Rond de Sorcière #101

17/12/2018 Aucun commentaire

.

Logo Rond de Sorcière du blog LivrementLe Rond de Sorcière me permet de vous faire découvrir tous les livres lus durant le mois ; notamment les petits trésors que je découvre sans avoir le temps de leur consacrer une chronique complète.
C’est une sorte de compromis entre ma bonne conscience livresque et moi. Je vous parlerai aussi de ce qui touche de près ou de loin le monde des livres ; comme une parenthèse plus personnelle.

.

Mois de novembre très prolifique concernant les lectures ! Si septembre et octobre avaient été occupés à autre chose ( 2 romans et 1 livre audio sur le premier mois, 3 romans, 1 livre audio sur le second), je pulvérise tout durant ces dernières semaines. Les bonnes lectures s’enchaînent, c’est un plaisir.
.

On notera que mon mois de novembre a toujours un pied dans la période d’Halloween ; justement parce que le challenge courait jusqu’au 11 novembre.

D’ailleurs, j’ai été aidée par Valériane qui avait choisi le dixième tome de l’Épouvanteur de Joseph Delaney dans le cadre de notre défi.
.

📽 Visionnage !
On est en plein dans Halloween avec “The haunting of the Hill House” qui a terriblement bien fonctionné sur moi (je me suis découvert récemment une peur des maisons hantées et tous les clichés – porte qui claque, ombre dans un coin – font loupe des battements à mon cœur) ; photographie superbe, j’ai été happée par l’intrigue.
Les séances au cinéma ont été rares cette année, mais je ne pouvais rater « Les crimes de Grindelwald » (Les animaux fantastiques 2) : y aller entre copains permet aussi de débriefer dès la fin du film. Il y a du un peu moins bon, du bon et du je m’interroge ; dans l’ensemble, je l’ai bien aimé.
Du côté des OVNI, il y a « I don’t feel at home in this world anymore » dont le côté ‘what the f*ck’ m’a beaucoup plu, le binôme Elijah Wood et Melanie Lynskey est en forme. J’ai continué la série « 3% » et je reste partagée sur cette deuxième saison. Mon petit cœur s’est serré fort en visionnant la série « Wanderlust » où j’ai trouvé Toni Collette excellente (comme bien souvent).
Novembre étant ni à Halloween, ni réellement à Noël – normal… – je fais un peu des deux. Regarder des comédies thématiques me permet de [VISIONNER] d’un œil d’écouter durant mes sessions de traitement de photos : La princesse de Chicago et The Holiday Calendar se retrouvent à égalité, « Les chroniques de Noël » se démarque par son rythme punchy, son ton drôle et grâce à Kurt Russel qui joue bien le rôle attribué.
Enfin, côté humour/stand-up : « Happy to be here » de Tig Notaro n’a pas su me convaincre mais je ne m’arrête pas à ce spectacle-ci de l’humoriste. « The leather special » d’Amy Schumer contient de bonnes répliques et elle est un concentré de bonne humeur. J’ai passé un très bon moment – je me suis marrée ! – avec « The comeback kid » de John Mulaney, avec une mention spéciale au souvenir rattaché à McDo.

.

Il faut savoir me raisonner avec la pile à lire :
¤ GRIMALDI Virginie : Chère Mamie
¤ GRIMALDI Virginie : Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie
¤ VAUGHAN Brian K. & STAPLES Fiona : Saga, volume 9

→ Je n’aurais pu vivre encore longtemps sans dévorer le neuvième volume de Saga (paru le 16 novembre), le premier roman de Virginie Grimaldi pour une bonne action envers une association et pour remplir ma réserve de bonne humeur ; le second roman pour glisser un audio dans mes esgourdes.

Résultats : +3 entrées ; -15 sorties

.

Lectures de niovembre 2018

.

Romans SFFF

.

Couverture du roman Jivana de Nadia Coste, roman publié aux éditions ActuSFJivana – Nadia Coste
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir
Chronique complète
C’est avec plaisir que je me suis plongée dans Jivana : heureuse de retrouver l’univers des Fedeylins. Dans cette histoire, deux héroïnes partagent un seul et même corps, la déesse Savironah et Jivana. Nadia Coste aborde plusieurs thématiques dont celle de la place de la femme dans la société. Leur quête les entraine sur un chemin semé d’embûches. Ce roman est un bonus tout sucré. Il peut se lire indépendamment de la série principale mais acquière une autre dimension s’il est lu après. Lecture conseillée à partir de 12 ans.

.
.

Couverture du roman Rhizome de Nadia Coste, publié aux éditions SeuilRhizome – Nadia Coste
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir
Chronique complète
Nous voilà projetés dans la sky-city de Mauges en 2081. Jaro botaniste de métier vient de respirer des spores qu’une plante apparemment anormale vient de disperser. Il va devoir endosser le rôle d’ambassadeur pour les plantes. Nadia Coste offre une belle leçon d’écologie à travers l’intrigue. Cette dernière referme une originalité astucieuse qui permet d’éclairer la relation entre les humains et les organismes végétaux. Lecture conseillée à partir de 13 ans.

.
.

Couverture du roman Le sang de l'épouvanteur de Joseph Delaney, dixième tome de la série l'épouvanteurLe sang de l’Épouvanteur (L’épouvanteur, tome 10) – Joseph Delaney
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir
Chronique complète
Dans ce dixième tome, Tom Ward et l’épouvanteur auront d’autres créatures à museler pour ne plus se préoccuper momentanément de la lutte contre le Malin. L’intrigue majeure avance peu mais les personnages ne restent pas figés. Le roman est un concentré d’actions et initie le passage du flambeau. Lecture conseillée à partir de 12 ans.

.
.

Couverture du livre "Entends la nuit" de Catherine DufourEntends la nuit – Catherine Dufour
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir
Chronique complète
En protagoniste, on retrouve Myriame, indépendante et beaucoup trop curieuse. Catherine Dufour fait de la ville de Paris, un personnage à elle toute seule. Elle intègre une créature imaginaire dans une forme que je n’avais jamais croisée. À travers le récit, c’est une remarque très ouverte sur notre société actuelle qui s’étale sous nos yeux. Quelques bémols pour moi, l’univers des créatures tout juste effleuré, un statut un peu passif de la part de Myriame (qui veut tout le contraire). Cependant, j’ai passé un bon moment avec ma lecture et j’étais curieuse de savoir ce que nous concoctait l’autrice.

.
.

Couverture du roman "Les flèches de la reine" de Mercedes Lackey, tome 1 des Hérauts de Valdemar, publié aux éditions MiladyCouverture du roman titré "La chute de la Flèche" de Mercedes Lackey, tome 3 des Hérauts de ValdemarLes Flèches de la Reine, L’envol de la Flèche, La Chute de la Flèche, (les Hérauts de Valdemar, tome 1, 2 et 3) – Mercedes Lackey
Plaisir de lecture Livres sympa
Je possède cette trilogie depuis 2010 que l’on m’a offerte en coffret. C’est donc une relique de ma pile à lire à laquelle je devais bien m’attaquer. Quand des titres patientent autant de temps, je ne sais pas si l’envie de les lire est toujours aussi forte ou si mon expérience de lectrice, au fil des années ne me rend plus décisive dans mes choix à lire.
Sur la forme, les livres sont bourrés de coquilles, sur la forme, je découvre comme protagoniste une jeune fille forte et indépendante. Elle va mûrir au fil de sa vie et de ses rencontres. Elle fuit un mariage arrangé à 13 ans en quittant le foyer familial et poursuit un apprentissage pour lequel elle a été choisie. On peut lister de nombreux poncifs rattachés au genre et avec prévisibilité, l’histoire se finit bien. Cette trilogie représente les romances de Noël que d’autres lecteurs lisent en fin d’année, elle est pleine de bons sentiments.

.
.

Couverture du roman "Shakti" de Stefan Platteau paru aux éditions J'ai Lu. Tome 2 de la série "Les sentiers des Astres"Shakti (Les sentiers des astres, tome 2) – Stefan Platteau
Plaisir de lecture Livre fantas… tique
Tome 1
C’est avec grand plaisir que je suis retournée dans l’univers après « Manesh » qui m’a enchantée. Cet exemplaire m’a été offert par thelibraryathurtfew.fr & Pitiponks qui l’ont fait dédicacé à la dernière édition des Imaginales <3 Je me suis laissée entrainer comme jamais : lister les détails glissés ici et là, adorer découvrir la jeunesse de Shakti, presque sentir l’haleine fétide de la Croq-Carcasse ; que je ne souhaite jamais rencontrer. Les atmosphères sont toujours très bien rendues au point où je peux l’affirmer : je préfère davantage être sous mon plaid que dans cette forêt. Dire que j’ai englouti ce livre serait presque un euphémisme tant j’ai eu du mal à le lâcher.

.
.

Couverture du roman "Le sanctuaire des dieux" de Cindy Van Wilder, tome 1 de Terre de BrumeLe Sanctuaire des Dieux (Terre de Brume, tome 1) – Cindy Van Wilder
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir
Chronique complète
Après le grand Bouleversement durant lequel une Brume toxique s’est déversée sur leur monde, Mirar devient une société clivée : les clans ne se mélangent pas. Des communautés sont créées autour des quatre éléments fondamentaux. Clins d’œil à la mythologie grecque et conséquences environnementales sont tissés dans la trame principale. L’écriture est entrainante et bénéficie d’une imagination foisonnante. « Le Sanctuaire des Dieux » est le premier tome du diptyque Terre de Brume. Le second sera publié en mai 2019. Lecture conseillée à partir de 12 ans.

.

.

Œuvres graphiques SFFF

.

Couverture du petit grimoire des fées illustré par Sandrine Gestin ; textes de Patrick JézéquelPetit grimoire des Fées – Sandrine Gestin & Patrick Jézéquel
Plaisir de lecture Livre sympa
C’est avec grand plaisir que j’admire de nouveau les illustrations de Sandrine Gestin au fil des pages. Les textes présentent les Fées par communauté, donnant leurs caractéristiques principales physiques et de comportement. Les amoureux du Petit Peuple ne trouveront pas d’informations inédites : cela reste un petit grimoire intéressant à grignoter. À noter que le petit livre 11,5*16cm possède une couverture mousse cartonnée et se pare d’un signet. J’ai eu la chance de rencontrer Sandrine Gestin aux Aventuriales 2018.

.
.

Couverture de la bande dessinée Les misérables par PeruCouverture de la bande dessinée Mort parce que bête par PeruCouverture de la bande dessinée La peste par PeruLes Misérables, Mort parce que bête, La peste (Zombies Néchrologies, volumes 1, 2 et 3) – Peru & Cie
Plaisir de lecture :  Livres sympa
Série Zombies
Sur ma liste d’idées pour le challenge Halloween, j’avais marqué le troisième tome. J’en ai donc profité pour relire le début de cette série pour mieux « profiter » de l’histoire bien que l’on suive différentes personnes à chaque volume.
Ce spin-off de la série Zombies peut se lire indépendamment ; Peru assure le scénario et trois dessinateurs se relaient en assurant une harmonie globale. Le premier tome raconte la chute du gouvernement en France, on s’attarde sur un vase clos en Suède pour le deuxième, et l’on découvre le patient zéro en se rendant au Japon avec le troisième. Le traitement de la série est assez inégalitaire et j’y trouve aussi un problème de rythme au sein même des albums. J’en conviens que certains détails ou les pensées des personnages sont intéressants à découvrir mais je ne visualise pas où Peru souhaite aller ou quelles clés donner avec cette série.

.
.

Couverture du neuvième tome de Saga de Vaughan et StaplesSaga, volume 9 – Brian Vaughan & Fiona Staples
Plaisir de lecture Livre avec entrée au Panthéon
Volumes 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
Il devient délicat de parler de cette série, d’apporter des détails de l’intrigue sans spoiler. La qualité de la série demeure constante : tant sur le contenu que sur la forme. Les dialogues sont remplis de réflexions. L’enchainement des bonnes idées donne une grande fluidité à l’intrigue. Les dessins et leur colorisation sont superbes et j’avoue être sensible à ces belles couleurs. Scénariste et illustratrice ont annoncé une pause d’au moins un an pour refaire le plein d’énergie. Mais terminer sur un tel tome, c’est à s’en briser le cœur. Ce neuvième volume intègre beaucoup de retournements de situation. La série est une valeur sûre et l’imagination de ces deux auteurs est juste… waouh !

.

.

Livres éclectiques

.

Couverture des lettres fictives "Chère mamie" de Virginie GrimaldiChère Mamie – Virginie Grimaldi
Plaisir de lecture : note : 4 Livre à découvrir
Ce petit livre renferme les lettres fictives que Virginie écrit à sa grand-mère. On peut régulièrement les déguster sur son compte Instagram. Elles sont regroupées sous la couverture de « Chère mamie » dont les droits sont reversés à l’association Cékedubonheur. Ces chroniques du quotidien sont découpées en quatre saisons, et chacune est illustrée par un polaroïd. Les anecdotes renferment beaucoup d’humour, quelques perles qui prêtent à sourire voire à rire. Elle y conte ses péripéties aux quatre coins de la France, accompagnée de sa famille, ses amis et des lecteurs rencontrés en salon. Ces petites histoires sont tour à tour touchantes, amusantes et aussi émouvantes. C’est un plaisir de découvrir que l’autrice est une personne vivante aimant les petits bonheurs (que je chéris tant moi aussi). Ce recueil épistolaire se dévore !

.
.

Couverture du roman "Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie" de Virginie GrimaldiLe parfum du bonheur est plus fort sous la pluie – Virginie Grimaldi
Plaisir de lecture Livre fantas… tique
Ce roman est le petit dernier à être passé dans mes écouteurs. Je l’ai découvert au format audio, je trouve que la voix de Sophie Frison colle parfaitement. Découverte par son blog, je découvre la plume de Virginie Grimaldi en suivant sa bibliographie.
Pauline est quittée par son mari Ben. Elle tente de ranimer ce qu’était leur vie à deux. Elle écrit des lettres dans lesquelles l’on trouve des souvenirs liés à leur rencontre. On soupçonne un motif de séparation quand elle conte leur belle vie.
La protagoniste devient attachante et sa famille tient un rôle important. C’est écrit avec beaucoup de justesse et donne l’impression d’un roman aux allures intimistes. Dans l’ombre de ce personnage fictif, on reconnait quelques bribes de la vie privée de l’autrice. Et cette pincée de réalité donne beaucoup de profondeur. Ce roman est plus personnel que les précédents car Virginie Grimaldi parle de son expérience ; elle en avait relaté quelques morceaux sur son blog. Elle a un sens aiguisé pour transmettre ses sentiments. La montée des émotions est forte et c’est avec la gorge serrée qu’on lit les dernières pages.

.

.

.

Tester la résistance de ma liseuse sous la pluie (non, ce n’est pas vrai) | Confectionner une tarte aux poires juteuses à souhait | Recevoir ma cousine fraîchement normande d’adoption | Entendre le souffle rauque du Minotaure se baladant dans les rues de la ville rose | Dîner chez des amis et faire la rencontre poilue d’Obiwan | Inviter les copains à un goûter dominical | Raspoutine, Roi des vibrisses | Voir une scène de crime se préparer dans ma salle de bain [DEDXTER] | Tartine à l’œuf du brunch maison | Tester une recette de chouquettes | Rendre visite aux copines et à leur bibou | Cuisiner pour la première fois une tarte au sucre | Défendre mes valeurs | Moriarty-tout-en-rond  | Retrouver avec joie Pitiponks | Déjeuner au marché de Noël : tartine de fromage et aligot, bien sûr ! | Recevoir à dîner ma copine Enflammée et son amoureux  | Qui m’ont offert un sublime bouquet | Le même jour où j’en envoyais un à ma copine strasbourgeoise Marion | En prendre les mirettes au festival des lanternes à Gaillac | Confectionner quelques cartes à mes correspondantes pour démarrer le mois de décembre.

.

Le roman Rhizome pris en photo parmi les plantes Mise en scène du roman Terre de Brume de Cindy Van Wilder

Liseuse PRS-T1 sous la pluie Tarte aux poires et amandes

 La machine Minotaure se balandant dans Toulouse Assiette avec un fondant au chocolat, de la chantilly et un crumble aux pommes

Chat qui baille Préparation de la salle de bain pour des travaux

Tartine salée, oeuf, oignon, fromage Chouquettes revisitées

Tarte au sucrée du nord Petites mains d'enfant

Petites mains d'enfant au goûter Tenue violette pour défendre ses valeurs "nous aussi"

Chat en rond endormi dans un coussin Chocolat chaud du Flowers

Aligot et tartine au fromage mangés au marché de Noël Bouquet et craspedia

Tag sur le bitume pour le festival des lanternes à Gaillac Fleurs du festival des lanternes à Gaillac

Lotus du festival des lanternes à Gaillac Pivoines du festival des lanternes à Gaillac

Scrapbooking de cartes pour Noël

.

Categories: Ronds de Sorcière Tags:

COSTE Nadia – Rhizome

11/12/2018 un commentaire

.

Couverture du roman Rhizome de Nadia Coste, publié aux éditions SeuilTitre : Rhizome
Autrice : Nadia Coste
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir

.

Le botaniste Jaro est descendu au jardin extérieur du laboratoire pour effectuer un travail d’observation. Une des Plantes présentent une anomalie : alors qu’il s’approche, des spores se répandent et il en inhale par inadvertance. Il est immédiatement mis en quarantaine. Durant son repos forcé, il entend une voix qui le somme d’aider les Plantes.

.
.

Pour cette histoire, on suit Jaro, botaniste de métier et bien entouré dans la vie. Il a fraîchement emménagé avec Manuela et ils entretiennent de bonnes relations avec leurs familles. Il est plus difficile de s’intéresser à Semper car il est vu comme l’envahisseur et celui qui envoie valdinguer l’univers de Jaro. Pourtant, Il a tout autant besoin de soutien que ce dernier.
.

Le récit se situe en 2081. Un événement mondial appelé « La revanche du climat » a divisé la population par six. On se retrouve dans la sky-city de Mauges, construite ‘après l’érosion des côtes bretonnes et l’assèchement de la Loire’. On note quelques détails futuristes : dans les tenues vestimentaires, le comportement, et certaines mœurs. Selon finances, il faut éviter d’habiter en dessous du 55ème étage où le manque de sécurité se fait réellement sentir.

Durant ma lecture, j’ai eu un sourire en apprenant l’existence de l’Hyperloop pour les déplacements, notamment au niveau zéro (je fais partie des gens qui aimeraient bien monter à bord d’une future capsule).
.

Le niveau zéro se composait d’un immense hall soutenu par des centaines de piliers. Quelques échoppes éphémères s’alignaient par petits groupes autour des poteaux. Ces cahutes, simples assemblages de planches, cagettes, tôles et plaques de plastique, étaient tenues par des extérieurs dont la santé ne leur permettait plus de travailler dehors. Hommes et femmes portaient des pantalons bouffants resserrés aux chevilles, des tuniques amples aux poignets étroits, et de larges turbans qui ne laissaient voir que leurs yeux. Les habitants de la sky-city prenaient également leurs précautions contre la chaleur et les insectes lorsqu’ils sortaient des tours, mais ils n’avaient pas besoin de s’emmitoufler le visage comme les extérieurs dont les affections respiratoires n’étaient pas du meilleur effet lorsqu’il s’agissait de vendre des fruits frais. Certains étals proposaient de petits objets sculptés dans du bois, ou récupérés au-dehors. On y trouvait également des gourdes opaques contenant de l’eau de pluie. Rien n’assurait que cette eau n’avait bénéficié d’un filtrage végétal à l’intérieur des terres, et transportée telle quelle.

.
.

Dans les années 2040, des particules ont été ramenées pour sauvegarder la planète. Ces organismes végétaux n’ont jamais été classés mais ont remplacé les autres espèces dans les villes. Par vulgarisation, elles ont simplement été nommées les Plantes – avec une majuscule – et sont considérées comme bienfaitrices de l’humanité.
.

Jaro travaille dans le laboratoire du professeur Bergeret. Ce dernier consacre ses recherches à la mise en place de nano-pesticides pour éviter la prolifération et accélérer la culture hors sol.

Ce monde futuriste met l’accent sur les interconnexions en privilégiant la santé. C’est d’ailleurs la montre connectée de Jaro qui avertit les services de santé publique de sa contamination.
.

C’est avec beaucoup de finesse que Nadia Coste donne une belle leçon d’écologie où la relation entre humains et plantes doit reposer sur une véritable entente. Notons qu’en quelques phrases, l’autrice nous plonge dans l’ambiance moite du jardin extérieur du laboratoire situé au niveau zéro :
.

La première fois que le groupe d’étude [de Jaro] avait pris l’hyperloop jusqu’au niveau zéro, il régnait un silence de mort dans l’ascenseur, comme si une jungle hostile allait les dévorer à leur arrivée…
Jaro sourit, amusé à ce souvenir. Ce qu’il redoutait le plus, en dehors des insectes, c’était la chaleur, qui avoisinait les 40°C. Sans compter la moiteur des sous-bois…
Mais l’odeur de l’agroforêt ne l’avait jamais dérangé. Au contraire, Jaro trouvait quelque chose de fondamentalement rassurant dans ces effluves d’humus, d’écorces et de pollens en suspension dans l’air, dans la mousse gorgée de rosée alors que l’eau était si rare dans les tours… Tout cela était… naturel. Presque primal.

.
.

Sans pouvoir vous en révéler davantage, j’ai trouvé que la tournure majeure de l’intrigue était judicieuse. En plus de l’apostrophe écologique, Nadia Coste aborde les amours, la mort, les étapes et la douleur face au décès, de manière simple, sans emphase mais sans détour pudique non plus. Le roman repose sur une idée aussi éclairée qu’astucieuse pour renforcer la problématique environnementale.
.

Lecture conseillée à partir de 13 ans

.

Le groupe se reforma autour du professeur Bergeret, juste à côté de la porte Est. Jaro enfila son blouson et le ferme jusqu’à son menton. Aussitôt, sa poitrine se comprima, comme s’il étouffait, mais ce n’est qu’une impression liée au poids et à la chaleur de sa tenue.

Six drones de sécurité les encadrèrent tandis qu’un agent casqué vérifiait leurs accréditations, puis les portes s’ouvrirent. La moiteur extérieure sauta au visage des scientifiques dont le front se mit aussitôt à perler. Les femmes qui n’avaient pas encore attaché leurs cheveux se hâtèrent de le faire, tandis que les autres ajustaient des foulards pour éviter d’être gênées par des mèches folles. Un homme de grande taille enveloppa ses longues dreadlocks dans un bonnet qui ressemblait à un sac.

.

Roman "Rhizome" de Nadia Coste mis en scène au milieu de plantes

.

————————————————————————~*

.

Book en stok (Dup) s’est aussi demandé ce quel effet pouvait avoir la possibilité de télépenser.

.

Défi Valériacr0 – décembre 2018

09/12/2018 7 commentaires

.

Defi valeriacr0

Le défi Valériacr0, c’est le combo de choc (et un poil drogué) que je forme avec ma copine Valériane. Peu de lectures en commun mais la bêtise et l’amour du blablatage futile, si. Et un objectif très sérieux de descente de PAL avec choix imposé chaque mois. Rien que cela !

Pour tout savoir, rendez-vous sur la page.

.

.

Impressions pour le mois de novembre :

Le mois dernier, Valériane a dû assumer le gage que je lui donnais faute à une chronique arrivée en retard en octobre (j’explique tout par ici). Je lui avais donc sélectionné une grosse brique puisqu’elle adore le mois de novembre pour lire sous un plaid en pilou pilou. Il s’avérait qu’elle reprenait sa lecture, il ne lui restait que 503 pages à découvrir. Mais la magie ne fut pas au rendez-vous à cause d’un rythme trop lent pour la lectrice qu’elle est.
.

Valériane m’escortait vers le froid glacial de l’hiver en me proposant quelques frissons en compagnie de L’épouvanteur de Joseph Delaney. Je me suis empressée de le lire car j’étais encore en pleine ambiance d’Halloween ; et le challenge éponyme se terminait le 11 novembre (happy me !). D’actions en actions, l’intrigue majeure avance et je suis contente d’avoir rencontré des vampires remaniés à la sauce de l’auteur.

.

Sa chronique « La voie des rois » de Brandon Sanderson (Les Archives de Roshar, tome 1)
Ma chronique « Le sang de l’épouvanteur » de Joseph Delaney

.

Mise en scène automnale du livre "Le sang de l'épouvanteur" de Joseph Delaney

.

.

Sélection pour le mois de décembre :.

.

La bonté : mode d’emploi de Nick Hornby

.

Couverture du roman "La bonté : mode d'emploi" de Nick Hornby.

Chère Valériane,

Il arrive parfois qu’on choisisse un livre pour sa couverture ou seulement son titre. J’aime jouer régulièrement à ce jeu avec notre défi car l’exercice s’y prête bien. On peut rattacher de nombreux concepts et autres idées au mois de décembre, liés à l’hiver, à Noël et à tous les bons sentiments de cette fin d’année.

J’ai réalisé une pré-sélection de titres, mais comme souvent, l’un d’eux m’a sauté aux yeux et c’est souvent celui que je choisis comme sélection finale (tantantan). Ce sera donc « La bonté : mode d’emploi » de Nick Hornby. Éloquent, n’est-ce pas ? Au vu du quatrième de couverture, je pense que tu vas passer un bon moment 🙂

.

.

Sa réaction :

Houlala !!
T’as été le chercher dans les tréfonds de ma PAL celui-là !
Je ne me souviens plus du 4ème de couv. Mais ça me fait plaisir de déterrer Hornby. C’est un auteur que j’ai beaucoup apprécié.

.

Bien que  – je cite Valériane – « ma PAL ait fondue sous la narine d’un cocaïnomane », elle tente de créer la surprise.

.

Categories: Ronds de Sorcière Tags:

Rond de Sorcière #100

03/12/2018 18 commentaires

.

Logo Rond de Sorcière du blog LivrementLe Rond de Sorcière me permet de vous faire découvrir tous les livres lus durant le mois ; notamment les petits trésors que je découvre sans avoir le temps de leur consacrer une chronique complète.
C’est une sorte de compromis entre ma bonne conscience livresque et moi. Je vous parlerai aussi de ce qui touche de près ou de loin le monde des livres ; comme une parenthèse plus personnelle.

.

Octobre, un mois automnal sur les chapeaux de roues.

… et celui d’Halloween ! 🎃 Je me suis donc consciencieusement inscrite au challenge d’Hilde et de Lou – je participe depuis 2011 – avec quelques idées de lecture en tête. Et puis, j’ai écrit un petit bilan pour nourrir mes souvenirs : lectures, cuisine, ambiance et décoration, correspondance, déguisement et jour J.
.

Valériane a pris soin de moi en me plongeant littéralement dans l’ambiance 👻 en choisissant « American Elsewhere » de R.J. Bennett. C’était une belle aventure !
.

Et comme cela semble être aussi le mois des challenges, mon défi « Fin de série » voyait se clore sa huitième année : 42 séries listées, 49 tomes lus… je réalise un état des lieux vis-à-vis de trois objectifs que j’avais lancés. Et je balance le nom des séries que je souhaite dégommer pour la neuvième année (comme ça, je prends acte).
.

📺 Pour le volet visionnage : j’ai regardé et terminé la série Maniac que j’ai bien aimé, autant pour l’ambiance que l’histoire. Ensuite, on sent que le mois glissait doucement vers le mignonnet avec deux films romantiques : « Un peu, beaucoup, aveuglément », et « Happy anniversary » qui sont suffisants pour accompagner mes séances de traitement de photos. J’ai aussi vu « Sierra Burgess is a loser » plutôt bon dans l’ensemble avec quelques éléments qui me font tout de même tiquer. Et j’ai beaucoup aimé « Gnome alone » (gare aux gnomes), dessin animé que je recommande.

.

Et c’est laaaaaa paaaaaaaal :
¤ CHATTAM Maxime : Autre-Monde – Ambre, préquel
¤ COSTE Nadia : Rhizome
¤ DELANEY Joseph : L’Épouvanteur – Grimalkin et l’Épouvanteur, tome 9
¤ DELANEY Joseph : L’Épouvanteur – Le sang de l’Épouvanteur, tome 10
¤ DUFOUR Catherine : Entends la nuit
¤ Peru & Pétrimaux : Zombies Néchrologies – Les Misérables, volume 1
¤ Peru & Pétrimaux : Zombies Néchrologies – Mort parce que bête, volume 2
¤ Peru & Pétrimaux : Zombies Néchrologies – La peste, volume 3

→ Sent-on l’influence d’Halloween sur ma pile à lire ? Il se pourrait bien. On notera que je ne sais pas résister à un roman de Nadia Coste tout fraîchement paru et j’en ai profité pour dévorer la nouvelle de Maxime Chattam et clore cet univers. J’avais précédemment lu les deux premiers tomes de Zombies Néchrologies mais en cas de relecture, ils sont à nouveau comptabilisés (tout est pris en compte).

Résultats : +8 entrées ; -4 sorties

.

Acquisition de livres durant octobre 2018

.

.

Couverture du roman "American Elsewhere" de Robert Jackson Bennett paru aux éditions Albin Michel imaginaireAmerican Elsewhere de Robert Jackson Bennett
Plaisir de lecture : note : 4 Livre à découvrir
Chronique complète
Mona hérite d’une maison et déboule à Wink. Elle rencontre différents membres de cette communauté renfermée sur elle-même. Le roman offre une intrigue visuelle dans laquelle l’angoisse peut se développer. L’histoire reste assez convenue dans l’ensemble mais le style énergique et la montée en tension accrochent bien le lecteur. J’aurais aimé quelques zones d’ombres restantes car je trouve que le genre fantastique s’y prête bien.

.
.

Couverture du roman "Ambre" écrit par Maxime ChattamAmbre (Autre-Monde, préquel) – Maxime Chattam
Plaisir de lecture Livre sympa
Série Autre-Monde
J’ai apprécié découvrir l’histoire d’Ambre avant que la Grande Tempête ne s’abat sur notre monde. Ambre est un personnage qui reste bien énigmatique dans Autre-Monde bien qu’on apprenne à la connaître. C’est son passé qui est révélé dans cette nouvelle. Aucune déception, elle est aussi authentique qu’elle le (dé)montrait dans la saga.

.
.

Couverture du roman "Grimalkin et l'épouvanteur" écrit par Joseph DelaneyGrimalkin et l’Épouvanteur (L’Épouvanteur, tome 9) – Joseph Delaney
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir
Chronique complète
Pour ce neuvième tome, Joseph Delaney nous surprend en faisant de Grimalkin la narratrice. Ah, autant vous dire que c’est palpitant d’approcher d’aussi près un personnage si intrigant ! J’ai aimé découvrir son passé et ses pensées, sa façon de (sur)vivre bien qu’elle soit en très mauvaise posture. C’est un tome qui se dévore tout seul, et il se révèle bien plus cruel et sombre que les précédents.

.
.

Couverture du roman Conséquences d'une disparition de Christopher PriestConséquences d’une disparition – Christopher Priest
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir
Chronique complète
Le roman tourne autour des attentats du 11 septembre 2001 et de leurs conséquences. L’auteur utilise la brèche de la dissonance cognitive pour s’investir sur le quid de l’interprétation et la valeur de la vérité en intégrant le traumatisme sous plusieurs formes. Ce récit intime embrasse le jeu avec la réalité avec une touche toute priestienne. Le style est toujours aussi raffiné et fluide.

.

.

Lectures d'octobre 2018

.

.

Aller en pleine piraterie | Terminer haut la main une mission de T.I.M.E. stories avec les copains | Monsieur Sa Majesté des Moustaches | Et son Fidèle Acolyte | Déjeuner avec les copines Étincelles | Assister et participer à un sublime mariage | Observer la nature | Ramasser ma décoration automnale | Être en plein thème de la licorne | Avant de préparer l’enveloppe pour Hilde | Dîner thématique, risotto au potiron et tarte à la noix de pécan | Pâtisser des squelettes | Avant d’installer mon autel d’Halloween | Et regrouper mes plantes en mode « jungle » | C’est la saison des cucurbitacées ! | Accueillir avec surexcitation Delphine | Se balader et profiter tout simplement | Un peu de scrap | Avant le 31 octobre !

.

Mise en scène du livre La servante écarlate Mise en scène du livre Grimalkin et l'épouvanteur au milieu des champignons

Plateau de Time Stories Rhums arrangés d'un bar

Chat tuxedo aux longues moustaches Chat gris curieux

Bouquet et châle de mariée carte scrapée sur le thème de la Norvège

Décoration de table des mariés Bretzels et buffet à l'apéritif d'un mariage

Boulettes pour l'apéritif Feuilles aux couleurs automnales

Petite coccinelle sur la feuille d'un fraisier Carte scrapbooking avec une licorne

Carte avec un fantôme accompagnée d'origamis Tarte aux noix de pécan

Squelettes au chocolat Autel halloween du blog Livrement

Etagère de plantes Tarte salée avec du potiron et de la feta

Pensée violette et jaune Baskets pour balade en ville

Branche d'arbuste dans les tons orangés Tasse de chocolat chaud avec de la chantilly

Carte scrap thème halloween Déguisement de Jack Torrance pour Halloween

.

Categories: CHATTAM Maxime, Ronds de Sorcière Tags:

VAN WILDER Cindy – Terre de Brume ~ Le Sanctuaire des Dieux, tome 1

27/11/2018 17 commentaires

.

Couverture du roman "Le sanctuaire des dieux" de Cindy Van Wilder, tome 1 de Terre de BrumeTitre : Le Sanctuaire des Dieux (Terre de Brume, tome 1)
Autrice : Cindy Van Wilder
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir

.

Le Monde de Mirar vient de subir un cataclysme que les habitants nomment le Bouleversement. Une Brume toxique s’abat sur l’ensemble des territoires : seuls les sommets de montagnes sont épargnés. Les rares survivants se sont retranchés dans des sanctuaires. Intissar, une Sœur de Feu brave l’avis de sa supérieure pour prévenir la ville de Taho du terrible danger qui se profile. Elle est accueillie par Héra au Sanctuaire des Prêtres de l’eau. Une vague de Brume peuplée de créatures déferle et attaque l’aqueduc qui alimente les communautés en eau, ressource déjà rare.

.
.

Le prologue reste mystérieux : il se déroule une semaine après que la Brume envahisse tout. Puis, l’histoire s’enchaine avec une ellipse de dix-sept années. On suit l’une des deux protagonistes Héra, bébé récupérée par Pylos, un marin.

Terres et mers ont été englouties par la Brume mortelle : les pêcheurs sont devenus des Passeurs de Sanctuaire en Sanctuaire, déposant passagers et courrier, car leur embarcation flotte sur ladite Brume.

.

La jeune femme le remercia d’un sourire avant de s’éloigner vers le modeste réduit que Pylos avait aménagé. Un luxe inédit pour ce type d’embarcations, dont de nombreux autre marins s’étaient moqués à l’époque.
— Et à quoi cela va te servir, hein ? Quand tu y auras remisé tes voiles, il ne te restera plus de place pour y suspendre ton hamac !
Pylos sentit son cœur se serrer à ce souvenir.
Si on lui avait dit un jour qu’il se retrouverait dans un monde sans aucune brise pour faire avancer son bateau, où les voiles ne servaient plus à rien, sinon à se tailler des vêtements… Jamais il ne l’aurait cru. Un monde où le vent avait purement et simplement disparu. Une des nombreuses conséquences du Bouleversement.

.
.

Mirar est une société clivée : les clans ne se mélangent pas. Si l’Académie existe, il est réputé que l’entente est peu cordiale entre les Prêtres de l’Eau et les Frères & Sœurs du Feu.

On apprend que les corporations se sont formées autour des quatre éléments : pour l’Eau, les fidèles peuvent devenir guerrier ou guérisseur. Concernant le Feu, les Sœurs et les Frères sont capables de projeter des flammes sur une longue distance (entre autres). Pour le Vent, les membres sont appelés les Souffleurs et pourraient modifier les conditions climatiques. Vis-à-vis de la Terre, la mission des Semeurs nous reste encore complètement inconnue.

.

Pour la création de cet univers, j’ai aimé les clins d’œil de Cindy Van Wilder à la mythologie grecque avec les lieux, la consonance des prénoms (Laël, Tyel, Tybalt, Maïlyne, Amani, Dédale, Mégare,…).

Question contexte, l’eau est devenue une denrée rare et la nourriture ne se trouve pas à profusion. La magie possède une contrepartie polluante : quand la magie est utilisée, elle produit un déchet… la Brume. D’ailleurs, l’olympite est le seule matériau qui peut résister à son effet corrosif.

.

[Pylos] n’avait jamais vu un Vecteur d’aussi près de toute sa vie. Bien entendu, il connaissait le principe – deux capsules de verre l’une sur l’autre, formant un sablier, sauf qu’elles ne contenaient aucun grain de sable. Au contraire, celle du dessus était emplie d’une eau claire, translucide, qui émettait une faible lueur turquoise. L’eau consacrée par les prêtes et source de magie.
Et, en dessous, une capsule vide destinées à recevoir la Brume.
Il était impossible d’utiliser la magie sans produire de Brume en retour.
Une Brume toxique, que les prêtres prenaient soin de stocker dans un immense réservoir au sein de l’Académie. Une Brume qui avait brutalement échappé à leur contrôle le jour du Bouleversement, si les rumeurs disaient vrai.

.

Ce récit est raconté en alternance des points de vue d’Intissar et d’Héra. La complémentarité des caractères de ce duo féminin fonctionne et est source d’intérêt pour le lecteur. Elles restent toutes deux, adolescentes plus ou moins perdues : elles se retrouvent coincées entre les mœurs de leur communauté et qui croient en leurs valeurs qu’elles sont prêtes à défendre.
.

L’écriture entrainante permet de profiter pleinement du foisonnement de l’imagination de l’autrice. J’ai été agréablement surprise de découvrir la base de cet univers mais j’avoue que j’aurais apprécié de m’y balader davantage alors que l’enchaînement des actions ne le permettait pas. Le dénouement se termine avec un point en suspens et c’est expressément voulu, diantre ! (‘point en suspens’ expression francophone pour remplacer ‘cliffhanger’).
.

« Le Sanctuaire des Dieux » part sur les thèmes des secrets enfouis, des enjeux politiques et de la préservation de l’environnement. Il s’avère le premier volet du diptyque « Terre de Brume » dont le second devrait être publié en mai 2019.
OUF ! L’attente sera courte, j’ai plié ce premier tome en deux heures (pauvre de moi).

.

Aux Aventuriales, la couverture du livre m’a attirée et je brandissais un exemplaire à mon amoureux en lui stipulant « Voilà une couverture réussie ! Tout : l’illustration, la police utilisée, le titre, l’impression sur fer à dorer. Bam, tu vois, tu achètes. Simple et efficace. Un packaging au top ». Et cela va sans dire que j’ai évidemment commencé par un bonjour à Cindy (je suis une personne polie) (et gentille). Elle a su me « vendre » cette série par le seul argument de la forme diptyque dont je tenais le premier volume entre les mains et le second était presque finalisé. Et vous savez que j’arrive maintenant à résister aux livres, pour des achats plus raisonnés.

.
Lecture conseillée à partir de 12 ans

.
.

Mise en scène du roman "Terre de Brume" de Cindy Van Wilder

Mise en scène de Terre de Brume dans un décor automnal Dédicace de Terre de Brume par Cindy Van Wilder
Dédicace aux Aventuriales

.

————————————————————————~*

.

Alice Neverland, Encres & Calames (Sia), Livrement vôtre (Gilwen)Plumes de lune (Kin) ont aussi affronté la Brume sur une embarcation de fortune.

.

Clôture du challenge Halloween 2018

19/11/2018 18 commentaires

.

Logo challenge Halloween 2018

.

Le challenge Halloween organisé par Hilde et Lou se déroulait du 1er octobre au 11 novembre. Pour cette neuvième édition, c’était le fantôme – sous toutes ses formes – qui était mis à l’honneur ; bien que la thématique soit restée facultative.

Il est temps de revenir sur un Octobre si riche que je n’ai pu que « saupoudrer » d’Halloween ce mois. Ce bilan est riche en photos, j’espère que vous aimez ça !

.

Les Vieux Grimoires

.
Pour l’annonce du challenge, j’avais noté deux titres issus de ma Pile à Lire (PAL) et quelques idées provenant de ma liste à lire (LAL).

J’ai passé de bons moments halloweenesques avec :
¤ ATWOOD Margaret : La servante écarlate
¤ BENNETT Robert Jackson : American Elsewhere
¤ DELANEY Joseph : Grimalkin et l’Épouvanteur, tome 9 et Le sang de l’Épouvanteur, tome 10
¤ DUFOUR Catherine : Entends la nuit
¤ PERU Olivier & Cie : la série Zombies Néchrologies

Bien que je n’aie pas eu le temps de chroniquer la série zombie, j’ai passé un bon moment avec les livres dévorés. Évidemment, il me reste plein d’idées pour l’année prochaine. On notera les sélections du défi Valériacr0 de septembre, octobre et même novembre (oui, j’ai passé le livre en priorité pour qu’il entre dans le challenge) (c’est ça la vie de blogueuse).

.

Mise en scène de La servante écarlate de Margaret Atwood Mise en scène du livre American Elsewhere de Bennett

Mise en scène du livre Entends la nuit de Catherine Dufour Mise en scène du livre L'épouvanteur de Joseph Delaney

Livres lus pour Halloween 2018

.

Ambiance automnale

.
Avant de plonger littéralement dans l’Halloween pure, l’automne est arrivé par petites touches : les feuilles flamboyantes, les promenades, les discussions autour d’un chocolat chaud, les goûters et les dîners entre amis. On était également peu rassurés par la respiration caverneuse du Minotaure (en promenade dans la ville rose, avec Ariane).

.

Feuillage d'automne Dragon du parc Compans Caffarelli à Toulouse pris en photo en automne

Gouttes de chocolat chaud qui coulent le long d'une tasse Pub écossais the Hopscotch à Toulouse

Risotto à la citrouille La machine Minotaure en balade dans Toulouse

.

Dans le Chaudron

.
Le mois d’octobre voit les premières cucurbitacées arrivées dans mes paniers. Cela tombe bien, j’en suis une fondue ! Lasagnes au potiron, tarte salée au potimarron ; tarte aux poires et squelettes en chocolat, entre autres.

.

Lasagnes potiron et fromages italiens Tarte aux poires et crème amandine

Tarte au potiron Squelettes au chocolat pour Halloween

.

Décoration frissonnante

.
Comme à mon habitude, j’ai pris le temps d’installer un petit autel thématique. Il est quasiment identique d’une année sur l’autre (c’est du recyclage !) mais j’aime bien son petit effet.

.

Autel décoré pour Halloween

Lanternes oranges de physalis Conserve décorée comme une momie

Statue de Jack pour Halloween Close up sur l'autel Halloween : chauve souris, sorcière et araignée

.

Doigts de Fée Sorcière

.
La décoration s’investit aussi dans la correspondance. J’ai reçu deux lettres : la première est une pocket letter envoyée par ma petite maman. Ce courrier prend la forme d’une pochette transparente séparée en neuf cases. Elles sont décorées sur l’avant et contiennent généralement un petit cadeau sur l’arrière. Je vous avais montré celle de 2016 par ici. Cette fois, la pocket letter contenait des chocolats ; la pochette citrouille contenait un petit mot, une image vintage de chat noir et des petites découpes papier en forme de feuilles.

La seconde est le dessin d’une amie qu’elle m’a donné en mains propres (avec un effet très « L’étrange Noël de Mr Jack » puisque ma filleule avait décoré le verso en y collant des gommettes de Noël).

.

Pocket Letter pour Halloween Carte dessinée avec des citrouilles pour Halloween

.

J’ai préparé une enveloppe pour Hilde, avec quelques éléments qu’elle pouvait/pourra utiliser pour Halloween, une carte par mes soins et deux petits origamis faciles. J’ai également confectionné une carte pour ma petite maman. Le petit fantôme est en relief, et le papier rouge s’avère être l’enveloppe.

.

scrap d'une carte avec un fantôme Contenu de l'enveloppe d'Halloween pour Hilde*

Petits cadeaux emballés pour Halloween Détails sur le noeud du ruban halloween

Scrapbooking d'une carte halloween Enveloppe rouge réalisée à partir d'un pochoir

.

C’est l’Halloween !

.
Cette année, je souhaitais changer de costume. Et c’est vraiment une motivation de dernière minute qui m’a animée : je me suis déguisée en servante écarlate. Je n’ai cousu que le chapeau : bonnet et ailes.

J’ai fêté Halloween dans un bar ; avec une équipe de choc : une démone, un baron victorien mort, Satan, Chucky, Rob Zombie, Jack Torrance et Mercredi (et non ! Il n’existe pas de photos). Ce qui nous a permis d’avoir les points bonus pour le quizz musical auxquels on a participé.

.

Déguisement de servante écarlate Détails du col du déguisement de Mercredi

.

Categories: Challenges & Défis Tags:

COSTE Nadia – Jivana

16/11/2018 4 commentaires

.

Couverture du roman Jivana de Nadia Coste, roman publié aux éditions ActuSFTitre : Jivana
Autrice : Nadia Coste
Plaisir de lecturenote : 4Livre à découvrir
La série des Fedeylins : tome 1, tome 2, tome 3, tome 4
Lire les premières pages
.

Les Fedeylins ont beaucoup de mal à intégrer Jivana, il parait qu’elle partage son corps avec l’esprit d’une déesse. La communauté est subitement touchée de plein fouet par des nuées d’insectes : ils détruisent leur récolte et assombrissent tant le ciel que les plants qu’ils ont pu sauver ne peuvent plus survivre sans le soleil. C’est juste la déesse qui partage le corps de la jeune Fedeylin qui pourra les sauver car il est dit que « Le Dor brillera tant que brûlera l’amour de Taranys pour Savironah ». Jivana et Savironah se lancent : elles veulent rejoindre la seconde communauté de Fedeylins pour récupérer leur savoir-faire et elles devront aussi trouver le prophète.

.
.

Dès les premiers mots lus, les souvenirs arrivent par vague. Il faut dire que ma lecture du premier tome des Fedeylins remonte à début 2011. Quel plaisir de me retrouver ainsi plongée dans cet univers !
.

Dans cette histoire, nous trouvons deux héroïnes qui partagent un seul et même corps. Pour se sauver, la déesse Savironah a intégré la bulle la plus proche, celle de Jivana. Deux entités que Nadia Coste arrive parfaitement à séparer et que nous, lectrices et lecteurs parvenons clairement à identifier.

Elles cohabitent avec harmonie et sérénité même si se serrer physiquement l’une l’autre dans les bras serait encore mieux. Un amour intense unit ces deux personnages !

.

En questionnant sur la place des divinités – Savironah, Taranys et Dastöt – l’autrice interpelle le lecteur sur plusieurs axes : la tolérance, la différence, l’acceptation de l’autre, les soucis liés à l’environnement, l’amitié et l’amour.
.

À travers le personnage de Jivana, on en vient à réfléchir à la place des femmes dans sa société et surtout dans la nôtre. De l’amour, de l’accomplissement et du bien-être d’une femme qui peuvent dissocier du besoin de reproduction.

.

Savironah se réchauffe et se love dans ma poitrine. C’est ce qui se rapproche le plus d’une étreinte.

.

.

Tout comme Cahyl avant elles, Jivana et Savironah se lancent dans une quête longue et fastidieuse pour sauver leur communauté ; qui pourtant, se révèle bien ingrate envers elles. Sur ce chemin initiatique, elles croiseront différentes créatures : gorderive, anophèle, chouette, serpent, scorpion, kojoh et haze. Certaines les aideront et j’ai aimé le clin d’œil de la présence de Kolk auprès des deux protagonistes. Elles retrouveront même Shadvir, pour leur plus grand plaisir.
.

« Jivana » se révèle un bonus tout sucré pour moi après l’immersion dans Fedeylins il y a quelques années. J’ai bien sûr eu la joie de retrouver l’écriture de Nadia Coste avec ses autres écrits – de la même qualité ! – mais la sérié Fedeylins possède ce côté savoureux de la première rencontre avec une plume.
.

Il peut se lire de manière indépendante de la tétralogie originelle ; bien que je pense qu’il acquière une autre profondeur en lisant ce roman après la série. Avant de vous plonger dans cette dernière, vous pouvez préalablement vous immerger dans l’univers par ce roman.
.

Pour trouver réponse à ces questions : Pourquoi les bulles n’avaient-elles pas besoin d’être fécondées ? Pourquoi Cahyl n’avait-il pas de marque de sa caste à la naissance ? Quel était le rôle des Pères Fondateurs ? Qui est Delyndha ? Pourquoi ont-ils dû déménager ? Pourquoi y a-t-il eu une scission ? Pourquoi Shadvir s’entend-il si bien avec Glark ? … Je vous invite bien évidemment à découvrir la série Fedeylins !
.

La lecture est conseillée à partir de 13 ans.

.

Dédicace de Jivana par Nadia Coste Tampon de dédicace de Nadia Coste
Livre dédicacé aux Aventuriales

.

————————————————————————~*

.

Dup (Book en stock) a autant apprécié que moi de se balader à dos de chouette rousse.