Accueil > DABOS Christelle > DABOS Christelle ~ La tempête des échos, tome 4

DABOS Christelle ~ La tempête des échos, tome 4

.

Couverture du roman "La tempête des échos" de Christelle Dabos, tome 4 de la passe-miroirTitre : La tempête des échos (La passe-miroir, tome 4)
Autrice : Christelle Dabos
Plaisir de lecturenote : 4 Livre sympa

Tome 1 La passe miroir, tome 2 Les Disparus du Clairedelune, tome 3 La Mémoire de Babel

.

Les effondrements se multiplient : les arches se disloquent et les habitants sont terrorisés. Il faut trouver le responsable, trouver l’Autre. Dans le même temps, Dieu court après le pouvoir et il pourrait bien accéder à ce qu’il convoite. Quelle menace est la plus dangereuse ? L’anéantissement est en cours.

.

.

Identité de Dieu, source des échos, définition de la Corne d’abondance.

Autant d’axes primordiaux vers lesquels Christelle Dabos envoie sa protagoniste. Elle part en enquête du genre « course contre la montre » vis-à-vis de la Déchirure.
.

Il me tient à cœur de ne pas divulgâcher dans mes chroniques ; donc comme pour celle du troisième tome, je vais surtout me focaliser sur mon ressenti de lecture en restant en surface.
.

J’ai trouvé ce tome plus brut, moins « tamisé » dans l’écriture. Cela marque encore plus nettement mon impression : une séparation avec les tomes 1 & 2 d’un côté, et les tomes 3 & 4 de l’autre. J’ai trouvé les deux premiers plus mûris avec un travail notable sur les intrigues et une écriture davantage peaufinée. Pour « La tempête des échos », il manque les épices et l’art du secret des précédents tomes.
.

L’autrice donne les réponses aux questions… mais elles tardent à arriver pour finalement être rapidement expédiées. Elles ont manqué de cohérence à mes yeux et même certaines explications sont tirées par les cheveux. Ayant terminé le livre en même temps, il a été possible avec Maêlle d’échanger nos impressions à chaud puis en les laissant reposer. Il est assez édifiant qu’on s’interroge précisément sur les mêmes détails. Quelques zones obscures demeurent. La longue suite de points métaphysiques ne m’a pas plu (mais cela vient d’une préférence plus personnelle que le reste).
.

Les personnages manquent à l’appel. Quid de Seconde ? Quid de Victoire ? qui sont aussi inexploités que les esprits des familles. L’autrice a fait le choix de ne faire avancer que sa protagoniste et c’est à mon sens, bien dommage d’avoir donné de la consistance aux autres pour qu’ils ne servent pas à grand-chose (ni au soutien d’Ophélie, ni à l’intrigue).
.

Les enchaînements se succèdent mais les rebondissements sont alambiqués. Certaines astuces scénaristiques sont réchauffées car elles ont déjà utilisées plusieurs fois dans les précédents tomes. Le roman est quantitativement trop dense vis-à-vis du nombre d’éléments avancés mais ces éléments sont pauvres qualitativement parlant. Un sentiment d’inachevé s’empare de moi. L’ensemble donne un assez fouillis qui ne m’a pas convaincue. S’il y avait un message, je suis passée à côté.

.
.

À noter les points soulevés par les autres lecteurs : je n’ai pas trouvé toute l’histoire d’une complexité ébouriffante. Il s’agit juste d’une construction d’intrigue(s) au fil d’une tétralogie et son déroulé final avec « La tempête des échos ». J’ai également trouvé la fin satisfaisante.
.

Alors il demeure toujours ce sentiment d’être orphelin·e d’une série comme à la fin de chacune mais Christelle Dabos a su la clôturer, quand bien même je n’ai pas été conquise. Et bien que mon avis soit clairement mitigé, on ne peut enlever les qualités intrinsèques de la série de la Passe-miroir : Christelle Dabos sait bien décrire son univers, offrir des idées originales, inclure des références mythologiques avec subtilité et présenter une diversité avec ce monde inventé.
.
.

« La tempête des échos » – en numérique – contient le livre « en coulisses » où l’on retrouve les fiches des personnages, quelques illustrations, des essais de la couverture de « Les Fiancés de l’Hiver ». Ce livret à la couverture violette est dispensable car un bonus. Ne soyez pas déçu·e·s si vous n’arrivez pas à mettre la main dessus.

.

Mise en scène du roman La tempête des échos de Christelle Dabos ; tome 4 de la Passe Miroir

.

————————————————————————~*

.

Cette lecture est la sélection de Valériane dans le cadre de notre défi : fin d’une tétralogie pour un mois qu’elle décrit comme exceptionnel 😉 (celui de notre naissance).

Me voilà à clôturer une série commencée en 2014, parfait pour mon challenge littéraire !

.Défi Valériacr0 écrit en lettres retro à ampoules Logo du défi Fin de Série Livrement

.

 Folfaerie (The far side of the blog)La tête dans les livres, Le Chat du CheshireLes Fantasy d’Amanda ont aussi suivi les échos.

.

Categories: DABOS Christelle Tags:
  1. 29/01/2020 à 15:18 | #1

    J’ai beaucoup aimé ce dernier tome pour ma part, même si je me retrouve dans certains points que tu abordes. Bon, ça restera tout de même une saga assez inoubliable dans son genre 🙂 !

  2. 29/01/2020 à 16:48 | #2

    J’ai lu le premier, mais l’attente interminable entre les tomes a fait redescendre mon envie comme un soufflé. Plouf ! Je ne sais pas si je reprendrai cette saga un jour ? On verra, mais ça m’étonnerait…
    Et je tenais à te dire que ton souci de ne rien divulgacher est vraiment très appréciable. Bravo ! Merci 😊

  3. 30/01/2020 à 08:53 | #3

    Oh, dommage pour toi. =(
    Moi qui me disais qu’il faudrait qu’un jour je me lance, vu les bons retours, les points que tu soulèves me refroidissent un peu. Finalement tu conseillerais tout de même la lecture de la série, elle vaut le coup selon toi ou ce n’est finalement pas indispensable ? À quel point ton enthousiasme s’est effrité ? ^^

  4. 02/02/2020 à 14:30 | #4

    Mon enthousiasme s’était un peu effrité au tome 3 donc je m’attends à la même chose pour le tome 4. Je serais contente de finir la série tout de même. Et je me demande si on aurait le même ressenti en lisant tout d’une traite.

  5. 02/02/2020 à 22:08 | #5

    Ta chronique est parfaite et me correspond tellement que je pourrais me contenter de renvoyer vers ton article… Je vais tâcher de rédiger un petit article mais j’ai le même souci que toi, celui de ne rien dévoiler pour ne pas gâcher le plaisir de lecture des autres.
    Si j’ai été contente de connaître la fin, j’ai eu le sentiment de vivre les 100 dernières pages en apnée, noyée par la masse d’informations. Pour au final, une explication plutôt simple mais envahie par des incohérences qui ne passent pas… Bref, fin en demi-teinte risque de donner une chronique du même acabit.
    Au plaisir de pouvoir à nouveau échanger au cours d’une lecture, ce fut très appréciable !

  6. 03/02/2020 à 15:22 | #6

    HAN! Très bonne chronique!
    Tu ne spoiles rien, et tu évites le sujet de l’histoire en elle-même. Tu te consacres au « style » à la construction etc… C’est super pour celui qui n’a même pas encore lu le premier tome.

    J’ai bien aimé la « comparaison » 1 et VS 3 et 4.
    C’est un avis, peut-être mitigé, mais qui finalement donne quand même envie.
    Tu préviens que celui-ci t’as moins convaincue, mais qu’il répond quand même aux interrogations.

    Donc bon alors?! Je la garde en wishlist ou pas??!!

  7. 05/02/2020 à 15:46 | #7

    Tu me fais un peu peur avec ton avis mais je ne pense pas être totalement déçue de cette fin. C’est dommage si l’auteure continue de mettre autant l’accent sur Ophelie alors qu’il y a pas mal d’autres personnages tout aussi i intéressants. J’espère en apprendre davantage sur les esprits de famille, le tome 3 manquait dapprofondissements de ce côté-là comparé au deuxième tome.

  8. Saureus
    08/02/2020 à 12:50 | #8

    J’ai vu la critique de linksthesun en plus… Je vais finir par croire que je suis obligé de passer par cette série !^^

  9. 21/02/2020 à 18:22 | #9

    C’est normalement ma prochaine lecture mais tous les avis des copinautes que j’ai lus jusqu’à présent sont assez mitigés. J’y vais un peu à reculons, du coup. Bon, d’un autre côté, tu lui donnes 4 étoiles ce qui est une très bonne note 🙂

  1. 28/01/2020 à 17:58 | #1