Accueil > PRIEST Christopher > PRIEST Christopher – Conséquences d’une disparition

PRIEST Christopher – Conséquences d’une disparition

.

Couverture du roman Conséquences d'une disparition de Christopher PriestTitre : Conséquences d’une disparition
Auteur : Christopher Priest
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir
Christopher Priest parle du livre sur son blog (en anglais)
Lire les premières pages

.

Ben Matson vit tranquillement en famille sur l’île écossaise de Bute quand il apprend brutalement la mort de Kyril Tatarov, un scientifique renommé. Il l’avait interviewé voilà dix-sept ans et des souvenirs remontent à la surface. Notamment la disparition de la femme qu’il a tant aimée, Lilian Viklund, dans les attentats du 11 septembre 2001. Les rencontres qui suivent l’amènent toujours au même questionnement : l’effondrement du World Trade Center.

.
.

Réinventer un événement réel dans une version romancée m’avait fait toucher du doigt l’importance de la fiction, de la narration, lorsque la vérité était trop malséante ou trop complexe, ou tout simplement une chose que l’on préférait ne pas révéler. On pouvait toujours raconter une histoire.

.

Le roman de Christopher Priest tourne autour des attentats du 11 septembre 2001, le plus gros événement médiatique et à controverses. Le sujet n’a pas donné toutes ses réponses. Les conséquences de ce drame ont marqué l’humanité au niveau de la politique mondiale. L’auteur l’indique clairement : ce n’est pas un travail de journalisme même si son protagoniste l’est de métier. Christopher Priest émet des hypothèses sans verser dans le conspirationnisme, en évitant soigneusement la psychose de masse. Il donne même envie de nous replonger dans les informations liées à l’événement.

.

Si des gens définissent des situations comme réelles, alors elles sont réelles dans leurs conséquences. Autrement dit, c’est l’interprétation d’une situation qui détermine l’action.

.

Il peut exister des impressions sur les attentats qui reposent sur une dissonance cognitive et c’est par cette brèche que l’auteur s’engouffre.

Deux fils temporels se mélangent : on retrouve Ben Matson, le protagoniste sur plusieurs époques. Dans la (re)construction de ce dernier, une ombre hante son présent, et ce, sans mièvrerie. Le réalisme des personnages est un élément réussi – comme souvent dans les romans de Christopher Priest – et cela me captive.

Par l’utilisation d’un accident cérébral vasculaire à l’un des personnages, on remarque que des souvenirs peuvent être présentés, vécus et surtout rapportés de manière déformée. Quid de l’interprétation ? Cela rejoindra alors les incohérences de cette catastrophe et d’un raisonnement global illogique.

Le symbolisme est manié avec force et intensité, en usant des métaphores. Le cerveau du lecteur démarre alors au quart de tour durant la lecture pour se demander tout simplement s’il n’existe pas plusieurs réalités.

Dernier fil à ajouter à ce schéma : le traumatisme qui va tenailler une personne, celui d’avoir perdu un être proche sans avoir la certitude qu’il est réellement décédé.

On arrive au point d’orgue, on parle de disparition : des deux tours, d’un amour, de la mémoire et de la vérité.

.

La dernière raison pour laquelle je ne pouvais accepter l’idée d’un complot était la plus difficile à écarter : c’était la peur.
Pour moi, considérer qu’une quelconque officine gouvernementale américaine pût être complice de la mort de tous ces innocents impliquait d’infirmer une vie entière de postulats sur le monde dans lequel j’avais grandi.

.

.
La qualité de l’écriture est toujours présente, avec le style raffiné de cette plume ; et de l’habilité à dérouler une telle intrigue.

On reconnait facilement les bases d’un thriller psychologique avec la touche priestienne qui embrasse le jeu avec la réalité, l’interrogation permanente sur la fiabilité des événements exposés et sur l’identité des personnages. On en vient à douter de tout, jusqu’à la narration.

Certains éléments ont été abordés trop succinctement pour moi comme les instants avec Tatarov qui m’ont semblé trop courts. Je me suis également demandé où l’auteur voulait m’emmener, si j’y suis bien arrivée et si j’ai bien appréhendé le cheminement.

Je pense que circonspection répond à la question puisque systématiquement après la lecture d’un roman de Christopher Priest, je songe à l’histoire durant plusieurs jours.

.

« Conséquences d’une disparition » demeure un roman abordable, sans doute celui à l’intrigue la moins mystérieuse des titres de l’auteur que j’ai déjà lus. Il reste proche de ses thèmes de prédilection (pour ma plus grande joie), et de façon voulue, quelques zones de réflexion restent ombreuses.

.

 

Photographie du roman de Christopher Priest titré "Conséquences d'une disparition" paru aux éditions Denoël
.

————————————————————————~*

.

Le chien critique, Les Lectures du Maki (Yogo)Lorhkan et les mauvais genres ont certainement visualisé l’image d’un Boeing 747.

.

  1. 18/10/2018 à 18:38 | #1

    C’est un excellent Priest qui donne envie de se replonger dans les œuvres de l’auteur, j’ai déjà L’adjacent en ligne de mire pour une période creuse.
    Ce livre soulève de bonnes questions sur la Vérité et le ressenti de chacun face à elle.

    • Acr0
      06/11/2018 à 19:20 | #2

      Heureusement, il me reste encore un petit bout de sa bibliographie à grignoter 🙂 Comme quoi, il n’y a aucune vérité absolue (mais qui en doutait encore ?)

  2. lutin82
    19/10/2018 à 13:50 | #3

    je ne suis pa une grande fan de Priest, et je dois dire que ce roman me tente beaucoup, beaucoup!
    Merci de cette petite chronique de rappel!

    • Acr0
      06/11/2018 à 19:21 | #4

      J’espère qu’il saura te plaire alors 🙂

  3. 19/10/2018 à 16:19 | #5

    I MUST DISCOVER PRIEST!!

    Bon donc, si je te suis bien, c’est une bonne entrée en matière pour le découvrir…
    HAN, j’en ai déjà noté tellement…. tu me conseilles lequel en prems?!

    • Acr0
      06/11/2018 à 19:22 | #6

      Celui dont le pitch te plait le plus ? 🤷‍♀

  4. 20/10/2018 à 18:13 | #7

    C’est Priest alors je suis conquise d’avance mais c’est toujours bien d’avoir une confirmation par une belle chronique ^^

    • Acr0
      06/11/2018 à 19:23 | #8

      Oh, merci ! J’espère qu’il te convaincra autant que moi.

  5. 23/10/2018 à 19:47 | #9

    Tu me donnes envie de lire un roman de l’auteur, tout bientôt… voire maintenant ! Bah bravo ! 😀

    • Acr0
      06/11/2018 à 19:31 | #10

      Ah, je suis contente alors 😊 Il faut dire que j’aime beaucoup cet auteur !

  6. 06/11/2018 à 20:25 | #11

    Lol 😂

  7. 12/11/2018 à 16:35 | #12

    C’est ce que j’aime tout particulièrement chez Priest : le cheminement parcouru, et les réflexions (parfois intenses) pendant et après la lecture ^_^ C’est pourquoi j’espère bien lire celui-ci aussi 😉

    • Acr0
      13/11/2018 à 13:29 | #13

      Je suis ravie de savoir que tu apprécies sa plume tout autant que moi.

  1. 19/10/2018 à 06:04 | #1