Accueil > GABORIT Mathieu > GABORIT Mathieu – Chronique du soupir

GABORIT Mathieu – Chronique du soupir

.

Titre : Chronique du soupir
Auteur : Mathieu GABORIT
Plaisir de lecture : Livre sympa peu s’en faut

.

Alors qu’un soir, son fils Saule arrive pour quémander de l’aide, une jeune fille dans les bras, Lilas, aubergiste de bord de mer décide de le soutenir. Avec Errence son amant, Cèdre & Iris ses enfants, ils vont devoir fuir la garde de la Haute Fée, envers et contre tous et sans hésitation.

.
.

)°º•. Lilas est une naine à la retraite : ancienne chef de garde la Haute-Fée, la voilà maintenant à tenir l’auberge du Sycomore. Après que son mari Frêne se soit ancré dans l’éternité, elle papillonne avec un jeune elfe du nom d’Errence. Cette héroïne est mère, usée par la vie et pourtant c’est avec tout le souffle qu’elle possède qu’elle va alors aider Saule. Ce dernier vient demander de l’aide pour la jeune fille Brune ; entrainant dans la course poursuite ses frère et sœur Cèdre et Iris.

Cerne se révèle quant à lui le personnage qui m’a été le plus intriguant.

.
.

)°º•. Tout comme pour Les Chroniques des Féals, Mathieu Gaborit nous comble par son imagination débordante ; l’univers créé est cohérent, envoutant et novateur. J’ai aimé tout ce qui tourne autour des fées : la fée primordiale, les Fées Renégates, l’échange possible entre le propriétaire du corps et sa fée de cœur.
.

J’ai été assez surprise et tout à fait convaincue par la géographique magique : la toile cosmique qui répertorie les attaches et les autres relations « vivantes », le système de champs féériques (les verticales) ainsi que les Lignes-Vie.

On notera que Mathieu Gaborit met également l’amour des femmes à l’honneur : celle de la Haute-Fée, de la femme pour son mari, pour son amant, pour son fils, pour la fille.

.
.

)°º•. L’idée du souffle est bien trouvée : la métaphore est belle et pleine de grâce. Un peu d’originalité ne peut sans aucun doute faire du bien à la littérature fantasy. Malheureusement, cela demeure une histoire un peu ratée comme le souffleur de verre avec l’une de ses pièces : Mathieu Gaborit semble être parti dans cet univers sans prendre le temps de savoir si le lecteur avait lui aussi fait sa valise. Il part sur un chemin qui semble trop personnel pour que le lecteur puisse voir son dessin : on reste à côté de la plaque.
.

L’ossature de l’histoire est trop abstraite : l’univers créé de toutes pièces entraine une confusion chez certains lecteurs qui ne réussissent pas à tout imaginer malgré les explications écrites. J’avoue que m’étant laissée porter j’ai été emballée de ce qu’il se dessinait alors dans ma tête. Le voyage des personnages s’avère très rapide et les actions-réactions ne sont pas toujours clairement définies.
.

Il va sans dire que l’histoire ne manque pourtant pas de poésie : la pointe sombre proposée par les ambiances et dans l’histoire elle-même est contrebalancée par un grand espoir via l’ode à l’amour. La thématique de la liberté est aussi imposante puisque les être humains sont physiquement enchaînés avec les fées de cœur. Ce one shot de 300 pages relativement court laisse un sentiment de frustration au lecteur qui a beaucoup trop de questions restées sans réponse.

.
.

Chronique du Soupir est un challenge osé, relevé par Mathieu Gaborit : si l’intrigue nous demeure fugace au point de se sentir un peu esseulé à la fin de notre lecture ; il va sans dire que l’univers est invraisemblable et vous serez subjugué… pour peu que vous accrochiez.

.

.

)°º•. Biographie
Né en 1972, Mathieu Gaborit dédie ses premières amours aux jeux de rôle. En plus de jouer, il participe à l’écriture des jeux de rôle et est auteur de l’un d’entre eux. C’est tout naturellement qu’il en vient à l’écriture de romans dans l’imaginaire.
Son site.
La superbe couverture est réalisée par Didier Graffet.
Lire les premières pages du roman.

.

.
.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :
¤ Les Chroniques des Féals – Coeur de Phénix, tome 1
¤ Les Chroniques des Féals – Le Fiel, tome 2
¤ Les Chroniques des Féals – Le Roi des Cendres, tome 3

.

Souvenir de lecture : Et si jamais une fée-coeur, se parlerait-on ?
.

Ils ont été très nombreux à lire Chronique du soupir… A demi-mot (Elise), Ansible (Spooky), Book en Stock (Dup & Phooka), Books in Wonderland (Seelie),  If is dead (DabYo), Imaginelf (Lelf), La bibliothèque malounienne, Ladelyrante, La P(ile) à L(ire) d’HecleaLe boudoir des livres (Cerisia), Lectures trollesques (Ptite Trolle), Les victimes de Louve, Mes lectures de l’imaginaire (Olya), Muti et ses livres, Plume, Reflets de mes lectures (Cédric Jeanneret), Steam Littérature (LOVD), Un brin de lecture (Karline05), Un papillon dans la Lune.

.

Pics : #01 Fairy par LittlePurpleBee ; #02 Fairy Wings par KingaagniK.

.

Categories: GABORIT Mathieu Tags: ,
  1. 28/02/2012 à 08:48 | #1

    Je suis tout à fait d’accord avec toi sur cette critique ^^ Par contre, tu as oublié de signaler celle d’Orkan Von Deck qui a quand même été appréciée par Gaborit lui-même ^^

    • 28/02/2012 à 12:18 | #2

      Je signale les chroniques que je souhaite, je n'ai - heureusement - aucune obligation. Mais tu as raison, celle d'Orkan est très bien :)

  2. 28/02/2012 à 09:03 | #3

    Oui c’est un roman frustrant , mais en même temps envoutant (du moins c’est ce que j’ai ressenti).
    Merci pour cette jolie chronique acr0! 😉

    • 28/02/2012 à 12:19 | #4

      T'as vu, j'ai réussi à chroniquer à temps pour le Mois de ;)

  3. 28/02/2012 à 09:09 | #5

    Jolie chronique, Acr0, mais pour ma part j’ai été déçu par ce roman, pas suffisamment travaillé à mon sens : http://www.an-sible.com/article-chronique-du-soupir-96259387.html

  4. 28/02/2012 à 12:58 | #9

    J’avais vraiment vu des avis genre coup de coeur pour ce bouquin, avec très peu de soucis relevés à la lecture. Mais maintenant je vois de plus en plus d’avis mitigés.
    Je ne sais pas trop comment tu as fait pour visualiser, perso j’avais l’impression qu’il y avait une bulle autour des persos, on voyait 2m autour d’eux et le reste était dans le flou total (je n’ai même pas réussi à me représenter l’auberge et ses alentours, à chaque mention ça changeait totalement dans ma tête, ça ne correspondait jamais ><).
    Bref, j'ai trouvé que c'était trop léger, trop de trucs balancés sans raison ou de manière pas appropriée. Un peu comme si on avait de l'écriture automatique non retravaillée, partie de la vision d'un univers qu'on ne nous permet même pas de nous approprier.
    Il y a des gens qui ont de bons qualificatifs pour refléter ce que je pense. "Maigrichonne" en fait partie. Mais aussi "grossier" ou "wtf dude" (en commentaire, pas en chronique xD).
    Bref, rendez-vous manqué. Je ne lirai pas les Féals qui a aussi laissé des gens dans le flous, de toute façon ça ne me tente pas plus que ça à la base. Je verrai avec d'autres titres éventuellement.
    Sinon je dois reconnaître qu'il a de l'imagination, m'enfin ça ne suffit pas ^^

    • 28/02/2012 à 18:22 | #10

      Peut-être se sont-ils laissés totalement transporté, peut-être que le dépaysement a été si grand par rapport à leurs lectures actuelles, qu'ils ont eu un coup de coeur :) Tu as mis le doigt sur ce que je ressens : j'avais l'impression que c'étai un brouillon d'entrée dans l'univers et non pas un livre publié. J'aime bien "wtf dude" ;) Oui les Féals, c'est raté pour moi aussi. J'espère moi aussi découvrir d'autres titres du Monsieur qui pourront me réconcilier avec sa plume :)

  5. 28/02/2012 à 13:31 | #11

    Mais qu’est-ce que j’aime cette couverture !!!
    Voilà, fallait que ce soit dit 😉

  6. 28/02/2012 à 15:19 | #13

    Cet univers semble intrigant, mais très poétique.
    Je ne sais pas si je me ruerai dessus, étant donné tout ce que j’ai déjà à lire.
    Néanmoins, je le garde dans un coin de ma tête pour le cas où ça pourrait plaire à quelqu’un!

  7. 28/02/2012 à 19:27 | #15

    Ah, j’avais dit que je tenterais de lire Gaborit… et j’ai oublié. Ce roman me tente, surtout pour l’univers et l’imagination. Je suis curieuse de voir ce que j’en penserais, ça semble étrange comme truc. Le genre où il est facile de passer à côté si on est pas dans le bon étant d’esprit, il me semble…

  8. 02/03/2012 à 18:50 | #17

    J’avais beaucoup aimé cette lecture, mais je comprends pour autant les défauts que tu pointes (même si personnellement, je ne les avais pas relevé).

    • 02/03/2012 à 21:20 | #18

      Heureusement que nous avons tous une sensibilité qui nous est propre :)

  9. 04/03/2012 à 21:34 | #19

    Pas du tout accroché à cette lecture pour ma part. Je trouve que l’histoire n’est pas du tout à la hauteur des idées de l’auteur.

    • 05/03/2012 à 09:48 | #20

      Tu as bien raison, il doit y avoir des centaines de livres encore à découvrir qui ne peuvent que te passionner ;)

  1. 04/03/2012 à 10:08 | #1