Accueil > BURKE Sue > BURKE Sue – Semiosis

BURKE Sue – Semiosis

.

Couverture du roman Semiosis de Sue BurkeTitre : Semiosis
Autrice : Sue Burke
Plaisir de lecture Livre à découvrir

.
Des colons terriens ont atterri sur une planète de la constellation des Gémeaux. Son environnement ressemble à celui de la Terre qu’ils ont définitivement abandonnée. Ils l’appelleront Pax et souhaitent réellement s’adapter à son écosystème. L’intelligence végétale prédomine : des spécimens sont parfois sains, parfois toxiques ; basant leur production sur un mutualisme certain.

.
.

Dans « Semiosis », on suit la vie de sept générations de colons – soit 107 ans – répartie en sept chapitres. Leur nombre fait tiquer : seule une trentaine de colons ont pu débarquer sur Pax. Ce qui augure déjà des problèmes (et parfois certains n’ont pas été traités par l’autrice). Le narrateur différent pour chaque partie entrave l’attachement du lecteur à un personnage : c’est la colonie ou rien. Et cela a déséquilibré mon expérience de lecture. J’avais l’impression d’être observatrice de – et peu concernée par – leurs péripéties.

.
.

Afin d’entretenir et de réserver les relations sociales, ce petit groupe de colons a mis en place une Constitution qui regroupe plusieurs lois. Afin de subsister, les Colons veulent accepter les conditions de vie de Pax sans vouloir transformer cette planète. Ils essaient d’être le plus neutre possible pour respecter l’écosystème en trouvant un équilibre.
.

« Semiose » en français désigne la signification en fonction du contexte.

Ici, les végétaux montrent une certaine forme de conscience. Ils établissent un partenariat gagnant-gagnant avec les autres êtres vivants en pourvoyant à la nourriture, vitamines et oligo-éléments pour assurer leur propre survie.
.

Ladite planète sera très peu explorée. La base éthique de la Colonie est l’altérité et son acception (caractère de ce qui est autre). Accepter l’autre tout en construisant une nouvelle culture. Le désir de paix repose sur la coopération de tous. Le guide légal et moral promeut l’utilitarisme en excluant l’individualité. Les interrogations naissent, les différends aussi.

.
.

« Semiosis » de Sue Barker a des allures de page-turner car ce roman tient beaucoup du récit d’aventure (et grâce à la fluidité de la traduction de Florence Bury). J’ai trouvé que l’histoire partait parfois dans tous les sens : respecter les végétaux voisins puis partir à la recherche des verriers, revenir sur l’aspect légal de la constitution, intégrer de nouvelles plantes,… Il n’y a pas de manichéisme affiché : tout être n’est ni bienveillant ni malveillant. Je ne connaissais rien de ce planet opera avant de le lire et j’ai plutôt bien accroché. J’avoue que je suis restée pour tout savoir de Stevland. L’intrigue est parfois violente, ouvertement âpre et non dénuée d’humour.
.

« Semiosis » se suffit à lui-même et sa fin est satisfaisante. Il s’agit pourtant d’un diptyque dans le second tome nommé « Interference » en VO vient de paraître (octobre 2019).

.

Mise en scène du roman Semiosis de Sue Burke entre les feuilles d'un bambou

.

————————————————————————~*

.

Boudicca (Le Bibliocosme)FeydRautha (L’épaule d’Orion), Les Chroniques du Chroniqueur, Lutin82 (Albédo), Un papillon dans la LuneUranie, Yogo (Les lectures du Maki) ont aussi tenté de sympathiser avec Stevland.

.

Categories: BURKE Sue Tags:
  1. 22/01/2020 à 15:00 | #1

    Un avis positif mais en demi-teinte en même temps, non ? Je te rejoins sur certains points, c’est vrai que j’ai aussi éprouvé des difficultés à m’attacher à l’histoire des personnages, car finalement, nous n’en avons pas le temps. En revanche, cette idée du personnage de Stevland, c’est ce qui m’a – comme beaucoup d’autres lectrices et lecteurs – conquise avec ce titre. C’est tellement original, et très bien « incarné ».

    • Acr0
      22/01/2020 à 20:44 | #2

      Certains éléments m’ont effectivement pas convaincue et à l’inverse, les points « forts » soulevés ont rendu ma lecture accrochante. Ah mais ce sacré Stevland, tout de même !

  2. 23/01/2020 à 12:29 | #3

    J’ai failli le glisser dans mon ABC imaginaire 2020, mais j’ai donné la priorité à American Elsewhere de Robert Jackson Bennett. Pourtant il m’intrigue, alors je lui donnerai peut-être sa chance, après avoir lu quelques retours sur le second tome 😉

  3. 23/01/2020 à 20:38 | #4

    nos avis se recoupent, et j’ai apprécié que ke dyptique offre justement une fin en soi.

  4. 26/01/2020 à 10:06 | #5

    Je n’ai pas lu bcp d’avis sur ce livre, mais j’avoue que de base, il m’attirait pas trop.
    Je passe donc pour ce tour. J’attends avec impatience le prochain AMI dans la veine de American Elsewhere, Terminus et la cosmologie des monstres 😍

  5. 27/01/2020 à 21:46 | #6

    J’ai trouvé ce livre caricatural et perclus de défauts. Content de voir que certain(e)s y trouvent leur compte.

  6. 02/02/2020 à 13:55 | #7

    Je l’ai noté en wish-list. Il a l’air intriguant quand même comme bouquin, faudra que je me fasse mon propre avis un jour.

  7. 08/02/2020 à 23:12 | #8

    C’est intrigant mais j’ai bien peur que le changement de narrateur régulier soit un point noir pour moi qui aime bien m’attacher aux personnages. Je passe donc mon tour.

  8. 16/02/2020 à 14:41 | #9

    Je suis vraiment fort tentée par cette lecture, en attendant elle sera sur ma liste d’envie

  1. 22/01/2020 à 14:58 | #1
  2. 26/01/2020 à 07:16 | #2