Archive

Articles taggués ‘humour’

PRATCHETT Terry – Disque-monde ~ Masquarade

02/09/2019 12 commentaires

.

Couverture du roman "Masquarade" de Terry Pratchett, tome 18 des annales du disque-mondeTitre : Masquarade (Les annales du Disque-monde, tome 18)
Auteur : Terry Pratchett
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir
Les Annales du Disque-monde
.

Agnès Créttine part à la grande ville, Aknh-Morpork, pour accomplir son rêve et devenir chanteuse d’opéra. Mémé Ciredutemps et Nounou Ogg voient en cette jeune fille, une parfaite recrue pour leur convent. Tout le monde sait que les sorcières vont par trois. Elles en profitent pour passer une soirée culturelle, enquêter sur les meurtres au théâtre et accessoirement rendre visite à l’éditeur de Nounou Ogg.

.
.

Agnès Crettine est très gentille et l’on considère que les rondeurs de son physique ne peuvent que l’obliger à rester dans l’ombre et prêter son magnifique timbre à Christine, une jolie sotte sans voix.
.

On retrouve aussi un duo d’élite : les deux sorcières les plus réputées de Lancre. Mémé Ciredutemps et Nounou Ogg nous promettent des échanges truculents. Elles partent en compagnie de Gredin, un matou borgne et malveillant.
.

Plusieurs personnages secondaires viendront colorer la scène, dont un manager qui ne s’en sort pas et un meurtrier fou. Il y a également le caporal Chicard, le sergent Détritus du Guet principal mais aussi le bibliothécaire de l’Université Invisible et la Mort. Ils font davantage office de figurants que de participer pleinement à l’intrigue.

.
.

« Les Sorcières » est mon cycle préféré des Annales du Disque-monde. Lire un roman de Terry Pratchett fait du bien au corps et à l’esprit : l’humour se trouve à tous les coins de pages. J’avoue, j’ai eu un petit pincement au cœur en apprenant à la fin de ma lecture que « Masquarade » était l’avant dernier tome des Sorcières.
.

Le roman se tourne résolument vers l’opéra et bien que je sois néophyte, j’ai clairement reconnu une parodie de Fantôme de l’Opéra, le roman fantastico-policier de Gaston Leroux. Il y a également des clins d’œil à L’anneau de Nibelung et à La Traviata.
.

L’histoire part sur le thème de la psychologie et de la frontière entre le saint esprit et la folie. Bonjour double sens et double visage !
Les lieux sont suffisamment loufoques pour obtenir des scènes farfelues, des situations improbables et colorées. Terry Pratchett s’amuse des excentricités et caricature du milieu.

Le/la lecteurice vogue de l’ennuyante comptabilité avec les factures à rembourser au chapitre du désir sexuel grâce au livre de cuisine aphrodisiaque de Nounou Ogg. Aucun doute : « Masquarade » permet d’entretenir la bonne humeur de chacun∙e grâce à des rebondissements dans tous les sens.

.

Mise en scène du roman "Masquarade" de Terry Pratchett : le livre se trouve au centre d'une scène de théâtre

.

————————————————————————~*

.

Hilde (Le livroblog) est elle aussi allée visiter les loges de l’Opéra d’Ankh-Morpork.

.

CARRIGER Gail – Le pensionnat de Mlle Géraldine – Artifices & Arbalètes, tome 4

27/08/2019 6 commentaires

.

Couverture du roman "Artifices et Arbalètes" de Gail Carriger. Il s'agit du quatrième tome de la série Le pensionnat de Mlle GéraldineTitre : Artifices & Arbalètes (Le pensionnat de Mlle Géraldine, tome 4)
Autrice : Gail Carriger
Plaisir de lectureetoile 3 Livre sympa
Tome 1, tome 2, tome 3

.

Depuis l’absence de Savon dans l’équipe des soutiers, Sophronia n’a plus vraiment le goût à étudier. Elle n’arrive plus à distinguer dans quels camps se trouvent les différents surnaturels de son environnement. Un complot d’une grande ampleur émerge : elle va devoir sauver ses amis, son école et certainement Londres aussi.

.

.

.

Dans « Artifices & Arbalètes », les masques tombent et les vérités ressurgissent. Sophronia Temminnick devrait passer son examen final mais elle se retrouve à contrecarrer une menace d’envergure : sont en jeu, sa vie, celle de ses amis… même le gouvernement londonien.
.

Un tiers du roman est consacré à une escapade à bord du dirigeable : le pensionnat est rempli de vinaigriers. Cette dynamique apporte son lot de combats et moult rebondissements.

.
.

Gail Carriger clôture tous les questionnements, et même si la conclusion est bonne bien qu’un peu rapide, plus rien ne reste en suspens. Sophronia décroche bien un contrat ; et on découvre le lien entre Sophronia et Alexia Tarabotti, protagoniste du Protectorat de l’ombrelle (vingt-cinq ans séparent les deux histoires). D’autres liens se font, notamment le pourquoi des différences technologiques d’une saga à l’autre. J’avoue ne pas être triste de quitter le pensionnat, cela tient sans doute à l’attachement moindre aux personnages.
.

Durant ces quatre tomes, j’ai trouvé l’intrigue parfois un peu faible. Je considère l’aventure comme distrayante mais pas réellement excitante. Le Pensionnat de Mlle Géraldine s’adapte au plus jeune lectorat mais j’ai préféré le Protectorat de l’ombrelle car je trouve la série plus pétillante, énergique et drôle.
.

Sophronia a de véritables qualités d’espionne. Elle est dotée de jugeote, de bon sens et même d’empathie pour son entourage. Gail Carriger nous offre un mélange de steampunk, d’enquête policière avec la présence du surnaturel. Les enjeux sociétaux et technologiques agrémentent le tout ; sans oublier un cas de conscience : l’affection en dehors des normes sociales.

.
.

Il existe une troisième série titrée « Le Protocole de la crème anglaise » ; elle fait suite directe au Protectorat de l’ombrelle. J’aurais aimé la découvrir mais pour l’instant, si le quatrième et ultime tome vient de sortir en début de mois (août 2019), seuls les deux premiers volumes ont été traduits en français. J’avoue être refroidie par une série mise entre parenthèses, pour la frustration de la découverte partielle et en regard de mon défi littéraire « Fin de Série ».

.

Mise en scène du roman "Artifices et Arbalètes" de Gail Carriger dans du tulle rose, thé et cuillère, et couteau

Portrait d'Agatha, fan art du Pensionnat de Mlle Géraldine par Gail Carriger Portrait de Dimity, fan art du Pensionnat de Mlle Géraldine par Gail Carriger

————————————————————————~*

.

.
Logo du défi Fin de Série LivrementLogo défi Valériacr0« Artifices & Arbalètes » est le livre que Valériane a soigneusement sélectionné ; elle a pioché dans la liste d’envies estivale que je m’étais préparée.

Je termine ainsi une série commencée en 2015. C’est parfait pour mon défi Fin de Série, surtout qu’elle entre dans mon objectif de neuvième année « Dégommer les vieilles tétra/trilogies ».

.

Bulle de livre (Snow), Les lectures de Nyx et Vampirisme (Vladkergan) ont aussi croisé beaucoup de vinaigriers.

.

Illustrations : #01 Agatha #02 Dimity par Natasza103

.

CARRIGER Gail : Le pensionnat de Mlle Géraldine – Jupons & poisons, tome 3

05/08/2019 10 commentaires

.

Couverture du roman Jupons et Poisons de Gail Carriger, troisième tome de la série Le pensionnat de mademoiselle GéraldineTitre : Jupons & Poisons (Le pensionnat de Mlle Géraldine, tome 3)
Autrice : Gail Carriger
Plaisir de lectureetoile 3 Livre sympa
Tome 1, tome 2.

.

Sophronia Temminnick continue sa deuxième année au Pensionnat de Mlle Géraldine. Tout comme Dimity, Preshea et Agatha, elle se rend compte que Sidheag semble mal au point. Elle décide de ramener leur amie dans son clan. Comme à chaque décision illégale dont la punition serait d’être exclue de l’école – et même pire : de ne pouvoir assister aux prochains bals ! – seule Dimity se résout à l’accompagner. Avec l’aide du soutier Savon et de Lord Felix Mersey, ils montent à bord d’un train en direction de l’Écosse. Ils sont loin de se douter qui voyagent à bord du même convoi.

.
.

Le Pensionnat de Mlle Géraldine œuvre pour élever en société des jeunes femmes anglaises… et former des espionnes de haute voltige. Cette école a pris ses quartiers dans un dirigeable qui flotte essentiellement au-dessus du même quartier. Il existe un pendant masculin, avec Bunson, une école de garçons qui forment des génies du mal.
.

Dans « Jupons & Poisons » l’intrigue se déroule en dehors de l’école : Sophronia va mener l’enquête au sol. L’aspect « école » avec les cours et les professeurs est plus secondaire, il leur faudra mettre l’éducation reçue en application : selon les situations, statuer… tout en gardant leur élégance en toutes circonstances. Sophronia prend des décisions pour son futur, côté cœur et côté professionnel.
.

Avec ce tome, on approfondit les enjeux sociétaux et technologiques. Dans un univers steampunk, les Mécaniques sont présents dans le quotidien de tous. Le surnaturel est bien intégré : le meurtre de Kingair soulève non seulement les loups garous qui se retrouvent sans Alpha mais aussi la société entière : les Vinaigriers veulent mettre la main sur une innovation et la Ruche de Westminster n’a pas dit son dernier mot.

.
.

Il est plaisant de voir évoluer les relations entre les personnages : la scène politique se clarifie et l’avenir est mieux cadré pour Sophronia, notre protagoniste. Cette dernière se montre perspicace, fringante et quelque peu tête brûlée.
.

« Le Pensionnat de Mlle Géraldine » se déroule vingt-cinq ans avant le Protectorat de l’ombrelle et les connexions entre les deux sagas sont indéniables.
.
J’ai lu « Etiquette & Espionnage » et « Corsets & Complots », les deux premiers tomes de cette série en 2015. Je l’avais alors mise de côté car je la trouvais plus fade, à l’humour moins décapant que la première série, et ma lecture restait mitigée. Malgré cette pause de quelques années, je n’ai eu aucun mal à raccrocher les wagons du récit.
.

Du fait que l’intrigue se déroule sur sol, les possibilités sont beaucoup plus nombreuses et donc les actions plus trépidantes. Elles s’enchainent et bénéficient d’une pincée humoristique. Les pages se tournent toutes seules sur une intrigue assez linéaire au style délicieusement surannée.

La série est conseillée à partir de 10-12 ans.

.

 Portrait dessiné de Sophronia Temminnick, personnage de Gail Carriger Portrait dessiné de Sidheag Maccon, personnage de Gail Carriger

 Dessin d'une bibliothécaire steampunk Affiche pour le Pensionnat de Mlle Géraldine : photo de l'éventail amélioré de Sophronia, personnage de Gail Carriger

————————————————————————~*

.

Logo du défi Fin de Série Livrement.
Pour cette neuvième année de défi « Fin de Série », je me suis octroyée comme objectif de terminer des vieilles tétra/trilogies. Donc j’acte avec l’avancement dans « Le Pensionnat de Mlle Géraldine ».

.

Bulle de livre (Snow), Les lectures de NyxVampirisme (Vladkergan) se sont aussi retrouvés mortifiés en tombant nez à nez avec le Dewan dans le salon privé des Temminnick.

.

Illustrations : #01 Sophronia #02 Sidheag par Natasza103, #03 Bibliothécaire steampunk par Mikemaihack, #04 Affiche promotionnelle

.

PRATCHETT Terry – Disque-monde – Les tribulations d’un mage en Aurient

29/01/2019 15 commentaires

.

Couverture du roman "Les tribulations d'un mage en Aurient" de Terry Pratchett. Il s'agit du tome 17 de la série "Les annales du Disque-monde" paru aux éditions L'AtalanteTitre : Les tribulations d’un mage en Aurient (Les annales du Disque-monde, tome 17)
Auteur : Terry Pratchett
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir
La série
.

L’empereur de la Cité interdite a envoyé un message à l’Université de l’Invisible d’Ankh-Morpork « Envoyez-nous tout de suite le grand maje. ». Rincevent, vite identifié, est envoyé illico presto par télétransportation faire un tour en Aurient.
Il faut qu’il règle la zizanie qui vient de naître dans le milieu prolétaire avec la parution d’un petit livre rouge « Ce que j’ai fait pendant mes vacances ». Dans ce dernier, il est écrit qu’on peut insulter les gardes sans perdre la tête et manger des saucisses dans une des rues de la plus grande ville du premier continent. Et c’est sans compter la participation de légendaires héros menés par un barbare de moins d’un mètre cinquante, qui s’apprêtent à un coup d’éclat.

.
.

— Pourquoi on les invite pas à dîner pour les massacrer quand ils seront soûls ?
— T’as entendu ce qu’il a dit. Y en a sept cent mille.
— Ah ? Alors faut prévoir un menu pas compliqué avec des nouilles. 

.

Rincevent est téléporté d’une retraite dans une île paradisiaque à la Cité interdite où il doit passer incognito. On retrouve Cohen le barbare et ses combattants grabataires nommés la Horde d’Argent ; moyenne d’âge : 80 ans. DeuxFleurs est de la partie, toujours aussi candide mais qui révèlera quelques surprises. Le bagage traîne également ses guêtres dans cet épisode. Autant dire que c’est un régal de revoir et de découvrir des personnages hauts en couleurs et en verbe.

.

Rincevent est au sommet de son art… avec sa poisse légendaire. Les combattants doivent appréhender l’apprentissage du monde civilisé et des bonnes manières. C’est un véritable concept pour les barbares que celui de payer pour obtenir quelque chose, de ne pas incendier une boutique en partant ou de tout simplement commencer une conversation en disant bonjour.
.

Il y a évidemment beaucoup d’humour au programme avec des personnages de gaudriole. Ces derniers tournés au ridicule, les caricatures font mouche. Il y a de l’absurde… et des caisses et des caisses d’absurde ; on se demande jusqu’où l’auteur va aller.
.

L’intrigue est sans temps mort et quelques scènes paraissent un peu confuses dues à un excédent d’extravagance. J’ai été prise par l’envie que la fameuse bataille épique tant attendue ait tout simplement lieu.
.

La désinformation pour faire peur à l’ennemi est le maître mot de l’histoire. Les critiques sur les différentes formes de totalitarismes que Terry Pratchett offre sont savoureuses. Elles sont complétées par des moments plus philosophiques. À saluer, le travail de traduction de Patrick Couton.

.

Quand ceux qui savent lire et écrire se mettent à lutter pour le compte de ceux qui ne savent pas, on tombe dans un autre genre d’aberration. Si vous voulez les aider, bâtissez par exemple une grande bibliothèque quelque part et laissez la porte ouverte.

.

Selon le philosophe Ly Tin Wheedle, on trouve le chaos en plus grande abondance partout où l’on recherche l’ordre. Le chaos l’emporte toujours sur l’ordre parce qu’il est mieux organisé.

.

Il se passait des tas de choses à l’Université de l’Invisible et, malheureusement, l’enseignement en faisait forcément partie.

.

« Comment je vais revenir ? demanda-t-il.
— Comme vous êtes parti. On va vous trouver et vous ramener. Avec une précision chirurgicale. »
Rincevent gémit. Il savait ce qu’on entendait à Ankh-Morpork par « précision chirurgicale ». On entendait « à trois ou quatre centimètres près, dans un concert de hurlements, puis on verse du goudron chaud à la place qu’occupait la jambe ».

.

— On va pas mourir, exact ?
— Exact.
— J’veux dire, cent mille chances contre une… hah. La différence, c’est seulement une tripotée de zéros, exact ?
— Exact.

.

« Quedonc ?
— Je disais : TU LEUR EN FOUS UN BON COUP, Hamish. »
Hamish agita un bras qui n’était que de la peau sur des os et paraissait bien trop menu pour soulever la hache qu’il brandissait quand même.
« Parfaitement ! En plein dans les croquignoles ! »
Monsieur Cervelas poussa Caleb du coude.
« Il faudrait que je note ça, dit-il. Où se trouvent les croquignoles, exactement ?
— C’est une petite chaîne de montagnes près du Moyeu.
— Fascinant. »

.

Illustration de Marc Simonetti représentant la Horde d'Argent du roman "Les tribulations d'un mage en Aurient" écrit par Terry Pratchett Illustration de Story Sabatino représentant Gengis Cohen, personnage du Disque-monde de Terry Pratchett

Illustration de Marc Simonetti représentant Cohen et Rincevent, du roman "Les tribulations d'un mage en Aurient" écrit par Terry Pratchett Illustration de Marc Simonetti représentant Cohen, Rincevent et DeuxFleurs, personnages du roman "Les tribulations d'un mage en Aurient" écrit par Terry Pratchett

Illustration de couverture réalisée par Josh Kirby, du roman "Les tribulations d'un mage en Aurient" écrit par Terry Prachett

Mise en scène du roman "Les tribulations d'un mage en Aurient" de Terry Pratchett : bagage, cartes représentant Rincevent et Terry Pratchett, chapeau de Rincevent où il est marqué "maje" et livre à la couverture rouge

.

————————————————————————~*

.

Logo défi Valériacr0Commencer l’année avec Prachett, c’est démarrer fort ! C’est grâce à ma codétenue Valériane pour notre défi Valériacr0 que je me suis enfin replongée dans la série de Terry Pratchett.
.Logo du défi Fin de Série Livrement

Je lis les tomes dans l’ordre de parution – sans véritable argument si ce n’est celui qui me fait plaisir et de me balader dans les sous-cycles – et me voilà rendue aux portes à la couverture dix-huitième tome. J’ai commencé la série en 2008 : positivons, je progresse 😉

.

Illustrations : #01 #03 #04 Illustrations de Marc Simonetti ; #02 Illustration de Story Sabatino ; #05 Illustration de la couverture par Josh Kirby

.

SINISALO Johanna – Le Reich de la Lune

25/05/2018 7 commentaires

.

Couverture du livre "Le reich dans la lune" de Johanna Sinisalo aux éditions Actes SudTitre : Le Reich de la Lune
Autrice : Johanna Sinisalo
Plaisir de lecture Livre avec regrets
Lire les premières pages

.

Après la défaite d’Hitler durant la seconde guerre mondiale, les nazis se sont réfugiés dans une base en Antarctique avant de rejoindre par fusée la Lune. Sur place, ils vivent dans un complexe souterrain et planifient leur reconquête du monde. En 2018, une fusée américaine alunit sur leurs sols et emmène avec elle, humains et avancées technologiques. Les nazis envoient une équipe d’espions sur Terre pour récupérer la nouvelle technologie qui permettra de finaliser leurs outils mais la mondialisation a totalement transformé la société.

.
.

Johanna Sinisalo a rédigé – à la demande de son agent et de son éditeur allemand – « Le Reich de la Lune » en s’appuyant sur différentes versions du scénario qu’elle avait écrit pour le film « Iron Sky ». Le livre est une sorte de writer’s cut.

Comme j’ai vu initialement le film en 2012, mon avis est empreint de mes souvenirs « visuels » du long-métrage.
.

2047, Renate revient sur ses impressions d’antan et parcourt son journal intime composé en 2017 et 2018 qu’elle a surnommé Kitty. Elle délivre ses souvenirs et en tire une analyse. C’est par ce biais que démarre l’uchronie dont le point de divergence se situe au suicide d’Hitler.
.

Les conditions de vie sur la Lune ne sont pas présentées ni même la possibilité de s’y établir durablement. Ne vous méprenez pas, l’objectif est tout autre : proposer une histoire dont l’aspect absurde est très appuyé. En empruntant l’axe de la révolution numérique, l’autrice reviendra superficiellement sur l’évolution de notre société et toutes les dérives et autres abus réalisés au détriment de la santé de notre planète (D’ailleurs, si les nazis sont surpris en découvrant le smartphone d’un des astronautes, ils ne sont guère perturbés par les évolutions technologiques découvertes sur Terre).
.

Je n’aurais pas qualifié le roman de « délicieusement barré, joyeusement rocambolesque et délibérément grinçant » comme l’indique le quatrième de couverture. Car je n’ai été ni surprise, ni pliée en deux de rire et que l’intrigue reste très prévisible. C’est divertissant tout au plus. En comparaison, le film est drôle mais pas tout le temps. Et quand il ne l’était pas, les images compensaient.

.

Venons au point qui m’a fortement chiffonnée : le roman est censé développer l’idée originelle du film – l’émigration des Nazis sur la Lune – et se terminer où le film commence. Mais que nenni, « Le Reich de la Lune » reprend l’histoire du film dans son intégralité sans apporter de nouveaux éléments (j’ai vérifié, j’ai revisionné le film après lecture).

.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :
¤ Jésus contre Hitler de Neil Jomunsi : le titre est parlant et vous croiserez d’autres personnalités, aspect absurde et humoristique important
¤ Max de Sarah Cohen-Scali : fiction percutante de la vie d’un enfant aryen, il en est le protagoniste dès sa position in utero
¤ Lebensborn, la fabrique des enfants parfaits de Boris Thiolay : livre documentaire sur les établissements pour créer des enfants répondant aux critères de la pureté raciale « aryenne » ; l’auteur revient avec beaucoup de tact et une écriture concise sur la vie de ces enfants français

.

Logo défi Valériacr0

Pour ce mois de mai, Valériane a jeté son dévolu sur un livre-tout-neuf-en-pile-à-lire qui lui fait de l’œil à elle aussi. Alors quoi de mieux que de me le faire lire pour avoir une première impression ?

 

.

Anudar (et sa grande bibliothèque) a davantage été séduit que moi par cette « satire mordante » ; il a aussi initialement visionné le film avant de lire le roman. Angua (Journal semi-littéraire) a trouvé sa lecture jouissive.

.

ZELAZNY Roger – Le Songe d’une nuit d’octobre

16/01/2018 18 commentaires

.

Couverture du livre "Le songe d'une nuit d'octobre" de Roger Zelazny, réédition chez ActuSFTitre : Le Songe d’une nuit d’octobre
Auteur : Roger Zelazny
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir
Feuilleter les premières pages

.

Chaque 31 octobre, les frontières entre les mondes s’amincissent. Experts des sciences occultes se réunissent : les Ouvreurs souhaitent effectuer un rituel pour libérer les Anciens Dieux alors que les Fermeurs veulent les en empêcher afin de préserver le quotidien actuel. Le mois d’octobre est dédié à la préparation du « Jeu ».

.

.

Le Comte, Jack, le Bon Docteur, le Grand Détective, Rastov et d’autres s’apprêtent – sans doute – à entrer dans le Jeu. Fait étonnant : le narrateur est Snuff, chien de son état. C’est par leurs animaux de compagnie qu’on apprend la véritable identité de ces personnes. Comportements et traits physiques sont donc vus et rapportés par les yeux – et la truffe – de Snuff, à la première personne. Certaines actions sont transformées par son angle de vue : ouvrir une porte, déplacer un corps. En plus de Snuff, on rencontre la chatte Graymalk, le rat Bubo, le serpent Quicklime, la chauve-souris Needle et d’autres compères à poils et à plumes.

.

L’histoire se place en octobre 1883. Roger Zelazny découpe son intrigue en 31 chapitres et un épilogue. Si le lecteur est patient, il pourra déguster un court chapitre par jour lors de ce mois automnal. Mais il faut se le dire : on a plutôt tendance à lire très vite ce roman (et ne même pas réussir à attendre la période automnale pour se jeter dans le récit).
.

Ce n’est pas tant la confrontation ultime qui est importante que la préparation au Jeu. L’avenir du monde est entre les mains de ces personnages. Ils ne savent pas qui est leur ennemi ou leur ami. Il est question de : coopération, espionnage, séduction, chantage, tuyaux, calculs et pronostics. Les liens stratégiques et amicaux se font et se défont.

.

Publié initialement en 1993, le récit n’a pas pris une ride. C’est frais et bien rythmé. L’humour se négocie dans certains dialogues et dans les clins d’œil à divers mythes fantastiques. L’imagination débordante est soutenue par une écriture visuelle.
.

Paru en 1995 en version française, ce texte a bénéficié d’une réédition chez ActuSF en janvier 2018, avec une mouture dont le grain du papier est agréable au toucher et à la couverture qui enthousiasme les pupilles. Comme la première version française se trouve péniblement en occasion (et avec une couverture que je trouve moche), j’ai envie de dire haut et fort « Bien joué ! ». Et alors, lire « de l’Halloween » en janvier, ce fut pour moi un sacré bonheur !

.

Le songe d'une nuit d'octobre de Roger Zelazny, couverture d'actuSF Le songe d'une nuit d'octobre de Roger Zelazny, détails dorés de la couverture

Le songe d'une nuit d'octobre de Roger Zelazny : fan art avec le chien Snuff et la chatte Graymalk

Le songe d'une nuit d'octobre de Roger Zelazny : fan art où apparaissent Snuff le chien et Jack son maître

Le songe d'une nuit d'octobre de Roger Zelazny : préparation du rituel

.

————————————————————————~*

.

Pour ceux qui ont lu le livre, une illustration des joueurs (SPOIL) à découvrir par ici.

.

Dans le chaudron :
¤ De bons présages de Terry Pratchett & Neil Gaiman
¤ Un sale boulot de Christopher Moore
¤ Le concours du Millénaire de Robert Sheckley & Roger Zelazny

.

Blog-o-Livre (Blackwolf), Book en stock (Phooka)Caput Mortuum et Le Bibliocosme (Dionysos) ont aussi dû choisir leur camp : sont-elles Ouvreuses ou Fermeuses ?

.

Lecture équitable : soutien aux petites maisons d'éditions

Ce livre est une publication des éditions ActuSF, une petite maison d’éditions.

.

Illustrations : #01 Snuff et Graymalk, #02 Jack & Snuff par par Chris/ViaEstelar ; #03 par Yanina Koort

 

Categories: ZELAZNY Roger Tags: , ,

PRATCHETT Terry – Disque-monde – Accros du roc

30/11/2017 14 commentaires

.

Couverture du livre Accros du roc de Terry PratchettTitre : Accros du roc (Les annales du Disque-monde, tome 16)
Auteur : Terry Pratchett
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir
La série
.

Nore Noresson, Kreskenn Kelenn, Magma alias Lias Trapp se retrouvent pour former un groupe : puisque ce dernier frappe sur ses cailloux, ils vont jouer de la musique de roc.

.
.

Il suffit d’un adepte déchainé par son guitare pour obtenir un public en délire. La Guilde des Musiciens veut mettre fin au succès de ce groupe officieux et importun. Mais tout le monde adhère, les femelles lancent leurs sous-vêtements sur scène et même les mages laissent tomber les robes longues.
.

« Accros du roc » proposent deux histoires en parallèle. On suivra aussi Suzanne qui va retrouver la trace de sa famille et devoir assumer le rôle qui lui est attribuée. Elle est si discrète que personne ne la voit réellement.

.

Le troll souleva un gros sac de cuir posé devant lui. « C’est ça moi je joue », dit-il. Un certain nombre de gros cailloux ronds dégringolèrent par terre. Lias en ramassa un et lui donna une chiquenaude. Bam, fit le caillou.
« De la musique avec des kailloux ? s’étonna Kreskenn. Komment vous l’appelez ?
— On l’appelle Ggrouhauga, répondit Lias. Ça veut dire : musique faite avec du roc. (…)
— K’est-ce ke vous faites avek ?
— Je les cogne ensemble.
— Et après ?
— Comment ça, « et après » ?
— K’est-ce ke vous faites une fois ke vous les avez kognés ensemble ?
— Je les cogne encore », répondit Lias, batteur dans l’âme.

.

On croisera donc les mages de l’Université de l’Invisible d’Ankh-Morpork et notamment son archichancelier Mustrum Ridculle. La Mort sera aussi de la partie et Planteur n’aura pas froid aux yeux. Trolls, nains, humain aux allures elfiques ne seront pas en reste.
.

Bien que les instruments soient hantés par des esprits de la Musique, le lecteur n’a pas besoin d’être un spécialiste pour y voir un bon nombre de références musicales. Une majorité est dédiée à des groupes rock, exemple : Laide Zibeline, les houes, Au malheur des hommes et I2.

.

« Accros du roc » a bien mieux fonctionné sur moi que « Les Zinzins d’Olive-Oued », tome où les personnages étaient accros au cinéma (je m’étais ennuyée avec l’intrigue). Ici, il y a des passages qui se partagent émotions et franches rigolades. C’est une critique sur les thèmes de la vie, de la mort et de l’oubli. Et il faut dire que les jeux de mots de Patrick Couton sont à applaudir des deux mains.

.
.

— Moi, je souffle dans tout ce que je peux me mettre en bouche, assura Nore.
— Ah bon ? fit Kreskenn. Il chercha un compliment poli. Vous devez faire beaucoup d’heureux.

.

Il y a les gens du jour et les créatures de la nuit.
Et il importe de se rappeler que les créatures de la nuit ne sont pas simplement les gens du jour qui veillent tard parce qu’ils s’imaginent ainsi davantage dans le coup et plus intéressants. Il faut beaucoup plus qu’une couche épaisse de mascara et un teint pâle pour franchir la ligne de démarcation.
L’hérédité peut arranger les choses, bien entendu.

.

Il existait bel et bien une rivière dont, d’après la légende, une seule goutte d’eau privait un individu de sa mémoire.
Beaucoup supposait qu’il s’agissait de l’Ankh dont l’eau se boit, voire se découpe et se mâche. Un verre d’Ankh priverait sûrement son consommateur de sa mémoire, ou du moins lui causerait des désagréments qu’il n’aimerait en aucune façon se rappeler.
À vrai dire, il existait une autre rivière qui avait cette faculté. Bien entendu, il y avait un os. Nul ne savait où elle se trouvait car les voyageurs qui tombaient dessus crevaient toujours de soif.
La Mort porta son attention ailleurs.

.
.

Livre Accros du roc de Terry Pratchett avec l'illustation complète de Josh Kirby

Couverture du livre Accros du roc de Terry Pratchett. A gauche : illustration de la hardcover aux éditions Orion. A droite, illustration de Marc Simonetti pour les éditions Pocket

Illustrations de Paul Kidy : elles représentent la Mort de Terry Pratchett dans le livre "Accros du roc"

Illustration de la Mort et sa guitare par Marc Simonetti en référence au livre "Accros du roc" de Terry Pratchett

.

————————————————————————~*

.

Logo défi Valériacr0Cette lecture a été sélectionnée par Valériane pour le mois de novembre lors de notre défi Valériacr0. Il s’avère que le précédent tome avait aussi été lu grâce à elle en  avril.

.

Hilde (Le livroblog) a aussi poussé un cri quand la harpe de Kreskenn Kelenn fut brisée.

.

Dans le chaudron :
¤ La huitième couleur, tome 1
¤ Le huitième sortilège, tome 2
¤ La huitième fille, tome 3
¤ Mortimer, tome 4
¤ Au guet !, tome 8
¤ Faust Eric, tome 9
¤ Le faucheur, tome 11
¤ Mécomptes de fées, tome 12
¤ Les petits dieux, tome 13
¤ Nobliaux et sorcières, tome 14
¤ Le guet des Orfèvres, tome 15

.

Illustrations : #01 Illustration de Josh Kirby ; #02 Illustration de la ‘hardcover’ de Orion Publishin Group ; #04 et #05 Illustrations de Paul Kidby ; #03 et #06 Illustrations de Marc Simonetti.

.