Un récapitulatif au bon goût d’été indien

15/10/2020 5 commentaires
.

Bilan de mes lectures estivales 2020

.

Il se pourrait bien que nous soyons mi-octobre.
Il se pourrait bien que vous lisiez mon article récapitulatif de mes lectures estivales.
L’heureux-se événement arrivée lors des premiers jours de l’automne ne m’a pas permis d’anticiper ce billet. Mais qu’à cela ne tienne, votre tenancière tenait à faire un petit récapitulatif de ce joyeux été caniculaire.

.
D’où le titre de ce billet que j’ai trouvé judicieux puisque l’été indien est un phénomène météorologique qui se déroule en automne après les premières gelées et avant l’hiver, c’est une période ensoleillée et aux températures douces.
.
.
🏖 Au 20 juin, j’avais établi une liste d’envies concernant mes lectures à venir, que je saupoudrais de divers souhaits liés à des challenges. Autant y aller franco. Le beurre ET le sucre, illico.
.
Comme valider quelques bonnes résolutions pour mon défi Fin de Série en terminant les séries de Rae Carson et de Céline Landressie ; en continuant de longues sagas comme celle de Pratchett ou encore de Hobb. Lire de bons pavés mais aussi un peu d’Halloween si possible. Tout à fait jouable, non ?
.
.
🔥 Je spoile directement : je m’en sors très bien 💁🏻 J’ai abandonné 1 roman, j’en ai laissé 1 sur le rayonnage de ma bibliothèque, j’ai lu 5 romans de la liste initiale ainsi que 3 ajouts en cours de route.
.
.
Et du côté des challenges :
.
💧 Dans le cadre du défi Valériacr0, Valériane m’a particulièrement bien aidé puisqu’elle a ciblé lesdits souhaits facultatifs, en choisissant – et moi en lisant – : un roman de Daryl Gregory en juillet (+1 pavé), un tome des Annales du Disque-monde de Terry Pratchett en août (+1 longue série) et le roman de Rod Marty en septembre (+1 Halloween).
.
💧 Pour le challenge Pavé de l’été de Brize j’ai lu : 1648 pages réparties sur deux titres, l’un de Daryl Gregory, le second de Samantha Shannon.
.
💧 Pour mon Fin de Série, j’ai terminé la série de Carson, j’ai sorti la saga de Céline Landressie et j’ai même commencé la série de Philip Pullman ! J’ai également avancé dans les longues séries suscitées de Pratchett et Hobb.
.
.
🌊 Ce qui nous donne :
¤ CARSON Rae : La trilogie de ronces et de braises – Le Royaume des Larmes, tome 3 (528p)
.
Categories: Vie de lectrice Tags:

Défi Valériacr0 octobre 2020

11/10/2020 3 commentaires

.

Défi Valériacr0 écrit en lettres retro à ampoules

Le défi Valériacr0, c’est le combo de choc (et un poil drogué) que je forme avec ma copine Valériane. Peu de lectures en commun mais la bêtise et l’amour du blablatage futile, si. Et un objectif très sérieux de descente de PAL avec choix imposé chaque mois. Rien que cela !

Pour tout savoir, rendez-vous sur la page.

.

.

Impressions pour le mois de septembre :

.

Le mois de septembre symbolise celui de la rentrée scolaire ✂ et des bonnes habitudes à (re)prendre. C’est pourquoi j’ai choisi pour Valériane, un livre tout fraîchement arrivée dans sa Pile à Lire. Un titre que j’ai adoré – mais jamais chroniqué – « Cartographie des nuages » de David Mitchell. Valériane est toujours plongée dans ce roman qui lui donne un peu de fil à retordre. Il faut dire qu’il demande un peu de concentration par une lecture soutenue.

.

Dès septembre, certains passent en automne, d’autres – comme moi – mettent Halloween 🎃 en ligne de mire. Valériane le sait et Valériane agit. C’est aisi qu’elle a jeté son dévolu sur « Les enfants de Peakwood » de Rod Marty. Dans ce cadre, ma lecture était très bien : la folie semble prendre les habitants de toute une ville. L’auteur propose une thèse rationnelle et une hypothèse fantastique en y mêlant un peu de magie amérindienne.
.
.
Ma chronique « Les enfants de Peakwood » de Rod Marty

.

.

Sélection pour le mois d’octobre :.

.

 

Couverture du roman Tout est fatal écrit par Stephen KingTout est fatal de Stephen King

.

Chère Valériane,
Bienvenue en Hallowctober ! 🎃 Le temps s’est mis au diapason avec des conditions météorologiques dignes d’un bon automne grisâtre 🍁 Chausse tes mitaines, enveloppe-toi dans ton plaid orange et noir et c’est parti pour découvrir le titre octobral que tu t’apprêtes à découvrir les prochaines semaines, au coin du feu en dégustant des doigts de sorcière et en buvant un breuvage au bon goût de bave de crapaud 🐸🍴 : Tout est fatal de Stephen King
.
.

Sa réaction :

Hehe, mais c’est clair! Il a fait bien dégueu aujourd’hui! Et j’ai commencé à avoir froid depuis quelques jours!!
On rallume le chauffage, on sort le plaid….. (enfin je ne le range jamais…. même en été 😉 AHAH)
et!!!! c’est super, un bon Stephen King pour m’accompagner!
Je me disais justement que j’avais plutôt envie de me replonger dans lui (c’est bizarre cette tournure) que de continuer à m’enfoncer dans La cartographie de Mitchell (argh! J’aime bien, mais c’est lent… en fait, les chapitres mettent un peu de temps à se lancer, mais une fois dans le truc, il monte bien son cliffhanger! du coup j’ai envie de le finir… mais je suis hypra lente)
Bref!
Merci pour ce bon choix! Ce sont des nouvelles, si je ne me trompe! C’est chouette!

.

.

Pour octobre, sensible à la nouvelle aventure que je vis, Valériane m’a choisi un titre court  🎃

.

Categories: Challenges & Défis Tags:

MARTY Rod – Les enfants de Peakwood

05/10/2020 5 commentaires

.

Couverture du roman Les enfants de Peakwood de Rod MartyTitre : Les enfants de Peakwood
Auteur : Rod Marty
Plaisir de lecturePlaisir de lecture : notation 3 etoiles Livre sympa
Lire les premières pages du roman « Les enfants de Peakwood »
.

À Peakwood, plus personne ne parle de l’accident survenu il y a plusieurs annéess. Une voiture et le bus de l’école se sont percutés au retour d’une sortie scolaire. L’événement a occasionné deux morts, les autres enfants sont des rescapés. Dix ans plus tard, ces derniers sont atteints d’étranges blessures.
.
.
.
Rod Marty nous livre une galerie de personnages locaux : médecin de ville, tenancier restaurateur, serveuse alcoolique, ancienne institutrice maintenant handicapée, le maire, le patron de l’usine d’à côté, le jeune intelligent qui se sent à l’écart par rapport aux autres élèves, la belle gosse, le capitaine de l’équipe de football américain. Leur évolution est plutôt bien amenée. Certains personnages sont cruels et violents et l’entrée dans leur quotidien n’épargne pas le/la lecteurice.
.
Cependant, j’ai trouvé qu’ils étaient trop nombreux pour que le déroulé de l’histoire reste fluide : ces nombreux points de vue l’alimentent mais dans lesquels on risque de se perdre ; cela gâche un peu le rythme. À noter que le titre indique « les enfants » mais qu’hors prologue, on les côtoie durant leur adolescence. Il faut plutôt y voir une allusion aux « enfants » de cette ville.
.
L’histoire est bien ancrée dans notre réalité. Le cauchemar se met en place, l’aspect effrayant monte progressivement en puissance avant d’exploser. L’auteur nous propose une thèse rationnelle et une hypothèse fantastique. L’atmosphère est mystique, à la frontière entre réel et fantasmé.
.
Pour nourrir l’intrigue, Rod Marty intègre une magie amérindienne, sans oublier la place des émotions. Si j’ai trouvé la base un peu simplifiée, l’avantage c’est que le fonctionnement du chamanisme peut être compris par tous.
.
.
.
Le point de départ est cet accident scolaire – en guise de prologue – et les traumatismes qui vont en découler. L’équilibre de la ville commence à se désaxer ; la folie atteint les habitants. L’atmosphère est tendue et particulièrement bien rendue avec les conditions météorologiques qui se déchaînent avec le froid mordant et l’arrivée du blizzard dans cette petite ville du Montana.
.
L’intrigue reste classique mais bien menée. L’intervention du fantastique est bienvenue et reste sommaire, nous ne sommes pas dans un roman truffée de zombies. J’aime à penser que cette histoire aurait pu être un brin plus effrayant. Par certains aspects, le récit m’a fait penser à la série télévisée « Les revenants » créée par Fabrice Gobert.
.
Hors prélude, l’histoire se déroule sur quelques jours seulement ; se focalisant sur les personnages et leurs peurs profondes. Il n’y a pas de surenchère dans l’écriture, le roman offre même quelques scènes percutantes. Il manquait un peu de profondeur pour totalement me convaincre : je n’ai pas eu de surprise mais « Les enfants de Peakwood » reste divertissant. Aussi, il interroge sur ce que nous serions prêt∙e∙s à faire face à la mort d’un enfant.
.
.
La maison d’éditions Scrinéo est réputée pour la publication des romans destinés aux adolescents et à la jeunesse, mais elle intègre aussi des parutions pour les adultes. C’est le cas de « Les enfants de Peakwood » notamment de par un trigger warning avertissement au public concernant un viol très explicite.
.
.

————————————————————————~*

.

Logo du défi littéraire Valériacr0Logo du Challenge Halloween 2020Cette publication de chronique est réalisée sur le fil (!) et me permet de rester en jeu dans le cadre du défi Valériacr0, édition septembre 2020 🙌

Il s’agit aussi de ma première participation au challenge Halloween de cette année bien que je n’aie pas encore rédigé mon billet de présentation oups 🙊

.

Categories: MARTY Rod Tags:

Une nouvelle lectrice

02/10/2020 19 commentaires

.

C’est avec beaucoup d’émotion(s) que je prends le clavier aujourd’hui.
Une nouvelle lectrice vient de rejoindre mon foyer.
Je vous fais part de la naissance de ma fille, Mia ✨

.

Nouvelle lectrice chez la blogueuse Acr0 Livrement.

Certaines des plus belles histoires commencent en dehors des livres 

.

Categories: Vie de lectrice Tags:

Les Aventuriales 2019

20/09/2020 2 commentaires

.

Affiche des Aventuriales 2019 à MénétrolLes Aventuriales est un festival d’imaginaire qui se déroule à Ménétrol, tout proche de Clermont-Ferrand, en pleines Terres du Milieu. L’édition 2020 arrive à grand pas : c’est le week-end prochain, 26 et 27 septembre.
.
Je ne pourrai malheureusement pas m’y rendre cette année (tristesse) mais je tenais à revenir sur l’édition 2019 car c’est un salon du livre qui me tient à cœur.
.
Chaque année, un invité est mis à l’honneur. Pour cette année, c’est Chupacabra le vampire, un personnage fictif de Sébastien Tissandier et Vael Cat. C’est cette dernière qui a signé l’affiche. Le salon était parrainé par Silène Edgar et Paul Béorn.
.
.
.
.
Salon littéraire Ménétrol : Les Aventuriales - panneau d'indication de chemin Salon littéraire Ménétrol : Les Aventuriales ; tampon d'entrée
.
Je me suis réjouie de franchir l’accueil de l’événement pour rejoindre ma presque copine à moi, Delphine. C’est toujours avec grand plaisir que je la retrouve pour passer du temps ensemble. Cette fois, nous nous sommes échangé des cadeaux automnaux et j’ai aussi pu lui offrir celui pour son anniversaire. J’ai également pu revoir Nadia Coste, dont la présence m’avait motivée pour y venir la première fois en 2016.
.
.
 Salon littéraire Ménétrol : Les Aventuriales Salon littéraire Ménétrol : Les Aventuriales ; petit déjeuner pain au chocolat
.
.
J’aime beaucoup l’ambiance du salon où il fait bon flâner et le taux de fréquentation tout à fait acceptable y joue beaucoup. En 2019, il a fait très beau – j’étais même en robe ! – contrairement à 2018. Je n’ai pas boudé mon plaisir en m’y rendant samedi et dimanche.
.
Le programme était alléchant : animations, ateliers & conférences, présence d’artisans, d’auteurs, d’illustrateurs et de maisons d’éditions. J’ai retrouvé Nadia Coste qui m’a accueillie avec grand honneur, j’ai pu faire un coucou rapide à Stefan Platteau qui partait en atelier, à Marie-Christine Daniel exaltée, dont j’avais fait précédemment fait la connaissance. Je suis aussi allée verser quelques larmes auprès de Jean-Luc Marcastel pour connaître la suite de L’auberge entre les deux mondes et je suis allée parler… Cthulhu avec Jean-Laurent Del Socorro. J’ai longuement discuté avec Aurélie Martin, illustratrice, que j’avais découvert le travail quelques mois auparavant à Echos & Merveilles.
.
.
Salon littéraire Ménétrol : Les Aventuriales ; rencontre de Nadia Coste Salon littéraire Ménétrol : Les Aventuriales - rencontre Marie Catherine Daniel autrice
.
Salon littéraire Ménétrol : Les Aventuriales - rencontre Jean Laurent Del Socorro Salon littéraire Ménétrol : Les Aventuriales - Illustratrice Aurélie Martin
.
.
Pour cette édition, je me suis surtout promenée au gré de mes envies. J’ai ainsi pu admirer les différentes personnes en cosplay, regarder les démonstrations de combats chorégraphiés d’arts martiaux sur le thème de Star Wars. Sans oublier le fait que je suis repartie avec de l’excellente truffade qui se trouvait au menu de la taverne (revenons à des basiques nourrissants).
Mon coup de cœur reste les lectures musicales de The Deep Ones qui furent très plaisantes : j’ai trouvé qu’elles apportaient une nouvelle dimension aux textes.
.
.
Salon littéraire Ménétrol : Les Aventuriales - cosplay Salon littéraire Ménétrol : Les Aventuriales - cosplay jedi
.
Salon littéraire Ménétrol : Les Aventuriales - combat sabre laser Salon littéraire Ménétrol : Les Aventuriales - Cosplay Harley Queen
.
Salon littéraire Ménétrol : Les Aventuriales - The Deep ones, lectures musicales Salon littéraire Ménétrol : Les Aventuriales - Dédicace Jean Laurent Del Socorro et Paul Béorn
.
Salon littéraire Ménétrol : Les Aventuriales - fée assise sur un banc Salon littéraire Ménétrol : Les Aventuriales - Animation dans le parc
.
.
J’ai suivi mon objectif et ne suis revenue qu’avec le seul achat que je visais – et ce n’est même pas de la SFFF ! – soit « Rose-Thé et gris souris » de Marie-Catherine Daniel que j’ai fait dédicacer (avec moment de papotage évidemment). Stefan Platteau m’a dédicacé Le Dévoreur que j’avais déjà lu. C’est une affaire au long cours : j’avais fait dédicacé Manesh à L’imagina’livres en 2018, mon amie Eirilys m’avait offert Shakti qu’elle avait fait signer durant les Imaginales 2018. Il ne me reste plus qu’à retrouver l’auteur un jour pour la signature de Meijo, le troisième tome des Sentiers des Astres.
.
.
Salon littéraire Ménétrol : Les Aventuriales - invit d'honneur Chupacabra Salon littéraire Ménétrol : Les Aventuriales - Lives dédicacés Blog Livrement
.
Salon littéraire Ménétrol : Les Aventuriales - Dédicace du Dévoreur par Stefan Platteau Salon littéraire Ménétrol : Les Aventuriales - Dédicace de Rose thé et gris souris par Marie Catherine Daniel
.
Categories: Vie de lectrice Tags:

SHANNON Samantha – Le Prieuré de l’Oranger

14/09/2020 8 commentaires

.

Couverture du roman Le Prieuré de l'Oranger de Samantha ShannonTitre : Le Prieuré de l’Oranger
Autrice : Samantha Shannon
Plaisir de lecturePlaisir de lecture : notation 2 etoiles Livre avec regrets
.

La maison Berethnet est vénérée car sa seule existence empêcherait le réveil du Sans-Nom. Le règne de la reine Sabran IX est perturbé par les complots. Ead Duryan est Dame et dont la présence à la Cour a pour seul but de protéger la reine, elle est missionnée par une société secrète. De l’autre côté des Abysses, Tané est en passe de gravir les échelons malgré ses origines modestes pour devenir jeune dragonnière. Et pourtant dans les Abysses, pourrait très bien s’éveiller le Sans-Nom au bout d’un millénaire de sommeil et détruire l’humanité. L’Est et l’Ouest vont devoir faire face ensemble.

.
.

Le récit intègre uniquement des personnages féminins Ead, Sabra, Tané ; les hommes comme Roos et Loth ont un rôle secondaire. Les personnages principales sont torturées et aussi ambiguës. Pour moi, elles manquent de charisme pour que je puisse m’attacher à elles. Leur personnalité n’est pas assez poussée, avec des sentiments qui auraient mérité un peu plus de crédibilité bien qu’elles ne soient pas manichéennes.

.

Le bestiaire reste classique et vraiment en retrait. Après quelques échanges avec d’autres lecteurs, j’avais compris que les dragons ou croisements issus de dragons ne seraient pas le point fort de l’intrigue. J’ai bien aimé les noms et adjectifs les qualifiant : vouivre, lacustrine, coquatrix, haut-ouestrien, wrym, seiikinois entre autres. L’univers mythologique est un peu fade et a sonné creux pour moi, même si certains éléments ont été intégrés au récit pour charmer le lecteur ; comme si l’autrice avait envie de le flatter en faisant écho à des problématiques actuelles.
.

On reste sur un ensemble connu composé de territoires, de peuples et de créatures différents mais le système de magie n’a rien de percutant ou de marquant. Il relève lui aussi du second plan. Reste la menace du Sans-Nom dont le but ultime est révélé au fur et à mesure de l’avancée de l’intrigue. Mais je suis mitigée sur le quid de la prophétie. L’intrigue est nourrie par plusieurs axes : magique donc, religieux et politique.
.

Il y a un aspect révolutionnaire qui se dégage du récit : l’envie de briser certaines règles, us et coutumes dans lesquels semblent coincés les peuples. Les intrigues politiques viennent nourrir un héritage qui parait-il est épique, sauf que le courage semble avoir de prime abord déserté les membres royaux. Samantha Shannon intègre l’homosexualité comme la normalité sans appui artificiel mais en présentant une belle histoire d’amour (mais ce n’est pas le cœur de l’intrigue). Le thème du féminisme a manqué de finesse pour moi. C’est même assez soft pour passer inaperçu. Je n’écris pas qu’il s’agit d’un féminisme passif mais j’aurais du coup aimé un peu plus de poigne.

.
.

Ce titre de fantasy propose une couverture aux couleurs chatoyantes, avec un bien joli relief bleu brillant. L’objet livre est imposant – 1024 pages – du fait qu’il soit un one shot roman unique : l’exemplaire papier m’a été prêté par Marie Juliet mais j’avoue être vite passée au format numérique.

Ce livre a fait beaucoup parler de lui mais c’est quelque chose dont je sais me protéger. Bien souvent, je fais mûrir ces titres sur ma liste d’envies mais parfois, je les lis dans la foulée et je suis agréablement surprise. Mais pour cette fois, je ne partage pas l’engouement général. Je savais pourtant ce qui pouvait m’attirer, je n’y suis pas allée contre ma propre envie, hein.
.

Cette histoire propose plusieurs points de vue avec plusieurs fils narratifs. Elle respecte plusieurs points classiques dans sa construction. On sent bien l’imagination de l’autrice mais 1000 pages m’ont semblé un peu longuettes à cause des éléments déjà-vus et des rebondissements prévisibles.
.

Le récit est un peu long à démarrer le temps de comprendre la géographie des lieux, de rattacher les personnages aux bons territoires. Mais une fois que les bases étaient posées, l’action elle-même met du temps à s’installer et reste noyée dans la masse d’explications. J’ai trouvé qu’il manquait d’équilibre entre Est et Ouest : les intrigues de Cour occupent beaucoup de lignes. Quelques événements auraient mérité d’être écourtés et d’autres points, d’être développés. La fin se veut épique mais reste surtout expéditive. A contrario, les chapitres assez courts s’enchainent bien et le style direct reste agréable à lire.
.

Je suis vraiment mitigée par la cadence de l’histoire et par la densité de l’histoire  ; j’en suis même venue à m’ennuyer. Une sensation d’insatisfaction s’est emparée de moi en fin de lecture, du genre « tout ça pour ça » Je n’ai pas été transportée et pourtant, j’aurais moi aussi voulu aimer « Le Prieuré de l’Oranger ».

.

.

Mise en scène du roman Le Prieuré de l'Oranger de Samantha Shannon

.

————————————————————————~*

.

Logo du challenge littéraire Pavévasion 2020🧱 Voilà une bonne briquette parfaite pour le challenge Pavé de l’été de Brize. Une entrée fracassante 😉
.

Boudicca (Le Bibliocosme)Chez le Chat du CheshireKarine (mon coin lecture)Les lectures de Bouch’, L’ours inculte ont davantage apprécié les aventures d’Ead.

.

Categories: SHANNON Samantha Tags:

Défi Valériacr0 septembre 2020

04/09/2020 4 commentaires

.

Défi Valériacr0 écrit en lettres retro à ampoules

Le défi Valériacr0, c’est le combo de choc (et un poil drogué) que je forme avec ma copine Valériane. Peu de lectures en commun mais la bêtise et l’amour du blablatage futile, si. Et un objectif très sérieux de descente de PAL avec choix imposé chaque mois. Rien que cela !

Pour tout savoir, rendez-vous sur la page.

.

.

Impressions pour le mois d’août :

.

Août est un mois parfait pour buller… J’ai donc choisi un livre dont le titre était très à-propos : « Un océan d’amour » de Wilfrid Lupano et Gregory Panaccione. Il ne contient aucun texte mais j’imagine de belles planches 🌊 Valériane a trouvé qu’il véhiculait beaucoup d’émotions.

Pour rappel, Valériane avait un gage en cours : « Lire le tome d’une série en plus de la sélection le mois suivant ». En juillet, je l’invitais donc à lire le tome 11 de L’assassin royal de Robin Hobb… et le tome 12 au mois d’août. Gage validé avec succès ! 🏆

.

Valériane a aussi choisi une lecture estivale… en m’envoyant directement dans la neige ❄ avec « Le Père Porcher » de Terry Prachett. C’est bien une lecture rafraîchissante grâce au grand humour de l’auteur qui nous donne une belle leçon de cynisme autour du thème de Noël. Fond de réflexion et légèreté au programme (et puis la Mort, quoi ! 💀)
.
.
Sa chronique « Un océan d’amour » de Wilfrid Lupano & Gregory Panaccione
Ma chronique « Le Père Porcher » de Terry Pratchett (Les Annales du Disque-monde, tome 20)

.

Roman Le Père Porcher de Terry Pratchett : sélection du défi littéraire Valériacr0 août 2020
Et dans le billet, j’y ai glissé une petite vidéo de l’aide reçue pour faire des photos
(si ça, c’est pas vendeur…! 😸)

.

.

Sélection pour le mois de septembre :.

.

 

Roman Cartographie des nuages de David MitchellCartographie des nuages de David Mitchell

.

Chère Valériane,

La rentrée scolaire est importante 🎒 C’est reprendre les bonnes habitudes : nettoyer ses chaussures, tailler ses crayons, réaliser une sauvegarde de son disque dur et ne pas laisser traîner de livres fraîchement acquis dans sa PAL 📏✂🖍
Je suis – presque – sûre que tu sais quel titre je vais te choisir, comme le nez au milieu de la figure : Cartographie des nuages de David Mitchell (que j’ai adoré évidemment). What else ?!

.

Sa réaction :

Ahah!
Bon choix. Ca sera ma brique de cet été (enfin si je le finis dans les temps…. sinon c’est pas trop grave pour le challenge 😉 )
Je me réjouis de le découvrir! Depuis le temps qu’il me fait de l’œil. Puis quand je lis ton avis et ta « passion » pour l’auteur, je me dis que ça doit être top!

 

→ Dès les portes de septembre ouvertes, Valériane accueille la nouvelle saison avec une sélection de choix 🍁

.

Categories: Challenges & Défis Tags: