Accueil > KAY Guy Gavriel > KAY Guy Gavriel – Tigane

KAY Guy Gavriel – Tigane

.

Couverture du livre Tigane de Guy Gavriel Kay

.

Titre : Tigane
Auteur : Guy Gavriel Kay
Plaisir de lecture Livre fantas… tique
.

Brandin d’Ygrath et Alberico de Barbadior, deux puissants sorciers, se battent pour les provinces de la Palme. Fou de douleur de la perte de son fils lors d’une bataille, Brandin jette un maléfice sur Tigane : le nom disparait de la mémoire des gens. La résistance nait avec la formation d’un petit groupe de rebelles menés par Alessan. Ils cherchent à libérer la péninsule de ses deux occupants féroces.

.
.
.

Pour ce récit, on suit les histoires de deux personnages, celle de Devin artiste d’une troupe itinérante et Dianora, membre de la Cour du roi d’Ygrath. Guy Gavriel Kay a la volonté d’intégrer des personnages « à bagages » : ils ont déjà vécu un bout de leur vie avant qu’on ne les rencontre dans le livre ; avec leurs aventures, leurs faiblesses et leurs blessures. Ceux-ci sont justes et non manichéens. Ceci dit, l’archétype du despote aurait mérité un peu de profondeur. Les rebelles sont forts et intelligents, mais cela ne s’avère pas un défaut et n’enlève rien au récit (il faut bien équilibrer les forces face aux oppresseurs).
.

Comme pour mes précédentes lectures issues de la bibliographie de l’auteur, l’aspect qui m’intéresse le plus et que je trouve aussi le plus réussi se révèle être la complexité de l’être humain, pour lequel l’investissement se ressent véritablement.
.

« Tigane » estampillée fantasy historique se base dans la péninsule italienne à l’époque de la Renaissance, foyer de rayonnement culturel et d’intrigues foisonnantes.
.

Cette épopée prend des accents de roman de cape et d’épée. L’approfondissement de l’univers permet au lecteur de mieux s’en imprégner et d’entrer dans le cercle des contestataires. La magie ne sera présente que sous la quantité d’une pincée, davantage comme une métaphore qu’un poncif du genre.
.

De par son disparition dans les mémoires, Tigane devient le témoignage de la destruction d’un pays, de l’annihilation d’une culture puis de la reconquête d’un territoire. Cette tragédie a des airs de chant de liberté, avec l’importance du patriotisme, du rôle de la mémoire et de l’art pour une nation. Elle apparait comme la quête de l’identité de tout un peuple.
.

Et il ne faut rien de moins qu’une écriture fine, basée sur des recherches poussées et un scénario réfléchi pour une histoire convaincante. À travers les lignes, se dessine une certaine musicalité, qui donne tant de beauté à ce récit épique. J’en ai aimé la souplesse, tachetée par quelques traits mélancolie et qui se termine sur un dénouement fabuleux. Cette narration balaye la pensée unique et j’ai été surprise de repenser régulièrement à Devin et à l’articulation des actions de l’équipe à la recherche d’une grande partie de son identité.

.
.

Mise en scène du livre "Tigane" écrit par Guy Gavriel Kay

.

————————————————————————~*

.

Gaëtan et LineTje (du blog Les Singes de l’Espace), Lutin82 (Albédo), ont aussi tendu l’oreille pour écouter la résonance de Tigane.

.

  1. 08/05/2018 à 22:42 | #1

    Je n’ai lu que la tapisserie de Fionavar du même auteur (sur tes conseils et que j’avais adoré ! )
    Tigane a l’air sympa aussi même si ce n’est pas celui qui m’aurait le plus attiré au premier abord. (j’ai bien envie de me laisser tenter par Ysabel, principalement à cause de son contexte :p)

    • Acr0
      09/05/2018 à 19:03 | #2

      Ah je comprends tout à fait 🙂 J’avais trouvé Ysabel gentillet que l’intrigue avait beaucoup moins de forces que ses autres livres que j’ai découverts mais du coup, tout à fait accessible au jeune lectorat. C’est toi qui me l’avait offert, te souviens-tu ?

  2. 09/05/2018 à 19:32 | #3

    Wow mais c’est quoi ce pavé??
    Ce que tu en dis me tente beaucoup! Ça me fait penser à Gagner la Guerre qui était génial <3

    • Acr0
      26/05/2018 à 10:12 | #4

      Je n’ai toujours pas lu ce roman 🙈 Mais ce que je peux te dire : c’est que la plume de Guy Gavriel Kay est une valeur sûre.

  3. 10/05/2018 à 00:29 | #5

    @Acr0
    Oui, comment oublier ! J’avais lu ta chronique quand elle est sortie mais bizarrement, ça n’a pas atténué ma curiosité sur ce livre. Probablement à cause de la ville et de la présence d’un de personnages de la tapisserie de Fionavar. Il me fait forcément penser à toi 🙂

    • Acr0
      26/05/2018 à 10:16 | #6

      Ce personnage est secondaire (voire même tertiaire) alors il ne vaut mieux pas trop attendre de sa présence. Par contre, l’environnement géographique aquisextain nourrit l’intrigue 🙂

  4. 11/05/2018 à 10:56 | #7

    Un jour, je lirais ce roman qui a l’air vraiment top !

  5. 15/05/2018 à 17:28 | #9

    Je crois que je fais le même commentaire à chaque fois que tu chroniques un Kay mais au moins je suis constante : il faut vraiment que je me penche sur son cas un jour !

    • Acr0
      26/05/2018 à 10:21 | #10

      Sais-tu déjà par quel titre aimerais-tu commencer ?

  6. 16/05/2018 à 15:18 | #11

    Je n’ai encore rien lu de cet auteur. Ton billet donne envie de découvrir. Je lis peu de fantasy et de fantastique en ce moment, mais ça va revenir. 😉

    • Acr0
      26/05/2018 à 10:22 | #12

      Le principal est de s’écouter, tout simplement…

  7. 18/05/2018 à 08:41 | #13

    Ca fait un moment que je veux le lire!

    • Acr0
      26/05/2018 à 10:23 | #14

      Je ne peux que t’encourager à d’immerger dans cette aventure.

  8. 14/06/2018 à 20:22 | #15

    Un pavé que j’aimerais déterrer de ma biblio dès que j’aurais les muscles pour ^_^ C’est vague question timing, je sais, mais les candidats se bousculent au portillon de l’été, les bougres 😅

  1. 05/06/2018 à 09:18 | #1
  2. 20/09/2018 à 10:23 | #2