Accueil > EVANS Nicholas > EVANS Nicholas – L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux

EVANS Nicholas – L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux

.

L homme qui murmurait a l oreille des chevaux Nicholas EvansTitre : L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux
Auteur : Nicholas Evans
Plaisir de lectureetoile 5 Livre fantas… tique
.

Lors d’une sortie hivernale, Grace, 14 ans, est percutée par un poids lourd alors qu’elle se baladait avec une amie. Cette dernière et son cheval meurent après un dérapage sur une plaque de verglas. Pilgrim, son pur-sang en ressort traumatisé, Grace est amputée d’une jambe.
L’harmonie de leur trio familial est difficile à retrouver. Annie et Robert soutiennent du mieux qu’ils peuvent leur fille, sans verser dans la pitié. Mais il y a toujours un manque au creux de Grace. C’est sa mère qui trouve l’ultime solution : partir chez un chuchoteur – Tom Booker, pour soigner Pilgrim et remettre Grace en selle. Sauf qu’aucun d’entre eux n’est motivé pour partager son temps au pays des cow-boys.

.
.

The horse whisperer Nicholas Evans)°º•. Le sujet du livre n’est pas la mésaventure de Grace mais bien l’évolution des personnages. L’accident fait ressortir les fêlures de cette famille, met l’accent sur chaque personnage et ses relations avec les autres.
.

Les personnages sont brisés et vont être mis à nu par l’auteur : leurs défauts, leurs tourments, leurs impressions, leurs ressentis et leur beauté ineffable. Dans cette équation, il y a aussi la place des non-dits et des frustrations nées par le traumatisme. Le triptyque s’articule autour de la femme, de la fille et du cheval.
.

Pour ce retour à la vie, Nicholas Evans présente l’amour sous toutes ses formes : les relations amoureuses, les liens filiaux, l’amitié et l’amour pour un animal.
.

Le lecteur part dans le Montana et la vie quotidienne d’un ranch : les descriptions des paysages sont très parlantes et les caractéristiques physiques des chevaux imagées. L’amour pour l’équitation ou les grandes connaissances équines ne sont absolument pas obligatoires. Il s’agir d’une aventure humaine avant tout.

.

Cette fillette, c’était comme le dernier tableau d’un triptyque. Tout s’éclairait. Ces trois-là, la mère, la fille, le cheval, étaient inextricablement liés dans le malheur.

.
.

)°º•. D’ailleurs, l’écrivain, avec des mots simples et bien agencés – et une traduction fluide réussie – saura détailler cette tranche de vie. Les personnages sont posés, ajustés au point où ils pourraient aisément être nos voisins.
.

Nicholas Evans arrive à nous surprendre dans des retournements de situation minimes, sur des gestes ou une vision des actes. L’intrigue ne se conclut pas sur un final à 100% conte de fées, avec apothéose et paillettes. Non, une fin comme dans « la vraie vie », avec un soupçon de banalité.
.

Les titres longs fonctionnaient déjà bien en 1995, mais j’aurais trouvé « Le chuchoteur » bien plus énigmatique. Le roman n’a pas mal vieilli malgré sa date de publication (hormis quelques détails technologiques, notamment le fax, périphérique indispensable alors).

.
.

« L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux » de Nicholas Evans met en relief la vie de personnages éclaboussés par un traumatisme. Ce dernier peut faire basculer des personnalités, remettre en question certaines valeurs. Au contact d’autres personnes, le trio familial de départ va apprendre à panser ses blessures. L’auteur propose une histoire pleine d’authenticité.

.
.

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : Le cheval en sait parfois bien plus long sur son maître que ce propre dernier.

.

livre adaptation cinemaJ’ai découvert le long-métrage bien avant le livre, à sa sortie en 1998 (et au cinéma) ; puis revu en 2014. Le début du film me serre toujours le cœur et l’accident est une scène difficile pour moi. Dans l’ensemble, j’ai trouvé le film réussi même s’il propose une fin différente. Robert Redford incarne le chuchoteur et enfile aussi la casquette de réalisateur. C’est le premier film, à mon souvenir, où je découvre Scarlett Johansson ; qui campe une Grace un peu plus capricieuse que l’originelle. Les personnages sont tous un peu plus acerbes que dans le roman. Avec une durée de 2h30, le film souffre de longueurs et tombe un peu dans le pathos ; mais il se trouve à l’image de la rééducation même dispensée par un chuchoteur, il faut parfois un peu de temps pour décanter les relations humaines.

.

CITRIQ
.

Advertisements
Catégories :EVANS Nicholas
  1. Shaya
    18 février 2016 à 17:28

    J’ai adoré le roman comme le film. Revu/relu plusieurs fois. Je trouve que c’est un des meilleurs films sur l’équitation que je connaisse, pour le coup 🙂

    • 22 février 2016 à 21:46

      Alors c'est bon signe si le film reste crédible sur cette thématique, pour les non connaisseurs comme moi.

  2. 18 février 2016 à 18:19

    C’est cool d’avoir l’avis sur ce genre de livre de la part de quelqu’un qui n’est pas fan d’équitation (enfin à ma connaissance en tout cas) ^^

    • 22 février 2016 à 21:47

      Effectivement ;) (même si je n'y suis pas allergique, hein)

  3. 18 février 2016 à 18:36

    J’aime beaucoup le film et quand j’ai lu le livre j’ai été très surprise par la fin. Mais j’ai vraiment bien aimé ce livre.

    • 22 février 2016 à 21:48

      Et oui, elles diffèrent :)

  4. 18 février 2016 à 20:20

    J’avais beaucoup aimé le livre et été déçue que le film tronque la fin, d’ailleurs je n’en comprends même pas les raisons. La scène de l’accident m’est insupportable aussi, je la zappe toujours quand je regarde le film. Et sinon tout à fait d’accord avec ton analyse du livre, c’est un bon roman qui aborde bien la vie dans l’Ouest.

    • 22 février 2016 à 21:52

      A posteriori, je ne saurais pas non plus expliquer ce choix. Plus "Hollywoodien", c'est-à-dire "à la mode de l'époque" ? (Savez-vous planter des choux ? À la mode, À la mode ? lala) (pardon, je me perds).

  5. 18 février 2016 à 20:34

    La scène de l’accident est toujours aussi difficile pour moi aussi, d’ailleurs je crois que je l’avais zappée la dernière fois que j’ai vu le film… je me la suis jouée petite chose fragile 😀
    En tout cas, j’ai trouvé ton avis très intéressant, ça m’a vraiment donné envie de lire le livre !

    • 22 février 2016 à 21:54

      Maintenant, je peux faire face à la scène, mais la première fois au ciné, bonjour le choc ! Et bien, tu l'offres à ta sœur... pour le lire :D

  6. 20 février 2016 à 13:50

    Je l’avais lu assez jeune et il m’avait beaucoup remuée à l’époque.

    • 22 février 2016 à 21:55

      Ah, je peux l'imaginer, oui.

  7. 2 mars 2016 à 12:49

    La voilà la chronique qu’il me fallait pour enfin sauter le pas ! Ce n’est pourtant pas l’envie qui me manquait de découvrir ce roman, et cela ne date pas d’hier, mais voilà, ce n’est toujours pas fait… Et après, je regarderai l’adaptation cinématographique ! Merci de me rappeler à mes bonnes résolutions 🙂

    • 2 mars 2016 à 19:21

      Ravie de t'être utile, huhu :)

  8. 8 mars 2016 à 19:21

    C’est le film qui m’a fait tomber amoureuse de Robert Redford (je le suis toujours, d’ailleurs) (oui, même s’il est vieux aujourd’hui). Un de mes films préférés. Je ne connais pas le roman, en revanche. Un jour, peut-être… Tu donne envie, en tout cas.

    • 9 mars 2016 à 13:00

      Figures-toi que je ne l'avais pas revu depuis longtemps ; du coup, il a pris un coup de vieux quand j'ai visionné "Randonneurs amateurs". Mais c'est vrai qu'il est un cowboy bien fringant dans le film dans "L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux".

  9. 9 mars 2016 à 09:45

    Je l’ai dévoré le week end dernier! J’ai adoré. J’aime beaucoup le film aussi. Je pense que la fin originale ne devait pas coller avec certain codes cinématographiques. Je ne trouve pas cela dérangeant. J’ai hâte de lire d’autres romans de cet auteur 🙂

    • 9 mars 2016 à 13:01

      Waouh, tu as donc beaucoup aimé ! Oui, les deux fins ne me dérangent pas non plus. Elles se valent... (bon, d'accord, l'une est beaucoup moins ébouriffante)

  1. 8 juillet 2016 à 20:10
  2. 31 décembre 2016 à 10:01

Jeter un sort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :