Accueil > LINDSAY Jeff > LINSDAY Jeff – Ce cher Dexter, tome 1

LINSDAY Jeff – Ce cher Dexter, tome 1

.

Ce cher Dexter Jeff LindsayTitre : Ce cher Dexter (tome 1)
Auteur : Jeff LINDSAY
Plaisir de lectureetoile 4 Livre à découvrir
Tome 2, tome 3, tome 4

.

Efficace dans son travail, tendre avec sa compagne, d’humeur joyeuse et d’apparence amicale, Dexter a tout plaire. Mais cette fine couche de peinture menace à tout moment de se craqueler pour révéler sa véritable nature. Et si l’une des personnes qu’il côtoie n’avait qu’une seule once d’idée de sa véritable identité, il crierait d’horreur. Mais pas lui. Les sentiments humains, il ne connaît pas.

.

Ayant vu entièrement la série télévisée éponyme, des rapprochements seront réalisés durant ma chronique.

.

Ce cher Dexter 02)°º•. Dexter a été recueilli très jeune par Harry. Il est devenu son père adoptif et Deborah, sa sœur. Dexter devient le narrateur de l’histoire ; ce qui permet un rapprochement efficace entre lecteur et personnage mais qui rend les secondaires beaucoup plus fades : ils manquent clairement de profondeur. Qu’on l’aime ou non, dans la série télévisée, Deborah « envoie ». Ici, elle n’est pas aussi exquise, elle est même trop écervelée (sans parler de son physique qui est à l’antithèse de sa version télévisée). Rita, Vince, Angel, Doakes, LaGuerta font partie du cercle le plus privé de Dexter.
.

Grâce à la narration à la première personne du singulier, nous avons accès aux sentiments de Dexter et on se rend compte de la complexité de sa réflexion. L’histoire est basée sur ce personnage et non pas sur l’enquête en elle-même : c’est pourquoi si vous aimez être tenu en haleine pour et par celle-ci et que vous n’êtes ici que pour la précision d’un pendule, vous risquez d’être déçus.
.
.

)°º•. Dexter tente à tout prix de se fondre dans le décor : une sœur, une petite amie, un boulot stable ; il est regular. Mais tout à fond de lui, sa nature première est celle d’un serial killer. Il respecte le code instauré par Harry pour ne pas tuer des innocents. Il se focalise sur des « méchants ». C’est l’envie irrépressible de respecter une procédure millimétrée tant pour ses agissements tant que pour satisfaire le Passager Noir. Ce dernier est la part obscure et incontrôlable de Dexter. Elle y est davantage développée dans la série papier que sur le petit écran : nous avons l’impression qu’il est relayé sur la banquette arrière d’un véhicule conduit par le Passager Noir dans ses moments les plus sombres.
.

Il vous faudrait également apprécier l’auto analyse qui prend les trois quarts du récit : Dexter va même devenir psychotique sur la toute fin. Le personnage pratique l’autodérision et cela permet aussi de soulager un peu la pression de la lecture. C’est très étrange de ressentir ses sentiments paradoxaux : peut-on s’attacher à un criminel ? Est-il juste d’éprouver de l’empathie pour un serial killer ? A-t-il valeur de justicier à nos yeux ?

.

_ Qu’êtes-vous ? murmura le père Donovan.
_ Le commencement, expliquai-je. Et la fin. Mon père, je suis votre Dé-créateur.

.
.

Ce cher Dexter 01)°º•. Quand j’ai voulu regarder le premier épisode de la série, je n’ai pas pu. J’ai coupé au bout de dix secondes puisque Dexter s’approchait d’un œil avec un scalpel. J’ai retenté, quelques jours après et j’ai été assidue tout au long des huit saisons. J’étais en plein visionnage de la première saison lorsqu’un ami m’a conseillé de les lire. Je l’ai regardé un peu les yeux ronds parce que je n’aime pas avoir la frousse, mais alors… vraiment pas. Je n’aime pas la torture non plus (surtout quand c’est réaliste, donc pas sur des zombies (je me répète, non ?)). J’ai commencé, j’ai kiffé. J’ai mangé les trois premiers tomes avant d’attaquer la deuxième saison télévisée. Par ailleurs, j’apprécie aussi la bande originale signée par Daniel Licht.

.

L’écriture est nerveuse, la plume acerbe convient parfaitement pour ce type de récit. En réalité, le roman est assez court et se lit très vite. La tendance à l’humour noir me fait toujours sourire. J’aime la vision caustique de Dexter et je trouve que le roman présente beaucoup plus de noirceur que la série éponyme.

Je reste toutefois assez intriguée par l’utilisation de la troisième personne parfois et de retrouver le nom de « Dexter » quand il parle de lui.  Il n’empêche que ce tome est l’un de mes préférés au vu de l’enquête qui s’y déroule.

.
.

« Ce cher Dexter », c’est la phase d’approche du personnage principal. On y constate immédiatement sa couverture et nous sommes tout de suite plongés dans le cœur de sa vie, et dans ses ténèbres, aussi. C’est vraiment délicieux de le voir réfléchir, se questionner, et « ne pas » ressentir.

.

Ce cher Dexter extraits

.

Ce cher Dexter 03
.

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : Les visites à la patinoire.

.

Dexter stampNon seulement il s’agit d’une lecture commune mais elle est aussi le choix du défi Valériacr0 d’octobre pour… Valeriane, qui a adoré détester LaGuerta.
Ptite-Boukinette
(Azariel) et Mélange de saveurs littéraires (Erato) ont aussi découvert le pot-aux-roses.

CITRIQ

.

logo Halloween 2013

.

.

Et voilà une participation pour le challenge Halloween.

.

.

Pics : #01 Axlesax ; #02 PatrickBrown ; #03 Amy art.
Et d’autres sont extra, mais spoilent : clic #1, clic #2, clic #3.

.

Enregistrer

  1. 27/10/2013 à 22:21 | #1

    Aaaah j’adore tes illu’s!
    Belle chronique 🙂
    De fait, j’ai trouvé Deborah vraiment tarte…. Et j’ai kiffé Laguerta 🙂
    Me rejouis de retrouver l’univers de lindsay. Surtout que la série n’a pas tout à fait collé au texte, ça fait double effet kiss cool!
    Par contre, ça ne m’a pas gêné ce passage à la troisième personne. Je pense que c’est une manière d’accentuer le fait qu’il se met en « extérieur » de lui même parfois.

    • 29/10/2013 à 19:32 | #2

      Je ne me souvenais pas que Deborah était si fade en réalité... Oui, le double effet kisscool devrait promettre pour la suite ;)

  2. 27/10/2013 à 22:42 | #3

    Il est dans ma PAL, j’ai hâte de m’y mettre du coup 🙂

  3. 28/10/2013 à 16:05 | #5

    Je ne sais pas si ça me plairait mais vu ce que tu en dis, c’est assez tentant.

    • 29/10/2013 à 19:33 | #6

      Il ne faut pas craindre le côté sanglant, car il donne parfois des détails...

  4. 29/10/2013 à 11:17 | #7

    Je n’ai jamais été tentée ni par la série ni par les livres… Mais à l’occasion, quand je n’aurais plus rien à lire ou à regarder, je note l’idée 🙂 !

  5. Raven
    03/11/2013 à 12:02 | #11

    J’ai commencé (à reculons je dois avouer, quand on voit la tournure que ça prend) la saison 8. Les livres me tentaient au départ, à l’apogée de la série mais maintenant beaucoup moins : pas envie de « redécouvrir » une histoire que je connais déjà, même si la version papier a surement beaucoup plus d’atouts que son adaptation tv ! (et trop d’autres trucs qui me font envie aussi… :p)

    • 08/11/2013 à 19:30 | #12

      Ah oui mais alors, je peux te confirmer que les événements prennent une tournure différente, et ce dès le premier tome :)

  1. 08/11/2013 à 09:02 | #1
  2. 30/11/2013 à 09:26 | #2
  3. 26/12/2013 à 09:18 | #3
  4. 31/12/2013 à 17:55 | #4
  5. 27/02/2014 à 09:02 | #5
  6. 28/09/2014 à 17:58 | #6
  7. 30/09/2014 à 09:00 | #7
  8. 05/10/2014 à 23:58 | #8
  9. 23/12/2014 à 12:09 | #9
  10. 13/12/2015 à 23:22 | #10
  11. 15/12/2015 à 09:52 | #11
  12. 01/11/2016 à 22:00 | #12
  13. 23/11/2016 à 20:18 | #13
  14. 03/01/2017 à 10:30 | #14
  15. 30/03/2017 à 10:02 | #15