Défi Valériacr0 août 2020

02/08/2020 7 commentaires

.

Défi Valériacr0 écrit en lettres retro à ampoules

Le défi Valériacr0, c’est le combo de choc (et un poil drogué) que je forme avec ma copine Valériane. Peu de lectures en commun mais la bêtise et l’amour du blablatage futile, si. Et un objectif très sérieux de descente de PAL avec choix imposé chaque mois. Rien que cela !

Pour tout savoir, rendez-vous sur la page.

.

.

Impressions pour le mois de juillet :

.

En Juillet, les choses sérieuses commencent ! C’est la période motivante pour se plonger dans des envies sérieuses. Cela tombe bien, car Valériane a gagné un gage – issu du mois de mai – « Lire le tome d’une série en plus de la sélection le mois suivant » (soit en août). Je l’ai invitée à continuer la série de L’assassin Royal de Robin Hobb avec le tome 11… et elle enchaînera avec la suite et même la fin pour son challenge Pavé de l’été (on ne va plus l’arrêter !). Valériane a été tenue en haleine durant toute la traversée de la purée de petits pois. Elle a hâte de se jeter dans la suite après un tel cliffhanger grand suspense de fin de volume.

.

En formulant sa sélection, Valériane voulait me mettre en joie pour cette période estivale, grâce à un auteur que j’apprécie – et elle était aussi très curieuse du titre – avec « La Fantastique Famille Telemachus » de Daryl Gregory. Je serai directe : je me suis sentie flouée par l’aspect charlatanesque de l’intrigue 🙅🏻‍♀️
.
.
Sa chronique « Le dragon de glaces » de Robin Hobb
Ma chronique « La Fantastique Famille Telemachus » de Daryl Gregory

.

Mise en scène du roman La Fantastique Famille Telemachus de Daryl Gregory

.

.

Sélection pour le mois d’août :.

.

 

Couverture de la bande dessinée Un océan d'amour de Lupano et PanaccioneUn océan d’amour de Wilfrid Lupano et Gregory Panaccione

.

Chère Valériane,

Comme pour chaque sélection, je m’octroie l’argument-plaisir de choisir un livre par rapport au mois ou à la saison ☃🌷🏖🍃
Il était assez facile pour cette édition d’août 2020 de parcourir le champ sémantique des vacances estivales. C’est ainsi que plusieurs titres furent candidats 🩱

Je n’oublie pas que ton gage de juillet « Lire le tome d’une série en plus de la sélection le mois suivant » empiète sur août avec déjà une lecture programmée du tome 12 de L’assassin Royal de Robin Hobb 📚

C’est pourquoi, en cette période de feu lionnesque 🦁, il est aussi de bon ton d’équilibrer la balance ⚖️ (ça y est, le soleil me tape sur le crâne 🥵) sinon je ne te perds en septembre 😅 Je t’ai choisi : Un océan d’amour de Wilfrid Lupano et Gregory Panaccione

.

Sa réaction :

Merci pour ta sélection!! Un peu de bulle ! (LOL je crois que c’est une BD sans texte, si je me souviens bien)
Il y est bien question de mer (d’océan même) et d’une sardine sur la couverture (ou d’une boite à sardines… ce qui va me permette d’être serrée…. au fond de cette boite…. moi aussi j’ai le crâne qui chauffe !)
Et oui! je n’oublie pas mon tome 12! (et le 13 dans le foulée hein !).

Quelle belle poésie Horoscopale !

 

Valériane a choisi de me faire travailler les abdominaux pour cette sélection nonante ! 🌊

.

Categories: Challenges & Défis Tags:

GREGORY Daryl – La Fantastique Famille Telemachus

28/07/2020 10 commentaires

.

Couverture poche La fantastique famille telemachusTitre : La Fantastique Famille Telemachus
Auteur : Daryl Gregory
Plaisir de lecture Livre avec regrets

.

Teddy Telemachus participe à une étude sur les perceptions extra-sensorielles menée par la CIA. Il y rencontre Maureen McKinnon, une formidable medium qu’il épousera. Quelques années plus tard, ils participent avec leurs enfants à une émission très regardée aux USA portant sur leurs pouvoirs. Durant la soirée, ils seront ridiculisés. La famille tombe dans l’anonymat, cet échec les divise et le décès de Maureen en brutalise tous les membres.

.

.

.

Daryl Gregory nous emmène rencontrer la famille Telemachus. Teddy, le père, Irène, Frankie et Buddy ses enfants et notamment Matty son petit-fils. Par les souvenirs et quelques flashbacks, nous faisons aussi la connaissance de la mère, Maureen dont le portrait sera sublimé par son entourage. À mes yeux, la galerie des personnages est habituellement l’élément le plus réussi dans le travail d’écriture de l’auteur. Par la lecture de « Afterparty », « Nous allons tous très bien, merci » et « L’éducation de Stony Mayhall », j’avais trouvé les protagonistes et les personnages secondaires, authentiques, crédibles, avec toute la richesse issue de personnalités bien calibrées. Force est de constater que je n’ai pas été séduite par les profils que j’ai trouvés trop confus.
.

Cette impression est renforcée par la disparité des récits : chaque membre deviendra narrateur. Les parties s’enchaînent mais sont coupées alors qu’elles deviennent intéressantes. C’est Matty qui m’a le plus convaincue mais il est noyé dans le microcosme familial. Les déboires de Frankie en mode « roman policier » n’ont pas du tout retenu mon attention. Mafia, arnaques, projet secret CIA, émois amoureux, autocontrôles, rencontres par internet : l’auteur court après plusieurs lièvres. Les différents fils d’intrigue s’emmêlent aux autres, dans l’écheveau de l’histoire.
.

Un véritable tohu-bohu générationnel m’apparait alors. Il est alimenté aussi par la chronologie parfois peu claire à cause d’incessants flashbacks mais surtout des lignes temporelles que Buddy pourrait apercevoir.
.

Résultat : je me suis sentie flouée. L’aspect charlatanesque de ce roman est sans doute voulu mais je m’y suis perdue. Les membres d’une même famille aux pouvoirs psychiques paranormaux… vraiment ? Quelles sont leurs capacités réelles ? Qu’est-ce qui relève de simples mais bonne habilités de négociation ou d’escroqueries ?
.

On retrouve la dysfonctionnalité de personnages chère au cœur de Daryl Gregory, une famille gorgée de mal être, composée de membres cabochés. Mais ce n’est pas l’identité de la tribu qui est au centre du récit mais leurs aventures sans dessus-dessous. L’intrigue avance à pas comptés : elle est lente, sans doute pour ne pas perdre de lecteurs en chemin ? La cible du public est plus large que pour ses précédents romans que j’ai lus, je suis vraiment restée à côté du chemin de cette histoire qui me semble bien trop brouillonne.

.

Mise en scène du roman La Fantastique Famille Telemachus de Daryl Gregory
.

.

Logo challenge PavévasionEdition 2020 / Saison 2 / 1ère participation pou mon challenge Pavé de l’été organisé par Brize ! Ô joie ! 🌊

Il figurait aussi dans ma liste de mes envies estivales 🏖

Je m’auto-félicite pour ma motivation 😁

Categories: GREGORY Daryl Tags:

DANIEL Marie-Catherine – Rose-thé & gris souris

21/07/2020 2 commentaires

.

Couverture du roman Rose-thé et gris souris de Marie-Catherine DanielTitre : Rose-thé & gris souris
Autrice : Marie-Catherine Daniel
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir

.

Gertrude vient de débarquer à la Réunion et comprend que son acclimatation va reposer sur plusieurs éléments à intégrer : un chef dont elle doit appréhender la personnalité, une qualité de travail à assurer et même un pouilleux-à-quatre-pattes dont elle doit se débarrasser. Et pourtant, c’est sans compter le poids émotionnel des valises qu’elle a trimballées.

.
.

Le récit se déroule à la Réunion mais loin des belles plages imprimées sur papier glacé. C’est l’histoire d’une métropolitaine qui débarque sur l’île – une Zoreille – et qui doit faire face à ses propres choix et angoisses. Le premier point, c’est cette normalité saisissante d’une femme lambda avec des problèmes standards.
.

Les parties du livre s’alternent entre Gertrude-qui-n-assume-pas-son-prénom et Dégage qui cherche un clan. Le duo est aussi improbable que charmant. J’ai aimé l’humour décalé de cette femme et les priorités du chien ; tout comme le parallèle entre la mise en pli parfaite de l’une et l’aspect pouilleux du second.

.

La nécessité pour Gertrude est de trouver sa place et en filigrane de trouver aussi qui elle est et ce qui l’anime vraiment. C’est une histoire pleine d’intelligence, toute en sensibilité et en tendresse. Il y a aussi beaucoup de douceur dans les relations nouées.
.

Si vous cherchez une romance, vous risquez de vous fourvoyer. La publication chez Milady dans la collection « Emma » porte clairement à confusion (dont la définition est : « littérature féminine allant du roman sentimental à la romance pure, qu’elle soit contemporaine, historique ou érotique« ).
.

Ce roman est une friandise qui se dévore en une seule bouchée. L’écriture légère fait du bien au moral. C’est un petit morceau de bonheur dont le titre trouve tout son sens (un petit détail que j’aime beaucoup).
.

Cet objet-livre qualitatif indique en dernière page les secrets de fabrication des éditions Gephyre. À conserver, le bandeau illustré qui apporte un plus !
.

Après avoir dévoré « Entre troll et ogre » de l’autrice, j’avais eu la grande surprise de rencontrer Marie-Catherine Daniel aux Aventuriales 2018. J’étais donc en joie de retrouver sa vitalité durant l’édition 2019 (billet à venir), j’ai ainsi pu acquérir, faire dédicacer et discuter de « Rose-thé et gris souris ».

.

Mise en scène du roman Rose thé et gris souris de Marie Catherine Daniel

.

Categories: DANIEL Marie-Catherine Tags:

LANDRESSIE Céline – Rose Morte ~ Flétrissures, tome 3

15/07/2020 2 commentaires

.

Couverture du roman Flétrissures écrit par Céline Landressie, tome 3 de Rose MorteTitre : Flétrissures (Rose Morte, tome 3)
Autrice : Céline Landressie
Plaisir de lecture :  Livre sympa
La Floraison tome 1, Trois épines tome 2
.

L’Europe connaît des heures lugubres de par l’ascension du IIIe Reich. Alors que les humains montrent leur face la plus sombre, les Aritmaths s’entre-déchirent aussi. Rose n’a pas d’autres choix que de se jeter dans l’ouragan totalitaire bien contre les ordres de son mentor.

.
.

Après « La floraison » et « Trois épines », j’étais contente de retrouver les quatre personnages de la saga Rose Morte : Artus, Adelphe, Rose et Vassili. Il est connu que Céline Landressie n’est pas tendre avec ses personnages. Cette fois, les sentiments de l’héroïne sont brisés par une prise de conscience brutale. Sa fidélité à haute épreuve pour son mentor va la contraindre à sauver l’Héritier. Si l’héroïne en souffrance me touche, Artus m’agace (mais je n’ai pas d’atome crochu avec lui depuis le début) ; Adelphe reste mon préféré de par sa personnalité d’une grande justesse et Vassili reste une aide précieuse. L’un des points forts de la saga est de suivre l’évolution des relations entre les personnages au fil des volumes.
.

L’autrice s’investit dans une nouvelle époque, celle de la seconde guerre mondiale. Elle parait moins séduisante que les deux contextes historiques choisis dans les tomes précédents. Les Arimaths ont évolué et l’ellipse de deux siècles mais un peu à mal le début de ce volume. Le récit a mis longtemps à démarrer car une centaine de pages a été nécessaire pour faire le point ce qui leur étaient arrivé depuis que l’on les avait laissés.
.

Une flopée de données est distribuée par l’autrice : beaucoup de termes sont explicités en notes. Cependant, les dialogues en langues étrangères ne sont pas traduits (allemand, polonais, russe) et ma compréhension à demi-mot m’a frustrée.
.

La cruauté et la violence de cette période de l’Histoire colle aussi à ce que vivent les personnages. L’atmosphère est noire, les humains sont devenus des monstres (aucune place pour quelques instants romantiques ici). Céline Landressie réalise des allers-retours entre présent et passé pour enrichir son intrigue.

.

L’écriture est toujours recherchée, entre langage soutenu et élégance du style. Ce qui convient parfaitement à la nature de ses personnages (et j’en conviens que c’est sans doute un cliché, qui plus est, que j’apprécie). Flétrissures contient beaucoup de petites opérations. L’unique objectif est de taille pour les personnages mais j’ai trouvé que les enchaînements étaient un peu trop convenus à mon goût : les actions se suivent de manière trop linéaire.
.

Ce tome torturé affirme que la saga devient de plus en plus sombre. Rose Morte devrait être une pentalogie dont la parution de l’ultime tome n’est pas encore connue.

.
.

Mise en scène du roman Flétrissures de Céline Landressie, tome 3 de Rose Morte

.

Categories: LANDRESSIE Céline Tags:

Défi Valériacr0 juillet 2020

12/07/2020 12 commentaires

.

Défi Valériacr0 écrit en lettres retro à ampoules

Le défi Valériacr0, c’est le combo de choc (et un poil drogué) que je forme avec ma copine Valériane. Peu de lectures en commun mais la bêtise et l’amour du blablatage futile, si. Et un objectif très sérieux de descente de PAL avec choix imposé chaque mois. Rien que cela !

Pour tout savoir, rendez-vous sur la page.

.

.

Impressions pour le mois de juin :

.

Juin, le premier mois plein de déconfinement, l’été qui commence et l’école qui se termine officiellement. Pour Valériane, j’ai choisi « Je sais pas » de Barbara Abel car il est question d’un enfant mais je n’étais pas sûre que « tout se passe bien » dans ce livre. En attendant, le titre était attirant. Valériane a vraiment accroché au récit dont elle n’a fait qu’une bouchée. Elle lui a attribué 4,5 rocks.

.

Valériane s’est fait plaisir en choisissant un des titres de ma liste d’envies de qualitay. En juin, elle aime bien s’appuyer sur les festivités… avec un direction un peu plus coudée pour cette édition, en mode « tournant de vie » : elle a sélectionné « Les testaments » de Margaret Atwood.  Cette deuxième aventure dans l’univers de La servante écarlate m’a beaucoup plu : les trois points de vue narratifs apportent leurs lots de détails et une vision plus large que celle de Defred sur la théocratie de Gilead.
.
.
Sa chronique « Je sais pas » de Barbara Abel
Ma chronique « Les testaments » de Margaret Atwood

.

Mise en scène du roman Les testaments de Margaret Atwood

.

.

Sélection pour le mois de juillet :.

.

Couverture J'ai lu du roman "Le dragon des glaces" écrit par Robin Hobb. C'est le 11e tome de la série L'assassin royalLe dragon de glaces de Robin Hobb

.

Chère Valériane,

Les choses sérieuses commencent ! Il y a l’été et son rythme particulier, le challenge littéraire Pavé de l’été auquel tu t’es inscrite et j’espère, cette motivation toute singulière née des jours si longs.

Et il faut voir le tout via le prisme du gage de taille M que tu as fièrement décroché au mois de mai pour avoir lu mais pas chroniqué « Les montagnes hallucinées » de H.P. Lovecraft et François Baranger (oups).

C’est ainsi que, toute confiance en toi, j’ai choisi « Lire le tome d’une série en plus de la sélection le mois suivant » (soit en août). Et je sais que tu seras ravie de retourner dans cet univers durant l’été : je t’invite donc à découvrir la suite des péripéties de Fitz avec le onzième tome « Le dragon des glaces » ; et donc « L’homme noir » en août (ceci dit t’as le droit de choisir le tome que tu veux donc 12 ou 13 mais je t’assure que ça serait dommage pour l’histoire 😀 )

.

Sa réaction :

héhé Good idea !!
J’hésitais justement à m’y remettre lors de mon dernier choix de lecture 😉
Bon sauf que…. tadaaaam !!! j’envisageais d’engloutir les 3 derniers tomes d’un coup 😉
Donc… très bon choix !

 

Valériane a choisi un roman d’un auteur dont j’apprécie les écrits, histoire de mieux gérer pieds gonflés et canicule 🥵

.

Categories: Challenges & Défis Tags:

Rond de Sorcière #120

05/07/2020 16 commentaires

 

Logo Rond de Sorcière du blog LivrementLe Rond de Sorcière me permet de vous faire découvrir tous les livres lus durant le mois ; notamment les petits trésors que je découvre sans avoir le temps de leur consacrer une chronique complète.
C’est une sorte de compromis entre ma bonne conscience livresque et moi. Je vous parlerai aussi de ce qui touche de près ou de loin le monde des livres ; comme une parenthèse plus personnelle.

.

En juin, je retrouve une routine certaine, avec quelques accents de déconfinement et donc de prudence.
.

Pour notre défi, Valériane a choisi de me renvoyer en Gilead avec « Les testaments » de Margaret Atwood que j’ai aimé découvrir.
.

En rédigeant mon récap’ des quatre derniers mois du défi Fin de Série, je me rends compte que j’ai évité les pots cassés : j’ai lu 12 volumes et très peu de nouveautés sont sorties (une des conséquences dudit confinement).
.

Et l’été commence en juin ! C’était l’occasion « rêvée » de me faire concocter une petite liste d’envies de lecture au bon goût de cerises 🍒
.

L’édition de juin des Dimanches de l’Imaginaire a eu lieu en ligne sur Discord. Nous étions en équipe réduite mais cela permet aussi de pouvoir papoter avec les presque-toulousains les plus loin géographiquement parlant.
.

Les ajouts en Pile à Lire :
¤ ATWOOD Margaret : Les Testaments
¤ COLLINS Suzanne : Hunger Games – La ballade du serpent et de l’oiseau chanteur, préquelle
¤ GREEN John : Le théorème des Katherine
¤ PULLMAN Philip : La trilogie de la Poussière – La Belle Sauvage, tome 1
¤ SHEPHERD Peng : Le livre de M

→ La taille de ma PàL a un rapport beaucoup plus juste vis-à-vis de mes lectures. Ce qui me permet d’ajouter uniquement ce que je veux lire, là, presque à l’instant T. On notera que ce sont essentiellement des livres immatériels 😁

Résultats : +5 entrées ; -5 sorties

.

Livres acquis en juin 2020 par le blog LivrementUne partie des livres acquis en juin 2020

.
.

Couverture du roman Les Testaments de Margaret AtwoodLes Testaments – Margaret Atwood
Plaisir de lecture Livre à découvrir
Chronique complète
Retour en Gilead ! L’autrice n’offre pas une suite mais bien une nouvelle entrée dans cet univers. La narration est couverte par trois femmes qui rapportent ce qu’elles vivent dans cette théocratie. Les testaments est à découvrir après avoir lu La servante écarlate car l’immersion est plus rapide et on sait que l’on atterrit dans un système dangereux et corrompu. Ce roman est de moindre envergure que le précédent mais offre une vision plus large sur ce monde. Le récit reste puissant, portée par la fluidité de la plume (et de la traduction).

.
.

Préquelle d'Hunger Games : La ballade du serpent et de l'oiseau chanteur de Suzanne CollinsLa ballade du serpent et de l’oiseau chanteur (Hunger Games, préquel) – Suzanne Collins
Plaisir de lecture Livre sympa
Chronique complète
Suzanne Collins nous invite à assister à la dixième édition des Hunger Games. Nous retrouvons le président Snow, alors seulement âgé de 18 ans. Pour la première fois de l’histoire, chaque tribut des districts obtient un mentor (un membre de la jeunesse dorée du Capitole). Le récit souffre de lenteurs et de rebondissements sans surprise. On apprend davantage à connaître le narrateur mais les détails sont peu nombreux à se mettre sous la dent. « La ballade du serpent et de l’oiseau chanteur » n’est pas une porte d’entrée sur l’univers (beaucoup de détails de fonctionnement sont révélés), je vous conseille de lire la trilogie Hunger Games directement. La lecture de ce préquel est dispensable.

.
.

Roman Le théorème des Katherine de John GreenLe théorème des Katherine – John Green
Plaisir de lecture Livre avec regrets
Colin essaie de théoriser ses relations avec pas moins de 19 Katherine. Après s’être fait larguer par la dernière en date, il traverse une mauvaise passe. Hassan son meilleur ami et l’organisation d’un road trip devraient lui permettre d’alléger sa peine. La recherche de soi – ou la découverte – est un pilier fondateur de l’histoire.
On suit un garçon surdoué – qui ne veut pas dire génie – qui sait citer des dates, l’histoire de personnalités, il maitrise plusieurs langues et les anagrammes mais il possède aussi son lot d’obsessions. L’histoire fut un brin facile à mes yeux : Je n’ai malheureusement pas réussi à accrocher au personnage. La légère torpeur que dégage le récit a écrasé le côté jovial. J’ai découvert ce livre au format audio et je n’ai pas du tout accroché à la voix du narrateur. Ma lecture fut poussive et ne m’a tenu en haleine : je ne garderai pas grand souvenir de ma lecture.

.
.

Couverture du roman Retour au pays de Robin HobbRetour au pays, prélude – Robin Hobb
Plaisir de lecture Livre à découvrir
Chronique complète
Les aventuriers de la mer
Dame Carillon Rochecarre née Valjine et sa famille sont condamnées à l’exil, loin de Jamailia. La colonie – composée de gens nobles et de roturiers – s’installe dans le Désert des Pluies. Nous découvrons les péripéties de Dame Carillon sous la forme d’un journal de bord qu’elle alimente régulièrement. Cette femme va se révéler astucieuse et indépendante en prenant des décisions dans l’optique d’assurer la survie du groupe et ne pas sombrer dans le désespoir. Elle apprendra la douleur et aussi l’humilité.
J’ai aimé découvrir la mentalité des colons et l’évolution des personnages, sur un territoire hostile mystérieux mais aussi d’une grande beauté. Cette novella se savoure mieux en connaissant le monde des Aventuriers de la Mer et notamment les effets secondaires du Désert des Pluies. Robin Hobb délivre ici quelques éléments propres à cette partie de son grand univers. Retour au Pays porte bien son nom !

.
.

Couverture du roman La Belle Sauvage de Philip Pullman : tome 1 de la trilogie de la PoussièreLa Belle Sauvage (La trilogie de la Poussière, tome 1) – Philip Pullman
Plaisir de lecture Livre à découvrir
Malcolm aide souvent ses parents, gestionnaires de la taverne La Truite accolée à la Tamise. Il est impliqué aussi dans la vie locale et aime apporter de l’aide aux Sœurs du prieuré voisin. L’arrivée d’un bébé inoffensif vient chambouler leur quotidien, surtout qu’il attire la curiosité de gens très puissants ; notamment les membres du Magisterium, le bras droit malveillant de l’Église. Les deux protagonistes, Malcom et Alice sont authentiques, avec une personnalité bien construite et des émotions qui tombent justes. Divers personnages rencontrés dans la trilogie originelle font une apparition.
Cette préquelle se déroule environ onze ans avant À la Croisée des Mondes. La Belle Sauvage représente un bon point de départ dont je suis curieuse de la suite. J’ai eu plaisir à retrouver l’univers et son atmosphère. Les talents de conteur de l’auteur nous mènent dans une intrigue qui semble simple de prime abord mais dont l’écriture nous permet une belle immersion. J’ai aimé les diverses ramifications qui se rejoignent et s’alimentent. On y retrouve quelques touches oniriques mais aussi quelques horreurs (comme pour la trilogie originelle). Je suis curieuse de la suite, dont le tome 2 en VO est sorti en octobre 2019. Bientôt la VF ?

.

Livres lus en juin 2020 par le blog Livrement
Une partie des livres lus en juin 2020

Pile à lire papier au 1er juin 2020Ma pile à lire papier au 1er juin 2020

.
.

————————————————————————~*

.

Les visionnages

.

Commençons par les longs-métrages :

J’ai abandonné en cours de route Birds of prey (avec/sur Harley Quinn), c’était « too much » pour moi et beaucoup trop creux.

J’ai apprécié First Man (Le Premier Homme sur la Lune), que ce soit pour des détails de la vie de Neil Armstrong – pour peu qu’ils soient vrais – mais aussi la photographie. Un film de Damien Chazelle à découvrir.

18 regali (18 cadeaux) était le film-cœur-guimauve. Rien d’original dans l’intrigue mais les acteurs sont plutôt convaincants et la rencontre entre les deux femmes s’avère émouvante.

J’ai aussi vu le dernier spectacle « Douglas » d’Hannah Gadsby : il est certes moins poignant que son premier stand-up « Nanette », mais qu’est-ce que je me suis marrée !

.

Film Birds of Prey Film First man Film 18 regali 18 cadeaux Spectacle Douglas de Hannah Gadsby

.

Du côté des séries :

J’ai terminé la saison 9 de Call the midwife : je suis très attachée à cette communauté et j’aime voir évoluer l’équipe au fil des années.

Dans un autre registre, je me suis gondolée en dévorant la saison 2 de What we do in the shadows. Pour moi, le film est une pépite d’humour et j’avais trouvé la première saison réussie.
.

Série Call the midwife saison 9 Série What we do in the shadows saison 2
.

J’ai testé des émissions “culinaires”:

The chef in a truck promettait quelque chose de sympa : envoyer le chef pâtissier du Ritz tester le concept de food truck aux US. Alors, 15 jours sur place, je n’appelle pas ça une immersion. Et en réalité, les goûteurs sont des inconnus se baladant sur le macadam, invités à déguster les créations (ils sont environ une vingtaine ?) hum, un peu pipeau et là aussi, très creux.

A l’inverse, j’ai beaucoup accroché aux trois saisons de The Chef show avec Jon Favreau, un acteur du film #Chef et le cuisinier Roy Choi qui lui a appris à réellement cuisiner pour le long-métrage. Clairement, ils ne donnent pas de recette ni n’expliquent pas comment ils procèdent. C’est juste de la bonne discussion avec des invités et de la bouffe qui fait saliver (même quand on a déjà mangé avant de voir l’émission du jour !). Les « épisodes » sont très inégaux (je n’en reviens pas qu’ils aient osé écourter la présence de Gwyneth Paltrow à 10 minutes sur les 30 minutes dédiés à chaque invité, pour préparer un Pepper Pot végé avant d’enchainer sur une autre scène où ils préparent… de la viande).
.

Série The chef in a truck Série The Chef Show 3 saisons
.

Je m’instruis de manière ludique avec History 101 (Quelle histoire !) dont la première saison se compose de 10 épisodes de 22 minutes sur des sujets variés, infographies et images d’archives à la clé (exemple : les robots, les fast-foods, la Chine, Le sida, le plastique,…)

« Tu mourras moins bête » est le nom du blog de Marion Montaigne qui a été adapté en série sur Arte. Trois saisons sont déjà disponibles, chaque épisode plein d’humour dure 3 minutes (et le générique est hypnotique !). Le Professeur Moustache et son assistant Nathanaël s’investissent sur des thématiques scientifiques. Il est très facile d’enchaîner les épisodes. Exemples : iron cardiologie, cloner des dinos, les scientifiques punks, blues de mouche, respirer sous l’eau, s’irradier au ciné, la science gandalfique, etc. Ils sont disponibles gratuitement sur Arte jusqu’en février… 2025.
.

Série History 101 saison 1 Série Tu mourras moins bête de Marion Montaigne

.

————————————————————————~*

.

Le retour de la Belle Saison | Et des assiettes colorées… et tellement rapides à préparer ! | Motivation pour scraper quelques cartes | Grattouiller Moriarty à loisir | Pouvoir me promener au Jardin des Plantes | Aller voir le graffiti pin-up de Mademoiselle Kat qui a ressurgi à l’occasion de travaux après avoir passé 20 ans derrière une planche de contreplaqué | Acheter des pâtisseries et sourire en voyant l’amélioration portée par mon amoureux (une tonne de chantilly) | Recevoir un livre et décoller immédiatement les étiquettes | Confectionner un gâteau à la fraise, comme une tradition pour son anniversaire | Lui offrir des fleurs | Préparer mes lectures pour cet été | Toujours avoir un livre sur soi en salle d’attente | Confectionner une montagne de cookies | Partir en fief auvergnat | Manger du pâté aux pommes de terre | Et profiter de ma famille | des poilus | et de la végétation | Et avancer sur deux gros projets personnels non pris en photo mais tellement importants.

.

Mise en scène de la préquelle d'Hunger Games de Suzanne Collins Mise en scène du roman d'Atwood : les testaments

Assiette colorée de l'été Assiette colorée du printemps

Carte scrapée vert menthe Carte scrapée rose cactus

Carte scrapée fleus Chat à la sieste

Fleur jaune Coq du Jardin des Plantes de Toulouse

Patisserie améliorée avec chantilly Pin Up Mademoiselle Kat Toulouse

Décoller les étiquettes des livres Mousse de fraises

Bouquet blanc et vert Des lectures pou l'été

Lecture en salle d'attente Avalanche de cookies

Paté aux pommes de terre Bouquet d'oeillets roses

Pila le chien.Oly le chat

.

ATWOOD Margaret – Les testaments

30/06/2020 10 commentaires

.

Couverture du roman Les Testaments de Margaret AtwoodTitre : Les testaments
Autrice : Margaret Atwood
Plaisir de lecture Livre à découvrir
Chronique de La servante écarlate
Lire les premières pages des testaments

.

Afin de lutter contre une baisse générale de la fertilité, Gilead a fait de la natalité une priorité nationale : les femmes sont triées selon leur utilité utérine. Les femmes sont « naturellement » moins intelligentes que les hommes, qui, eux, gouvernent. Ce système tyrannique se sert de la religion pour asservir les femmes, cacher leurs perversions et surtout étancher leur soif de pouvoir.

.

.

Margaret Atwood a écrit « Les testaments » une trentaine d’années après « La servante écarlate ». Ce roman ne fonctionne pas comme une suite, mais bien comme une seconde épopée dans l’univers de l’autrice. Il n’est pas non plus de la même envergure mais il reste émouvant. J’en conseillerai sa lecture après « La servante écarlate » car il se déroule 15 ans après ; connaître l’environnement de Gilead et la première histoire permet de mieux profiter de celle-ci.

.
.

Les testaments repose sur le récit de trois narratrices : trois histoires qui se déroulent en parallèle avant de se rejoindre ; alors que la destinée de ces trois femmes n’était pas de se rencontrer. Ces trois regards donnent un panorama plus large du système totalitaire, on est loin du rapport claustrophobe de la vie séquestrée de Defred. Ils apportent beaucoup d’éléments comme témoignages de la terrible théocratie que représente Gilead. Le développement des idées n’a pas de rapport direct avec les péripéties de Defred et elles apportent une certaine humanité à l’intrigue. Cette dernière est prenante : l’histoire est complexe malgré la simplicité apparente. À noter qu’aucun personnage n’est un homme, ils ne figurent que comme une menace planante.

.
.

Sans mal, le/la lecteur∙ice replonge dans l’univers de Galaad : endoctrinement, terrorisme, totalitarisme, résistance, religion, quid des libertés. Peur et dénonciation font partie du quotidien, la corruption aussi. L’assujettissement des femmes est central. Les contours ne sont plus flous : on sait qu’on arrive en terrain miné.
.

Le retour est plus immersif et rapide : le récit donne beaucoup d’explications et s’avère moins mystérieux mais possède son lot d’émotions. La plume de l’autrice est efficace pour émouvoir, chambouler les certitudes et faire réfléchir au modèle de notre société.
.

La dystopie entoure l’émancipation féminine, l’écriture est tout en finesse, sans manichéisme appuyé. Margaret Atwood nous replonge dans les entrailles d’un système corrompu. Elle exploite les leçons du passé en s’appuyant sur le contexte présent pour imaginer un futur sombre et pourtant réaliste. Elle met en place un récit envoûtant, invitant le/la lecteur∙ice à lire entre les lignes. Il n’y a pas de rebondissements cinématographiques mais des surprises délivrées avec subtilités. J’ai dévoré ce récit puissant sans aucun doute grâce à la fluidité de la plume mais aussi à la traduction réussie de Michèle Albaret-Maatsch.

.
.

Fan art du roman Les testaments de Margaret Atwood : ici les trois narratrices Fan art du roman Les testaments de Margaret Atwood

Mise en scène du roman Les testaments de Margaret Atwood

.

————————————————————————~*

.

Défi Valériacr0 écrit en lettres retro à ampoules

Les testaments est le choix de juin effectué par Valériane. Tournant de vie et présence en liste d’envies, il ne fallait qu’un pas – ou qu’un clic – pour qu’elle jette son dévolu dessus.

.
.

Lili Galipette (Des galipettes entre les lignes), Un papillon dans la LuneYogo (Les lectures du Maki), ont aussi découvert ce roman chorale.

.

Illustrations : Nathalie Lees

Categories: ATWOOD Margaret Tags: