Archive

Archives pour la catégorie ‘COSTE Nadia’

COSTE Nadia – Papa de papier

13/04/2018 4 commentaires

.

Couverture du roman "Papa de papier" écrit par Nadia CosteTitre : Papa de papier
Autrice : Nadia Coste
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir
Lire un extrait
.

C’est avec le sourire qu’Ayrton quitte le collège aujourd’hui. Il vient d’obtenir un 18/20 pour son dessin au fusain. Il est impatient de l’annoncer à ses parents. Mais école et foyer sont deux réalités différentes et son père ne semble disposé qu’à réaliser des tâches ménagères. Sa mère rentre à son tour et leur discussion explose alors. Ayrton va se réfugier dans sa chambre. Il entend un miaulement, un chat semble coincé sur son balcon. Après un instant d’étonnement, il trouve que ce félin ressemble trait pour trait à celui réalisé pour son cours d’arts plastiques. Et si son dessin venait de prendre vie ?

.
.

Dès les premiers mots, j’ai apprécié Ayrton. J’ai apprécié son optimisme, son écoute pour autrui. Et puis, l’on comprend très vite qu’il possède deux comportements pour deux vies complètement distinctes.
.

Le récit est immersif et frôle le fantastique. L’imagination vient au secours d’une situation réelle difficile. Ayrton a le pouvoir de donner vie à ce qu’il dessine !
.

L’écriture de Nadia Coste est toujours aussi fluide. On intègre la vie du protagoniste « à la volée » : au moment de la distribution des notes du DM de Monsieur Edgar, prof’ d’arts plastiques. À la volée, mais avec douceur : focus sur l’exercice à réaliser, puis dé-zoom sur la réaction des copains à la découverte de leur note et enfin sur la bonne humeur d’Ayrton, son attitude, son environnement, son histoire.
.

Elle aborde un sujet délicat qu’elle traite avec perspicacité. Elle (d)écrit un mécanisme d’auto-défense, la place des non-dits, la perte de l’innocence, l’estime de soi et sa reconstruction. Elle dépeint une situation fictive qui pourrait être réelle puis expose actions et réactions. Elle détaille sans chercher nullement à provoquer le lecteur mais au contraire, à l’accompagner lors du décodage.
.

Cette histoire de 122 pages est rondement menée. Elle est à placer entre toutes les mains à partir de 10 ans.

.

Mise en scène du livre Papa de papier de Nadia Coste. Fusains et pattes de chat sont visibles

.

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : Le chat dessiné par Ayrton pourrait être mon chat, qui est justement gris et possède un nœud à la queue.

.

COSTE Nadia – L’effet ricochet

15/06/2017 Aucun commentaire

.

L'effet ricochet de Nadia CosteTitre : L’effet ricochet
Autrice : Nadia Coste
Plaisir de lecture :  Livre à découvrir
.

2074. Cela fait maintenant deux générations que les êtres humains ne se reproduisent plus naturellement mais par clonage. Il existe une faille dans l’hélice ADN qui touche 10% de la population : l’effet ricochet. Sont enregistrées les séquelles corporelles du parent cloné et sont transmises alors à l’enfant au même âge. Avec effroi, Malou se rend compte que son ADN est touché, tout comme celui de ses deux soeurs. Elle va devoir trouver de l’aide et surtout savoir comment neutraliser cette défaillance qui risque d’engendrer de gros dégâts physique à sa fratrie.

.
.

L’effet ricochet entre dans la vie trois sœurs. La protagoniste qu’on suit est Malou, la cadette de sa sororie, via son journal de bord. J’ai aimé entrer dans la vie de Malou et de découvrir à travers ses yeux la problématique du clonage de sa famille.
.

Ce roman d’anticipation nous propose une intrigue haletante. Il se trouve de la même lignée que “L’empire des auras” de Nadia Coste : ce livre nous propose la rencontre d’adulescents en plein questionnement éthique ; il donne aussi des éléments pour alimenter la réflexion du lecteur. Avec la problématique autour du clonage, l’autrice n’oublie pas d’autres aspects d’une société en mutation : l’environnement dans lequel évoluent les personnages, la surveillance des êtres humains et les pleins pouvoirs étatiques (incluant toutes les dérives).
.

Malou apprend à délimiter un problème, définir ses hypothèses et concevoir des solutions. Le tout est pondéré par la capacité à accepter des actions qui vont contre son intérêt personnel pour œuvrer dans l’intérêt collectif (et c’est quelque chose de difficile quand on est en pleine construction de soi-même).
.

Heureusement, Malou va trouver de l’aide car à plusieurs, on est plus forts. Ces personnages sont crédibles car il y a cet équilibre entre l’envie de sortir de sa zone de confort et le réel passage à l’acte. Ils se questionnent aussi pour savoir jusqu’où aller pour obtenir de l’aide, jusqu’où s’investir tout en préservant leur propre sécurité aussi.
.

Ce roman est fondamentalement intelligent, réflexif et intrigant ; parfait à mettre entre toutes les mains, à partir de 13 ans.

.

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : Et moi, que ferai-je à la place de Malou ?

.

COSTE Nadia – Les élémentaires

22/03/2017 16 commentaires

.

Couverture de Les élémentaires de Nadia CosteTitre : Les élémentaires
Autrice : Nadia Coste
Plaisir de lecture Livre fantas… tique
.

Cassandra, fille de duc, est née avec le don du feu. Cependant, le dérèglement hormonal qu’elle supporte rend sa capacité difficile à maîtriser. Au quotidien, ses émotions enflamment littéralement son corps et elle devient un danger pour son entourage.

La seule solution est d’effectuer une cure afin de dompter son aptitude. Le lieu se trouve à l’autre bout du royaume : malgré l’accompagnement effectué par deux escortes, le trajet est à haut risque.

.
.

Commencer un livre, c’est signer un contrat avec un auteur : une plongée immédiate dans l’univers qu’il me propose. Et dès les premières lignes de « Les élémentaires », Nadia Coste a su me transporter instantanément.
.

Comme l’assise d’un fauteuil moelleux, j’ai retrouvé la plume de cette autrice avec plaisir et surtout une bienveillance anticipée : je savais que j’allais m’y trouver bien. Et une fois encore, j’ai été satisfaite de m’imprégner d’une histoire raffinée et de rencontrer des personnages perspicaces.
.

Il faut dire qu’elle sait soigner son lectorat. Ici, nous sommes immergés dans un monde où chaque individu est lié à un des quatre éléments – terre, air, eau, feu – et se retrouve plus sensible et établit une véritable connexion à son environnement.
.

L’écriture est efficace et l’autrice généreuse en détails : on imagine facilement la brûlure sur le pourtour du baquet d’eau, les pans de tissus qui préservent l’intimité, la végétation ululante de vie ainsi que la ménagerie fantastique. Et puis, la touche d’humour toujours présente, comme exemples : CRS Contrôleurs Royaux des Sorts ; PTT Pigeons et Tourterelles Transmissions.
.

Nous voyageons en compagnie de Cassandra, Kiana, Boniface et les aventuriers Christian et Grégoire. On découvre les personnages au fil de l’eau, sans connaitre leur passé. Les figures féminines sont au cœur du roman.
.

On part directement dans l’aventure : actions et rebondissements sont au programme. On se surprend à enquêter sur les véritables objectifs de chacun. Grandir, s’assumer, sortir la tête du brouillard, désembrumer ses idées et construire un retour sur soi : voilà autant de propos sur lesquels Nadia Coste investit sa protagoniste.

.
.

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : Les singes-serpents

 .

COSTE Nadia – Seuls les alligators vous entendront crier

17/05/2016 6 commentaires

.

Seuls les alligators vous entendront crier Nadia CosteTitre : Seuls les alligators vous entendront crier
Autrice : Nadia Coste
Plaisir de lectureetoile 3 Livre sympa
Lire les premières pages
.

Une classe d’élèves de 3e orléanaise s’envole en direction de la Nouvelle-Orléans pour un voyage scolaire. La Louisiane, bien qu’appréciant les Français n’est pas la terre la plus accueillante qui soit, surtout si on se joue d’elle. Le vaudou en puissance produit des événements étranges. Certains collégiens risquent de ne pas monter à bord de l’avion-retour.

.
.

Seuls les alligators vous entendront crier Nadia Coste Bayou 02De la collection « roman d’horreur » des éditions Scrinéo, j’avais lu le one shot d’Arthur Ténor. Après la lecture de « Ils n’auraient jamais dû retourner dans cette maison » et son fameux retournement final, je me demandais bien à quelle sauce, cette fois-ci, j’allais être dégustée.

Lire la suite…

COSTE Nadia – L’empire des auras

06/05/2016 10 commentaires

.

L empire des auras Nadia CosteTitre : L’empire des auras
Autrice : Nadia Coste
Plaisir de lectureetoile 4 Livre à découvrir
Lire les premières pages
.

Chloé s’apprête à effectuer son entrée dans un établissement mixte. Ses notes moyennes et le budget familial ne lui permettent pas d’intégrer un lycée d’élite uniquement pour les Bleus. Alors qu’elle dégaine l’appli « Aura » à tout va pour scanner les personnes qui l’entourent, la première consigne de l’école est d’interdire son utilisation. Les premiers frissons parcourent sa peau quand elle se rend compte qu’elle est entourée de camarades… et même de professeurs rouges !

.
.

Il faut des actes pour marquer les esprits.

.

L empire des auras illustrationCe roman d’anticipation se base sur un problème sociétal : la ségrégation est réalisée par la couleur de l’aura.

Les bébés naissent avec une aura blanche qui va très vite se colorer. En bleu pour les personnes gentilles et vertueuses, en rouge pour les méchantes et prédestinées aux crimes. Cela fait 40 ans maintenant que le docteur Peysson a réalisé que l’aura possédait une couleur même si elle est invisible à l’œil nu. Une bascule du bleu vers le rouge est possible et irrémédiable alors que l’inverse est irréalisable. Lire la suite…

COSTE Nadia – Le Premier

09/07/2015 27 commentaires

.

Le premier Nadia CosteTitre : Le Premier
Auteure : Nadia Coste
Plaisir de lectureetoile 3 Livre sympa.

Vaïn est le cadet de Úrr et en est tout son opposé : il s’avère frêle et maladroit alors que son frère a une musculature développée et réussit tout ce qu’il entreprend. Vaïn est jaloux l’épreuve pour devenir un homme que s’apprête à passer son aîné et le suit « discrètement ». De colère, Úrr le tue mais Vaïn se relève alors, en proie à une étrange malédiction.
.
.

Je lis très peu – pour ne pas dire aucun – romans qui se déroulent au Néolithique (plus par défaut que par réel choix, d’ailleurs). C’est la première surprise de ce récit qui se poursuit bien après, jusqu’aux portes de l’Antiquité ; surfant sur des détails historiques. On apprécie aussi le clin d’œil à la légende de la fondation de Rome avec la Louve, Romus et Romulus.
.
Nadia Coste innove sur le sujet du vampire bien qu’il ne soit jamais nommé ainsi. Le sujet bénéficie d’un traitement intelligent, aux prémices du monde. Il se nourrit de sang, l’ail le rend nauséeux, le soleil le brûle…

. Lire la suite…

COSTE Nadia – Fedeylins, L’ombre des pères

25/01/2013 14 commentaires

.

L ombre des peres Fedeylins Nadia CosteTitre : L’ombre des pères (Fedeylins, tome 4)
Auteur : Nadia COSTE
Plaisir de lecturecoeur notation Livre avec entrée au Panthéon

.

Cahyl doit effectuer sa quête : rejoindre le Rajmalaya et rencontrer le peuple fondateur. C’est le dernier espoir de la survie pour les Fedeylins des Rives du monde. Accompagné de Sperare, son chemin initiatique en plein désert est semé d’embûchse : arrivera-t-il jusqu’au bout… et revenir avec la solution ?

.
.

)°º•. Le goderive Glark est absent de ce tome, haute responsabilités obligent. Cahyl s’en va donc avec son fidèle ami Sperare : avant les premières foulées de la quête, on sent déjà que le chemin sera long et une certaine tension s’installe pour nos deux personnages. En sus de la petite taille de nos protagonistes, le désert se révèle un lieu hostile. Avec curiosité et surtout un peu de peur, nous croiserons bon nombre de prédateurs : le mode de communication, leur fonctionnement et leur danger sont des faits qu’ils devront détecter, apprendre très vite pour réagir en conséquence.
.

Même si Cahyl a gagné en confiance lors des précédents tomes, on imagine très bien sa difficulté à savoir que faire : angoisses personnelles, tension de groupe et utilisation ou non d’empathie ; tout est une question de finesse et de feeling qui parfois est envahie aussi par  un flot de réactions plus brutes comme la survie. A chaque épreuve, on se demande si Cahyl arrivera à sauter l’obstacle et continuer.

Ombre des peres extrait 02

.
.

L ombre des peres 01)°º•. L’ombre des pères est le dernier volet de la saga « Fedeylins » : c’est à la fois avec un grand plaisir que je retrouve Cahyl mais aussi une certaine appréhension à lire ce dernier tome. Mon flair à découvertes a bien fonctionné pour deux faits principaux mais ne m’a pas gâché la lecture. C’est toujours avec plaisir que je lis ces pages, leur tendre épopée.
.

Cet univers composé d’abord pour les plus jeunes, les primaires à l’aise ou les collégiens : Nadia Coste développe beaucoup de valeurs fondamentales et nobles. Un récit qui fait aussi travailler l’imagination, tant par la création du vocabulaire que dans le côté visuel des décors, des physiques aussi des personnages. Cet environnement est créé avec beaucoup de douceur et demeure néanmoins réaliste.
.

Les ouvertures de chapitre sont toujours agréables et bien pensées. Ce tome fait place au cheminement dans le désert comme l’ultime étape pour Cahyl, tant dans l’épreuve physique que sur la volonté aussi de se trouver (et sa place dans la société). Tout au long de ce cycle, on développe une grande empathie pour le personnage principal : on avance avec lui, on le voir grandir et s’affirmer. Le lecteur reste satisfait car nous découvrons la réponse à toutes nos questions. La fin, même si quelque peu prévisible pour les lecteurs endurcis, est particulièrement convaincante et bien trouvée.

Nadia Coste nous promet  « Jivana », un cycle indépendant en deux tomes se déroulant dans le même univers. A vos tablettes.

.
.

« L’ombre des pères » clôture la saga « Fedeylins » par la dernière quête menée par Cahyl : sauver les siens en cherchant une solution viable. Cette voie initiatique amènera le personnage principal dans ses derniers retranchements et à de grands questionnements. Sous une plume douce et précise, Nadia Coste amène le quid de l’expression « être fedeylin, c’est accepter ».

.
.

)°º•. Biographie
Nadia Coste est née en 1979 et est maman de trois « larveylins ». Après sa mauvaise expérience d’un IUT métiers du livre, elle se tourne vers des études de commerce et intègre un service administratif de banque. Lors de ses loisirs, elle découvre la fantasy par son auteur préférée, Robin Hobb. L’écriture fait alors partie intégrante de sa vie. Nadia Coste commence à attaquer un sérieux sujet en 2004, les Fedeylins. Après six ans de réécriture, les éditions Gründ décident de la suivre dans cette aventure. La magnifique couverture est de David Revoy.
Son blog, le site officiel de la tétralogie.

.

.

Ombre des peres extrait 01

saga fedeylins

.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :
¤ Les rives du monde, tome 1
¤ Aux bords du mal, tome 2
¤ Sous la surface, tome 3
¤ Langue de chat : interview de Nadia Coste.

.

Souvenir de lecture : Des pepzys, toujours tu te méfieras.

.

Ansible (Spooky), Book en stock (Dup), Les chroniques d’Arwen ont aussi goûté à la chaleur intenable en plein Dor.

CITRIQ

.

Challenge Jeunesse YA

.

Hop une petite entrée au challenge jeunesse-young adult.

.
.

Cette lecture a été réalisée en partenariat avec les éditions Gründ.

Pic : Kilimandjaro par David Pluth pour NGS.

.

COSTE Nadia – Fedeylins, Sous la surface

17/04/2012 11 commentaires

.

Titre : Sous la surface (Fedeylins, tome 3)
Auteur : Nadia COSTE
Plaisir de lecture Livre avec entrée au Panthéon

.

Bien que Cahyl ait trouvé un sentiment de paix, il se demande toujours quel est son dessein et comment il va pouvoir évoluer dans la vie avec sa position actuelle. Alors que de grandes interrogations l’envahissent, le profil d’une mission se dessine. Celle-ci est relativement énigmatique et pour en comprendre son sens, il va s’investir dans la recherche d’informations et grappiller des données. Malheureusement, cette charge n’est pas aussi confidentielle qu’il le pensait et il s’aperçoit très vite qu’on souhaite lui mettre des bâtons dans les roues.

.
.

)°º•. Nous retrouvons avec plaisir Cahyl qui s’assume davantage mais qui se surprend aussi. S’il fait preuve de sérénité en extérieur ; il bout secrètement. Il cherche perpétuellement un sens à sa vie et se sent aussi un peu perdu.
.

Le soutien de ses amis est toujours inconditionnel même si Glark s’avère moins présent en raison de ses nouvelles responsabilités mais Sperare lui voue une amitié sans frontière même si pour ma part, je me méfie encore de lui. Naï sera aussi une aide précieuse : elle prend d’ailleurs des risques qu’elle ne peut contrôler et j’ai été étonnée qu’elle aille parfois contre les us et coutumes de son peuple alors que ils sont inscrits dans leurs traditions – voire même leurs gènes – depuis la nuit des temps, quand bien même elle posséderait une once de sédition.
.

C’est avec ravissement que nous retrouvons tout un tas de personnages secondaires croisés dans les précédents tomes, ils seront d’ailleurs accompagnés par de nouveaux protagonistes tout aussi intéressants. La rencontre avec les Grands Blancs est un de mes passages préférés car leur portrait dressés correspondaient exactement à mes attentes, je ne peux donc qu’aimer Camulugh.

.
.

)°º•. Sur fond de jeu de chasse au trésor, Cahyl devenu Fedeylin est tant à la recherche d’indices pour sa tâche que de pistes pour sa propre quête identitaire.
.

J’ai fortement apprécié ce volume car nous avons accès à une connaissance plus approfondie sur leur société : sa hiérarchie, son histoire, mais aussi son fonctionnement ; notamment avec la visite à la Gabda Mar et le registre des pontes. Nous assistons à un panorama sur leur civilisation : leurs us et coutumes, leurs traditions, leurs attentes, leur vie et leur destin. D’ailleurs, comment ne pas voir les tablettes comme des livres et leurs rangements comme des bibliothèques ?

Nadia Coste nous entraine aussi dans la direction de l’amour dans cette société où la sexualité est totalement inexistante.

.
.

)°º•. Comme pour les tomes précédents, Nadia Coste nous sert un univers tout en douceur. Exit les scène de combat sans fin ou de violence sanglante ; si les tensions existentielles sont fortes, nous restons toujours dans une sorte de cocon où la prise de conscience de soi, son estime et son reflet dans les yeux des autres sont révérés.
.

On y découvre toujours une histoire simple et accessible et qui se lit facilement sans décrocher. Dans ce tome, on se pose énormément de questions et même si elles restent pour l’instant sans réponse, le lecteur évolue dans ce récit. J’ai tout particulièrement apprécié de voir une autre facette de ce monde avec la remise en cause des fondements et de la société et de la hiérarchie. Les ouvertures de chapitres se révèlent très bonnes, notamment celle de la complainte du voile (chapitre 15) même si parfois, elles exposent un peu trop le contenu de la partie. Enfin, je suis tiraillée par l’envie de connaître la fin et la mélancolie de quitter cette saga.

.
.

C’est une toute nouvelle vision du monde des Fedeylins que nous découvrons avec ce troisième tome « Sous la surface ». Si Cahyl a mûri et se pose encore beaucoup de questions, il est toujours autant sollicité. Bien qu’il œuvre en solo, c’est avec plaisir qu’on part à la découverte du village. Nous passons d’agréables moments à récolter les informations en suivant Cahyl et le suspense monte crescendo quant à la réussite de la mission. Un univers tout doux où la richesse et l’importance de l’individu sont mises à l’honneur.

.
.

)°º•. Biographie
Nadia Coste a 31 ans et est maman de trois « larveylins ». Après sa mauvaise expérience d’un IUT métiers du livre, elle se tourne vers des études de commerce et intègre un service administratif de banque. Lors de ses loisirs, elle découvre la fantasy par son auteur préférée, Robin Hobb. L’écriture fait alors partie intégrante de sa vie. Nadia Coste commence à attaquer un sérieux sujet en 2004, les Fedeylins. Après six ans de réécriture, les éditions Gründ décident de la suivre dans cette aventure. La magnifique couverture est de David Revoy.
Son blog, le site officiel de la tétralogie.

.

.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :
¤ Les rives du monde, tome 1
¤ Aux bords du mal, tome 2
¤ L’ombre des pères, tome 4
¤ Langue de chat :  interview de Nadia Coste.

.

Souvenir de lecture : Moi aussi je veux aller à la recherche des tablettes ! Ou alors avoir un lumignion des fedeylins chez moi.
.
Cette lecture a été appréciée avec Dup, Heclea & Iluze dans le cadre du « mois de« .
Sur la bloggosphère, vous pouvez trouver l’avis d’Ansible (Spooky).
CITRIQ

.
Pic : White koi or carp swimming par Crazyinsanefangirl.

.

Nadia Coste à l’honneur

02/04/2012 7 commentaires

.

Peut-être avez-vous loupé l’information ou êtes-vous déjà dans les starting blocks, chez nos Dames de Book en Stock, l’invitée du « mois de » pour avril sera Nadia Coste ! C’est donc le moment de vous plonger dans sa saga si ce n’est pas déjà fait et d’affuter votre clavier pour les questions à lui poser.

.

J’ai évidemment lu les tomes parus des Fedeylins, à savoir le tome 1 « Les rives du monde » et le tome 2 « Aux bords du mal« . Je vis pleinement l’événement en dévorant aussi le tome 3 « Sous la surface » en lecture commune avec Dup, Heclea & Iluze. Le dernier tome est attendu pour octobre 2012 et s’appellera « L’ombre des Pères« .

.

Si vous suivez le blog de Nadia Coste, vous savez d’ores et déjà qu’elle écrit actuellement une nouvelle saga qu’on devrait pouvoir découvrir d’ici quelques temps. Je vous invite également à découvrir son interview.

.

Categories: COSTE Nadia Tags:

COSTE Nadia – Fedeylins, aux bords du mal

13/09/2011 14 commentaires

.

Titre : Aux bords du mal (Fedeylins, tome 2)
Auteur : Nadia COSTE
Plaisir de lecture Livre avec entrée au Panthéon

.

Cahyl et Glark se retrouvent avec la liberté devant eux. Et c’est dans la forêt aux multiples dangers qu’ils entrent. Les tracas du quotidien sont amplifiés : l’hésitation s’installe, la peur aussi. A fleur de peau, l’équilibre entre eux deux est prêt à basculer à tout moment. Malgré leur très grande amitié, leurs cultures différentes annoncent une vie périlleuse. Au cours de leur errance, ils arrivent aux frontières du Monde connu. Continuer, oui. Mais jusqu’où ?

.

)°º•. « Aux bords du mal » commence exactement à la minute près où le premier tome s’est arrêté. Cahyl & Glark s’aventurent dans les premiers mètres de la forêt et vont très vite dépasser les limites de la connaissance des territoires par les Fedeylins, notamment celle du très grand explorateur Lamehy III.
Cahyl, notre petit fedeylin sans destin est accompagné de son ami Glark, un gorderive sans qui il n’aurait pas survécu. C’est son premier ami, le meilleur et pour toute la vie, quoi. Et forcément, nous qui les suivons pour le deuxième tome déjà, sommes encore plus attachés à notre combo de choc.
.

Ils vont rencontrer de drôles de créatures, on pourrait même parler de « personnages » au sens premier du terme tellement leurs personnalités sont édifiantes. Je pense notamment à Geiliger et Keusch. Leur rencontre est assez stupéfiante et elle a créé en moi, une sorte de malaise. On apprendra d’ailleurs que dans la culture des Fedeylins, on différencie araignée et aranae. Il y aura également Sperare : cette bestiole volante a été éjecté de son biome car le prophète de leur communauté ne l’a pas déclaré vainqueur et qu’il se voit refuser la succession du roi. Mais il semble qu’on ne sache pas tout… Et plein d’autres bébêtes toutes aussi – disons – sympathiques.

.
.

)°º•. L’empathie de Cahyl est au cœur de ce tome, vision encore floue dans les premières pages, elle prend de plus en plus d’importance. Elle va cependant lui jouer des tours et entrainer une sorte d’hébétude lancinante. Nadia Coste a réalisé un beau tour de main, car l’empathie fonctionne aussi pour nous : on a peur et même mal avec lui et pour lui. Au programme deux sentiments pour le lecteur : peur et ébahissement. On avance autant à tâtons que nos deux protagonistes. Ancrée dans la culture fedeylin, l’expression « être fedeylin, c’est accepter » va tout de même aider Cahyl à prendre – un peu – de recul, à respirer et à mieux avancer.

.
.

)°º•. Le chemin initiatique un peu forcé de notre binôme va être ourlé d’hésitation. Comme bien souvent dans les multilogies, on retrouve nos personnages perdus dans l’immensité psychologique (et géographique aussi dans cette histoire) qui les entoure.
.

J’avoue que mon côté « zombie fan » ou « warrior girl » n’améliore pas ma patience et il m’arrive parfois de dire au détour d’une page « gogogogogo ». Bien que l’histoire soit toujours aussi bien ficelée, j’avoue avoir une petite préférence pour le tome 1 tout simplement parce que l’univers était nouveau, parce que la vie et les sentiments de Cahyl m’ont particulièrement touchée et que je trouvais le point de départ de l’intrigue original (pour une fois qu’un « héros » n’a pas justement pas de destin tout tracé…).
.

Mais croyez-le, de l’action et de l’aventure, il y en a ; cela devrait convaincre les réticents du premier tome qui trouvaient qu’il manquait un peu de peps. D’ailleurs, la grande partie dédiée à la bataille est relativement gore : Nadia Coste nous épargne pas du tout les scènes sanglantes et les détails si imagés : oui il m’est arrivé d’exprimer quelques « eeeerk » bien sentis. Ajoutez à ceci des méchants vraiment méchants et vous obtenez un deuxième tome vraiment bien réussi !
.

La lecture est plus aisée grâce aux courts chapitres. Chacun intègre un petit texte de « citation » : extraits de journal, de livre, proverbes et poésie me plaisent toujours autant.

.
.

Ce deuxième tome intègre un période d’hésitation qui mettra à mal notre duo de copains-pour-toujours. Sous cette fausse accalmie, les questions et les malaises envahissent nos protagonistes jusqu’à l’explosion et la découverte de choses stupéfiantes. La dernière centaine de pages proposera des combats épiques… et une fin très très très cliffhanger. Vous êtes prévenus.

.
.

)°º•. Quand Nadia Coste nous a dévoilé l’illustration du tome « Aux bords du mal », j’avoue j’avais un peu de mal car je ne les visualisais pas du tout comme ça. Mais on s’y fait, pensez-vous donc. Ce tome est accompagné d’annexes sur les cinq castes, c’est plein de plaisir en sus.

Ce manuscrit a été aussi bêta-lu par le collectif CoCyclics. La saga ne compte pas moins de 2,5 millions de signes, pas moins de 4 tomes. Le premier tome « Les rives du monde » est paru le 10 mars 2011, celui-ci sortira le 6 octobre 2011. Le tome 3 « Sous la surface… » est attendu pour mars 2012 et le dernier « L’ombre des Pères » pour octobre 2012. Il va falloir être patient !

.

)°º•. Biographie
Nadia Coste a 31 ans et est maman de trois « larveylins ». Après sa mauvaise expérience d’un IUT métiers du livre, elle se tourne vers des études de commerce et intègre un service administratif de banque. Lors de ses loisirs, elle découvre la fantasy par son auteur préférée, Robin Hobb. L’écriture fait alors partie intégrante de sa vie. Nadia Coste commence à attaquer un sérieux sujet en 2004, les Fedeylins. Après six ans de réécriture, les éditions Gründ décident de la suivre dans cette aventure. La magnifique couverture est de David Revoy.
Son blog, le site officiel de la tétralogie.

.

)°º•. Extrait

.
.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :
¤ Les rives du monde, tome 1
¤ Sous la surface, tome 3
¤ L’ombre des pères, tome 4
¤ Langue de chat :  interview de Nadia Coste.

.

Souvenir de lecture : Geiliger & Keusch sont mes amiiiis. /modeautopersuasion ON.

.

Cette lecture a été réalisée en partenariat avec les éditions Gründ.

.

Les graines de lotus reçues avec le service presse du premier tome ont poussé, très fort, très vite. Mais elles n’ont pas survécu à la mise en « mare », créée plus rapidement que le projet initial pour les accueillir.

.

   

.

Pics : #01 Guardian of the Forest par shut-buh-leh ; #02 Ca pousse ; #03 Feuille en formation ; #04 Sur le départ.

.