Accueil > BURNETT Frances H. > BURNETT Frances H. – La petite princesse

BURNETT Frances H. – La petite princesse

.

La petite princesse BurnettTitre : La petite princesse
Auteur : Frances H. BURNETT
Plaisir de lectureetoile 4 Livre à découvrir

.

Sara Crewe vivait en Inde avec son père jusqu’au moment où il est rappelé en Angleterre. Elle intègre alors le pensionnat prestigieux de Miss Minchin à Londres ;  où elle va recevoir la meilleure éducation possible. Elle se fait très vite des amies grâce à sa bonne humeur et son talent de conteuse. Sa belle fortune et sa grande intelligence faire naitre également l’envie chez ses consœurs. Le jour de l’anniversaire de Sara, la directrice reçoit la mauvaise nouvelle : le capitaine Crewe n’est plus. Elle décide de garder cette enfant comme souillon, en pensant à tous les bénéfices qu’elle pourra en retirer. Cette dernière commence alors sa vie très rudimentaire en tant que servante.

.
.

1ère édition

1ère édition

J’avoue d’entrée de jeu : j’ai été avant tout, une fan du dessin animé nippon lors de mon enfance. Je n’avais jamais lu le roman victorien (1888) sur lequel il s’appuyait, c’est maintenant chose faite. Le dessin animé était plutôt fidèle à la trame de cette histoire mais Sara Crewe y est bien plus active. Elle traverse des périodes de désespoir plus marquées mais demeure beaucoup moins niaise. J’ai finalement une meilleure image de cette héroïne.
.

Notre protagoniste est la fille unique du capitaine Crewe, veuf. Humble et modeste, elle compte aussi la générosité parmi ses qualités.  Elle a quelques amies à ses côtés : Lottie, Ermengarde, Becky et sa poupée, Emilie. On se surprend à détester (de nouveau) Lavinia et Miss Minchin (Mangin dans le D.A.).

.

Frances Hodgson Burnett accentue la dualité entre cruauté et bons sentiments. Le récit n’est pas larmoyant et il faut s’enlever aussi de la tête – pour nous, adultes trop sérieux – que la rébellion n’est pas la seule solution. Alors oui, c’est une belle histoire, un peu à l’eau de rose et surtout au dénouement heureux.
C’est un récit où la dureté de la vie est exposée par l’absence de biens, la déchéance physique et mentale ; mais aussi où le personnage principal est courageux : elle continue d’avoir le cœur sur la main. C’est un message universel et plein d’optimisme où l’espoir est au cœur du livre.
.

L’écriture simple et directe de l’auteure n’intègre aucun temps mort. L’histoire est émaillée d’illustrations de Gismonde Curiace –  desquelles je suis moins friande que celle de couverture réalisée par Charlotte Voake. Cela en fait un livre parfait et conseillé à partir de 9 ans.

.
.

« La petite princesse » de Frances H. Burnett est le récit originel de « Princesse Sara » dont vous avez – peut-être – entendu parler. Roman victorien où l’espoir est la plus grande valeur développée, il présente une jeune héroïne qui s’adapte aux changements radicaux de sa vie tout en gardant ses valeurs. D’une écriture simple, le roman est à découvrir à partir de 9 ans.

.

.

extrait La petite princesse Burnett

.
.

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : Une belle personnalité.
.

Dans le chaudron :
Deux héroïnes à découvrir, livre jeunesse
¤ La saga ‘Rose’ de Holly Webb
¤ Le clairvoyage d’Anne Fakhouri
¤ Princesse Sara d’Audrey Alwett & Nora Moretti (BD, histoire steampunkée qui suit Sara adulte)

.

logo challenge Jeunesse Young Adult 2013

Une lecture évidente pour continuer mon challenge jeunesse – young adult.
.

Pages après pages (Petit_Speculoos) a aussi apprécié la belle personne qu’est Sara Crewe.
.
CITRIQ

.

  1. 10/09/2014 à 10:56 | #1

    J’adore cette histoire ! J’avais d’abord vu le film et quand j’ai trouvé le roman dans le CDI de mon collège je m’étais jetée dessus.
    J’ai envie de le relire maintenant !

    • 11/09/2014 à 13:33 | #2

      Je n'ai toujours pas vu le film de mon côté :) Ce serait une erreur à réparer.

      • 11/09/2014 à 13:57 | #3

        Je ne sais plus exactement comment ça se déroule dans le livre, mais je me rappelle avoir pleuré devant la fin 🙂 (avec mes parents qui disaient « Mais non, regarde, ça va s’arranger !).

        • 14/09/2014 à 21:32 | #4

          Oh c'est mignon :) J'aime beaucoup la gentille attention de tes parents.

  2. 10/09/2014 à 11:07 | #5

    Oh ! J’ai vu l’adaptation cinématographique quand j’étais petite et j’avais adoré, et j’ignorais totalement que c’était un roman à l’origine… Et que ça avait inspiré Princesse Sara d’ailleurs. En tout cas, ça me donne très envie de le découvrir, même s’il a peut-être un peu vieilli sur certains aspects (comme la niaiserie). Merci pour cette découverte ! 🙂

    • 11/09/2014 à 13:33 | #6

      Il n'en reste pas moins que Sara s'avère très touchante dans le roman :)

  3. 10/09/2014 à 16:22 | #7

    Ayant dévoré et redévoré le Petit Lord, et connaissant vite fait l’anime Princesse Sara (en fait j’ai dû le regarder vers mes 5 ans, et en passant au milieu d’autres choses, donc les souvenirs ne sont pas très frais :D), il faut que je lise ce livre !

    • 11/09/2014 à 13:34 | #8

      De l'auteur, j'aimerai bien relire aussi "Le jardin secret" que j'avais découvert l'été avant mon entrée en sixième (si mes souvenirs sont bons)

      • 11/09/2014 à 16:22 | #9

        Oh qu’est-ce que je l’ai lu et relu celui-ci ! 😀 ça a été un de mes livres préférés quand j’étais enfant 🙂

        • 11/09/2014 à 17:32 | #10

          J'espère que la relecture me sera tout aussi agréable que la première :)

  4. 12/09/2014 à 16:44 | #11

    Je l’ai lu aussi (parce que j’ai regardé le DA étant petite), et j’avoue que je préfère maintenant nettement la Sara littéraire, elle a un sacré caractère qui force l’admiration !

  5. 14/09/2014 à 16:35 | #13

    Pareil, je l’ai lu des années après avoir vu le dessin animé et j’ai a-do-ré le bouquin ! 🙂 (bon, je continue de garder une affection particulière pour le DA aussi ^^). C’est vrai que la corde du pathos était hyper tirée dans le DA. Le bouquin brosse un portrait plus attachant, plus réaliste aussi, je trouve, de Sara. Une chouette lecture dans laquelle je me replonge de temps en temps. Merci pour ce billet qui remonte bien des souvenirs 🙂

    • 14/09/2014 à 21:34 | #14

      Oui, elle parait plus réelle et on comprend mieux son comportement, aussi.

  6. 15/09/2014 à 20:32 | #15

    1888 son père, seul au moment des faits, n’est plus, à Londres ou il laisse sa fille dans un pensionnat…C’est étrange tout de même car la même année, dans la même ville sévissait le plus connu des serial killer…. Oh mon dieu mais bien sur, le père se Sara est Jack L’éventreur! Je vais envoyer un mail à Scotland Yard de ce pas.

  7. 16/09/2014 à 21:10 | #17

    Oh la la, j’étais une adepte aussi du dessin animé. C’était triste… mais j’adorais !!! j’ai acheté il y a quelques temps le roman jeunesse, il est dans ma pal, pas encore sorti. Future lecture 😉

    • 17/09/2014 à 18:55 | #18

      Je crois que l'animation a marqué la jeunesse de beaucoup d'entre nous ;) Il se lit très vite, en 1h30 à peu près.

  8. 20/09/2014 à 10:16 | #19

    souvenirs souvenirs!!!!!!!!!!!!!!snif! c’était trop bien le dessin animé et le livre!

  9. 21/09/2014 à 14:48 | #21

    Je ne connaissais pas ce livre mais j’avoue que maintenant j’aimerais bien le livre!

  10. 23/12/2014 à 18:34 | #25

    J’adorais aussi le dessin animé quand j’avais 7 ans ! Ensuite on m’a offert le livre pour mes 9 ans et je l’ai lu et relu, j’aime beaucoup l’héroïne qui possède une grande force intérieure et une intelligence vive ! Et puis il y a les moments magiques avec Ramsay !
    Du coup, quand j’ai revu le dessin animé bien des années plus tard, il m’a semblé gnangnan et l’héroïne effectivement insupportable de passivité et de niaiserie (pardonner Lavinia et Miss Minchin à la fin, really ?!?) !
    Mais le livre mérite bien son statut de claassique jeunesse anglo-saxon !

    • 27/12/2014 à 19:41 | #26

      Ah Ramsay, la gentillesse incarnée :) Ah oui, c'est un DA qui vieillit très mal quand on le regarde avec des yeux d'adulte :D (je compatis)

  11. 22/02/2015 à 13:28 | #27

    Comme pleins d’autres personnes (si je m’en fie aux commentaires 😉 ), j’ai aimé voir le dessin animé enfant et j’ignorais l’existence du livre. Je savais qu’il y avait des BD, mais pas un roman à l’origine de tout cela.
    Ramsay, ça a été l’un de mes héros de dessin animé favori, j’espérais souvent qu’il débarque aussi dans ma vie 😀
    Si je peux, je lirai le roman du coup ; une Sarah moins niaise, je veux voir !

    • 22/02/2015 à 22:40 | #28

      Il y a quand même un côté désuet très marqué dans son comportement, car le livre a été publié pour la première en 1905.

  1. 15/09/2014 à 11:48 | #1
  2. 01/10/2014 à 14:06 | #2
  3. 02/10/2014 à 10:32 | #3
  4. 28/11/2014 à 13:00 | #4
  5. 08/12/2014 à 13:23 | #5