Archive

Archives pour la catégorie ‘Auteurs en S, T, U’

SHUSTERMAN Neal – La Faucheuse ~ Thunderhead, tome 2

31/05/2018 8 commentaires

.

Couverture du livre "Thunderhead" de Neal Shusterman, il s'agit du tome 2 de la série La FaucheuseTitre : Thunderhead (La Faucheuse, tome 2)
Auteur : Neal Shusterman
Plaisir de lecture :  Livre fantas… tique
Tome 1
.

Dame Anastasia, fraîchement assermentée prend son travail de faucheuse à cœur, en y incluant une particularité de moisson. Prise d’amitié avec sa mentor, elles restent en bonnes relations, vivent et fauchent ensemble. Maître Lucifer est devenu une légende urbaine car il œuvre uniquement pour ses valeurs… qui vont à l’encontre de la communauté pétrifiée des Faucheurs. Le tout sous l’œil permanent et scrutateur du Thunderhead.

.
.

.

J’étais curieuse de découvrir « Thunderhead » car j’avais beaucoup aimé le premier tome « La Faucheuse ». J’étais déjà prête à ce que l’histoire retombe comme un soufflé, sensation déjà vécue avec quelques trilogies classées « jeune adulte » (YA). Je ne vous ferai vivre aucun suspense : j’ai aimé ma lecture !
.

Les points de vue des narrateurs sont récurrents ; Neal Shusterman introduit le personnage de Grayson. J’ai pris plaisir à retrouver Citra et Rowan, à travers qui nous découvrons leur vie et toujours davantage sur les règles qui régissent cette société.
.

Alors que nous avions des extraits du journal de bord des Faucheurs, dans ce deuxième tome, ce sont les « pensées » du Thunderhead qui sont insérées en début de chapitre. Il est truculent d’avoir accès aux observations de cette intelligence artificielle, comprendre comme il réfléchit sachant qu’il n’est ni omniscient, ni impotent. Il pourrait l’être, mais il souhaite s’occuper de tout sauf de la vie et de la mort des humains. Beaucoup d’interrogations géopolitiques et les dérives possibles de notre réalité sont soulevées.
.

Le roman s’inscrit dans une pluralité – pluralité des expériences, pluralité des points de vue, pluralité des questionnements et s’avère peu manichéen (d’un point de vue extérieur, si l’on n’a pas lu les livres, on peut s’en étonner alors qu’il est surtout question de Faucheurs !). J’ai été rassasiée concernant le rythme, les retournements de situation, les révélations et le niveau de manipulations ; à un rythme dont l’auteur avait donné la cadence dès le premier tome.
.

Ce que j’ai préféré, ce sont tous ces détails sur le fonctionnement de cette société, aussi originale que complexe. On entre dans la décadence de l’univers des Faucheurs où les « traditionnels » se confrontent au « nouvel ordre ». Nous est révélé le monde des malpropres, aspect sociétal que Neal Shusterman n’avait pas abordé jusque-là.
.

Le suspense est bon, bien que le livre se termine sur un énorme cliffhanger (et c’est un euphémisme). La vision de l’intelligence artificielle est déstabilisante. L’univers est pensé dans les moindres détails et avec perspicacité. C’est validé !

.

Fan art d'Anastasia de Peter's really pretty pour le livre Thunderhead de Neal Shusterman Fan art de Lucifer de Peter's really pretty pour le livre Thunderhead de Neal Shusterman

Dame Anastasia | Maître Lucifer
Par Peter’s really pretty

.

————————————————————————~*

.

Encres & Calames (Sia), Le Chat du Cheshire (Léa), Lectures trollesques (PtiteTrolle)Muti et ses livres (Mutinelle), Ptite-Boukinette (Azariel) se demandent si elles seraient des traditionnelles ou membre du Nouvel Ordre.

.

Rond de Sorcière #94

29/05/2018 9 commentaires

.

Logo Rond de Sorcière du blog LivrementLe Rond de Sorcière me permet de vous faire découvrir tous les livres lus durant le mois ; notamment les petits trésors que je découvre sans avoir le temps de leur consacrer une chronique complète.
C’est une sorte de compromis entre ma bonne conscience livresque et moi. Je vous parlerai aussi de ce qui touche de près ou de loin le monde des livres ; comme une parenthèse plus personnelle.

.

Ah, Avril ! Mois-magique-de-la-météo qui m’a donné l’occasion une fois, de courir au parc pour profiter de lire au soleil (et les pieds nus).
.

📫 Et hop, c’est une transition parfaite pour signaler qu’une seconde boite à lire a été installée près de chez moi. Les vingt-quatre quartiers de Toulouse vont être équipés au fur et à mesure. J’ai de la chance qu’une seconde ait été positionnée à exactement 350 mètres de la première dans le mien.
.

📚 Côté lectures, je m’attaque aux reliques de ma Pile à Lire ; ces livres qui ont été acquis voilà des années. Je me suis attaquée – pour la dévorer en une seule bouchée – à la série « Les Lames du Cardinal » de Pierre Pevel. C’était d’ailleurs la sélection de Valériane dans le cadre de notre défi Valériacr0.

.

📆 Deux grands événements ont eu lieu à la fin du mois :
Le festival Alchimie qui s’avère une date incontournable : 17 000 visijoueurs se réunissent le temps d’un week-end pour jouer – à toutes sortes de jeux de société et autres – dans la joie et la bonne humeur (et gratuitement !).
Première visite pour moi : je suis allée à Echos & Merveilles. De leur côté, c’était la première fois qu’ils organisaient un village des artisans. J’ai passé de fabuleuses heures à flâner. Billet à venir 🙂
.

🖥 Petite digression sur mon blog de lecture : j’ai visionné quelques films. Alors que j’ai abandonné Osiris, la 9e planète, j’ai passé un très bon moment avec Jumanji 2, Fanboys, Thor Ragnarok et Moonwalkers. Je suis aussi sérivore, mais lister les saisons terminées et les séries en cours serait chronophage (et les billets « ronds de sorcière » sont déjà bien longs) (Quand j’en parle, c’est sur FB).

.

Ils sont arrivés dans ma Pile à Lire :
¤ COSTE Nadia : Papa de papier
¤ DANIEL Marie-Catherine : Entre troll et ogre
¤ SINISALO Johanna : Le Reich de la lune

… et en sont déjà sortis ! (et tous chroniqués)

Résultat : +3 entrées ; -10 sorties

.
.

Trois romans acquis en avril 2018, pris en photo dans un parapluie retourné, par le blog Livrement

.

.

Romans SFFF

.

Couverture du roman "Papa de papier" écrit par Nadia CostePapa de papier – Nadia Coste
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir
Chronique complète
Comment ne pas accrocher à Ayrton, collégien de son statut ? Le protagoniste se trouve dans une situation familiale inconfortable et fait appel au fantastique pour essayer d’apaiser son monde. Nadia Coste traite avec perspicacité et finesse un thème délicat. Une histoire de 122 pages à lire à partir de 10 ans.

.
.

Couverture entre troll et ogre de Marie-Catherine Daniel aux éditions Actu SFEntre troll et ogre – Marie-Catherine Daniel
Plaisir de lecture : note : 4 Livre à découvrir
Chronique complète
C’est avec grande joie que je me suis jetée dans ce récit d’une grande fraîcheur. C’est doux et drôle aussi, le tout servi par un protagoniste qui intrigue : un vieux troll. J’ai aimé les interrogations sur la société, le poids de la différence et les choix assumés. L’histoire est profondément humaine dans les émotions qu’elle délivre.

.
.

Couverture du roman Six de Philip Le RoyS.I.X. – Philip Le Roy
Plaisir de lecture Livre sympa
S.I.X. est la formation d’un groupe d’adolescents aux profils atypiques. Rejetés par la société, ils trouvent leur utilité pour défendre des causes officiellement « écologiques ». Affaires et autres complots deviennent leur cible. Lecture conseillée à partir de 14 ans, le récit est bien rythmé et les aventures sans aucun doute délicieuses à déguster pour le jeune public. J’ai été moins convaincue par les capacités de ces adolescents et le degré de réalisme de ce qu’il leur arrive. Je tique aussi un peu sur les stéréotypes des personnages.

.
.

Couverture "Les lames du cardinal" de Pierre Pevel : tome 1Couverture de la trilogie "Les lames du cardinal" de Pierre Pevel : tome 2 titré l'alchimiste des ombresCouverture de la trilogie "Les lames du cardinal" de Pierre Pevel : tome 3 nommé le dragon des arcanesLes lames du cardinal (trilogie) – Pierre Pevel
Plaisir de lecture Livre sympa
Chronique complète
Cette trilogie que l’on peut classer en fantasy historique a des allures de roman de cape et d’épée. Complots, trahisons, périls, duels, rebondissements, traquenards, amours impossibles et héros sauvés in extremis sont autant de bons éléments qui parsèment le récit. Dans son univers, Pierre Pevel a intégré des dragons qui vivent parmi les humains. J’ai trouvé pourtant qu’on n’en savait peu sur eux alors que c’est en ces créatures que résidait mon intérêt le plus vif.

.
.

Couverture du roman "Le miroir d'ambre" de Philip Pullman, tome 3 de A la croisée des mondesLe miroir d’ambre (À la croisée des mondes, tome 3) – Philip Pullman
Plaisir de lecture Livre avec entrée au Panthéon
Chronique complète
Je me suis plongée avec exaltation dans l’ultime tome de cette trilogie. Si l’intrigue me restait en tête dans ses grandes lignes, beaucoup de détails étaient passés à la trappe. Toujours accessible sur plusieurs niveaux de compréhension selon l’âge du lecteur, cette série permet une immersion certaine dans un univers aussi riche que profond. Je la conseille toujours à mon entourage et cette relecture me conforte dans l’idée qu’elle peut plaire au plus grand nombre. Il serait peut-être temps de se plonger dans la trilogie de la Poussière maintenant ? (publication du tome 1 « La belle sauvage » le 16 novembre 2017)

.

.

Titres graphiques SFFF

.
Couverture du tome 6 de la série Saga par Vaughan et StaplesCouverture du tome 7 de la série Saga par Brian Vaughan et Fiona StaplesSaga : volumes 5, 6 et 7 – Brian K. Vaughan & Fiona Staples
Plaisir de lecture Livres avec entrée au Panthéon
Volumes 1, 2, 3 et 4
J’ai travaillé ma patience en attendant la parution de plusieurs tomes sans les lire… pour les dévorer d’affilée. Cette série de space fantasy est un régal. L’imagination est fertile : ça fourmille d’idées, de nouvelles races étranges, de planètes surprenantes, d’indices éparpillés. L’auteur nourrit le background avec l’arrivée du groupe terroriste « Dernière Révolution », une nouvelle vague de contestataires. Le scénario est aussi truculent que celui des précédents tomes : on suit le périple de Marko et Alana. Hazel est en âge de parler et n’est pplus cantonnée à la voix off ; ce qui permet de donner dans le registre du langage fleuri malgré son âge. Les héros sont complexes et touchants. Le récit est riche en rebondissements et est servi par une narration moderne. Les graphismes sont convaincants, inventifs, expressifs et colorés mais sans excès.

.

Photographie des livres lus durant le mois d'avril 2018 par le blog Livrement

.

.

Profiter de ma filleule : babysitting ou godmothersitting ? | Profiter de la première fleur éclose de ma marguerite du cap | Tenter de prendre en photo Moriarty, jeune chat énergique, avec un livre | Fêter les 30 ans de Max | M’offrir un tshirt trop cool (avis objectif) | Accepter de la part d’une amie, un bouquet de jacinthes des bois | Découvrir un nouveau graffiti et aussi une nouvelle boîte à lire | Participer au troc boutures et plantes, comme un rituel | Et adopter raisonnablement quelques brins | Retrouver Marie Juliet et son amoureux pour devenir enquêteurs dignes de Sherlock Holmes | M’occuper des desserts pour le déjeuner de famille | Et m’amuser avec mon neveu-presque-tout-neuf | Voir fleurir ma spathiphyllum/fleur de lune après des périodes sans floraison | Flâner à Echos & Merveilles | Et rencontrer enfin Corwin Ravencroft, archiviste | Prendre mes quartiers au festival du jeu avec des copains | Et des copains | Rencontrer en même temps deux chouettes personnes : Samantha et Balthazar | Lancer tardivement des semis | Cuisiner un peu | Rester au maximum dehors dès que le soleil pointe son nez.

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

SINISALO Johanna – Le Reich de la Lune

25/05/2018 7 commentaires

.

Couverture du livre "Le reich dans la lune" de Johanna Sinisalo aux éditions Actes SudTitre : Le Reich de la Lune
Autrice : Johanna Sinisalo
Plaisir de lecture Livre avec regrets
Lire les premières pages

.

Après la défaite d’Hitler durant la seconde guerre mondiale, les nazis se sont réfugiés dans une base en Antarctique avant de rejoindre par fusée la Lune. Sur place, ils vivent dans un complexe souterrain et planifient leur reconquête du monde. En 2018, une fusée américaine alunit sur leurs sols et emmène avec elle, humains et avancées technologiques. Les nazis envoient une équipe d’espions sur Terre pour récupérer la nouvelle technologie qui permettra de finaliser leurs outils mais la mondialisation a totalement transformé la société.

.
.

Johanna Sinisalo a rédigé – à la demande de son agent et de son éditeur allemand – « Le Reich de la Lune » en s’appuyant sur différentes versions du scénario qu’elle avait écrit pour le film « Iron Sky ». Le livre est une sorte de writer’s cut.

Comme j’ai vu initialement le film en 2012, mon avis est empreint de mes souvenirs « visuels » du long-métrage.
.

2047, Renate revient sur ses impressions d’antan et parcourt son journal intime composé en 2017 et 2018 qu’elle a surnommé Kitty. Elle délivre ses souvenirs et en tire une analyse. C’est par ce biais que démarre l’uchronie dont le point de divergence se situe au suicide d’Hitler.
.

Les conditions de vie sur la Lune ne sont pas présentées ni même la possibilité de s’y établir durablement. Ne vous méprenez pas, l’objectif est tout autre : proposer une histoire dont l’aspect absurde est très appuyé. En empruntant l’axe de la révolution numérique, l’autrice reviendra superficiellement sur l’évolution de notre société et toutes les dérives et autres abus réalisés au détriment de la santé de notre planète (D’ailleurs, si les nazis sont surpris en découvrant le smartphone d’un des astronautes, ils ne sont guère perturbés par les évolutions technologiques découvertes sur Terre).
.

Je n’aurais pas qualifié le roman de « délicieusement barré, joyeusement rocambolesque et délibérément grinçant » comme l’indique le quatrième de couverture. Car je n’ai été ni surprise, ni pliée en deux de rire et que l’intrigue reste très prévisible. C’est divertissant tout au plus. En comparaison, le film est drôle mais pas tout le temps. Et quand il ne l’était pas, les images compensaient.

.

Venons au point qui m’a fortement chiffonnée : le roman est censé développer l’idée originelle du film – l’émigration des Nazis sur la Lune – et se terminer où le film commence. Mais que nenni, « Le Reich de la Lune » reprend l’histoire du film dans son intégralité sans apporter de nouveaux éléments (j’ai vérifié, j’ai revisionné le film après lecture).

.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :
¤ Jésus contre Hitler de Neil Jomunsi : le titre est parlant et vous croiserez d’autres personnalités, aspect absurde et humoristique important
¤ Max de Sarah Cohen-Scali : fiction percutante de la vie d’un enfant aryen, il en est le protagoniste dès sa position in utero
¤ Lebensborn, la fabrique des enfants parfaits de Boris Thiolay : livre documentaire sur les établissements pour créer des enfants répondant aux critères de la pureté raciale « aryenne » ; l’auteur revient avec beaucoup de tact et une écriture concise sur la vie de ces enfants français

.

Logo défi Valériacr0

Pour ce mois de mai, Valériane a jeté son dévolu sur un livre-tout-neuf-en-pile-à-lire qui lui fait de l’œil à elle aussi. Alors quoi de mieux que de me le faire lire pour avoir une première impression ?

 

.

Anudar (et sa grande bibliothèque) a davantage été séduit que moi par cette « satire mordante » ; il a aussi initialement visionné le film avant de lire le roman.

.

Rond de Sorcière #89

18/12/2017 12 commentaires

.

Logo Rond de Sorcière du blog LivrementLe Rond de Sorcière me permet de vous faire découvrir tous les livres lus durant le mois ; notamment les petits trésors que je découvre sans avoir le temps de leur consacrer une chronique complète.
C’est une sorte de compromis entre ma bonne conscience livresque et moi. Je vous parlerai aussi de ce qui touche de près ou de loin le monde des livres ; comme une parenthèse plus personnelle.

.

Novembre est encore un mois sur les chapeaux de roues ! Et c’est chouette 🙂

.

Côté passioooon-littératuuuure, j’ai rencontré Guy Gavriel Kay lors d’un rendez-vous en compagnie de Jean-Claude Dunyach et Jean-Daniel Brèque. C’était intéressant et je n’ai même pas eu honte d’avoir présenté mon exemplaire de La tapisserie de Fionavar qui a été mis à feu et à sang (enfin, presque).
.

Grâce à Valériane et notre super défi, j’ai lu « Accros du roc » de Terry Pratchett : de quoi bien se marrer lors de ce mois froid et ventu (brrr).

.

Nouveau ! sur les rayonnages :
¤ ALBERT Raphäel : Sylvo Sylvain – Avant le déluge, tome 2
¤ ALBERT Raphäel : Sylvo Sylvain – Confessions d’un elfe mangeur d’opium, tome 3
¤ ALBERT Raphäel : Sylvo Sylvain – De Bois et de ruines, tome 4
¤ DELANEY Joseph : Le destin de l’Épouvanteur, tome 8
¤ Ovidie & Diglee : Libres ! Manifeste pour s’affranchir des diktats sexuels
¤ PICAULT Aude : Idéal standard

→ J’ai gagné l’ensemble de la série de Raphaël Albert au concours des 7 ans de blogging de BlackWolf. Je ne suis que joie et félicité, je vais pouvoir tout dévorer d’un coup ! Une amie m’a prêté Libres ! que je souhaitais vivement découvrir (oui les prêts sont comptabilisés dans ma Pile à Lire).

Résultats : +6 entrées ; -10 sorties

.

Acquisitions du mois de novembre 2017 par le blog Livrement

.

.

Romans SFFF

.

Couverture du livre Avant le déluge de Raphaël AlbertAvant le déluge (Sylvo Sylvain, tome 2) – Raphaël Albert
Plaisir de lecture : note : 4 Livre à découvrir
Tome 1
Avec grand plaisir, j’ai retrouvé les enquêteurs Sylvo Sylvain et Pixel le pillywiggin. On retrouve notre duo de choc dans une situation plutôt confortable : le cabinet connait un fort succès et l’équipe s’étoffe alors. Ils doivent partir à la recherche de leur ami Jack Londres. Ils remontent les pistes ; ils font d’une pelote, le fil d’Ariane. L’auteur intègre quelques bribes de leur passé à Toujours-Verte mais l’ensemble du roman est la poursuite des informations. L’enquête est ardue et les actions ne sont pas sans conséquences. Le style ? Remarquable puisqu’on adhère totalement à l’histoire et on dévore les pages. L’imagination est au rendez-vous, on se fond dans l’univers et on a mal pour les personnages car Raphaël Albert n’est pas tendre avec eux.

.
.

Couverture du livre Les Dieux du Grand Loin de Michael ConeyLes Dieux du Grand Loin, tome 3 (Le Chant de la Terre) – Michael Coney
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir
Chronique complète
Tome 1, tome 2, tome 4, tome 5
Le Chant de la Terre est le chant de l’histoire de l’humanité ; il faudrait plus d’un siècle pour la raconter. Cinq extraits sont connus, en cinq tomes. La trame est plus linéaire que les deux premiers volumes. Le récit est vertigineux et l’imagination de l’auteur s’avère fertile. J’apprécie de suivre cette histoire et ses fils alternatifs, appelés ici les « aléapistes ». La série est intrigante et je regrette qu’elle soit si peu connue en France (du moins à notre époque).

.
.

Couverture Le destin de l'épouvanteur de Joseph DelaneyLe destin de l’Épouvanteur (L’Épouvanteur, tome 8) – Joseph Delaney
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir
Chronique complète
La série
C’est toujours un plaisir de retrouver la fine équipe. Les voilà arrivés en Irlande : je trouve dommage que l’auteur ne s’inspire pas du pays pour l’ambiance ou le folklore mais uniquement comme prétexte décoratif. L’obscur prend davantage de place, la magie noire est pratiquée. À chaque volume, on découvre une nouvelle créature, ici, il s’agit d’un jaboteur. Tom Ward, le protagoniste, reste toujours naïf vis-à-vis des intentions des personnages, je trouve qu’il a peu évolué sur ce point en deux ans d’apprentissage. La série reste de qualité dont la lecture est conseillée à partir de 12 ans.

.
.

Couverture du livre La bibliothèque de Mount Char de Scott HawkinsLa bibliothèque de Mount Char – Scott Hawkins
Plaisir de lecture Livre sympa
Chronique complète
Ce livre est un coup d’éclat : la tension a très bien fonctionné sur moi et l’intrigue particulière a su me séduire. Il s’agit d’un véritable page-turner. J’ai aimé découvrir le mode opératoire de Père, les règles d’études pour les 12 bibliothécaires. L’auteur éparpille les indices puis éclaire au fur et à mesure les interrogations qu’il a précédemment posées. Si la fin a été télescopée par les envies de l’auteur qui ne correspondent pas à mes attentes, le récit s’avère cohérent dans son ensemble.

.
.

Couverture du livre Accros du roc de Terry PratchettAccros du roc (Les Annales du Disque-monde, tome 16) – Terry Pratchett
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir
Chronique complète
Nous suivons deux histoires en parallèle : celle de Suzanne qui va retrouver la trace de sa famille et assumer son rôle ; et aussi celle de la naissance d’un groupe de roc. Ce groupe est officieux et opportun car non validé par la Guilde des Musiciens. Et pourtant, tout le monde apprécie leur travail, leur musique fait même tomber les robes longues des Mages de l’Université de l’Invisible d’Ankh-Morpork. Le thème central de la musique est joyeusement amené et égrène plusieurs références de rock. Le livre oscille entre passages de franche rigolade et d’autres pleins d’émotions.

.
.

Couverture du livre Pierre-Fendre de Brice TarvelPierre-Fendre – Brice Tarvel
Plaisir de lecture :  Livre sympa
Les personnages vivent dans un immense château qui contient quatre grandes salles différentes, gouvernées chacune par une saison. Personne ne peut entrer ou sortir, personne n’a jamais vu l’extérieur. Les habitants acceptent leur sort, d’autres tentent l’aventure. On se retrouve dans une intrigue mêlant fantasy et conte. La plume de l’auteur utilise d’anciens termes de vocabulaire sans entraver la fluidité de lecture. Il n’est pas foncièrement épique, il s’agit davantage d’une histoire poétique pleine de rebondissements. « Pierre Fendre » demeure insolite par la présentation de l’univers et sa richesse. Cependant, je n’y ai pas trouvé la profondeur que j’y recherchais, erreur de lecteur : je me suis engagée dans une histoire que je pensais autre.

.

.

Livres graphiques SFFF

.

Couverture de la BD Bloody Harry d'Alexandre ArlèneBloody Harry – Alexandre Arlène
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir
Tome 2
Publiés initialement sur le blog d’Alexandre Arlène, ce livre regroupe des strips de parodie de l’univers Harry Potter. Il va sans dire que l’illustrateur est un grand fan de la série de J.K. Rowling au vu du détournement efficace des personnages, des lieux et des objets qui « font » l’univers. En quatre vignettes maximum, l’auteur mène chaque gag. L’histoire est absurde, déjantée et emplie de sarcasme. Il faudra savoir apprécier l’humour est graveleux et potache. La dérision s’étale sur toutes les pages. Plusieurs thématiques sont amorcées : l’inceste, la pédophilie, le sadomasochisme ; la chute de certaines planches est sanglante. Le livre n’est pas à mettre entre les mains du plus jeune public. Moi, j’ai été conquise par son aspect irrévérencieux. Et puis, découvrir Bloody Harry après le désastreux « Harry Potter et l’enfant maudit » est salvateur.

.
.

Couverture La grande bible des fées écrite par Edouard Brasey

La Grande Bible des Fées – Édouard Brasey
Plaisir de lecture Livre avec regrets
Les informations ont fait l’objet de longues recherches et le contenu est dense. On y retrouve les origines des fées, leurs communautés, leur rapport à la danse, les liens forts avec la nature, leurs moyens de communication, les statuts (fées marraines, fées amoureuses, fées animales, fées des éléments), un calendrier des fées et des invocations. Cependant, j’ai eu l’impression de textes vus et revus pour moi qui suis amatrice du petit peuple et qui compulse plusieurs livres illustrés. Le livre à proprement parlé donne l’impression d’un livre ancien, avec les enluminures, le fond de page parcheminé. Mais il présente aussi un effet de pacotille car le dos craque, la couverture marque très vite, les illustrations ne sont pas harmonieuses (pixélisées, et parfois il s’agit d’illustrations prises en photo !, blancs à cause d’erreurs sur la maquette).

.
.

Lune mécanique de Lemire et Nugyen, couverture du tome 2 de DescenderSingularités de Lemire et Nugyen, couverture du tome 3 de DescenderLune mécanique et Singularités (Descender, volumes 2 et 3) – Jeff Lemire & Dustin Nguyen
Plaisir de lecture Livres fantas… tiques
Tome 1
Ces tomes sont toujours un plaisir pour la pupille tant les aquarelles sont grandioses et les détails si soigneusement peints. La composition des pages est travaillée et les jeux de l’aquarelle se dévoilent. C’est bien l’identité graphique qui nous saute aux yeux. La thématique est abordée avec intelligence et notre intérêt se concentre sur la solide intrigue. Avec le troisième volet, on retourne dans le passé d’un des personnages ; alors si l’intrigue principale n’avance pas, on sait que c’est pour mieux la nourrir.

.

.

Commencer le mois par un jour férié | Des chats | Une pizza pleine de légumes de saison | Rencontrer avec émotion Guy Gavriel Kay | Et continuer sur un plat ‘réconfort’ de chez moi, une truffade | Anniversairobruncher | Emballer le calendrier de l’Avent destiné à ma petite maman | Confectionner des sablés du millionnaire (Millionnaire’s shortbreads) pour accueillir ma fratrie | Passer du bon temps ensemble | Parcourir la ville à vélo | Regarder des films de Noël | Se challenger avec des surprises de Bertie Crochue | Aller au marché de Noël fraîchement ouvert | Encore un peu d’Halloween en dégustant le magnifique gâteau de ma belle-sœur (oui, oui) | Admirer la pousse rapide de ma monstera deliciosa | Envoyer pour Delphine une enveloppe de petits éléments à scraper

.

Lectures du mois de novembre 2017 blog Livrement

 

 

 

 

 

.

TOMAS Adrien – La Geste du Sixième Royaume

25/09/2017 4 commentaires

.

La Geste du Sixième Royaume d'Adrien Tomas, couverture de l'édition prestige.
Titre
: La Geste du Sixième Royaume
Auteur : Adrien Tomas
Plaisir de lecture :  Livre sympa

.

Cinq royaumes se disputent territoires et richesses. Au sein de ces terres, se trouve un sixième, hostile, où personne ne peut s’y rendre. La Grande Forêt est peuplée par des créatures mythologiques. Ces ennemis de toujours arrivent à s’unifier afin d’attaquer cette sixième région pour l’exploiter. Parallèlement, différentes personnes de ce continent se retrouvent attirées par la Forêt, à qui la nature de leur mission va être révélée.

.
.

.

Avec « La geste du sixième royaume », on entre de plain-pied dans une fantasy épique. Il existe une dualité : le Père et l’Autre, deux entités, deux mondes et deux visions.

La toile est foisonnante et met en exergue les notions de respect, de tolérance, d’acceptation, mais aussi un brin d’écologie inclus dans le merveilleux.

Le livre se découpe en multiples chapitres courts répartis au sein de quatre grandes parties. Par ce roman polyphonique, on suit 12 personnages, davantage ceux faisant partie de l’univers de l’Arbre. Ce sont d’ailleurs cinq hérauts – héros – que nous suivons : la Bête, la Dame, le Danseur, le Prophète et le Soldat.
.

Tous les personnages ne sont pas développés avec la même intensité. Cela demandera un temps d’adaptation au lecteur pour qu’il sache à quel camp appartient chaque personnage.

Adrien Tomas connait les codes de la fantasy, s’en amuse et les détourne. Dans sa globalité, l’intrigue reste classique mais demeure solide. Les nœuds de l’intrigue se défont petit à petit, il suffit de plaisamment se laisser porter.
.

Le texte narratif m’a semblé quelque peu longuet de par quelques passages guindés et une trame quelque peu classique à mes yeux de lectrice mais les détournements ont aussi été bienvenus.

En début de roman, j’ai eu l’impression que des créatures fantastiques avaient été prises à pleines mains, secouées pour les jeter sur une page blanche. Mais au final, le cynisme a eu raison de mon désarroi : les créatures mythologiques en prennent pour leur grade ; par exemple, les elfes sont des tarés congénitaux et les dragons sont devenues des créatures pataudes et herbivores.

.

Bien que les codes du genre soient distordus, on ne retrouve pas la lutte éternelle entre le Bien et le Mal. J’accorde facilement que ma lecture un brin parcellaire n’a pas été en faveur du roman et a certainement contribué à mon égarement durant la première centaine de pages.

Avec une lecture concentrée, il est possible de mieux profiter du style efficace et immersif d’Adrien Tomas. Le tome peut se suffire à lui-même bien qu’il existe une suite ; du moins un roman qui se déroule dans le même univers.

.

La Geste du Sixième Royaume d'Adrien Tomas, Couverture par Alain BrionIllustration par Alain Brion

.

————————————————————————~*

.

Mon exemplaire est une édition limitée « 20 ans Mnémos », une version cartonnée avec signet que j’ai gagné chez les Dames de Book en Stock à l’occasion de leur Grand petit Prix 2017.
.

Blog-O-Livre (BlackWolf)Book en stock (Dup), Encres & Calames (Sia), Le Capharnaüm éclairé (Mr K)Lectures trollesquesLes lectures de Marie Juliet, Les lectures de XapurMa vision du livre (Mandy)Un brin de lecture (Karline) sont aussi partis à la conquête du Sixième Royaume.
.

Challenge littéraire : pavé de l'été.

Ce roman est ma troisième et dernière participation au challenge « pavé de l’été » lancé par Brize (623 pages). Les deux autres briques concernées sont « Le concours du Millénaire » de Roger Zelazny & Robert Sheckley et « La trilogie des Rois » de Katherine Kurtz.

.

Categories: TOMAS Adrien Tags: , , , ,

ZELAZNY Roger & SHECKLEY Robert – Le concours du Millénaire

30/08/2017 9 commentaires

.

Le concours du Millénaire, livre écrit par Roger Zelazny et Robert SheckleyTitre : Le concours du Millénaire
Auteurs : Roger Zelazny & Robert Sheckley
Plaisir de lecture :  Livre sympa

.

Les forces du Bien et du Mal s’affrontent tous les 1000 ans pour déterminer qui règnera sur l’humanité pour le millénaire à venir. Azzie Elbub, Démon de profession, sort de sa torpeur pour préparer son projet et soigner la présentation.

.
.

Cette intégrale renferme tous les tomes de la trilogie : Apportez-moi la tête du prince Charmant ; À Faust, Faust et demi et Le démon de la farce.

Cette série a été écrite à 4 mains mais je ne saurais différencier les apports de l’un que je connais peu et de l’autre, n’ayant jamais lu la plume de Robert Sheckley.

.

Le Démon Azzie nous entraine dans de folles aventures au sein de ces trois tomes. En plus du protagoniste, nous faisons la connaissance d’Ylith, Babriel, Méphistophélès et Faust ; des personnages pas piqués des vers.
.

Cette fantasy burlesque présente un humour noir grâce à une plume acérée. Le ton caricatural détourne contes et légendes : le récit est parodique à souhait. Le tout est basé sur la surenchère, nous allons de rebondissements en rebondissements.
.

Et pourtant, j’ai trouvé la lecture un peu ennuyeuse pour avoir lu la trilogie d’une seule traite. Je me demande si c’était le bon moment pour rencontrer ce livre qui trônait dans ma bibliothèque depuis quelques années. C’est donc un argument complètement personnel qui ne remet pas en question la qualité du texte.
.

Pour moi, la lecture est amusante, j’ai passé un bon moment bien que je n’en garderai pas de souvenirs impérissables.

.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :
De quoi se marrer
¤ La magnificence des oiseaux de Barry Hughart
¤ Le livre qui rend dingue de Frédéric Mars
¤Joueur_1 de Douglas Coupland

.

Challenge littéraire : pavé de l'étéLogo défi Valériacr0Cette lecture – cette brique, ce pavé absolu ! – a été sélectionnée par Valériane dans le cadre de notre défi Valériacr0 pour le mois d’août.

.
D’une pierre, deux coups, la brique de 989 pages me permet d’ajouter une participation au challenge estival de Brize.

.

SANDERSON Brandon – La Voie des Rois

20/08/2017 14 commentaires

.

La Voie des Rois partie 1 de Brandon Sanderson ; tome 1 de la série Les archives de RosharLa voie des rois de Brandon Sanderson, partie 2 du premier tome Les archives de RosharTitre : La voie des rois (Les Archives de Roshar, tome 1 en 2 parties)
Auteur : Brandon Sanderson
Plaisir de lecture :  Livre sympa

.

Les Plaines Brisées sont le théâtre d’affrontements entre Parshendis et Aléthis depuis six années ; dix armées de ces derniers veulent venger la mort de leur roi. Shallan commence son apprentissage, elle apprend douloureusement qu’elle va devoir faire d’immenses efforts pour certains Arts, sous la férule de l’hérétique Jasnah Kholin. Roshar est une terre étrange balayée par des tempêtes et de vents violents : hommes et animaux ont dû s’adapter aux difficiles conditions climatiques.

Illustration du prologue "to kill"

En ce début d’immense fresque, nous faisons la connaissance de plusieurs protagonistes :

Kaladin, un personnage dont le charisme ne va cesser de se développer. C’est un sombre-iris, un guerrier brisé et très empathique.

Dalinar est l’oncle du roi, commandant en chef de l’une des dix armées. Il est en pleine crise existentielle. Il y a fort à parier qu’il y ait un rapport avec sa découverte d’un ancien livre sur les Chevaliers Radieux. À chaque tempête, il est assailli de visions.

Shallan est une jeune femme intrigante. En sus de son apprentissage, elle doit remplir une mission familiale. Elle est faussement réservée, impulsive, intelligente et douée pour le dessin.

Au second plan, on trouve Jasnah, prêtresse et préceptrice de Shallan et Syl, un esprit qui vit aux côtés de Kaladin (et d’autres aussi, mais je ne vais pas tout vous raconter)

.

Les trames de chaque personnage sont indépendantes temporellement les unes des autres et s’ajoutent des interludes d’autres personnages inconnus. J’ai été perdue sur le fil du temps et je ne savais plus à quelle époque me situer au vu des retours en arrière.
.

Il y a un aspect certain « de cape et d’épée » avec ce premier tome par l’existence des Chevaliers Radieux et toutes les batailles qui en découlent. Ils sont des êtres mythiques qui protégeaient les humains avant de les abandonner. Ils ont laissé leurs épées et armures. Au nombre de dix, elles sont perpétuellement convoitées par les souverains.

.

Ce roman polyphonique contient de bons ingrédients mais c’est sans doute la façon de les mélanger qui n’a pas su me séduire. J’imagine bien que nous sommes encore en introduction et que de formidables dessins sont en cours de réalisation pour cette fresque en devenir.
.

Je suis ressortie de ma lecture sceptique. L’entrée brutale et la mise en bouche de plus de 200 pages me font qualifier « La voie des rois » d’un brin assommant. Concernant le système de magie, j’étais en attente de quelque chose de plus fort. J’ai été happée par « Fils-des-Brumes » et j’aurais aimé l’être aussi par ce premier tome.

.

Un auteur que je considère comme inventif et intelligent est un auteur dont je voudrais bien aimer tous ses écrits. Les affrontements sur terrain ne sont pas réellement ma tasse de thé ; comme j’ai davantage accroché aux péripéties de Shallan, j’ai trouvé que les pages la concernant étaient d’un nombre bien faible pour nourrir mon plaisir de lecture. J’ai trouvé que Brandon Sanderson était trop sur la retenue au niveau des informations et que la protagoniste était clairement en retrait par rapport aux autres personnages.
.

Roshar est une planète issue de l’univers « Cosmere » de l’auteur. Une quarantaine d’ouvrages devraient s’y rattacher, on peut donc même le qualifier de méga univers fictionnel. On devrait retrouver certains personnages ici, là, ou des indices mais il n’y aura aucune obligation d’en découvrir une pour déchiffrer une autre.
.

L’acquisition de pouvoirs peu communs a suscité mon intérêt par cette fantasy pour l’instant «discrète », qui s’avèrera prochainement épique. Les arcs narratifs qui sont ébauchés promettent d’être grands et intenses.

.

1400 pages pour ce premier tome en version française ont amené à un découpage en deux volumes papier ; division approuvée par Brandon Sanderson lui-même. Notons le magnifique travail de traduction par Mélanie Fazi (je suis déjà enthousiaste de son travail et de traductrice et d’autrice). La saga devrait être composée de dix volumes en version originale ! À noter : les deux livres renferment des illustrations et autres croquis en pleine page.

.

J’ai du mal à imaginer l’aventure titanesque dans laquelle je me suis jetée. Je découvrirai le deuxième tome pour affiner mon intérêt – et mon attachement – à la série ; mais je suis pour l’instant, pas impatiente-bouillonnante-là-tout-de-suite d’en découvrir la suite (déjà parue en version française).

.

.

La voie des rois Shallan illustration de Grant M HansenShallan par Grant M Hansen

.

La voie des rois Kaladin et Syl illustration de Dixon LeavittKaladin et Syl par Dixon Leavitt

.

La voie des rois illustration de couverture par Michael WhelanIllustration de couverture anglaise par Michael Whilan

.
.

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : J’ai gagné ces deux volumes – dont l’un est dédicacé – chez et grâce à Bouchon <3
.

Dédicace La voie des Rois de Brandon Sanderson.

.

Chroniques pour la première partie du tome 1 : Albédo (Lutin82), Blog-O-Livre (BlackWolf)Book en stock (Dup), Book en stock (Phooka), Encres & Calames (Sia)Lectures trollesques (Ptite Trolle)Les lectures de Bouch’.
.

Chronique pour la deuxième partie du tome 1 : Albédo (Lutin82), Blog-O-Livre (BlackWolf)Book en stock (Dup), Book en stock (Phooka), Lectures trollesques (Petite Trolle)Les lectures de Bouch’.
.

Chronique pour le tome 1 dans son ensemble : Les escapades culturelles de Frankie, Lorhkan et les mauvais genres.

 

Categories: SANDERSON Brandon Tags:

SHUSTERMAN Neal – La Faucheuse

08/08/2017 11 commentaires

.

La faucheuse de Neal Shusterman, tome 1 de Futur Parfait

.

Titre : La Faucheuse (Futur parfait, tome 1)
Auteur : Neal Shusterman
Plaisir de lecture :  Livre fantas… tique
Tome 2
.

Milieu du troisième millénaire. Les Faucheurs sont des êtres humains à qui est accordé le droit de glaner des personnes. Depuis des siècles, la société a su se développer au point d’avoir terrassé d’abord la maladie puis la mort elle-même. La Terre est donc surpeuplée, c’est pourquoi le statut des Faucheurs existe maintenant.

.

.

..

J’ai cédé aux sirènes des chroniques dithyrambiques concernant ce livre. Je suis une lectrice ouverte – et carrément influençable – ; je me demandais bien où j’allais mettre les pieds yeux.

La mise en place de l’univers est truculente ! Le Cloud est devenu le Thunderhead, une intelligence artificielle qui règle les problèmes sociétaux : avancées politiques, l’éducation des orphelins, etc. Il existe aussi la communauté des Faucheurs, une institution fascinante car elle est indépendante du Thunderhead et se trouve même au-dessus des lois. Système d’immunité, quotas, outils et stratégies de Fauche sont autant d’éléments que j’ai aimé découvrir.
.

Par une alternance des points de vue, on découvre l’apprentissage de Citra et Rowan qui sont apprentis Faucheurs malgré eux – ce sont justement ceux qui ne veulent absolument pas l’être qui deviennent les meilleurs Faucheurs. Des extraits de journaux de grands Faucheurs ont aussi été ajoutés. Les personnages profondément humains sont un point fort de ce roman.

.

Ma lecture a été addictive car Neal Shusterman sait calibrer le rythme avec un découpage judicieux des chapitres. Ce futur est peu enviable ; l’auteur fait naître un questionnement éthique. Les deux adolescents hésitent entre la défense de leurs valeurs et l’envie de se fondre dans le moule.
.

Révélations et rebondissements sont nombreux : certains revirements sont bien envoyés, je ne m’y attendais pas. L’auteur m’a surprise et tout s’enchaîne jusqu’à la fin avec humour noir et cynisme. Neal Shusterman semble en avoir sous le pied. J’espère que la suite sera tout aussi réussie (car j’ai déjà eu une forte déconvenue – et qui me reste encore cuisante – avec une trilogie dont j’avais aimé le premier tome).

.

La faucheuse de Neal Shusterman : Fan art de Citra

Citra de Possibly Awesome

.

La Faucheuse de Neal Shusterman : fan art de Curie

Curie d’Emily Stilwell

.

————————————————————————~*

.

Alice Neverland, Encres & Calames (Sia), Liseron d’Hiver (Camille), Muti et ses livres, Pomme’s bookPtite-boukinette (Azariel) ont certainement réfléchi à leur stratégie de glane quand elles seront Faucheuses.

.

TRÉBOR Carole – Lumière, le voyage de Svetlana

21/11/2016 8 commentaires

.

25093_LumiereLeVoyageDeSvetlana_CV2.inddTitre : Lumière
Autrice : Carole Trébor
Plaisir de lectureetoile 3 Livre sympa

Avant sa mort, la mère de Svetlana lui a brièvement parlé d’une promesse à tenir. C’est à travers ses journaux intimes qu’elle la découvre : Jeanne Horville souhaite ardemment que sa fille aille en Russie. Elle a même inscrit le nom de deux contacts, Varlaam et Mira. Svetlana quitte le Paris des Lumières pour rejoindre l’empire des tsars.

.
.

Diderot me sourit avec malice, se lève, saisit le sablier sur son bureau et le retourne.
—  Vois-tu, ce sablier m’évoque la vie, tout est mouvement, la réalité est instable, fluctuante, soumise au temps qui passe comme ce sable qui s’écoule. Ce qui existait n’existera plus dans quelques secondes. Mais, poursuit-il d’un ton espiègle, on peut aussi décider de donner un coup de pouce pour l’infléchir nous-mêmes, cette réalité insaisissable !
Et d’une pichenette, il bascule le sablier, qui tombe à l’horizontale, ce qui interrompt la chute du sable. Je fixe l’objet et une vision m’assaille : le sable se transforme en neige d’où surgit un petit renard blanc.

 

.

Dès les premières lignes, on sent la passion pour la Russie qui anime Carole Trébor. Elle souhaite faire voyager le jeune lectorat à l’époque au XVIIIe siècle, celui des Lumières. Le mouvement intellectuel lancé en Europe a pour but de dépasser l’obscurantisme et de promouvoir les connaissances.

. Lire la suite…

SEMENUIK Nathalie – Chat noir

03/10/2016 20 commentaires

.

chat noir SemenuikTitre : Chat noir
Autrice : Nathalie Semenuik
Plaisir de lectureetoile 5 Livre fantas… tique
.

Ce livre attire : je le vois bien, chez moi, les gens le prennent et le feuillètent systématiquement quand ils l’aperçoivent. Il faut dire que le livre-objet est réussi : la couverture cartonnée noire présente un regarde ensorcelant d’un chat noir dont on devine la forme de la tête dans un second temps. Le vernis sélectif met en évidence quelques détails et la tranche noire complète le tout. Une fois en main, le papier est agréable et la mise en page, sobre, est du meilleur goût.
.

Et à l’intérieur, alors ? Ce livre illustré met à l’honneur le chat noir sur 160 pages. Il est très bien documenté, à la riche iconographie : gravures, illustrations, citations, extraits. Il raconte son Histoire et ses Légendes. Les croyances populaires sont aussi abordées. Il a également été mis en avant à travers les arts : en littérature, dans la fiction visuelle et fut apprécié par de nombreuses célébrités. Même si le livre reste superficiel sur la profondeur des données, il offre un joli panel d’informations.
.

Le graphisme du livre est sublime et met en valeur aussi bien les photographies que les textes. Un album qui saura plaire aux amoureux des chats noirs. Lire la suite…