Archive

Articles taggués ‘fantasy’

WALTON Jo – Les Griffes et les Crocs

20/11/2017 Aucun commentaire

.

Roman Les Griffes et les Crocs de Jo WaltonTitre : Les Griffes et les Crocs
Autrice : Jo Walton
Plaisir de lecture Livre avec regrets

.

Le dragon Bon Agornin tout juste passé de vie à trépas se fait dévorer par ses enfants comme le veut la tradition. La répartition de la richesse de la famille ne sera pas le seul souci que la fratrie va devoir subir. Dans une époque victorienne guindée, ils vont aussi être soumis à des turbulences personnelles.

.
.

.

.

J’étais très curieuse de savoir ce que renfermait le nouvel opus de Jo Walton. Après avoir été tentée par les copinautes, c’est Carole qui me l’a placé entre les mains. Il faut dire que la couverture dessinée par Aurélien Police fonctionne très bien sur moi (je voulais le liiire !).
.

Les protagonistes sont des dragons ; ils sont doués d’une conscience. Ils parlent et s’habillent. Ce sont donc des dragons « civilisés » : ils possèdent des us et coutumes ainsi que des comportements propres concernant leur morale. Exemple : leur morale religieuse leur déconseille fortement de voler le premier jour – qu’on associe facilement au dimanche, jour saint – les personnes religieuses telles que les prêtres ne volent pas et ont leurs ailes attachées dans le dos.

Il y a aussi des détails purement liés aux créatures : ils grandissent essentiellement s’ils mangent de la chair de dragon, dorment sur un tas d’or et le vol s’acquiert en grandissant tout comme l’apprentissage parfois du feu.

.
.

Cet anthropomorphisme ne m’a pas dérangée, c’est le contrat que présente l’autrice et que j’ai accepté. Mais je comprends nettement qu’on puisse en être surpris sinon réfractaire.
.

On découvre la famille – et ses multiples querelles – à partir du décès de Digne Bon Agornin. On suit ses enfants et leurs problématiques : un fils prêtre qui ne sait quoi faire d’une confession, un fils qui se construit dans les affaires à sa seule force, son aînée qui a eu le luxe de proposer une dot démesurée pour son mariage et les deux benjamines esseulées issues de la même couvée.
.

L’histoire est racontée en alternance selon le point de vue des enfants.

La critique de la société n’est absolument pas cachée ni même voilée. Sont exposées les problématiques de l’époque victorienne avec la place de l’aristocratie, la condition de la femme et celle des domestiques. Il faut dire que les dragonnes se doivent de maitriser les mêmes principes : harmoniser les chapeaux à la saison et aux événements, assurer les bals de présentation des débutantes, accepter la présence de chaperons, se hisser sur le marché du mariage et réaliser avec brio son entrée dans le monde.
.

Jo Walton se lance sur les questionnements concernant le conservatisme, l’intolérance religieuse, le marquage social et l’importance de la fin de vie et du passage à la mort.

.

L’intérêt principal réside dans le fait que les axiomes de cette époque victorienne deviennent réels car ils sont liés aux lois de la biologie. Prenons les mœurs du mariage : si une dragonne rosit (c’est-à-dire que ses écailles tournent au rose), cela signifie qu’elle ressent des émotions pour celui qui les a fait naître. Elle se trouve donc dans l’obligation d’épouser celui qui a fait sa proposition. Elle peut aussi rosir si un prétendant s’approche trop d’elle. La couleur semble se fixer alors de manière irrémédiable avant que les écailles ne commencent à virer dans le rouge par le pacte de mariage pour poursuivre tout au long de sa vie dans le spectre jusqu’aux pourpres.

.

Et pourtant, malgré ces remarques sociétales c’est bien une ambiance insouciante qui domine l’ensemble du récit ; récit qu’on pourrait placer dans toutes les mains.
.

Même si le thème du fonctionnement de la vie sociale est intéressant, il reste que je me suis ennuyée et que j’en reste dubitative. Cette histoire pour les futurs lecteurs aura un effet quitte ou double.

.

Le monde est alléchant et pourtant, j’ai trouvé que ce potentiel était non abordé. La saveur de lecture est assez tiède pour moi et c’est un titre que je ne retiendrai pas. D’autres romans de Jo Walton m’ont littéralement fait vibrer, comme Morwenna et Mes vrais enfants.

.

————————————————————————~*

.

Albédo (Lutin82)Bibliovermis, Book en stock (Dup)Le culte d’Apophis, Les lectures de Bouch’, Les lectures de Mariejuliet ont aussi pris leur envol depuis une corniche de la maison de l’Exalte Benandi.

.

Categories: WALTON Jo Tags: ,

DELANEY Joseph – Le destin de l’Épouvanteur, tome 8

09/11/2017 6 commentaires

 

Couverture Le destin de l'épouvanteur de Joseph Delaney.

Titre : Le destin de l’Épouvanteur (L’Épouvanteur, tome 8)
Auteur : Joseph Delaney
Plaisir de lectureetoile 4 Livre à découvrir
Tome 1, tome 2, tome 3, tome 4, tome 5, tome 6, tome 7
.
.

La guerre décime tout : le Comté est touché et la maison de l’Épouvanteur à Chipenden n’existe plus. Il ne reste plus qu’un seul livre, toute la bibliothèque a été détruite, l’ultime héritage pour les prochaines générations. Lizzie l’Osseuse a aussi été libérée.

.
.

.

Le Comté est toujours en proie à la guerre. L’Épouvanteur, Tom et Alice décident de quitter l’île de Mona pour accoster en Irlande. Des mages malfaisants s’en prennent à eux et ils vont devoir gérer l’arrivée de la Lame du Destin.
.

Ô combien il est difficile de parler de chaque tome de cette série sans spoiler !

Mes avis demeurent courts : ils me permettent de fixer mon impression dans ma découverte d’une saga, qui me semble, bien partie pour me plaire dans son entièreté.

.

Ce voyage en Irlande qui arrive tout de suite après l’aventure relatée dans « Le cauchemar de l’Épouvanteur » est davantage un prétexte décoratif (et encore…) qu’un réel appui pour développer l’intrigue, ses intervenants ou l’ambiance et c’est bien dommage.
.

Dans ce volume, l’Obscur prend toujours davantage de place et de la magie noire va être pratiquée.
.

Tom Ward est toujours d’une grande naïveté : si cela peut paraitre touchant qu’il ne voit que le bien en chacune des personnes qu’il croise (ou recroise), c’est un peu étrange de voir qu’il n’a pas encore évolué sur ce point, à deux ans de la fin de son apprentissage.

.

« Le destin de l’Épouvanteur » à découvrir car on y rencontre la Morrigan, le dieu Pan arrive dans notre monde, le Malin se rapproche de Tom, Alice va donner de sa personne et John Gregory va dire merci à une sorcière.

Pour cet épisode, la créature nouvelle que l’on découvre est un jaboteur… qui s’avère complètement inconnu par l’équipe. Aucune trace de cet hurluberlu dans aucun Bestiaire.
.

Lecture conseillée à partir de 12 ans

.

Fan art d'Alice Deane, sorcière de L'épouvanteur de Joseph Delaney

.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :
Des univers fantasy estampillés jeunesse
¤ Harry Potter de J.K. Rowling
¤ Rose de Holly Webb
¤ Narnia de C.S. Lewis
¤ A la croisée des mondes de Philip Pullman
¤ Eragon de Christopher Paolini
¤ Cœur d’encre de Cornelia Funke

.

logo challenge Halloween 2017.

Il était temps de lire un tome de la série de l’Épouvanteur pour le challenge Halloween ! Sinon, cette lecture aurait manqué, comme un ingrédient dans une potion.

.

Illustration : fan art d’Alice Deane réalisé par David Galopim.

.

DELANEY Joseph – Le cauchemar de l’Épouvanteur, tome 7

29/09/2017 5 commentaires

.

Le cauchemar de l'épouvanteur, tome 7 de Joseph Delaney.

Titre : Le cauchemar de l’Épouvanteur (L’Épouvanteur, tome 7)
Auteur : Joseph Delaney
Plaisir de lectureetoile 4 Livre à découvrir
Tome 1, tome 2, tome 3, tome 4, tome 5, tome 6
.
.

La guerre décime tout : le Comté est touché et la maison de l’Épouvanteur à Chipenden n’existe plus. Il ne reste plus qu’un seul livre, toute la bibliothèque a été détruite, l’ultime héritage pour les prochaines générations. Lizzie l’Osseuse a aussi été libérée.

.
.

Les actions se déroulent sur l’île de Mona, gouvernée par le cruel Lord Barrule, les hallebardiers font front pour ne pas laisser passer l’Épouvanteur John Gregory et son apprenti Tom Ward.
.

La libération de Lizzie l’Osseuse permet au lecteur de mieux la connaitre. Elle, son désir de vengeance et de grandeur.

Tom est une vraie tête brûlée et il continue aussi à désobéir à son Maître. Le secret d’Alice et de Tom a aussi été révélé. Le seul petit inconvénient que j’aimerai soulever est le vieillissement de l’apprenti qui ne se déroule pas à la même vitesse que son lectorat (parution d’un tome par an) ; mais ce n’en est pas réellement un (en vérité).

Dans « Le cauchemar de l’Épouvanteur », John Gregory vieilli d’un seul coup avec la perte irrémédiable de toutes ces informations retranscrites sur papier pour la transmission.

Comme habituellement, l’accent est mis sur une créature fantastique, ici le buggane. Elle est issue du folklore de l’île de Man. Dans l’histoire, il peut prendre n’importe quelle apparence bien que le plus souvent, il soit sous l’apparence d’un taureau noir ou d’un grand humanoïde velu.

.

L’imagination de l’auteur ne s’essouffle pas et arrive à très bien rebondir après un sixième tome « Le sacrifice de l’épouvanteur » assez fulgurant. Le fil rouge est « seul, on n’est rien » et la saga se déguste bien évidemment dans son ensemble.

.

Lizzie l'Osseuse du Cauchemar de l'épouvanteur de Joseph DelaneyLizzie l’Osseuse par Andrei Riabovitchev

.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :
Des univers fantasy estampillés jeunesse
¤ Harry Potter de J.K. Rowling
¤ Rose de Holly Webb
¤ Narnia de C.S. Lewis
¤ A la croisée des mondes de Philip Pullman
¤ Eragon de Christopher Paolini
¤ Cœur d’encre de Cornelia Funke

.

Logo défi Valériacr0Cette lecture est ma sélection pour le mois de septembre, effectuée par ma co-détenue Valériane dans le cadre de notre défi Valériacr0.

.

TOMAS Adrien – La Geste du Sixième Royaume

25/09/2017 4 commentaires

.

La Geste du Sixième Royaume d'Adrien Tomas, couverture de l'édition prestige.
Titre
: La Geste du Sixième Royaume
Auteur : Adrien Tomas
Plaisir de lecture :  Livre sympa

.

Cinq royaumes se disputent territoires et richesses. Au sein de ces terres, se trouve un sixième, hostile, où personne ne peut s’y rendre. La Grande Forêt est peuplée par des créatures mythologiques. Ces ennemis de toujours arrivent à s’unifier afin d’attaquer cette sixième région pour l’exploiter. Parallèlement, différentes personnes de ce continent se retrouvent attirées par la Forêt, à qui la nature de leur mission va être révélée.

.
.

.

Avec « La geste du sixième royaume », on entre de plain-pied dans une fantasy épique. Il existe une dualité : le Père et l’Autre, deux entités, deux mondes et deux visions.

La toile est foisonnante et met en exergue les notions de respect, de tolérance, d’acceptation, mais aussi un brin d’écologie inclus dans le merveilleux.

Le livre se découpe en multiples chapitres courts répartis au sein de quatre grandes parties. Par ce roman polyphonique, on suit 12 personnages, davantage ceux faisant partie de l’univers de l’Arbre. Ce sont d’ailleurs cinq hérauts – héros – que nous suivons : la Bête, la Dame, le Danseur, le Prophète et le Soldat.
.

Tous les personnages ne sont pas développés avec la même intensité. Cela demandera un temps d’adaptation au lecteur pour qu’il sache à quel camp appartient chaque personnage.

Adrien Tomas connait les codes de la fantasy, s’en amuse et les détourne. Dans sa globalité, l’intrigue reste classique mais demeure solide. Les nœuds de l’intrigue se défont petit à petit, il suffit de plaisamment se laisser porter.
.

Le texte narratif m’a semblé quelque peu longuet de par quelques passages guindés et une trame quelque peu classique à mes yeux de lectrice mais les détournements ont aussi été bienvenus.

En début de roman, j’ai eu l’impression que des créatures fantastiques avaient été prises à pleines mains, secouées pour les jeter sur une page blanche. Mais au final, le cynisme a eu raison de mon désarroi : les créatures mythologiques en prennent pour leur grade ; par exemple, les elfes sont des tarés congénitaux et les dragons sont devenues des créatures pataudes et herbivores.

.

Bien que les codes du genre soient distordus, on ne retrouve pas la lutte éternelle entre le Bien et le Mal. J’accorde facilement que ma lecture un brin parcellaire n’a pas été en faveur du roman et a certainement contribué à mon égarement durant la première centaine de pages.

Avec une lecture concentrée, il est possible de mieux profiter du style efficace et immersif d’Adrien Tomas. Le tome peut se suffire à lui-même bien qu’il existe une suite ; du moins un roman qui se déroule dans le même univers.

.

La Geste du Sixième Royaume d'Adrien Tomas, Couverture par Alain BrionIllustration par Alain Brion

.

————————————————————————~*

.

Mon exemplaire est une édition limitée « 20 ans Mnémos », une version cartonnée avec signet que j’ai gagné chez les Dames de Book en Stock à l’occasion de leur Grand petit Prix 2017.
.

Blog-O-Livre (BlackWolf)Book en stock (Dup), Encres & Calames (Sia), Le Capharnaüm éclairé (Mr K)Lectures trollesquesLes lectures de Marie Juliet, Les lectures de XapurMa vision du livre (Mandy)Un brin de lecture (Karline) sont aussi partis à la conquête du Sixième Royaume.
.

Challenge littéraire : pavé de l'été.

Ce roman est ma troisième et dernière participation au challenge « pavé de l’été » lancé par Brize (623 pages). Les deux autres briques concernées sont « Le concours du Millénaire » de Roger Zelazny & Robert Sheckley et « La trilogie des Rois » de Katherine Kurtz.

.

Categories: TOMAS Adrien Tags: , , , ,

DELANEY Joseph – Le sacrifice de l’Épouvanteur, tome 6

06/09/2017 11 commentaires

.

Couverture Le sacrifice de l'épouvanteur de Joseph Delaney

.

Titre : Le sacrifice de l’Épouvanteur (L’Épouvanteur, tome 6)
Auteur : Joseph Delaney
Plaisir de lectureetoile 4 Livre à découvrir
Tome 1, tome 2, tome 3, tome 4, tome 5
.
.

Tom Ward se doit de protéger le Comté. Pourtant, sa mère, exilée en Grèce souhaite qu’il vienne arrêter le fléau montant. Les clans Deane, Mouldheel et Malkin se lient pour ce projet d’envergure. Bill Arkwright participe aussi. Et pourtant, John Gregory ne souhaite pas collaborer.

.

.
.

La créature du nom d’Ordinn est une déesse pouvant prendre le corps d’une femme et celui d’une salamandre. Elle apparait tous les 7 ans en Grèce pour venir réclamer son dû : du sang !

.

Les ménades ne s’aventurent presque jamais en dehors de leur pays d’origine, la Grèce. Elles vivent en petits groupes dans des lieux sauvages. Elles vénèrent une déesse assoiffée de sang appelée l’Ordinn. Elles tirent leur pouvoir d’un mélange de vin et de chair crue qui les fait entrer dans une transe meurtrière jusqu’à ce qu’elles trouvent une victime.

.

Avec ce tome, les personnages quittent Chipenden pour aller faire un petit tour en Grèce. « Le sacrifice de l’épouvanteur » marque un tournant : Tom devient une arme pour sa mère et servir ses intentions.

Ce volet est plus sombre car les scènes sont plus dures et il comprend aussi des morts assez violentes.

Comme toujours l’écriture est fluide et limpide, les tomes se dévorent comme des petits pains. Ici, la bataille prend beaucoup du récit (logique). L’idée évoquée est celle du « combat perpétuel » et le fait qu’on ait tous une part d’obscur cachée en nous.

La lecture est conseillée à partir de 12 ans

.

La lueur d’un éclair me révéla mon ennemie : une grande femme maigre vêtue d’une longue robe trempée par la pluie, les cheveux noués derrière la nuque, une grimace haineuse sur le visage. Des bandes de cuir enroulées autour de ses pieds lui tenaient lieu de chaussures. De la main gauche, elle brandissait un grand couteau.

« Voilà donc à quoi ressemble une ménade », me dis-je.

.
.

Fan art Tom et John de l'épouvanteur de Joseph Delaneysource inconnue

.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :
Des univers fantasy estampillés jeunesse
¤ Harry Potter de J.K. Rowling
¤ Rose de Holly Webb
¤ Narnia de C.S. Lewis
¤ A la croisée des mondes de Philip Pullman
¤ Eragon de Christopher Paolini
¤ Cœur d’encre de Cornelia Funke

.

ZELAZNY Roger & SHECKLEY Robert – Le concours du Millénaire

30/08/2017 9 commentaires

.

Le concours du Millénaire, livre écrit par Roger Zelazny et Robert SheckleyTitre : Le concours du Millénaire
Auteurs : Roger Zelazny & Robert Sheckley
Plaisir de lecture :  Livre sympa

.

Les forces du Bien et du Mal s’affrontent tous les 1000 ans pour déterminer qui règnera sur l’humanité pour le millénaire à venir. Azzie Elbub, Démon de profession, sort de sa torpeur pour préparer son projet et soigner la présentation.

.
.

Cette intégrale renferme tous les tomes de la trilogie : Apportez-moi la tête du prince Charmant ; À Faust, Faust et demi et Le démon de la farce.

Cette série a été écrite à 4 mains mais je ne saurais différencier les apports de l’un que je connais peu et de l’autre, n’ayant jamais lu la plume de Robert Sheckley.

.

Le Démon Azzie nous entraine dans de folles aventures au sein de ces trois tomes. En plus du protagoniste, nous faisons la connaissance d’Ylith, Babriel, Méphistophélès et Faust ; des personnages pas piqués des vers.
.

Cette fantasy burlesque présente un humour noir grâce à une plume acérée. Le ton caricatural détourne contes et légendes : le récit est parodique à souhait. Le tout est basé sur la surenchère, nous allons de rebondissements en rebondissements.
.

Et pourtant, j’ai trouvé la lecture un peu ennuyeuse pour avoir lu la trilogie d’une seule traite. Je me demande si c’était le bon moment pour rencontrer ce livre qui trônait dans ma bibliothèque depuis quelques années. C’est donc un argument complètement personnel qui ne remet pas en question la qualité du texte.
.

Pour moi, la lecture est amusante, j’ai passé un bon moment bien que je n’en garderai pas de souvenirs impérissables.

.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :
De quoi se marrer
¤ La magnificence des oiseaux de Barry Hughart
¤ Le livre qui rend dingue de Frédéric Mars
¤Joueur_1 de Douglas Coupland

.

Challenge littéraire : pavé de l'étéLogo défi Valériacr0Cette lecture – cette brique, ce pavé absolu ! – a été sélectionnée par Valériane dans le cadre de notre défi Valériacr0 pour le mois d’août.

.
D’une pierre, deux coups, la brique de 989 pages me permet d’ajouter une participation au challenge estival de Brize.

.

SANDERSON Brandon – La Voie des Rois

20/08/2017 14 commentaires

.

La Voie des Rois partie 1 de Brandon Sanderson ; tome 1 de la série Les archives de RosharLa voie des rois de Brandon Sanderson, partie 2 du premier tome Les archives de RosharTitre : La voie des rois (Les Archives de Roshar, tome 1 en 2 parties)
Auteur : Brandon Sanderson
Plaisir de lecture :  Livre sympa

.

Les Plaines Brisées sont le théâtre d’affrontements entre Parshendis et Aléthis depuis six années ; dix armées de ces derniers veulent venger la mort de leur roi. Shallan commence son apprentissage, elle apprend douloureusement qu’elle va devoir faire d’immenses efforts pour certains Arts, sous la férule de l’hérétique Jasnah Kholin. Roshar est une terre étrange balayée par des tempêtes et de vents violents : hommes et animaux ont dû s’adapter aux difficiles conditions climatiques.

Illustration du prologue "to kill"

En ce début d’immense fresque, nous faisons la connaissance de plusieurs protagonistes :

Kaladin, un personnage dont le charisme ne va cesser de se développer. C’est un sombre-iris, un guerrier brisé et très empathique.

Dalinar est l’oncle du roi, commandant en chef de l’une des dix armées. Il est en pleine crise existentielle. Il y a fort à parier qu’il y ait un rapport avec sa découverte d’un ancien livre sur les Chevaliers Radieux. À chaque tempête, il est assailli de visions.

Shallan est une jeune femme intrigante. En sus de son apprentissage, elle doit remplir une mission familiale. Elle est faussement réservée, impulsive, intelligente et douée pour le dessin.

Au second plan, on trouve Jasnah, prêtresse et préceptrice de Shallan et Syl, un esprit qui vit aux côtés de Kaladin (et d’autres aussi, mais je ne vais pas tout vous raconter)

.

Les trames de chaque personnage sont indépendantes temporellement les unes des autres et s’ajoutent des interludes d’autres personnages inconnus. J’ai été perdue sur le fil du temps et je ne savais plus à quelle époque me situer au vu des retours en arrière.
.

Il y a un aspect certain « de cape et d’épée » avec ce premier tome par l’existence des Chevaliers Radieux et toutes les batailles qui en découlent. Ils sont des êtres mythiques qui protégeaient les humains avant de les abandonner. Ils ont laissé leurs épées et armures. Au nombre de dix, elles sont perpétuellement convoitées par les souverains.

.

Ce roman polyphonique contient de bons ingrédients mais c’est sans doute la façon de les mélanger qui n’a pas su me séduire. J’imagine bien que nous sommes encore en introduction et que de formidables dessins sont en cours de réalisation pour cette fresque en devenir.
.

Je suis ressortie de ma lecture sceptique. L’entrée brutale et la mise en bouche de plus de 200 pages me font qualifier « La voie des rois » d’un brin assommant. Concernant le système de magie, j’étais en attente de quelque chose de plus fort. J’ai été happée par « Fils-des-Brumes » et j’aurais aimé l’être aussi par ce premier tome.

.

Un auteur que je considère comme inventif et intelligent est un auteur dont je voudrais bien aimer tous ses écrits. Les affrontements sur terrain ne sont pas réellement ma tasse de thé ; comme j’ai davantage accroché aux péripéties de Shallan, j’ai trouvé que les pages la concernant étaient d’un nombre bien faible pour nourrir mon plaisir de lecture. J’ai trouvé que Brandon Sanderson était trop sur la retenue au niveau des informations et que la protagoniste était clairement en retrait par rapport aux autres personnages.
.

Roshar est une planète issue de l’univers « Cosmere » de l’auteur. Une quarantaine d’ouvrages devraient s’y rattacher, on peut donc même le qualifier de méga univers fictionnel. On devrait retrouver certains personnages ici, là, ou des indices mais il n’y aura aucune obligation d’en découvrir une pour déchiffrer une autre.
.

L’acquisition de pouvoirs peu communs a suscité mon intérêt par cette fantasy pour l’instant «discrète », qui s’avèrera prochainement épique. Les arcs narratifs qui sont ébauchés promettent d’être grands et intenses.

.

1400 pages pour ce premier tome en version française ont amené à un découpage en deux volumes papier ; division approuvée par Brandon Sanderson lui-même. Notons le magnifique travail de traduction par Mélanie Fazi (je suis déjà enthousiaste de son travail et de traductrice et d’autrice). La saga devrait être composée de dix volumes en version originale ! À noter : les deux livres renferment des illustrations et autres croquis en pleine page.

.

J’ai du mal à imaginer l’aventure titanesque dans laquelle je me suis jetée. Je découvrirai le deuxième tome pour affiner mon intérêt – et mon attachement – à la série ; mais je suis pour l’instant, pas impatiente-bouillonnante-là-tout-de-suite d’en découvrir la suite (déjà parue en version française).

.

.

La voie des rois Shallan illustration de Grant M HansenShallan par Grant M Hansen

.

La voie des rois Kaladin et Syl illustration de Dixon LeavittKaladin et Syl par Dixon Leavitt

.

La voie des rois illustration de couverture par Michael WhelanIllustration de couverture anglaise par Michael Whilan

.
.

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : J’ai gagné ces deux volumes – dont l’un est dédicacé – chez et grâce à Bouchon <3
.

Dédicace La voie des Rois de Brandon Sanderson.

.

Chroniques pour la première partie du tome 1 : Albédo (Lutin82), Blog-O-Livre (BlackWolf)Book en stock (Dup), Book en stock (Phooka), Encres & Calames (Sia)Lectures trollesques (Ptite Trolle)Les lectures de Bouch’.
.

Chronique pour la deuxième partie du tome 1 : Albédo (Lutin82), Blog-O-Livre (BlackWolf)Book en stock (Dup), Book en stock (Phooka), Lectures trollesques (Petite Trolle)Les lectures de Bouch’.
.

Chronique pour le tome 1 dans son ensemble : Les escapades culturelles de Frankie, Lorhkan et les mauvais genres.

 

Categories: SANDERSON Brandon Tags:

CHEVALIER Chloé – Récits du Demi-Loup ~ Mers Brumeuses, tome 3

16/08/2017 6 commentaires

.

Mers brumeuses de Chloé Chevalier, tome 3 de Les récits du Demi-LoupTitre : Mers Brumeuses (Récits du Demi-Loup, tome 3)
Autrice : Chloé Chevalier
Plaisir de lecture : coeur notation Livre avec entrée au Panthéon
Tome 1, tome 2
.

Malgré les efforts de membres de deux royaumes, les Éponas et Véridienne entrent en guerre. Les différends politiques semblent balayer tous les souvenirs d’enfance communs des reines et de leurs Suivantes. Certaines factions profitent du capharnaüm actuel pour mettre en place des plans d’un tout autre genre. D’autres personnes courent tout le Demi-Loup en proie à des chimères ou après des préoccupations réelles.

.
.

Ah ! Que j’attendais ce tome. Sa parution le 1er juin – de cette année, pour rappel – fut une bonne surprise car initialement, je l’attendais pour août comme ses copains précédents.

Alors qu’est-ce que j’en pense ? J’ai été happée ma lecture, je l’ai dévorée et l’ai adorée. Voilà. Allez, salut.

.

Je pourrai écrire des lignes entières pour simplement dire ô combien j’aime plonger dans cet univers : je m’imprègne des différentes atmosphères, je respire en même temps que les personnages tant j’ai de sympathie pour eux. Avec « Mers Brumeuses », on se rapproche de Crassu, fils aîné de Nersès. Si j’ai synchronisé mon souffle avec les protagonistes, j’ai souffert – un peu – avec les Suivantes qui se trouvent coincées entre devoirs et envies personnelles. Ah, les personnages ! Ce sont eux l’atout de cette saga : de vrais personnages, que tu pourrais croiser dans ton quotidien (enfin, presque) avec des personnalités abouties qui comprennent des fêlures.
.

L’intrigue devient plus sombre mais aussi plus intense. Comme pour les précédents volumes, on découvre encore tout un lot de subtilités sur les clans, les territoires, les alliances et les enjeux politiques. Complots et stratégies s’activent ; les plans se révèlent au lecteur au fur et à mesure.
.

On développe un point de vue plus omniscient que chacun des personnages de ce roman polyphonique (forcément). On se demande qui sont les véritables marionnettes. Les faits et gestes des personnages sont toujours complétés par des extraits de correspondance entre Éponas et Véridienne. Dans « Mers Brumeuses », on visite Nül-Noch qui est mentionné dans le recueil « Fleurs au creux des ruines » ; c’est pourquoi j’en recommande la lecture pour mieux apprécier la topographie des lieux (conseillé mais pas indispensable).

.

Cette histoire est « tout » : complexe, dense et délicieuse. Un récit ambitieux avec quelques mystères qui subsistent. Je saurai me faire patience jusqu’à la parution de l’ultime tome mais je n’ai pas besoin de l’avoir lu pour vous confirmer encore tout mon intérêt de lecture pour cette série !

.

.

Détail de couverture de Mers brumeuses, roman de Chloé Chevalier

.

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : J’imagine toujours Lufthilde sous les traits de la blogueuse Morgana !

.

Dans le chaudron :
Des univers fantasy « forts »
¤ L’assassin royal de Robin Hobb
¤ Jonathan Strange & Mr Norrell de Susanna Clarke
¤ Fils-des-Brumes de Brandon Sanderson

.

Logo Lecture EquitableAllisonlineBook en stock (Dup), Le Bibliocosme (Boudicca)Les étagères de PitiponksLes lectures de Bouch’, Les lectures de Xapur ont aussi visité les cryptes des Éponas.

Ce livre est une lecture équitable, un livre issu d’une petite maison d’éditions.

.

DABOS Christelle – La mémoire de Babel, tome 3

27/07/2017 16 commentaires

.

Couverture de La mémoire de Babel écrit par Christelle Dabos, troisième tome de la passe miroir

.

Titre : La mémoire de Babel (La passe-miroir, tome 3)
Auteur : Christelle Dabos
Plaisir de lecture : coeur notation Livre avec entrée au Panthéon
Tome 1, tome 2
.

Depuis deux ans et demi, Ophélie est sous la férule des Doyennes. Depuis le départ de Thorn, elle erre comme une âme sans peine sur Anima, son arche originelle. Après les derniers événements, elle souhaite trouver d’autres indices à coupler avec les bribes d’informations déjà collectées. Sous une fausse identité, elle embarque sur l’arche de Babel.

.
.
.

La passe-miroir est un univers que je prends plaisir à retrouver. La découverte d’une troisième arche m’a mise en liesse. Cette dernière est plutôt moderne et on y retrouve quelques éléments steampunk : des automates, les tramoiseaux – tramway à plumes –, des escaliers mécaniques antigravitationnels. C’est aussi  une autre culture qui s’ouvre à nous, avec ses us et coutumes : les tenues portées selon les pouvoirs de chaque être humain, les mots interdits. Il y a aussi le Mémorial. Sous une apparence austère, le bâtiment renferme une immense bibliothèque, dédiée à la connaissance et à l’archivage des écrits actuels et ceux d’avant.
.

En entrée de livre, une ellipse de plus de deux ans et demi nous accueille. C’est une excursion en pleine terre inconnue, sans les personnages précédemment croisés.

Ophélie va sur les bancs de l’école avec les meilleurs étudiants de Babel. Elle va devenir leur souffre-douleur : bizutage, brimades, humiliations, punitions ; un douloureux parcours du combattant. Ophélie prend son envol en partant à la recherche d’informations. Mais ces péripéties vont la faire grandir d’un coup, en essuyant les échecs et en sortant de sa zone de confort aussi.
.

Ce tome prend des allures dystopiques au vu de l’ambiance qui s’en dégage, complétée par des éléments sociétaux. De prime abord, on pourrait se dire que l’action n’est pas au cœur de l’intrigue. Progressivement, en collectant de petits détails par les déplacements et les réflexions de la protagoniste, on découvre une intrigue qui s’enrichit à chaque page tournée.
.

Cette fois-ci, très peu de précisions sur l’origine des esprits de famille seront amenées. Ma lecture fut avide ; une attente sans espérance est ardue mais je restais ouverte à ce qu’allait me proposer Christelle Dabos. Je demeure entièrement satisfaite de ce troisième tome qui a su pleinement me sustenter.

.

————————————————————————~*

.

Alice Neverland, Encres & Calames (Sia)La couleur des mots (Olivia), La tête dans les livres, Le Brocoli de Merlin (ValentinePumpkins)Le Chat du Cheshire, Les escapades culturelles de FrankieLes Fantasy d’Amanda, Sur mes brizées (Brize)The Notebook (Mallou14) se sont aussi investies dans les tâches qui leur ont été assignées au Mémorial.

.

CHEVALIER Chloé – Fleurs au creux des ruines

22/06/2017 23 commentaires

.

Recueil Fleurs au creux des ruines de Chloé ChevalierTitre : Fleurs au creux des ruines (Prélude aux récits du Demi-Loup)

Autrice : Chloé Chevalier
Plaisir de lecture : note : 4 Livre à découvrir

Véridienne tome 1, Les Terres de l’Est tome 2
.
.

Ce recueil de 120 pages renferme quatre nouvelles. “Fleurs au creux des ruines” n’est pas fondamental à la qaudrilogie mais s’avère un complément qui vient étoffer l’univers du Demi-Loup. On part à la découverte de la création des royaumes, de l’enfoncement des racines et de la naissance des guerres intestines.
.

.
.
.

Les nouvelles sont antérieures à l’histoire des deux Princesses et de leurs trois Suivantes. Nous rencontrons des personnages inconnus jusque-là. De cruelles épreuves les touchent : une certaine tristesse se dégage de ces récits. Ils sont révélateurs des soucis historico-politiques bien ancrés à l’époque des personnages féminins des Récits du Demi-Loup.
.

Chaque texte se trouve lié au précédent mais peut aussi se lire indépendamment. A posteriori, il est judicieux – mais pas primordial de l’avoir lu avant le tome 3 « Mers brumeuses ».

La construction est soignée et repose sur une narration interne. La plume de Chloé Chevalier possède toujours cette précision et sait nous faire voyage. Son imagination nous permet de nous imprégner de la fantasy médiévale qu’elle nous propose grâce à cette bulle atemporelle ; bien qu’on pourrait dire que c’est très court.
.

Ce fin recueil – j’ai failli pleurnicher en le prenant en main, du genre « Mais comment vais-je tenir avec ‘ça’ jusqu’à la parution du troisième tome ? » – est certes, court, mais c’est une pause gourmande bienvenue.

.

.

.

————————————————————————~*

.

Bazar de la littérature (Maureen), Book en stock (Phooka), Le bibliocosme (Boudicca)Les lectures de Bouch’ et Les lectures de Xapur ont aussi savouré cet entremets.