Archive

Articles taggués ‘fantastique’

DUFOUR Catherine – Entends la nuit

09/11/2018 16 commentaires

.

Couverture du livre "Entends la nuit" de Catherine DufourTitre : Entends la nuit
Autrice : Catherine Dufour
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir

.

Myriame est revenue vivre chez sa mère, elle y est bien obligée. Elle a décroché un contrat à durée déterminée à la Zuidertoren, une société parisienne située à Bercy. Elle doit subir les foudres de sa cheffe Iko avant de faire véritablement l’expérience d’un « orage globulaire » car un éclair s’est abattu sur la tour datée du XIXe siècle. Elle ne sent pas bien dans ce bâtiment, où la hiérarchie flique ses employés, où son bureau sinistre offre des relents d’humidité et où l’un des grands pontes montre qu’il est intéressé par ses compétences « professionnelles ? », en abusant de la messagerie instantanée avec ses vieilles phrases démodées.

.
.

La cafète située au deuxième étage, est un salad bar atrocement cher. Je choisis un « méli-mélo poulet agrumes », soit un blanc de poulet avec une clémentine pour le prix d’un avion.

.

Paris est un personnage à lui tout seul : on la découvre tour à tour, dans son habit de Ville Lumière et par ses quartiers obscurs : Palais-Royal, les toits de l’Opéra, la bibliothèque de l’Institut de France, la tour Saint Jacques puis les catacombes et autres entrailles.
.

On retrouve Myriame qui soupire d’exaspération d’être dans cette situation. Protagoniste de l’histoire, elle ne se laisse pas malmenée ou du moins, essaie de garder un maximum le contrôle. C’est sans doute poussée par la curiosité – et certainement un peu par l’avidité – qu’elle arrive à se mettre dans de sales draps.
.

Dans cette histoire, il sera question d’une créature imaginaire dans une forme que je n’avais alors jamais croisée. C’est un parti pris de ne pas vous en dévoiler un bout d’ombre sur mon blog. Sachez qu’elle est plus vieille que le vampire, et qu’elle a certainement « inspirée » cette dernière, tout comme la goule, le zombie ou encore le spectre. Il faudra presque attendre de dépasser le tiers du récit pour avoir les premières bribes de réponses. Il est plaisant de découvrir des informations sur cette créature tout au long du récit.

.

Il y a une remarque très ouverte sur notre société actuelle : le contrôle permanent des employés par la tête dirigeante, avec dénonciation par les collègues. Il y a également le data mining, ici un logiciel nommé « pretty face » qui est officiellement censé faciliter la synergie entre partners. Finalement, le travail moderne est sans le monstre le plus abominable qu’il soit car il aspire toute la vitalité des humains.

.

Sacha souffle :
— Les supérieurs hiérarchiques !
Je tourne la tête et je vois trois Blancs, deux hommes et une femme, traverser la cafète d’un pas tranquille. C’est pourtant vrai qu’ils ont de l’allure. […]
— Décidément, ils sont beaux avec un b comme bizarre, glousse Mei. On dirait des vampires !
— Sauf qu’ils mangent comme des bétonneuses, grogne Sacha, et qu’ils boivent comme des tas de sable. Rappelez-vous le dernier pot d’entreprise.
— C’est qu’ils sont blancs comme tes fesses, ricane Awa. Bronzage néon.
— C’est surtout qu’ils bougent comme s’ils avaient joué à saute-mouton avec des licornes et perdu, rigole Sacha qui est l’exact opposé du flegme anglais.
Je risque un commentaire :
— C’est leur peau. Elle est aussi lisse que, quoi ? De l’enduit. En fait, ils sont trop beaux pour être vrais.
— Tu verras à ta prochaine fiche de paie qu’ils sont vraiment pas beaux, siffle Awa.

.
.

Pour cette fantasy urbaine, Catherine Dufour s’investit sur la thématique de l’histoire d’amour naissante entre des êtres issus de différentes classes sociales : d’un homme aussi beau que riche (ou l’inverse) et du pauvre quidam de sexe féminin complètement fauché(e). Ceci dit, l’axe est mieux traité que dans les œuvres contemporaines (Twilight ou Cinquante nuances de Grey). Rappelons que Myriame n’est pas femme à se laisser (oui, à se laisser tout court : à se laisser avoir, à se laisser entrainer, à se laisser penser comme la masse,…).

.

Bon, je suis un peu chafouine pour plusieurs raisons : à commencer par la visite de Paris, je voulais un peu m’attarder dans certains lieux, même si j’ai bien conscience que je ne peux pas connaître tous les tours et les détours de la ville. Myriame ne souhaite pas de statut de « femme passive » mais bien trop souvent à mon goût, les initiatives étaient prises par Duncan. Mais j’ai bien conscience que ce sont des bémols mineurs dans cette mélodie et qu’elle ne concerne que mes esgourdes au final (je suis en train de me perdre dans la métaphore, on est en pleine littérature).

.

Seules les licornes se maquillent pour mourir.

.

Le seul point que je soulèverai – et qui peut concerner d’autres lecteurs que moi – c’est que l’univers de ces créatures me semble à peine effleuré : j’aurais voulu en savoir davantage, sur les différents « niveaux » et « clans » de cette communauté, de la répartition des territoires, des possibles ententes, des rivalités existantes, de leurs vécus et expériences.

.

Pour ce récit, il y a beaucoup de jeux et en substance peu d’actions décisives si ce n’est le spectacle final. L’histoire est maîtrisée, l’autrice joue parfaitement avec certains clichés, filoutant la parodie, mais pas au point de devenir un parfait pastiche (ce n’est pas ce que je recherchais, ouf !). Il y a une histoire d’amour mais ce que je peux vous confirmer, c’est qu’il n’y a aucune mièvrerie là-dedans (si, c’est possible).

.

Ce n’est plus de l’amour, c’est de l’insuffisance cardiaque !

.

J’essaie de prendre un roman « comme il vient », sans avoir d’attentes. Cependant, pour conseiller au mieux les futurs lecteurs – mes chroniques servent humblement aussi à ça – et sans l’envie de comparer entre eux des titres de Catherine Dufour, je signale à ceux qui ont déjà lu sa trilogie en quatre tomes « Quand les Dieux buvaient » (rien que d’écrire le titre, je me marre toute seule) ou encore par l’excellentissime « Le goût de l’immortalité » ou encore « Outrage et Rébellion », qu’il ne faut pas chercher ici un humour tout aussi truculent ou un aspect « grand upercut ».

.

À noter que malgré les défauts mineurs que je soulève, j’ai passé un agréable moment de lecture. Les pages se sont tournées à une vitesse folle et j’avais bien envie de savoir tout du long ce que nous concoctait l’autrice ; je n’ai été déçue ni du déroulé de l’intrigue ni de sa conclusion. Je n’ai pas suivi l’autrice sur ses publications chez Fayard, c’était donc avec un plaisir authentique pour moi de la retrouver dans le genre fantastique. Titre et couverture – signée par Aurélien Police – prennent tout leur sens à la fin de la lecture.

.

J’enlève la chaise, je tourne la poignée : une petite ombre frôle mes chevilles et saute sur le lit. Une voix très basse gronde :
— Fermez.
Ce chat a un micro autour du cou ? Je ferme à double tour et je m’approche du lit. Assis au milieu du cercle de sa queue, le chat me regarde venir. Dans la pénombre, sa fourrure est argentée.
— Bonsoir, ronronne-t-il.
Tu as dormi, quoi ? Une heure en deux jours ?
— Vous parlez ?
— Qu’est-ce qui vous fait dire ça ? miaule le chat.

.

Mise en scène dans un décor automnal du roman "Entends la nuit" de Catherine Dufour

.

————————————————————————~*

.

Logo challenge Halloween 2018.
.

Bien que la fête soit passée, le challenge Halloween court toujours ! C’est donc une parfaite lecture pour un parfait challenge.

.

Just a word (Nicolas Winter)Le bibliocosme (Boudicca) ont aussi senti la froideur des murs du bureau n°327 de Myriame.

.

BENNETT Robert Jackson – American Elsewhere

02/11/2018 20 commentaires

.

Couverture du roman "American Elsewhere" de Robert Jackson Bennett paru aux éditions Albin Michel imaginaireTitre : American Elsewhere
Auteur : Robert Jackson Bennett
Plaisir de lecture : note : 4Livre à découvrir
Lire les premières pages

.

Au décès de son père, Mona hérite d’une maison dont elle ne soupçonnait pas l’existence. Elle se rend au Nouveau Mexique, à une ville qu’aucune carte ne mentionne : Wink. Elle déboule au volant de sa flamboyante Dodge et freine devant le monument aux morts, où elle peut lire qu’un orage a décimé une partie de la population locale le 17 juillet 1983, date de la mort de sa mère. D’ailleurs, personne ne semble connaitre cette dernière alors qu’elle y a vécu et a travaillé au laboratoire Coburn qui n’existe plus. Les étranges rencontres avec cette communauté ne cessent de s’enchaîner.

.
.

Il est un type d’obscurité particulier qu’on ne peut imaginer tant qu’on n’y est pas plongé. Des ténèbres si profondes et totales qu’elles vous font douter d’avoir jamais vu la lumière, et de l’existence du monde même.

.

La narration est essentiellement tenue avec le point de vue de Mona Bright. Elle apparait comme une femme forte, réaliste de par son passé, ancienne flic et un peu abîmée par la vie. Elle ne semble pas comprendre la vraie nature d’une partie de la population de Wink.
.

Madame Benjamin, Parson et Gracie sont d’autres personnages qui graviteront autour de la protagoniste. D’autres personnages ne feront qu’un passage éclair dans l’histoire et l’on pourra se questionner sur leur intérêt. On retiendra que personne n’arrive à et personne ne part de Wink : la venue de Mona est vécue de manière fracassante.
.
.

On a tendance à tenir pour acquis que la conscience est chose unique et unifiée : on est, tout simplement, on est là, vivant, on sait qu’on est vivant, et rien de plus.
Mais la vérité est un peu plus compliquée que ça.

.

Robert Jackson Bennett n’est pas inconnu aux yeux du monde, mais pour moi, si. Heureuse traduction qu’est celle de la nouvelle collection Albin Michel Imaginaire dirigée par Gilles Dumay. J’aime bien l’illustration réalisée par Aurélien Police mais je reste encore dubitative quant à la présence des pointillés en bord de maquette (mais on ne peut pas plaire à tout le monde).
.

« American Elsewhere » baigne dans le fantastique ; bien que je ne l’estampillerai pas « roman d’ambiance » à proprement parlé. Il devrait plaire au plus grand nombre (de lecteurs) car si le roman bascule dans l’horreur quand Mona comprend enfin certaines évidences, il n’y a pas d’effusion de sang à tout va, on y note tout de même quelques moments bien glauques.
.
.

Son visage ne traduit pas très bien ses émotions ; au mieux, il parvient à communiquer une déception cynique, comme s’il s’était attendu à ce que tout parte à vau-l’eau depuis le début et que ses pires soupçons concernant le monde s’avéraient fondés. Par chance – ou par malchance, peut-être –, c’est précisément l’expression qu’il est contraint d’arborer la plupart du temps.

.

L’intrigue très visuelle offre un beau cadre à l’angoisse par son aspect perturbant et son atmosphère réussie : on imagine aisément les quartiers de Wink, l’architecture des maisons, on cartographie le voisinage et on apprend bien vite les règles de la ville (ne jamais sortir de chez soi la nuit).
.

Wink est une ville qui se situe au pied d’une mesa. Elle semble coincée dans les années 60 dans la ville parfaite : tout le monde est beau, propre, poli… et surtout à sa place. La recherche de la cité parfaite (enfin, surtout le jour) entraine avec elle les thématiques des aberrations, du jugement, du quid de la réalité et de son modelage. On y retrouve aussi des allusions à la passerelle entre humanité et grandes divinités, un peu au bon goût de « La bibliothèque de Mount Char » de Scott Hawkins.
.

Je pourrai aussi citer la place de la métaphore non pas de l’arbre qui cache la forêt, mais celle complètement inventée de l’éléphant qui se trouve caché derrière un arbre rachitique. En tant qu’ancienne flic, c’est vrai que j’en attendais davantage de Mona concernant ses compétences d’enquêtrice. L’auteur intègre tellement d’implicité dans son récit que les explications faussement « incompréhensibles » ne le sont plus depuis longtemps (il ne faut pas détenir un doctorat en Sens Caché pour tout comprendre). Le parallèle est vite établi, dès qu’on nous raconte l’histoire du grand oiseau à vrai dire.
.
.

L’intrigue reste relativement classique, moins « convenue » dans certains détails. Cela reste un plaisir à la voir se dérouler avec quelques éléments novateurs malgré la prévisibilité de l’axe principal.
.

L’emménagement de Mona à Wink est plutôt lent et représente un tiers du roman. On retrace l’histoire originelle par flash et cela reste obscurément un bon moment.
.

Je n’ai pas été surprise par l’intrigue mais le style fluide et énergique m’a permis de passer un bon moment de lecture. La montée de la tension est bien réalisée et permet d’apprécier ces 800 pages. Si ce n’était pas bien écrit/traduit, s’il n’y avait pas un intérêt pour l’histoire, je n’aurais pas dévoré pas un tel pavé (ceci est un vrai argument, c’est juste que cela traduit mal ma pensée). Je pense que l’auteur aurait pu laisser des zones d’ombre – attendu dans ce type de littérature –, son récit aurait gagné en percussion et en force.

.
.

Couverture d'Orbit pour American Elsewhere de Bennett Couverture d'Agave Konyvek pour American Elsewhere de Bennett
Couverture d’Orbit | Couverture d’Agave Konyvek

.
Mise en scène automnale du livre American Elsewhere de Robert Jackson Bennett

.

————————————————————————~*

.

Logo défi Valériacr0

Logo challenge Halloween 2018Pour cette sélection d’octobre, Valériane a choisi un titre par-fait pour me plonger dans l’ambiance d’Halloween. Un peu de glauque, un peu d’horreur, je l’inscris à ma participation au challenge Halloween.

.

Chut… Maman lit ! (Anne-Laure), Le Bibliocosme (Boudicca)Le Chien critique, Le culte d’Apophis, Le monde d’Elhyandra, L’épaule d’Orion, Les lectures de XapurL’ours inculte, Un papillon dans la LuneVibration littéraire (Mayumi), se sont demandé s’ils voulaient rencontrer Dame Poisson.

.

CLAVEL Fabien – L’évangile cannibale

24/07/2018 6 commentaires

.

Couverture du livre "L'évangile cannibale" de Fabien Clavel, publié aux éditions ActuSFTitre : L’évangile cannibale
Auteur : Fabien Clavel
Plaisir de lecture Livre avec regrets
Lire les premières pages

.

Cela fait maintenant quarante jours que les pensionnaires de la maison de retraite des Mûriers sont cloitrés. Maglia, la doyenne, rêve qu’un fléau s’abat sur le monde. Malgré cette prédiction, Mat et les autres décident de sortir coûte que coûte, quitte à se mouvoir dans un Paris dévasté en déambulateur, en fauteuil roulant ou à l’aide d’une canne tripode.

.
.
.

.

C’est la rébellion à l’hospice ! Mat, protagoniste de 90 ans, est aussi le narrateur à la première personne de cette histoire. Antipathique, il est autant sauveur des autres que salaud à leur égard. Coincé dans ses délires sénilo-paranoïaques, il assure aussi la survie d’un groupe de fossiles dans la capitale.
.

Ce roman de moins de 300 pages inclut une introduction pour planter le décor avant que les zombies n’envahissent les lignes. Ce court livre se veut une transcription écrite de bandes audio enregistrées par Mat. Ce qui entraine un langage très parlé en plus d’être un exercice de style. Les références religieuses sont bien intégrées, s’ajoutent quelques clins d’œil cinématographiques et littéraires. L’absence de majuscule pour tout nom propre – nom des personnages, villes, lieux – est assez étrange ; et voulue pour dé-personnifier l’ensemble.
.

L’idée est innovante : partant∙e pour un match petit vieux VS zombies ?

L’auteur se concentre sur la psychologie des humains et particulièrement sur la vieillesse, le désir d’immortalité et l’impératif basique de repeupler la planète. Ici, la méthode de zombification est liée à un médicament et à sa mauvaise formulation chimique.
.

Les vieillards sont une grande source de scènes cocasses et le récit tourne en farce. Si je n’ai pas ressenti une tension palpable, on remarque rapidement que le groupe diminue progressivement. Pourtant, l’intrigue se teinte de violence et quelques scènes sont glauques. Comme d’autres lecteurs, j’ai eu du mal avec le passage qui se déroule dans les jardins du Luxembourg : par la volonté de repeupler la Terre, une jeune fille de 14 ans est en ligne de mire des petits vieux. J’ai trouvé ça non seulement de mauvais goût, mais aussi superficielle car elle n’apporte rien au récit. La scène reste crue même si l’effet est recherché.
.

Bien que j’aime l’aspect décapant des titres issus de la littérature Z, j’ai décroché à partir de cette scène et le devenir de ce petit groupe n’a pas réussir à maintenir mon attention.
.

À noter, la postface qui se présente sous la forme d’une interview dans laquelle Fabien Clavel revient sur l’écriture de ce roman.

.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudronMétro Z, un autre livre de l’auteur avec des zombies !

.

Blog-O-Livre (Blackwolf)La Croisée des Chemins (Tesrathilde), La lectrice hérétique (Olivia Lanchois)La Prophétie des ânes (Cornwall), Le Bibliocosme (Boudicca et Dionysos), My zombie culture (Squeletor), Sorcelleries (Sita)Un papillon dans la Lune ont aussi réflechi à leur mode d’attaque zombiesque quand ils seront vieux.

.

MITCHELL David – L’âme des horloges

20/06/2018 10 commentaires

.

Couverture du livre "L'âme des horloges" de David MitchellTitre : L’âme des horloges
Auteur : David Mitchell
Plaisir de lecture Livre avec entrée au Panthéon

.

Holly Sykes, en pleine période de rébellion décide de quitter de sa famille dont elle a soupé. Après une dispute, l’adolescente s’enfuit et son échappée prend des allures effrayantes. Les mystères autour d’elle s’épaississent.

.
.

Avant de commencer « L’âme des horloges », j’avais un a priori positif. Pour ce roman tout comme pour « Cartographie des nuages », c’est Vert et son enthousiasme qui m’ont donné envie de m’y plonger. À défaut d’avoir réussi un jour à chroniquer Cloud Atlas, me voilà pour ce second titre.

.

Quand un proche meurt, c’est tout une armoire à classeurs de détails fascinant qui se volatilisent. Jamais je n’aurais imaginé un jour avoir autant envie d’aller regarder son contenu.

.

Nous rencontrons cinq narrateurs qui possèdent un dénominateur commun. Chaque personnage apporte une pierre à l’édifice. Nous découvrons ainsi des instantanés de la vie des personnages ; avec des expériences plus ou moins heureuses. L’auteur semble se glisser dans chacun des personnages tant leur animation est criante de vérité. Parmi ces portraits, j’ai aimé Holly Sykes, ce personnage féminin fort, ancré, réaliste et courageux.
.

L’histoire se déroule entre 1984 et 2043, adolescence et vieillesse d’Holly. Le récit est ancré dans les époques par divers éléments : les objets, la musique, les marques, les événements politiques, les mœurs sociétales et le vocabulaire utilisé. On assiste au déclin de l’humanité et l’on s’interroge aussi sur ces réalités.

.

L’impossible est négociable. Le possible est malléable.

.

L’histoire est fascinante, elle m’a littéralement captivée. J’y ai retrouvé un peu d’essence de « Cartographie des nuages » dans ce récit. L’imbrication des intrigues est si intelligente. Si parfaite aussi quand on évalue le dosage de l’auteur pour ne pas compromettre les rebondissements ou dévoiler trop rapidement les intrigues. En repensant à ma lecture, je me prends une houle puissante de souvenirs et de sensations.
.

J’ai parfois eu le sentiment d’être un peu perdue et tout à la fois soutenue par le récit comme un maillage. Le cerveau, lui, l’analyse très bien sans pouvoir mettre le doigt sur des composants précis, qu’il emmagasine telles des pierres précieuses pour démêler plus tard des bouts d’intrigue.
Il faut accepter de ne pas tout comprendre immédiatement pour que s’anime le théâtre. On se balade dans l’espace et dans le temps, on reçoit un mélange de présent et de passé. Puis les lignes temporelles s’éclaircissent.
.

C’est un peu de ce genre de rêve où l’on jongle entre personnages et histoires et où parfois l’on disparait dans la chronologie de l’histoire, comme dans un labyrinthe onirique. Et pourtant, l’aspect fantastique s’invite par chuchotements, c’est nouveau donc très frais. Ce sont davantage des petites touches de surnaturel qui n’interviennent que tard dans l’intrigue.
.

La trame qui se déploie repose sur une construction brillante. Les nœuds construits sont défaits grâce à notre participation : le résultat est aussi étonnant qu’ébouriffant. La cinquième partie éclaire les faits et ne laisse plus de doute en suspens.

.

.

Illustration de Sachin Teng Couverture de "L'âme des horloges" de David Mitchell aux éditions Sceptre

Illustration de Sachin Teng | Première couverture aux éditions Sceptre

Couverture du livre "L'âme des horloges" de David Mitchell aux éditions Renaud Bray Couverture du roman "L'âme des horloges" de David Mitchell aux éditions Points

Couvertures : éditions Renaud Bray | éditions Points

.

————————————————————————~*

.

Les lectures du Maki, Lorhkan et les mauvais genres, NeVertwhere, Quoi de neuf sur ma pile ? (Gromovar), Reflet de mes lectures (Cédric), Un papillon dans la Lune se sont aussi baladés et ont rencontré plusieurs fois Holly.

 

GREGORY Daryl – L’éducation de Stony Mayhall

11/06/2018 23 commentaires

.

Couverture du roman "L'éducation de Stony Mayhall" écrit par Daryl Gregory et publié aux éditions PocketTitre : L’éducation de Stony Mayhall
Auteur : Daryl Gregory
Plaisir de lecture Livre fantas… tique

Lire les premières pages

.

Alors que Wanda effectue un trajet en voiture remplie de ses trois filles, Alice, Chelsea et Junie, elle est obligée de s’arrêter à un passage enneigé car un cadavre l’empêche de passer. Alors qu’elle le dégage, elle découvre serré contre le corps, un bébé qui remue. Ramené à la ferme, Wanda l’adopte et l’on suit alors dans sa vie, cet être surnommé Stony.

.
.
.

.

Comment ? Je n’avais pas encore lu ce magnifique titre, dites-vous ?

Il est vrai que je l’avais repéré à sa sortie. Et puis j’ai attendu au point d’assister à la parution au format poche. Et puis j’ai décidé de patienter encore avant que Valériane ne me l’offre pour mon anniversaire en janvier dernier. Je savais qu’il s’agissait d’un indispensable (un must have… ou un must-read) et je pense que cela me réconfortait d’avoir une telle pièce dans ma liste d’envies. Quitte à faire différemment, j’ai aussi lu en ordre antéchronologique la bibliographie de l’auteur : « Nous allons tous très bien, merci » et « Afterparty ».

.

Dans la littérature zombie, accéder au point de vue du zombie est un type de narration plusieurs fois abordé. Ceux que j’ai lus : Melanie (Celle qui a tous les dons), Andy (Comment j’ai cuisiné mon père, ma mère… et retrouvé l’amour), Maddy (Zombies don’t cry), R. (Vivants) et Johannes van der Linden (Zombie Nostalgie).

De mes lectures, je pense que c’est Stony le plus convaincant car on le suit dès les premiers instants et sur une longue période. De plus, l’atypisme se focalise sur l’aspect plus psychologique des zombies.

.

Le livre se compose de plusieurs parties, en commençant par celle où il va évoluer au sein de sa famille monoparentale composée de trois sœurs mais aussi avec son voisin du même âge, Kwang. On poursuit avec la deuxième partie où Stony est « poussé » de sa vie reculée à cause d’un drame pour rencontrer une communauté où il y sert ses valeurs. La tonalité s’assombrit au fil des parties.
.

Stony grandit avec tous les affres et les petits bonheurs de la vie ; il est choyé par une famille aimante. Son enfance peut être qualifiée heureuse dans cette ferme isolée. La galerie présentent des personnages féminins forts ; d’autres personnes incapables d’accepter les différences ; des MV (mort-vivant) comme ils se surnomment et des souffleux comme ils surnomment les humains qui respirent.
.

Le postulat de départ présente un nouveau-né zombie avec la particularité qu’il va grandir physiquement. C’est la première fois que ce phénomène est observé dans cette société. L’humanisation du zombie est réussie car ils sont capables de sentiments et d’interactions élaborées. Les zombies réfléchissent, argumentent, défendent leurs opinions politiques, leurs conditions de « non vie » et leur possible évolution au sein de la société. Les zombies sont morts mais ils restent encore des humains.

.

C’est par un angle habile et éclairé que Daryl Gregory propose une histoire sensible, humaine, politique, physique et philosophique. Tout un panel de thèmes s’y trouve : amitié, amour et tendresse, solidarité & entraide, trahison, peur et déception. Sous le point d’orgue de l’altérité (avec presque un A majuscule), l’auteur traite du poids de la religion et de la foi, de l’acception des autres, de la tolérance. En traduction, c’est un condensé de l’oppression humaine et des événements qui marquent notre Histoire.
.

Daryl Gregory a déjà montré un intérêt pour les « freaks », ces personnes considérées comme des monstres par la majorité de la société ; alors qu’ils sont en réalité, bien plus apaisés que ceux qui les pointent du doigt. À travers des enjeux colossaux, le récit tend vers l’importance du poids d’un individu standard grâce à sa force et ses victoires.
.

L’auteur créé une proximité entre son héros aux chairs mortes et le lecteur ; notre empathie vibre tout au long du récit. C’est une histoire humaine remarquable. La narration se construit tantôt à la première tantôt à la troisième personne du singulier.

.

« L’éducation de Stony Mayhall » est différent des stéréotypes habituels et on remarquera que l’auteur s’amuse des codes qu’il maîtrise ; je dirai même que le roman fait un clin d’œil aux amateurs du genre (si l’on considère qu’un roman peut cligner des yeux, bien entendu). L’hémoglobine est bien présente dans le récit mais loin d’être dégoulinante ou servant des scènes gores.

Le récit ne tombe pas dans le ridicule et ne frôle pas non plus le deus ex machina. L’intrigue se révèle aussi fascinante que complexe. Elle est teintée par l’ironie et l’humour, bien évidemment.

.
.

Aurélien Police a reçu le prix Wojtek Siudmak du graphisme au Grand Prix de l’Imaginaire 2015 pour l’ensemble de ses couvertures réalisées en 2014 et notamment celle de « L’éducation de Stony Mayhall », paru originellement aux éditions Le Bélial’.

.

Couverture illustrée par Aurélien Police du roman L'éducation de Stony Mayhall par l'auteur Daryl Gregory

.

————————————————————————~*

.
Blog-O-Livre (Blackwolf), CunéipageLa Prophéties des ânes (Cornwall), Le dragon galactique (Tigger Lilly), LupaUn papillon dans la Lune, Welcome to Nebalia ont aussi tracé autour d’eux, des cercles de protection avec de la farine.

.

CAUSSARIEU Morgane – Rouge Toxic

09/04/2018 11 commentaires

.

Couverture du livre "Rouge toxic" de Morgane Caussarieu, publié aux éditions actuSFTitre : Rouge Toxic
Autrice : Morgane Caussarieu
Plaisir de lecture Livre sympa
Lire les premières pages

.

Faruk est un buveur de sang, drogué. Une mission lui a été assignée et il lui est vital d’obtenir la récompense promise. Barbara, Barbie de son surnom, a des priorités tout aussi importantes mais bien différentes, comme faire profil bas au lycée.

.
.

La personnalité des deux protagonistes repose sur deux archétypes lycéens. En plus, ils sont tous deux soumis au poids de la figure paternelle et vont devoir rapidement s’émanciper. Ils possèdent un passé et n’arrivent donc pas tels des coquilles vides dans cette histoire.
.

Survivre au lycée est tout aussi difficile que de survivre dans les mauvais quartiers en Louisiane. En attendant, l’histoire prend les siens – de quartiers – en Nouvelle-Orléans. Une part du folklore s’éveille, notamment la magie vaudou avec Maman Gédé, le Baron Samedi et le mythe vampirique. D’ailleurs ma lecture m’a amené à m’informer car je confondais souvent Baron Samedi et Papa Legba.

.

La plume est toujours mordante. Morgane Caussarieu est moins trash que dans ses précédents romans car elle a adapté son écriture au lectorat ciblé. Alors que ses écrits étaient d’une violence insoutenable pour certains lecteurs, « Rouge Toxic » permet d’être captivé·e par un récit plus modéré. Il s’agit d’un roman de vampire, donc avec un lot d’hémoglobine et quelques goths qui trainent dans les parages et qui se réunissent dans les toilettes (Ah, cela vous intrigue, hein ?)

.

Le récit se construit en point de vue alternés entre Barbie et Faruk. L’histoire a été prévisible pour moi. Et s’il ne me restait qu’à dérouler la pelote, j’ai su remarquer la qualité de la laine (métaphore décalée, bonjour). Ma lecture relève plutôt du divertissement que de l’exaltation.
.

Morgane Caussarieu maîtrise les codes de la créature légendaire : elle s’amuse des clichés, fournit des clins d’œil à des références et écrit quelques contre-pieds aussi. Le roman qualifié pour « jeune adulte » (young adult) est très rythmé. Concernant les sentiments, on est davantage sur de la séduction que sur de la romance à proprement parlé (donc tout à fait acceptable si vous avez le même profil de lectrice que moi). L’autrice n’oublie pas non plus d’inclure une touche humoristique et conclut avec une fin ouverte.
.

La couverture attirante a été réalisée par Alexandra V. Bach.

.
.

————————————————————————~*

.

Allisonline, Blog-O-Livre (BlackWolf)Hilde (Le livroblog) Les lectures de MarieJuliet, ont aussi traîné leurs guêtres au Mission High School.

.

LOVECRAFT H.P. & BARANGER François – L’appel de Cthulhu illustré

04/04/2018 16 commentaires

.

Couverture du livre illustré par François Baranger : L'appel de Cthulhu de LovecraftTitre : L’appel de Cthulhu illustré
Auteur : H.P. Lovecraft
Illustrateur : François Baranger
Plaisir de lecture Livre fantas… tique

.

Cthulhu imprègne fortement nos imaginaires : tout le monde connaît son physique, sa présence ; d’ailleurs il existe pléthore de références à ce Grand Ancien. Howard Phillips Lovecraft est bien souvent reconnu comme un maître de l’horreur.
.

Ces « dieux » de H.P. Lovecraft initient l’apocalypse sans la moindre once d’espoir d’une terre nouvelle, lavée de tout humain et prête à un renouveau (comme c’est souvent le cas).
.

Le récit est divisé en trois parties :
* On suit Francis Wayland Thurston qui hérite des biens de son grand-oncle parmi lesquels figure une statuette d’argile mésopotamienne ; il la met en relation avec les œuvres d’Henry Wilcox, jeune artiste moderne.
* On découvre le témoignage d’un policier ayant géré des événements de violence dans les bayous de Louisiane ; pour certains, il ne s’agit que d’élucubrations de personnes hallucinées.
* On assiste, après que Francis soit entré en possession du journal du capitaine d’un bateau, à l’affrontement entre l’équipée et des renégats en plein milieu de l’océan pacifique. Une île à la structure cyclopéenne surgie des flots, une gigantesque créature apparait alors.

Je ne me pencherai pas sur la traduction – réalisée en 2012 – de Maxime Le Dain, ne connaissant pas le texte originel et n’ayant pas de connaissances ni même d’avis sur les différents travaux de traduction et sur leur finesse. Ce traducteur reste pour moi celui attitré à Lovecraft par les éditions Sans-Détour, spécialisées dans la publication des jeux de rôles pour le marché francophone.

.

Ce grand format – 35,8*27,2 cm, 64 pages – est un écrin qui renferme récit et illustrations. Ce gabarit démesuré permet de dévoiler toute la puissance des dessins de François Baranger ; qui s’avèrent pertinents de par leur fidélité au texte.
.

La mise en page du texte est équilibrée afin que la lecture garde un rythme continu et adapté à la progression des images (à aucun moment le lecteur ne se retrouve obligé de tourner la page pour terminer sa phrase ou le passage qui est illustré pour revenir en arrière et observer à loisir l’illustration). Le travail de pagination est tout aussi soigné : la répartition du texte s’incruste parfois dans l’illustration, la deuxième englobant le premier. Certains passages de l’histoire ont été intégrés en caractère plus grand que le reste du texte.

.

Les dessins ne sont pas là pour soutenir le récit, ils lui apportent une nouvelle dimension. Les illustrations donnent le change à cet univers inquiétant et fascinant à la fois. À chaque double page son illustration, d’une véritable beauté et dans laquelle on se perd vite, on en mange les détails et on regarde chaque trait.
.

J’ai apprécié la représentation de Cthulhu qui ne suit pas l’idée que s’en conçoit le lecteur (c’est à modérer) mais par un procédé de distanciation, c’est à travers le récit des personnages que l’illustrateur l’a croqué : anthropomorphe et colossal ; on peut la qualifier de « représentation canonique ». François Baranger semble avoir pris beaucoup de plaisir à choisir des angles de vue singuliers avec tout un jeu de perspectives savamment additionné à la place et l’importance des ombres.
.

L’atmosphère de tension est bien rendue. J’ai été époustouflée par les décisions de l’illustrateur qui se devait de représenter des géométries peu logiques, comme des traits qui se veulent concaves et convexes à la fois.

.

Ce livre aux illustrations saisissantes est constitué de papier glacé, possède une belle jaquette et aussi une préface de John Howe (à lire en guise de postface si vous souhaitez découvrir par vous-même le travail de François Baranger). C’est un travail magnifique qui peut faire l’objet d’un cadeau (d’ailleurs, je l’ai offert à mon Amoureux pour Noël, que je suis une personne de bon goût, hinhin).

.

Vous pouvez visionner des vidéos tournées lors des sessions de peinture
Sachez que la version illustrée par François Baranger des « Les montagnes hallucinées » est en cours. Au vu de la longueur du texte, le récit sera décomposé en deux tomes, publiés à un an d’intervalle. Le premier sortira en français dans le courant du second semestre 2019.

.
.

Photographie du livre L'appel de Cthulhu de Lovecraft, illustré par Baranger : illustration de Francis Wayland Thurston

Photographie du livre L'appel de Cthulhu de Lovecraft, illustré par Baranger : illustration de la statuette de Cthulhu

Photographie du livre L'appel de Cthulhu de Lovecraft, illustré par Baranger : illustration de l'atelier d'Henri Wilcox

Photographie du livre L'appel de Cthulhu de Lovecraft, illustré par Baranger : illustration de l'île démesurée de Cthulhu

Photographie du livre L'appel de Cthulhu de Lovecraft, illustré par Baranger : couverture et jaquette

Photographie du livre L'appel de Cthulhu de Lovecraft, illustré par Baranger : illustration en filigrane de Cthulhu

 

.

————————————————————————~*

.

Logo défi Valériacr0

Sélectionné par Valériane pour le mois de mars, il était le dernier des livres ajoutés en 2017 à ma Pile à Lire qu’il me restait à découvrir !

 

.

Les lectures de Xapur, Lorhkan et les mauvais genres ont aussi succombé à ce magnifique livre.

.