Accueil > HOBB Robin > HOBB Robin – L’assassin royal ~ L’assassin du roi, tome 2

HOBB Robin – L’assassin royal ~ L’assassin du roi, tome 2

.

Titre : L’assassin du roi (L’assassin royal, tome 2)
Auteur : Robin HOBB
Plaisir de lecturecoeur notation Livre avec entrée au Panthéon
Tomes 1, 3, 4, 5, 6

.

Bien que Fitz se remette péniblement de son empoisonnement, il n’est pas au bout des ses peines : à la cour, des amours se déclarent, d’autres ont du mal à décoller, la royauté s’affaiblit alors que des complots se dessinent. En dehors de Castelcerf, les Pirates rouges font toujours parler d’eux et les forgisés se dirigent droit sur la ville. Notre héros se retrouve au milieu de ce grand fourbi alors que sa position et ses choix personnels doivent s’affirmer en pleine tourmente.

.
.

)°º•. Un des plus grands atouts de cette histoire est l’épaisseur des personnages que présente Robin Hobb : ils sont réellement attachants.  Si de prime abord, on a l’impression de ne pas connaître réellement leur passé et leurs sentiments, Hobb s’attache pourtant à nous distiller ces informations sur le long cours de manière assez naturelle.
.

Fitz est une pleine période adolescente et du haut de ses 15 ans, il n’est pas facile de jongler avec ses multiples rôles : assassin, bâtard et amoureux. Vaille que vaille, il tente de maintenir les relations avec ceux de son entourage. Il est tiraillé en tout sens : amour-raison, liberté-devoir et Art-Vif.
.

Dans ce livre-ci, Burrich et Umbre sont beaucoup moins présents, Fitz se rapproche du prince Vérité – que j’apprécie de plus en plus malgré un caractère très vivace – . Patience veille toujours au grain (ou sur le sien ?) et est assistée par Brodette ; Molly quant à elle, sous la tenue bleue de servante est la cause de grands troubles chez notre jeune homme. Kettricken, nouvellement à la Cour sera assez présente dans ce tome, et c’est vraiment appréciable, de la côtoyer, de la voir évoluer… de devenir une Dame sans qu’elle occulte son caractère. Il n’en va pas moins que Subtil, le roi tombe malade et s’enfonce dans ses soucis de santé comme le Fou qui reste tout aussi mystérieux bien qu’il nous fasse quelques révélations, encore un peu obscures à nos yeux. « Son origine, son âge, son sexe et sa race sont tous sujets à conjecture ».
.

Dans le cœur de Fitz, il n’y avait qu’un seul ami à poil : Fouinot, chiot au moment de leur rencontre. Leurs relations étaient au-delà de toute compréhension par l’entourage, très forte et dépassant tout ce que vous pouvez imaginer. Cependant, Œil-de-Nuit lui donne tout son affection et véhicule des valeurs de son espèce à Fitz, malgré le désaccord de ce dernier.  Fitz se fait définitivement adopter.

.
.

)°º•. Ce tome VF est la première moitié du tome VO « Assassin Royal » et est pourtant diablement riche !

Si on peut ressentir un peu moins d’actions dans ce volet, on aboutit à une découverte plus approfondie des personnages. Il y a certes moins d’esclandres et autres batailles, mais les complots de cour sont toujours présents. Fitz n’a pas de mission a proprement parlé comme c’était le cas dans le premier tome. Cependant, ce sont les liens et conflits entre les personnages qui donnent toute l’importance à « L’assassin du roi ».
.

En ouverture de chapitre, on y découvre quelques lignes écrites par la plume de Fitz qui conte ses mémoires afin de sauvegarder ses souvenirs pour autrui : détails des traditions, du monde politiques, des événements présents au moment où se déroule telle ou telle action. Ces préludes offrent une vision globale assez appréciable et qui semblent encore plus judicieux en cas de relecture si j’ai bien compris.
.

Les intrigues sont toujours palpitantes : la menace des Pirates rouges et des Forgisés est présente bien qu’en sous-fonds ; Fitz est plongé dans les dessous politiques contre son gré. Hobb devient un très bon chef d’orchestre par son écriture soignée. Le suspense demeure latent, il s’étire sans le côté « sur le feu » mais fait de nous de grands curieux.


.

La trame est riche, nous promettant encore de grands moments. Parfois, c’est comme si on regardait une gigantesque tapisserie à la lumière d’une lampe torche : si on arrive un tantinet à se focaliser sur un point, beaucoup de choses restent pour l’instant dans l’ombre. Cette histoire très intense dessine un point d’orgue sur la psychologie des personnages même si on ne note pas d’acte décisif sur le terrain. La justesse des sentiments est à mettre en avant : pas d’amour dégoulinantes, pas de héros super-méga-fort.
.

Le traitement des informations est exquis : Hobb a l’art et la manière de donner les informations avec parcimonie, de nous les faire parvenir, de nous attacher mais aussi de nous proposer un second angle de lecture, une nouvelle approche. Ah, signalons aussi les nombreuses interrogations qui découlent de tout cela : pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ?

.
.

Un tome dense où les mœurs de la Cour sont mises en avant : l’intrigue n’est pas réellement sur le terrain mais au niveau des intrigues politiques. Fitz doit se positionner en sortant de l’innocence de son enfance et des responsabilités qui lui incombent maintenant. La sphère de Castelcerf est en perpétuel mouvement et c’est sans aucun doute ce qui nous tient tant en haleine grâce à une écriture vive.

.
.

)°º•. Biographie
Robin Hobb aussi connue sous le pseudonyme de Megan Lindholm s’appelle Margaret Astrid Lindholm Ogden, née en 1952. Dès 1971, elle s’investit dans l’écriture : si elle utilise des pseudonymes différents pour insuffler des approches différentes dans l’écriture, il n’en demeure pas moins que signer sous le couvert d’une identité relativement masculine avec Robin Hobb, lui a permis de se faire accepter dans ce milieu. L’ensemble de son oeuvre s’inscrit dans le médiéval-fantastique.
Son site sous le pseudonyme de Megan Lindholm, et celui de Robin Hobb.
Vous pouvez retrouver le détail du découpage français de ses cycles de l’assassin royal et des aventuriers de la mer, ici.

.

.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :
¤ L’apprenti assassin, tome 1
¤ La nef du crépuscule, tome 3
¤ Le poison de la vengeance, tome 4
¤ La voie magique, tome 5
¤ La reine solitaire, tome 6
¤ Cycle des aventuriers de la mer

.

Souvenir de lecture : Kettricken, une Reine-en-devenir comme on aimerait plus souvent en voir !

.

.
On continue la Lecture commune au long cours partagée avec Olya & Eirilys, on se rend très vite compte que nous avons la même sensibilité quant aux actions des personnages… ce qui nous en fait adorer certains et détester d’autres.

.

Vous pouvez retrouver l’avis d’Olya et aussi celui de A demi-mot (Elise), Carnet de lectures de Iani, Hydromielle, Le bazar de la littérature (Mélisende), Le blog d’une P’tite Elfe, Les lectures de Cachou, Les victimes de Louve, Lire et délires (flof13), Livr0ns-n0us (Sarah), Thé, lectures et macarons (Syl.), Valeriane & Books.

CITRIQ

.

Pics :#01 Kettricken ; #02 Molly par ~Vlac.

.

.

Enregistrer

Enregistrer

Categories: HOBB Robin Tags: ,
  1. melisende
    12/05/2012 à 08:29 | #1

    Superbe avis que je partage complètement !
    En effet, c’est plus un tome centré sur la « psychologie » que sur l’action mais comme tu le dis, c’est si bien amené… ce qui me fait penser qu’il faudrait quand même que je lise le tome suivant !
    Superbe les illustrations, surtout Kettricken (un personnage que j’ai beaucoup apprécié).

    • 14/05/2012 à 11:34 | #2

      Eirilys a formellement conseillé de lire le tome 3 assez rapidement... ce qui se comprend tout à fait puisque c'est à l'origine, la seconde moitié du tome 2 VO ;)

  2. S.aureus
    12/05/2012 à 10:58 | #3

    Salut !
    J’ai lu toute la série et je te la conseille ! Personnellement, j’y ai trouvé quelques longueurs par moment (on a parfois envie de flanquer une baffe au héros et certains passages sont un peu vides), mais c’est vrai que la force de la série tient surtout dans les personnages très humains qui sont vraiment bien détaillés. C’est vraiment une œuvre typique de l’héroïque fantasy (à différencier de la fantasy épique comme chez Tolkien par exemple).

    • 14/05/2012 à 11:35 | #4

      En tout cas, pour l'instant je ne ressens pas les longueurs ou l'envie de mettre des claques :)

  3. eirilys
    12/05/2012 à 12:32 | #5

    Ton avis m’impressionne, bravo!
    Et sinon, le découpage français joue beaucoup sur les impressions car si on prends les tomes 2 & 3 ensemble, ils se passe énormément de choses en fait. Mais ça n’enlève pas les petites longueurs.
    « Parfois, c’est comme si on regardait une gigantesque tapisserie à la lumière d’une lampe torche : si on arrive un tantinet à se focaliser sur un point, beaucoup de choses restent pour l’instant dans l’ombre. » c’est exactement ça et si bien dit en plus. Si tu savais tout ce qu’il reste à découvrir et même avec tout ça, j’ai toujours la même impression.

    • 14/05/2012 à 11:36 | #6

      Oui, heureusement qu'on rattaque bientôt :) Ah je ne trouve pas vraiment de longueurs pour l'instant...

  4. 12/05/2012 à 20:07 | #7

    Je suis tout d’accord avec toi ! 😀 oui, je sais, c’est pas très développé, mais je suis malade !

    Tiens, c’est la première fois que je n’accroche pas trop aux illustrations que tu as insérées dans ton article. Que ce soit Molly ou Kettricken, je ne les imagine pas comme cela. J’imagine Kettricken un peu plus épaisse et large au niveau des os (oui, bon, c’est pas flatteur dit comme ça, mais ça n’empêche pas que je l’imagine avec beaucoup de charme).

    J’ai hâte d’être le 17 pour qu’on commence la lecture du tome 3 🙂

    • 14/05/2012 à 11:37 | #8

      A vrai dire, je ne visualise pas ces filles comme ça, mais j'ai trouvé que cette représentation assez intéressante :)

  5. 13/05/2012 à 20:45 | #9

    Profondeur des sentiments, analyse fine de la psychologie des personnages et des liens qu’ils entretiennent, intérêt des intrigues de la cour … tout est dit et tout me donne envie de me replonger à nouveau dans cette série qui est probablement ma préférée depuis un certain nombre d’années. Hâte de lire vos autres billets à Olya et toi, j’ai la sensation que vous parlez d’amis avec qui j’ai partagé d’intenses moments de lecture.

    • 14/05/2012 à 11:39 | #10

      Ah je comprends ce que tu ressens, cela me fait le même effet quand je lis une chronique sur la Tapisserie de Fionavar de GGKay ;) Tu l'as relue déjà ? Combien de fois ?

  6. 14/05/2012 à 14:49 | #13

    AcrO, heureusement que je fais le billet avant le tien car tu me découragerais de suite ! Trop bien construit, trop bien écrit ! Il faut vite que je lise le 3ème…
    A bientôt

    • 14/05/2012 à 17:05 | #14

      Oh il ne faut pas :) Tu vois, moi je trouve que tu sais très bien raconté l'histoire contrairement à moi ;) De notre côté, on commence le tome3 le 17 mai.

  7. 14/05/2012 à 20:53 | #15

    Je suis bien d’accord avec toi. L’essentiel de ce cycle tient surtout dans son réseau de personnages. Robin Hobb tisse des héros si particuliers qu’on attend impatiemment les rencontres et les interactions. La mythologie est, dans le fond, assez discrète. C’est peut-être ce qui rend le récit aussi accessible. L’important n’est pas la quête machin avec le magicien bidule mais ce sont les amis, les ennemis, les amours, les mentors… On a rapidement beaucoup d’affection pour cette galerie de portraits. Fitz est toutefois un héros particulier… un peu passif peut être (du moins dans mes souvenirs). Il subit tout de tout le monde mais agit peu par lui-même.

    • 15/05/2012 à 10:38 | #16

      C'est vrai qu'on pourrait croire qu'il est passif mais je ne ressens pas encore ce côté-là car dans ces deux premiers tomes, il reste encore très jeune, il a 15 ans dans l'assassin du roi. Après, c'est parfois bon aussi de voir que le protagoniste n'est pas un super héros qui encaisse tout avec facilité.

  8. 14/05/2012 à 21:28 | #17

    Cette série se prête bien à la relecture, comme c’est plus ou moins les « mémoires » du héros, des fois il déborde un peu (surtout dans les exergues) du coup c’est marrant de redécouvrir ça avec un oeil avisé ^^

    • 15/05/2012 à 10:38 | #18

      Donc tu es déjà entrain de me conseiller de les relire ? ;)

      • Vert
        15/05/2012 à 13:15 | #19

        Euh… attends quand même d’avoir fini le 1er cycle pour ça… voir le 2e en fait 😀

        • 17/05/2012 à 17:50 | #20

          Je vais déjà commencer par une lire une fois les deux cycles :D

  9. 15/05/2012 à 20:33 | #21

    Et tu vas voir, les autres tomes sont encore mieux! Plus tu avances, plus tu deviens AcrO 😉 bisous!

  10. 15/05/2012 à 22:33 | #23

    Très sympathique chronique qui rejoint ce que j’en ai pensé aussi.
    Tu racontes bien sans en dévoiler de trop.
    Cette série est vraiment terrile!

  11. 21/05/2012 à 22:53 | #26

    Je suis d’accord avec toi : les personnages sont vraiment la force de cette série, autant d’un point de vue émotionnel que psychologique.

  12. 30/05/2012 à 11:01 | #28

    quelle saga ! quels personnages ! je suis une grande mais une grande fan !

  13. 10/06/2012 à 14:40 | #30

    J’étais assez tentée par cette série mais je ne savais pas trop si j’allais me lancer. Je crois que tu m’as convaincue

  1. 12/05/2012 à 19:53 | #1
  2. 13/05/2012 à 19:47 | #2
  3. 15/05/2012 à 06:57 | #3
  4. 15/05/2012 à 11:33 | #4
  5. 24/05/2012 à 09:00 | #5
  6. 03/07/2012 à 16:35 | #6
  7. 15/07/2012 à 09:23 | #7
  8. 21/08/2012 à 08:50 | #8
  9. 21/08/2012 à 13:56 | #9
  10. 13/09/2012 à 08:22 | #10
  11. 07/10/2012 à 18:01 | #11
  12. 12/10/2012 à 06:53 | #12
  13. 30/12/2012 à 15:09 | #13
  14. 04/01/2013 à 08:13 | #14
  15. 15/01/2013 à 08:43 | #15
  16. 20/01/2013 à 16:52 | #16
  17. 25/02/2013 à 07:57 | #17
  18. 10/04/2013 à 08:12 | #18
  19. 20/12/2015 à 21:41 | #19
  20. 22/08/2016 à 10:47 | #20