Archive

Articles taggués ‘mythologie(s)’

MÉRIC Guilhem – La conjuration des Sept ~ Présages, épisode 1

03/09/2015 12 commentaires

.

La conjuration des Sept Guilhem MericTitre : 1ère dague, Iris
Auteur : Guilhem Méric
Plaisir de lectureetoile 3 Livre sympa.
.

Iris Terrac habite à Paulhan… un trou paumé à ses yeux, et de plus en plus difficile à supporter au vu de la relation houleuse avec ses parents. Son petit ami Tristan l’emmène à un déjeuner où les tables sont dressées par l’association de sauvegarde en plein milieu des ruines de l’abbaye Saint-Félix de Montceau. Le lieu résonne alors en elle. La nuit venue, elle cauchemarde : le Mal s’emparerait de toute sa famille dès que les Nuits deviendraient Bleues.

.
.

Premiere dague Iris MericLa Conjuration des Sept est un diptyque. Le premier tome « Présages » est découpé en sept épisodes ; ils sont publiés en numérique, tous les quinze jours à partir du 3 septembre.

Le premier est consacré à Iris et chacun des sept reprendra le point de vue d’un des adolescents ; ces derniers sont liés pour leur amour de la Sentinelle de pierres.
.

Le concept de feuilleton littéraire entraine la sensation que chaque épisode se révèle trop court (46 pages pour ce premier volet, 8 chapitres). Plein de questions naissent : Qui sont les sept ? Qui est Xehed ? Que vont-ils devoir entreprendre ? Pourquoi parle-t-on de dagues ? Noël est-il en si mauvais état que ça ? Alain va-t-il aider ses frangins ?
. Lire la suite…

COSTE Nadia – Le Premier

09/07/2015 27 commentaires

.

Le premier Nadia CosteTitre : Le Premier
Auteure : Nadia Coste
Plaisir de lectureetoile 3 Livre sympa.

Vaïn est le cadet de Úrr et en est tout son opposé : il s’avère frêle et maladroit alors que son frère a une musculature développée et réussit tout ce qu’il entreprend. Vaïn est jaloux l’épreuve pour devenir un homme que s’apprête à passer son aîné et le suit « discrètement ». De colère, Úrr le tue mais Vaïn se relève alors, en proie à une étrange malédiction.
.
.

Je lis très peu – pour ne pas dire aucun – romans qui se déroulent au Néolithique (plus par défaut que par réel choix, d’ailleurs). C’est la première surprise de ce récit qui se poursuit bien après, jusqu’aux portes de l’Antiquité ; surfant sur des détails historiques. On apprécie aussi le clin d’œil à la légende de la fondation de Rome avec la Louve, Romus et Romulus.
.
Nadia Coste innove sur le sujet du vampire bien qu’il ne soit jamais nommé ainsi. Le sujet bénéficie d’un traitement intelligent, aux prémices du monde. Il se nourrit de sang, l’ail le rend nauséeux, le soleil le brûle…

. Lire la suite…

MÉRIC Guilhem – Ætherna, l’Émissaire de l’Au-delà

25/03/2015 6 commentaires

.

Ætherna L emissaire de l'Au dela Guilhem MericTitre : Ætherna, l’Émissaire de l’Au-delà
Auteur : Guilhem Méric
Plaisir de lectureetoile 4 Livre à découvrir
.

Chayton Parx a 24 ans et travaille comme aide-soignant aux soins palliatifs. Pour arrondir ses fins de mois, il accepte l’offre de Juliet. Les week-ends, il s’occupe de son colocataire, Ernest, apiculteur retraité. Sauf que les abeilles est un réel frein à ses compétences, plus jeune, Chayton a failli être atteint de cécité à cause d’une piqûre. Mais les ouvrières ne semblent pas avoir dit leur dernier mot au jeune homme.

.
.

)°º•. Le prologue m’a de suite accrochée, c’est pourquoi j’ai lu ce livre d’une traite.
Nous rencontrons Chayton ; il travaille comme aide-soignant. Ce protagoniste s’avère complexe, comme tout individu. Mais il est touchant de par sa philosophie de vie, ses questionnements et son empathie.

Les personnages secondaires mettent en avant l’essence du livre : leur existence leur permet de s’emboiter pour proposer un beau plateau à l’intrigue. Les relations de Chayton avec les autres personnes restent mignonnettes. L’humour est présent par touches grâce à la présence d’un personnage pas piqué des vers.
.

Abeille Aetherna

Gold bust par Dalantech

. Lire la suite…

MAZAURETTE Maïa – Dehors les chiens, les infidèles

06/03/2015 13 commentaires

.

Dehors les chiens les infideles Maia MazauretteTitre : Dehors les chiens, les infidèles
Auteure : Maïa Mazaurette
Plaisir de lectureetoile 2 Livre avec regrets .

La chute du porteur de l’Étoile du Matin, Galaad, a eu lieu il y a 80 ans. Depuis, une nuit éternelle règne. Tous les cinq ans, une équipe de cinq quêteurs est envoyée à travers le monde pour retrouver l’artefact qui fera revenir la lumière. Vaast, Spérance, Lièpre, Cyférien et Astasie l’Inquisitrice du groupe, sont partis voilà maintenant quatre ans de la capitale Auristelle.

. .

)°º•. Les quêteurs sont souvent des adolescents, portant leur foi en étendard. Ici point de parcours initiatique, les jeunes sont détachés pour mettre fin à la malédiction. Aveuglés par le fanatisme religieux, ils sont aussi obsédés par la quête. Les personnages ont tous un caractère extrémiste et même des attitudes bien souvent exécrables. .
.

Les Ténèbres s’étendent grâce au culte de Satan, où l’Anti-Pape se trouve à la tête. Dieu n’est pas qu’un phénomène intangible, il s’est déjà montré plusieurs fois grâce à des illuminations et la réalisation de miracles. Les personnages en viennent à se poser des questions, à remettre en cause la foi de leurs compagnons et même à traquer ceux qu’ils croient infidèles.

. .

Dehors les chiens les infideles couverture)°º•. « Dehors les chiens, les infidèles » s’appuie sur un passage de la Bible qui donne le ton (et le titre) : .

Dehors les chiens, les enchanteurs, les impudiques, les meurtriers, les idolâtres, [et quiconque aime et pratique le mensonge !] Moi, Jésus, [j’ai envoyé mon ange pour vous attester ces choses dans les Églises.]Je suis [le rejeton et la postérité de David,] l’étoile brillante du matin.

Apocalypse de Jean, XXII, 15-16 . Lire la suite…

FAYE Estelle – La Voie des Oracles ~ Thya, tome 1

28/02/2015 17 commentaires

.

Thya Estelle Faye La voie des oracles tome 1Titre : Thya (La Voie des Oracles, tome 1)
Auteure : Estelle Faye
Plaisir de lectureetoile 4 Livre à découvrir
Tome 2, tome 3.

.

Thya est la fille du Général romain Gnaeus Sertor. En grandissant, elle affirme son statut d’Oracle, la famille s’exile en Aquitania pour le garder secret. Au Ve siècle après Jésus Christ, le christianisme s’étend, le culte des anciens dieux est interdit et le danger, permanent. Son père assassiné, Thya décide de fuir vers le Nord-Est, à Brog, terre de succès de son ascendant. Dans l’ombre, anciens dieux et créatures fantastiques suivent la progression de la jeune fille vers son Destin.

.
.

)°º•. Ma rencontre avec la plume d’Estelle Faye sur « La dernière lame » m’avait laissé une impression mitigée surtout à cause d’une narration imparfaite. L’auteure lie ici l’imaginaire à l’Histoire, nous invitant dans les splendeurs de Rome et sa décadence.
.

Le premier tome se concentre sur le voyage de Thya. L’intrigue se ramifie très vite grâce à l’aspect initiatique de la trame. Les conflits intérieurs des personnages sont dévoilés, mettant en exergue les sentiments. Finalement, peu de manichéisme est à noter dans les rangs. Les personnages sont très humains : leur chemin intérieur est présenté de manière digestible et les pensées sont décortiquées pour nous apporter de la profondeur.

.

Une lueur d’angoisse tremblait dans ses yeux vert forêt, des yeux de sauvageonne, couleur de sous-bois.

.
. Lire la suite…

WINDLING Terri – L’épouse de bois

23/01/2015 94 commentaires

.

L epouse de bois Terri WindlingTitre : L’épouse de bois
Auteure : Terri Windling
Plaisir de lecturecoeur notation Livre avec entrée au Panthéon

.

Maggie Black, journaliste de profession, entretenait une longue correspondance avec Davis Cooper, un poète solitaire. Au décès de ce dernier, elle apprend qu’elle hérite de ses terres en Arizona. Elle décide de s’y rendre, pour y écrire sa biographie. Les amis du vieil homme l’accueillent à bras ouverts. Maggie compte bien se laisser imprégner par l’univers qui s’ouvre alors à elle.
.
.

Elle se leva, fit un brin de toilette, enfila une robe de chambre et se rendit sans bruit dans la cuisine. Elle ne traînassait jamais au lit ; elle se sentait flouée si elle dormait trop et qu’elle ratait le lever du soleil. Elle chérissait la lumière tout argentée du matin, le calme, les rituels : l’eau dans la bouilloire, le café moulu, amer, une tasse chaude entre ses mains froides, l’odeur d’un jour aux multiples possibilités se répandant autour d’elle.

.

Maggie s’en va à Tucson et ne pensait pas y trouver des personnes de l’entourage de Davis Cooper aussi conviviales et promptes à l’accueillir dans leur vie. Elle va se laisser influencer par cet univers à l’opposé de ce qu’elle connaissait jusqu’alors. Mais il n’est pas aisé de laisser filer le temps entre ces doigts pour mieux l’apprécier.

. Lire la suite…

BRADSHAW Gillian – La légende arthurienne ~ Faucon de mai, tome 1

20/03/2014 12 commentaires

.

Faucon de mai Gillian Bradshaw La legende arthurienne tome 1Titre : Faucon de mai (La légende arthurienne, tome 1)
Auteur : Gillian BRADHAW
Plaisir de lectureetoile 4 Livre à découvrir

.

Gwalchmai est le fils du roi Lot des îles Orcades et de Morgawse. Il ne fera jamais un bon guerrier, contrairement à son aîné, Agravain. Il est davantage attiré par les arts comme le chant. Sa mère lui propose alors de lui apprendre à lire le latin. Cependant, c’est vers les arts occultes que Morgawse le dirige et il tentera de s’extirper de ses griffes et de prêter allégeance à Arthur.

.
.

Gwalchmai, Faucon de mai en celte, est un garçon timide mais au grand destin. Il est un peu naïf et c’est ce qui le rend attachant. Ses souffrances éprouvées durant sa jeunesse l’ont terriblement marqué, il devra combattre ses démons intérieurs et l’emprise des Ténèbres.

Il fera la rencontre de plusieurs personnes durant son périple pour partir à la rencontre du Roi Arthur et de Taliesin, son Chef poète.
.

Mais il y avait une différence, une ombre qui rendait toutes les choses familières étranges. J’avais fait un pacte et j’y étais lié. Une graine avait été plantée et, parfois, j’attendais, éveillé dans mon lit au milieu de la nuit, percevant dans le noir la calme respiration des autres garçons qui dormaient autour de moi ; j’attendais que la plante pousse et bourgeonne en quelques fantastique fleur noire.

.
.

Faucon de mai Gillian BradshawGillian Bradshaw propose une réécriture du mythe arthurien : elle reprend le contexte historique en le modifiant. Elle nous prévient de certains anachronismes qu’elle utilise afin de renforcer ce dernier. Elle emprunte des personnages des versions galloises et irlandaises, tant de la légende arthurienne que d’autres.
.

Les rivalités avec les Saxons et entre les royaumes posent la base politique. Les hommes, assoiffés de pouvoir veulent annexer les territoires avoisinants. On y survole la notion de diplomatie et la stratégie politique. Le livre traite surtout de la dualité, la lutte de la Lumière contre les Ténèbres. Y figurent les anciennes magies, avec les objets, l’épée Caledvwlch et la présence du cheval Ceinaled…  Ce récit teinté de lyrisme est une histoire au démarrage un peu poussif : j’ai cru que j’allais restée enlisée aux premières pages alors que ce livre renferme une histoire prenante.

.
.

“Faucon de mai” est le premier tome de la réécriture de la légende arthurienne par Gillian Bradshaw. Nous faisons la connaissance de Gwalchmai qui se trouve soumis aux Ténèbres. Luttant contre ces forces, il décide de faire serment d’allégeance à Arthur et de combattre pour la Lumière. Par une plume incisive et bien documentée, l’auteure nous conte sa version du mythe arthurien et du fabuleux destin de cet homme introverti.

.
.

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : Une lecture qui demande du temps pour être savourée.
.

Dans le chaudron :
¤ Kaamelott d’Alexandre Astier (une autre vision de la légende arthurienne)
¤ Thomas le Rimeur d’Ellen Kushner (pour faire un tour dans le monde des Fées)
¤ Faërie de Raymond E. Feist (lorsque les Fées font une incursion chez nous)
.

Winter mythic fiction challengeSFFF au feminin.
Voici ma dernière participation au winter mythic fiction challenge organisé par Lhisbei et la deuxième au challenge SFFF au féminin de Tigger Lilly.

.

.

Miss Mopi aussi aurait bien voyagé en compagnie de Ceincaled.

.

YOVANOFF Brenna – L'échange

25/11/2013 10 commentaires

.

L echange Brenna YovanoffTitre : L’échange
Auteur : Brenna YOVANOFF
Plaisir de lectureetoile 3 Livre sympa peu s’en faut

.

La petite ville de Gentry doit donner un tribut tous les sept ans. Donner un bien grand mot quand les forces obscures viennent le chercher elles-mêmes. La nature de Mackie n’y est pas étrangère. Ce dernier vit son quotidien de la manière la plus inaperçue possible ; chose que ses allergies rendent difficiles. Coincé entre deux mondes, il décide pourtant de tout tenter pour sauver la petite sœur de Tate.

.
.

L echange Yovanoff)°º•. Mackie Doyle n’est pas humain même si tout le porterait à croire. Il se doit de passer inaperçu malgré ses allergies. A 16 ans, il peut déjà compter sur la solide amitié de Roswell. La force de la relation fraternelle est insufflée par Emma. Je trouve que la compréhension sans faille de Roswell manque de crédit, le personnage de Tate s’avère plus vraisemblable.

La rébellion de Mackie est difficile car il ne fait pas partie des deux mondes et ne veut pas prendre parti. J’ai trouvé que ses malaises étaient bien retranscris…au point où il n’attire pas volontairement la sympathie du lecteur. Ce dernier s’en trouve presque mal à l’aise. Notons qu’il est plutôt rare de trouver un jeune homme comme protagoniste dans le young adult.
.

La ville est sous le joug de créatures. Celles-ci ne portent pas de nom, mais on leur en donne de toutes sortes. Le prix à payer pour les habitants est devenu un tabou ; il ne faut surtout pas briser le silence. La communauté se replie alors sur elle-même.

.
.

)°º•. La base du livre repose sur un mythe celtique : le peuple des fées élève des nourrissons – qui s’avèrent malades – pour les échanger contre des bébés humains, en retour ils assuraient la fertilité des terres et la prospérité des hommes. Dans le folklore scandinave, on dit que ces créatures ont généralement peur du fer, c’est pourquoi les parents de ces pays avaient pour coutume de placer un objet en fer au-dessus du berceau d’un enfant non baptisé. Le leurre laissé par les fées est souvent appelé « changelin ».
.

Le récit est surtout d’ambiance. L’atmosphère glauque est servie par des scènes lugubres. J’ai eu quelques difficultés à visualiser les créatures… que j’ai rapprochées aux Choses de la nuit de la série Courtney Crumrin de Ted Naifeh. Au vu de la couverture, on s’attendrait à une ambiance plus noire alors que Brenna Yovanoff est partie sur une histoire un peu trop gentillette à mon goût. Tout au long du roman, on oscillera entre une lecture jeunesse soutenue par un rythme plus long et une pour les adolescents pour certains détails légèremen gores.
Par contre, la description des crises allergiques de Mackie m’ont irrémédiablement fait penser à celles de migraines.

.
.

)°º•. Partir sur ce mythe était vraiment bien vu, le folklore est parsemé ici et là. Mais l’histoire est un peu défaite et cela donne indubitablement un côté bancal.  Les idées ne sont pas assez liées et manquent de logique. Les actions sont un peu trop faciles, les détails pas assez développés. Cette absence de profondeur présente un récit encore hésitant.
.

L’auteure ne décrit pas l’univers sur les premières pages pour ensuite y associer une aventure, non. Ici, tout est affaire de pêche à l’information. Je sais que c’est rédhibitoire pour certains lecteurs mais j’apprécie beaucoup de procédé : on comprend au fur et à mesure de la lecture. Pour ce qu’il en est de la présence de ces fameuses créatures, cela ne m’a pas dérangé d’en connaître tous les tenants et les aboutissants, cela permet d’imaginer et de laisser aussi le choix au lecteur.

J’ai tourné les pages sans a priori puisque je n’avais eu aucun retour sur cette lecture. Le livre demeure brouillon dans son ensemble mais je suis partagée car j’ai savouré son originalité et j’ai pris plaisir à le lire.

A noter que la traduction n’est pas parfaite. La couverture est originale et m’a attirée, j’ai trouvé dommage que cela soit un photomontage et non une illustration. Les dessins sur l’annonce des parties reprennent les éléments suspendus de la couverture… qui sont de véritables grigris.

.
.

« L’échange » de Brenna Yovanoff a du mal à se stabiliser dans le récit, manquant parfois de rythme et de liens entre les idées. L’histoire oscille entre deux mondes et le lecteur a du mal à s’attacher au protagoniste, effet voulu à l’écriture. Du côté de l’ambiance, l’auteure n’est pas en reste. Le folklore scandinave aurait mérité d’être un peu plus approfondi pour proposer une lecture mieux harnachée. La lecture demeure néanmoins agréable.

.

.

L echange Yovanoff extrait
.

————————————————————————~*
.

Souvenir de lecture : Ah, la couverture et ses symboliques ! J’avais gagné ce livre chez ma copine Mutinelle.
.

Dans le chaudron :
¤ Cœurs de rouille de Justine Niogret
¤ Roman d’horreur d’Arthur Ténor
¤ Mal-Morts de Jean-Marc Lignac

.

logo Halloween 2013logo challenge Jeunesse Young Adult 2013Doucement mais sûrement, je rajoute une entrée à mon challenge Halloween. C’est également ma première participation pour le challenge jeunesse-YA de cette année.

.

.
.

Melisende (Bazar de la littérature), Plume de Cajou et Sita (Sorcelleries) ont aussi rencontré la Morrigane.

.

Pic : L’échange par Lorena-Lopez.

.

ILLIANO Rozenn – Le Rêve du Prunellier

18/01/2013 6 commentaires

.

Le reve du Prunellier Rozenn IllianoTitre : Le Rêve du Prunellier
Auteur : Rozenn ILLIANO
Plaisir de lectureetoile 4 Livre à découvrir

.

Au cœur de l’Hiver, Rozenn vous invite à entrer dans son univers fantastique. Au sein de ce recueil, huit nouvelles se partagent les pages, parfois les impressions ou même les personnages. Toutes ont en commun cette tournure poétique ô combien subjuguante.

.

.

Dès les premières lignes, on ressent la mécanique bien huilée : le positionnement précis des virgules, comme les motifs d’une dentelle parfaite et puis la construction des phrases qui vous emmène tels les différents mouvements du vent. J’y ai retrouvé la même rigueur que chez Estelle Valls de Gomis, où la mesure est battue avec la même minutie qu’un métronome.

.

Le reve du prunellier.

Nous entrons dans l’univers de Rozenn, qu’on connait par ses bijoux, ses illustrations mais aussi ses goûts et passions. Il est transposé maintenant en mots ; comme l’ultime vecteur complémentaire de ses arts. Si les textes prennent aussi bien c’est que le recueil est un rappel à nos propres souvenirs et sensations : Rozenn réalise la prouesse de faire de ses récits, un peu ceux des lecteurs.

 .

On y croisera souvent des personnages aux yeux sombres, quelques fois atypiques (violets), à la chevelure ébène, parfois longue et à la peau diaphane. La présence des corneilles est indéniable, celle de la Reine des glaces très attendue. On se demande parfois si on n’entrevoit par Rozenn elle-même dans les nouvelles ; Lilith, pour sûr.  La plus agréable sensation lors de ma lecture est la découverte que je qualifie de « visuelle » des écrits. Lorsque je l’ai lu le tout premier passage concernant Silence, derrière ma rétine s’est immédiatement imprimée l’illustration de Rozenn. C’est bluffant, d’autant plus que les artistes à écrire & à illustrer sont assez rares. Parfois étrange, souvent onirique (ou peut-être que…), le tout est saupoudré délicatement de féerie.

 .

Pour vous laisser le loisir de la surprise, je dirai que mes préférées restent « La forêt d’Adria » car elle conte un petit vieux au nom de Cornelius (j’aime ce prénom), qu’il y la présence de Titania et d’Obéron, que ce conte se révèle très beau au vu de la force de la Nature. Et sans aucun doute parce que je l’ai lu, chauffée par les rayons du soleil, assise dans un parc, face à une fontaine (ça joue). « D’Hiver et d’Ombres » m’a beaucoup plu car j’aime les personnages qu’elle renferme et parce qu’on découvre l’identité de ceux qui ont été attaqués par les Ombres.

.

.

Le recueil présente huit nouvelles, huit récits qui se révèlent être une pièce additionnelle à la créativité de Rozenn. Marchez sur un tapis de neige pour partir à la rencontre de Layla, découvrir le royaume de la Reine des glaces… mais méfiez-vous des Ombres. Par une plume délicate, Rozenn nous offre avec simplicité et tout l’enchantement possible, une partie de son souffle.

.

.

RozennNée en 1985, Rozenn est une artiste française touche-à-tout. Sa motivation l’entraine à s’essayer à différents arts, avec réussite. Elle est également la tenancière émérite de Unseelie.fr.

Son site, son blog.

Pour tout savoir de « Le rêve du Prunellie», c’est par ici.
La sortie numérique de recueil est pour le 19 janvier (et si vous lisez le recueil, vous saurez que cette date n’est pas anodine). Cette version ne bénéficie pas des illustrations, contrairement à la version papier accompagné d’un carnet d’illustrations qui verra le jour en février. Vous pouvez découvrir gratuitement la nouvelle « Poe » chez Rozenn et y découvrir les illustrations aussi.

.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :

¤ Le chat qui avait peur des ombres de Rozenn & Xavier Collette,
¤ Brume d’Estelle Valls de Gomis.

.

Souvenir de lecture : Ah, Silence !

.

Autour du livre (Agathe K.), Bulle de livre (Snow), La Prophétie des ânes (Cornwall), Un papillon dans la Lune ont aussi attrapé quelques flocons.

.

Logo Lecture EquitableChallenge je lis des nouvelles et des novellas JLNNHo, une petite entrée pour le challenge JLNN !
Le recueil étant auto-publié, on espère que Rozenn soit aussi reconnue-appréciée au niveau des maisons d’éditions et on la soutient en mode ‘Lecture équitable‘.

.

.

Pic : The lantern par Rozenn.

.

THOMASON Dustin – 12:21

14/11/2012 16 commentaires

.

Titre : 12:21
Auteur : Dustin THOMASON
Plaisir de lecture Livre à découvrir

.

Stanton est appelé en urgence pour un nouveau cas d’une maladie à prions. Il se rend au Presbyterian où il est accueilli par Thane. Malheureusement, il est impossible de comprendre ce que dit l’homme criant en quiché. Ils contactent très vite Chel Manu, grande épigraphiste pour comprendre son charabia. Dans le même temps, un second homme montre les mêmes symptômes : la détérioration de l’ADN utilise un nouveau développement. Ils finissent très vite par relier ces deux hommes à leurs échanges. S’en suit une course poursuite pour trouver la cause, le traitement… avant que l’épidémie coule sur le monde.

.
.

)°º•. Stanton travaille au CDC, le Centre de Contrôle des Maladies Infectieuses. Seule la science le guide, a d’intérêt à ses yeux. Il passerait sa vie au laboratoire. De nature calme et assez diplomate, il se retrouve pris dans une tourmente où tout le monde compte sur lui. C’est Thane qui va accueillir Stanton au Presbytarian, elle va également devoir effectuer des choix, quitte à tout perdre.
.

La seconde femme qui a un rôle important est Chel Manu. Elle travaille au musée privé Getty et plus précisément sur la culture maya et surtout sur l’étude de la langue. C’est par son biais que la corrélation entre Volcy et Gutierrez est établie. Elle est très attachante car elle cherche à protéger sa mère, à mener à bien l’étude du codex de manière très appliquée tout en sachant que professionnellement, elle bénéficie de la pire sanction qui soit.
.

Les personnages secondaires sont tout aussi sympathiques, je pense notamment à Monster et à la fée électrique, à Davies toujours sur son 31 ou à Rolando, le bras droit de Chel. Nous nous frottons aussi à des groupes, que ce soit la Commission dirigée par Cavanagh ou les deux mille douzards à la tête duquel se trouve Victor Granning, l’ancien tuteur de Chel.

.
.

)°º•. Le livre repose sur le parallèle science/religion, il est assez percutant et met en exergue le fait qu’ils ne soient pas incompatibles, surtout sur fond apocalyptique. Attention, un parallèle sage, à la portée de tout lecteur. Ce livre n’est pas un traité.

Les diplômes en anthropologie et en médecine de l’auteur se font sentir : le discours est très convaincant, assez cohérent dans son ensemble et on se prend très vite au jeu. Du côté de la médecine, nous aurons le droit à quelques explications bien intégrées au récit concernant les maladies à prions – dont la plus connue reste celle de Creutzfeldt Jacob –. J’en suis même arrivée à prendre des notes pour souligner quelques expressions, chercher davantage d’informations les concernant.
.

De l’autre côté, nous avons l’histoire maya qui sert de toile : je suis très peu renseignée mais ma curiosité se mêle au mystère général concernant l’Histoire. Au XVIe siècle, l’Inquisition a organisé un autodafé durant lequel 5000 livres sacrés, œuvres d’art et descriptions avaient brûlés. Et pourtant, Chel se retrouve avec dans (sur ?) les bras le plus ancien Codex trouvé. Il y raconte la vie de la cité et la très longue sécheresse qu’elle a dû traverser. Il faut savoir que tels propos, même écrits par un scribe auraient mérité une morte par sacrifice dès le premier lever du soleil, en bonne et due forme. J’ai particulièrement apprécié les chapitres et autres parties où nous pouvons lire la traduction de ces écrits.
.

Enfin, et non des moindres, on côtoie le groupuscule des deux mille douzards, très attaché à la croyance de la fin du Compte long (le 21 décembre si vous étiez passés à travers cet événement). Cette date fatidique est signée par l’épidémie apportée par un maya : tout concorde pour eux. On se rend vite compte que ces grands illuminés peuvent alors très loin pour leurs convictions.

.
.

)°º•. L’étiquette apposée sur ce livre est « thriller ». Je peux vous le dire, c’est un bien grand mot ; il n’est pas un thriller mais ce livre est assez difficile à classer. Premièrement, j’ai aimé la plume et sa traduction (par Pascal Loubet). J’avoue avoir un doute quant au choix du titre gardé en VO. 12:21 sonne plutôt comme l’heure du déjeuner plutôt que le 21 décembre jour de l’apocalypse en français.
.

Dans l’ensemble, j’ai trouvé l’intrigue plutôt bien trouvée. Je me suis laissée emportée sans aucun souci. L’histoire est très réaliste les cent premières pages, on s’y croirait. Puis l’effet se tasse puisque nous nous approchons plus des théories et quittons le monde du concret. Le fait d’avoir lu ce livre avant la date fatidique doit aussi jouer sur mon impression. La plume est déliée, elle se lit facilement. La fin se finit en somptueuse apothéose et je n’avais aucune idée du magistral cause-conséquence sur lequel tient ce livre. On avance, mais on ne trouve pas la clef, c’est assez crédible. Et je viens à douter quand certains lecteurs disent « siii, j’avais deviné dès les premières pages ». Mouais, à d’autres (han, je fais une lectrice hyper sceptique quant aux avis des autres lecteurs, est-ce mauvais signe ?) : Thomason ne donne pas d’indice, et dès qu’il immisce une ou deux données, il va très vite proposer la « solution » pour ne pas laisser choir dans l’ignorance son lectorat.  L’intérêt le plus vif du livre se trouve ailleurs…
.

Enfin et non des moindres, la couverture est en léger relief sur les chiffres et surtout, en vernis sélectif (la date, quelques glyphes mayas) et tu connais mon amour pour le vernis sélectif. Par contre, je trouve le prix relativement élevé  (21€, 400 pages) si on le compare au fantastique « Le passage » de Cronin (23€, 1000 pages). Les comparaisons, ce n’est pas bien. Mais je suis quelqu’un de pas bien.

.
.

11 décembre 2012. Deux cas d’une nouvelle maladie à prions se déclarent et menacent la pandémie. Stanton et Chel vont devoir allier leurs compétences pour découvrir l’origine du virus et trouver comment le combattre. Sur fond apocalyptique, entrez dans la vie de ces deux personnages principaux pour lesquels les choix sont difficiles et où la survie de tous peut dépendre aussi de décisions personnelles. Thomason signe un livre où l’intrigue se révèle fluide, où les informations médicales se révèlent crédibles et où science et religion sont conciliables. Serez-vous prêts à recevoir la clef de cette trame ?

.
.

)°º•. Biographie
Scénariste et auteur, il est connu pour la série télévisée « Lie to me » mais aussi pour « La règle de quatre » publiée en 2005 en VF. Il est américain et vit actuellement en Californie. Voilà, voilà.
Le site officiel du livre.

.

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : un Codex particulièrement intrigant.

.

La p(il)e à l(ire) d’Hécléa, Les lectures de Mylène (Mycoton) et Livralire (Didikari) ont aussi tenté de décrypter les glyphes mayas.

CITRIQ

.

.

Toujours une entrée pour le challenge Fins du Monde.

.
.

Cette lecture a été réalisée en partenariat avec les éditions Calmann-Lévy et je remercie aussi Emma66.

.

.