Accueil > GREEN Sally > GREEN Sally – Half Bad ~ La traque blanche, tome 1

GREEN Sally – Half Bad ~ La traque blanche, tome 1

.

Traque blanche Half bad tome 1 Sally GreenTitre : La traque blanche (Half Bad, tome 1)
Auteure : Sally Green
Plaisir de lectureetoile 2 Livre à regrets
.

Nathan est le benjamin d’une fratrie de quatre enfants, éduqués maintenant par leur grand-mère. Mais contrairement à ses frère et sœurs, il est né d’un père différent. C’est l’identité de ce dernier qui va peser sur les frêles épaules de Nathan dès son premier cri. Né d’une union entre une sorcière blanche et un sorcier noir, il représente la menace la plus terrible de la société. Le conseil décide alors de le placer sous haute surveillance et lui interdit de plus en plus de droits.

.
.

)°º•. Sous le regard bienveillant de sa grand-mère, Nathan grandit en Angleterre auprès de sa famille, composée d’Arran, de Deborah et de Jessica. Comme chaque enfant, il se rend à l’école et rencontre quelques difficultés. Mais ce n’est rien en comparaison de ce qui l’attend durant les prochaines années.
.

Les personnages seront nombreux à le côtoyer. Plus ou moins gentils, ils vont forger sa vision : certaines mésaventures vont lui apprendre la méfiance et d’autres rencontres, des sentiments plus nobles.

.

Je le hais de toutes mes larmes, de tous mes cris, de toutes mes prières.

.

Half bad)°º•. L’aspect le plus attrayant de l’histoire est sans conteste le système de magie. Et pourtant, dans ce premier tome, elle sera très discrète.
.

À 17 ans, chaque jeune personne reçoit trois présents pour accueillir un pouvoir (qui s’appellera ici Don). La force de ce dernier dépend de la personnalité mais aussi du sexe de la personne. Les femmes développent un don plus fort que les hommes. Lors de ce rituel, on y apprend aussi l’importance du sang. Sans l’apport de ces cadeaux, le sorcier « raté » meurt très rapidement.
.

La codification de chaque individu apporte un vocabulaire : Blanc, Noir, Semi-code, Béjaune, Acumen. Par ailleurs, la société est chapeautée par un conseil de sorciers (blancs).

.

L’histoire parle essentiellement de xénophobie et son traitement est plutôt bien vu ; tout est affaire de clivage et bien évidemment de dualité.

La surveillance et l’oppression sont deux valeurs très fortes dans cette communauté pour éradiquer complètement l’idée même d’une fomentation.

Les abus issus de la politique sont nombreux vis-à-vis de Nathan : interrogatoires répétés, harcèlement moral, séquestration, suivi permanent et même traque.

.
.

)°º•. Cependant, j’ai trouvé la plume déconcertante et même poussive. Je ne pense pas que cela soit dû à la traduction, mais le récit semble haché : si c’est expressément voulu par l’auteur, cela fonctionne très bien pour entretenir la frustration du lecteur. Mais on bute bien trop souvent à mon goût sur cette écriture, au même titre que sur une longue série de cailloux en plein milieu du chemin.
.

La narration des premières pages est troublante, le narrateur mélange les pronoms personnels (il dit « ton bras » au lieu de « mon bras ») et même si on comprend l’effet voulu, on se sent beaucoup mieux quand le changement s’opère pour une narration plus classique au bout de quelques pages.
.

Cette trame contient très peu d’action, beaucoup de pensées qui se terminent par « je ne sais pas », « j’oscille ». Les flashbacks n’apportent pas non plus d’éléments à se mettre sous la dent. Plusieurs éléments me chiffonnent, je peux citer en exemple le fait que le conseil blanc n’ait accueilli en son sein qu’une seule femme durant toute son Histoire ; bien que dotées des plus forts dons. Surtout que la nomenclature de la codification indique la mère en première référence.
.

Les descriptions sont assez pauvres concernant les lieux que je n’ai pas réussis à visualiser, et rarement les personnages hormis quelques traits caractéristiques (la blondeur d’Arran, la taille d’Annalise, la particularité de certains regards). A l’inverse, certaines scènes de calvaire sont bien détaillées. L’univers est sombre, et conseillé à partir de 15 ans.

.

Écoutes-moi bien, Nathan : il s’agit d’une forme de prophétie.
D’un avenir parmi tant d’autres. Rien de plus.

Or plus tu prêtes foi à ces prémonitions, plus elles ont tendance à se réaliser.

.
.

)°º•. Je trouve que l’intrigue est en réalité beaucoup trop diluée et elle aurait gagné en intensité – sans enlever les impressions des personnages – en ficelant le tout en 60-80 pages (et oui !). On reste sur notre faim et sur l’impression confuse que ce tome est une longue introduction pour arriver péniblement jusqu’au 17e anniversaire de notre protagoniste.
.

Conclusion : zut ! Le livre portait a priori un bel espoir en traitant du racisme des sorciers par l’emploi d’une codification. Mais cet axe a du mal à s’imposer et les trop nombreux points que je viens de citer ont chiffonné ma lecture.

.
.

« La traque blanche » de Sally Green est le premier tome de la trilogie « Half Bad ». Cette expression colle à la peau de Nathan depuis sa naissance. Il est devenu le danger le plus imminent du monde des sorciers. La méfiance et l’oppression sont deux points plutôt réalistes. Mais la plume de l’auteure est assez brute et on se concentre davantage sur l’écriture que sur l’histoire en elle-même. L’intrigue demeure sommaire dans ce premier tome et la lecture se résume à l’adjectif « laborieux ».

.
.

Extraits half bad Sally Green

.

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : Livre gagné chez Karline.
.

Dans le chaudron :
Des jeunes sorciers
¤ Courtney Crumrin de Ted Naifeh
¤ Harry Potter de J.K. Rowling
¤ L’épouvanteur de Joseph Delaney
¤ La malédiction d’Old Haven de Fabrice Colin
¤ Les livres magiques de Xanth de Piers Anthony

.

SFFF au femininChallenge jeunesse young adult 2014-2015.

.

Voici un livre que je peux classer pour deux challenges Jeunesse-Young adult et le SFFF au féminin.

.

Book en stock (Dup), Books & me (MarieJuliet), De livres & d’épices (Chani), Il était une fois… (Thalyssa), Les lectures de Mylène, Muti et ses livres, Take a book (Moody), Un brin de lecture (Karline) ont sans aucun doute, elles aussi, reçu leurs trois présents.

CITRIQ

.

Pic : Nathan Byrn par Milochi.
.

  1. 26/11/2014 à 13:24 | #1

    Même si tu as moins accroché que moi, je suis contente de lire ton avis 🙂
    J’espère que ta prochaine lecture te procurera plus de plaisir !

  2. 26/11/2014 à 18:53 | #3

    Je voyais ce livre partout quand il est sorti mais j’en ai lu pas mal d’avis négatifs. Dommage car le résumé était prometteur :/

    • 30/11/2014 à 22:52 | #4

      Ah, tu en as lus plus que moi, car les avis que j'ai lus sont très enthousiastes.

  3. 28/11/2014 à 10:36 | #5

    Je comptais le lire, mais là je suis moins convaincue…

  4. 28/11/2014 à 22:54 | #7

    J’ai aussi reçu mes trois présents (et je chronique 😉 ).

  5. 02/12/2014 à 19:43 | #9

    Olala… Bon, il est dans ma PAL, et je vais le lire. Mais bon… Pas tout de suite :/

  6. 12/12/2014 à 10:34 | #11

    Il est récemment arrivé dans ma PAL (comme je le disais sur mon blog)… alors on verra bien. Je suis quand même curieuse de le lire…

  1. 26/11/2014 à 10:53 | #1
  2. 26/11/2014 à 10:53 | #2
  3. 02/12/2014 à 09:56 | #3
  4. 25/12/2014 à 13:01 | #4
  5. 28/12/2014 à 17:53 | #5
  6. 31/12/2014 à 12:33 | #6
  7. 02/02/2015 à 10:18 | #7
  8. 02/03/2015 à 09:38 | #8
  9. 08/03/2015 à 15:02 | #9
  10. 02/04/2015 à 12:03 | #10
  11. 02/05/2015 à 11:20 | #11
  12. 02/06/2015 à 10:32 | #12
  13. 02/07/2015 à 10:02 | #13
  14. 02/08/2015 à 19:55 | #14
  15. 02/09/2015 à 18:41 | #15
  16. 30/09/2015 à 11:08 | #16
  17. 02/10/2015 à 17:53 | #17