Accueil > WALTON Jo > WALTON Jo – Le subtil changement ~ Hamlet au paradis, tome 2

WALTON Jo – Le subtil changement ~ Hamlet au paradis, tome 2

.

Hamlet au paradis Jo Walton Subtil changement tome 2Titre : Hamlet au paradis (Subtil changement, tome 2)
Auteur : Jo Walton
Plaisir de lectureetoile 3 Livre sympa
Tome 1, tome 3.
.

1949 : Viola Lark vient d’obtenir le rôle d’Hamlet dans une version modernisée qui se jouerait à Londres. Mais la joie est de courte durée car elle reçoit un appel à l’aide de l’une de ses sœurs. De plus, Miss Gilmore qui devait participer aussi à cette production est retrouvée morte. C’est l’inspecteur Carmichael de Scotland Yard qui est dépêché, quinze jours après l’enquête « Thirkie ».

.
.

Ce polar uchronique repose sur deux lignes narratives, comme pour « Le cercle de Farthing » : celle de Viola Lark, jeune aristocrate qui a trouvé sa voie dans le théâtre (et dénigrée par sa famille) et celle de l’inspecteur Carmichael. L’alternance des points de vue dynamise toujours le récit.
.

Viola Lark est une nouvelle protagoniste – qui à mes yeux ressemble trop au personnage principal du premier tome Lucy Eversley-Kahn : elle veut être une femme indépendante, a du mal à sortir du carcan de sa famille – aristocratique – et pour laquelle, elle est la cause de – presque – tous ses malheurs. Du point de vue de Carmichael, on apprendra plusieurs éléments : sa vie, ses ambitions, ses peurs et ses rêves.
.

La bonne entra avec le thé, jeta un coup d’œil à sa maîtresse en pleurs, puis s’éclipsa discrètement. Royston en versa une tasse à son hôtesse, avec du lait et beaucoup de sucre. « Tenez, buvez. Ça vous fera du bien ».

.

Paradis du Royal Opera House LondresQuelques liens unissent les deux histoires, des détails politiques et sociaux. Mais en soi, je ne pense pas qu’il soit primordial d’avoir lu le premier tome car il s’agit d’une nouvelle enquête et que la nouvelle donne uchronique imaginée par Jo Walton se suffit à elle-même.

Elle prend soin de rappeler quelques détails sur son inspecteur. Mais surtout, avec Hamlet au paradis, on comprend qu’Hitler est encore au pouvoir en 1949. Le schéma mental doit être totalement revu.
.

Le lecteur bénéficie de deux points de vue internes – dont un qui permet de connaitre déjà beaucoup d’éléments de l’enquête que mène Carmichael. La tension ne nait donc pas de l’aspect « whodunit » mais plutôt de la résolution finale (à savoir s’il peut y avoir de menus changements) et du contexte politico-uchronique – qui s’avère aussi moins dense que sur le premier tome.
.

Hormis quelques dialogues surfaits et quelques longueurs, on apprécie l’orientation théâtrale qui semble tenir à cœur à Jo Walton qui nous entraine dans les coulisses.

.
.

« Hamlet au paradis » de Jo Walton est le deuxième volume de la trilogie Subtil Changement. Nous retrouvons l’inspecteur Carmichael et un nouveau personnage, Viola Lark en deuxième fil narratif. Ce tome est beaucoup moins « whodunit » que le précédent et peint de manière uchronique le visage sociétal résultant de l’ombre nazie qui s’abat sur l’Angleterre.

.
.

extrait Hamlet au paradis Jo Walton

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : Les liens de sang et leur caractère prioritaire.
.

Dans le chaudron :
Histoire alternative
¤ Le Cercle de Farthing, tome 1
¤ Une demi-couronne, tome 3
¤ Léviathan de Scott Westerfeld
¤ Jonathan Strange & Mr Norrell de Susanna Clarke
¤ La séparation de Christopher Priest

.

Blog-O-Livre (BlackWolf), Books and me (MarieJuliet), La prophétie des ânes (Cornwall), Le rêve du renard (Yume), Les lectures de Xapur, Un papillon dans la Lune sont aussi partis en l’année 1949 alternative.

CITRIQ
.

Photo : par Boon Yew Chew ; vue du Paradis du Royal Opera House à Londres (la vue inverse de la photo utilisée pour la couverture du livre)
.

Advertisements
Catégories :WALTON Jo Étiquettes : , ,
  1. 14 novembre 2015 à 14:05

    Il est au programme chez moi (si je ne l’achète pas ma mère le fera de toute façon ^^).

    • 16 novembre 2015 à 12:41

      Vas-tu attendre la parution complète de la trilogie ?

      • Vert
        16 novembre 2015 à 18:19

        Non, juste d’avoir un peu vidé ma PàL ^^

        • 18 novembre 2015 à 13:06

          C'est tout à fait honorable :)

  2. 20 novembre 2015 à 11:35

    Ca peut être intéressant, je note dans un coin 🙂

    • 22 novembre 2015 à 20:03

      En plus, c'est "juste" une trilogie :)

  3. 2 décembre 2015 à 21:17

    Vu que je suis en plein dedans… j’ai peur de lire toute ta chronique et de me spoiler 🙂
    Par contre pour le « Viola=Lucy », pour le moment, je ne trouve pas qu’elles se ressemblent bcp. Je suis d’accord sur le fait qu’elles sont toutes les deux issues d’un milieu fort aisé et s’en détachent, mais je trouve (à la page 100) que Viola est un peu moins « nunuche » que Lucy (sans péjoration). Je la trouve plus indépendante, alors que Lucy reste fort dans le schéma « jeune-mariée/future-mère/épouse-dévouée », même si on peut saluer le fait qu’elle soit quand même dégourdie. (Sa manière de mettre ses mains devant la bouche, et donc finalement, de ne pas pouvoir réfléchir et tenir sa langue, c’est un peu nunuche pour moi. Elle est un peu dépeinte comme « sotte »).
    Mais sinon, j’aime bien aussi 🙂

    • 6 décembre 2015 à 14:01

      Viola reste très à l'écoute de sa famille, quitte à se perdre elle-même : très dévouée aux liens familiaux. Donc elle n'est pas si indépendante que ce qu'on suppose. Surtout qu'elle se pose beaucoup de questions sur l'avis de sa famille : ce qu'il pense d'elle, des choix de vie, de sa carrière, etc.

      • 6 décembre 2015 à 15:33

        Oui, il y a un certain parallèle quand même entre les deux filles. Mais c’est vrai que pour le moment, je les trouvais quand même différente 🙂

        • 7 décembre 2015 à 19:32

          Alors l'écriture a mieux fonctionné sur toi que sur moi ;)

  4. 28 décembre 2015 à 22:01

    Je dois écrire mon billet. Et je ne sais pas trop quoi en penser… Je reviendrai.

    • 29 décembre 2015 à 21:40

      J'espère que tu as trouvé l'inspiration :)

  5. 29 décembre 2015 à 11:14

    Il est vrai que Viola fait beaucoup penser à Lucy : vilain petit canard d’une famille aristocratique.

    • 29 décembre 2015 à 21:41

      Peut-être Jo Walton saura nous surprendre au prochain tome :)

  1. 12 novembre 2015 à 16:39
  2. 12 novembre 2015 à 23:47
  3. 30 novembre 2015 à 13:24
  4. 28 décembre 2015 à 08:55
  5. 31 décembre 2015 à 10:02
  6. 7 janvier 2016 à 14:51
  7. 8 janvier 2016 à 09:01
  8. 8 mai 2016 à 09:02
  9. 18 mai 2016 à 09:12
  10. 18 mai 2016 à 13:02
  11. 28 juin 2016 à 20:29

Jeter un sort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :