Archive

Archives de l'auteur

Rond de Sorcière #106

16/05/2019 8 commentaires

.

Logo Rond de Sorcière du blog LivrementLe Rond de Sorcière me permet de vous faire découvrir tous les livres lus durant le mois ; notamment les petits trésors que je découvre sans avoir le temps de leur consacrer une chronique complète.
C’est une sorte de compromis entre ma bonne conscience livresque et moi. Je vous parlerai aussi de ce qui touche de près ou de loin le monde des livres ; comme une parenthèse plus personnelle.

.

À mois d’avril, joyeuses lectures !
… et beaucoup d’événements.
.

🎉 J’ai fêté le 1000e billet posté sur Livrement.com ! Et je suis aussi surprise que contente d’avoir atteint ce palier (ce n’était pas un objectif en réalité). Des copinautes m’ont posé quelques questions, je vous invite à en découvrir les réponses.
.

💀 Dans le cadre de notre super défi tueur de PAL (au moins… !), Valériane m’avait envoyée dans le froid en compagnie de Fitz avec « Le dragon des glaces » de Robin Hobb.

.
.

📑 Côté événements toulousains :

En rapport avec la littérature,

· Je suis allée jeter un œil –et le récupérer – à l’exposition de Benjamin Lacombe dans les locaux de Canopé. C’était plutôt chiche ; heureusement, il y avait quelques-unes de ses œuvres à observer dans les plus petits détails.

· J’ai aussi fait un saut à « 400 ans de livres d’enfance et de jeunesse » à la Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine : les vitrines étaient intéressantes avec l’exposition d’ouvrages et leur présentation sur des encarts (un billet à venir)

· Impossible de passer à côté d’Echos & Merveilles ! Le festival médiéval fantastique a grandi de manière exponentielle depuis l’édition 2018. Malgré la pluie, c’est le beau fixe du moral qui touche les festivaliers. Des artisans en pagaille, des animations partout et la naissance d’un grand salon du livre de l’imaginaire. Évidemment, le créneau 2020 a déjà été réservé sur l’agenda.
.

En rapport… non, sans rapport, c’était juste très bien :

· Je suis allée voir l’exposition « Electrosound » sous-titrée « Quand le son et la lumière font leur show » où l’on retrouvait de multiples informations autour de ces deux thématiques avec pour exemple une salle de concert, avec plein de petites expériences à mener (très ludique) (au Bazacle, terminée)

· On continue dans la lumière, en sautant à pieds joints dans l’exposition « Luminopolis » sous la forme d’escape game. En moins de 60 minutes, il fallait collecter plusieurs mots clés que l’on obtient en répondant à différentes questions. Il y a plein d’ateliers de manipulation pour comprendre les mécanismes de la lumière. L’aspect escape game est plutôt léger, aucune tension identique à une escape room si vous avez déjà testé ce concept. (au Quai des Savoirs, jusqu’au 1er septembre)
.

🎲 Jeux de société :

· Offert à et testé avec mon neveu, le jeu « Little action » de Djeco. Du matériel adapté aux petites mains – cartes cartonnées grandes et épaisses, sujets en plastique – et des règles de jeu destinées aux tout petits (à partir de 2 ans et demi). Et hop, une partie pour se mettre dans le bain et mon neveu de trois ans avait tout compris. Il pourra d’ailleurs jouer avec son cousin du même âge sans l’aide d’un adulte. Les jeux de cette marque sont réputés. Little action demeure mon préféré.

· J’ai joué pour la première fois à Kingdomino chez des copains, et si chaque joueur a maximisé un royaume en carré avec château au centre à la première partie (pour un max de points), c’est vite devenu n’importe quoi. Prise en main rapide pour une stratégie à développer selon les tuiles collectées. Et j’apprécie qu’on puisse l’associer à une boîte de Queendomino pour augmenter le fun et le nombre de joueurs (pas testé).
.

📺 Petits et grands écrans… c’est parti !

·  Commençons par la déception : la bande annonce « À genoux les gars » promettait de l’humour. Annoncée comme une « comédie de dialogues », j’ai surtout eu mal à ma condition féminine : je n’ai vu ni parité, ni émancipation des femmes ; mais clairement un portrait cru de ce que peuvent vivre certaines femmes dans quelque quartier très codifié. Autant dire qu’on est très loin de ce qu’on m’avait promis.

· Je voulais lire le premier tome de la trilogie du rempart sud de Jeff VanderMeer avant de voir son adaptation. J’ai craqué, j’ai échoué. J’ai donc vu « Annihilation » qui, au niveau des effets spéciaux est plutôt agréable à regarder mais qui me laisse une impression floue sur l’intrigue. Belle brochette au niveau du casting : Natalie Portman, Jennifer Jason Leigh, Gina Rodriguez, Tessa Thompson.

· « The dirt » est un film biographique sur le groupe de hard rock Mötley Crüe. J’ai trouvé le film plutôt bon dans son ensemble en illustrant parfaitement l’expression : drugs, sex & rock’n’roll.

· « The Highwaymen » : Deux flics en charge de traquer le célèbre couple criminel Bonnie & Clyde. Et quoi de plus magnifique que de découvrir en duo Kevin Costner et Woody Harrelson. Ils deviennent moteurs d’un road movie réussi qui termine sur une conclusion amère – et juste – d’une Amérique contaminée, dont les belles valeurs s’effondrent.

· J’ai terminé la deuxième saison de la série télévisée « Workin’moms ». Les quatre mamans continuent de jongler avec leur quotidien et de louvoyer entre les attentes de la société à leur égard (aussi bien professionnelles que personnelles). Des personnalités hautes en couleur et beaucoup d’humour.

.

Bon, vais-je enfin parler de littérature dans ce billet ?!

.

Une pile à lire qui profite bien du printemps pour pousser :
¤ BURNETT Frances H. : Le jardin secret
¤ CAUSSARIEU Morgane : Rouge Venom
¤ COSTE Nadia : Comment je suis devenue un robot
¤ DALCHER Christina : Vox
¤ DE PINS Arthur : Zombillénium – La fille de l’air, volume 4
¤ KAY Guy Gavriel : Le fleuve céleste
¤ MONGE Jean-Baptiste : Redingote & Baltimore
¤ THOMAS Angie : The hate U give

Un joli +8 qui s’explique par : 1 livre trouvé en boite à lire (Burnett), 3 livres d’occasion que je guettais depuis longtemps (De Pins, Kay, Monge), 2 SP que je désirais découvrir (Caussarieu et Coste), 1 nouveauté (Dalcher) et 1 livre audio (Thomas).

Résultats : + 8 entrées ; – 6 sorties

.

Livres acquis en avril 2019 par le blog Livrement

.
.

Livres SFFF

.

Couverture du roman "Vox" de Christina DalcherVox – Christina Dalcher
Plaisir de lecture Livre sympa
Les femmes possèdent un bracelet compteur de mots : c’est 100 mots par jour, pas un de plus. Cette dystopie intense rappelle La servante écarlate de Margaret Atwood. C’est le même procédé qui se déroule : on arrive dans la vie d’une femme à un instant T., on découvre la situation par les pensées de la protagoniste : la société dans laquelle elle vit, la vision de sa situation et le basculement de la société dont on reconstruit l’historique au fur et à mesure du récit. Le style est fluide, et interpelle sur les droits des femmes dans une société patriarcale poussée à son paroxysme. La fin m’est apparue trop facile : elle est fouillie et très rapide. L’histoire a le mérite de faire réfléchir quant au rigorisme généralisé, quant aux conditions des femmes. À l’époque du #metoo où la parole des femmes se libère, où se renforce le concept de sororité, la peur de « faire taire » existe toujours.

.
.

Couverture J'ai lu du roman "Le dragon des glaces" écrit par Robin Hobb. C'est le 11e tome de la série L'assassin royalLe dragon des glaces (L’assassin royal, tome 11) – Robin Hobb
Plaisir de lecture Livre avec entrée au Panthéon
Chronique complète
Tomes
Le prince Devoir et son clan d’art quittent Castelcerf pour l’île d’Aslevjal afin de rapporter la tête du dragon pris dans la glace. Ce que je peux dire, c’est que Robin Hobb sait nous faire vivre tous genres d’émotions ! Grâce à son talent, elle nous fait monter à bord du navire. Et autant vous dire que j’ai eu envie de passer les personnages par-dessus bord tant ils sont parfois insupportables (insupportables et malades). Autre que le voyage qui est long et se déroule lentement, on a le plaisir de découvrir la Narcheska dans sa ville. On se rend vite compte que la culture outrilienne va encore davantage corser les enjeux politiques qui se dessinaient avec le futur mariage.

.
.

Couverture de "La chasseuse de trolls" de Stefan Spjut, roman paru aux éditions Actes sudLa chasseuse de trolls – Stefan Spjut
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir
Chronique complète
Susso rêve d’apercevoir un troll. Une femme d’un patelin lointain signale une forme humaine qui ressemble à un stallo. Deux jours plus tard, son petit-fils disparait. Les trolls sont justement réputés pour être attirés par les enfants.
On suit cette cryptozoologue dans son quotidien ; l’on rentre au contact des habitants, l’on se rend compte des conditions difficiles en plein cœur de l’hiver. L’atmosphère est lourde et riche. On se retrouve à la croisée entre la modernité de la Suède et le folklore scandinave. Le récit part d’un enlèvement d’un enfant pour prendre un élan fantastique avec en ligne de mire le peuple des trolls. La tension est bien entretenue et l’alternance des deux points de vue narratifs permet de nourrir l’enquête que mène le lecteur ; entre policier et surnaturel.

.
.

Couverture de la BD "La fille de l'air" d'Arthur de Pins, tome 4 de ZombilléniumLa fille de l’air (Zombillénium, volume 4) – Arthur De Pins
Plaisir de lecture Livre avec entrée au Panthéon
Volume 1, volume 2, volume 3
Ah, j’ai su résister des mois ! Mais le quatrième tome est enfin entre mes mains. Comme cette série s’apprécie dans son ensemble, j’ai pris plaisir à relire les précédents volumes.
On en apprend davantage sur le fonctionnement du parc : Zombillénium passe de la gestion du bon père de famille aux forts desiderata des actionnaires. Tout va très vite : des rebondissements dans tous les sens et un fameux retournement de situation. Ces actions sont trempées dans l’humour tout du long – parfois bien corrosif – et bordées de clins d’œil. Un nouveau personnage fait irruption (et j’insiste sur le terme irruption) : c’est un nouveau cycle qui commence. Le point de suspens – expression préférée au terme anglais cliffhanger – confirme le tout. Ça dépote !

.
.

Autres livres

.

Couverture du roman "Comment je suis devenue un robot" de Nadia CosteComment je suis devenue un robot – Nadia Coste
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir
Par chapitres alternés, deux copines se partagent la partie narrative. Margot, a eu un grave accident et ne compte pas desserrer les dents sur la situation ; Ambre, ne veut pas déranger son amie mais utilisera l’humour comme moyen de la décapsuler. Pour la première, c’est la traversée d’une situation compliquée, entre handicap et adolescence. La seconde voudrait se confier et n’ose pas se plaindre et s’interroge pour garder intact leur amitié. Par les deux protagonistes, l’histoire s’avère riche et équilibrée. Comme pour ses précédents romans, Nadia Coste aime investir des thématiques importantes, ici la réflexion autour de l’acceptation de soi.

.
.

Couverture du livre The Hate U give d'Angie ThomasThe hate U give – Angie Thomas
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir
Starr est témouine du meurtre de son ami d’enfance par un policier blanc. Elle souhaitait rester anonyme, faire profil bas. Mais alors que les autorités et les gangs de sa cité veulent la faire taire, elle décide de devenir actrice pour la suite judiciaire de cet acte.
Le racisme ordinaire est au cœur de l’histoire ; il est aussi question de manipulation, de préjugés, d’amour et d’espoir. Le récit dépeint une triste réalité tout en justesse. Les émotions brutes que transmet l’autrice sont percutantes et nourrissent un texte engagé. Starr est une protagoniste aussi touchante qu’attachante. L’histoire se dévore. Le langage familier adopté en style d’écriture passe très bien à l’écoute (livre audio).

.

.

Lectures d'avril 2019 du blog Livrement

.

.

Partir dans les Pyrénées ariégeoises | Confectionner un délicieux cheesecake aux deux chocolats | Aller admirer des peintures datant de 14 000 ans avant maintenant (datation au carbone 14) | Et fêter l’anniversaire d’un copain | Préparer des cadeaux : un sac d’activités pour la miss, un album en tissu pour le Filleul et des chocolats maison pour leurs parents | Profiter de doux et intenses moments ensemble | Se balader, beaucoup de culture et un tour de manège pour décompresser | Participer à un atelier de couture | Et tester un nouveau salon de thé & café avec les copines, qui fait maintenant partie de mes adresses favorites | Se rendre à l’exposition de Benjamin Lacombe | Scraper des cartes thématiques | Recevoir Mutinelle avec des crêpes au beurre et de la cassonade Graeffe | Cuisiner des gnocchi | Enfin offrir les cadeaux d’anniversaire au Neveu-presque-tout-neuf : plein de livres géniaux et le jeu de société Little Action | Puis partir à la chasse aux œufs au fin fond du Lot et découvrir la nature au printemps | Recevoir un Joyeux Courrier de la part de Delphine | Prendre le goûter | Visiter par hasard l’exposition 400 ans de « 400 ans de livres d’enfance et de jeunesse » à la Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine | Trouver « Le jardin secret » dans une boîte à lire, dans la même édition de l’exemplaire que j’avais lu enfant | Une vraie madeleine de Proust | Exposition Electrosound un jour | Exposition Luminopolis le lendemain | Le tout en bonne compagnie | Puis, enfin venu le temps d’Echos & Merveilles.

.

Mise en scène des livres d'Estelle Valls de Gomis Mise en scène du livre "La chanson d'Arbonne" de Guy Gavriel Kay

Cheesecake aux deux chocolats Lampe pour visiter les grotte de Niaux

Couture : album photo en tissu Tablette de chocolats maison

Venue du filleul Détails des peintures du manège aux chevaux de bois à Jeanne d'Arc à Toulouse

Atelier de couture avec Dodynette à Toulouse Gâteau "velvet" dans un salon de thé

Exposition de Benjamin Lacombe à Canopé de Toulouse : détails d'une de ses oeuvres Exposition de Benjamin Lacombe à Canopé Toulouse : afffiche, rideau rouge et veste

Crêpe à la cassonade Graeffe Gnocchi faits maison

Scrap : carte pour pâques avec œufs en bois Scrap carte de pâques dans les tons pastel

Livre sur les engins existants Figurines en plastique du jeu Little Action de Djeco

Chasse aux œufs en 2019 Glycine sur un mur

Enveloppe "Happy mail" bleue et rose Café dans une tasse au camaieu de bleu

Bécassine pour l'exposition 400 ans de livres d'enfance et de jeunesse à Toulouse Livre "Le jardin secret" de France H. Burnett trouvé dans une boite à lire

Exposition Electrosound au Bazacle Exposition Luminopolis au Quai des Savoirs à Toulouse

 Echos et merveilles 2019 : maison sous petite cloche Echos et merveilles 2019 : livre pop up

.

SPJUT Stefan – La chasseuse de trolls

14/05/2019 6 commentaires

.

Couverture de "La chasseuse de trolls" de Stefan Spjut, roman paru aux éditions Actes sudTitre : La chasseuse de trolls (Susso, tome 1)
Auteur : Stefan Spjut
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir
Lire les premières pages

.

Susso est cryptozoologue et rêve de voir un troll. Alors quand une grand-mère aperçoit un étrange être à travers les carreaux de la fenêtre, Susso fonce jusqu’à ce patelin pour installer un appareil photo à déclencheur par mouvement pour espérer capturer un cliché. Peu de temps après sa visite, le petit-fils venu faire un tour chez sa mamie disparait. Il est connu que les trolls sont particulièrement attirés par les enfants. D’ailleurs, le triste événement rappelle la disparition locale de Magnus voilà vingt-cinq ans.

.
.

La cryptozoologie est l’étude des animaux dont l’existence ne peut pas être prouvée de manière irréfutable. Ce sont les trolls qui passionnent Susso. D’ailleurs, elle leur consacre un site web et rêve d’en voir un de ses propres yeux.
.

Dans ce récit, Stefan Spjut nous emmène au contact des habitants. Il prend son temps pour nous lier aux personnages et cela fonctionne. Au fur et à mesure de la lecture, on apprend à connaître les brisures personnelles des personnages.

.
.

On plonge aussi bien dans une partie du folklore scandinave que dans les profondeurs de la forêt. L’ambiance froide est bien retranscrite tout comme la puissance de la nature. Le point central est le peuple des stallos, mieux connus sous le nom de trolls. Ces créatures sont accusées de quelques maux, notamment le kidnapping.
.

Les trolls ne sont pas en dehors de la civilisation, comme un lointain mirage mais évoluent au sein de la société : dans le garage des voisins, dans la parcelle forestière d’à côté. Ce qui fait naître un intérêt croissant pour que nous espérions nous aussi, en tant que lecteurs, croiser un troll par les yeux de la protagoniste.

.
.

« La chasseuse de trolls » est le premier tome d’une trilogie nommée « Susso ». Je pensais qu’il s’agissait d’un one-shot. La fin est ouverte et m’a paru un peu étrange mais pas assez pour me convaincre d’une suite ; surtout que je ne connais pas les codes de la littérature suédoise et me suis dit que c’était peut-être une clôture habituelle. À vrai dire, j’aurais aimé savoir qu’il s’agissait d’une trilogie avant de commencer le livre.
.

L’atmosphère est marquante car lourde et tout aussi riche. Elle peut s’avérer oppressante à certains moments mais absolument rien d’insupportable, j’estime qu’on est loin du sentiment de malaise permanent.

.
.

Le roman est singulier : ce polar prend une direction fantastique.

La base est policière avec l’enlèvement d’un enfant et l’impact du fantastique nous amène à toujours douter de la réalité. On remet en cause les éléments donnés car ce sont les personnages qui les rapportent : a-t-il vraiment vu ça ? N’exagère-t-il pas la situation ?
.

J’ai aimé l’alliance de la modernité de la Suède et de la mythologie scandinave. Ma plongée a été immédiate grâce au réalisme, celui du quotidien : le kilométrage à effectuer et cette fatigue cumulée : sur la route, la neige à gérer, les personne à contacter avant d’arriver chez eux (logique), son entourage à prévenir.
.

L’alternance entre deux points de vue permet de garder un certain équilibre. Une partie du jeu consiste à replacer les éléments dans la chronologie, ce qui permet de comprendre ce qui est arrivé. J’ai aimé les indices distillés, la rupture de rythme choisi par l’auteur. Plusieurs récits s’entrecroisent : on ne se trouve pas sur une balade bien balisée. Il faut chercher, s’interroger et se demander avec quelle intensité intervient le surnaturel.

.

Couverture du livre La chasseuse de trolls aux éditions Libri Kiadó Couverture du roman La chasseuse de trolls de Spjut aux édiitons forlaget oktober

Mise en scène du livre "La chasseuse de trolls" de Stefan Spjut : plaid pour la neige, une cage pour la chasse et un ruban rouge pour la recherche et le sang

.

————————————————————————~*

.

Cunéipage (Sylvie Sagnes) s’interroge elle aussi sur les dimensions des stallos.

.

Illustrations : #01 Couverture des éditions Libri Kiadó ; #02 Couverture des éditions Forlaget Oktober.

Défi Valériacr0 – mai 2019

12/05/2019 6 commentaires

.

Défi Valériacr0 écrit en lettres retro à ampoules

Le défi Valériacr0, c’est le combo de choc (et un poil drogué) que je forme avec ma copine Valériane. Peu de lectures en commun mais la bêtise et l’amour du blablatage futile, si. Et un objectif très sérieux de descente de PAL avec choix imposé chaque mois. Rien que cela !

Pour tout savoir, rendez-vous sur la page.

.

.

Impressions pour le mois d’avril :

.
Toute occasion est bonne à prendre : à défaut d’offrir des kilogrammes de chocolats à Valériane dans le cadre de Pâques, j’ai pris un livre dans la thématique : avec du lapinou dans le dedans 🐰 . Elle a donc lu « Watership Down » de Richard Adams et elle a a-do-ré sa lecture : l’histoire, le rythme, l’immersion.

.

En avril, comme il caille encore pas mal chez Valériane, elle n’avait pas l’intention de m’envoyer dans les fleurs (!) mais de m’offrir une lecture à accompagner d’un plaid. J’ai été ravie de continuer mon épopée aux côtés de Robin Hobb et de Fitz avec « Le dragon des glaces ». On part enfin de Castelcerf pour rejoindre Aslevjal et le voyage en bateau est bien malheureux. L’intérêt est piqué en arrivant à Outremer et la culture outrilienne nous révèle certains éléments.

.

Sa chronique « Watership Down » de Richard Adams
Ma chronique « Le dragon des glaces » de Robin Hobb (L’assassin royal tome 11)

.

Mise en scène du livre "Le dragon des glaces" de Robin Hobb : livre mis dans un contenant en verre, avec des perles transparentes, avec un tissu bleu

.

.

Sélection pour le mois de mai :.

.

Puzzle par Franck Tilliez

.

Couverture du roman Puzzle de Franck Tilliez aux éditions Pocket

Chère Valériane,

Nous voilà parvenues au mois de mai… Le soleil qui filtre enfin les nuages – ou qui profite carrément de belles percées – et quelques jours fériés qui grignotent le mois (bien qu’il y en ait un de moins qu’en France). Un mois idéal pour la lecture (vrai ?) avec un titre qui m’a justement fait penser à Mai : « Puzzle » par Franck Tilliez.

Alors, contente ?

.

Sa réaction :

Héhé ! Oui !
Longtemps que je n’avais pas remis le nez dans un Thilliez…. et je l’avais pris parce qu’il me tentait bien.
Par contre, je ne sais plus de quoi il retourne depuis le temps AHAH.

.

Faute à une chronique publiée hors délai, Valériane a eu l’immense bonheur de se voir attribuée un gage : dans notre superbe liste, je lui ai choisi « Ne plus acquérir de livre jusqu’à ce que la PAL atteigne un chiffre rond (c’est à dire 0 ou 5) » Techniquement, elle doit donc descendre sa PAL à 340 avant de pouvoir acquérir un nouveau livre. Elle est évidemment ravie, notez son expression 😅 : « ARGH!!!!!! mais c’est horrible!!!!! »

.

→ Il parait que « en mai fais ce qu’il te plaît »… mais Valériane fait ce qu’il LUI plaît pour ma sélection.

.

Categories: Challenges & Défis Tags:

Echos & Merveilles 2019

07/05/2019 14 commentaires

.

Bannière issue de l'affiche d'Echos & Merveilles 2019

.

26, 27 et 28 avril 2019. Quatrième édition du festival Echos & Merveilles.
Autant vous spoiler directement : j’en ai pris plein les mirettes et les esgourdes.
.

Les deux premières années, la version du festival se concentrait sur la musique en proposant trois soirées réunissant plusieurs groupes sur le site du Bascala à Bruguières (près de Toulouse).

2018 marquait l’ouverture d’un village des légendes où l’on retrouvait des artisans et des animations diverses et variées. La nouveauté, cette année, est la création d’un salon du livre de l’imaginaire.
.

Sous-titré « Le festival des Cultures de l’Imaginaire », l’événement grandit vite et fort… pour mon plus grand plaisir ! Comme celui d’environ 25 000 autres festivaliers (là aussi, le festival gagne en puissance, 7000 curieux étaient venus en 2018).
.

Rajoutons 10 restaurateurs, 140 artisans, 21 groupes de musique et 170 bénévoles pour l’édition 2019. On peut dire que c’est une bien belle équipe qui porte haut cet événement.
.

Le festival offre un grand mélange de ‘Médiéval + Fantastique’, toutes disciplines confondues et sans sectarisme. Aucun doute, c’est là que l’on trouve l’ADN de cette organisation.

.

Echos et merveilles 2019 : bottes de pluie violettes Echos et merveilles 2019 : ouette d'égypte

.
.

Dès mon arrivée sur les lieux, je note les efforts des équipes pour le réalisme avec la mise en place de boue médiévale. Aucun doute, le temps pluvieux est bon signe : c’est pour mieux arroser le festival afin qu’il grandisse encore 😉
.

En attendant, je me suis sentie très inspirée d’avoir chaussé mes bottes de pluie et j’ai été plusieurs fois saluée pour cette initiative.
.

Avec mes coéquipiers, nous nous sommes rendus sur le festival la journée du samedi. Forts des conseils distillés par l’association, nous sommes arrivés sur les lieux en fin de matinée. Autant vous dire qu’on visait avant tout le déjeuner (on doit posséder un brin génétique de hobbit).
.

Nous avons choisi l’originalité avec les pains à garnir soi-même (Bröds). Sous les conseils saliveux de Jean-Claude Dunyach, nous avons pris des mochis en dessert (Okami No Enkai) (si, ça rentre dans le thème : c’est de la nourriture médiévale japonisante). Au sein de la place de restauration, trônait le drakbar, haut lieu de festoyade et d’animations au sommet.
.

La baguenaude est d’autant plus agréable que beaucoup de personnes sont déguisées.

.

Echos et merveilles 2019 : drakbar Echos et merveilles 2019 : joueur de cornemuse

Echos et merveilles 2019 : pain à garnir Echos et merveilles 2019 : biscuits

Echos et merveilles 2019 : personnes déguisées Echos et merveilles 2019 : faune danseuse

Echos et merveilles 2019 : danseuse Echos et merveilles 2019 : danseur au baton

Echos et merveilles 2019 : rencontre de bardes Echos et merveilles 2019 : Faune guerrière

.
.

Place aux réjouissances : quoi de mieux que de sauter dans la boue se balader au gré des envies, en papillonnant de chapiteau en chapiteau ? C’est ainsi que j’ai pérégriné dans le village des artisans.
.

Du côté des animations, j’ai pu encourager l’équipe des « Ouais » au trollball, comprendre les règles et être témouine de l’investissement gadouesque des joueurs.
.

J’ai été totalement emballée par la démonstration de foire commerciale du radiateur, excellente invention pour envoyer des radis (donner des nouvelles à son acolyte sans laisser de preuve) ; performance assurée par la Breizh Steampunk Society.
.

Enfin, je me suis glissée sous un chapiteau bleu et rouge pour assister à un théâtre steampunk de marionnettes et je salue la prestation des personnes qui se sont adaptées à de nouvelles conditions.
.

J’ai eu la chance de pouvoir assister au concert improvisé par le Neko Light Orchestra, avec pour thématique « Westeros », fortement applaudi – complètement adulé, oui ! –par le public. En concerts extérieurs gratuits dans l’amphithéâtre, j’ai ouvert grand mes oreilles pour Nataverne et les Tanneurs de Drac.

.

Echos et merveilles 2019 : bric à brac d'un stand Echos et merveilles 2019 : sirops en bouteille

Echos et merveilles 2019 : maisons de lutins suspendues Echos et merveilles 2019 : maison sous petite cloche

Echos et merveilles 2019 : colliers à potion Echos et merveilles 2019 : colliers

Echos et merveilles 2019 : marque-pages en cuir Echos et merveilles 2019 : accroche-thé en pâte polymère

Echos et merveilles 2019 : marques en cuir corbeau Echos et merveilles 2019 : Maîtresse et corbeaux en peluche

Echos et merveilles 2019 : bijou d'épaule en écaille de dragon Echos et merveilles 2019 : arbitre du troll ball

Echos et merveilles 2019 : téléphone trans-ethérique Echos et merveilles 2019 : démonstrateur steampunk

Echos et merveilles 2019 : théâtre steampunk Echos et merveilles 2019 : faiseur de bulles

Echos et merveilles 2019 : concert improvisé du Neko Light Orchestra Echos et merveilles 2019 : Tanneurs de Drac

.
.

Enfin et non des moindres (!) j’ai longuement squatté le salon du livre de l’imaginaire. J’ai aimé papoter avec des auteurs et des illustrateurs. Cette année, j’ai pu spécifiquement discuter avec Mélanie Fazi, Aurore Folny, Ixel et bien évidemment, fait la bise à Jean-Claude Dunyach.

.

Echos et merveilles 2019 : salon du livre de l'imaginaire Echos et merveilles 2019 : parapluie protégeant les livres

Echos et merveilles 2019 : Jean-Claude Dunyach Echos et merveilles 2019 : portrait d'Ixel, illustrateur

Echos et merveilles 2019 : dessins d'Aurore Folny Echos et merveilles 2019 : livre pop up

.

Et bien sûr, un événement est encore plus joyeux quand on peut partager le festival avec des gens : en plus de mon amoureux, mon petit frère et un couple de copains sont venus des Terres du Milieu (Auvergne) pour découvrir l’événement ; ma libraire préférée et les copains des Dimanches de l’Imaginaire.

.

À vos agendas, si vous êtes curieux ou déjà convaincus : l’édition 2020 sera celle des 5 ans et courra du jeudi 9 avril (avec la soirée d’ouverture) jusqu’au lundi 13 avril (jour férié). Pour rappel, le festival se compose de soirées musicales payantes et l’ensemble du village des légendes, du salon du livre de l’imaginaire et toutes les animations est gratuit.
.

Alors, il ne reste plus qu’à scander l’expression de l’association Echos & Légendes pour clôturer ce billet :

.

KING IN THE NORTH ! (Of Toulouse)
LE ROI MUNDIS VAINCRA !

.

HOBB Robin – L’assassin royal ~ Le dragon des glaces, tome 11

05/05/2019 13 commentaires

.

Couverture J'ai lu du roman "Le dragon des glaces" écrit par Robin Hobb. C'est le 11e tome de la série L'assassin royalTitre : le dragon des glaces (L’assassin royal, tome 11)
Autrice : Robin Hobb
Plaisir de lecture Livre avec entrée au Panthéon
Tomes 12345, 6, 7, 8, 9, 10

.

Afin que Devoir puisse épouser la Narcheska Elliana, il doit ramener la tête du dragon Glasfeu pris dans la glace. Le clan d’artiseurs du prince se joint à l’expédition pour le soutenir. Mais entre mal de mer et confrontation à de nouvelles coutumes, le voyage se révèle houleux.

.
.

Avec « Le dragon des glaces », on est clairement dans un tome de transition, celui du voyage séparant Castelcerf de l’île d’Aslevjal. Avec ces péripéties, on sort non seulement du château mais aussi des Six Duchés pour amarrer aux îles d’Outremer.

.

Nous éprouvons parfois un sentiment d’injustice quand des évènements anciens resurgissent pour planter leurs griffes dans notre flanc et dévoyer la suite de notre existence. Pourtant, il faut peut-être y voir au contraire une suprême justice : nous sommes la résultante de tous nos actes ajoutés à ceux dont nous avons été victimes ou bénéficiaires. Nul ne peut y échapper.
C’est ainsi que tout ce que le fou m’avait dit et tout ce qu’il avait tu s’additionna, et le total fut que je le trahis.

.

L’ambiance ennuyeuse sur le bateau est bien accentuée par le comportement de Lourd qui se lamente d’être si malade (qu’il a peur d’en mourir). Il estime que c’est de la faute de Fitz s’il se retrouve coincé avec ce tangage et devient violent envers ce dernier. On vit le voyage comme les personnages… lentement et mollement. Aucun doute, Robin Hobb a su nous faire grimper à bord du navire.
.

En plus de Lourd en mode pleurnicheur, on a envie de passer Umbre par-dessus bord tant il est insupportable. Contrepoids satisfaisant, on assiste au jeu entre Fitz et le Fou mais il manquera vite aux lecteurs dans ce tome puisqu’il n’a pas embarqué.
.

En sa qualité de conteur, Trame le vifier m’intrigue. Je n’arrive pas à décider s’il est fondamentalement bon ou s’il peut se révéler vicieux (je le garde à l’œil). J’ai apprécié la présence plus grande d’Ortie.

.
.

C’est par les échanges entre Ortie et Fitz que l’autrice nous montre davantage sa personnalité. Pouvoirs d’Ortie, puissance de Lourd et clan mal ficelé, l’Art est plutôt présent dans ce deuxième cycle alors que la magie du vif est davantage évoquée par touches (pour l’instant ?).
.

Enfin et non des moindres : on entre à la Cour de la Narcheska. Qui dit nouvelle société dit nouvelles coutumes. Et c’est avec plaisir qu’on se rend compte qu’Elliana apporte du piment. Les éléments récoltés sur cette femme semblent plus authentiques que les informations apprises quand elle était venue à Castelcerf.
.

La culture outrilienne sous-tend des enjeux politiques coriaces. Après avoir assisté à d’étranges fiançailles qui n’en portent que le nom, on mesure davantage le poids que vient de prendre la quête de Devoir déjà complexe.

.

Mieux valait regretter de n’avoir pas prononcé certaines paroles que pleurer sur celles qu’on n’avait pas su retenir.

.
.

« Le dragon des glaces » est le premier tiers du roman originel « Fool’s fate » selon le découpage français.

Des vérités cachées voient le jour : certains vieux secrets s’effritent alors que de nouveaux apparaissent. Fitz adopte un regard nouveau sur ses actions passées et notamment le choix de sortir de la vie de personnes qu’il avait côtoyées auparavant.
.

L’action m’a semblé beaucoup trop lente sur ce seul tome mais la série s’apprécie dans son ensemble et je ne doute pas que Robin Hobb me réserve toujours une épopée certaine avec la suite.
.

Avec évidence, chaque personnage joue un rôle, parfois bien malgré lui. Et il faut dire que le point en suspens (expression préférée au terme anglais cliffhanger) de ce tome donne déjà matière à la suite !

.

Je ne pus m’empêcher de sourire tant cette anecdote était typique de Patience : une épée de roi égarée dans son « bric-à-brac » !

.

Fan art de Fitz Chevalerie dans le deuxième cycle de l'assassin royal Fan art de Fitz Chevalerie "Le loup qui est en moi"

Mise en scène du livre "Le dragon des glaces" de Robin Hobb : livre mis dans un contenant en verre, avec des perles transparentes, avec un tissu bleu

.

————————————————————————~*

.

Défi Valériacr0 écrit en lettres retro à ampoulesTout comme la lecture du tome précédent, c’est grâce à Valériane que j’ai lu ce onizième tome… dans le cadre de notre défi Valériacr0.

.

Lectures trollesques (PtiteTrolle) et Les escapades culturelles de Frankie ont bien pris soin de se faire toutes petites quand une voix tonitruante s’est faite entendre dans les rêves d’Ortie.

.

Illustrations : #01 Say that again ? par FionaCreates ; #02 The Wolf inside me par Stretch1.

.

Rond de Sorcière #105

30/04/2019 9 commentaires

.

Logo Rond de Sorcière du blog LivrementLe Rond de Sorcière me permet de vous faire découvrir tous les livres lus durant le mois ; notamment les petits trésors que je découvre sans avoir le temps de leur consacrer une chronique complète.
C’est une sorte de compromis entre ma bonne conscience livresque et moi. Je vous parlerai aussi de ce qui touche de près ou de loin le monde des livres ; comme une parenthèse plus personnelle.

.

Et voilà le mois de mars 2019 archivé. Et il fut bien rempli !
.

🎉 Les six ans de défi Valériacr0 ont été fêtés : nous atteignons les 144 livres lus à deux. Pour retrouver les 24 de cette dernière année, c’est par ici.
.

🎀 Même si je ne me suis pas rendue au dimanche de l’imaginaire de mars, le rendez-vous mensuel toulousain a soufflé sa première bougie (c’est sur le groupe FB que l’on donne toutes les informations)
.

🛒📚 Je propose quelques livres à l’achat ; vous pouvez retrouver toutes les informations par ici et les voir en photo par là ; vous pouvez aussi consulter mon compte Instagram dédié (j’ai baissé tous les prix).

.

🎲 Du côté des activités, nous avons organisé trois séances en bar à jeux avec les copains pour avancer dans T.I.M.E. stories et nous avons encore été bluffés par les scénarios.
.

🛏 Je suis allée voir l’exposition « Va dans ta chambre ! » qui avait pris ses quartiers à la Fondation espace écureuil. Dix commissaires étaient invités à présenter une chambre d’adolescent.e : rêvée ou réelle. C’était intéressant de se balader dans ces scènes, à travers des objets personnels et les idées exposées. J’ai posté quelques photos par ici ; et quelques gros plans sur les livres qu’on trouvait dans les chambres, par là !
.

📽 Le cinéma Gaumont de l’hyper-centre de Toulouse fêtait son centenaire. J’ai pu assister à quelques scénettes pour montrer le déroulement d’un tournage d’un film (grâce à une école d’audiovisuel locale) et j’ai rencontré Dominique Auzel 🎞, passionnant conservateur de la cinémathèque de Toulouse.
.

↓ Comme je suis particulièrement bavarde pour cette édition, je vous parle de mes visionnages sur petit et grand écrans après les livres.

.

Arrivées en pile à lire :
¤ FAYE Estelle : Les nuages de Magellan
¤ KAY Guy Gavriel : La chanson d’Arbonne
¤ SPJUT Stefan : La chasseuse de trolls

La pile à lire suit un rythme standard tout comme celui des lectures ; un rythme plutôt lent – mais satisfaisant – depuis le début de l’année.

Résultats : +3 entrées ; – 4 sorties

.

Lectures de mars 2019 du blog Livrement

.
.

Couverture du roman "La forêt des araignées tristes" de Colin Heine publié aux éditions ActuSFLa Forêt des araignées tristes – Colin Heine
Plaisir de lecture Livre sympa
Chronique complète
L’histoire prend pied dans un univers steampunk, à la Belle Époque. L’immersion est réussie de par l’atmosphère et les quelques éléments inventés. Cependant, j’ai trouvé que les personnages manquaient un peu de saveur bien que j’apprécie leur côté « standards » sans capacité spéciale ou grand pouvoir. J’ai eu l’impression qu’il y avait deux histoires en une, rendant l’enquête facile à percer. Le récit était prometteur mais les deux arcs narratifs n’ont pas été assez exploités.

.
.

Couverture du roman "Les Gentlemen de l'Étrange" d'Estelle Valls de Gomis publié aux Black Book EditionsCouverture du roman "Imago" d'Estelle Valls de Gomis, le tome 2 des Gentlemen de l'étrange publié aux éditions Sombres RetsLes Gentlemen de l’Étrange (tome 1 et tome 2) – Estelle Valls de Gomis
Plaisir de lecturenote : 4 Livres à découvrir
Chronique complète
Londres, XIXe siècle : on rencontre deux dandys, Manfred et Wolfgang qui seront vite rejoints par d’autres acolytes, formant ainsi « la petite équipe de Belgravia ». Les enquêtes les amènent à voyager et à rencontrer différentes créatures. Plongé en pleine époque victorienne, le premier tome se compose de dix nouvelles. Chacune est riche en rebondissements mais s’est révélée trop courte à mes yeux. Le second tome s’épanche davantage sur le ressenti de Wolfgang et c’est un plaisir de mieux connaître ce personnage. Dans l’ensemble, je ressors avec une frustration et un goût de « trop peu » même si j’apprécie la plume de l’autrice.

.
.

Couverture de l'essai "Sorcières, la puissance invaincue des femmes" de Mona CholletSorcières, la puissance invaincue des femmes – Mona Chollet
Plaisir de lecture : note : 4 Livre à découvrir
Chronique complète
Mona Chollet propose un essai accessible à tous grâce à la vulgarisation des informations. Documenté et riche, cet essai est aussi nécessaire. L’écriture est fluide, parsemée d’anecdotes personnelles et d’une bibliographie intéressante. Le livre s’articule en trois parties, autour des trois archétypes : la femme indépendante, la femme qui ne désire pas d’enfant et la femme âgée. Même si je lui ai préféré « Ainsi soit-elle » de Benoite Groult, « Sorcières » est un bon point de départ et j’ai été interpellée par différents éléments.

.
.

Couverture La Forêt des araignées tristes de Colin Heine Couverture de Sorcières de Mona Chollet

.

————————————————————————~*

.

Revenons à l’aspect visionnage :

J’ai découvert la première saison « Workin’moms » et j’ai apprécié cette série pour son mordant et le regard plus honnête sur la maternité. J’ai terminé aussi la première saison de « Sex education » que j’ai trouvé plutôt fun et les personnages sont tous attachants. J’ai visionné et été convaincue (par) la mini-série « After life » où Tony fait uniquement ce qu’il lui plait depuis le décès de sa femme. Le protagoniste est cynique à souhait et à l’humour aussi noir que corrosif (ces séries sont disponibles sur Netflix).
.

Côté films, dans « Isn’t romantic », Rebel Wilson incarne la protagoniste d’une romance hollywoodienne, alors qu’elle déteste ce genre. Elle a toujours surfé sur l’autodérision, et utile quand il s’agit d’intégrer les clichés à l’eau de rose. J’approuve cette stratégie même si la romance finit par gagner par K.O.

Écrit et joué par Jackie van Beek et Madeleine Sami, j’ai bien accroché à « The breaker Upperers » (Ruptures et Compagnie) surtout pour l’humour et le duo qui fonctionne bien (plutôt que pour l’histoire un peu tirée par les cheveux).
.

Profitant du printemps du cinéma, je suis allée voir « Dragons 3 » qui clôture cette belle aventure et « Captain Marvel » où j’ai eu la joie de retrouver Brie Larson (que j’avais découverte dans le rôle de Kate pour la série « United States of Tara ») ; j’étais donc déjà conquise.
.

J’ai eu le plaisir de voir le dernier spectacle de Blanche Gardin intitulé « Bonne nuit Blanche ». J’avais réussi à décrocher des places en septembre (petite salle de 2200 places, la Halle aux grains) et nous étions bien placés. Humour caustique et délicieux au programme.

.

Affiche de la série Workin' moms Affiche de la série Sex education Affiche de la série After life Affiche du film isn't romantic Affiche du film Dragons 3 Affiche du film Captain Marvel Affiche du spectacle Bonne nuit Blanche

.

————————————————————————~*

.

Il y a tous ces repas partagés avec les copains | La sushi party avec en guest star poilue, Leeloo | Le goûter avec mes Étincelles | Les déjeuners dominicaux au soleil avec les copains | Il y a eu la visite de ma filleule et ses grandes discussions avec une peluche chat | Les parties au bar à jeux | Un petit séjour en Auvergne où j’ai pu voir ma famille | et passer du temps avec Delphine | Profiter du printemps du cinéma | Avant de fêter le centenaire du cinéma Gaumont toulousain | Visiter l’exposition « Va dans ta chambre ! » | Le goûter entre amis pour caler les derniers détails de notre voyage à Berlin | Le dîner qui sert de prétexte pour tester le jeu de société Aeon’s end et pour ma capacité à comprendre l’anglais, langue des échanges | Un peu de correspondance : une carte que j’ai envoyée et celle que j’ai reçue de Delphine | Et me balader le nez levé dans la ville.

.

Leeloo maine coon Goûter en bonne compagnie

Discussion entre fille et peluche chat Patate et fondue de poireaux

Gros plan sur des cartes de TIME Stories Pizza pour deux

Fleurs d'un prunier sauvage Goûter au salon de thé Les gourmandises de Fanny

Sachet lapin renfermant des chocolats Déroulement d'un tournage de film, centenaire de Gaumont Wilson

Exposition Va dans ta chambre ! chambre de Jérôme Carrié Exposition Va dans ta chambre ! chambre de Sylvie Corroler

Tarte pommes et fruits surgelés (framboises et myrtilles) Jeu Aeon's end

Carte Minnie anniversaire 4 ans Carte printanière de Delphine

Bourgeons en fleurs à Toulouse Pont Saint-Pierre à Toulouse au crépuscule

.

Categories: Ronds de Sorcière Tags:

Le 1000e !

26/04/2019 44 commentaires

.

Livre et confetti pour fêter le 1000e billet du blog Livrement

.

Et voilà, le blog y est ! Ceci est le millième billet rédigé sur Livrement.com 🥳

.

1000 billets à parler de lecture(s), palier atteint pour les 10 ans du blog. C’est beau (et même pas fait exprès) (je suis trop honnête, j’aurais dû écrire que cela avait été mûrement réfléchi au moment d’ouvrir cet espace).

.

J’ai bien réfléchi à ce que je pouvais proposer pour ce millième billet, mais à vrai dire, préparer quelque chose en rapport avec ce nombre me paraissait titanesque de travail. Un top 1000 de mes titres ? 1000 livres à gagner ? 1000 choses sur moi ? Un peu ridicule aussi 😁

.

C’est donc juste un millième billet pour fêter ce nombre en toute simplicité.

Ceci dit, je suis ouverte au jeu 🙃 : alors si vous avez des questions concernant mes habitudes de lectrice – comme manger des mandarines –, mes lectures ou encore quelques top 10 à vous établir, les commentaires sont ouverts, j’y répondrai en éditant ce billet (justement).

Si vous aviez l’idée du challenge de me filmer en dansant la carioca, elle a déjà été émise par Chani 😉

.

————————————————————————~*

.

Purée, vous m’avez fait réfléchir pour vos questions ! Quel travail d’investigation 🔎

.

Snow : Et tu manges quoi quand tu ne peux pas manger des mandarines 😮
Et ça fait longtemps qu’on n’a pas vu tes chats, ils vont bien ? 😮
.

À vrai dire, je ne mange pas quand je lis, donc tout va bien 😁

Ceci dit, j’adore les mandarines… comme beaucoup d’autres choses ! Mon alimentation est variée et ne repose pas uniquement que sur ces agrumes (ouf)

Mes chats vont parfaitement bien, ils continuent à squatter mon fauteuil de lecture – comme tout autre meuble, tel que le lit, le canapé, ma chaise de bureau,… – mais plus les bibliothèques qui sont complètement pleines.

.

Portrait du chat Raspoutine Portrait du chat Moriarty
Raspoutine | Moriarty

.
.

Morgana : Moi je serais curieuse de connaître les 10 articles que tu as préférés écrire, par exemple (pas les 1000, sinon c’est de la triche)(Sherlock is my middle name, ouais) !
.

Si j’apporte une réponse philosophique, je dirais : mes 10 articles préférés seront les prochains, ça passe ? 😉
.

J’ai passé en revue les 1000 articles et je me rends compte que je suis incapable de te dire quels articles j’ai préféré écrire.
Ce que je préfère, c’est partager quelque chose, pas la rédaction en elle-même. Après 10 ans et 1000 billets – donc – je considère toujours qu’écrire mon ressenti de lecture comme un exercice. Ce qui fait que les articles que je préfère… ne sont pas ceux sur mes lectures 😅
.

Donc top 10 du « type » d’articles que j’ai préférés écrire : le partage de défi et de challenge comme ma première participation au challenge Halloween, les articles liés au défi Valériacr0 (car ils sont précédés de délicieux échanges avec Valériane), le billet sur mes chats, les dédicaces – notamment celles de Ted Naifeh et GGKay et Sandrine Gestin -, mon premier bloggiversaire et tous les autres car chaque année passée est une agréable surprise pour moi, quand je vous ai annoncé que j’avais de nouveaux yeux et Que le cul te PAL ! (car le titre me fait encore rire) et tous les ronds de sorcière.
.

Top 10 des chroniques de lecture : Thorgal, mon amour de toujours ; Le sot de l’ange car c’était la rencontre explosive avec Christopher Moore, ma première chronique sur l’univers de Robin Hobb, ma chronique sur le premier tome d’Harry Potter (je n’ai jamais chroniqué la suite !) ; Autremonde de Tad Williams après une relecture du cycle car il me tenait à cœur de le partager ; Fedeylins de Nadia Coste car c’était son premier livre (et j’étais la première à émettre mon avis) ; Courtney Crumrin de Ted Naifeh (car Ted Naifeh, quoi) ; Le temps n’est rien d’Audrey Niffenegger qui était intense ; Chronique du tueur de roi de Patrick Rothfuss, l’une de mes séries fantasy préférées ; et Neverwhere car je pense avoir réussi – je crois ! – à réellement écrire mon ressenti.

.

Photo illustrant mes articles préférés

.

Syl. : Combien de temps passes-tu à écrire un billet-lecture ?
.

Et bien figures-toi que je n’ai jamais calculé 🙈 car je sais que c’est chronophage pour moi.

Pour moi, la rédaction de mon avis est toujours un réel exercice, même après 10 ans de pratique. Je ne m’en suis jamais cachée, mais je tenais à l’écrire à cette occasion, si l’information permet de rassurer d’autres blogueurs 😉

Je pense que si je connaissais le temps demandé moyen, je n’aurais pas alimenté mon blog aussi longtemps. Ceci dit, sous ton impulsion, je vais commencer à mesurer le temps sur les prochaines chroniques (et je pourrai t’en informer).

Sur un type de billets différent – mes bilans mensuels – j’ai calculé le temps nécessaire à la rédaction des trois derniers si cela peut t’intéresser.

.

Horloge pour symboliser l'écriture d'une chronique de lecture

.

Maêlle : As-tu déjà lu un livre de 1000 pages ? Si oui, lequel (ou lesquels d’ailleurs !) ?
.

Oui, plusieurs !
.
Les titres cités se composent d’un seul livre :
Jonathan Strange et Mr Norrell de Susanna Clarke, Le passage de Justin Cronin, Le seigneur des anneaux des J.R.R. Tolkien, Le concours du Millénaire de Zelazny et Sheckley, et ensuite les œuvres de Katherine Kurtz : La trilogie des magiciens, La trilogie du roi Kelson, La trilogie des rois, La trilogie des Héritiers.
.

Comme je lis beaucoup de séries, il est possible de trouver certains cycles sous un seul et même livre maintenant, notamment : Fionavar de Guy Gavriel Kay, les intégrales L’assassin royal de Robin Hobb, certains tomes du Trône de fer de G.R.R. Martin, Silo de Hugh Howey, Narnia de C.S Lewis, À la croisée des mondes de Philip Pullman.

.

Mon exemplaire du livre du Seigneur des anneaux de J.R.R. TolkienMon exemplaire du Seigneur des anneaux de J. R. R. Tolkien

.

Valériane : Quels sont tes 10 livres préférés ?
.

Alors, je vais préciser : je vais indiquer des œuvres et de préférence, des séries terminées, romans et BD/comics ensemble (et que c’est dur !)

Fionavar de G. G. Kay , Harry Potter de J.K. Rowling, L’assassin royal de Robin Hobb, À la croisée des mondes de Philip Pullman, Thorgal de Van Hamme & Rosinski, La séparation de Christopher Priest, Neverwhere de Neil Gaiman, Locke & Key de Hill & Rodriguez, Le cirque des rêves d’Erin Morgenstern,  Le temps n’est rien d’Audrey Niffenegger.

.

Raynonnage de livres de Guy Gavriel KayOh, des GGKay !

.

PhookaY’a t’il un livre que tu pourrais lire 1000 fois ?

.

1000 fois, c’est tout de même beaucoup 😮

C’est une question dont la réponse me vient facilement car il existe bien une œuvre que j’ai déjà lue de nombreuses fois : La tapisserie de Fionavar de Guy Gavriel Kay… sans trop de surprise ! Je ne la possède pas dans une belle édition, mais le premier tome est dédicacé. Je me dis que des livres qui ont résisté à un dégât des eaux puis à un incendie peuvent résister sans souci à quelques nombreuses relectures encore 😂

.

Les trois tomes de la tapisserie de fionavar de Guy Gavriel Kay

.

Categories: Vie de lectrice Tags: