Archive

Archives pour la catégorie ‘WYNNE JONES Diana’

WYNNE JONES Diana – Le château de Hurle

05/03/2009 12 commentaires

.

Titre : Le château de Hurle
Auteur : Diana WYNNE JONES
Plaisir de lecture : Livre à découvrir

.

Halle-Neuve, du Royaume d’Ingary bourgade typique du XVIIIe siècle ampli de magie…
Après la mort de leur père, trois sœurs se voient devenir apprentie grâce aux choix réalisés par Fanny, leur (belle)-mère. Lettie se verra attribuée à une pâtisserie familiale reconnue, Martha s’en ira vers de nouveaux horizons auprès d’une sorcière ; Sophie, quant elle, restera à la boutique de chapeliers appartenant à Fanny et feu leur père. Sophie devient casanière, timide et se renferme petit à petit sur son monde à chapeaux. Elle en vient à accepter un tel destin de par sa position d’ainée : rien ne réussit à la première de la famille…

Sophie rend très peu visite à ses sœurs, car la rumeur court qu’un étrange magicien rode dans les rues pour conter fleurette aux jeunes demoiselles et dévorer leur cœur. Halle-Neuve retient son souffle et vit dans une peur tapie, en observant le château ambulant du magicien parcourir les collines avoisinantes.

A la fermeture de boutique qui tardait, Sophie voit entrer en ces lieux une dame imposante et non moins impolie. Cette dame n’est autre que la sorcière du désert, et pour punir de son impétuosité, ensorcèle Sophie. Cette dernière se retrouve dans le corps d’une femme de quatre-vingt dix ans.

Très vite, Sophie décide de fuir sa vie et de partir loin. Peu importe où, mais loin. Son dernier refuge devient celui du Château de l’affreux Hurle. Après moult efforts, elle entre dans un des capharnaüms les plus impressionnants qu’il soit. Tant bien que mal, elle se hisse jusqu’au fauteuil moelleux. A peine a-t-elle le temps de reprendre son souffle que Calcifer, démon du feu, lui proposera un marché. Les escaliers verront débouler un petit garçon prénommé Michael… Et la porte s’ouvrira d’un grand claquement sur Hurle. Que va devenir Sophie ?

.
.

)°º•. Le Royaume d’Ingary et plus amplement, les environs du Château sont des univers parallèles où le fantastique règne.  La magie existe au quotidien par de petites touches discrètes. Diana Wynne Jones tire pour son scénario de bonnes ficelles ; et même si le plus gros de l’histoire est facilement devinable, de petites surprises nous restent agréables. La mise en place de l’histoire est quelque peu longuette ; mais son début par une malédiction concernant l’ainé et son destin est intéressant. Contrairement à beaucoup de lecteurs, je n’ai pas eu le moindre ressenti de « cauchemar » en lisant ce livre… Bien mieux, je trouve que les paysages relatés, les diverses scènes sont baignées d’un brin de poésie relativement frais. Cependant, le happy end est très facile et la fin on ne peut plus brutale. Le roman entier est coloré, plein de bons sentiments mais ne verse pas tendancieusement dans la mièvrerie.

.
.

)°º•. L’histoire recèle de plusieurs personnages, dont le premier à évoquer est le Château lui-même. Sans nul doute, il demeure mon personnage préféré. Une immense bâtisse sombre, quelque peu délabrée craque, bouge, en un mot : vit. Le mystère autour de lui est celui qui a le plus suscité mon intérêt.
.

Vient ensuite Sophie. Cette dernière est la gentille incarnée, le personnage « bon » par excellence, quelque peu naïve et innocente. Ses défauts trop bien définis, ne lui donne que du charme en plus. Cependant, sa condition de « vieille » n’est que trop peu réaliste. Timide et effacée en tant qu’enfant, elle gagne en assurance et en caractère avec son ensorcèlement de vieille peau.
.

Calcifer, démon du feu et assujetti à de grandes humeurs et à leurs sauts particuliers détient également ma sympathie. Il est asservi et emprisonné, mène la vie dure et pourtant, il est on ne peut plus attachant.

Michael est l’apprenti du magicien Hurle. Il est très ou trop gentil. C’est un habitant greffé également au Château et sera une aide utile à Sophie.
.

Nous découvrons aussi Hurle le magicien, qui s’avère effectivement très peu présent. La présence de Sophie redonnera du poil à la bête et malgré ses scènes sur scène, les habitants du Château arriveront à vivre avec ce caractériel. La volonté de l’auteur est d’appuyer sur sa crainte mais les effets demeurent… nuls.

Quant à la Sorcière du désert, elle est également peu présente mais on ne redoute qu’une chose : sa venue avec le basculement de la vie des habitants du Château. Pour moi, son démon représente le personnage le plus horrible de l’histoire.

Petit tour d’horizon rapide pour vous donner envie de découvrir ces multiples personnages attachants nés d’une histoire sucrée.

.
.

)°º•. Quelques petits mots sur l’écriture de Diana Wynne Jones : le vocabulaire est simple tout comme la grammaire et la syntaxe, leur immense avantage est l’accessibilité pour tous. Ce roman se lit facilement, comme du petit lait. Bien qu’il ne possède que très peu de longueurs et un rythme régulier. Le suspense existe uniquement à la fin du roman, le reste est un long fleuve tranquille. Les thèmes développés sont coutumiers : l’amitié, l’amour, la trahison mais aussi l’acceptation du vieillissement et la réconciliation avec la sphère familiale.
.
Cependant, un gros défaut dudit livre est le titre de chaque chapitre : ils se composent d’une phrase… qui commence ce qui se passe dans le chapitre que l’on s’apprête à lire. Tout bonnement, ils ruinent les espoirs et révèlent un bon nombre d’indices. Il manquera alors un peu de profondeur quant à l’histoire et décevra les amateurs de personnages travaillés. Notons tout de même quelques passages rigolards qui ont su me tirer quelques sourires.
.

Pour résumer, c’est un roman mi-conte, mi-fantasy qui saura convenir aux enfants et charmer les adultes.

Et si malgré tout cela, vous n’êtes toujours pas intrigués, je vous invite à le lire, rien que pour découvrir le roman qui est bien différent de l’animation japonaise que vous connaissez.

.
.

Ce livre est d’une belle et bonne douceur qui ensorcellera petits et grands. La magie existe par petites touches au quotidien, et la bourgade respire selon les allées et venues du Château de l’affreux magicien Hurle. Les personnages sont tous attachants, souvent « bons » et innocents. Le suspense n’est présent qu’à la fin du livre et la fin sera très vite arrivée, limite bâclée dans un grand mouvement de « happy end » et autres joyeusetés. Malgré un rythme régulier, le roman nous surprend à quelques surprises. Les quelques notes de poésie seront présentes pour donner une fraicheur au tout.

.
.

)°º•. Quelques petites informations :

– lecture conseillée à partir de 9 ans
– publié en 1986
– « le château des nuages » se révèle la suite de ce premier opus
– a été adopté et adapté par Miyazaki « le Château ambulant » en 2004

.

CITRIQ

.