Accueil > BROWNE S.G. > BROWNE S.G. – Comment j'ai cuisiné mon père, ma mère… et retrouvé l'amour

BROWNE S.G. – Comment j'ai cuisiné mon père, ma mère… et retrouvé l'amour

.

Comment j ai cuisine mon pere ma mere et retrouver l amour S.G. BrowneTitre : Comment j’ai cuisiné mon père, ma mère… et retrouvé l’amour
Auteur : S.G. BROWNE
Plaisir de lectureetoile 5 Livre fantas… tique

.

A leur plus grande honte, les parents d’Andy le récupèrent une fois qu’il est revenu à la vie. Ils le cachent dans le cellier afin d’étouffer son retour au voisinage. Il leur est difficile de faire mieux alors que tous les aérosols achetés par palette entière n’arriveront pas à camoufler sa puanteur. Même s’il est sans vie, elle est particulièrement difficile à vivre pour Andy. Un jour il se réveille et retrouve les corps de ses parents congelés en morceaux et les têtes soigneusement rangées sous sac à zip au réfrigérateur.

. .

)°º•. Nous suivons la vie d’Andy par un grand flashback dès le commencement du roman (ou presque) : il nous raconte tout, depuis sa renaissance ; enfin, depuis le moment de réveil en tant que mort-vivant, donc. Très vite on va s’attacher à ce personnage principal qui aura le don de nous faire rire.

C’est grâce aux réunions mensuelles des Morts-Vivants Anonymes (MVA) qu’Andy fait la connaissance d’Helen, Rita une jeune fille tout à fait à son goût et Jerry le comique qui lui seront d’un grand soutien.

.

Ce soir, Rita porte un pull à col roulé blanc, un jean blanc et un bonnet en laine assorti. On dirait un flocon de neige zombie.

. .

)°º•. D’un côté il existe les respirants, de l’autre, les zombies. Les derniers ont été rejetés par les premiers et même pire, ils sont devenus la honte de leur famille. Ils sont généralement récupérés par la SPA ou servent de mannequin lors des crash tests automobile voire pour devenir des cobayes dans les laboratoires. Le zombie, bien que commun, n’est pas le bienvenu. Ce n’est pas faute d’avoir leurs pleines capacités intellectuelles malgré qu’ils soient abimés physiquement, ils sont une minorité très opprimée. S.G. Browne développe ici le thème de la discrimination.

.

C’est un bel après-midi pour manifester. Le soleil brille, le ciel est bleu et les insultes pleuvent.

.

Il faut dire que les préjugés colportés par le 7e art n’aident pas : il n’y a qu’à Hollywood, dans les films de G.Romero que les zombies mangent des humains. En réalité, ils ont le même régime alimentaire même si tout leur parait fade.

Le roman traite des mœurs et coutumes, des conditions de vie, des droits civiques des zombies (ou plutôt leur absence totale). On sourit aussi d’y voir une certaine caricature avec les réunions de soutien. La reconnaissance des droits des zombies se révèle non seulement un leitmotiv pour Andy, voire en termes plus forts, une quête. On suit de l’intérieur la condition des zombies rejetés par la société. On découvre qu’ils sont doués de sentiments qu’on qualifierait « d’humains ».

.

Comment j ai tue mon pere ma mere et retrouve l amour extrait 01

. .

Comment j ai cuisine mon pere ma mere et retrouve l amour)°º•. La narration à la première personne du singulier nous permet de suivre la lutte acharnée d’Andy. Le tout est plutôt fendard et j’ai particulièrement apprécié les « on ne peut pas comprendre » qui reviennent comme des gimmicks pour ponctuer l’histoire. C’est le décalage entre situation glauque et humour moutonnant qui est le plus appréciable. Le récit est plus qu’enclin à l’humour même si la profondeur est aussi présente, on parle de récit à relief. .

Cette comédie s’avère mi-romantique, mi-horrifique mais bourrée d’humour. La couverture fonctionne (comme toutes celles des éditions Mirobole d’ailleurs). Les droits sont vendus à la FOX, bientôt un film ? Les prochaines aventures d’Andy seront publiées sous le titre « Le jour où les zombies dévorèrent le Père Noël ».

. .

« Comment j’ai tué mon père, ma mère et retrouvé l’amour » est un livre de zombies. Soit. Mais un livre où on suit de l’intérieur le combat des zombies pour obtenir des droits civiques et surtout un peu de décence. Sous le couvert de l’humour, S.G. Browne étaye ses arguments concernant les minorités. Nous avons le droit à des situations comiques à répétition qui rythmées par une friandise appelée « vous ne pouvez pas comprendre ».

. .

Pour lire les premières pages, c’est par ici.

.

Comment j ai tue mon pere ma mere et retrouve l amour extrait 02

.

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : Les vérités d’Andy.

.

Dans le chaudron :
¤ Le jour où les zombies ont dévoré le Père Noël, tome 2
¤ Zombie don’t cry de Rusty Ficher

.

My summer of (SFFF) loveLogo Lecture EquitableCe livre a été grâce à Cornwall qui a non seulement vu en ce livre, le titre qui saurait me plaire (les zombies et moi, chabadabada) et qu’en plus, il entrait pile poil dans le cadre du challenge My summer of (SFFF) love. Rita a tapé dans l’œil d’Andy et c’est tout une nouvelle vision de la nécrophilie qui s’ouvre à nous.

Petite maison d’éditions Mirobole deviendra forte (Lecture équitable)

.

Book en stock (Dup), Les lectures de Mylène, Un papillon dans la Lune ont aussi vu le cerveau de Jerry.

CITRIQ

.

Pic : Couverture anglophone

.

Categories: BROWNE S.G. Tags: ,
  1. 20/09/2013 à 08:54 | #1

    Bon Mycoton m’avait déjà donné envie, et tu ne fais qu’enfoncer le clou. Encore un qui va atterrir chez Muti.

    • 22/09/2013 à 19:02 | #2

      Héhé :) je suis étonnée, Mylène aime le zombie, finalement :D

  2. 21/09/2013 à 14:00 | #3

    Je découvre totalement et ça me tente bien ! Surtout si l’humour est très présent.

    • 22/09/2013 à 19:03 | #4

      ... ce qui n'empêche pas l'auteur de présenter un récit poignant.

  3. 22/09/2013 à 11:42 | #5

    C’est un livre qui me tente de plus en plus quand je vois tous les bons avis et le tien me conforte dans mon envie 🙂

  4. 22/09/2013 à 15:23 | #7

    Bien vendu! Tu m’as donné envie de le lire »

  5. Vert
    22/09/2013 à 22:03 | #9

    Si j’en avais pas marre des trucs de zombies je tenterais l’aventure ^^

  6. 23/09/2013 à 13:03 | #11

    J’aime pas les zombies. Mais je suis complètement bourré de préjugés.
    J’aime pas les zombies. Mais ce livre est tout de même plutôt tentant, étonnamment.

    • 23/09/2013 à 20:39 | #12

      SI tu n'aimes pas les zombies, il vaut mieux aller vers quelque chose de fendard, cela me semble logique :)

  7. 23/09/2013 à 13:08 | #13

    Même si je ne suis pas une grande fan de zombies, le décalage glauque/humour à l’air bien sympa !

  8. 23/09/2013 à 21:59 | #15

    Il a l’air fun ce bouquin 😀

  9. 24/09/2013 à 22:17 | #17

    J’ai lu Nid d’Abeilles, chez Mirobole, et le petit dernier à paraître, « Les Impliqués ». Tout porte à croire que cette maison d’édition a tout ce qu’il faut pour durer ! Ca a l’air loufoque à souhait, j’ai bien envie de le lire, du coup, d’autant que c’est le seul qui manque à ma liste !

    • 04/10/2013 à 10:20 | #18

      C'est tout le mal que j'espère à cette maison d'éditions en tout cas ;)

  10. 18/09/2015 à 07:52 | #19

    Il est maintenant dans ma PAL, j’ai hâte de découvrir! 🙂

  1. 23/09/2013 à 18:54 | #1
  2. 23/09/2013 à 18:59 | #2
  3. 02/01/2014 à 19:10 | #3
  4. 02/03/2014 à 10:27 | #4
  5. 28/10/2014 à 19:58 | #5
  6. 04/11/2014 à 19:04 | #6
  7. 06/11/2014 à 09:01 | #7
  8. 25/12/2014 à 13:02 | #8
  9. 27/07/2015 à 22:04 | #9
  10. 17/12/2015 à 11:15 | #10
  11. 12/10/2016 à 21:58 | #11
  12. 17/06/2018 à 18:54 | #12