McDONALD Ian – Le temps fut

30/05/2020 8 commentaires

.

Couverture du roman Le temps fut d'Ian McDonaldTitre : Le temps fut
Auteur : Ian McDonald
Plaisir de lecture Livre sympa
.

Emmett Leigh est un chercheur d’occasions. Il déniche des recueils de poèmes pour les revendre. Il tombe sur une perle rare titrée « Le temps fut ». Entre les pages, il découvre une lettre manuscrite de Tom pour son amant Ben, datant de la seconde guerre mondiale. Il aimerait retrouver l’identité des deux soldats… sauf que les informations recueillies, noms, dates et photographies ne correspondent pas à cette époque.

.

.

« Le temps fut » d’Ian McDonald est une histoire sur les livres, une histoire dans le livre, donc en dehors aussi. On reconnait facilement une ode aux librairies et aux libraires. Ce manuscrit assez médiocre, publié à compte d’auteur, est le point de départ d’une enquête à travers différentes époques.
.

Ian McDonald investit la thématique du voyage dans le temps. Le traitement n’est pas le plus original que j’ai croisé mais l’auteur réussi à mêler plusieurs axes comme la théorie du complot, l’enquête historique, le déclin des librairies et la grandeur des amours. L’explication scientifique est bien amenée le temps d’un chapitre : l’utilisation de la mécanique quantique ne perd pas le/la lecteur∙rice.

.

Le format novella apporte du rythme et une certaine tension.

Comme j’ai du mal avec ce format, j’ai trouvé l’histoire terriblement courte alors que cela n’enlève rien à la qualité de l’écriture. L’intrigue comporte deux ou trois facilités mineures. Le retournement final se devine aisément mais c’est bien l’ensemble de la aventure qui se « vit ».
.

À noter que présentée comme argument clé de la part de l’éditeur anglo-saxon, l’histoire homosexuelle n’est pas l’élément fondamental de « Le temps fut » puisque le fait qu’elle soit d’une autre nature n’aurait rien changé à la saveur du récit.
.

J’ai gagné cet exemplaire grâce au concours organisé par Lune et je suis contente d’avoir pu découvrir pour la première fois la collection Une Heure-Lumière de la maison d’éditions Bélial’.

.

Mise en scène de la novella Le temps fut de Ian McDonald : livre, stylo, soldat, objets verts

.

————————————————————————~*

.

Défi Valériacr0 écrit en lettres retro à ampoulesCette lecture est le choix de mai par ma binôme dans le cadre de notre défi Valériacr0 ; argument à l’appui « quelque chose de doux, léger, tout mou et tout fluffy »

.

Dans le chaudron :
Deux histoires percutantes autour de la thématique du voyage dans le temps
¤ Le voyage dans le temps de Simon Morley de Jack Finney
¤ Le temps n’est rien d’audrey Niffenegger

.

Boudicca & Dionysos (Le Bibliocosme), FeydRautha (L’épaule d’Orion)Lune, Xapur, Yogo (Les lectures du Maki) ont aussi enquêté à travers les pages et les époques.

 

Categories: McDONALD Ian Tags:

DENIS Sylvie – L’invité de verre

19/05/2020 8 commentaires

.

Couverture du roman L'invité de verre de Sylvie DenisTitre : L’invité de verre
Autrice : Sylvie Denis
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir
.

À Cognac, la vie est paisible mais le spectre de verre qui hante les usines Rentrat fait parler de lui : poltergeist ou arnaque ? Ailleurs, un tueur en série s’attaque à de vieilles dames. Les victimes sont littéralement broyées, ressemblant à de la « confiture de fraises ». La police fait appel à l’Agence Arkham.

.

.

.

.

L’agence Arkham est spécialisée dans le paranormal. Salomon Berstein est à sa tête. Ma curiosité demande à être satisfaite : comment a-t-il créé l’agence ? Pour quelles raisons ? On a accès à un dossier de l’Agence, ce roman court de fantasy urbaine, « L’invité de verre ».
.

Ce livre propose deux enquêtes et j’avoue que la seconde est plus dérangeante car davantage réaliste de premier abord. Pour lever le voile sur toute cette mascarade, plusieurs membres de l’Agence Arkham interviennent. J’ai eu quelques problèmes à retenir les noms cités. Ce roman semble être la deuxième enquête de Yasmine, soit une suite de la première saison de l’Étrange que j’aimerais lire.
.

Courte et rythmée, l’intrigue est efficace. « L’invité de verre » se dévore en une seule bouchée.

.

Les saisons de l’étrange est un label des éditions des moutons électriques. Ce projet est mené par une équipe de « passionnés de films Z et de pulps ». Il regroupe des romans courts dont la lecture au premier degré est possible.

.

Mise en scène du roman l'invité de verre de Sylvie Denis

.

 

Categories: DENIS Sylvie Tags:

SHUSTERMAN Neal – La Faucheuse ~ Le Glas, tome 3

14/05/2020 6 commentaires

.

Couverture du roman "le glas" de Neal Shusterman, le tome 3 de La FaucheuseTitre : Le Glas (La Faucheuse, tome 3)
Auteur : Neal Shusterman
Plaisir de lecture : Livre fantas… tique
La Faucheuse tome 1, Thunderhead tome 2

.

Trois ans se sont passés après les terribles événements d’Endura : le Thunderhead s’est tu, Anastasia et Lucifer sont morts, Goddard s’est autoproclamé SupraSerpe : les autres pays voient leur influence diminuer. Les faucheurs sont en crise. L’apparition du Glas serait-elle l’espoir d’un nouveau sauveur ?

.
.

J’ai attendu impatiemment la sortie de cet ultime tome !

En lisant le premier tome j’avais été surprise de la qualité de cette histoire, le deuxième tome avait aussi beaucoup de force alors que d’habitude, en trilogie, je trouve ce volume plus faible. Il va sans dire que ma chronique ne contient pas de spoiler. Je m’en voudrais de vous divulgacher quoi que ce soit.
.

Dans « Le glas », l’affrontement entre la vieille garde et le nouvel ordre des Faucheurs est toujours d’actualité : les jeux de pouvoirs – et surtout les jeux d’excès – sont intenses. La corruption connait son apogée. Parmi les personnages, j’aimerai citer Goddard qui est l’archétype du despote (du sombre c*nnard) déjà vu mais qui fonctionne terriblement : on aime à le détester.

.
.

Ce troisième tome est différent des deux autres dans sa construction : Neal Shusterman déroule deux plans chronologiques qui vont se rejoindre pour former une seule ligne temporelle. Avec un procédé soutenu par une forme polyphonique, l’intrigue gagne en force et propose une réelle dynamique (ou comment tenir en haleine son public jusqu’à la dernière ligne).
.

Cette série est formidable car elle repose sur un récit mature. Il s’agit d’une dystopie originale où l’auteur n’a pris aucune facilité pour son scénario. Neal Shusterman répond à toutes les attentes et les questions.
.

L’histoire est innovante, les personnages sont puissants. Les thématiques sont très modernes, basées sur l’éthique : l’intelligence artificielle, la définition même de l’humanité, le quid de la surpopulation et de l’accès aux denrées.
.

En tant que lecteurices, nous allons de surprise en surprise et les retournements de situation sont aussi judicieux qu’explosifs. Il se passe beaucoup de choses dans cet ultime tome. Le suspense est maintenu « à point », il est d’ailleurs impossible de découvrir comment l’histoire se termine. La conclusion prend un tournant inattendu et se révèle épique à souhait ! Une trilogie réussie.

.

Mise en scène du roman Le Glas de Neal Shusterman

.

————————————————————————~*

.

Logo du défi Fin de Série Livrement

Je viens donc de terminer une trilogie, un bon point pour mon défi littéraire Fin de Série.

.

Ocaaneca (en tournant les pages), Sia (Encres et Calames), ont aussi été surprises par la fin inattendue.

.

 

Categories: SHUSTERMAN Neal Tags:

Défi Valériacr0 mai 2020

10/05/2020 7 commentaires

.

Défi Valériacr0 écrit en lettres retro à ampoules

Le défi Valériacr0, c’est le combo de choc (et un poil drogué) que je forme avec ma copine Valériane. Peu de lectures en commun mais la bêtise et l’amour du blablatage futile, si. Et un objectif très sérieux de descente de PAL avec choix imposé chaque mois. Rien que cela !

Pour tout savoir, rendez-vous sur la page.

.

.

Impressions pour le mois d’avril :

.

Pour avril, j’ai calqué mon choix sur les actualités : Valériane possédait dans sa PAL un titre parfait « Pandémie » de Tako & Hamon. Elle a beaucoup apprécié sa lecture qu’elle a trouvée rythmée avec des personnages aux différentes personnalités. Elle a aussi été séduite par le graphisme, trait du dessin et colorisation des pages.

.

Valériane a maximisé pour moi, l’humour et le dépaysement pour cette période particulière avec « Pieds d’argile » de Terry Pratchett (Les Annales du Disque-monde, tome 19). Challenge réussi : j’ai pu m’échapper pour retrouver Ankh-Morpork et des enquêtes en veux-tu en voilà. Je suis ravie d’avoir fait la connaissance de la nouvelle recrue du Guet : Hilare Petitcul.
.
.
Sa chronique « Pandémie » de Jérôme Hamon & David Tako
Ma chronique « Pieds d’argile » de Terry Pratchett

.

Mise en scène du roman Pieds d'argile de Terry Pratchett

.

.

Sélection pour le mois de mai :.

.

Couverture du livre Les montagnées hallucinées illustré par François Baranger et écrit par HP LovecraftLes Montagnes hallucinées de H.P. Lovecraft, illustré François Baranger

.

Chère Valériane,

Début 2018, tu m’invitais à découvrir un livre, histoire de savoir s’il me plairait avant de toi-même y plonger (bon, je t’y ai aidé en te le choisissant pour la rentrée de la même année). C’est donc l’histoire qui continue : je t’invite à lire le prochain (et de me motiver à me lancer à mon tour hinhin).

Si j’avais trouvé pour ta lecture avrilienne, le titre parfait en rapport avec les actualités, je me suis dit qu’il fallait que je t’envoie loin loin loin (ou pas ?) dans l’imaginaire, histoire de déconnecter totalement. Ce sera donc : Les Montagnes hallucinées de François Baranger.

.

Sa réaction :

Aaah la bonne idée!
Des images et du voyage! Une manière de bouger de chez soi sans trop bouger!
Frissons garantis en plus!

 

Valériane a cherché « quelque chose de doux, léger, tout mou et tout fluffy »

.

Categories: Challenges & Défis Tags:

DEPARIS Jean-Luc – Sandremonde

07/05/2020 6 commentaires

.

Couverture du roman Sandremon de Jean-Luc Deparis aux éditions Actes SudTitre : Sandremonde
Auteur : Jean-Luc Deparis
Plaisir de lecture Livre à oublier
Lire les premières pages de Sandremonde

.

Désobéissant aux ordres reçus du Czar, le chevalier Guelemer ne peut que recueillir la fillette trouvée. De par sa peau sombre, elle ressemble à un être de légende… que chasse l’Église. Afin d’assurer sa protection, elle est laissée aux bon ssoins des habitants de la Faille d’Atabeg.

.
.

La fillette porte le nom d’Elyz-Ana, elle est décrite ainsi :

« Elle a des cheveux d’écume, une peau sombre comme la terre et des yeux plus clairs que le ciel. Elle n’a pas de Clef sur sa poitrine, pourtant elle a survécu au pouvoir des bornes-frontières. Et elle parlait une langue inconnue. » Son physique ressemble étrangement à celui des êtres nommés les Shaël-Faar. Serait-elle un mythe vivant ?
.

Dans cet univers, la religion est très forte. Isidis, mère céleste est la divinité régnante.

L’Église se compose d’un Conseil Cardinal, de Chapelains rattachés à l’une des nombreuses chapelles, et de moines-soldats. À noter que devenir Chapelain n’est pas une récompense, c’est une charge. Il existe aussi un dirigeant des terres appelé « le Czar » mais il est bien évidemment complètement assouvi à l’Église.
.

Au baptême, une clé est gravée dans la chair des moines. On appelle cet acte, l’Attribution. Ils deviennent alors des Chapelains et sont protégés par les hautes instances. Les moines peuvent se synchroniser pour changer la constellation de la clé. Le but est d’écarte de nouveaux répudiés. Si le sceau n’est plus le bon, la clé peut détruire son porteur.
.

Le but de chaque communauté de Chapelains est de former un clan : elle doit trouver des fidèles convaincus afin d’obtenir une alchimie qui donnera naissance à une authentique Chapelle.

.
.

À la lecture des premières pages, j’avais peur d’être arrivée dans une fantasy trop sérieuse avec un style un peu guindé… avant de finalement, me prendre au jeu.
.

Le parcours d’Elyz-Ana est cadencé : elle change d’endroit, rencontre quelqu’un, se lance dans une introspection dont elle acquerra une grande force, qui lui permettra d’avancer donc de changer d’endroit, de rencontrer quelqu’un,…
.

La destinée a une importance capitale dans cette histoire. Sauf que la protagoniste favorisée par les dieux est toujours sauvée, peu importe le niveau de difficultés qu’elle rencontre. La mainmise de la religion sur les vivants apporte de la force au récit avant que l’intrigue ne s’y noie : Elyz-Ana doit fuir encore et encore. Comme elle est considérée comme un être de légende, elle est littéralement traquée par l’Église.
.

Arrivée à la moitié du roman, l’héroïne continue à fuir et l’on s’interroge encore sur son identité (et elle aussi). La quête m’a semblé cousue de fil blanc et l’objectif premier d’Elyz-Ana est perdu de vue. Répétitions, longueurs et temps morts sont beaucoup trop nombreux à mes yeux : quid de la profondeur de l’histoire ?
.

Je me suis lassée, je n’ai pas pris plaisir à ma lecture que j’ai fini par abandonner. « Sandremonde » saura sans doute séduire les non-adeptes du genre.

.

Mise en scène du roman Sandremonde de Jean-Luc Deparis par le blog Livrement.com

.

————————————————————————~*

.

Logo challenge Pavévasion.

Inscrite au challenge Pavévasion de Brize, j’étais motivée à lire cette brique de 608 pages pour la première saison. Certes, le récit n’a pas su me plaire ; je me concentre sur le positif : le roman est maintenant sorti de ma PAL 😁

.

Categories: DEPARIS Jean-Luc Tags:

Rond de Sorcière #118

03/05/2020 18 commentaires

 

Logo Rond de Sorcière du blog LivrementLe Rond de Sorcière me permet de vous faire découvrir tous les livres lus durant le mois ; notamment les petits trésors que je découvre sans avoir le temps de leur consacrer une chronique complète.
C’est une sorte de compromis entre ma bonne conscience livresque et moi. Je vous parlerai aussi de ce qui touche de près ou de loin le monde des livres ; comme une parenthèse plus personnelle.

.

En ce mois d’avril, le temps m’a semblé distendu.
Si j’ai tenté de m’adapter à la situation en créant une nouvelle routine, le moral joue parfois des tours. J’ai perdu brutalement un compagnon de lecture, mon chat Raspoutine me manque terriblement.
.

Et malgré tout…
« Le dimanche de l’imaginaire » d’avril a lieu le premier dimanche du mois : cette fois-ci, nous avons opté pour une édition « en ligne ». Et c’était très chouette d’y retrouver aussi celleux qui habitent maintenant en dehors de Toulouse.
.

Dans le cadre du défi Valériacr0, la sélection de Valériane a permis de me changer les idées en partant sur le Disque-monde : j’ai lu et apprécié « Pieds d’argile » de Terry Pratchett.
.

Je me suis lancée dans le challenge Pavévasion – toujours en cours – car il me restait deux pavés dans ma PAL : Clémente nous soit la pluie de Chloé Chevalier qui m’a convaincue et Sandremonde de Jean-Luc Deparis que j’ai abandonné.
.

Petits entrées en petite PAL :
¤ BEATON M.C. : Agatha Raisin enquête – Pour le meilleur et pour le pire, tome 5
¤ PRATCHETT Terry : Les Annales du Disque-monde – Pieds d’argile, tome 19

→ Je continue la – longue – saga d’Agatha Raisin que je découvre au format audio et le volume des Annales du Disque-monde rejoint de manière brève ma PAL pour le défi Valériacr0 (deux longues sagas ciblés par mon défi Fin de Série !)

Résultats : +2 entrées ; -5 sorties

.

Livres acquis durant avril 2020 par le blog Livrement

.
.

Couverture du roman Randonnée mortelle de M.C. Beaton, tome 4 d'Agatha RaisinRandonnée mortelle (Agatha Raisin enquête, tome 4) – M.C. Beaton
Plaisir de lecture Livre sympa
Après avoir passé six mois à Londres, Agatha est enchantée de revenir dans les Costwolds. Cette fois-ci, une personne requiert ses services d’enquêtrice. Heureusement que j’ai apprécié de retrouver le duo de Sherlock-en-herbe, Miss Marple et Mr Lacey car j’ai trouvé que ce tome était un peu en dessous des trois précédents. L’enquête était tirée par les cheveux et pas très intéressante car l’on comprend très vite qui est le criminel et quel est son mobile. Les personnages secondaires sont très (trop) stéréotypés. Heureusement, l’intrigue amoureuse d’Agatha sauve les meubles. À noter que la série reste une lecture détente.

.
.

Couverture du roman Pour le meilleur et pour le pire de M.C. Beaton, tome 5 d'Agatha RaisinPour le meilleur et pour le pire (Agatha Raisin enquête, tome 5) – M.C. Beaton
Plaisir de lecture Livre sympa
Tomes 1, 2, 3 et 4
L’intrigue de ce volume est basée sur le chantage. Le passé sulfureux d’Agatha ressurgit d’une bien étrange façon, aussi demeure mystérieuse l’identité de Mrs Gore-Appleton. Heureusement que cette saga ne se concentre pas sur l’aspect policier – l’intrigue est simpliste – mais bien sur la vie « décadente » d’Agatha Raisin, jeune retraitée. L’héroïne est plutôt bien campée et j’apprécie sa personnalité. Je continue la découverte de cette série au format audio.

.
.

Couverture du roman Clémente nous soit la pluie de Chloé Chevalier, tome 4 des Récits du Demi-LoupClémente nous soit la pluie (Récits du Demi-Loup, tome 4) – Chloé Chevalier
Plaisir de lecture Livre avec entrée au Panthéon
Tome 1, tome 2, tome 3, recueil de nouvelles
Les deux provinces du Demi-Loup sont au bord du gouffre : plusieurs aspects socio-politiques viennent mettre à mal le devoir des Reine, Princesse et Suivantes. Les deux camps vont s’entredéchirer, mettant à mal tous les humains qui les composent. L’alternance des points de vue offre une dynamique bienvenue et l’ellipse de vingt-cinq ans intègre du suspense à foison. Les personnages sont réussis : vivants donc réalistes et sans le moindre manichéisme. Une très belle fresque qui m’a tenu en haleine jusqu’au bout. Une tétralogie de fantasy que je recommande chaudement !

.
.

Couverture du roman Sandremon de Jean-Luc Deparis aux éditions Actes SudSandremonde – Jean-Luc Deparis
Plaisir de lecture Livre à oublier
Chronique complète
C’est l’histoire d’une Élue, Elyz-Ana ; ou peut-être d’un mythe. J’ai abandonné le roman à la moitié car sa quête est cousue de fil blanc. Si la religion apportait de primer abord une vraie force à l’intrigue, c’est pour mieux s’y noyer. C’est l’histoire de l’importance de la destinée, d’une femme favorisée par les dieux et toujours sauvée. Elle change d’endroit, rencontre quelqu’un, part sur un tour d’introspection, elle grandit et donc elle avance, puis elle change d’endroit, rencontre quelqu’un,… Les répétitions étaient beaucoup trop nombreuses, les temps morts aussi et je m’interroge sur la profondeur de l’intrigue car au moment d’abandonner la protagoniste, tout le monde s’interrogeait sur son identité et elle aussi.
.
.

Couverture du roman pieds d'argile de Terry Pratchett, tome 19 des Annales du Disque-mondePieds d’argile (Les Annales du Disque-monde, tome 19) – Terry Pratchett
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir
Chronique complète
« Pieds d’argile » a des allures de roman policier. Deux enquêtes s’ouvrent pour le Guet Municipal. Loufoqueries en tous genres, c’est toujours un plaisir de revenir auprès de Terry Pratchett… et de sa formidable équipe de bras cassés. L’intrigue, riche en péripéties, se dévore. L’humour borde toutes les pages et change réellement les idées. Les dialogues sont aussi surréalistes que succulents ; grâce à des personnages ô combien attachants.

.
.

Livres acquis durant avril 2020 par le blog Livrement

Pile à lire au 1er avril 2020 du blog LivrementMa pile à lire papier au 1er avril 2020

.

————————————————————————~*

.

Du côté des visionnages :

Au niveau des films, Jumanji: next level a fait fort, très fort. Après le succès du premier volet, ils s’en sont donnés à cœur joie, le film n’est qu’une suite de rebondissements (et de fous rires). C’était un vrai plaisir de les retrouver, surtout Jack Black que j’adore mais aussi Dwayne Johnson.
Pour Murder on the Orient Express, on voit les efforts d’atmosphère déployés, mais je me suis bien trop concentrée sur la photographie (et le problème de réalisme avec ces incrustations) pour vraiment en profiter. Je n’avais pas lu le roman d’Agatha Christie donc le dénouement me restait inconnu, mais j’ai vite deviné ce qu’il se tramait, peut-être cela a-t-il ajouté un peu d’ennui ?

Le mystère d’Henri Pick est une bonne surprise ! Fabrice Luchini et Camille Cottin (Andréa dans la série dix pour cent) se donnent le change et c’est plutôt réussi. On apprécie de les suivre dans cette enquête et le film est agréable à voir car on ne part pas sur un scénario avec «un méchant».

The gentlemen. Déjà un bon point : il y a McConaughey dans le casting, mais aussi Colin Farrell et Michelle Dockery (Mary Crawley dans Downton Abbey) entre autres, sous la houlette de Guy Ritchie. On se retrouve chez les barons de la drogue, un sac plein de nœuds à démêler. On apprend vite que chaque acte peut s’avérer lourd de conséquences. La narration est le point central du scénario, apportant aussi bien dynamisme qu’un certain humour. À noter les stéréotypes appliqués aux différents personnages tertiaires qui peuvent vite agacer (les gosses de riches qui veulent entrer dans le trafic, les banlieusards qui ne servent à rien d’autres qu’être des petites mains,…).

Dans un tout autre genre, j’ai regardé le film d’animation The Boss Baby qui est une réalisation truffée de références, de clins d’œil pour enfants et adultes. Le scénario dépote avec aucun temps mort, de l’humour à tous les coins de la maison, un dynamisme fort et une histoire prenante. Autour de moi, les critiques avaient été fortement négatives et donc mon a priori a complètement explosé : ce fut un long métrage récréatif.

Color out of space m’a été conseillé par un copain : voilà une nouvelle adaptation d’une nouvelle de Lovecraft. Avouez que Nicholas Cage en tant qu’éleveur d’alpagas + une dominante de violet fluo, ça donne envie, non ? Ce que je peux dire, c’est que le film de Stanley dépote et nous envoie loin loin loin dans le barré. On est à des kilomètres du film juste « d’ambiance », où il ne se passe rien. Cela fait un peu trop film d’horreur à mon goût mais aucun doute qu’il a des choses à vous raconter.

.

Couverture du film Jumanji : next level Couverture du film Le mystère d'Henri Pick Couverture du film The gentlemen Couverture du film The boss baby Couverture du film Color out of space

.

Du côté des séries : La saison 4 de La Casa de Papel est du même niveau que les précédentes : sans m’attacher aux détails techniques et au réalisme de la situation, je prends plaisir à découvrir les choix scénaristiques d’une série que je qualifie de « conte urbain ».

J’ai visionné la dernière – et onzième – saison de Modern Family. Une série que j’ai pris plaisir à suivre durant toutes ces années, avec un attachement pour chaque personnage pour cette famille moderne. Beaucoup d’humour auquel je ne peux qu’être sensible. Ce fut une belle et très divertissante aventure.

Concernant Unorthodox, j’ai été happée par la mini-série produite par Netflix. Il y a un fort aspect historique et je salue le travail de documentation et de réalisation au plus proche de la réalité. On se retrouve plongés dans la culture de la communauté Satmar, de la branche juive hassidique. Le scénario s’appuie sur l’autobiographie de Deborah Feldman « Unorthodox: The Scandalous Rejection of My Hasidic Roots » bien qu’ils aient revu la partie contemporaine pour qu’elle soit plus moderne. A noter les 20 minutes de making-of durant lesquelles on apprend beaucoup de choses, notamment sur le soin apporté à la réalisation yiddish-anglais et la volonté de vouloir des personnes de cette communauté devant et derrière la caméra. Mon cœur s’est serré d’effroi en suivant la fuite d’Esty, magnifiquement interprétée par Shira Haas qui m’a émue jusqu’aux larmes. C’est un récit à fleur de peau.

Enfin, j’ai dévoré les deux saisons de Loulou, série disponible sur Arte : la première saison contient 11 épisodes, la seconde, 10 et est terminée. Chaque épisode dure environ 6 minutes, ce qui donne une dynamique certaine. Loulou apprend sa grossesse (surprise !) et doit se débrouiller avec cette petite graine. Portrait d’une trentenaire qui doit faire un choix et l’assumer, en plein coeur d’une introspection tumultueuse. Elle peut compter sur l’aide de ses amis, Marie, Alice et Max.

.

Série La casa de papel partie 4 Série Modern family saison 11 Mini série Unorthodox Série Loulou

.

J’ai pris le temps de regarder des documentaires d’Arte : “Margaret Atwood – De la force des mots” conseillé par la blogueuse Lune. J’ai trouvé le portrait de l’autrice très intéressant mais il faut dire que je ne connaissais pas du tout sa vie (disponible en replay jusqu’au 15 juin). J’ai visionné “Un monde obèse” qui retrace les complications dans l’univers agroalimentaire et pourquoi “il ne suffit pas de” manger moins et de faire du sport pour que les personnes perdent du poids (disponible jusqu’au 12 juin). Enfin, le film « Tu enfanteras dans la douleur » d’Ovidie dénonce les violences obstétricales. Il reste sans surprise pour moi et je suis désespérée du combat encore loin d’être gagné pour que les femmes soient tout simplement écoutées (disponible jusqu’au 14 juillet).

.

 Documentaire Margaret Atwood : de la force des mots Documentaire Un monde obèse Documentaire d'Ovidie : Tu enfanteras dans la douleur

.

————————————————————————~*

.

Je cuisine moins car les ressources ont diminué : la farine est moins accessible (alors que j’en consomme pas mal faisant mon pain maison) et les paniers du producteur sont moins fournis car la demande a triplé (et que les choux ne se multiplient pas et que l’on se trouve en inter-saison) | Un banana bread | Des choucken wings | de la mousse au chocolat végatale (à l’aquafaba, du jus de pois chiches) | J’ai l’impression de « voler » des photos lors des rares sorties du domicile | J’ai tout donné pour scraper ces cinq cartes mais elles sont toutes arrivées à leur destinataire après presqu’un mois de transit | A défaut d’avoir pu récupérer quelques grappes, je profite de ma bougie senteur lilas | Et mon hoya bella a refleuri (la première floraison était en septembre alors que ce n’était qu’une bouture !) | Mon Raspoutine qui me manque tellement.

.

Cartes scrapées avril 2020 - blog livrement Banana bread pour accompagner la lecture blog Livrement

Mousse au chocolat végétale pour accompagner la lecture du blog Livrement Mise en scène du roman Pieds d'argile de Terry Pratchett blog Livrement

Fleur pervenche prise en photo par Livrement Glycine fleurie capturée par Livrement

Choucken wings cuisinés par blog Livrement Floraison d'une hoya bella de Livrement.com

Bougie parfumée au lilas, les bougies de Charroux prise en photo par Livrement Raspoutine, chat de bibliothèque de Livrement.com

.

PRATCHETT Terry – Pieds d’argile

27/04/2020 10 commentaires

.

Couverture du roman pieds d'argile de Terry Pratchett, tome 19 des Annales du Disque-mondeTitre : Pieds d’argile (Les annales du Disque-monde, T19)
Auteur : Terry Pratchett
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir
Les Annales du Disque-monde

.

À Ankh-Morpork, n’arrivera jamais le jour où il fait doux vivre. Le commissaire Vimaire et tout le Guet vont devoir enquêter sur deux problèmes en parallèle : un empoisonnement du praticien Vétérini a été tenté et les Golems, employés par de nombreux industriels, ne tournent plus rond.

.

.

.

Le Guet Municipal s’est agrandi mais représente toujours la même troupe mal troupée. On retrouve avec plaisir Vimaire, Chicard, Côlon, Détritus, Angua et Carotte. Rien que pour leur sens de la Justice, ils sont attachants. J’ai apprécié passer du temps spécifiquement avec Angua. Et découvrir une nouvelle recrue naine… Hilare Petitcul ! De par son statut d’alchimiste, naîtra parfois des étincelles face à la méthode ancestrale qu’affectionne Vimaire.
.

Dans ce tome, on retrouve une population hétéroclite : nain, troll, loup-garou, vampire, humain et même golem. Les golems naissent de la terre et n’ont donc par définition, pas de vie. Ils ont juste des mots dans leur tête – littéralement des mots inscrits sur un morceau de papier – et répondent aux ordres de leur maitre. Ils sont une main d’œuvre efficace car ils sont inépuisables et travaillent 24h/24.

.

[Le praticien] avait un jour déclaré à Vimaire, dans cette même salle, devant cette même fenêtre : « Ils s’imaginent vouloir un bon gouvernement et la justice pour tous, Vimaire, et pourtant que désirent-ils vraiment au fond de leur cœur ? Seulement que tout se passe normalement et que demain ressemble à aujourd’hui.

.

Issue de la formidable série « Les Annales du Disque-monde, « Pieds d’argile » en est le dix-neuvième tome et aussi le troisième tome du Cycle du Guet.
.

L’intrigue prend des airs à la Sherlock, bien entourée par les enquêtes et l’humour. S’il y a deux grands pans qui se dessinent – tentative d’empoisonnement du praticien et surveillance des Golems – il y a bien évidemment moult péripéties secondaires qui parsèment le récit, par exemple : la mystérieuse drogue pour les trolls qui tourne et quid du gardien du musée du pain que l’on a retrouvé inconscient.

.

Il n’existait pas de règles sanitaires à Ankh-Morpork. Autant installer un détecteur de fumée en Enfer.

.

Comme pour tous les tomes précédents, l’auteur intègre un deuxième niveau de lecture qui nous amène à la réflexion. Ici les questionnements se tournent vers la frontière entre humain et machine, la supériorité de certains êtres par rapport aux autres, l’esclavage et l’intégration.
.

Un volume de Terry Pratchett est un plaisir de lecture : cette loufoquerie à chaque coin de page change les idées. Le ton décalé offre aussi des dialogues surréalistes et succulents. Le livre renferme tant de pépites !

.

JE SUIS LA MORT, PAS LES IMPÔTS. MOI, JE N’ARRIVE QU’UNE FOIS.

.

« Je suis sûr que vous connaissez votre ascendance, commissaire. Votre père était Thomas Vimaire, son père Gwillaume Vimaire…
— C’est le vieux Face-de-marbre, c’est ça, le coupa Vimaire tout net. Ç’a un rapport avec le vieux Face-de-marbre.
— Exact. Ah-ha. Vimaire Supporte-pas-l’injustice. Votre ancêtre. Le vieux Face-de-marbre, oui, comme on l’appelait. Commissaire du Guet municipal en 1688. Et régicide. Il a assassiné le dernier roi d’Ankh-Morpork, comme l’apprennent tous les écoliers.
— Exécuté ! »
Les épaules se haussèrent. « Bref, le cimier de la famille a été, comme nous disons en héraldique, excretus est ex altitudine. A savoir, depositatum de latrina. Détruit. Interdit. Dans l’impossibilité de ressusciter. Terres confisquées, maison rasée, sa page arrachée des manuels d’histoire. Ah-ha. Vous savez, commissaire, je trouve intéressant qu’un grand nombre de… ah-ha, descendants de “Face-de-marbre” (les guillemets tombèrent impeccablement autour du surnom comme des pincettes que manierait une vieille dame du monde pour saisir un objet déplaisant) soient devenus des agents du Guet. Je crois, commissaire, que vous avez aussi hérité du surnom. Ah-ha. Ah-ha. Je me demande si vous n’avez pas tous hérité du besoin pressant d’éradiquer l’infamie. »
Vimaire grinça des dents. « Vous prétendez que je ne peux pas avoir de blason ?
— Tout juste. Ah-ha.

.

Mise en scène du roman Pieds d'argile de Terry Pratchett

.

————————————————————————~*

.

Cette lecture est la sélection d’avril de la part Valériane pour notre défi littéraire et mine de rien, cela me fait avancer aussi dans mon challenge Fin de Série (j’ai encore de quoi faire avec la saga de Terry Pratchett).

.

Défi Valériacr0 écrit en lettres retro à ampoules Logo du défi Fin de Série Livrement

.

Categories: PRATCHETT Terry Tags: