Archive

Archives pour la catégorie ‘KING Stephen’

Rond de Sorcière #73

31/08/2016 19 commentaires

.

Logo Rond de SorciereLe Rond de Sorcière me permet de vous faire découvrir tous les livres lus durant le mois ; notamment les petits trésors que je découvre sans avoir le temps de leur consacrer une chronique complète.
C’est une sorte de compromis entre ma bonne conscience livresque et moi. Je vous parlerai aussi de ce qui touche de près ou de loin le monde des livres ; comme une parenthèse plus personnelle.

.

En juillet, ce sont 2395 pages qui ont été tournées (dont 448 livres graphiques).
.
Là, je ne compte pas la lecture du premier-tome-paru-en-indépendant-que-je-possède-en-trilogie « La trilogie du Roi Kelson » de Katherine Kurtz car je fais ce que je veux. Ce qui veut dire, que bim, 1165 pages apparaitront dans le bilan de septembre, car – à l’heure où j’écris ces lignes – je sais que j’en finirai la lecture début du mois prochain (oui parce que c’est une lecture commune).
.

Bon, si on se concentre sur juillet, on peut dire qu’il y avait du soleil et des nanas dadadirladada : des barbecues, des copains, du bon graillage, des anniversaires en pagaille, du sniffage de neveu-presque-tout-neuf, du jeu. Et parfois, tout en même temps.
.

Avec un peu plus d’intérêt – pour vous – je vous dirais que j’ai testé une nouvelle escape room, le cachot du tavernier et que c’était trop bien. Que j’ai testé Seasons, un jeu de société, que j’ai rerererererererererererererererevu Constantine (mon film préféré) <3, que j’ai repris la lecture commune de l’œuvre de Katherine Kurtz avec Eirilys et que je n’ai pas beaucoup avancé dans ma saga de l’étéAutremonde de Tad Williams.
.

Ma codétenue de défi, Valériane avait réalisé une bonne pioche dans ma pile à lire avec La fontaine pétrifiante de Christopher Priest.

.

Itsi bitsi petites acquisitions :
¤ CHEVALIER Chloé : Récits du Demi-loup – Les Terres de l’Est, tome 2
¤ KING Stephen : Misery
¤ RENNER Benjamin : Le grand méchant renard

→ J’ai adoré Les Terres de l’Est mais j’ai laissé tomber le livre audio « Misery » de Stephen King car sa découverte était trop proche de mon aventure avec « D’après une histoire vraie » de Delphine de Vigan (et bon, ça me plombait un peu le moral). « Le grand méchant renard » de Benjamin Renner ne m’appartient pas, c’est un cadeau d’anniversaire offert à mon amoureux, mais ça tombe bien, il était aussi dans ma liste d’envies !
Résultat : +3 nouveaux livres ; -9 lectures

. Lire la suite…

KING Stephen – 22/11/63

01/04/2016 26 commentaires

.

22 11 63 Stephen KingTitre : 22/11/63
Auteur : Stephen King
Plaisir de lectureetoile 5 Livre fantas… tique
.

Pendant qu’il dégustait un burger, Jake Epping voit Al Templeton pris d’une violente quinte de toux. Celle-ci semble interminable, il a les traits tirés et semble avoir vieilli de quelques années alors qu’il y a encore deux minutes en cette année 2011, il paraissait en parfaite santé. Le propriétaire du diner lui livre un secret : au fond de la cave, se trouve le terrier. Il s’agit d’un point invisible, d’un passage pour remonter le temps et atterrir précisément le 9 septembre 1958 à 11h58. Dernière requête d’un mourant, Al demande à Jake de changer l’Histoire et le destin des États-Unis en empêchant l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy.

.
.

Le passé ne veut pas être changé.

.
.

Pour se mettre dans l’ambiance : In the mood de Glenn Miller

.

22-11-63 Stephen King Illustration)°º•. Choisi pour le mois de mars dans le cadre du défi Valériacr0, ce livre m’a aussi été offert par Valériane, ma binômette de goût. Et elle a bien fait, car sans elle, je ne l’aurais sans doute pas lu ; du fait que cet événement funèbre et les hypothèses de complot ne sont pas ma tasse de thé/café. Certes, c’est l’objectif de Jake Epping, mais c’est surtout un élément qui sert l’intrigue, pas l’entièreté du récit.
. Lire la suite…

KING Stephen – Carrie

02/11/2013 30 commentaires

.

Carrie Stephen KingTitre : Carrie
Auteur : Stephen King
Plaisir de lectureetoile 4 Livre à découvrir

.

Carrie White est le souffre-douleur de ses pairs. Aussi loin que remontent ses souvenirs, cela a toujours été le cas. Malgré les récents événements survenus après une séance de sport, la chance semble tourner. Elle est invitée au bal de promo par Tommy, un jeune homme populaire du lycée. Mais cette nouvelle donne est basée sur la méchanceté de certains élèves.

. .

Carrie 01)°º•. Si Carrie est une tête de Turc et surtout une mal aimée, le contexte familial joue pour beaucoup. Margaret sa mère est une fervente croyante fondamentaliste. Elle est entièrement convaincue que sa fille vit dans le péché. Elle punit régulièrement Carrie, qui, enfermée dans le placard doit fortement prier. Malheureusement, sa croyance mute en vengeance. Par les autres élèves, elle est tour à tour méprisée, ignorée, houspillée… et parfois, tout à la fois. Ses semblables ne daignent pas s’intéresser à Carrie et le monde se ferme littéralement à elle. On découvre en même temps que Carrie, son pouvoir de télékinésie qui s’affirme petit à petit. .

Nous sommes d’abord surpris par sa maladresse et tout au long du récit, le lecteur oscille à savoir s’il doit l’aimer ou la détester. Parmi les dindons, Chris, cette jeune fille populaire est insupportable, Susan fait partie également de la troupe de tête mais elle tente de se racheter en faisant promettre à son petit copain Tommy d’inviter Carrie au bal.

. .

Carrie 03)°º•. L’ouverture du livre s’effectue sur la scène terrible des douches communes après le sport où Carrie subit les brimades animales de ses camarades alors qu’elle pense être entrain de mourir.  L’histoire se termine sur une apocalypse absolue. Et au milieu, nous entrons dans l’univers de Carrie. Le récit est entrecoupé d’extraits d’interviews, de rapports, d’analyses scientifiques ou d’extraits de livres : si parfois, ils coupent un peu le rythme de lecture, ils invitent surtout le lecteur actif à réaliser son propre cheminement. .

Stephen King met en scène l’archétype de l’intégrisme religieux avec une mère radicale qui sert presque d’excuse. Le livre est surtout porté sur l’adolescence, ce passage ô combien difficile pour certains. Les pensées de Carrie sont tournées vers la rage qu’elle porte au monde. L’auteur décrit les souffrances de la protagoniste avec justesse. La méchanceté gratuite est mêlée à la stupidité humaine de manière très convaincante. Ce livre ne fait pas peur à proprement parlé, on assiste à la mise en place d’un climat de malaise. Par ailleurs, Stephen King distille le suspense avec brio. .

Carrie est mon premier Stephen King. Neph et Emma étaient outrées d’entendre que je n’avais jamais lu cet auteur, si bien que cette dernière m’a offert ce roman. Et sans elle, je t’avoue, lecteur, que je n’aurai sans doute pas tenté avant longtemps. Le gros a priori que j’avais, c’est que King, c’était surtout de l’horreur/épouvante, ce qui ne pouvait convenir à lectrice peureuse que je suis.

Ce livre est le premier que Stephen King publie (sous cette identité), et ce en 1973. C’est en 1976 que la première adaptation cinématographique « Carrie au bal du diable » sort au cinéma dont le scénariste est Brian De Palma : le film pâtit un peu de la mode de l’époque sur les tenues, les décors, les effets visuels, les petites interprétations du livre. J’ai eu un peu de mal avec le terrible ralenti de la fin, mais je suis un public difficile pour cette fois ; j’ai également ressenti moins d’empathie pour Carrie que lors de ma lecture, car elle se fait davantage aidé par son entourage (notamment par la professeur de sport Chris Hargenson). Je n’ai guère entendu autant de gros mots dans un film (si ce n’est avec Paul de Mottola). Sur l’ensemble de l’adaptation, Brian De Palma respecte la trame du roman. Mine de rien, c’est un classique du genre ; avec des effets spéciaux au top au moment de son tournage. Le 4 décembre 2013, sortira une nouvelle adaptation « Carrie, la vengeance » signée par Kimberly Pierce.

. .

Carrie est un livre troublant tant sur l’ambivalence des sentiments que nous ressentons que sur le climat de malaise. L’écriture de King basée sur un récit entrecoupé d’extraits permet d’affiner le sentiment d’événements réels. J’ai été très surprise par ce livre sur la teneur des propos si riche.

.

   Carrie 02  Carrie 05  Carrie 04 .

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : Le déluge qui s’abat sur cette pauvre Carrie.

.

Dans le chaudron :
¤ Dancing Lolita de Gudule.

.

logo Halloween 2013

. .

Cette lecture est une participation au rendez-vous « Stephen King » du challenge Halloween.

. .

Adalana’s imaginary world, Book en stock (Dup), Chez Neph, Dans ma bibliothèque (Rose) ont elles aussi été surprises par le jugement aveugle des gens.

CITRIQ

.

Pics : #01 par Ryandcody ; #02 par Distantlullabies ; #03 Comicbookguy54321 ; #04 par Awnen ; #05 par Arcopitcairn.

.

Categories: KING Stephen Tags: