy.

Bien moins égoïste que Sherlock Holmes, il m’y a fait penser par son statut professionnel mais aussi parce qu’Anaïs Cros a exploité en hommage, un double fantasyien du célèbre consultant avec le personnage Listak, un demi-lunaire (oreilles pointues et autres caractéristiques).

Crapule et Charmeur à la fois, Sylvo Sylvain ne m’a pas laissée indifférente et j’ai tout autant apprécié son acolyte qui apporte une certaine joie au récit.

.
. Lire la suite…

PAOLINI Christopher – L'Héritage

20/09/2014 35 commentaires

.

L heritage tome 4 Christopher PaoliniTitre : L’Héritage (L’héritage, tome 4)
Auteur : Christopher Paolini
Plaisir de lectureetoile 4 Livre à découvrir

.

Pour délivrer l’empire d’Alagaësia du Mal, Eragon, accompagné de sa fidèle dragonne Saphira renforce les alliances. Ils sont aidés par Roran le cousin, mais aussi par les Vardens et leur chef Nasuada, Arya et les elfes, le roi Orik et les nains. Les urgals seront aussi de la partie. Renverser le roi maléfique Galbatorix et restaurer la paix ne sera pas une mince affaire. Partez à dos de dragon pour suivre le destin d’Eragon & Saphira.

.
.

Heritage Paolini 01J’ai lu les trois premiers tomes de manière assidue (sur une année). Puis, j’ai réalisé une pause de 4 ans – oui… – avant d’enchaîner cet ultime tome. J’avais un peu peur d’être noyée sous les informations que je n’avais pas retenues ; de ne pas savoir remettre le pied à l’étrier (d’une selle de dragon). Mais il faut constater que j’ai commencé « L’héritage » et ai tout de suite retrouvé mes repères.
.
 
Christopher Paolini a écrit le premier tome à 17 ans, pour le second, il en avait alors 21 ; et les défauts que j’avais alors énoncés ont été rattrapés. Le travail est plus soigné, l’auteur propose une meilleure immersion pour ses lecteurs. Et même si Eragon s’en tirait trop facilement sur le premier tome, on ne peut que le trouver attachant.
.

Attachant et particulièrement humain, Eragon pourrait être toi ou moi. Il y a ce « destin » qui s’impose à lui alors qu’il aurait préféré sans doute la tranquillité de l’agriculture. Il est réaliste car il effectue de nombreuses erreurs et que rectifier le tir ne se réalise pas sans concession.

.

«  Tu pleures ? demanda-t-elle. Pourquoi ? »
« Parce que… j’ai tant de chance d’être lié à toi ! »
« Petit homme. »

.

. Lire la suite…

CONNOLLY John – Le livre des choses perdues

04/03/2014 24 commentaires

.

Le livre des choses perdues John ConnollyTitre : Le livre des choses perdues
Auteur : John CONNOLLY
Plaisir de lectureetoile 3 Livre sympa peu s’en faut

.

Malgré les rituels exécutés par David censée la protéger, sa mère meurt. Son père tombe amoureux de Rose et naît de cette union, son petit frère Georgie. David n’arrive pas à les aimer et son comportement chagrine son père. Mais au fond du jardin, la voix de sa mère l’attire. Il découvre un passage qui l’emmène vers un autre monde. A la recherche de sa mère et d’un moyen de retourner chez lui, David part en quête pour retrouver le roi.

.
.

Le livre des choses perdues 01Du haut de ses 12 ans, David est passionné de littérature. John Connolly nous donne des moments privilégiés de lecture puisque le protagoniste entend murmurer les livres. Dans la maison de Rose, on lui octroie une chambre qui s’en avère remplie. Une fois qu’il a pénétré le monde parallèle, il doit retrouver le roi… qui possède le livre des choses perdues.

Ce roman d’apprentissage présente des personnages pour lesquels défauts et faiblesses ont été mis en avant. Nous retrouvons les personnages de contes de fées revisités : Blanche-Neige grassouillette et aigrie, les sept nains ouvriers communistes, le garde forestier, le chevalier Roland et les Sires-loups (nés de l’union entre le Chaperon rouge et le loup).

L’incursion dans l’univers est aisé. L’auteur nous entraîne vers un monde onirique entre rêves et cauchemars, naviguant sur le sens de la vie en réflexion large pour toucher du doigt l’acceptation de la mort.
.
.

Le livre des choses perdues 02Ce roman offre une mécanique bien huilée et prenante. L’histoire est bonne aussi bien sur le fond que sur la forme. Connolly maîtrise les codes des contes de fées et s’amuse à modifier les mythes. Cette originalité est bienvenue et bien construite. J’apprécie particulièrement que l’auteur ne prenne pas son plus jeune public pour des chochottes.
.
.

Le récit est particulièrement noir. L’horreur est constante car le danger rôde à chaque coin de page. Quelques scènes de cruauté m’ont dérangée, je pense notamment à la fin de l’aventure avec la chasseresse. Et c’est sans doute pourquoi, ce récit irréprochable dans son écriture n’a pas réussi à me séduire totalement car je l’ai trouvé assez triste, glauque et sérieux, trop peut-être. Ma première lecture (mars 2009) m’avait laissé peu de souvenirs, cette seconde me conforte dans mon appréciation quant au livre.

.
.

“Le livre des choses perdues” vous entraîne dans un univers oniriques où les pires cauchemars de David se réalisent, les vôtres peut-être aussi. Les contes sont revisités et proposent une version encore plus noire que celle d’origine. La construction de l’histoire est originale et ne manque pas de piquant.  Que les âmes sensible soient prévenues, cette histoire contient quelques scènes horrifiques.

.
.

Le livre des choses perdues 03.

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : Mais cours, cours ! Ce livre est  un cadeau d’anniversaire de Fabieng.
.

Dans le chaudron :
Des lectures qui sont prenantes et mettent aussi un peu mal à l’aise
¤ Beautiful Nightmares de Nicoletta Ceccoli
¤ Cristal qui songe de Théodore Sturgeon
¤ Mon cauchemar et moi de Yohan Sacré

.

Winter mythic fiction challenge logo challenge Jeunesse Young Adult 2013

.
Voici une entrée pour le Winter Mythic Fiction Challenge et je continue mon incursion pour le challenge jeunesse et Young adult.
.

.

1er Chapitre (Lilibook), Anarésume (Anassete), Blog-O-Livre (Blackwolf), Book en stock (Phooka), Bricabook (Leiloona), Bulle de livre (Snow), Chaplum (Manu), Chroniques des temps futurs (Val), Des galipettes entre les lignes (Lili Galipette), Lis tes ratures (Lyra Sullyvan), Mon coin lecture (Karine), Perdre une Plume sont aussi passés par la brèche du mur du jardin.

CITRIQ

.

Pics : #01 Of all things… par Soursips, #02 The Woodsman par Bisho-s, #03 The book of lost things par Erinevenight.
.

.

CROS Anaïs – Les lunes de sang ~ Crépuscules, tome 4

14/12/2013 4 commentaires

.

Crepuscules Anais Cros Les lunes de sang tome 4Titre : Crépuscules (Les lunes de sang, tome 4)
Auteur : Anaïs CROS
Plaisir de lecturecoeur notation Livre avec entrée au Panthéon

.

Le trio Listak, Evrahl et Amhiel courent contre le temps pour éviter la guerre entre des royaumes. Morsech et l’Âme Blanche ont mis ouvertement en marche leur stratégie. Il va être difficile de faire entendre raison aux uns et de combattre les instigateurs qui œuvrent indirectement.

.
.

J’ai dévoré le livre, ça va de soi. Comme il s’agit d’un tome 4, il m’est difficile d’en parler sans spoiler. Nous sommes loin de la situation de départ : l’avancée dans l’histoire est tout en profondeur. Les lunes de sang proposait les aventures d’un double de Sherlock Holmes  version fantasy. C’est tout naturellement que l’histoire va dans ce sens-là, en gommant le personnage de Sir Conan Doyle pour aller vers un récit original.

.

Evrahl cherche à tout prix à protéger ceux qu’il aime et se confronte à des décisions le mettant sans dessus-dessous mais il participera à la guerre. Amhiel sera tout aussi présente, Listak égal à lui-même bien qu’il réserve certaines surprises. La rencontre entre Morsech et Listak est à la fois effrayante mais aussi délicieuse pour le lecteur que nous sommes. Tous les personnages sont confrontés à la souffrance.

.

Anaïs Cros ne sublime pas la guerre ; la tragédie est composée de morts. Même si ce n’est jamais ma période préférée dans une histoire, la guerre est un passage attendu pour la série. Les émotions s’enchainent avec peu de répit sur les différents temps bien que parfois, on ait la sensation que tout soit un peu trop rapide. L’auteur a du jouer finement avec les ellipses pour nous proposer un concentré d’histoire en y intégrant des moments plus intimistes qu’un camp grouillant. Les personnages sont toujours dans une évolution permanente et j’apprécie grandement le soin qu’Anaïs Cros y apporte.

.
.

Le tome 4 « Crépuscules » est la suite naturelle de la saga : le temps est maintenant à l’action. Nos personnages sont malmenés mais leur avancée est inévitable. Responsables des décisions prises, ils assument les actes qu’ils s’apprêtent d’or et déjà à réaliser. Le tempo s’accélère pour toujours donner un récit au rythme élaboré qui ne s’effiloche point.
.

.

Crepuscules Anais Cros extrait

.

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : à quand le tome 5 ?

.

Dans le chaudron :
¤ Les lunes de sang, tome 1
¤ La lune noire, tome 2
¤ Métamorphose, tome 3
¤ Interview d’Anaïs Cros

.

Logo Lecture Equitable.
.

Les lunes de sang est une saga « équitable » ; on soutient les petites maisons d’éditions comme Lokomodo.

.

.

Dup (Book en stock) déclare aussi son amour à cette saga.

Cette lecture a été réalisée en partenariat avec les éditions Lokomodo.

.

Categories: CROS Anaïs Tags: ,

GAIMAN Neil – Stardust

30/04/2013 37 commentaires

.

Stardust Neil GaimanTitre : Stardust
Auteur : Neil GAIMAN
Plaisir de lectureetoile 3 Livre sympa peu s’en faut

.

Il existe un petit muret dans la ville de Wall qui s’ouvre sur une prairie : un pays féérique. Le passage y est interdit sauf une fois tous les neuf ans, sur une foire des plus magiques. Dustan Thorn part y faire un tour et fricotter. Un bébé nait de son union : Tristran. Il grandit à Wall et tout amoureux, il fait une promesse absurde à sa Victoria : récupérer l’étoile qu’ils ont vu tomber. Mais il n’est pas le seul à être attiré par cet astre en perdition.

. .

)°º•. Si Tristran Thorn se révèle le personnage principal de cette histoire, les personnages dits « secondaires » ont tout aussi d’importance. On y retrouve certaines figures-personnalités assez classiques de la fantasy. Nous croisons bien évidemment le petit peuple : licorne, sorcières, fées, nain, pirates. J’ai particulièrement aimé les sept frères à la conquête du bijou pour régner sur Stormhold. .

Bien qu’ils soient tous aussi sympathiques les uns que les autres, ils n’ont pas tiré la corde de l’empathie chez moi. Il m’est agréable de suivre leurs aventures mais d’un œil lointain et non pas grâce à une proximité ressentie.

. .

Stardust)°º•. Ce livre est un conte de fée et il commence en bonne et due forme par « il était une fois ». Gaiman prend au pied de la lettre : en fantasy, tout est possible. L’histoire est poétique, remplie de magie. L’auteur suit un fil rouge : la quête de Tristran mais plusieurs bifurcations entrent en jeu. L’univers est campé malgré les divers sentiers empruntés. .

La visualisation est réelle : la lune mère, les arbres qui parlent, les différentes peuplades. La géographie des lieux est également bien réussie ; je pense notamment au nom des monts. Les références sont nombreuses et j’avoue que sans les notes, je n’aurai absolument pas percutées de moi-même car il s’agit avant tout de la culture britannique. La trame de l’histoire est assez originale dans le désir de récupérer une étoile tombée personnifiée. La conclusion s’avère pourtant douce-amère. .

Je ne me suis pas réellement ennuyée, ni même l’ai trouvé inintéressant mais j’ai eu du mal à adhérer au roman. A mes yeux, il manque une deuxième vitesse à ce véhicule, une carence en matière de punch. Ceci dit, ce livre plaira à un public plus jeune (celui qu’il vise) et devrait même s’apprécier en lecture à voix haute. .

De l’adaptation cinématographique de Matthew Vaughn, je n’en avais que des souvenirs diffus – et la mémorable scène avec De Niro – mais de sentiment général assez agréable. Je l’ai donc revisualisée pour en conclure que je l’ai trouvée plus réussie que le livre, mea culpa.  Sans aucun doute car il y a plus d’actions que pour le format papier.

. .

« Stardust » s’avère un livre jeunesse parfait pour que le jeune public fasse ses premiers pas en fantasy ; l’histoire est bien ficelée et les émerveillera. Bien qu’il séduira aussi le public adulte, on peut se faire piéger par une certaine lenteur et les personnages bien que sympathiques n’arriveront pas à décrocher notre cœur de manière irrémédiable.

. .

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :

Odd et les géants de glace
CoralineNeverwhere : qui n’est pas un livre jeunesse mais mon coup de cœur Gaiman
Peter pan de J.M. BarrieLe secret du quai 13 d’Eva Ibbotson

.

Souvenir de lecture : oui, oui. Dans mon livre, il s’appelle bien Tristran et non Tristan.

.

Defi valeriacr0Challenge Jeunesse YACe livre était le choix d’avril pour le Valériacr0. Valériane l’avait choisi car la féérie est sympa quand il fait froid, car il y a des fées dans le dedans et parce qu’elle voulait aussi avoir mon avis sur ce livre qu’elle avait déjà lu. Il figure aussi à ma liste du challenge jeunesse – young adult.

.

Book en stock (Dup), Bulle de livre (Snow), Chaplum, Clair obscur (Endea), Le boudoir de Méloë, Les lectures de Cachou, Lilyn Kirjahylly (Miss Spooky Muffin), Lis tes ratures (Lyra Sullyvan), Livr0ns-n0us, Mes lectures de l’imaginaire (Olya), Mon coin lecture (Karine), Parchments of Sha’ (Shaya), Petites madeleines (Faelys), Sous le feuillage (Lael) ont aussi rencontré Yvaine.

CITRIQ

.

Pic : Warmp-up par Aerion-the-Faithful. .

COURTADE Henri – Loup, y es-tu ?

06/03/2013 24 commentaires

.

Loup y es tu Henri CourtadeTitre : Loup, y es-tu ?
Auteur : Henri COURTADE
Plaisir de lectureetoile 4 Livre à découvrir

.

Marylin Von Sidow a presque tout pour elle. A la tête d’un empire colossal, elle brasse millions et pouvoirs. Malheureusement pour cette adepte de la beauté éternelle, deux petits grains de sable semblent enrailler sa formidable machinerie. Elle va tout mettre en œuvre pour retrouver deux jeunes femmes en faisant notamment appel au Loup.

.
.

)°º•. Marylin Von Sidow est l’incarnation même de la méchante. Elle s’avère très influente dans notre monde et elle est prête à tout pour arriver à ses fins.
.

Nous croisons deux jeunes femmes, Albe Snösen, sensible et assez timide et Virginia Woolf qui s’assume davantage. Nous croisons aussi Franz & Albert qui aideront ces deux dernières, d’ailleurs j’ai trouvé leur histoire plutôt émouvante. Nous faisons aussi la connaissance du Loup et du Traqueur.
.

Grâce à Henri Courtade, les personnages nous paraissent faire partie intégrante de notre monde, presque des « messieurs » et des « madames » tout-le-monde. J’ai particulièrement apprécié leur évolution durant le roman : aucun ne reste statique que ce soit dans sa situation ou même sur son caractère.

.
.

Loup y es tu 01)°º•. Du côté de la thématique, il s’agit d’une réécriture des contes, je pense que le mot « détournement » serait même plus judicieux : Blanche-Neige, Le petit chaperon rouge, Cendrillon et la Belle au bois dormant en sont les quatre points cardinaux.
.

A l’intrigue, l’auteur mêle des événements historiques et des lieux géographiques : seconde guerre mondiale, effondrement des twin towers par exemple. Il fond les contes de Perrault et de Grimm dans le contexte politique contemporain. Cette technique permet aussi de mieux ancrer le lecteur dans le récit. On y retrouve le contrôle des media, le pouvoir des institutions et aussi la loi de Pareto (20/80) ; finalement, la traite du sujet est plutôt bien menée.

.
.

)°º•. Pour ce récit fantastique, j’ai trouvé les idées très bonnes et fort bien documentées. La plume est fluide, sans anicroche et se lit sans aucun souci ; j’ai trouvé qu’une harmonie s’en dégageait.
.

La trame principale et les différentes composantes sont bien maitrisées. L’excessivité du traitement des contes dans les détails est souvent voulue mais parfois le côté où tout est expliqué et réexpliqué m’a un peu chagrinée car j’aime les allusions à demi-définies ; il manque un peu de subtilité. Nous sommes plongés dans le feu de l’action dès les premières pages et la fin est libérée grâce à un rythme très rapide. Plusieurs flashbacks sont à noter : à vous de suivre le titre des chapitres pour ne pas manquer leur articulation (chose dont j’ai été incapable, lire les titres, je veux dire).

.
.

« Loup, y es-tu ? » est un détournement de quelques contes judicieux et fort bien documenté. Les idées sont originales et bien traitées dans leur ensemble. Quelques facilités sont à noter mais la plume fluide permet une lecture sans heurt… et avec beaucoup de plaisir.

.
.

)°º•. Biographie
Né en 1968, Henri Courtade est un écrivain français. Travaillant dans le domaine médical, il ne s’est mis à l’écriture que tardivement (40 ans). « Loup, y es-tu ? » publié en 2010 est son premier roman.
Son blog.
Notons aussi la belle couverture d’Anne-Claire Payet.

.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :
¤ BARRIE J.M. : Peter Pan
¤ COLLETTE Xavier & CHAUVEL David : Alice au pays des merveilles
¤ DAY Adolie : La belle au bois dormant
¤ LACOMBE Benjamin : Blanche-Neige

.

Antre de livres (Plumeline), Blog-o-livre (BlackWolf), Book en stock (Phooka), (cultureguu), Falaise lynnaenne, La p(ile) à l(ire) d’Hécléa, Lectures trollesques (Ptite Trolle), Les escapades culturelles de Frankie, Les lectures de Mylène, Mélange de saveurs littéraires (Erato), Mon coin lecture (Karine), Parchments of Sha’ (Shaya), Perdre une plume, Un brin de lecture (Karline) ont aussi découvert le fardeau du Traqueur.

CITRIQ

.

Cette lecture a été réalisée en partenariat avec Babelio et Folio.

.

Pic : Red riding hood par JerryCai.

.

Babelio

Categories: COURTADE Henri Tags: , , ,

SARN Amélie – Thorgal ~ L’enfant des étoiles tome 1, Au-delà des ombres tome 2

08/02/2013 12 commentaires

.

l'enfant des étoiles Au dela des ombres Thorgal SarnTitres : L’enfant des étoiles et Au-delà des ombres (Thorgal, tomes 1 et 2)
Auteurs : d’après Rosinski & Van Hamme, adapté par Amélie SARN
Plaisir de lectureetoile 5 Livre fantas… tique

.
.

L’enfant des étoiles, tome 1
De retour d’expédition, des vikings découvrent une capsule refermant un bébé venu de nulle part. Le chef l’adopte et l’appelle Thorgal Aergisson ; mais à la mort de leur meneur, le village demande l’exil de cet étranger.

.

Au-delà des ombres, tome 2
Shardar le gouverneur est à la recherche d’un dénommé Galathorn, héritier du trône de Brek-Zarith. C’est l’occasion rêvée pour Shaniah de se venger de Thorgal et le trahir. Ce dernier est fait prisonnier malgré toute sa volonté à rester libre. Thorgal et Aaricia voient leur vie brisée.

.
.

Thorgal)°º•. Si on retrouve Thorgal – avec tout ce qui repose sur ses épaules – bon nombre de personnages secondaires sont présents dans la vie ce scalde banni du village : Leif Haraldson, Yvir, Gandalf-le-Fou, Björn, Slive, Shardar, Brek-Zarith, Galathorn, Véronar, Worgan, Caleb et Shaniah.
.

Évidemment le fantastique n’est pas en reste, on vogue en Niflheim le monde des brumes qui précède le Heilheim, royaume des morts. On fait la rencontre de Vigrid, ce dieu qui a quitté Asgaard mais aussi de Tjahzi, le nain et de Nidhogg, le serpent aux sept queues. Nain, dieu, magicienne, troll, viking, chat ailé… il y en a pour tous les goûts. Et c’est ce qui rend l’univers de Thorgal si appétissant.
.

Pour peu que vous ayez déjà lu la bande dessinée, le physique des personnages, dès les primes années, revient en tête. L’avantage du roman à mes yeux est l’épaisseur qu’ils y gagnent. A titre d’exemple, dans la bande dessinée, on sait Thorgal plus calme, taciturne et dont la colère est intériorisée. Mais finalement, avec le format roman, nous avons davantage accès à ses sentiments et on se rend très vite compte que c’est une grand colère qui parfois l’anime et qu’elle n’est pas toujours froide.

.
.

)°º•. En tant que grande enthousiaste de la bande dessinée Thorgal, j’avais quelque peur de me retrouver insatisfaite à la lecture de ces romans. C’est avec une grande joie que j’ai retrouvé la même magie. On entre de suite dans l’univers de Ronsinski & Van Hamm : on s’y sent bien avec une impression de familiarité, même. J’aime particulièrement la fascination de ce destin lié mais pas tracé.
.

C’était un pari très osé d’adapter une bande-dessinée en roman, surtout au près du public déjà conquis par l’univers. Aussi étonnant que cela puisse paraitre, l’intrigue se prête bien au jeu du format roman. Amélie Sarn reprend les éléments de manière chronologique : le découpage en 25 chapitres pour le premier tome et en 20 pour le second permet de structurer le récit.
.

Le roman ne dénature pas la bande-dessinée, l’auteur s’est approprié l’histoire, a traduit les éléments en respectant une certaine justesse sans pour autant coller implacablement à la version bullée. La plume est fluide, les deux tomes se lisent bien et très vite. Il m’est pourtant difficile de savoir si la magie prend aussi bien pour les non-initiés de la bande dessinée. Le rythme est très bon, les aventures s’enchainent sans dérapage ; on y décèle déjà ces petits détails qui auront de l’importance plus tard. L’histoire est vraiment prenante même si on en connait déjà l’issue.

La lecture est conseillée à partir de 13 ans ; les couvertures représentant un patchwork des personnages sont signées par Rosinski.

.
.

Avec « L’enfant des étoiles » et « Au-delà des ombres », Amélie Sarn propose une composition sous forme ‘roman’ des plus réussies. Elle intègre les éléments de la bande dessinée avec justesse et en présentant la vie de Thorgal chronologiquement. L’intrigue se prête très bien au format récit, les personnages gagnent en épaisseur ; les deux tomes devraient plaire aux aficionados de la bande-dessinée car on y retrouve toute la magie ressentie à la découverte de l’univers.

.

—————————————————-~*

.

Souvenir lié à ma lecture : Thorgal est bien plus tête-brulée qu’il n’y parait.

.

CITRIQ

TOLKIEN J.R.R. – Le Silmarillion

04/12/2012 38 commentaires

.

Le silmarillion J.R.R. TolkienTitre : Le Silmarillion
Auteur : J.R.R. TOLKIEN
Plaisir de lectureetoile 4 Livre à découvrir

.

Grâce à sa pensée, Ilúvatar créa les Bénis qu’il nomma les Ainur ; par la suite, il leur donna les chants. Ils construisirent ainsi des choses comme Arda « le royaume » dont Manwë est le seigneur. Seulement Melkor voulait faire mieux que tout le monde et s’est retrouvé honteux devant Ilúvatar le premier. Mais vous, vous les connaissez tous. Ils ont été nommés « Valar » par les elfes. Et ceci est leur Histoire.

.
.

Le Silmarillion 01)°º•. Tolkien s’évertue à raconter les aventures et les mythes qui tournent autour des différents peuples. La mythologie est ultra développée, en nait la difficulté pour retenir le nom des personnages… qui varie selon la langue. J’ai apprécié d’en savoir plus du simple fait que pour moi, Sauron est arrivé sur la Terre du Milieu comme un cheveu sur la soupe.
.

Voilà comment je vois la classification des Valar selon mes notes comportant certainement des erreurs. Les neuf plus importants et leurs compagnons :
Manwë : seigneur d’Arda, seigneur du souffle ; il est aussi appelé Sulimo.
Varda : sa femme, dame des étoiles, elle représente aussi la beauté.
Ulmo : Seigneur des Eaux, il est seul.
Aulë : s’occupe des substances d’Arda (arts, travaux)
Yavanna : appelée aussi Kementari, elle est l’épouse d’Aulë et assignée aux Fruits.
Namo dit Mandos : son pouvoir est celui de la clairvoyance. Son épouse est Vaïré, elle est surnommée La Fileuse, car elle tisse les événements.
Nienna : est une femme et lui est attribuée la Souffrance. C’est la sœur d’Irmo & Namo.
Oromë : est un grand chasseur et le seigneur des Forêts.
Vána : sa femme, la Toujours Jeune et sœur de Yavanna.
Irmo, Maitre des visions, frère de Namo, appelé Lórien. Estë, sa femme est aux commandes des Maux et fatigues.Et puis il y a les maïar qui sont des êtres moins supérieurs que les Valar, ce sont leurs serviteurs.
.

Vous entendrez aussi parler de Melkor le Morgoth. Les valaraukar sont redoutables, ce sont des fléaux dévastateurs, ils sont aussi nommés Balrogs, les démons de la peur (ils appartiennent à la même espèce que Sauron, les maïar). Et puis Telperion et Laurelin vous sont deux noms évocateurs : le premier est vert sombre et argent alors que le second est vert tendre au liseré doré. Ce sont les deux arbres de Valinar. On fera la connaissance d’Elfes, d’Humains mais aussi des Nains… qui ne sont pas les enfants d’Ilúvatar.

.
.

Le Silmarillion 02)°º•. Le livre regroupe en réalité cinq parties : Ainulindalë, Valaquenta, Quenta Silmarillion, Akallabêth et Les anneaux du pouvoir & le Troisième Âge. Nous avons aussi des annexes touffues : arbres généalogiques, index des noms et appendices de langues. Le livre couvre des milliers d’années en contant la genèse de l’univers et surtout la naissance du conflit de la Terre du Milieu.
.

Vous partirez pour les guerres de Beleriand, la reconquête des Silmarils, vous connaitrez le serment de Fëanor et pourquoi la demeure de Thingol est protégée par un anneau magique ; vous assisterez à l’incendie des navires à Losgar et découvrirez Lindon, le pays de la musique.

.

Le Silmarillion est une œuvre posthume, un travail titanesque de référencement et de liaison : c’est un cumul savant de notes inachevées, de brouillons et de carnets effectué par Christopher Tolkien et Guy Gavriel Kay. La compilation se révèle assez inégales : certains chapitres sont lourds, alambiqués alors que d’autres plus légers ou clairs dans leur construction.
.

Ce livre est à découvrir si on veut en savoir davantage, un peu comme vouloir se recoudre un membre tronqué (je suis dans ma période zombie pardon) compléter ses connaissances sur l’univers de Tolkien, si vous avez comme moi, ressenti un certain manque. J’ai d’ailleurs suivi les conseils de bloggeurs, j’ai lu Bilbo puis Le Seigneur des anneaux et enfin le Silmarillion. Concernant Le seigneur des anneaux, j’ai vu les films de Jackson avant de lire les livres (tirez sur moi à bout portant) et je connaissais l’histoire en général alors qu’avec le Silmarillion, c’est tout « neuf ».
.

La richesse du style est indiscutable. Les aventures sont denses même si certaines se concentrent surtout sur des descriptions. Les deux premières parties du livre sont les plus courtes mais aussi les plus complexes. S’il y a quelques passages difficiles, l’œuvre est plutôt plaisante dans son ensemble.
.

J’avais l’impression de lire nos anciens contes, comme si notre passé était écrit avec un soupçon de magie. Les personnages sont fouillés et les décors enchanteurs. On entre dans un univers où guerres, histoires d’amour, actes de bravoure et trahisons se mêlent.

.

L’accessibilité aux histoires n’est pas la plus parfaite. Il ne faut pas s’attendre à lire 150 pages d’un coup (sauf si tu t’appelles Vert-best-fan-forever), la lecture se fait plutôt avec une ambiance musicale douce car elle demande une concentration certaine.
.

A vrai dire, je pense qu’il ne faut pas entrevoir ce livre comme un roman classique avec une intrigue ou plusieurs. Il faut se laisser bercé(e) par les « fables ». Si vous n’êtes pas un grand fan de Tolkien, il faut se construire un filtre. Il ne sert à rien de retenir l’arborescence généalogique de chaque personne ou l’emplacement précis des lieux ; le plus important s’impose de lui-même. Il suffit de se laisser porter.

.
.

Tolkien)°º•. Biographie
John Ronald Reuel Tolkien, né en 1892 mort en 1973 a été écrivain mais aussi poète et aussi philologue (études de la linguistique historique).
Il est surtout connu pour ses romans « Bilbo le Hobbit » et « Le seigneur des anneaux ». Professeur à l’université d’Oxford, il fait partie du groupe littéraire sous le nom d’Inklings, au même titre que son proche ami, C.S. Lewis. Après sa mort, son fils Christopher publiera de nombreux ouvrages grâce aux notes et manuscrits de son père, et notamment Le Silmarillion.
En plus d’avoir eu à disposition une version poche, j’ai pu me délecter des écrits de J.R.R. Tolkien grâce à une édition complète publiée par France Loisirs qui a été ponctuée d’illustrations d’Alan Lee.

.

Le silmarillion extrait

.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :
¤ Bilbo le hobbit
¤ La communauté de l’anneau, tome 1
¤ Les deux tours, tome 2
¤ Le retour du roi, tome 3
¤ Faërie et autres textes

.

Souvenir de lecture : De la douceur des contes.

.

La vallée des grenouilles séchées (The Bursar), Les chroniques d’Isil, Les lectures de Folfaerie, Lire oui mais quoi (YueYin), Livr0ns-n0us, Madly Pagal (Taliesin), Nevertwhere, Parchments of Sha (Shaya), The Library at Hurtfew (Eirilys) en parlent mieux que moi.

CITRIQ

.

Middle Earth Challenge

.

Un livre qui compte pour The middle earth challenge.

.
.

Pics : #01 Moon and Sun par LadyElleth ; #02 Aredhel Ar-Feiniel par Gold-Seven.

.

Categories: TOLKIEN J.R.R. Tags: , , ,

TOLKIEN J.R.R. – Bilbo le hobbit

20/11/2012 22 commentaires

.

Titre : Bilbo le hobbit
Auteur : J.R.R. TOLKIEN
Plaisir de lecture Livre fantas… tique

.

Le quotidien de Bilbo est empli d’herbe fraiche, de bonjour sympathiques de ses voisins et de pauses hautement nutritives. Sans l’arrivée de Gandalf, de treize nains et l’évocation d’un trésor, Bilbo n’aurait jamais connu l’aventure. Pourtant, cette troupe mal troupée se dirige vers la Montagne Solitaire pour reprendre le trésor des aïeux de Thorïn à Smaug le dragon. Et ce n’est que le début…

.
.

)°º•. Bilbo est un héros plus que modeste. Pour cette épreuve, il faudra à Bilbo bien de la chance… et un peu de courage. Oui du courage, car il ne pense qu’à enfiler ses chaussons, une fois rentré chez lui, dans ce doux cocon.
.

Pourtant une ribambelle de nains va s’inviter chez lui :  Thorïn, Balin, Bifur, Bofur, Bombur, Dwalin, Gloin, Oin, Dori, Nori, Ori, Fili et Kili. Pas moins de treize nains avec lesquels il va devoir concilier sa nouvelle vie et apprendre à supporter.
.

Nous faisons aussi la rencontre de beaucoup de créatures : nains, elfes, trolls, animaux qui parlent, dragons, magiciens, trolls, gobelins, wargs, aigles, araignées géantes ainsi que Gollum et Beorn. Il va sans dire que la faune est… diverse.

.
.

)°º•. Comment ne pas accrocher dès les premières pages où Tolkien ouvre une fenêtre sur la Comté etnous bascule dans l’imaginaire grâce à quelques mots ?

Ce roman d’apprentissage nous offre des aventures que je qualifierai de « calibrées » : chaque chapitre inclut une aventure avec un début, un milieu et une fin ; structure bien pratique pour être lue à un enfant. Surtout que ce livre se lit très bien à voix haute, comme un conte.
.

L’histoire est bon enfant et même si le déroulement des aventures est quelque peu prévisible, c’est tout simplement réjouissant de suivre ce petit hobbit ronchon. Poursuite par des loups, taquinerie des gobelins, rencontre d’araignées géantes, attaque par des hommes : il y en a pour tous les gouts. Si quelques bastons sont au programme, Tolkien y intègre aussi un peu de réflexion. Cette histoire a une portée philosophique et morale en développant quelques valeurs : sagesse, hardiesse, entraide, respect (nature et être vivants). Il additionne aussi le contenu avec quelques astuces, de l’intelligence et de la débrouillardise.
.

J’ai lu « Bilbo le hobbit » avant le seigneur des anneaux, il se révèle moins indigeste que cette œuvre d’ailleurs. J’ai apprécié cette découverte totale, les quelques surprises mais aussi l’humour. Le ton est tour à tour enjoué, tendre et amusé ; le narrateur vient même à prendre quelque distance avec l’action menée. Il interpelle les lecteurs et commente les faits.  Le style narratif est direct, il est ainsi plus facile à lire.

.
.

Cette genèse intègre des éléments annonciateurs qu’on retrouve dans le Seigneur des Anneaux. Même si la fantasy n’est pas votre tasse de thé/café/chocolat, vous pourriez être ravi de ce voyage sans prise de tête et où règne la bonne humeur.

.

.
.
)°º•. Biographie
John Ronald Reuel Tolkien, né en 1892 mort en 1973 a été écrivain mais aussi poète et aussi philologue (études de la linguistique historique).
Il est surtout connu pour ses romans « Bilbo le Hobbit » et « Le seigneur des anneaux ». Professeur à l’université d’Oxford, il fait partie du groupe littéraire sous le nom d’Inklings, au même titre que son proche ami, C.S. Lewis. Après sa mort, son fils Christopher publiera de nombreux ouvrages grâce aux notes et manuscrits de son père, et notamment Le Silmarillion.
En plus d’avoir eu à disposition une version poche, j’ai pu me délecter des écrits de J.R.R. Tolkien grâce à une édition complète publiée par France Loisirs qui a été ponctuée d’illustrations d’Alan Lee.

.

.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :
¤ La communauté de l’anneau, tome 1
¤ Les deux tours, tome 2
¤ Le retour du roi, tome 3
¤ Le Silmarillion
¤ Faërie et autres textes

.

Souvenir de lecture : Et sinon, c’est quand qu’on mange ?

.

Bazar de la littérature (Melisende), Book en stock (Phooka & Moyen-Phooka), Bulle de livre (Snow), Chez Craklou, Clair obscur (Endea), Dans ma bibliothèque (Roz), De l’autre côté du miroir (Laure), EuphemiaHydromielle, La vallée des grenouilles séchées (The Bursar), Le blog bleu (Céline), Lectures trollesques (PtiteTrolle), Le dragon galactique (Tigger Lilly), Les lectures de Folfaerie, Madly Pagal (Taliesin), Mes lectures de l’imaginaire (Olya), Monstres et Merveilles (Sintaël), Naufragés volontaires (Julien), Nevertwhere, Ptite boukinette (Azariel) ont certainement préféré un nain à un autre.

CITRIQ

.

.

Et hop, une entrée pour The Middle-Earth Challenge.

.

.

Pics : #01 Collecting memories, Bilbo par Aryundomiel ; #02 The hobbit par Undertaker-Damon ; #03 Wrong tune par Aminawolf ; #04 Smaug par s-u-w-i.

.

CROS Anaïs – Les lunes de sang ~ Métamorphose, tome 3

28/06/2012 14 commentaires

.

Titre : Métamorphose (Les lunes de sang, tome 3)
Auteur : Anaïs CROS
Plaisir de lecture Livre avec entrée au Panthéon

.

Au sein de Lunargent, une caravane se prépare à quitter la ville : les nains souhaitent rejoindre leurs montagnes et la cité de Nensk ; Le roi Torn dépêche une équipe protectrice. Listak, Evrahl & Amhiel les accompagne pour ensuite rejoindre Roseraie afin de rétablir un semblant de paix entre son peuple et les nains. Cependant, le Grand Rosini les somme immédiatement de partir tout comme son premier conseiller, Laeb le lunaire.

.
.

)°º•.C’est avec grande joie qu’on aime retrouver ces personnages attachants. L’auteure nous en propose toujours une psychologie approfondie : chaque page nous emmène vers la découverte d’un pan de leur passé, d’un éclat de leur caractère ou d’un fil d’émotion. Même si les lunaires refont surface et s’avèrent déjà synonyme de grande bataille, on s’aperçoit que la lutte intérieure de nos protagonistes est une menace bien pire.
.

Anaïs Cros nous avait déjà révélé quelques soupçons quant aux identités des uns et des autres, mais pour ce tome-ci point de réponse, les secrets nous apparaissent encore plus grands ! On suit toujours notre trio de choc dans leurs aventures, et j’ai trouvé la couverture très en accord avec l’histoire et l’évolution de leurs relations.
.

La sante de Listak est toujours déclinante et il va de soi qu’il n’est guère plus aimable ; il doit aussi affronter ses démons internes et bien d’autres. Amhiel possède de grands talents et une force insoupçonnée. Dans cet épisode, elle va laisser beaucoup de plumes et ne peut que toucher le lecteur. Quant à Evrahl, il se retrouve pris entre deux feux. Il est très touchant dans sa maladresse quand il tente de protéger autrui ou dans sa manière d’agir. C’est un gros cœur qui doit se battre avec ses sentiments. On remarque par ailleurs que le toucher est assez important pour lui, c’est une marque de grande sympathie. C’est d’ailleurs un peu curieux pour moi que ce tiercé soit aussi uni et se vouvoie. On croise également durant le voyage de la caravane des itinérants notamment Muse et Blanchâme, des elfes.

.
.

)°º•.De prime abord avec le premier tome « Lunes de sang » on sent le mythe holmésien et on fait parfois le rapprochement entre le combo de Cros et celui du Sir, mais très vite et ce dès le deuxième tome, on se détache complètement de cette comparaison pour ne plus y penser du tout avec ce troisième volet. La force de l’histoire repose sur la psychologie des personnages mais aussi sur les environnements différents pour chaque tome qui apportent alors une richesse indéniable.
.

« Métamorphose » est toujours un extrait des mémoires du Docteur Evrahl. Nous disposons donc uniquement de son point de vue, ce qui manifeste un grand intérêt quant à la vision des situations et autres actions. J’ai  beaucoup aimé découvrir l’origine de Mortelune en préface et elle joue entièrement son rôle : on s’installe confortablement pour l’histoire. J’ai été un peu insatisfaite lors des discussions avec Axelhyllion mais uniquement car mon petit cœur de lectrice voulait absolument en savoir plus sur les identités de chacun. J’ai apprécié l’ajout de quelques éléments magiques qui me fait dire que oui, définitivement j’aime la fantasy.
.

L’intrigue est bien dosée, servi par un style clair. J’ai lu ce tome d’une traite et j’ai trouvé que certaines scènes étaient très marquantes et imagées notamment dans leur périple ultime.  La fin est tout simplement superbe et même si j’ai été un poil frustrée par l’épilogue, il est juste trop bon – et aussi très cliffhanger !

.
.

La saga de « Les lunes de Sang » est à découvrir de toute urgence. Ce petit trésor fantasyien et français mérite davantage de succès que celui qu’il connait actuellement. Ce tome « Métamorphose » nous emmène toujours plus loin dans les secrets des uns, la découverte du passé des autres et nous propose encore et toujours une intrigue à couper le souffle. Foncez !

.
.

)°º•. Bibliographie
Anaïs Cros née en 1983, est très discrète. Nous savons qu’elle a suivi des études en psychologie ; et qu’elle aimerait vivre de l’écriture. En attendant, elle peaufine son plume en écrivant plusieurs œuvres.
Son blog.

.
La couverture est signée par Michel Borderie.

.

.

.

.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :
¤ Les lunes de sang, tome 1
¤ La lune noire, tome 2
¤ Interview d’Anaïs Cros

.

Souvenir de lecture : mais on veut savoiiiiir !

.

Mon exemplaire est dédicacé grâce à Olya qui s’est rendue aux Imaginales et qui a fort fort pensé à moi. Étaient joints les marque-page des trois tomes des Lunes de sang ainsi qu’une carte postale avec des petits mots de bloggeurs.

.

.

Book en Stock (Dup) et La caverne de JainaXF et Mes lectures de l’imaginaire (Olya) sont aussi gloutonnes que moi.

CITRIQ

.
.

.
Et hop, le petit logo car Petit éditeur aux grands livres, les éditions Lokomodo.

.

.

Cette lecture a été réalisée en partenariat avec les éditions Lokomodo.

.

Pics : Blizzard par MarcAdamus

.

.

Categories: CROS Anaïs Tags: ,