Archive

Archives pour la catégorie ‘DABOS Christelle’

DABOS Christelle – La mémoire de Babel, tome 3

27/07/2017 16 commentaires

.

Couverture de La mémoire de Babel écrit par Christelle Dabos, troisième tome de la passe miroir

.

Titre : La mémoire de Babel (La passe-miroir, tome 3)
Auteur : Christelle Dabos
Plaisir de lecture : coeur notation Livre avec entrée au Panthéon
Tome 1, tome 2
.

Depuis deux ans et demi, Ophélie est sous la férule des Doyennes. Depuis le départ de Thorn, elle erre comme une âme sans peine sur Anima, son arche originelle. Après les derniers événements, elle souhaite trouver d’autres indices à coupler avec les bribes d’informations déjà collectées. Sous une fausse identité, elle embarque sur l’arche de Babel.

.
.
.

La passe-miroir est un univers que je prends plaisir à retrouver. La découverte d’une troisième arche m’a mise en liesse. Cette dernière est plutôt moderne et on y retrouve quelques éléments steampunk : des automates, les tramoiseaux – tramway à plumes –, des escaliers mécaniques antigravitationnels. C’est aussi  une autre culture qui s’ouvre à nous, avec ses us et coutumes : les tenues portées selon les pouvoirs de chaque être humain, les mots interdits. Il y a aussi le Mémorial. Sous une apparence austère, le bâtiment renferme une immense bibliothèque, dédiée à la connaissance et à l’archivage des écrits actuels et ceux d’avant.
.

En entrée de livre, une ellipse de plus de deux ans et demi nous accueille. C’est une excursion en pleine terre inconnue, sans les personnages précédemment croisés.

Ophélie va sur les bancs de l’école avec les meilleurs étudiants de Babel. Elle va devenir leur souffre-douleur : bizutage, brimades, humiliations, punitions ; un douloureux parcours du combattant. Ophélie prend son envol en partant à la recherche d’informations. Mais ces péripéties vont la faire grandir d’un coup, en essuyant les échecs et en sortant de sa zone de confort aussi.
.

Ce tome prend des allures dystopiques au vu de l’ambiance qui s’en dégage, complétée par des éléments sociétaux. De prime abord, on pourrait se dire que l’action n’est pas au cœur de l’intrigue. Progressivement, en collectant de petits détails par les déplacements et les réflexions de la protagoniste, on découvre une intrigue qui s’enrichit à chaque page tournée.
.

Cette fois-ci, très peu de précisions sur l’origine des esprits de famille seront amenées. Ma lecture fut avide ; une attente sans espérance est ardue mais je restais ouverte à ce qu’allait me proposer Christelle Dabos. Je demeure entièrement satisfaite de ce troisième tome qui a su pleinement me sustenter.

.

————————————————————————~*

.

Alice Neverland, Encres & Calames (Sia), La bibliothèque de MaêlleLa couleur des mots (Olivia), La tête dans les livres, Le Brocoli de Merlin (ValentinePumpkins)Le Chat du Cheshire, Les escapades culturelles de FrankieLes Fantasy d’Amanda, NevertwhereSur mes brizées (Brize)The Notebook (Mallou14) se sont aussi investies dans les tâches qui leur ont été assignées au Mémorial.

.

DABOS Christelle – La passe-miroir ~ Les disparus du Clairdelune, tome 2

20/12/2015 20 commentaires

.

Les disparus du Clairdelune Christelle Dabos La passe-miroir tome 2Titre : Les disparus du Clairdelune (La passe-miroir, tome 2)
Auteur : Christelle Dabos
Plaisir de lecture : coeur notation Livre avec entrée au Panthéon
Tome 1, tome 3
.

Ophélie est toujours dans l’attente du mariage qui scellera définitivement son destin à celui de Thorn. Elle est tout fraichement promue vice-conteuse par Farouk, l’esprit de famille de l’arche du Pôle. Les intrigues à la Cour de la Citacielle s’intensifient : plusieurs brusques disparitions ont lieu.

.
.

Si la Citacielle donnait l’illusion de l’immobilité, telle une ruche architecturale suspendue au milieu des nuages, elle était en réalité en mouvement continuel. Moitié poussée par les vents, moitié propulsée par des milliers d’hélices, elle se déplaçait de façon le plus souvent aléatoire.

.

Les disparus du Clairdelune - Farouk par Kira Mizuno)°º•. Ophélie est une héroïne exaspérée par son futur mari. Elle est prise au piège à vouloir trop attirer l’attention, c’est le regard de Farouk lui-même qui se pose sur elle.

Selon les émotions transmises par cet esprit de famille, elle est tour à tour ridiculisée, adorée et détestée par la cour entière. Elle reçoit une missive menaçante, signalant que « Dieu ne veut pas d’elle ».
.

Les clans sont marqués par leur passé : dans un environnement complexe, nous visualisons les trajectoires individuelles des personnages. Ils montrent d’ailleurs une autre face du miroir.

L’auteur les rend crédibles, non figés et même vivants.
.

Christelle Dabos possède une réelle force à me projeter dans son univers : elle a une plume très imagée. Ma lecture prend des accents de « Le Voyage de Chihiro » par les Studios Ghibli : Hildegarde a pour moi, des allures de Yubaba ; Farouk a des similitudes physiques avec Halu sous sa forme de dragon. Les scènes qui s’imposent à moi, sous les paupières, c’est du grand art.

.
.

Farouk souleva la voilette de dentelle pour examiner son visage avec un parfait sans-gêne. Tandis qu’il la dévisageait longuement, attentivement, Ophélie lutta de toutes ses forces pour ne pas prendre ses jambes à son cou. La puissance mentale de Farouk lui brouillait la vue, lui déchirait la tête, la submergeait corps et âme.

.

)°º•. « Les Disparus du Clairedelune » se lit très vite, autant que le premier tome que j’ai découvert en fin d’année dernière. J’avais peur que ce second volume s’essouffle ; une de mes grands peurs – et réelles déceptions – sur les trilogies. Le tome 2 est une suite directe de « Les fiancés de l’Hiver » ; il serait même question d’une tétralogie (source).
.

L’univers est aussi riche que solidement construit : c’est un vrai plaisir de s’y balader. Tout semble avoir été pensé : ce récit aux nombreuses ramifications amène une intrigue captivante.
.

Même si j’ai trouvé qu’il y avait un enchainement très rapide au moment où Ophélie devient Grande Liseuse familiale – et que le chevalier doit venir lui prêter main forte – l’enquête redistribue les cartes. Christelle Dabos laisse certains mystères s’épaissir.
.

Les intrigues secondaires sont bien plus profondes que les racontars de la cour qu’on supposait superficiels dans le premier tome. Cette société est faite de complots, de trahisons et d’illusions. Vengeances et secrets cachent encore des objectifs que nous révèlera sans doute le troisième volet. Même si la fin semble un peu s’emballer, le suspense à chaque fin de chapitre donne irrémédiablement envie de se plonger dans le suivant.

.
.

« Les Disparus du Clairdelune » de Christelle Dabos est de la même force que le premier volet de La passe-miroir. Son écriture nous entraine dans un univers aussi imagé que somptueux. Vous serez servis si vous aimez les univers travaillés où l’intrigue principale semble avoir été tissée dans sa globalité et où les secondaires viennent y mêler leurs fils. Une saga de fantasy captivante !

.
.

extraits Les disparus du Clairdelune Christelle Dabos La passe-miroir tome 2

.

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : L’adjectif « épastrouillant »

.

La biblioblog de Maêlle, Book en stock (Dup), La tête dans les livres, Le brocoli de Merlin (Valentine Pumpkins), Le chat du Cheshire, Les lectures de Bouch’, Les petites madeleines (Faelys), Les singes de l’espace (Linetje)Sur mes brizées ont aussi réussi à mettre la main sur des sabliers.

.

Illustration : Farouk par Kira Mizuno.
.

 

DABOS Christelle – La passe-miroir ~ Les fiancés de l’hiver, tome 1

18/02/2015 42 commentaires

.

Les fiances de l hiver Christelle Dabos La passe miroir tome 1Titre : Les fiancés de l’hiver (La passe-miroir, tome 1)
Auteure : Christelle Dabos
Plaisir de lecturecoeur notation Livre avec entrée au Panthéon

.

Ophélie habite sur Anima. Jeune fille timide, elle s’occupe d’un musée privé. Elle devient un objet politique pour sceller une future alliance. Cett dernière passe par le mariage avec un homme d’une autre province. Sauf qu’elle n’est pas attendue – et donc ne sera pas aimée – dans sa nouvelle contrée, au Pôle. En plus des adieux expéditifs à son entourage et à sa vie actuelle, elle doit garder son anonymat, arrivée sur place.

.
.

)°º•. « Les fiancés de l’hiver » est la première partie d’une quadrilogie. Autant vous dire directement que j’ai été estomaquée, surprise et que la plume aérienne m’a enlevée. Mon intérêt a été capté par un vrai tissage de trame, ourdi de mystères et de rebondissements. Je l’ai tout simplement dévoré. Le récit est réussi aussi bien sur le fond que sur la forme.

.

Ophélie est une jeune fille peu sûre d’elle et pourtant une grande liseuse : elle connait l’histoire des objets lorsqu’elle les touche. Elle ne devient pas une super héroïne et ses petits travers formeront son charme à nos yeux de lecteurs.

Elle me fait penser à Luna Lovegood de J.K. Rowling : les longs cheveux, son écharpe vivante, et la poisse invétérée ; et un peu à Auri de Patrick Rothfuss du fait qu’elle soit très attachante et discrète (et encore pour la chevelure magnifique).

Mais entre toi et moi, j’imagine Ophélie blonde ! (d’où la référence précédente à ces deux personnages féminins).  Ophélie et Thorn – le futur époux – sont diamétralement opposés, néanmoins, les personnages demeurent tous nuancés ; il n’est pas question de manichéisme exagéré.

.
.

)°º•. Venons-en au point fondamental de cette histoire : l’imagination ! On voyage littéralement. Nous sommes propulsés dans un univers futur, un post apocalyptique de fantasy, légèrement steampunkée.

Il est inventé de toutes pièces et très très intrigant : géographie, mythologie et magie forment un tout cohérent et attirant. Le monde est un peu désuet mais aussi élégant, un peu comme la saga « Le protectorat de l’ombrelle » de Gail Carriger.

La terre a éclaté en morceaux, les humains vivent sur des Arches. Chaque communauté possède à sa tête, un esprit de famille. Les clans possèdent tous un pouvoir particulier, plus ou moins fort et/ou rare. Nous découvrons aussi les us et coutumes de la capitale, la Citacielle.

J’y ai vu une sorte d’île volante imaginaire, comme Laputa (que vous avez déjà pu découvrir dans Le Château ambulant de Miyazaki). Autant vous dire que les scènes sont très visuelles et l’évasion réussie !

.

.

« Les fiancés de l’hiver » de Christelle Dabos propose un univers imaginaire époustouflant où est ravis de s’y perdre (et de grappiller des informations) et des personnages terriblement attachants. L’histoire est dépaysante et piquante ; à satiété pour vous faire dévorer ce premier tome.

.
.

.

.

extraits Les fiances de l hiver Christelle Dabos La pase miroir.

.

————————————————————————~*

.
.

Souvenir de lecture : Ah, la Citacielle !

.

Oh ce livre entre dans plusieurs challenges : jeunesse – young adult, SFFF au féminin, steampunk et bien sûr, dans mon défi ‘Fin de série’.

.

Challenge jeunesse young adult 2014-2015 SFFF au feminin challenge steampunk automnal vapeur et feuilles de the logofindeserie

.

Encres & Calames (Sia), La biblioblog de MaêlleLa tête dans les livres, Les carnets de Radicale, Les histoires de Margaud, Les lectures de Bouch’, Les lectures de Folfaerie, Les singes de l’espace (LineTje)Nevertwhere, OmbreBones ont elles aussi rencontré Archibald..