Accueil > HOBB Robin > HOBB Robin – Les aventuriers de la mer ~ Le navire aux esclaves, tome 2

HOBB Robin – Les aventuriers de la mer ~ Le navire aux esclaves, tome 2

.

le navire des esclaves les aventuriers de la mer Robin HobbTitre : Le navire aux esclaves (Les aventuriers de la mer, tome 2)
Auteur : Robin HOBB
Plaisir de lecturecoeur notation Livre avec entrée au Panthéon
Tomes 1, 3, 4, 5, 6, 7, 8 et 9

.

Afin de prouver qu’elle a le pied marin, Althéa s’engage auprès d’un bateau-abattoir, le Moissonneur. Travestie en homme grâce à l’aide d’Ambre, elle tente tant bien que mal de rentrer dans la peau d’un jeune mousse. Du côté de Hiémain, l’intégration est aussi difficile : il ne veut toujours pas accepter sa situation et sa relation avec Vivacia s’en ressent. Les tensions deviennent de plus en plus aigues entre lui et son père, Kyle. Mais ce n’est pas le seul enfant à poser souci pour le couple Kyle-Keffria, puisque Malta a décidé n’en faire qu’à sa tête ; même si c’est pour abattre la honte sur sa mère et sa grand-mère, Ronica. Enfin, Kennit et Sorcor ayant passé un pacte, délivrent un premier navire esclavagiste.

.
.

Le navire aux esclaves)°º•. Il nous reste beaucoup de choses à découvrir et Hobb sait nous rassasier même si beaucoup de questions restent en suspens. Les Marchands du Désert des Pluies demeurent encore très énigmatiques : moins un concept flou qu’au premier volume puisque nous rencontrons l’un des leurs brièvement. Nous ne bénéficions pas du même avancement pour les uns que pour les autres : les chapitres divisés par personnages nous entrainent bien plus auprès de Hiémain et Althéa pour l’instant.
.

… Ce qui plait à la lectrice que je suis puisque ce sont sans doute ceux que je suis la plus curieuse de suivre. Il y a aussi évidemment Ambre, mais je me dis qu’on n’en saura guère plus avant quelques tomes. A l’inverse, les passages concernant le heureux hasard (ou la bonne fortune ?) de Kennit et son acolyte me laissent assez sceptique. Les vivenefs ne sont pas en reste par contre la présence des serpents de mer est encore à mes yeux, bien nébuleuse.
.

A mesure que les équipes avançaient, elles laissaient derrière elles des os striés de rouge et des tas de viscères, et les oiseaux de mer fondaient sur ce banquet, ajoutant leurs voix à celles des tueurs et des tués.

.
.

)°º•. Beaucoup de questions restent ajournées mais on en apprend davantage sur le vécu de la famille, la constitution de leurs dettes ou encore l’origine du pacte signé. Deux scènes m’ont particulièrement plu : celle avec Malta et sa préparation au bal des Moissons puis celle de Hiémain sur le gaillard avant du navire familial. Le ressenti pour les personnages est développé : si je reprends ces deux personnages, on veut que l’une sorte son nez du poudrier pour qu’elle se rende compte de la situation et que l’autre se laisse aller à sa relation avec Vivacia, et ainsi de suite.
.

Robin Hobb prend plaisir à écrire, couchant son imagination sur papier, sur terre comme sur mer. C’est particulièrement succulent pour le lecteur : le réalisme de l’univers, la justesse des personnalités et les très bonnes atmosphères. L’alternance de la narration est très dynamique (a contrario de l’œuvre de G.R.R. Martin). Nous apercevons les destins qui se croisent même si chacun des personnages voit sa vie brisée.
.

La grande fluidité d’écriture (et de traduction) nous amène à dévorer le livre, les pages défilent sans s’en rendre compte. Robin Hobb sait manier toutes les composantes d’un livre, avec a fortiori un atout particulier pour les personnages. L’humour n’est d’ailleurs pas en reste.

.
.

« Le navire aux esclaves » s’ouvre sur les nouvelles répartitions des personnages : certains ont été engagés auprès d’autres navires. Sur terre, la rétribution des rôles prend tout son sens. Par petites touches, nous approchons davantage des mystères qui entourent la famille Vestrit et il est toujours délicieux de lire les aventures, retenant le souffle ou pestant contre les comportements.

.
.

)°º•. Biographie
Robin Hobb aussi connue sous le pseudonyme de Megan Lindholm s’appelle Margaret Astrid Lindholm Ogden, née en 1952. Dès 1971, elle s’investit dans l’écriture : si elle utilise des pseudonymes différents pour insuffler des approches différentes dans l’écriture, il n’en demeure pas moins que signer sous le couvert d’une identité relativement masculine avec Robin Hobb, lui a permis de se faire accepter dans ce milieu. L’ensemble de son œuvre s’inscrit dans le médiéval-fantastique.
Son site sous le pseudonyme de Megan Lindholm, et celui de Robin Hobb.
Vous pouvez retrouver le détail du découpage français de ses cycles de l’assassin royal et des aventuriers de la mer, ici.

.

Le navire aux esclaves 02

.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :
¤ Le vaisseau magique, tome 1
¤ Cycle de l’assassin royal

.

Souvenir de lecture : Ambre et Parangon… ?

.

Logolecture communeToujours en mode lecture commune au long cours avec Olya & Eirilys, nous sommes très intriguées par… beaucoup de choses ! Dont notamment le personnage Ambre qui reste un grand mystère pour nous (heureusement, Eirilys sait ménager le suspense, sans nous spoiler). La chronique d’Olya.

.

Hydromielle, Imagine…erre (Arutha), Le blog d’une P’tite Elfe, Le Chat du Cheshire et Les étagères de Pitiponks ont aussi découvert les nouvelles compétences d’Althéa.

CITRIQ

.

Pic#01 Livreship traders par Enife ; #02 Malta character design par 8Dimat8.

 

.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

  1. cheshirelea
    10/04/2013 à 20:05 | #1

    Une de mes sagas préférés ! Gros gros coup de coeur pour cet univers de Robin Hobb <3

  2. 10/04/2013 à 20:19 | #3

    Tu as tout très bien résumé dans ton article !

    Je crois que si on ne pouvait suivre que Hiémain et Althéa et passer sous silence Kennit, ça me plairait bien ! Mais bon, je suppose qu’à un moment, tout va se croiser, et ça sera encore plus intéressant !

    • 12/04/2013 à 19:27 | #4

      Ahah oui c'est vrai qu'on ne voit pas où Hobb veut en venir avec le pirate, mais j'espère que le ciel va un peu se dégager de ce côté-là, pour nous.

  3. 10/04/2013 à 20:54 | #5

    J’avais adoré le personnage de Hiémain. C’est une chouette sage que nous a écrit Robin Hobb, comme toujours (si on met de côté le Soldat Chamane qui est toujours ma bête noire, lol)

    • 12/04/2013 à 19:27 | #6

      Ah il est très attendrissant quand même. Huuu, j'ai voulu essayer le soldat chamane, je n'ai pas du tout accroché !

  4. 11/04/2013 à 10:15 | #7

    Ah Malta… je lui aurais collé des baffes à celle-là (même si sa famille ne s’y prend vraiment pas comme il faut avec elle).

    • 12/04/2013 à 19:28 | #8

      En tout cas, je riais du genre "hinhinhin" en avançant dans le chapitre où elle prépare le bal des Moissons car je savais déjà (comme lecteur) ce qui allait en résulter :)

  5. 13/05/2013 à 18:36 | #9

    Arf, je suis un peu blasée de pas avoir fait de chroniques pour chaque tome VF. D’ailleurs je me demande encore si je vais pas le faire… ( même si c’est un peu tard et qu’avec mon changement de blog, je suis même pas sûre d’avoir le temps et le courage de faire celle pour le tome Vo ) Puis y a aussi le fait que j’ai peur de pas réussir à exprimer ce que je ressens pour ma série préférée. :/
    Sinon, j’adore ce tome ! (J’adore tous les tomes mais bon, je peux pas m’empêcher de le dire à chaque fois) Et j’aime beaucoup ta chronique aussi. Patience pour Ambre, ça va venir :p

    • 15/05/2013 à 20:45 | #10

      Hé je connaissais ça :) Je n'ai jamais chroniqué la tapisserie de Fionavar (hormis quelques mots lancés sur un Rond de Sorcière). Par contre, rien ne t'empêche d'écrire les chroniques tome par tome à partir de celui que nous lisons. Tu feras la chronique des deux premiers plus tard :)

      • 15/05/2013 à 21:46 | #11

        Faut déjà que j’arrive à faire quelque chose de mon nouveau blog :/ J’espère que je vais rapidement trouver une mise en page qui me plait pour les chronique parce que c’est ça qui coince pour le moment.

  6. 20/05/2013 à 13:50 | #13

    Je connais l’auteur de nom… et j’étais persuadée que c’était un homme !

    • 22/05/2013 à 20:06 | #14

      Le choix de son pseudonyme "masculin" était voulu. Quand elle a commencé à écrire de la fantasy, c'était très mal vue d'être une femme.

  7. 25/05/2016 à 21:58 | #15

    C’est drôle, nos chroniques se rejoignent pas mal dans leur contenu – même si dans la forme tu t’exprimes toujours mieux que moi ^^ Par contre j’aime bien Kennit en fait. J’ai un bon feeling sur son destin…

    • 28/05/2016 à 18:42 | #16

      C'est gentil car j'ai toujours l'impression de m'exprimer de manière bancale. Je suppose qu'il va y avoir un retournement pour Kennit, mais il n'empêche que je ne l'apprécie tout de même pas ;)

  1. 10/04/2013 à 09:56 | #1
  2. 10/04/2013 à 10:00 | #2
  3. 10/04/2013 à 10:05 | #3
  4. 13/06/2013 à 12:44 | #4
  5. 20/06/2013 à 09:10 | #5
  6. 28/08/2013 à 15:01 | #6
  7. 31/12/2013 à 17:54 | #7
  8. 08/02/2014 à 12:23 | #8
  9. 08/05/2016 à 09:02 | #9
  10. 10/08/2016 à 11:00 | #10
  11. 10/08/2016 à 12:26 | #11
  12. 10/08/2016 à 12:27 | #12
  13. 10/08/2016 à 12:27 | #13
  14. 10/08/2016 à 12:39 | #14
  15. 10/08/2016 à 12:41 | #15
  16. 15/11/2016 à 17:36 | #16
  17. 16/11/2016 à 07:37 | #17
  18. 16/11/2016 à 07:38 | #18
  19. 23/11/2016 à 20:18 | #19
  20. 28/12/2016 à 17:08 | #20