Archive

Posts Tagged ‘Assassin Royal’

HOBB Robin – L’assassin royal ~ La reine solitaire, tome 6

15 janvier 2013 43 commentaires

.

La reine solitaire HobbTitre : La reine solitaire (L’assassin royal, tome 6)
Auteur : Robin HOBB
Plaisir de lecturecoeur notation Livre avec entrée au Panthéon
Tomes 1, 2, 3, 4, 5

.

Quid de la prophétie consacrée à Fitz & le Fou ? Sur la route magique, la reine Kettricken, la mystérieuse Caudron, la barde Astérie, le Fou et Fitz continuent leur périple. Au-delà des royaumes des montagnes, ils font face à un espace vide où ont vécu les anciens, il y a de ça, si longtemps. Comment maintenir un futur possible pour les six Duchés quand les souffrances personnelles sont si lourdes à porter ?

.
.

Reine solitaire 01)°º•. C’est avec un plaisir certain que j’ai lu ce tome puisqu’il se concentre surtout sur la relation de Fitz avec le Fou. Nous sommes toujours dans une grande intimité avec les personnages. Hobb nous propose un tour d’horizon de tous ceux qui sont apparus dans ce cycle.
.

Nous avons enfin des révélations sur Caudron : ce personnage très mystérieux nous donne un peu de fil à retordre et on attend enfin le Moment M pour « savoir ». Astérie m’a passablement gonflé, je ne la trouve non seulement pas intéressante ni même très utile. Quant à Kettricken, on se sent désemparé pour elle. Heureusement, Œil-de-Nuit apporte une légèreté bienvenue – somme toute relative.

.
.

)°º•. Cette histoire est terriblement touchante, la place pour l’émotion est primordiale. J’ai aimé suivre l’évolution du personnage principal. Malgré des comportements de Fitz un peu « gommés » voire flous ou très gentils, j’ai trouvé l’ensemble passionnant. Certaines scènes sont particulièrement émouvantes et l’action ne manque pas non plus. Je pense que ce que j’ai préféré, reste le cheminement des idées de Fitz.
.

L’auteur présente une cohérence magistrale. Son univers est certes complexe mais aussi très bien articulé : chaque détail a sa place. Il est absolument savoureux de voir que sa grande imagination puisse s’exprimer au mieux et entrevoir ce foisonnement et ses ramifications est quelque peu vertigineux.
.

Même si quelques petits faits demeurent prévisibles, Hobb nous réserve aussi des surprises. L’auteur ne produit pas de pirouette artificielle pour cette fin de cycle. Cette dernière s’avère pour le coup un peu frustrante pour le lecteur – qui veut tout savoir. C’est avec une amertume certaine que j’ai lu les dernières pages même si au final, je ne vois pas comment aurait pu terminer autrement Hobb et que le tout est très beau. Nous avons également bon nombre de réponses à nos questions restées jusque là en suspens, et c’est une bonne chose. Il nait comme une sorte de tristesse à refermer ce cycle même si on meurt d’envie d’en savoir plus. Il va sans dire que nous poursuivons notre périple en passant par la case « Les aventuriers de la mer ».

.
.

« La reine solitaire » boucle magistralement le cycle de « L’assassin royal ». Pour le plus grand plaisir du lecteur, la relation de Fitz & Fou est au cœur de ce roman. Nous obtenons les réponses à nos questions, quelques révélations nous sont également présentées et même si la fin est quelque peu frustrante, elle aussi très belle. Avec un petit pincement au cœur, nous quittons les personnages d’une formidable épopée.

.
.

)°º•. Biographie
Robin Hobb aussi connue sous le pseudonyme de Megan Lindholm s’appelle Margaret Astrid Lindholm Ogden, née en 1952. Dès 1971, elle s’investit dans l’écriture : si elle utilise des pseudonymes différents pour insuffler des approches différentes dans l’écriture, il n’en demeure pas moins que signer sous le couvert d’une identité relativement masculine avec Robin Hobb, lui a permis de se faire accepter dans ce milieu. L’ensemble de son œuvre s’inscrit dans le médiéval-fantastique.
Son site sous le pseudonyme de Megan Lindholm, et celui de Robin Hobb.
Vous pouvez retrouver le détail du découpage français de ses cycles de l’assassin royal et des aventuriers de la mer, ici.

.

Reine solitaire 02

.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :
¤ L’apprenti assassin, tome 1
¤ L’assassin du roi, tome 2
¤ La nef du crépuscule, tome 3
¤ Le poison de la vengeance, tome 4
¤ La voie magique, tome 5
¤ Cycle des aventuriers de la mer

.

Souvenir de lecture : Caudron nous livre une bien belle (et triste) histoire.

.

Logolecture communeNotre Lecture commune au long cours avec Olya & Eirilys poursuit son chemin… avec les Aventuriers de la Mer. Olya et moi sommes quelque peu tristes de quitter l’assassin royal, mais Eirilys nous certifie que c’est pour mieux découvrir les ADLM 😉

Vous pouvez découvrir l’avis d’Olya et aussi celui d’Eirilys sur le tome VO comprenant les tomes 4 à 6 VF.

.

Hydromielle, Le chat de Cheshire et Spocky qui lit ont aussi retenu leur souffle quant le Fou est monté sur ce piédestal pour mimer  l’emplacement de sa couronne.

CITRIQ

.

Pics : #01 Kettricken par GerdElise ; #02 Assassin’s quest par Enife.

.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Catégories :HOBB Robin Étiquettes : ,

HOBB Robin – L’assassin royal ~ La voie magique, tome 5

12 octobre 2012 29 commentaires

.

Titre : La voie magique (L’assassin royal, tome 5)
Auteur : Robin HOBB
Plaisir de lecturecoeur notation Livre avec entrée au Panthéon
Tomes 1, 2, 3, 4, 6

.

Fitz arrive au Lac Bleu et cherche un moyen de le traverser afin de continuer son épopée vers le nord. Il rejoint un groupe de pèlerins que des contrebandiers vont accompagner. Astérie la ménestrelle est présente tout comme Caudron ; Œil-de-Nuit a même rejoint le bâtard. A peine arrivés sur la berge opposée, ils se font cueillir par des gardes royaux sous les ordres de Ronce. Après avoir échappé à la ville en feu, Fitz se sépare des deux femmes. Dans une course poursuite effroyable, Fitz reçoit une flèche en plein dos. Il est recueilli et transporté dans un foyer montagnard. Il y retrouve le Fou, Umbre et Kettricken. Mais leurs retrouvailles ne son pas absolument synonymes de joie. Après lui avoir dicté ses prochains objectifs, ils partent en direction du dernier lieu où a été aperçu Vérité. Durant le périple, Fitz est totalement investi dans des songes d’Art… mettant sa propre vie en jeu.

.
.

)°º•. Le point essentiel en tant que lecteur est bien les sentiments qui naissent à retrouver certaines personnages. On a plaisir à retrouver le Fou, qui revient avec des révélations… ou pas. J’ai eu un changement total de ressenti à l’égard de Kettricken au vu de ses paroles. Le retour de quelques personnages, d’une ancienne équipe ne se fait pas sans douleur pour Fitz qui n’a pas son mot à dire. Caudron se révèle surprenante et on se méfie d’Astérie.
.

Malgré la présence d’Œil-de-Nuit, Fitz semble dépassé par les décisions prises pour lui. On s’inquiète de ne pas le voir réagir alors que les sentences pointent vers un danger imminent. Dans le tome précédent, on trouvait les événements ou les choix pris juste ‘dommage pour lui’ ; ici, on a fortement envie de lui secouer les puces.
.

Même s’ils ne sont pas présents physiquement aux côtés de Fitz, on suit également d’autres personnages en filigrane. L’histoire se focalise sur les états d’âme et la santé de Fitz. On tourne moins autour des intrigues politiques de la cour, on demeure plus proches de moments qu’on considère comme privilégiés, voire intimes.

.
.

)°º•. J’ai eu quelques difficultés avec le début du roman, car je savais déjà ce que laissait présager la traversée et j’ai trouvé que le chemin emprunté par la troupe était un peu long. Il va sans dire que le reste du roman était très bon avec cette deuxième partie de livre que j’ai préférée ; jusqu’au gros cliffhanger de fin à cause du découpage français.
.

Notre intérêt se focalise sur le périple des compagnons et le suspense est toujours « latent » : on assiste constamment à la découverte psychologique des personnages. L’Art et le Vif sont omniprésents pour notre plus grand bonheur même si de très nombreuses questions surgissent sans trouver de réponse (pour l’instant). On a l’impression que Hobb trouve un malin plaisir à torturer son personnage principal et à chaque tome, on grimpe d’une marche.

.
.

Dans « La voie magique », nous retrouvons des personnages chers à notre cœur bien qu’ils vont chambouler la vie du personnage principal. C’est toujours avec une plume délicate mais aussi dynamique que Hobb nous entraine à la poursuite du cri « rejoins-moi ».

.
.

)°º•. Biographie
Robin Hobb aussi connue sous le pseudonyme de Megan Lindholm s’appelle Margaret Astrid Lindholm Ogden, née en 1952. Dès 1971, elle s’investit dans l’écriture : si elle utilise des pseudonymes différents pour insuffler des approches différentes dans l’écriture, il n’en demeure pas moins que signer sous le couvert d’une identité relativement masculine avec Robin Hobb, lui a permis de se faire accepter dans ce milieu. L’ensemble de son œuvre s’inscrit dans le médiéval-fantastique.
Son site sous le pseudonyme de Megan Lindholm, et celui de Robin Hobb.
Vous pouvez retrouver le détail du découpage français de ses cycles de l’assassin royal et des aventuriers de la mer, ici.

.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :
¤ L’apprenti assassin, tome 1
¤ L’assassin du roi, tome 2
¤ La nef du crépuscule, tome 3
¤ Le poison de la vengeance, tome 4
¤ La reine solitaire, tome 6
¤ Cycle des aventuriers de la mer

.

Souvenir de lecture : On risque de s’en prendre à elle, et toi, Fitz, tu ne fais que hausser les épaules ?!

.

.
Notre Lecture commune au long cours avec Olya & Eirilys poursuit son chemin. Les premiers doutes formulés en début de tome se sont révélés exacts. Avec Olya, nous avons crié au scandale à cause de la teneur de certains propos.

.

Vous pouvez retrouver l’avis d‘Olya mais aussi celui de Le blog d’une p’tite elfe, Le Chat de Cheshire, Livr0ns-n0us et Spocky qui lit.
.
CITRIQ
.

.

Pics : #01 Fool-ish amber par A 6A7.

.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Catégories :HOBB Robin Étiquettes : ,

HOBB Robin – L’assassin royal ~ La nef du crépuscule, tome 3

3 juillet 2012 38 commentaires

.

Titre : La nef du crépuscule (L’assassin royal, tome 3)
Auteur : Robin HOBB
Plaisir de lecturecoeur notation Livre avec entrée au Panthéon
Tomes 1, 2, 4, 5, 6

.

Maintenant que la flotte est fin prête, Vérité part au-delà  à la recherche des Anciens. En son absence, Fitz sert de garde-fou à la cité de Castelcerf. Si tôt le départ de roi-servant exécuté, Royal s’offre une trajectoire en conséquence où il se veut être centre du monde. De son côté, le roi Subtil est toujours sous l’influence de la Fumée même si le Fou veille sur lui ; cela ne l’empêche pas d’arranger le mariage du bâtard avec Célérité sans tenir compte de Molly.

.
.

)°º•. Robin Hobb nous livre toujours des personnages pleins de ressources. Faiblesse, richesse, beauté, laideur, courage et lâcheté ornementent le portrait de chacun d’entre eux.
.

Fitz a moins d’entrain à envier la famille royale que dans les derniers tomes même s’il ne semble en avoir encore les désavantages. Il remplit son serment et apprend la réelle définition du mot sacrifice. Dès les premières pages, on le sait sur la sellette de Royal et qu’il va alors en baver. Il développe une meilleure maitrise de l’Art et le lien du Vif est indispensable à sa survie.
.

Le méchant se doit d’être extrêmement crédible dans toute histoire qui se respecte. C’est un des points primordiaux que Royal relève haut la main. Il est encore plus insupportable dans les premiers tomes : dès que la voile où se trouve Vérité disparaît derrière la ligne d’horizon, il met ses plans à exécution ; il met tout sans dessus dessous dans des proportions dont vous n’avez même pas idée.
.

Kettricken emporte toujours notre enthousiasme car elle possède un fort caractère mais a la main sur le cœur ; elle joue vraiment son rôle de reine-servante et non pas de « femme du roi-servant ».  Burrich et Molly sont toujours dans l’environnement de Fitz bien que tout ne se déroule pas aussi bien qu’il le faudrait. Le fou est toujours aussi énigmatique et tout autant apprécié. J’ai particulièrement aimé la description des Béarnais : femmes aux cheveux courts et lisses, tête de faucon comme les anciens guerriers. Il va sans dire qu’on apprend l’existence d’ennemis secrets.

.
.

)°º•. Robin Hobb a toujours une écriture très facile à lire et développe l’empathie du lecteur. La fin se révèle très cliffhanger et nous avons une sorte de grande frénésie à découvrir ce qu’il se passe à la page suivante.
.

Castelcerf demeure le théâtre des relations humaines que se révèlent très juste dans leur description et leurs arrangements. Manipulations et autres manigances sont presque une façon de respirer. Nous en avons pour tous les goûts : bataille, trahison, tristesse, impatience mais aussi amitié, allégeance et respect envers et contre tout.
.

Nous sommes tenus en haleine de A à Z et même plus. Les rebondissements sont très nombreux grâce à l’enchainement des événements bien cadencé. Nous avons le droit à quelques petites révélations concernant le passé ou les facultés de nos personnages mais nous avons toujours autant de questions dont la réponse reste en suspens. Robin Hobb sert beaucoup de descriptions pour les lieux et surtout les sentiments des protagonistes ; si pour certaines lecteurs, cela se révèle être une plaie, pour moi, c’st un véritable délice.
.

Quand je suis plongée dans ces livres, cela me fait penser au tourbillon de feuilles soulevées par le vent : c’est vraiment dingue comme saga ! J’aime tous ces petits détails qui s’enclenchent les uns aux autres selon nos découvertes ; c’est juste magique.

.
.

Lire « La nef du crépuscule » c’est finalement seulement continuer ce que nous avons commencé : se laisser porter par une plume vive, se faire ravir le cœur par des personnages bien brossés et vivre le souffle coupé toutes leurs aventures.

.
.

)°º•. Biographie
Robin Hobb aussi connue sous le pseudonyme de Megan Lindholm s’appelle Margaret Astrid Lindholm Ogden, née en 1952. Dès 1971, elle s’investit dans l’écriture : si elle utilise des pseudonymes différents pour insuffler des approches différentes dans l’écriture, il n’en demeure pas moins que signer sous le couvert d’une identité relativement masculine avec Robin Hobb, lui a permis de se faire accepter dans ce milieu. L’ensemble de son oeuvre s’inscrit dans le médiéval-fantastique.
Son site sous le pseudonyme de Megan Lindholm, et celui de Robin Hobb.
Vous pouvez retrouver le détail du découpage français de ses cycles de l’assassin royal et des aventuriers de la mer, ici.

.

.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :
¤ L’apprenti assassin, tome 1
¤ L’assassin du roi, tome 2
¤ Le poison de la vengeance, tome 4
¤ La voie magique, tome 5
¤ La reine solitaire, tome 6
¤ Cycle des aventuriers de la mer

.

Souvenir de lecture : Mais comment va rebondir Robin Hobb avec une telle fin de tome ?!

.

.
On continue la Lecture commune au long cours partagée avec Olya & Eirilys. Avec Olya, nous sursautons aux mêmes instants ; on rage avec la même intensité et souhaitons découvrir la suite… alors qu’Eirilys tente de tenir le « motus et bouche cousue ».

.

Vous pouvez retrouver l’avis d‘Olya et Eirilys mais aussi celui de Le blog d’Hydromielle, Le blog d’une P’tite Elfe, Les lectures de Cachou, Les victimes de Louve, Livr0ns-n0us et Valeriane & Books.

CITRIQ

.

Pics : #01 Fou par SweetSnail ; #02 Molly red skirts par FarArden.

.

Enregistrer

Enregistrer

Catégories :HOBB Robin Étiquettes : ,

HOBB Robin – L’assassin royal ~ L’assassin du roi, tome 2

12 mai 2012 50 commentaires

.

Titre : L’assassin du roi (L’assassin royal, tome 2)
Auteur : Robin HOBB
Plaisir de lecturecoeur notation Livre avec entrée au Panthéon
Tomes 1, 3, 4, 5, 6

.

Bien que Fitz se remette péniblement de son empoisonnement, il n’est pas au bout des ses peines : à la cour, des amours se déclarent, d’autres ont du mal à décoller, la royauté s’affaiblit alors que des complots se dessinent. En dehors de Castelcerf, les Pirates rouges font toujours parler d’eux et les forgisés se dirigent droit sur la ville. Notre héros se retrouve au milieu de ce grand fourbi alors que sa position et ses choix personnels doivent s’affirmer en pleine tourmente.

.
.

)°º•. Un des plus grands atouts de cette histoire est l’épaisseur des personnages que présente Robin Hobb : ils sont réellement attachants.  Si de prime abord, on a l’impression de ne pas connaître réellement leur passé et leurs sentiments, Hobb s’attache pourtant à nous distiller ces informations sur le long cours de manière assez naturelle.
.

Fitz est une pleine période adolescente et du haut de ses 15 ans, il n’est pas facile de jongler avec ses multiples rôles : assassin, bâtard et amoureux. Vaille que vaille, il tente de maintenir les relations avec ceux de son entourage. Il est tiraillé en tout sens : amour-raison, liberté-devoir et Art-Vif.
.

Dans ce livre-ci, Burrich et Umbre sont beaucoup moins présents, Fitz se rapproche du prince Vérité – que j’apprécie de plus en plus malgré un caractère très vivace – . Patience veille toujours au grain (ou sur le sien ?) et est assistée par Brodette ; Molly quant à elle, sous la tenue bleue de servante est la cause de grands troubles chez notre jeune homme. Kettricken, nouvellement à la Cour sera assez présente dans ce tome, et c’est vraiment appréciable, de la côtoyer, de la voir évoluer… de devenir une Dame sans qu’elle occulte son caractère. Il n’en va pas moins que Subtil, le roi tombe malade et s’enfonce dans ses soucis de santé comme le Fou qui reste tout aussi mystérieux bien qu’il nous fasse quelques révélations, encore un peu obscures à nos yeux. « Son origine, son âge, son sexe et sa race sont tous sujets à conjecture ».
.

Dans le cœur de Fitz, il n’y avait qu’un seul ami à poil : Fouinot, chiot au moment de leur rencontre. Leurs relations étaient au-delà de toute compréhension par l’entourage, très forte et dépassant tout ce que vous pouvez imaginer. Cependant, Œil-de-Nuit lui donne tout son affection et véhicule des valeurs de son espèce à Fitz, malgré le désaccord de ce dernier.  Fitz se fait définitivement adopter.

.
.

)°º•. Ce tome VF est la première moitié du tome VO « Assassin Royal » et est pourtant diablement riche !

Si on peut ressentir un peu moins d’actions dans ce volet, on aboutit à une découverte plus approfondie des personnages. Il y a certes moins d’esclandres et autres batailles, mais les complots de cour sont toujours présents. Fitz n’a pas de mission a proprement parlé comme c’était le cas dans le premier tome. Cependant, ce sont les liens et conflits entre les personnages qui donnent toute l’importance à « L’assassin du roi ».
.

En ouverture de chapitre, on y découvre quelques lignes écrites par la plume de Fitz qui conte ses mémoires afin de sauvegarder ses souvenirs pour autrui : détails des traditions, du monde politiques, des événements présents au moment où se déroule telle ou telle action. Ces préludes offrent une vision globale assez appréciable et qui semblent encore plus judicieux en cas de relecture si j’ai bien compris.
.

Les intrigues sont toujours palpitantes : la menace des Pirates rouges et des Forgisés est présente bien qu’en sous-fonds ; Fitz est plongé dans les dessous politiques contre son gré. Hobb devient un très bon chef d’orchestre par son écriture soignée. Le suspense demeure latent, il s’étire sans le côté « sur le feu » mais fait de nous de grands curieux.


.

La trame est riche, nous promettant encore de grands moments. Parfois, c’est comme si on regardait une gigantesque tapisserie à la lumière d’une lampe torche : si on arrive un tantinet à se focaliser sur un point, beaucoup de choses restent pour l’instant dans l’ombre. Cette histoire très intense dessine un point d’orgue sur la psychologie des personnages même si on ne note pas d’acte décisif sur le terrain. La justesse des sentiments est à mettre en avant : pas d’amour dégoulinantes, pas de héros super-méga-fort.
.

Le traitement des informations est exquis : Hobb a l’art et la manière de donner les informations avec parcimonie, de nous les faire parvenir, de nous attacher mais aussi de nous proposer un second angle de lecture, une nouvelle approche. Ah, signalons aussi les nombreuses interrogations qui découlent de tout cela : pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ?

.
.

Un tome dense où les mœurs de la Cour sont mises en avant : l’intrigue n’est pas réellement sur le terrain mais au niveau des intrigues politiques. Fitz doit se positionner en sortant de l’innocence de son enfance et des responsabilités qui lui incombent maintenant. La sphère de Castelcerf est en perpétuel mouvement et c’est sans aucun doute ce qui nous tient tant en haleine grâce à une écriture vive.

.
.

)°º•. Biographie
Robin Hobb aussi connue sous le pseudonyme de Megan Lindholm s’appelle Margaret Astrid Lindholm Ogden, née en 1952. Dès 1971, elle s’investit dans l’écriture : si elle utilise des pseudonymes différents pour insuffler des approches différentes dans l’écriture, il n’en demeure pas moins que signer sous le couvert d’une identité relativement masculine avec Robin Hobb, lui a permis de se faire accepter dans ce milieu. L’ensemble de son oeuvre s’inscrit dans le médiéval-fantastique.
Son site sous le pseudonyme de Megan Lindholm, et celui de Robin Hobb.
Vous pouvez retrouver le détail du découpage français de ses cycles de l’assassin royal et des aventuriers de la mer, ici.

.

.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :
¤ L’apprenti assassin, tome 1
¤ La nef du crépuscule, tome 3
¤ Le poison de la vengeance, tome 4
¤ La voie magique, tome 5
¤ La reine solitaire, tome 6
¤ Cycle des aventuriers de la mer

.

Souvenir de lecture : Kettricken, une Reine-en-devenir comme on aimerait plus souvent en voir !

.

.
On continue la Lecture commune au long cours partagée avec Olya & Eirilys, on se rend très vite compte que nous avons la même sensibilité quant aux actions des personnages… ce qui nous en fait adorer certains et détester d’autres.

.

Vous pouvez retrouver l’avis d’Olya et aussi celui de A demi-mot (Elise), Carnet de lectures de Iani, Hydromielle, Le bazar de la littérature (Mélisende), Le blog d’une P’tite Elfe, Les lectures de Cachou, Les victimes de Louve, Lire et délires (flof13), Livr0ns-n0us (Sarah), Thé, lectures et macarons (Syl.), Valeriane & Books.

CITRIQ

.

Pics :#01 Kettricken ; #02 Molly par ~Vlac.

.

.

Enregistrer

Enregistrer

Catégories :HOBB Robin Étiquettes : ,

HOBB Robin – L’assassin royal ~ L’apprenti assassin, tome 1

28 mars 2012 82 commentaires

.

Titre : L’apprenti assassin (L’assassin royal, tome 1)
Auteur : Robin HOBB
Plaisir de lecturecoeur notation Livre avec entrée au Panthéon
Tomes 2, 3, 4, 5, 6

.

Subtil règne sur la cité de Castelcerf, père de trois fils Chevalerie, Vérité et Royal, il tient avec aplomb son royaume. Cependant, les Pirates Rouges envahissent Forge et asservissent les personnes d’une manière sauvage : ils ne ressemblent plus à des humains ; bien qu’en vie, ils ne répondent plus qu’au seul besoin de manger. Ce nouveau fléau qui « forgise » les gens terrorise l’ensemble du pays. On prétend qu’il vaut mieux être mort que forgisé. Pourtant, c’est sous une toute autre apparence que le risque potentiel d’ébranlement de la société apparaît. Un jeune enfant est emmené aux portes du château par son grand-père ; c’est le portrait craché de Chevalerie : son bâtard. C’est une toute nouvelle donne qui est alors distribuée. Fitz est recueilli par le maître d’écurie Burrich et apprendre les rudiments de la vie. Coincé dans son statut non officiel, Fitz va devoir prouver qu’il a le droit de vivre. Afin de rétablir un pseudo équilibre, le roi Subtil fait de lui son homme-lige et en vérité, son assassin privé. Fitz doit suivre plusieurs éducations, il est tiraillé par les différents points de vue, instable de par sa position, et les épaules lourdes de secrets.

.
.

)°º•. L’originalité, un peu déstabilisante lors des premières pages concoctée par Hobb est la constitution des noms de quelques personnages. Les noms évocateurs de talents ou de vertus deviennent une contrainte dont l’Art se sert pour obliger la personne à tendre vers ladite vertu dont il a été baptisé.
.

On rencontre Fitz tout petit, il ne se souvient plus de ce nom et sera donc baptisé Bâtard (Fitz en anglais). On aime le voir grandir, on aime à croire qu’à travers les pages, on le soutient dans les épreuves qu’il traverse. Il n’a pas l’âme d’un héro et n’en veut pas ; son statut non officiel lui cause beaucoup de souci alors qu’il ne demande aucune reconnaissance. Il veut qu’on le laisse vivre mais tout le monde n’y concède pas.
.

Autour de Fitz gravite tout un monde. Son roi-servant Subtil qui porte bien son nom, ses trois fils : Chevalerie, Vérité et Royal qui accueilleront tous la venue de Fitz de manières bien différentes. Burrich est l’homme de Chevalerie et le maître écurie de Castelcerf. Un peu rustre mais très attachant, il assure l’éducation basique de Fitz et assure sa sécurité.
.

Pour son parcours initiatique, il sera sous la houlette de plusieurs individus. Dame Patience est la femme de son père Chevalerie. Dotée d’un petit grain, elle est d’un enthousiasme sans limite. Elle est d’ailleurs passionnée par les plantes. Elle se prend d’une affection parfois embarrassante pour Fitz. Elle a un franc-parler et la réplique facile : « Il n’y a pas de commune mesure entre l’expression méditative d’un adulte et l’esprit bovin d’un adolescent ». De manière plus officieuse, il rencontrera Umbre qui se révèle dur mais juste ; il peut causer beaucoup de peine à Fitz mais est aussi d’un soutien indéniable. Enfin, il y a Galen, le maître de l’Art au sein du château, qui va véritablement persécuter ces jeunes adolescents dans leur apprentissage. Il voue une rage sans limite à Fitz.
.

Et puis, il y a aussi le Fou ; très énigmatique, il apparaît à des points clés de la vie de Fitz. Il donne souvent dans le discours tordu et complètement incompréhensible mais il peut aussi exprimer quelques confessions. C’est un personnage hautement énigmatique et je l’apprécie beaucoup. Une citation que j’aime beaucoup, qui pourrait se révéler être une philosophie de vie « Lorsque tu cherches à percer les motivations d’un homme, n’oublies pas que tu ne dois pas mesurer son grain avec ton boisseau. Il se sert peut-être pas du même que toi. »
.

Si Molly devient une personne chère au cœur de Fitz puisqu’il la connaît quand il trainait dans le bourg plus jeune ; les Pirates restent une grande menace pour le peuple et symbolisent le risque d’être « forgisé ». Hobb propose des personnages avec beaucoup d’épaisseur avec un aspect psychologique élaboré. Même les personnages secondaires en profitent. Très vite nos préférences s’installent et on apprend à découvrir les personnages et à apprécier leurs relations.

.
.

)°º•. Robin Hobb nous entraine dans le royaume des Six-Duchés où le décor est essentiellement moyenâgeux. Elle propose un contexte politique peaufiné, des hiérarchie et organisation de la cité bien façonnées. La géographie poussée demeure crédible, ce n’est pas le but que recherche l’auteur en nous mettant de la poussière dans les yeux. Chaque début de chapitre donne des informations sur l’Histoire des Six-Duchés : les traditions, les événements du passé et les actes de grandes figures historiques.
.

Les intrigues sont par ailleurs très bien introduites ; la description est très visuelle : apparaissent devant nos yeux les magnifiques couleurs de la chambre du Fou, l’accueil chaleureux et tourbillonnant de Dame Patience, l’odeur de la paille réconfortante des écuries et le regard observateur de Molly. Le récit est relativement « light fantasy » puisqu’il n’y a pas de créature magique à proprement parlé.
.

Robin Hobb a su s’écarter du sacro-saint manichéisme ; par ailleurs, il est assez difficile de classer ses personnages dans les « bons » ou les « méchants », nos points de vue changeant parfois selon la donne.
.

Enfin, un des intérêts les plus considérables est représenté par toutes les bribes d’informations concernant le Vif et l’Art. Si le premier se base sur une empathie extrême avec les animaux ; le second serait une sorte de transmission de pensée, de ressenti et d’énergie entre humains. Mais il serait malhonnête de résumer ainsi ces deux courants aussi simplement.

.
.

)°º•. « L’apprenti assassin » propose une grande densité du récit : Robin Hobb met chaque élément à sa place, donne avec parcimonie des informations pour que le lecteur soit actif et nous avons la satisfaction de faire ses propres connexions sans avoir cette impression de pré-mâchage ; et pourtant la simplicité se dégage de l’écriture.
Ce premier livre n’est pas un tome introductif même si c’est une multilogie ; nous entrons de plain pied dans un grand puzzle. Même si certains événements sont prévisibles, cela ne gâche en rien la lecture car on les attend avec impatience ; surtout que l’auteur nous livre les émotions des personnages sur un plateau d’argent.
.

L’histoire est comme une grande tapisserie dont on imagine quelques fils, dont on voit se dessiner un détail sous nos yeux, mais on ne prend pas encore pleinement conscience de l’ampleur du relief général de la tapisserie. Sous le couvert de ses mémoires, Fitz nous raconte les faits, revient parfois dessus avec du recul. Il conte son histoire avec précision, pour laisser une empreinte dans ce monde, pour offrir un livre de ce genre sur le sujet de la « magie ». On voit se faire et se défaire des nœuds de l’histoire, ainsi que les vies mêlées et entremêlées ; et c’est tout à fait jouissif. On éprouve également un grand attachement vis-à-vis des animaux car nous les observons à travers les yeux de Fitz.
.

La plume travaillée offre un style vraiment riche. Elle prend le temps de raconter et de nous immerger dans la vie des personnages. Ce premier tome assez est narré à la première personne du singulier. L’histoire est palpitante ; le discours vif et enlevé même dans les descriptions.
.

Notre empathie se développe fortement à la lecture et j’y ai même versé mes premières larmes. Quand je suis sortie du livre, je n’ai pu que m’exclamer à base d’onomatopées comme « waouh ». Je ne doute pas une seule seconde que Hobb va encore nous en mettre plein la vue ! On a très envie de se plonger irrémédiablement dans les tomes suivants. Notons par ailleurs que cette histoire est très facile d’accès pour les non mordus de fantasy.
.
.

Un premier tome tout en puissance, en écarquillement des yeux et en palpitations du cœur. Robin Hobb sait charmer son lectorat dès les premières minutes. Entrez dans la vie de Fitz, suivez ses tribulations saupoudrées de magie. Vous n’en reviendrez pas.

.
.

)°º•. Biographie
Robin Hobb aussi connue sous le pseudonyme de Megan Lindholm s’appelle Margaret Astrid Lindholm Ogden, née en 1952. Dès 1971, elle s’investit dans l’écriture : si elle utilise des pseudonymes différents pour insuffler des approches différentes dans l’écriture, il n’en demeure pas moins que signer sous le couvert d’une identité relativement masculine avec Robin Hobb, lui a permis de se faire accepter dans ce milieu. L’ensemble de son oeuvre s’inscrit dans le médiéval-fantastique.
Son site sous le pseudonyme de Megan Lindholm, et celui de Robin Hobb.
Vous pouvez retrouver le détail du découpage français de ses cycles de l’assassin royal et des aventuriers de la mer, ici.

.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :
¤ L’assassin du roi, tome 2
¤ La nef du crépuscule, tome 3
¤ Le poison de la vengeance, tome 4
¤ La voie magique, tome 5
¤ La reine solitaire, tome 6
¤ Cycle des aventuriers de la mer

.

Souvenir de lecture : un Fitz très attachant, un Fou énigmatique et tout un tas de choses plus qu’appréciables.

.

Ce premier tome est aussi celui de la Lecture commune au long cours partagée avec Olya & Eirilys. C’était vraiment agréable de pouvoir toujours fomenter ses hypothèses, s’interroger aussi et associer nos idées et coups de coeur sur des scènes, des paroles ou des actes des personnages. Quand on évalue la richesse et la densité de ce roman, je trouve que c’est exactement le type d’histoire parfait pour une lecture commune.

.

Vous pouvez découvrir l’avis d’Olya & d’Eirilys ; mais aussi celui de A demi-mot (Elise), Bazar de la littérature (Melisende), Carnet de lectures de Iani, Hydromielle, Le blog d’une P’tite Elfe, Le boudoir de MéloëLes lectures de Cachou, Livr0ns-n0us (Sarah), Valeriane & Books.
CITRIQ

.

.
Il rejoint le Challenge Magie & Sorcellerie Littéraire.

.

Pics : #01 FitzChivalry Farseer par Harlequin-Romance ; #02 The Fool par A 6A7 ; #03 Burrich par JesterofTheSky ; #04 Regal par Vocatur ; #05 Verity and Kettricken par aeromachia.

.

Enregistrer

Catégories :HOBB Robin Étiquettes : ,