Archive

Articles taggués ‘science-fiction’

HOWEY Hugh – Outresable

06/02/2019 16 commentaires

.

Couverture du roman Outresable de Hugh Howey paru aux éditions Actes SudTitre : Outresable
Auteur : Hugh Howey
Plaisir de lecture :  Livre sympa
Lire les premières pages

.

Depuis des siècles, le sable prend du terrain : il a englouti les villes de la civilisation précédente et contraint femmes et hommes à survivre sur les immenses dunes. Pour subsister, certains humains plongent pour récupérer des objets qui se monnaieront à la surface. Les premiers mètres ont été complètement ratissés : ils doivent atteindre une profondeur dangereuse pour laquelle leurs équipements ne sont pas viables afin de leur assurer un minimum de sécurité.

.
.

Toute vie est pareille au sable profond, avait appris Vic. De la naissance au trépas, ce n’est qu’une succession de constrictions violentes, l’une après l’autre, un poing graisseux agrippant des âmes infortunées qui crèvent la surface juste le temps de remplir leurs poumons d’air avant d’être aspirées vers le bas de nouveau. C’était la vision du monde que Vic avait fini par se faire. Partout où elle portait le regard, elle voyait la vie qui broyait les gens, les arrachant d’une situation difficile pour les précipiter dans la suivante, avec les paumes cruelles du malheur serrées autour de leur pauvre cou.

.

Avec « Outresable », Hugh Howey nous présente une famille éparpillée. Si j’étais honnête, je dirais que chaque membre de la famille cherche à creuser lui-même sa propre tombe. J’ai une problématique toute personnelle : je mélangeais les personnages masculins en début de roman (description physique, prénoms), ce qui m’a demandé de revenir en arrière pour bien comprendre les premières actions et leurs conséquences. J’ai une préférence très marquée pour Vic car elle ne sait pas toujours ce qu’elle fait, mais elle le fait. Elle reste plus ancrée dans leur réalité et se trouve dans l’action.
.

L’intrigue prend place aux USA, dans un futur éloigné. Le sable a tout recouvert et continue de progresser. Les personnes se sont regroupées en cités éphémères pour éviter l’enfouissement. La survie se base sur la plongée dans le sable : les plongeurs tirent des villes enterrées, les ressources nécessaires. Ces objets, tels des trésors des anciennes civilisations sont troquées contre des espèces sonnantes et trébuchantes. Pour vous donner une idée, une culotte – sale, certes – est un trésor. Ce n’est évidemment pas le gros lot sur lequel tout le monde espère tomber.

.

Le secret pour survivre à pareilles souffrances consistait à rester parfaitement immobile dans cette étreinte, elle l’avait découvert. Apprendre à ne pas respirer, là résidait la solution. La seule différence entre l’étouffement et l’accolade, c’est une voie ouverte. Raison pour laquelle Vic avait appris d’elle-même à retenir sa respiration. Alors la vie était devenue une série ininterrompue d’embrassades.

.
.

Pour se mouvoir dans le sable, les plongeurs enfilent une combinaison qui ressemble à celle d’un astronaute. La technologie leur permet de modeler le sable pour s’y mouvoir comme dans l’eau. Il existe des techniques de plongées et de déplacements en modelant le sable, en s’appuyant sur les halos repérés avec leurs lunettes. Découvrir cet aspect technique m’a vraiment botté mais l’auteur a spécifié dans une interview que cet aspect scientifique ne relevait d’aucun réalisme.
.

En plongée, le sable s’immisce partout dans la combinaison et même dans la bouche, c’est pourquoi il existe le phénomène de cercueil où le cerveau peut arriver à crier au danger. Leurs équipements sont construits en mode « système D » avec les pièces qu’ils arrivent à troquer et des connexions réalisées à la main. Je me suis surprise à ralentir ma respiration et même à tenter plusieurs fois au cours du roman à retenir mon souffle pour voir si je ferai une bonne plongeuse (la réponse est non, définitivement).

.
.

Hugh Howey nous emmène dans un nouvel univers âpre : après l’environnement toxique de Silo, la mer houleuse de Phare 23, on réalise une plongée dans le sable avec Outresable. A fortiori, j’ai bien aimé le titre de ce roman et la couverture.
.

On se retrouve en pleine dystopie avec un monde perdu, des civilisations englouties et la survie des êtres humains. On se confronte à l’effet dévastateur du changement climatique puisque l’envahissement du sable est omniprésent mais l’eau est aussi devenue rare.
.

L’axe principal du roman est le suivi et le développement de cette famille dysfonctionnelle. Pour ma part, j’ai eu quelques pages de flottement pour comprendre les relations qui liaient les personnages. J’ai aimé le rapport de l’aridité entre leurs contacts et celle de leur environnement. La plongée, leur survie, l’existence de villages provisoires et le questionnement autour de la grande faille sont autant d’éléments venant nourrir cet univers mais pour lesquels Hugh Howey restera assez sommaire pour cette intrigue.
.

Entrez dans cette histoire si vous souhaitez découvrir le portrait de personnages aussi rudes que leur environnement. Si vous cherchez plus de profondeur sur le quid de l’univers, la problématique des personnages et leur avenir, votre lecture risque d’être inassouvie.

.

Le regard de Palmer passa de cette lanière de joyaux à la bande dansante de feu givré qui s’intensifia de nouveau quand la tente fût refermée. Ce groupe d’étoiles innombrables s’étirait d’une dune jusqu’au ciel de l’horizon lointain. Il était impossible d’apercevoir le feu givré en ville, pas avec toutes ces flammes de gaz qui brûlaient pendant la nuit. Mais c’était la marque du désert, le tampon au-dessus de sa tête qui disait au garçon qu’il se trouvait très loin de chez lui, qui lui faisait savoir qu’il était au milieu des étendues de sable. Et pas seulement les étendues de sable et de dunes, le fin fond de nulle part dans l’existence, quand il avait rejeté le refuge de la jeunesse et avant qu’il prenne la peine de construire son propre abri. Les années sans tente. Les années lumineuses, aveuglantes, durant lesquelles les hommes vagabondaient, comme les planètes le faisaient.

.

Palmer consulta la jauge de sa visière. La distance était transmise par le transpondeur laissé derrière eux. Cinquante mètres. Cent mètres. Leu respiration devenait de plus en plus difficile, et il leur fallait accentuer leur concentration pour écarter le sable. Plus Hap et lui s’enfonçaient et plus la colonne de sable au-dessus d’eux se tassait et se faisait pesante. À ce stade, beaucoup de plongeurs cédaient à la panique et au phénomène dit « du cercueil », quand ils laissaient le sable se solidifier autour d’eux. […] Lorsque le désert referme ses deux bras géants autour de votre poitrine et décide que vous ne respirerez plus, vous prenez conscience de votre insignifiance. Vous n’êtes qu’un grain de sable écrasé au sein d’une infinité de grains de sable.

.

Mise en scène de livre Outresable de Hugh Howey

.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron : un roman « opposé » car l’exploration de l’environnement se passe au fond des mers « Les océans stellaires » de Loïc Henry.
.

Cunéipage (Sylvie) a bien enfilé sa combinaison mais elle aussi est restée à la surface.

 

COSTE Nadia – Rhizome

11/12/2018 6 commentaires

.

Couverture du roman Rhizome de Nadia Coste, publié aux éditions SeuilTitre : Rhizome
Autrice : Nadia Coste
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir

.

Le botaniste Jaro est descendu au jardin extérieur du laboratoire pour effectuer un travail d’observation. Une des Plantes présentent une anomalie : alors qu’il s’approche, des spores se répandent et il en inhale par inadvertance. Il est immédiatement mis en quarantaine. Durant son repos forcé, il entend une voix qui le somme d’aider les Plantes.

.
.

Pour cette histoire, on suit Jaro, botaniste de métier et bien entouré dans la vie. Il a fraîchement emménagé avec Manuela et ils entretiennent de bonnes relations avec leurs familles. Il est plus difficile de s’intéresser à Semper car il est vu comme l’envahisseur et celui qui envoie valdinguer l’univers de Jaro. Pourtant, Il a tout autant besoin de soutien que ce dernier.
.

Le récit se situe en 2081. Un événement mondial appelé « La revanche du climat » a divisé la population par six. On se retrouve dans la sky-city de Mauges, construite ‘après l’érosion des côtes bretonnes et l’assèchement de la Loire’. On note quelques détails futuristes : dans les tenues vestimentaires, le comportement, et certaines mœurs. Selon finances, il faut éviter d’habiter en dessous du 55ème étage où le manque de sécurité se fait réellement sentir.

Durant ma lecture, j’ai eu un sourire en apprenant l’existence de l’Hyperloop pour les déplacements, notamment au niveau zéro (je fais partie des gens qui aimeraient bien monter à bord d’une future capsule).
.

Le niveau zéro se composait d’un immense hall soutenu par des centaines de piliers. Quelques échoppes éphémères s’alignaient par petits groupes autour des poteaux. Ces cahutes, simples assemblages de planches, cagettes, tôles et plaques de plastique, étaient tenues par des extérieurs dont la santé ne leur permettait plus de travailler dehors. Hommes et femmes portaient des pantalons bouffants resserrés aux chevilles, des tuniques amples aux poignets étroits, et de larges turbans qui ne laissaient voir que leurs yeux. Les habitants de la sky-city prenaient également leurs précautions contre la chaleur et les insectes lorsqu’ils sortaient des tours, mais ils n’avaient pas besoin de s’emmitoufler le visage comme les extérieurs dont les affections respiratoires n’étaient pas du meilleur effet lorsqu’il s’agissait de vendre des fruits frais. Certains étals proposaient de petits objets sculptés dans du bois, ou récupérés au-dehors. On y trouvait également des gourdes opaques contenant de l’eau de pluie. Rien n’assurait que cette eau n’avait bénéficié d’un filtrage végétal à l’intérieur des terres, et transportée telle quelle.

.
.

Dans les années 2040, des particules ont été ramenées pour sauvegarder la planète. Ces organismes végétaux n’ont jamais été classés mais ont remplacé les autres espèces dans les villes. Par vulgarisation, elles ont simplement été nommées les Plantes – avec une majuscule – et sont considérées comme bienfaitrices de l’humanité.
.

Jaro travaille dans le laboratoire du professeur Bergeret. Ce dernier consacre ses recherches à la mise en place de nano-pesticides pour éviter la prolifération et accélérer la culture hors sol.

Ce monde futuriste met l’accent sur les interconnexions en privilégiant la santé. C’est d’ailleurs la montre connectée de Jaro qui avertit les services de santé publique de sa contamination.
.

C’est avec beaucoup de finesse que Nadia Coste donne une belle leçon d’écologie où la relation entre humains et plantes doit reposer sur une véritable entente. Notons qu’en quelques phrases, l’autrice nous plonge dans l’ambiance moite du jardin extérieur du laboratoire situé au niveau zéro :
.

La première fois que le groupe d’étude [de Jaro] avait pris l’hyperloop jusqu’au niveau zéro, il régnait un silence de mort dans l’ascenseur, comme si une jungle hostile allait les dévorer à leur arrivée…
Jaro sourit, amusé à ce souvenir. Ce qu’il redoutait le plus, en dehors des insectes, c’était la chaleur, qui avoisinait les 40°C. Sans compter la moiteur des sous-bois…
Mais l’odeur de l’agroforêt ne l’avait jamais dérangé. Au contraire, Jaro trouvait quelque chose de fondamentalement rassurant dans ces effluves d’humus, d’écorces et de pollens en suspension dans l’air, dans la mousse gorgée de rosée alors que l’eau était si rare dans les tours… Tout cela était… naturel. Presque primal.

.
.

Sans pouvoir vous en révéler davantage, j’ai trouvé que la tournure majeure de l’intrigue était judicieuse. En plus de l’apostrophe écologique, Nadia Coste aborde les amours, la mort, les étapes et la douleur face au décès, de manière simple, sans emphase mais sans détour pudique non plus. Le roman repose sur une idée aussi éclairée qu’astucieuse pour renforcer la problématique environnementale.
.

Lecture conseillée à partir de 13 ans

.

Le groupe se reforma autour du professeur Bergeret, juste à côté de la porte Est. Jaro enfila son blouson et le ferme jusqu’à son menton. Aussitôt, sa poitrine se comprima, comme s’il étouffait, mais ce n’est qu’une impression liée au poids et à la chaleur de sa tenue.

Six drones de sécurité les encadrèrent tandis qu’un agent casqué vérifiait leurs accréditations, puis les portes s’ouvrirent. La moiteur extérieure sauta au visage des scientifiques dont le front se mit aussitôt à perler. Les femmes qui n’avaient pas encore attaché leurs cheveux se hâtèrent de le faire, tandis que les autres ajustaient des foulards pour éviter d’être gênées par des mèches folles. Un homme de grande taille enveloppa ses longues dreadlocks dans un bonnet qui ressemblait à un sac.

.

Roman "Rhizome" de Nadia Coste mis en scène au milieu de plantes

.

————————————————————————~*

.

Book en stok (Dup) s’est aussi demandé ce quel effet pouvait avoir la possibilité de télépenser.

.

PRIEST Christopher – Conséquences d’une disparition

18/10/2018 13 commentaires

.

Couverture du roman Conséquences d'une disparition de Christopher PriestTitre : Conséquences d’une disparition
Auteur : Christopher Priest
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir
Christopher Priest parle du livre sur son blog (en anglais)
Lire les premières pages

.

Ben Matson vit tranquillement en famille sur l’île écossaise de Bute quand il apprend brutalement la mort de Kyril Tatarov, un scientifique renommé. Il l’avait interviewé voilà dix-sept ans et des souvenirs remontent à la surface. Notamment la disparition de la femme qu’il a tant aimée, Lilian Viklund, dans les attentats du 11 septembre 2001. Les rencontres qui suivent l’amènent toujours au même questionnement : l’effondrement du World Trade Center.

.
.

Réinventer un événement réel dans une version romancée m’avait fait toucher du doigt l’importance de la fiction, de la narration, lorsque la vérité était trop malséante ou trop complexe, ou tout simplement une chose que l’on préférait ne pas révéler. On pouvait toujours raconter une histoire.

.

Le roman de Christopher Priest tourne autour des attentats du 11 septembre 2001, le plus gros événement médiatique et à controverses. Le sujet n’a pas donné toutes ses réponses. Les conséquences de ce drame ont marqué l’humanité au niveau de la politique mondiale. L’auteur l’indique clairement : ce n’est pas un travail de journalisme même si son protagoniste l’est de métier. Christopher Priest émet des hypothèses sans verser dans le conspirationnisme, en évitant soigneusement la psychose de masse. Il donne même envie de nous replonger dans les informations liées à l’événement.

.

Si des gens définissent des situations comme réelles, alors elles sont réelles dans leurs conséquences. Autrement dit, c’est l’interprétation d’une situation qui détermine l’action.

.

Il peut exister des impressions sur les attentats qui reposent sur une dissonance cognitive et c’est par cette brèche que l’auteur s’engouffre.

Deux fils temporels se mélangent : on retrouve Ben Matson, le protagoniste sur plusieurs époques. Dans la (re)construction de ce dernier, une ombre hante son présent, et ce, sans mièvrerie. Le réalisme des personnages est un élément réussi – comme souvent dans les romans de Christopher Priest – et cela me captive.

Par l’utilisation d’un accident cérébral vasculaire à l’un des personnages, on remarque que des souvenirs peuvent être présentés, vécus et surtout rapportés de manière déformée. Quid de l’interprétation ? Cela rejoindra alors les incohérences de cette catastrophe et d’un raisonnement global illogique.

Le symbolisme est manié avec force et intensité, en usant des métaphores. Le cerveau du lecteur démarre alors au quart de tour durant la lecture pour se demander tout simplement s’il n’existe pas plusieurs réalités.

Dernier fil à ajouter à ce schéma : le traumatisme qui va tenailler une personne, celui d’avoir perdu un être proche sans avoir la certitude qu’il est réellement décédé.

On arrive au point d’orgue, on parle de disparition : des deux tours, d’un amour, de la mémoire et de la vérité.

.

La dernière raison pour laquelle je ne pouvais accepter l’idée d’un complot était la plus difficile à écarter : c’était la peur.
Pour moi, considérer qu’une quelconque officine gouvernementale américaine pût être complice de la mort de tous ces innocents impliquait d’infirmer une vie entière de postulats sur le monde dans lequel j’avais grandi.

.

.
La qualité de l’écriture est toujours présente, avec le style raffiné de cette plume ; et de l’habilité à dérouler une telle intrigue.

On reconnait facilement les bases d’un thriller psychologique avec la touche priestienne qui embrasse le jeu avec la réalité, l’interrogation permanente sur la fiabilité des événements exposés et sur l’identité des personnages. On en vient à douter de tout, jusqu’à la narration.

Certains éléments ont été abordés trop succinctement pour moi comme les instants avec Tatarov qui m’ont semblé trop courts. Je me suis également demandé où l’auteur voulait m’emmener, si j’y suis bien arrivée et si j’ai bien appréhendé le cheminement.

Je pense que circonspection répond à la question puisque systématiquement après la lecture d’un roman de Christopher Priest, je songe à l’histoire durant plusieurs jours.

.

« Conséquences d’une disparition » demeure un roman abordable, sans doute celui à l’intrigue la moins mystérieuse des titres de l’auteur que j’ai déjà lus. Il reste proche de ses thèmes de prédilection (pour ma plus grande joie), et de façon voulue, quelques zones de réflexion restent ombreuses.

.

 

Photographie du roman de Christopher Priest titré "Conséquences d'une disparition" paru aux éditions Denoël
.

————————————————————————~*

.

Le chien critique, Les Lectures du Maki (Yogo)Lorhkan et les mauvais genres, Un papillon dans la Lune ont certainement visualisé l’image d’un Boeing 747.

.

ATWOOD Margaret – La servante écarlate

04/10/2018 25 commentaires

.

Couverture du roman intitulé La servante écarlate écrit par Margaret Atwood. Edition DeluxeTitre : La servante écarlate
Autrice : Margaret Atwood
Plaisir de lecture : Livre fantas… tique

.

J’attends. Je me compose un moi. Mon moi est une chose que je dois maintenant composer, comme on compose un discours. Ce que je dois présenter, c’est un objet fabriqué, pas un objet natif.

.

Dans ce roman d’anticipation, on sait que les États-Unis se sont surprotégés vis-à-vis des attaques terroristes. La baisse du taux de fertilité et la naissance d’enfants non viables à cause des pollutions, remettent en cause la survie de l’humanité.
.

Un putsch du gouvernement a eu lieu et s’est installée une dictature théocratique. Elle s’appuie sur les mécanismes du pouvoir et de la coalition totalitaires. L’oppression renvoie les femmes dans leur foyer. La vie est aseptisée, ultra surveillée dans les faits et gestes, l’austérité devient la priorité. Conditionnement et délation sont des éléments communs.
.

Dans la République de Gilead, les femmes sont triées selon leur utilité utérine et leur docilité. Ainsi les Épouses se révèlent être les femmes des Commandants et de parfaites maîtresses de maison (fertiles ou non), les femmes qui ne peuvent plus procréer mais peuvent servir de petites mains deviennent les Martha en s’occupant des tâches relatives à l’entretien du foyer, les femmes ayant un système reproductif valide sont les servantes écarlates, les femmes qui forment ces dernières sont les tantes, enfin le rebut de la population féminine travaille aux colonies, à manipuler des déchets toxiques.

La vêture relève des « castes » de cette hiérarchie : les Épouses sont toutes de bleu vêtues, les Martha sont en vert, les servantes en rouge avec une coiffe blanche additionnée d’ailes qui diminuent le champ de vision quand elles vont en extérieur, les tantes sont en marron et celles aux colonies sont en gris. (Ce n’est pas sans rappeler le roman « Le meilleur des mondes » d’Aldous Huxley).

.

Notre fonction est la reproduction ; nous ne sommes pas des concubines, des geishas ni des courtisanes. Au contraire : tout a été fait pour nous éliminer de ces catégories. Rien en nous ne doit séduire, aucune latitude n’est autorisée pour que fleurissent des désirs secrets, nulle faveur particulière ne doit être extorquée par des cajoleries, ni de part ni d’autre ; l’amour ne doit trouver aucune prise. Nous sommes des utérus à deux pattes, un point c’est tout : vases sacrés, calices ambulants.

.
.

Nous suivons Defred, femme de notre société qui a tout perdu, jusqu’à son prénom. Comme elles, les femmes ont vu tous leurs acquis disparaitre : indépendance, possibilité de travailler, droit à disposer de leur corps. La théocratie a annihilé toute forme de pensée. Defred n’est plus une personne, elle n’a ni nom, ni argent à dépenser, ni activité ou loisir comme la broderie ou même pire, la lecture.
.

Le lecteur a accès au point de vue de la narratrice, sans savoir quoique ce soit de la situation politique et sociétale. Le monologue oscille entre son présent et son passé qui représente tout un monde. Elle tente de s’accrocher à sa vie d’avant et à ses souvenirs pour ne pas perdre pied, mais elle a l’impression qu’ils sont déjà corrompus. Ses souvenirs sont autant de marques d’identité. On suit son arrivée dans la nouvelle maison, son quotidien, dénué de tout intérêt, tour à tour dangereux et las.

.

Nolite te salopardes exterminorum

.
.

Cette dystopie est une histoire qui a peu vieilli. Écrit en 1985, le récit est tout aussi féroce qu’engagé. Il glace le sang car il rapporte une situation qui pourrait être notre réalité. Une certaine lenteur horrifique s’installe et aborde un présent d’une violence extrême. Defred devient une matrice pour dignitaires qui veulent revaloriser la race humaine. Le viol est institutionnalisé et appelé « Cérémonie ».

J’ai été captivée par le récit de ce roman intime ; qui comportement une dimension féministe singulière. En tant que femme, c’était étrange pour moi d’être propulsée dans ce monde de terreur. La résonance religieuse donne prétexte aux hommes de restreindre les libertés des autres et surtout celles de femmes. « La servante écarlate » peut donner l’alerte et conseiller de rester vigilant.e quant aux conséquences d’une société liberticide. La lecture amène à la réflexion entre le péril de nos libertés et le questionnement général qu’elle soulève.

Ce livre contient un épilogue ; que je considère personnellement comme « de trop » a posteriori. Mais qui, à chaud (de lecture) permet clôturer cette histoire un peu plus sereinement.

Détails sur la nature de l’épilogue (à déplier)

Le récit est écrit comme une retranscription de cassettes audio retrouvées dans la maison. L’épilogue prend la forme d’une conférence d’historiens dans un avenir plus lointain durant laquelle la reproduction est analysée. Elle permet une fin ouverte (dans laquelle s’engouffre l’adaptation télévisée dès la saison 2).

.
.

Ce livre a été adapté en série télévisée, orchestrée par Bruce Miller avec en premier rôle, l’actrice Elisabeth Moss. Actuellement, elle comprend deux saisons et une ultime est en cours de production.
.

Ce livre m’a été offert en début d’année, j’ai flashé sur la version de luxe avec sa tranche rouge et sa couverture impactante (je l’avais donc mis sur ma liste d’envies). Après hésitation, je l’ai lu après avoir visionné les saisons 1 et 2. Si j’évoque la série c’est parce qu’il est délicat pour moi de déterminer réellement l’emprise de la lecture seule, si j’aurais pu être autant prise aux tripes. J’ai été propulsée dans un univers très photographique et qui se prête excellemment bien au support télévisuel. L’histoire prenait vie sous mes yeux dans ma tête avec le visage des acteurs. Ces deux media se complètent : le point de vue interne exclusivement dans le livre devient un point de vue externe dans la série pour une question – je suppose – de richesse d’intrigue.

.

Il y a du temps à perdre. C’est l’une des choses auxquelles je n’étais pas préparée : la quantité de temps inoccupé, les longues parenthèses de rien. Le temps, un bruit blanc. Si seulement je pouvais broder. Tisser, tricoter, quelque chose à faire de mes mains. J’ai envie d’une cigarette. Je me souviens d’avoir déambulé dans des galeries d’art, parcourant le XIXe siècle : l’obsession des harems, qu’ils avaient alors. Des douzaines de tableaux de harems, femmes grasses paresseusement étendues sur des divans, coiffées de turbans ou de toques de velours, à se faire éventer avec des plumes de paon, un eunuque à l’arrière-plan montant la garde. Études de chair sédentaire, peintes par des hommes qui n’étaient jamais entrés dans ces lieux. Ces tableaux étaient censés être érotiques, et je les croyais tels, à l’époque ; mais je vois maintenant ce qu’ils représentaient réellement : c’était une peinture de l’animation suspendue, une peinture de l’attente, d’objets non utilisés. C’était une peinture qui parlait d l’ennui.
Mais peut-être l’ennui est-il érotique, pour les hommes, quand il est figuré par des femmes.

.

Fan art de la servante écarlate, roman d'Atwood Fan art du roman The Handmaid's tale de Margaret Atwood

Mise en scène du roman "La servante écarlate" de Margaret Atwood

.

————————————————————————~*

.

Logo défi Valériacr0

Logo challenge Halloween 2018Pour une sélection automnale, Valériane a choisi ce titre pour me mettre dans l’ambiance d’Halloween alors que l’automne pointait le bout de son nez chez elle.

Ce livre est terriblement parfait pour frissonner dans le cadre du challenge Halloween.

.

Les lectures de Bouch’, Yogo (Les lectures du Maki)Liza Helle (page 39), Lorhkan et les mauvaise genresNevertwhere ont aussi mis un pied en République de Gilead.

.

Crédits : #01 Marta Dec, #02 Rubén

SHUSTERMAN Neal – La Faucheuse ~ Thunderhead, tome 2

31/05/2018 8 commentaires

.

Couverture du livre "Thunderhead" de Neal Shusterman, il s'agit du tome 2 de la série La FaucheuseTitre : Thunderhead (La Faucheuse, tome 2)
Auteur : Neal Shusterman
Plaisir de lecture :  Livre fantas… tique
Tome 1
.

Dame Anastasia, fraîchement assermentée prend son travail de faucheuse à cœur, en y incluant une particularité de moisson. Prise d’amitié avec sa mentor, elles restent en bonnes relations, vivent et fauchent ensemble. Maître Lucifer est devenu une légende urbaine car il œuvre uniquement pour ses valeurs… qui vont à l’encontre de la communauté pétrifiée des Faucheurs. Le tout sous l’œil permanent et scrutateur du Thunderhead.

.
.

.

J’étais curieuse de découvrir « Thunderhead » car j’avais beaucoup aimé le premier tome « La Faucheuse ». J’étais déjà prête à ce que l’histoire retombe comme un soufflé, sensation déjà vécue avec quelques trilogies classées « jeune adulte » (YA). Je ne vous ferai vivre aucun suspense : j’ai aimé ma lecture !
.

Les points de vue des narrateurs sont récurrents ; Neal Shusterman introduit le personnage de Grayson. J’ai pris plaisir à retrouver Citra et Rowan, à travers qui nous découvrons leur vie et toujours davantage sur les règles qui régissent cette société.
.

Alors que nous avions des extraits du journal de bord des Faucheurs, dans ce deuxième tome, ce sont les « pensées » du Thunderhead qui sont insérées en début de chapitre. Il est truculent d’avoir accès aux observations de cette intelligence artificielle, comprendre comme il réfléchit sachant qu’il n’est ni omniscient, ni impotent. Il pourrait l’être, mais il souhaite s’occuper de tout sauf de la vie et de la mort des humains. Beaucoup d’interrogations géopolitiques et les dérives possibles de notre réalité sont soulevées.
.

Le roman s’inscrit dans une pluralité – pluralité des expériences, pluralité des points de vue, pluralité des questionnements et s’avère peu manichéen (d’un point de vue extérieur, si l’on n’a pas lu les livres, on peut s’en étonner alors qu’il est surtout question de Faucheurs !). J’ai été rassasiée concernant le rythme, les retournements de situation, les révélations et le niveau de manipulations ; à un rythme dont l’auteur avait donné la cadence dès le premier tome.
.

Ce que j’ai préféré, ce sont tous ces détails sur le fonctionnement de cette société, aussi originale que complexe. On entre dans la décadence de l’univers des Faucheurs où les « traditionnels » se confrontent au « nouvel ordre ». Nous est révélé le monde des malpropres, aspect sociétal que Neal Shusterman n’avait pas abordé jusque-là.
.

Le suspense est bon, bien que le livre se termine sur un énorme cliffhanger (et c’est un euphémisme). La vision de l’intelligence artificielle est déstabilisante. L’univers est pensé dans les moindres détails et avec perspicacité. C’est validé !

.

Fan art d'Anastasia de Peter's really pretty pour le livre Thunderhead de Neal Shusterman Fan art de Lucifer de Peter's really pretty pour le livre Thunderhead de Neal Shusterman

Dame Anastasia | Maître Lucifer
Par Peter’s really pretty

.

————————————————————————~*

.

Encres & Calames (Sia), Le Chat du Cheshire (Léa), Lectures trollesques (PtiteTrolle)Muti et ses livres (Mutinelle), Ptite-Boukinette (Azariel) se demandent si elles seraient des traditionnelles ou membre du Nouvel Ordre.

.

SINISALO Johanna – Le Reich de la Lune

25/05/2018 7 commentaires

.

Couverture du livre "Le reich dans la lune" de Johanna Sinisalo aux éditions Actes SudTitre : Le Reich de la Lune
Autrice : Johanna Sinisalo
Plaisir de lecture Livre avec regrets
Lire les premières pages

.

Après la défaite d’Hitler durant la seconde guerre mondiale, les nazis se sont réfugiés dans une base en Antarctique avant de rejoindre par fusée la Lune. Sur place, ils vivent dans un complexe souterrain et planifient leur reconquête du monde. En 2018, une fusée américaine alunit sur leurs sols et emmène avec elle, humains et avancées technologiques. Les nazis envoient une équipe d’espions sur Terre pour récupérer la nouvelle technologie qui permettra de finaliser leurs outils mais la mondialisation a totalement transformé la société.

.
.

Johanna Sinisalo a rédigé – à la demande de son agent et de son éditeur allemand – « Le Reich de la Lune » en s’appuyant sur différentes versions du scénario qu’elle avait écrit pour le film « Iron Sky ». Le livre est une sorte de writer’s cut.

Comme j’ai vu initialement le film en 2012, mon avis est empreint de mes souvenirs « visuels » du long-métrage.
.

2047, Renate revient sur ses impressions d’antan et parcourt son journal intime composé en 2017 et 2018 qu’elle a surnommé Kitty. Elle délivre ses souvenirs et en tire une analyse. C’est par ce biais que démarre l’uchronie dont le point de divergence se situe au suicide d’Hitler.
.

Les conditions de vie sur la Lune ne sont pas présentées ni même la possibilité de s’y établir durablement. Ne vous méprenez pas, l’objectif est tout autre : proposer une histoire dont l’aspect absurde est très appuyé. En empruntant l’axe de la révolution numérique, l’autrice reviendra superficiellement sur l’évolution de notre société et toutes les dérives et autres abus réalisés au détriment de la santé de notre planète (D’ailleurs, si les nazis sont surpris en découvrant le smartphone d’un des astronautes, ils ne sont guère perturbés par les évolutions technologiques découvertes sur Terre).
.

Je n’aurais pas qualifié le roman de « délicieusement barré, joyeusement rocambolesque et délibérément grinçant » comme l’indique le quatrième de couverture. Car je n’ai été ni surprise, ni pliée en deux de rire et que l’intrigue reste très prévisible. C’est divertissant tout au plus. En comparaison, le film est drôle mais pas tout le temps. Et quand il ne l’était pas, les images compensaient.

.

Venons au point qui m’a fortement chiffonnée : le roman est censé développer l’idée originelle du film – l’émigration des Nazis sur la Lune – et se terminer où le film commence. Mais que nenni, « Le Reich de la Lune » reprend l’histoire du film dans son intégralité sans apporter de nouveaux éléments (j’ai vérifié, j’ai revisionné le film après lecture).

.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :
¤ Jésus contre Hitler de Neil Jomunsi : le titre est parlant et vous croiserez d’autres personnalités, aspect absurde et humoristique important
¤ Max de Sarah Cohen-Scali : fiction percutante de la vie d’un enfant aryen, il en est le protagoniste dès sa position in utero
¤ Lebensborn, la fabrique des enfants parfaits de Boris Thiolay : livre documentaire sur les établissements pour créer des enfants répondant aux critères de la pureté raciale « aryenne » ; l’auteur revient avec beaucoup de tact et une écriture concise sur la vie de ces enfants français

.

Logo défi Valériacr0

Pour ce mois de mai, Valériane a jeté son dévolu sur un livre-tout-neuf-en-pile-à-lire qui lui fait de l’œil à elle aussi. Alors quoi de mieux que de me le faire lire pour avoir une première impression ?

 

.

Anudar (et sa grande bibliothèque) a davantage été séduit que moi par cette « satire mordante » ; il a aussi initialement visionné le film avant de lire le roman. Angua (Journal semi-littéraire) a trouvé sa lecture jouissive.

.

CONEY Michael – Le Chant de la Terre ~ Le roi de l’île au sceptre, tome 5

05/03/2018 6 commentaires

.

Couverture argentée du livre "Le roi de l'île au sceptre" de Michael ConeyTitre : Le roi de l’île au sceptre (Le Chant de la Terre, tome 5)
Auteur : Michael Coney
Plaisir de lecture Livre à découvrir
Tome 1, tome 2, tome 3, tome 4

.

Le Chant de la Terre est le chant épique qui raconte l’Histoire de l’Humanité. Comme il faudrait plus d’un siècle pour la chanter dans son entièreté, il existe cinq extraits pour mieux la saisir. « Le roi de l’île au sceptre » est le dernier fragment.
Deux aléapistes viennent de se télescoper, mettant l’univers sans dessus-dessous alors que Starquin le Cinq-en-Un s’avère toujours prisonnier.

.
.

.

Les aléapistes sont des bifurcations temporelles : des vies alternatives des personnages. Deux viennent de se cannibaliser. Le Gno-monde n’existe plus : quelques gnomes survivants sont passés sur l’aléapiste des humains. Complètement déphasés, ils ne savent plus qui ils sont et quels sont leurs buts. Les querelles naissent et le minuscule clan se divise en deux, certains partent survivre sur la plage.

.

Tristan est mort, laissant Yseult bien désœuvrée. Nynève rencontre alors Arthur, en chair et en os et apporte cet homme comme le héros et futur roi des terres brumeuses. Sauf que le peuple n’en attend qu’une chose : qu’il arrive à sortir Excalibur de son socle. Arrivera-t-il à s’épanouir dans l’ombre du parfait Tristan ? Nynève saura-t-elle tirer parti de cette histoire déjà écrite ?
.

Comme le presque dieu est prisonnier, il faut que l’histoire soit réécrite pour qu’il soit libéré et survive. C’est pourquoi il va s’appuyer sur les aléapistes, ces embranchements temporels. Cependant les décisions des êtres vivants altèrent le tout.
.

Ce récit tout aussi étrange qu’intrigant nous amène – par le biais de l’auteur – à nous demander si ce ne sont pas que des histoires créées par le cerveau ?

Ces univers parallèles s’établissent aussi sur une bonne dose d’humour. L’auteur y inclut les archétypes ; la pentalogie prend des allures de pastiche.

.

Le multivers permet une grande liberté : l’inventivité de Michael Coney n’est alors pas limitée. C’est un sentiment d’évasion qui envahit le lecteur. Si l’on peut dire que le récit mêle SF et fantasy, il serait plus juste de signaler qu’il est à cheval sur les deux genres. La SF à côté de la Fantasy et non entremêlées (du moins, pas officiellement) ; en attestent les structures narratives différentes (avec autant de différences qu’entre une romance et de la hard SF).
.

J’ai aimé découvrir cette pentalogie si atypique et mon conseil aux futurs lecteurs serait de se laisser porter (comme pour beaucoup d’autres œuvres). Ceci dit, je pense qu’elle est difficilement accessible aux néophytes non pas sur un plan intellectuel (quand même !) mais sur l’appréciation de l’offre de l’auteur qui n’est pas, à mon sens, l’envie d’initier aux deux genres mais de proposer un ouvrage singulier aux connaisseurs des littératures de l’imaginaire.

.
.

Couverture anglaise du livre "Le roi de l'île au sceptre" de Michael ConeyCouverture de Dutton Editions

.

————————————————————————~*

.

Logo du défi Fin de Série Livrement

.

Avec cette lecture, j’ai atteint l’un de mes objectifs pour la huitième année de mon défi Fin de Série : terminer la plus vieille série jamais commencée !

.

.