Archive

Posts Tagged ‘démon’

ROZENFELD Carina – Zalim

19 décembre 2016 18 commentaires

.

Couverture Zalim livre de Carina RozenfeldTitre : Zalim, tome 1
Autrice : Carina Rozenfeld
Plaisir de lectureetoile 3 Livre sympa

.

Les royaumes d’Arensdaal et de Rakeshin sont perpétuellement en guerre. Un démon protecteur œuvre afin de favoriser les ressources du premier empire. Seulement voilà 20 ans qu’il demeure silencieux et son aide, malgré le tribut à payer, est plus que précieuse.

.

Nous suivons l’intrigue du côté du clan d’Arensdaal. Le roman de fantasy s’ouvre sur un panel de personnages : Yalmar roi inutile au possible, sa si jeune promise Agda, la princesse Elyana et sœur adoptive Kaia, ainsi que le premier ministre, Ederinn. Zalim est un monstre intéressant car il choisit lui-même son hôte, un humain. Lire la suite…

Catégories :ROZENFELD Carina Étiquettes : , , ,

DELANEY Joseph – L’erreur de l’épouvanteur, tome 5

20 octobre 2016 15 commentaires

.

l-erreur-de-l-epouvanteur-joseph-delaney-tome-5Titre : L’erreur de l’Épouvanteur (L’Épouvanteur, tome 5)
Auteur : Joseph Delaney
Plaisir de lectureetoile 4 Livre à découvrir
Tome 1, tome 2, tome 3, tome 4
.

John Gregory décide d’envoyer son apprenti Tom auprès d’un autre épouvanteur, un ancien élève à lui. Aux côtés de Bill Arkwright, Tom va devoir se renforcer. Mais autour de ce moulin hanté, les sorcières des marécages n’ont pas dit leur dernier mot.

.
.

Devant moi se tenait une sorcière, une puissante, une pernicieuse. Ses prunelles brûlaient comme des charbons ardents ; son visage suait la haine et la perversité. Mais le plus effroyable était sa tête : sa chevelure était un amas de serpents dont les noirs anneaux se tordaient en tous sens, d’affreux reptiles aux langues fourchues, aux crocs luisants de venin.

.
.
Lire la suite…

Catégories :DELANEY Joseph Étiquettes : , , ,

DELANEY Joseph – Le combat de l’Épouvanteur, tome 4

16 mars 2016 11 commentaires

.

Le combat de l epouvanteur Joseph Delaney tome 4Titre : Le combat de l’Épouvanteur (L’Épouvanteur, tome 4)
Auteur : Joseph Delaney
Plaisir de lectureetoile 4 Livre à découvrir
Tome 1, tome 2, tome 3, tome 5
.

Voilà presqu’un an que Tom est apprenti chez l’épouvanteur John Gregory. Il apprécie l’été de nouveau à Chipenden, en compagnie d’Alice. Sa mère est repartie en Grèce et lui a laissé trois malles et la clé d’une pièce à la ferme. Cette période estivale n’est pas de tout repos car John et lui doivent empêcher des clans de sorcières de monter une alliance.

.
.

Le combat de l epouvanteur illustration 02Tom est confronté à la nature de sa mère et à ses secrets, du côté personnel. Et il devra faire face aux Sorcières de Pendle : les Deane, les Malkin et les Mouldheel.
.

Tom est bien épaulé et des personnages secondaires font leur apparition, comme son frère James plutôt sympathique ; et Mab, une jeune sorcière, une version plus noire d’Alice.

. Lire la suite…

Catégories :DELANEY Joseph Étiquettes : , , ,

DELANEY Joseph – Le secret de l’Épouvanteur, tome 3

16 février 2016 22 commentaires

.

Le secret de l epouvanteur Joseph Delaney tome 3Titre : Le secret de l’Épouvanteur (L’Épouvanteur, tome 3)
Auteur : Joseph Delaney
Plaisir de lectureetoile 4 Livre à découvrir
Tome 1, tome 2, tome 4, tome 5
.

La morne saison approche et il est temps pour John Gregory et son apprenti Tom, de quitter Chipenden pour rejoindre leurs quartiers d’hiver : la maison située sur la lande d’Anglezarke. Ils laissent Alice aux bons soins d’une famille de fermiers. La demeure renferme des prisonniers, des sorcières et des gobelins. Mais aussi quelques secrets…

.
.

Le secret de l epouvanteur fan art Pour ce troisième tome, nous partons sur la prairie d’Anglezarke où l’ambiance est glaciale et le lieu, isolé. Notre envie d’en savoir un peu plus sur les personnages va être satisfaite.
. Lire la suite…

Catégories :DELANEY Joseph Étiquettes : , , ,

DELANEY Joseph – La malédiction de l’Épouvanteur, tome 2

2 octobre 2015 33 commentaires

.

La malediction de l epouvanteur tome 2 Joseph DelaneyTitre : La malédiction de l’Épouvanteur (L’Épouvanteur, tome 2)
Auteur : Joseph Delaney
Plaisir de lectureetoile 4 Livre à découvrir
Tome 1, tome 3, tome 4, tome 5

Tom et son maitre l’Épouvanteur se rendent à Priestown pour assister à un enterrement. La seconde raison est le cas inachevé voilà des années : emprisonner le Fléau. Voilà six mois que Tom effectue son apprentissage. Il va devoir affronter des événements seuls… et notamment la venue de l’inquisiteur !
.
.

La malediction de l epouvanteur DelaneyTout comme pour « L’apprenti de l’Épouvanteur », j’effectue une relecture de ce second. J’avais été agréablement surprise que le premier volet mette en place tant d’éléments de l’intrigue.
.

Ce tome est un peu plus sanglant que son précédent mais j’apprécie tout particulièrement l’atmosphère moyenâgeuse et le poids des superstitions.
. Lire la suite…

Catégories :DELANEY Joseph Étiquettes : , , ,

DELANEY Joseph – L’apprenti épouvanteur, tome 1

11 septembre 2015 42 commentaires

.

L apprenti epouvanteur tome 1 Joseph DelaneyTitre : L’apprenti épouvanteur (L’épouvanteur, tome 1)
Auteur : Joseph Delaney
Plaisir de lectureetoile 4 Livre à découvrir
Tome 2, tome 3, tome 4, tome 5

.

Thomas Ward, 13 ans, vient d’entrer en long apprentissage, sous la férule d’un maitre peu aimable : Monsieur John Gregory. Il va découvrir un univers étrange et totalement inconnu, celui de l’épouvanteur. Il va aussi avoir ses premiers émois d’apprenti, peu faciles à vivre : à base de gâteaux-qui-puent et de chaussures à bouts pointus.

.
.

Je devrais apprendre à protéger les fermes et les villages de créatures qui surgissent à la faveur de la nuit ; affronter goules, démons et autres monstruosités serait mon lot quotidien. Car telle était la tâche de l’Épouvanteur, et j’allais, semblait-il, devenir son apprenti.

. Lire la suite…

Catégories :DELANEY Joseph Étiquettes : , , ,

CONNOLLY John – Les portes

30 avril 2015 20 commentaires

.

Les portes John ConnollyTitre : Les portes
Auteur : John Connolly
Plaisir de lectureetoile 4 Livre à découvrir
.

A Biddlecombe, en Angleterre, vit Samuel, 11 ans et son teckel Boswell. Dans l’espoir que les gens apprécient sa petite attention, il décide de leur faire peur quatre jours avant Halloween. Mal reçu, il rentre alors chez lui en passant près du n°666 de la même rue. Ses voisins semblent s’activer pour un rite satanique. Il lui semble qu’un petit point bleu vient de s’allumer dans leur cave : ce n’est autre que les portes de l’enfer qui commencent à s’ouvrir !

Il tente vainement de prévenir tout le monde de l’invasion imminente des démons. Sauf que le sujet de préoccupation est plutôt le Grand Collisionneur d’hadrons du CERN, en Suisse qui connait une fuite. Action plus mineure, Nouillh se découvre une véritable passion pour les belles voitures.

.
.

Sa mère pouvait être très bizarre, parfois. Pour elle, voilà comment le monde fonctionnait :

CE QUI N’EST PAS BIEN

  1. Rentrer tard.
  2. Ne pas manger ses épinards.
  3. Énerver Stéphanie [la babysitter]
  4. Embrouiller M. Hume [le professeur] avec des histoires d’anges et de tête d’épingle.
  5. Ne pas porter le bonnet tricoté par sa grand-mère, même s’il est violet et donne l’impression qu’on a enflé de la tête.

6 à 99. Des tas d’autres trucs…

  1. Parler de l’ouverture des portes de l’Enfer.

.

.

Samuel Johnson par Bisho

Samuel Johnson par Bisho

Écrit par John Connolly, « Le livre des choses perdues » m’a paru bien construit mais un peu trop glauque et triste pour que je sois entièrement séduite (même après deux lectures). Cependant, j’avais remarqué l’écriture impeccable : j’étais donc curieuse de découvrir ce roman-ci. Et j’ai été surprise !
. Lire la suite…

Catégories :CONNOLLY John Étiquettes : , , , ,

GRANT Helen – Le Démon du vitrail

30 octobre 2014 30 commentaires

.

Le demon du vitrail Helen GrantTitre : Le Démon du vitrail
Auteur : Helen Grant
Plaisir de lectureetoile 3 Livre sympa peu s’en faut

.

Lin a 17 ans et s’apprête à partir en Allemagne avec sa famille. Son père, Professeur Oliver Fox souhaite redorer son blason universitaire et découvrir enfin les célèbres vitraux d’Allerheiligen. En côtoyant les natifs des environs, Lin comprend très vite qu’il n’est pas de bon ton de parler des vitraux médiévaux car ils sont hantés et maudits par le démon Bonschariant.

.
.

)°º•. Lin, son père Oliver, Tuesday, sa sœur Polly et son petit frère Reuben, s’installent au milieu de la campagne, à proximité d’une édifiante forêt sauvage. Bien qu’elle reste méfiante, elle sera amenée à fréquenter Michel, le fils de l’agriculteur voisin.
.

Leur vie allemande ne commence pas sous les meilleurs auspices : dans le verger à l’entrée du village, ils découvrent le cadavre récent d’un senior. Voulant éviter toute complication judiciaire de par leur nationalité anglaise, ils taisent ce qu’ils ont vu. Les vitraux ont une valeur financière inestimable mais s’ils sont introuvables, c’est bien à cause de la malédiction du démon Bonschariant.
.

La narratrice nous offre son point de vue : elle revient sur ce qu’elle a vécu, quelques mois après. Elle instille ainsi quelques détails ou autres éléments sur les événements qui vont se dérouler (ou non) et on s’entiche plus facilement. L’histoire est racontée à la manière d’un huis-clos.
. Lire la suite…

DE PINS Arthur – Zombillénium ~ Control Freaks, tome 3

2 mai 2014 14 commentaires

.

Control Freaks Arthur De Pins Zombillenium tome 3Titre : Control Freaks (Zombillénium, tome 3)
Auteur : Arthur DE PINS
Plaisir de lecturecoeur notation Livre avec entrée au Panthéon

.

Behemoth himself impose Bohémond Jaggar de Rochambaud pour assister le gestionnaire en place, Francis Van Bloodt à la tête du parc. Sauf que la réputation de ce consultant le précède et sa venue est vue d’un très mauvais œil. La révolte gronde.

.
.

Control Freaks Zombillenium Arthur de Pins 06)°º•. Avec Zombillénium, il y en a pour tous les goûts : démons, vampires, zombies, squelettes, sorcière, loups garous,… On s’attache à ces petites bêtes monstres. L’histoire prend un nouveau tournant et nous avons le cœur serré.
.

La gestion paternaliste appliquée au parc est jugée comme “molle”. Zombillénium a des besoins spécifiques et obligatoires. Francis Van Bloodt se voit attribuer un “cravateux”. La révolte grandit et la lutte est amorcée. Les syndicats militent contre les morts violentes. Par ailleurs, le personnel ne manque pas d’ingéniosité pour mettre des bâtons dans les roues de Bohémond Jaggar de Rochambaud.

.
.

)°º•. Les rebondissements et surprises mettent en scène le burn out d’Aurélien. La mécanique scénaristique est huilée à la perfection. On découvre davantage l’environnement du parc. Ceux qui avaient trouvé le deuxième tome un peu moins bon devraient être ravis ; car oui, Gretchen est plus présente. Elle devient, avec Aurélien des personnages clefs. L’intrigue toujours fraîche prend du relief.
.

Avec le personnel à vif, on y retrouve également une satire de notre société et de son rendement. Les allusions au monde de la finance, de l’entreprise, des conflits sociaux et du management de l’économie sont nombreuses. Et pourtant, le tout déborde d’humour à la fois humoristique… et caustique. Les dialogues sont cuisinés aux petits oignons.

.
.

Control Freaks Zombillenium Arthur de Pins 01)°º•. Le talent de De Pins s’exerce sur les deux tableaux, scénario et illustrations. Les dessins vectoriels sont sublimes. Les expressions des visiteurs particulièrement réussies : Arthur De Pins s’appuie sur des photos prises dans les parcs d’attraction publiée sur le web.
.

Ce tome est dans la continuité de la saga même s’il prend un virage plus sombre. Je suis amoureuse de cette série qui est une merveille d’humour noir. La fin est désastreuse… pour la patience des lecteurs ! Espérons qu’il mette peu de temps à publier la suite de ce fameux tome 3. (Rappelons les faits : 27 mois entre les parutions des tomes 2 et 3). Ce qui n’est point sûr étant donné qu’un projet parallèle d’adaptation sur grand écran devrait bientôt voir le jour, chapeauté par De Pins himself. (youhouh) Le teaser est à visionner ici.

.
.

“Control freaks”, troisième tome de la saga Zombillénium d’Arthur De Pins devient légèrement plus sombre. L’agitation couve et tout le monde est sous tension. Si Gretchen & Aurélien sont au-devant de la scène pour ce volet, c’est le parc entier qui s’avère impliqué. Entre illustrations remarquables et scénario soigné, l’auteur nous offre une saga magistrale.

.
.

Control Freaks Zombillenium Arthur de Pins 02 Control Freaks Zombillenium Arthur de Pins 05

Control Freaks Zombillenium Arthur de Pins 04 Control Freaks Zombillenium Arthur de Pins 03

..

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : quand même… ce tome méritait bien toute cette attente !
.

Dans le chaudron :
¤ Gretchen, tome 1
¤ Ressources humaines, tome 2
¤ Les annales du Disque-Monde de Terry Pratchett (pour de l’humour avec plein de créatures)

.
Defi valeriacr0J’ai gagné ce tome durant le challenge Halloween orchestré par Hilde & Lou.
Cette relecture n’est pas ma sélection d’avril pour le défi Valériacr0 mais celle de Valeriane que j’ai accompagné en “lecture commune”.

.

Iluze, Lasardine (La ronde des post-it) et Vladkergan (Vampirisme) ont assisté à la prise en otage du wagonnet.

CITRIQ

.

Catégories :DE PINS Arthur Étiquettes : , , , , , ,

YOVANOFF Brenna – L’échange

25 novembre 2013 28 commentaires

.

L echange Brenna YovanoffTitre : L’échange
Auteur : Brenna YOVANOFF
Plaisir de lectureetoile 3 Livre sympa peu s’en faut

.

La petite ville de Gentry doit donner un tribut tous les sept ans. Donner un bien grand mot quand les forces obscures viennent le chercher elles-mêmes. La nature de Mackie n’y est pas étrangère. Ce dernier vit son quotidien de la manière la plus inaperçue possible ; chose que ses allergies rendent difficiles. Coincé entre deux mondes, il décide pourtant de tout tenter pour sauver la petite sœur de Tate.

.
.

L echange Yovanoff)°º•. Mackie Doyle n’est pas humain même si tout le porterait à croire. Il se doit de passer inaperçu malgré ses allergies. A 16 ans, il peut déjà compter sur la solide amitié de Roswell. La force de la relation fraternelle est insufflée par Emma. Je trouve que la compréhension sans faille de Roswell manque de crédit, le personnage de Tate s’avère plus vraisemblable.

La rébellion de Mackie est difficile car il ne fait pas partie des deux mondes et ne veut pas prendre parti. J’ai trouvé que ses malaises étaient bien retranscris…au point où il n’attire pas volontairement la sympathie du lecteur. Ce dernier s’en trouve presque mal à l’aise. Notons qu’il est plutôt rare de trouver un jeune homme comme protagoniste dans le young adult.
.

La ville est sous le joug de créatures. Celles-ci ne portent pas de nom, mais on leur en donne de toutes sortes. Le prix à payer pour les habitants est devenu un tabou ; il ne faut surtout pas briser le silence. La communauté se replie alors sur elle-même.

.
.

)°º•. La base du livre repose sur un mythe celtique : le peuple des fées élève des nourrissons – qui s’avèrent malades – pour les échanger contre des bébés humains, en retour ils assuraient la fertilité des terres et la prospérité des hommes. Dans le folklore scandinave, on dit que ces créatures ont généralement peur du fer, c’est pourquoi les parents de ces pays avaient pour coutume de placer un objet en fer au-dessus du berceau d’un enfant non baptisé. Le leurre laissé par les fées est souvent appelé « changelin ».
.

Le récit est surtout d’ambiance. L’atmosphère glauque est servie par des scènes lugubres. J’ai eu quelques difficultés à visualiser les créatures… que j’ai rapprochées aux Choses de la nuit de la série Courtney Crumrin de Ted Naifeh. Au vu de la couverture, on s’attendrait à une ambiance plus noire alors que Brenna Yovanoff est partie sur une histoire un peu trop gentillette à mon goût. Tout au long du roman, on oscillera entre une lecture jeunesse soutenue par un rythme plus long et une pour les adolescents pour certains détails légèremen gores.
Par contre, la description des crises allergiques de Mackie m’ont irrémédiablement fait penser à celles de migraines.

.
.

)°º•. Partir sur ce mythe était vraiment bien vu, le folklore est parsemé ici et là. Mais l’histoire est un peu défaite et cela donne indubitablement un côté bancal.  Les idées ne sont pas assez liées et manquent de logique. Les actions sont un peu trop faciles, les détails pas assez développés. Cette absence de profondeur présente un récit encore hésitant.
.

L’auteure ne décrit pas l’univers sur les premières pages pour ensuite y associer une aventure, non. Ici, tout est affaire de pêche à l’information. Je sais que c’est rédhibitoire pour certains lecteurs mais j’apprécie beaucoup de procédé : on comprend au fur et à mesure de la lecture. Pour ce qu’il en est de la présence de ces fameuses créatures, cela ne m’a pas dérangé d’en connaître tous les tenants et les aboutissants, cela permet d’imaginer et de laisser aussi le choix au lecteur.

J’ai tourné les pages sans a priori puisque je n’avais eu aucun retour sur cette lecture. Le livre demeure brouillon dans son ensemble mais je suis partagée car j’ai savouré son originalité et j’ai pris plaisir à le lire.

A noter que la traduction n’est pas parfaite. La couverture est originale et m’a attirée, j’ai trouvé dommage que cela soit un photomontage et non une illustration. Les dessins sur l’annonce des parties reprennent les éléments suspendus de la couverture… qui sont de véritables grigris.

.
.

« L’échange » de Brenna Yovanoff a du mal à se stabiliser dans le récit, manquant parfois de rythme et de liens entre les idées. L’histoire oscille entre deux mondes et le lecteur a du mal à s’attacher au protagoniste, effet voulu à l’écriture. Du côté de l’ambiance, l’auteure n’est pas en reste. Le folklore scandinave aurait mérité d’être un peu plus approfondi pour proposer une lecture mieux harnachée. La lecture demeure néanmoins agréable.

.

.

L echange Yovanoff extrait
.

————————————————————————~*
.

Souvenir de lecture : Ah, la couverture et ses symboliques ! J’avais gagné ce livre chez ma copine Mutinelle.
.

Dans le chaudron :
¤ Cœurs de rouille de Justine Niogret
¤ Roman d’horreur d’Arthur Ténor
¤ Mal-Morts de Jean-Marc Lignac

.

logo Halloween 2013logo challenge Jeunesse Young Adult 2013Doucement mais sûrement, je rajoute une entrée à mon challenge Halloween. C’est également ma première participation pour le challenge jeunesse-YA de cette année.

.

.
.

Melisende (Bazar de la littérature), Plume de Cajou et Sita (Sorcelleries) ont aussi rencontré la Morrigane.

.

Pic : L’échange par Lorena-Lopez.

.

RICE Anne – La saga des Sorcières Mayfair

4 novembre 2013 37 commentaires

.

Le lien malefique Anne RiceL heure des sorcieres Anne RiceTaltos Sorcieres Mayfair tome 3 Anne Rice

.

Titre : La saga des Sorcières Mayfair (Le lien maléfique, L’heure des sorcières, Taltos)
Auteur : Anne RICE
Plaisir de lectureetoile 5 Livre fantas… tique

.
.

Deirdre Mayfair est devenue folle depuis qu’on lui a retiré sa fille Rowan pour l’envoyer vivre à San Francisco, où elle a été adoptée par Ellie Mayfair. Aaron Lightner la surveille derrière la grille de la villa, comme d’autres avant lui, ont surveillé les membres du Clan Mayfair. De génération en génération, ces femmes se transmettent leur don. Rowan est la treizième sorcière.

.
.

Sorcieres Mayfair 02)°º•. Deirdre a été oubliée sur son rocking chair avec pour seule compagnie, celle de cet homme bien habillé. Rowan est éloignée de la famille pour lui épargner la malédiction de sa position de 13e sorcière. Elle est devenue brillante chirurgienne mais elle semble avoir un pouvoir de vie ou de mort sur les personnes. Son esprit cartésien le rejette totalement. C’est une véritable déconnexion cérébrale qui se produit : Rowan compartimente ses pensées. Elle sauve d’une bien étrange façon, Michael Curry ; qui deviendra son mari. Ce dernier est un pour moi une caricature de l’Irlandais gentil et aimant.
.

Si la saga porte leur nom, c’est sans aucun doute parce que le Clan Mayfair est totalement hypnotisant. On y retrouve certaines caractéristiques de la Sorcière, comme la présence du sixième doigt pour certaines, mais autant oublier très vite le balai et le chapeau mité. Cette treizième sorcière porte 300 ans d’histoire sur ses épaules. A chaque génération, une seule sorcière aura un destin grandiose ou terriblement tragique. La généalogie est la pierre angulaire de ce récit.
.

Les membres Mayfair sont nombreux – très ! -, j’y ai au moins relevé les noms de Julien, Katherine, Mary Beth, Stella, Antha, Suzette, Evelyne, Mona… les relations entre eux sont à découvrir au fil du récit ; et vous ne serez pas déçus avec le résultat de la consanguinité. Chaque personnage possède ses vices et ses forces, ils sont tous intimement liés. C’est la plume d’Anne Rice qui entre en scène avec cette faculté complètement saisissante pour nous donner l’impression qu’ils aient tous une personnalité approfondie. Certains personnages sont torturés, d’autres terriblement impressionnants. Le mystère enveloppe beaucoup d’entre eux. D’autres personnages tournent autour de ce Clan, notamment le Talamasca représenté par Aaron, un gentleman britannique plutôt bel homme. Il y a également ce très grand homme, M. Ash qui symbolise une infinie douceur. Et évidemment, le démon Lasher qui plane comme une ombre omniprésente sur la famille.

Les différents points de vue des narrateurs est une technique étonnante car nous avons parfois l’impression de lire une autre auteure qu’Anne Rice : ils changent de ton, de façon de s’exprimer et même de vision des choses. Et c’est terriblement bien rendu.
.

Attirez-vous les foudres des sorcières Mayfair
et Dieu lui-même ne pourra rien pour vous.

.
.

Sorcieres Mayfair 01)°º•. La majorité de l’intrigue se déroule à la Nouvelle-Orléans. Souvent réputée comme étant le berceau de la Sorcellerie, et ce, pour diverses raisons. L’histoire baigne dans une atmosphère mystique des mieux rendues. Par ailleurs, la maison de First Street parait angoissante et presque vivante. C’est la maison où a vécu Anne Rice pendant quelques années. Les descriptions détaillées et fluides sont le résultat du pouvoir de l’écriture de cet auteur. Malgré la brochette des personnages, tout demeure très limpide. L’histoire des Mayfair n’est pas fastidieuse à pénétrer ; c’est même le must de cette histoire. Anne Rice nous tient en haleine.
.

La richesse de l’intrigue m’empêche d’exposer ici tout le bien que j’ai pensé de cette saga sans spoiler les tenants et les aboutissants. Ce livre est complexe mais bien cadré : il se révèle être un friand pour le cerveau. La découverte de secrets bien gardés repose sur la compréhension du pouvoir et de la richesse du clan. L’héritage familial ne se base pas que sur l’aspect financier. Le mal n’est jamais loin, le récit devient oppressant. Morts, mensonges, manipulation sont les maitres mots. Du côté de la sexualité, l’auteur malmène nos idées et y détaille certaines déviances.
.

Les tomes m’ont paru très inégaux : j’ai trouvé le premier exquis, le deuxième m’a moins plu ; la période qui a séparé mes lectures des tomes 2 et 3 m’a permis de mieux profiter de cet ultime volume. Le premier se concentre essentiellement sur l’Histoire du Clan ; nous sommes moins dans le rythme et plus dans l’exploration extraordinaire d’une telle famille. Le tome 2 est une course aux indices : on se focalise à la manière d’une enquête policière sur les poursuites, les drames et sur une traque en particulier. Il repose sur une partie de cache-cache grandeur nature. L’intrigue est tarabiscotée mais demeure plaisante. Le discours est également plausible, fortement étayé par des recherches documentaires. Le tome 3 met aussi en scène un autre personnage – pas une sorcière – et sur un succédané d’amour « Mayfair », un peu comme une marque de fabrique « made in ».  La sorcière est à son honneur sur l’ensemble.
.

Le côté suranné est travaillé, le style descriptif méticuleux. Le récit est tout sauf linéaire, ce qui permet d’envelopper le lecteur. Le rythme peut paraître terriblement lent à certains lecteurs, mais c’est aussi toute la force du récit car il encourage une intrigue très prenante. J’avoue que certains événement ne m’ont guère convaincue, mais c’est peu de choses au regard de l’intrigue envoutante et de l’imagination fertile d’Anne Rice.
.

Si je ne devais tenir compte que des Sorcières Mayfair, ces écrits mériteraient d’entrer dans mon Panthéon de la lecture ; mais pour l’intrigue qui m’a moins plu sur les tomes 2 et 3, je ne peux pas être juste en déclarant un coup de cœur ; d’où la notation des cinq étoiles. Mais il est vrai que je conseille très fortement cette histoire à tout le monde.

.
.

Avec la saga des Sorcières Mayfair, Anne Rice signe une histoire majestueuse. Sous sa plume vive, les sorcières se présentent au lecteur comme jamais auparavant. Entrez dans l’histoire du Clan pour découvrir l’insoupçonnable. Retenez votre souffle en tournant les pages… car vous n’êtes réellement pas au bout de vos surprises.

.

.

Sorcieres Mayfair extrait
.

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : Par deux fois, en 2010 et en 2012, j’avais noté Julien parmi mes 14 Valentins préférés. Lire cette trilogie est à réaliser, rien que pour ce personnage. Mais entre vous et moi, je suis bien contente qu’il ne soit que de papier..

.

logo Halloween 2013 Defi valeriacr0Voici une entrée pour le challenge Halloween. Cette lecture que j’avais recommencée cet été, m’a été choisie par Valeriane pour notre défi Valeriacr0 pour le mois d’octobre. C’est également LE livre que j’ai dévoré lors du marathon de lecture.

.
.

Mon coin lecture (Karine) a aussi été soufflée par cet arbre généalogique.

CITRIQ

.

Pics : #01 par Ichigoso ; #02 par TaltosGirl16.
.

.

Catégories :RICE Anne Étiquettes : , , , , ,

HILL Joe et RODRIGUEZ Gabriel – Locke & Key ~ Rouages, volume 5

30 octobre 2013 23 commentaires

.

Rouages tome 5 Locke and Key Joe HillTitre : Rouages (Locke & Key, volume 5)
Auteurs : Joe HILL & Gabriel RODRIGUEZ
Plaisir de lecturecoeur notation Livre avec entrée au Panthéon

.

1775. La guerre d’indépendance américaine débute : les insurgés veulent chasser les colons anglais. Benjamin et Miranda Locke voient leurs parents pendus sous leurs yeux. Ils rejoignent la résistance dans la grotte située à flan de falaise. Des hommes leur apprennent la mort d’Adam à cause d’une porte secrète.

.
.

Rouages 06)°º•. Tout, tout, tout vous saurez tout sur la clef Omega… ou enfin, presque.

Après un petit tour en 1775, nous rejoignons Rendell en 1988. Lui et sa bande d’amis viennent de donner leur représentation de théâtre, ils sont dans leur dernière année de lycée, juste avant le bal de promo. Ils décident de réaliser un pari un peu fou. Et autant te dire, j’ai carrément pensé que c’était un véritable bouffon au vu de la teneur de sa proposition.
.

Ce tome est le plus révélateur et même explicite : Comment les clés existent-elles ? De quels matériaux se composent-elles ? Quelle est l’origine du mal de Dodge ? Et plein d’autres détails concernant Keyhouse et son fonctionnement.

On se rend compte que la famille a une sorte de malédiction dont un événement se reproduit époque après époque. La découverte de nouvelles clés reste un élément capital et intrigant.

.
.

Rouages 05)°º•. Le régal visuel est toujours d’actualité. Je suis complètement fan des découpages : les sketchs des cases sont bien vus (leur place dans une pleine ou double page). Les arrière-plans sont aussi travaillés que les premiers ; tout est affaire de précision. J’ai été bluffée : quand on remonte en 1988, j’avais l’impression d’être une spectatrice alors que je me sens réellement dans l’action quand il s’agit de la fratrie Locke et vous comprendrez en lisant pourquoi et comment c’est réalisé.
.

La scénarisation de cet arc tire vers l’émotionnel ; la sensation se décrit en une seule onomatopée « Vlan ! ». Tout se passe mal : les pistes sombres parsèment le récit depuis le début mais c’est sans doute cette dernière qui est la pire. Les scènes sont sanglantes et la mort donnée avec forts éclaboussements. Hill et Rodriguez arrivent encore à nous surprendre. Les sentiments de crainte et d’émerveillement sont puissamment mêlés.
.

Nous observons des visions cauchemardesques de cette clé Omega qui revient et signe à chaque époque. C’est une sorte de force pure qui filtre des pages de cette bande dessinée.  La tension monte car nous connaissons des détails que les personnages n’ont pas encore eu « le loisir » de découvrir.  Plusieurs tragédies ont lieu et l’une d’entre elles me serre le cœur.
.

Comme on peut s’y attendre, tout s’imbrique à la perfection grâce à beaucoup de finesse. Les volumes structurellement liés sont très prenants. A mes yeux, c’est l’une des séries les mieux ficelées et les plus troublantes aussi que j’ai lues. C’est étonnant de voir que l’un des meilleurs scénaristes de bandes dessinées s’avère être un romancier : Hill est un conteur de maitre.
Ce tome se termine sur un grand cliffhanger… pour mieux savourer le dernier tome ? Le sixième « Omega & Alpha » n’a pas encore de date de publication en VO, on risque de l’attendre très très impatiemment.

La série a reçu l’Eisner Award 2011 du meilleur scénario ainsi que le British fantasy award du meilleur comics en 2009 et 2012.

.
.

« Rouages » est le tome des réponses. Ce volume particulièrement révélateur nous emmène dans le passé à la poursuite des clés ; on y apprend toutes leurs origines. Comme toujours, le mariage entre scénario et illustrations est exquis, nous en prenons plein les mirettes.

.

Rouages 01 Rouages 02

Rouages 04 Rouages 03
.

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : La pauvre chèvre.

.

Dans le chaudron :
¤ Bienvenue à Lovecraft, volume 1
¤ Casse-tête, volume 2
¤ La couronne des ombres, volume 3

.
Mercredi Bd Fantastique.
Cette lecture est une participation aux Mercredis Fantastiques en collaboration avec Mango, dans le cadre du challenge Halloween.

.

 Le Livroblog (Hilde) et Quoi de neuf sous ma pile ? (Gromovar) eux aussi ont résisté à l’envie de regarder.

CITRIQ

.

Toutes les illustrations sont celles de Gabriel Rodriguez.
.

TAFFIN Benedict – La Pucelle et le Démon

9 septembre 2012 21 commentaires

.

Titre : La pucelle et le démon
Auteur : Benedict TAFFIN
Plaisir de lecture Livre sympa peu s’en faut

.

Sous les ordres de la duchesse Yolda, Sidoine de Valzan s’en va rencontrer Jehanne de Dromfroy. Cette femme pieuse entendrait des voix, il se doit de la ramener auprès du Dauphin afin qu’elle lui déclare religieusement ne pas être un bâtard. L’élue va également confirmer qu’il faut qu’il reprenne son trône et qu’il boute les Azuléens hors de Falatie. Le guerrier Sidoine va pourtant s’arrêter en chemin, prendre quelques plaisirs auprès d’une putain nommée Oriane. Au petit matin, lorsqu’il arrive sur les lieux, il découvre un désastre et le corps sans vie de Jehanne ; les démons de Njorg ont tout détruit. Les bras ballants, Sidoine tente le tout pour le tout et engage officieusement Oriane pour remplacer la vierge. Afin de vérifier son identité, Oriane doit rencontrer le capitaine de Vernisse venu avec un exorciseur. Voici la première étape d’une longue aventure… tout pourrait idéalement se passer si Arkshaar le démon de Sidoine, n’avait pas décidé de s’en mêler.

.
.

)°º•. Pour accessoiriser cette imposture magistralement organisée, il nous faut donc :

Yolda, la duchesse et commanditaire. Le type de personnes assez froides dont on n’aimerait pas la compagnie et qui semble avoir bien du pouvoir en sous-main.

Jehanne, une femme dévote que nous n’aurons pas l’occasion de bien connaitre. Nous savons que la légende veut qu’elle vienne du bois Perchus et qu’elle fera des révélations au Dauphin.

Sidoine de Valzan surnommé La Hire. Il a un sens de l’honneur particulièrement développé ; il veut donc arriver au bout de l’aventure. Ce capitaine sanguinaire est accompagné d’un bhargoest qui a pris possession de son corps. Il maitrise un large éventail de jurons et ses propos sont souvent entrecoupés de « ta gueule » ou « la ferme » pour faire taire son démon jacassant, que lui seul peut écouter. Arkshaar est plutôt sadique et aime se moquer de son hôte, il est très agressif tant dans ses paroles que dans ses gestes mais je ne peux m’empêcher d’apprécier ses interventions. Je trouve ce combo plutôt réussi notamment quand le démon lui susurre à l’oreille qu’il faut poutrer ses interlocuteurs en les décapitant ou en leur sortant les tripes alors que notre malheureux Sidoine tente de rester calme.

Il y a bien sûr Oriane avec ses magnifiques yeux émeraude qui va devoir prendre sur elle, jouer son rôle à la perfection. C’est tout de même un électron libre et il n’est pas facile de lui tenir fermement les rênes.

.
.

)°º•. Tu as peut-être saisi, mais sous le titre de « La pucelle et le démon », il se cache l’histoire de Jeanne d’Arc… revisitée. Il va sans dire que la documentation semble très bonne, les explications en fin de livre  données par l’auteur ainsi que le récit le montrent.
Les incipits de chaque chapitre ouvrent sur l’histoire « véritable » de Jeanne avant que les mots servent l’imagination de Taffin. Les tout premiers m’ont embrouillée et il a fallu que je demande confirmation à mon binôme de lecture. La grammaire y est parfois difficile, les phrases alambiquées mais reprenant les classiques du vieux françois.
.

Malgré le talent développé, il m’a été difficile d’apprécier l’exercice de Benedict Taffin car je ne connais pas assez l’histoire officielle ni même les hypothèses de ce fait historique. On notera que les éléments fantastiques sont bien entremêlés à l’histoire et semblent trouver naturellement leur place. J’ai beaucoup aimé la réinvention des noms de villes et pays : Falatie/France, Ortillan/Orléans, Azuléens/Anglais, Tourelles/Tournelles, Lyspon/Lyon, Pondiret/Paris.

.
.

)°º•. Cette fantasy qu’on pourrait qualifier d’historique est servie par une très bonne plume. J’ai aimé ce combo non conventionnel Oriane/Sidoine qui apporte vraiment de la fraicheur au récit. J’ai regretté tout de même de ne pas en savoir plus sur ce duo ni même connaitre davantage Njorg et ses démons. Mais ça, ce sont les paroles d’une lectrice fort ancrée dans l’environnement qui s’avère une éternelle insatisfaite (non, mais parce qu’une bonne histoire se doit d’avoir une fin, en vrai).
.

Les passages entre action et moments plus calmes s’harmonisent. Les enchainements sont très bons grâce à une grande fluidité d’écriture. Le préambule est vraiment réussi. Les temps de guerre sont un peu difficiles pour moi car je n’aime pas ça, mais cette histoire saupoudrée d’éléments fantastiques est bien ficelée. Des scènes violentes de batailles et d’autres remplies de quelques détails sexuels feront pencher la balance du côté « conseillé au plus de 15 ans ». J’ai aimé que les informations soient distillées au fil du récit : on voit le nom Njorg, on comprend ensuite que c’est « lui » qui s’occupe des bhargoests, puis on sait que c’est une femme et finalement une sorcière.
.

Avec une connaissance imparfaite de l’histoire originelle de Jeanne d’Arc, j’ai eu du mal à apprécier le texte à sa juste valeur. Mais j’ai été surtout motivée pour connaitre la fin et savoir si Oriane allait connaitre le même sort que Jeanne la Vraie ou si Benedict Taffin allait différencier cet élément de clôture. Il va sans dire que la présence de l’humour sarcastique et la façon de conter de Taffin m’ont particulièrement enchantée et je n’hésiterai pas à découvrir ses autres écrits.

.
.

Sous le titre un peu mielleux de « La Pucelle et le Démon » vous découvrirez qu’il n’en est rien. L’Histoire de Jeanne d’Arc a été totalement repensé par Benedict Taffin et vous allez être ravis de connaitre les coulisses de cette grosse imposture à la sauce fantastique.

.
.

)°º•. Bénédicte Taffin – qui signe Benedict Taffin ses livres adultes – est une écrivaine française. Son premier livre (jeunesse) « Les yeux d’Opale » est paru en septembre 2010 et a remporté le prix « Révélation Jeunesse » des Futuriales en 2011. Son blog
L’illustration de couverture est signée Pascal Quidault.

.

.
.

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : La différence entre histoire et faits historique qui devient de plus en plus ironique.

.

Dans le chaudron :
En fantasy historique
¤ Jonathan Strange & Mr Norrell de Susanna Clarke
¤ Le dernier rayon du soleil de Guy Gavriel Kay
¤ Thya d’Estelle Faye (La Voie des Oracles, tome 1)

.

Cette lecture a été appréciée en lecture avec ma précieuse binôme Heclea dont vous pouvez lire la chronique. N’oublions pas que c’est grâce à un concours des Dames de Bookenstock que nous avons pu découvrir cette histoire.
Bookenstock (Dup & Phooka), La pile à lire (Oriane), Les victimes de Louve ont aussi apprécié cette Pucelle et ce Démon.

CITRIQ
.

.
.
Ce livre est publié par un petit éditeur. On apprécie la couverture amovible, le papier épais et les finitions.
.

.

Pic : couverture par Pascal Quidault.

.

Enregistrer

Catégories :TAFFIN Benedict Étiquettes : ,