Accueil > FAYE Estelle > FAYE Estelle – Les Seigneurs de Bohen

FAYE Estelle – Les Seigneurs de Bohen

.

Couverture de Les Seigneurs de Bohen d'Estelle Faye.
Titre
: Les Seigneurs de Bohen
Autrice : Estelle Faye
Plaisir de lecture Livre fantas… tique
Lire les premières pages

.

L’empire de Bohen court à sa ruine. La chute sera provoquée par plusieurs individus qui n’ont pas pour vocation de sauver le monde. Alors que leur seule priorité est leur propre survie, les valeurs qu’ils défendent vont les emmener sur un chemin plus large.

.
.
.

Par le talent de conteuse d’Estelle Faye, j’ai été séduite dès les premiers mots. C’est un nouvel univers qui s’ouvre et je suis bien en peine de pouvoir vous le résumer.
.

Ce roman chorale se positionne sur des portraits d’humains réussis : Sorenz, Saint-Étoile, Maëve, Sigalit, Janosh, Wens, Lantane. Ils fonctionnent généralement par duo et ils s’avèrent tout en qualités et en défauts. On va essayer de comprendre les objectifs de chaque personnage qui se révèle engagé (comportements, valeurs et actions). Chaque destin va se croiser sur le principe de « la vie est une passion ». Si les protagonistes sont bien développés, les deuxièmes et troisièmes personnages sont inexistants.
.

J’ai su apprécier l’importance de l’humain et de ses choix. Chaque personnage a une trajectoire différente et ne laisse pas le lecteur indifférent. J’ai aimé leurs cicatrices et leurs sacrifices, auréolés par la justesse des sentiments ; et parfois par des histoires d’amours.
.

J’ai trouvé qu’il y avait quelques couacs sur le comportement des personnages où certains changent brutalement de direction, d’autres ont un comportement à risque sévèrement puni (de mort).
.

Tout comme les personnages, l’univers est envoûtant. La magie ancestrale est hautement réprimandée. Cependant, l’autrice ne donnera aucune explication concernant cette magie, son existence, son interdiction, ses origines.

Il existe des mots défendus, des mots de pouvoirs utilisés par des sorciers ou des Morguennes. Un bestiaire s’anime : Morguennes, vouivres, goules, métamorphes, mercenaires, nonnes-soldates et bretteurs itinérants.

.
.

Le récit est enivrant : on entre directement dans le vif du sujet, dans un monde dense. Rien n’est laissé au hasard, la plume est habile. On sent qu’Estelle Faye se balade. C’est comme regarder une saltimbanque qui danse : on est obnubilé par les mouvements du corps, des tissus qui volent et des bijoux qui tintent.
.

Loin des clichés du genre, cette fantasy en un seul volume est originale car elle ne laisse pas une impression de linéarité. Le récit est percutant et s’apprécie comme dans la construction d’un puzzle.

Parfois, certains éléments clés semblent survolés et j’ai perdu aussi l’intrigue de vue dans le quotidien des personnages. Mais secrets et rebondissements parsèment l’histoire.
.
.

L’ambiance est chargée en émotion ; l’oscillation entre le mal et le bien tout comme le mystère imprègnent les pages. L’écriture est pleine de sensualité, soignée et poétique. Des hales, des démones des tempêtes. Les hales semblaient patiner sur la neige, poussées par le vent, vêtues seulement de leurs longs cheveux blancs emmêlés.
.

Estelle Faye peut décrire avec volupté une tenue vestimentaire composée de dix jupes, détailler les cheveux tressés en de multiples nattes, décrire les mouvements de l’eau ou l’empreinte de l’écorce d’un arbre sans jamais perdre son lecteur.

.

L’autrice est accordée à son intrigue comme à un diapason. Le voyage est étonnant et détonant. Finir le livre, c’est aussi se priver de son univers. Je sais d’ores et déjà que je soumettrai « Les seigneurs de Bohen » à une relecture pour le plaisir.

.
.

Les Seigneurs de Bohen, illustration de couverture par Marc SimonettiIllustration de couverture par Marc Simonetti

.

————————————————————————~*

.

Pour fêter la sixième année de son blog, Sia organisait un concours pour faire gagner son specimen.

.

Lecture équitable : soutien aux petites maisons d'éditions

Il est de bon ton d’apposer ici le logo de soutien envers les petites maisons d’édition 🙂
.

BlackWolf (Blog-O-Livre)Dup (Book en stock)Gilwen (Livrement vôtre), La LicorneLe culte d’Apophis, Les lectures de Marie JulietMay (The Books Howl), Phooka (Book en stock), Roz (Dans ma bibliothèque)Sia (encres & calames) ont aussi formulé des mots défendus.

.

  1. 31/01/2018 à 13:22 | #1

    Ta chronique est très belle, vraiment ! J’avais dévoré d’une seule traite sa trilogie « La voie des Oracles », comme tu le préconisais d’ailleurs, mais j’ai l’impression que ta petite étoile supplémentaire me souffle que ce roman est encore meilleur 😉 Estelle Faye a un sacré talent pour déployer la magie !

    • Acr0
      01/02/2018 à 19:04 | #2

      Oh, merci ! J’ai été davantage immergée dans ce récit et plus convaincue aussi ; bien qu’il s’agisse surtout d’une histoire de goûts 😉

  2. 01/02/2018 à 10:14 | #3

    Quelle belle chronique qui donne envie de découvrir la plume de cette autrice…

    • Acr0
      01/02/2018 à 19:09 | #4

      J’espère que tu t’y « risqueras » un jour 😉

  3. 01/02/2018 à 12:33 | #5

    J’ai écouté dernièrement une de ses nouvelles, et c’est vri qu’elle a une plume poétique.

    • Acr0
      01/02/2018 à 19:09 | #6

      C’est en tout cas mon ressenti à chacune de mes lectures de cette autrice 🙂

  4. Licorne
    02/02/2018 à 15:25 | #7

    Merci pour le lien ;). Je crois qu’on est vraiment raccord sur ce livre !

    • Acr0
      19/02/2018 à 13:52 | #8

      Les liens sont importants, pour les liens entre blogopotes (sinon pour le grand G.) 😉

  5. 03/02/2018 à 10:17 | #9

    Je dois encore le chroniquer, celui-là. Je suis passée à côté du coup de coeur, à mon grand regret car j’ai adoré l’univers et la façon dont Estelle Faye le rend vivant, à petites touches. Ce sont, comme tu l’as souligné d’ailleurs, certaines trajectoires, certains comportements de personnages qui m’ont perdue. Ils étaient pourtant bien campés, très humains, avec une mention spéciale au personnage Sorenz qui possède une particularité que je n’avais encore jamais croisée en littérature… mais parfois, je trouvais certaines réactions artificielles.
    Bref, un peu déçue au final, surtout que j’étais bien emballée au début, mais ça reste un très bon roman.

    • Acr0
      19/02/2018 à 18:34 | #10

      Ah oui, je suis d’accord avec toi sur le personnage Sorenz 🙂 Tant pis pour le coup de cœur frôlé, le principal est que tu aies passé un bon moment.

  6. 03/02/2018 à 11:29 | #11

    Le ton de ta chronique s’accorde avec le ton du livre, c’est très chouette!

  7. 07/02/2018 à 19:30 | #13

    Wahou !! les images sont grandioses, ça me donne envie de relire de la fantasy! 🙂 bonne semaine, Acr0 !

    • Acr0
      19/02/2018 à 18:42 | #14

      Alors, ça ! Ton commentaire est un sacré compliment, merci bien 😊

  8. 11/02/2018 à 16:13 | #15

    C’est une auteure que je veux découvrir depuis un bon moment. Je pense que je vais choisir celui-là. Ce que tu me dis me tente beaucoup.

    • Acr0
      19/02/2018 à 18:45 | #16

      Oui, oui, oui ! Tu devrais réellement apprécier la psychologie des personnages 🙂 (au moins l’inventivité !)

  1. Pas encore de trackbacks