Archive

Articles taggués ‘★★☆☆☆’

SINISALO Johanna – Le Reich de la Lune

25/05/2018 7 commentaires

.

Couverture du livre "Le reich dans la lune" de Johanna Sinisalo aux éditions Actes SudTitre : Le Reich de la Lune
Autrice : Johanna Sinisalo
Plaisir de lecture Livre avec regrets
Lire les premières pages

.

Après la défaite d’Hitler durant la seconde guerre mondiale, les nazis se sont réfugiés dans une base en Antarctique avant de rejoindre par fusée la Lune. Sur place, ils vivent dans un complexe souterrain et planifient leur reconquête du monde. En 2018, une fusée américaine alunit sur leurs sols et emmène avec elle, humains et avancées technologiques. Les nazis envoient une équipe d’espions sur Terre pour récupérer la nouvelle technologie qui permettra de finaliser leurs outils mais la mondialisation a totalement transformé la société.

.
.

Johanna Sinisalo a rédigé – à la demande de son agent et de son éditeur allemand – « Le Reich de la Lune » en s’appuyant sur différentes versions du scénario qu’elle avait écrit pour le film « Iron Sky ». Le livre est une sorte de writer’s cut.

Comme j’ai vu initialement le film en 2012, mon avis est empreint de mes souvenirs « visuels » du long-métrage.
.

2047, Renate revient sur ses impressions d’antan et parcourt son journal intime composé en 2017 et 2018 qu’elle a surnommé Kitty. Elle délivre ses souvenirs et en tire une analyse. C’est par ce biais que démarre l’uchronie dont le point de divergence se situe au suicide d’Hitler.
.

Les conditions de vie sur la Lune ne sont pas présentées ni même la possibilité de s’y établir durablement. Ne vous méprenez pas, l’objectif est tout autre : proposer une histoire dont l’aspect absurde est très appuyé. En empruntant l’axe de la révolution numérique, l’autrice reviendra superficiellement sur l’évolution de notre société et toutes les dérives et autres abus réalisés au détriment de la santé de notre planète (D’ailleurs, si les nazis sont surpris en découvrant le smartphone d’un des astronautes, ils ne sont guère perturbés par les évolutions technologiques découvertes sur Terre).
.

Je n’aurais pas qualifié le roman de « délicieusement barré, joyeusement rocambolesque et délibérément grinçant » comme l’indique le quatrième de couverture. Car je n’ai été ni surprise, ni pliée en deux de rire et que l’intrigue reste très prévisible. C’est divertissant tout au plus. En comparaison, le film est drôle mais pas tout le temps. Et quand il ne l’était pas, les images compensaient.

.

Venons au point qui m’a fortement chiffonnée : le roman est censé développer l’idée originelle du film – l’émigration des Nazis sur la Lune – et se terminer où le film commence. Mais que nenni, « Le Reich de la Lune » reprend l’histoire du film dans son intégralité sans apporter de nouveaux éléments (j’ai vérifié, j’ai revisionné le film après lecture).

.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :
¤ Jésus contre Hitler de Neil Jomunsi : le titre est parlant et vous croiserez d’autres personnalités, aspect absurde et humoristique important
¤ Max de Sarah Cohen-Scali : fiction percutante de la vie d’un enfant aryen, il en est le protagoniste dès sa position in utero
¤ Lebensborn, la fabrique des enfants parfaits de Boris Thiolay : livre documentaire sur les établissements pour créer des enfants répondant aux critères de la pureté raciale « aryenne » ; l’auteur revient avec beaucoup de tact et une écriture concise sur la vie de ces enfants français

.

Logo défi Valériacr0

Pour ce mois de mai, Valériane a jeté son dévolu sur un livre-tout-neuf-en-pile-à-lire qui lui fait de l’œil à elle aussi. Alors quoi de mieux que de me le faire lire pour avoir une première impression ?

 

.

Anudar (et sa grande bibliothèque) a davantage été séduit que moi par cette « satire mordante » ; il a aussi initialement visionné le film avant de lire le roman. Angua (Journal semi-littéraire) a trouvé sa lecture jouissive.

.

WEEKS Brent – L’ombre parfaite

03/08/2014 17 commentaires

.

L 'ombre parfaite Brent Weeks bisTitre : L’ombre parfaite (L’ange de la nuit, hors série)
Auteur : Brent WEEKS
Plaisir de lecture :
etoile 4Nouvelle à découvrir
etoile 2Reste du livre à regrets
L’ange de la nuit

.

Gaelan Feu du Ciel vient d’accepter une mission commanditée par la dangereuse courtisane Gwinvere Kirena. Arrive alors le moment où il prépare soigneusement son attirail et attise son Don.

.
.

Durzo BlintCette nouvelle est une préquelle à l’univers « L’ange de la nuit » de Brent Weeks. Ce livre est a priori très alléchant, vous pensez bien : un récit concernant le pisse-culotte Durzo Blint !

Mais il s’agit là d’une de ses aventures et non d’un écrit focalisé sur sa personne ; ceci dit, cela nous donnera un début de compréhension quant à sa personnalité. La nouvelle doit être lue comme un bonus et non pas comme de quoi étancher sa soif concernant ce protagoniste.
.

On croisera également d’autres personnages secondaires que je vous laisse découvrir. Les nombreuses connections me donne envie de me replonger dans la saga que j’avais adorée.

.
.

Le livre contient en plus de la nouvelle de cinquante pages, un glossaire – avec les annotations acerbes du chambellan –, une liste des personnages, deux chapitres bonus tirés de « Au-delà des ombres » concernant Feir Cousat. Hormis la nouvelle, le livre n’a pas grand intérêt. Ces annexes manquent de saveur et ne semblaient pas être destinées à la publication.
Enfin, cette nouvelle n’est pas un bon prélude pour s’attaquer à la trilogie, elle ne saura donner envie : pour apprécier la plume, préférez la lecture du cycle « L’ange de la nuit ».

.
.

« L’ombre parfaite » de Brent Weeks est une préquelle concernant le pisse-culotte Durzo Blint. La nouvelle d’une cinquantaine de pages vous entraine sur ses pas dans la réalisation d’une mission. Si cette novella vous sera agréable, c’est uniquement en la considérant comme un bonus. Le reste du livre est décevant et ne sera utile pour le lecteur aguerri. Envie de tester la plume de l’auteur ? Dirigez-vous de préférence vers sa saga « L’ange de la nuit ».

.
.

Extrait Ombre parfaite Brent Weeks.

L ombre parfaite Brent Weeks

.

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : Les souvenirs de lecture quant à la trilogie, qui remontent en surface.

.

Dans le chaudron :
L’ange de la nuit
¤ La voie des ombres, tome 1
¤ Le choix des ombres, tome 2
Le dimanche je lis des nouvelles et des novellas¤ Au-delà des ombres, tome 3

.

Et voici ma petite participation car « Le dimanche, c’est court« .

.
CITRIQ

.

Pic : Durzo Blint par Brent Weeks
.

Enregistrer

Enregistrer

ROTH Veronica – Divergente ~ Allégeance, tome 3

11/06/2014 30 commentaires

.

Divergente Veronica Roth tome 3Titre : Allégeance (Divergente, tome 3)
Auteur : Veronica ROTH
Plaisir de lectureetoile 2 Livre avec regrets

.

Les sans-faction ont renversé le système politique en place : ils veulent imposer à tous la disparition des factions et de leur fonctionnement. Tris, Quatre et d’autres décident de fuir ce régime totalitaire pour, dans un premier temps, prendre une goulée d’air frais…

.
.

Divergent symbol)°º•. Nous retrouvons évidemment Tris et Quatre qui se partagent la trame narrative en suivant leur point de vue respectif. On notera le grand point positif des personnages : peu sont manichéens. Par contre, le nom des secondaires sera difficile à retenir –comme sur les deux tomes précédents – car nous, en tant que lecteurs, n’arrivons pas à les différencier : trop lisses, pas assez d’émotions qui leur sont rattachées. Sortiront du lot, Caleb à qui Tris en veut particulièrement et Peter, du simple fait de son évolution durant la saga.

.
La guerre entre Factions et sans-faction semble déjà ne plus intéresser l’auteure (un peu comme un nouveau jouet dans les mains d’un enfant qui aurait raté son test d’entrée) qui se dégage de là avec l’entrée en course d’une troisième entité.

.

Lire la suite…

Fenriss – La marque d’Ysengrin – Carrousel funeste, tome 1

23/05/2014 12 commentaires

.

Carrousel funeste Fenriss La marque d'Ysengrin tome 1Titre : Carrousel funeste (La marque d’Ysengrin, tome 1)
Auteur : Fenriss
Plaisir de lectureetoile 2 Livre à regrets

.

A Paris, un massacre vient d’avoir lieu. Le commissaire Franco et l’inspecteur Markez, deux professionnels de la Criminelle vont être en charge de l’enquête. Cette affaire semble impliquer aussi Esperanza qui se trouve poursuivie en ignorant pourquoi. Cependant, les répercussions ne touchent pas que le monde Ordinaire et Agartha l’est tout autant.

.
.

Nous suivons plusieurs groupes de personnes : D’abord, Markez, Franco et Chloé qui enquêtent sur la nouvelle drogue appelée “T1” ainsi que sur la disparition de personnes. Ensuite, Esperanza sera accueillie par Titi et Jean alors que Petiot la prend en chasse. Enfin, à la Cour, le Roi surnommé Masque-de-fer compte sur son Assassin officiel, Vidocq. Tous se réunissent autour de son ennemi public, Arsène Lupin ; nous retrouvons Dame Poulain, Dame Blanche et la Reine Noire pour fêter l’anniversaire de ce dernier.

Lire la suite…

ROTH Veronica – Divergente ~ Les insurgés, tome 2

28/01/2014 18 commentaires

.

Les insurges Veronica Roth Divergent tome 2Titre : Les insurgés (Divergente, tome 2)
Auteur : Veronica ROTH
Plaisir de lectureetoile 2 Livre à regrets
.

Tris déjoue les plans des érudits, mais rien n’est gagné. Dans un contexte socio-politique très difficile, elle va devoir trouver des alliés pour renforcer ses choix. Côté intimité, elle tente de faire face aux pertes qu’elle a subies. Tris est perdue, elle risque de perdre pied.

.
.

Insurges tome 2 Divergente)°º•. Tris est instable à la suite des récents évènements. A l’instar du fameux dicton du « ni oui, ni non », elle est toujours prête. Ses doutes psychologiques la tireront vers le bas. Quatre est un protagoniste secondaire mais bien plus mystérieux. Je l’ai trouvé plus intriguant, plus mesuré et pourtant avec une force égale pour suivre ses idées. Bien que le triangle amoureux n’existe pas dans ce tome, j’ai eu du mal avec toute cette mièvrerie. Tris se demande davantage si elle va voir Quatre à la fin de sa journée plutôt que de savoir si elle sera toujours vivante.

.
.

On porte tous les deux la guerre en nous. Parfois, c’est ce qui nous maintient en vie. Parfois, c’est ce qui menace de nous détruire.

.

Heureusement, nous avons davantage de détails à se mettre sous la dent concernant les divergents mais aussi les sans-faction. Nous sommes maintenant familiarisés avec les factions, leur comportement et leur mode de pensée. Lors du récit, nous nous questionnons sur les personnages, nous devenons suspicieux et notons à chaque coin de rue des ambiguïtés. Quid de l’émergence d’une nouvelle société ? Réponse dans l’ultime tome.

.

J’ai oublié ma montre.
Quelques minutes ou quelques heures plus tard, quand la panique s’apaise, c’est ce que je regrette le plus. Pas d’être venue – ce choix m’a paru s’imposer –, mais l’impossibilité de savoir depuis combien de temps je suis assise là. J’ai mal au dos, ce qui me donne une indication, mais elle reste trop vague.

Ça, ça apporte vraiment quelque chose au récit (huhu).

.
.

Insurges tome 2 Divergente 02)°º•. L’ambiance est bien plus sombre sur ce volet avec le clash de la société. Je trouve toujours qu’il manque de background à l’histoire, mais cela colle davantage à la course effrénée dans ce tome-ci.
.

J’ai souvent croisé des lecteurs ne se rappelant plus le nom des personnages ni même leurs relations entre les lectures de tomes 1 et 2 (et là je ne parle pas de personnes tertiaires). A mon sens, c’est une preuve du fait que le récit ne s’ancre pas dans notre esprit. Oui, j’ose le dire : la lecture est rapide mais relativement creuse.
.

Les rebondissements sont nombreux mais on frise l’indigestion : certains sont plus que secondaires et d’autres n’apportent pas d’éléments nouveaux. Le réalisme est envoyé par-dessus la jambe et je trouve cette manière un peu déconcertante et fort dommage. De multiples questions demeurent et Veronica Roth nous offre un grand cliffhanger.

.
.

Le tome 2 de « Divergente » continue l’histoire où s’était arrêté le premier volet. Tris semble sombrer encore et toujours, quitte à mettre en péril toute relation avec autrui. L’auteure livre enfin quelques éléments sur les divergents et les sans-faction mais on reste encore avec des questions plein la poche. Peu de background colle parfaitement à l’action. Mais trop de retournements nuisent à l’efficacité d’un tel récit. Ceux qui aiment découvrir les univers seront assez déçus par la superficialité des descriptions. Non amoureux de la romance, passez votre chemin. Si vous aimez les romans qui se lisent vite en bon page-turner et qui vont « très » à l’essentiel, vous serez peut-être convaincus.

.
.

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : Plus qu’un !

.

Dans le chaudron :
¤ Divergente, tome 1
¤ Hunger Games de Suzanne Collins
¤ La 5e vague de Rick Yancey

.

Defi valeriacr0Challenge Jeunesse YA

.La lecture du tome 2 est mon défi de janvier pour le Valériacr0. Il s’agit aussi d’une nouvelle entrée pour le challenge jeunesse/YA.

.
.

Bazar de la littérature (Melisende), Délivrer des livres (Hérisson08), De livres & d’épice, Les chroniques d’Evenusia, Les lectures de Mylène, Le marque-page de Choukette, Muti et ses livres, Perdre une Plume se sont demandé où allait Tris.

CITRIQ

.

Pics : #01 Insurgent par Leabharlann ; #02 Tris Prior par Aster-phire.

.

.

.

ROTH Veronica – Divergent, tome 1

21/01/2014 46 commentaires

.

Divergent tome 1 RothTitre : Divergent, tome 1
Auteur : Veronica ROTH
Plaisir de lecture Livre à regrets

.

Comme tous les jeunes de sa génération, Tris doit passer un test d’aptitude pour déterminer la vertu la plus proche de sa personnalité et intégrer la faction éponyme pour sa vie d’adulte. Malheureusement, son test révèle une incohérence. Cette dernière pourrait signer son arrêt de mort. Tris va devoir être acceptée par son nouveau clan en vivant avec une épée de Damoclès au-dessus de sa tête.

. .

)°º•. Tris, de son vrai nom Beatrice Prior est née chez les Altruistes. Elle ne s’y sent pas très à l’aise et attend la simulation avec impatience. Sauf que cette dernière ne l’aidera guère à se sentir mieux : elle doit réaliser son choix toute seule. .

Ce monde est séparé en cinq factions : les Audacieux, les Sincères, les Erudits, les Fraternels et les Altruistes. Le trait de caractère principal de chaque individu est déterminé par la simulation et surtout la réaction au scénario. Chaque groupe apporte sa contribution à la société. Mais en réalité, les factions cohabitent et chacune déteste la qualité des autres et cultivent la sienne presque à l’excès. La faction à nouvellement intégrer ne dépend ni des envies ni des liens de sang de chacun. .

Une ribambelle de personnages lui gravitera autour mais Tris reste la protagoniste de la saga. On rencontre également Quatre qui sera son formateur. S’il n’y a pas de triangle amoureux on ne pourra cacher que l’histoire d’amour démarre sur les chapeaux de roue. Dans l’ensemble, je n’ai pas eu d’accroche à elle ni aux autres et cela ne m’a pas forcément aidé à apprécier l’histoire. De plus le principe de divergence est très peu exploité dans ce premier tome et je trouve cela dommage que l’auteur le garde inaccessible pour l’utiliser sur les tomes suivants.

. .

)°º•. Veronica Roth a voulu créer des personnes ressemblant aux adolescents actuels, mais j’ai trouvé qu’ils étaient trop lisses et par conséquent superficiels. Le retour sur notre société n’est pas très discret même si elle tente de décrire un monde très strict comme si c’était une conséquence future de nos actes. .

J’aime les romans initiatiques et surtout les périodes d’apprentissage ; je pense notamment à Chronique du Tueur de roi de Patrick Rothfuss et L’ange de la Nuit de Brent Weeks qui m’ont comblée sur cet aspect-là (et sur d’autres, aussi). Mais ici, même si on entre dans le schéma désormais classique – et très apprécié outre-Atlantique – de l’adolescente de 16 ans et de son passage à la vie adulte, il manque une peu de vraisemblance pour que je sois happée. J’avais surtout l’impression de me retrouver à la cour de récré et d’observer des adolescents et leurs sentiments. .

Même s’il est estampillé dystopie, je n’ai pas particulièrement vu la trace d’une époque futuriste. D’ailleurs, la description des ambiances et de l’environnement passe complètement à la trappe. Le récit au présent m’a particulièrement surprise. « Divergent » se lit vite, grâce au découpage en petits chapitres mais parce que je n’ai pas trouvé assez d’éléments à  me mettre sous la dent. Alors vous avez compris, si je reste assez dubitative sur l’histoire, c’est à cause de multiples aspects que je viens de citer. Il n’empêche que j’ai bien aimé les sauts en train de marche pour arriver dans les quartiers de l’une des factions.

. .

« Divergent » de Veronica Roth traite le passage à la vie adulte dans une société drastique. Le peuple est séparé en cinq factions selon leur vertu principale. Si on évite le triangle amoureux, il n’en reste pas moins que je trouve les personnages assez fades dans l’ensemble. L’écriture reste simple mais on regrette que le scénario ne soit pas un peu plus riche.

. .

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : offert par Neph pour mon anniversaire (2012) ; dévoré lors du Week-end à 1000, session juin 2013.

.

Dans le chaudron :
¤ Hunger Games de Susanne Collins

.

logo challenge Jeunesse Young Adult 2013

. .

Voici une participation pour le challenge jeunesse/YA.

.

.

Anarésume (Anassete), Délivrer des livres (Hérisson08), Fantasy Princess (Ethernya), Lectures trollesques (PtiteTrolle), Le marque-page de Choukette, Le rêve du renard (Yume), Les carnets de Radicale, Les lectures de Mylène, Les mots de Mélo, Livr0ns-n0us (Sarah), Mes lectures de l’imaginaire (Olya), Mon coin lecture (Karine), Muti et ses livres, Pages après pages (Ptite_Speculoos), Perdre une Plume, Ptite_boukinette (Azariel) Regard d’enfant (Thalia) savent peut-être quelle est leur faction.

CITRIQ

.

.

.

RIVAT Feldrik – Les Kerns de l’Oubli ~ Les larmes du désert, tome 2

16/01/2014 13 commentaires

.

Les larmes du desert Feldrik Rivat Les kerns de l oubli tome 2Titre : Les larmes du désert (Les Kerns de l’Oubli, tome 2)
Auteur : Feldrik RIVAT
Plaisir de lecture Livre à regrets
Tome 1, tome 3

.

Armenac’h n’est plus. Erkan, Sage-Guerrier revient à lui même si les premiers pas dans sa vie d’avant sont difficiles. Les Frères Blancs prennent de plus en plus d’importance auprès des citoyens et la sécurité de tous arrive au point de rupture. Il n’est pas facile pour Erkan de concilier les différentes missions qui lui incombent. Pour Cataxak, un avenir prospère se profile.

.
.

Les larmes du desert Feldrik Rivat)°º•. La cité d’Armenac’h est devenue un simple caillou, les frères Blancs se réunissent en fraterns, l’ordre salvateur explore la cervelle des personnes. Cataxak prend son envol. Heureusement, Erkan retrouve la mémoire mais il ne se souvient pas d’avoir inhaler la plante de l’oubli. Il pense donc vivre son Épreuve. Ces soixante-dix premières pages m’ont été longues : j’avais peur que l’auteur nous emprisonne dans la boucle vicieuse où Erkan revit inlassablement un réveil. Mais très vite nous sommes plongés dans l’aventure. Nous suivons le voyage d’Erkan avec Cardanapak, Pasang et Kesfang. En parallèle, nous découvrons d’autres visions par l’intermédiaire du protagoniste. J’adore toujours Cataxak, qui orne sur la couverture de ce deuxième tome.
.

Les caractéristiques particulières du parler des personnages que je vous avais détaillé sur la chronique du tome 1 sont plus discrètes. J’en viens parfois à sourire de voir les nombreux “k” et “â” de Cardapanak et j’apprécie toujours les “mirifique” de Cataxak. Chaque personnage devient le narrateur de parties. Ces chapitres sont moins nombreux et plus facilement identifiables par le lecteur, habitué à les côtoyer. L’auteur s’en amuse aussi, je pense notamment aux chapitres très courts en en alternance d’Erkan et de Frère Amoko.

.
.

)°º•. Le rythme à deux vitesses que j’avais relevé au premier tome a bien été travaillé. Il sert bien mieux le récit et on sent que Feldrik Rivat prend toujours plaisir à user de son imagination pour nous servir une histoire prenante. Le langage est soutenu mais colle parfaitement à cette fantasy épique. J’ai savouré l’art des billes-mémoires qui permettent d’entendre la mémoire de l’eau. En prenant en compte son épopée, ses compagnons, sa façon de s’exprimer et ses šhåmanies, j’ai rapproché ce récit de La Belgariade de Leigh et David Eddings.

La couverture de ce deuxième tome est aussi celle d’Alexandre Dainche.

.
.

“Les larmes de l’oubli” gomme les petites imperfections du tome 1 notamment sur les multiples points de vue narratifs et l’entretien du rythme. Nous faisons davantage connaissance d’Erkan et suivons son périple. Le récit est grandement intéressant et on suit les actions de plusieurs points de vue. On termine le volume sur une grande interrogation et je suis impatiente de découvrir la fin de cette trilogie fantasyienne.

.

.

Les larmes du desert Feldrik Rivat extrait

.

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : Ah, Cataxak !

.

Dans le chaudron :
¤ L’exil, tome 1

.

Logo Lecture Equitable

.

Il s’agit-là d’une nouvelle lecture équitable avec les Éditions de l’Homme Sans Nom.

.

.

CITRIQ

 

 

Cette lecture a été réalisée en partenariat avec Feldrik Rivat et les éditions de l’Homme Sans Nom.

.