Archive

Articles taggués ‘vampire’

DEBATS Jeanne-A – Métaphysique du vampire

10/11/2014 25 commentaires

.

Metaphysique du vampire Jeanne-A DebatsTitre : Métaphysique du vampire
Auteure : Jeanne-A Debats
Plaisir de lectureetoile 5 Livre fantas… tique

.

Raphaël travaille comme espion pour le Vatican. Sa nouvelle enquête l’emmène à la poursuite de Kalten, un dignitaire nazi et ce, jusqu’au Brésil. Dans son sillage, il entraine bien malgré lui une jeune vampire, Dana et un prêtre, Ignacio.

.
.

Raphaël est un vampire atypique : cet immortel entretien des rapports avec le Vatican (mais oui !). Tueur parfait mais aussi personnage cinglant, ce narrateur n’apprécie ni les humains ni la compagnie des siens. S’avérant légèrement « froid », il n’exprime que peu de sentiment pour son environnement. Avec une telle personnalité – unique en son genre – on ne peut que s’attacher. Il me rappelle un peu Lévi alias Biff (L’agneau de Moore) et beaucoup Rampa (De bons présages de Pratchett & Gaiman).

Le fil de ses pensées permet de dédramatiser la situation dans laquelle il se trouve et sa vision caustique des choses est d’autant plus récréative. L’effet est saisissant, surtout quand il « se perd ».
.

Lire la suite…

DE PINS Arthur – Zombillénium ~ Control Freaks, tome 3

02/05/2014 13 commentaires

.

Control Freaks Arthur De Pins Zombillenium tome 3Titre : Control Freaks (Zombillénium, tome 3)
Auteur : Arthur DE PINS
Plaisir de lecturecoeur notation Livre avec entrée au Panthéon

.

Behemoth himself impose Bohémond Jaggar de Rochambaud pour assister le gestionnaire en place, Francis Van Bloodt à la tête du parc. Sauf que la réputation de ce consultant le précède et sa venue est vue d’un très mauvais œil. La révolte gronde.

.
.

Control Freaks Zombillenium Arthur de Pins 06)°º•. Avec Zombillénium, il y en a pour tous les goûts : démons, vampires, zombies, squelettes, sorcière, loups garous,… On s’attache à ces petites bêtes monstres. L’histoire prend un nouveau tournant et nous avons le cœur serré.
.

La gestion paternaliste appliquée au parc est jugée comme “molle”. Zombillénium a des besoins spécifiques et obligatoires. Francis Van Bloodt se voit attribuer un “cravateux”. La révolte grandit et la lutte est amorcée. Les syndicats militent contre les morts violentes. Par ailleurs, le personnel ne manque pas d’ingéniosité pour mettre des bâtons dans les roues de Bohémond Jaggar de Rochambaud.

.
.

)°º•. Les rebondissements et surprises mettent en scène le burn out d’Aurélien. La mécanique scénaristique est huilée à la perfection. On découvre davantage l’environnement du parc. Ceux qui avaient trouvé le deuxième tome un peu moins bon devraient être ravis ; car oui, Gretchen est plus présente. Elle devient, avec Aurélien des personnages clefs. L’intrigue toujours fraîche prend du relief.
.

Avec le personnel à vif, on y retrouve également une satire de notre société et de son rendement. Les allusions au monde de la finance, de l’entreprise, des conflits sociaux et du management de l’économie sont nombreuses. Et pourtant, le tout déborde d’humour à la fois humoristique… et caustique. Les dialogues sont cuisinés aux petits oignons.

.
.

Control Freaks Zombillenium Arthur de Pins 01)°º•. Le talent de De Pins s’exerce sur les deux tableaux, scénario et illustrations. Les dessins vectoriels sont sublimes. Les expressions des visiteurs particulièrement réussies : Arthur De Pins s’appuie sur des photos prises dans les parcs d’attraction publiée sur le web.
.

Ce tome est dans la continuité de la saga même s’il prend un virage plus sombre. Je suis amoureuse de cette série qui est une merveille d’humour noir. La fin est désastreuse… pour la patience des lecteurs ! Espérons qu’il mette peu de temps à publier la suite de ce fameux tome 3. (Rappelons les faits : 27 mois entre les parutions des tomes 2 et 3). Ce qui n’est point sûr étant donné qu’un projet parallèle d’adaptation sur grand écran devrait bientôt voir le jour, chapeauté par De Pins himself. (youhouh) Le teaser est à visionner ici.

.
.

“Control freaks”, troisième tome de la saga Zombillénium d’Arthur De Pins devient légèrement plus sombre. L’agitation couve et tout le monde est sous tension. Si Gretchen & Aurélien sont au-devant de la scène pour ce volet, c’est le parc entier qui s’avère impliqué. Entre illustrations remarquables et scénario soigné, l’auteur nous offre une saga magistrale.

.
.

Control Freaks Zombillenium Arthur de Pins 02 Control Freaks Zombillenium Arthur de Pins 05

Control Freaks Zombillenium Arthur de Pins 04 Control Freaks Zombillenium Arthur de Pins 03

..

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : quand même… ce tome méritait bien toute cette attente !
.

Dans le chaudron :
¤ Gretchen, tome 1
¤ Ressources humaines, tome 2
¤ Les annales du Disque-Monde de Terry Pratchett (pour de l’humour avec plein de créatures)

.
Defi valeriacr0J’ai gagné ce tome durant le challenge Halloween orchestré par Hilde & Lou.
Cette relecture n’est pas ma sélection d’avril pour le défi Valériacr0 mais celle de Valeriane que j’ai accompagné en “lecture commune”.

.

Iluze, Lasardine (La ronde des post-it) et Vladkergan (Vampirisme) ont assisté à la prise en otage du wagonnet.

CITRIQ

.

COLIN Fabrice – Comme des fantômes

29/11/2013 16 commentaires

.

Comme des fantomes Fabrice ColinTitre : Comme des fantômes,  histoires sauvées du feu
Auteur : Fabrice COLIN
Plaisir de lectureetoile 2 Livre à regrets .

“Comme des fantômes” est l’œuvre posthume de Fabrice Colin mort en 2005, à 33 ans. Sa mort n’a pas de panache, ses nouvelles n’ont pas trouvé preneur. La maison d’éditions décide alors de constituer L’œuvre qui aurait dû être celle de sa vie.

. .

Ce recueil post-mortem est très surprenant dans sa construction. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce projet éditorial est atypique. Si je connais l’auteur par ses romans, c’est la première fois que je lis ses nouvelles.

J’avoue avoir été découragée dans ma lecture ; et si le livre ne laisse pas indifférent, mon appréciation est en demi-teinte. J’ai trouvé que la qualité des nouvelles était inégale. J’ai surtout retenu “Anarstapi” avec un texte touchant où Alice en est le centre ; “Chez les vivants”, une nouvelle très immersive et m’a flanqué la boule au ventre et “Comme des fantômes” la nouvelle éponyme qui m’a paru très sympathique.

J’ai été plus sceptique sur les autres, même si Fabrice Colin surfe sur différents procédés et thématiques. On retrouve certains personnages mais sous une toute autre facette : Alice, le lapin blanc, Peter Pan et Dionysos. L’auteur rend hommage à d’autres auteurs, notamment Kenneth Grahame et son roman “Le vent dans les saules”.

L’aspect macabre suinte de ses nouvelles, la mort plane sur le recueil. Ce dernier est par ailleurs majoritairement de fantasy. L’atmosphère est dérangeante et j’ai trouvé parfois qu’il était question de surenchère.

.

Les textes sont présentés chacun par un collaborateur sollicité. Les textes spoilent énormément les nouvelles qu’ils précèdent. La structure est lourde, chaque texte sans exception ayant son propre préambule. Les introductions racontent et content Colin sous les traits bien souvent d’un odieux personnage mais aimé. Les phrases sont quelques peu acerbes, toutefois elles dressent un portrait flatteur de l’auteur. J’ai eu l’impression que tous ces auteurs font la fête mais que le lecteur n’a pas reçu son invitation : il est bien obscur d’en apprécier la teneur.

Même si le procédé de ce recueil est singulier, l’exercice semble réussi. Clins d’œil et reprises jalonnent les récits même si parfois, je les ai étiquetés comme sans queue ni tête. Pour être tout à fait honnête, hormis les trois titres que j’ai cités, j’ai eu du mal à accrocher. Tout est une question ici de sensibilité et de goûts personnels de lecture (donc totalement subjectif). Pour faire la connaissance de Fabrice Colin, je conseillerai bien évidemment un de ses romans plutôt que ce recueil-ci.

. .

“Comme des fantômes” est un recueil plutôt troublant tant sur l’idée principale de sa construction que dans le choix des nouvelles. Si l’ouvrage n’a pas retenu mon attention, il saura sans doute charmer le public qui aime les procédés atypiques et les nouvelles proposant un certain degré de malaise.

. .

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :
¤ A vos souhaits de Fabrice Colin
¤ La malédiction d’Old Haven de Fabrice Colin
¤ Les contes de la fée verte de Poppy Z. Brite
¤ Marches nocturnes de Franck Ferric
¤ Perles noires d’Adam Possamaï
¤ Ainsi naissent les fantômes de Lisa Tuttle

.

logo Halloween 2013 Challenge je lis des nouvelles et des novellas JLNN

.

Voici ma dernière entrée pour le challenge Halloween 2013 et une participation supplémentaire pour le challenge Je lis des nouvelles et des novellas.

.

.

Bulle de livre (Snow), Efelle, Falaise lynnaenne (Lynnae), La Croisée des Chemins (Tesrahilde), Naufragés volontaires (Julien) ont aussi découvert que Fabrice Colin était mort.

CITRIQ

.

.

CARRIGER Gail – Le protectorat de l’ombrelle ~ Sans âge, tome 5

29/10/2013 17 commentaires

.

Sans age Gail Carriger Le protectorat de l ombrelle tome 5Titre : Sans âge (Le protectorat de l’ombrelle, tome 5)
Auteur : Gail CARRIGER
Plaisir de lectureetoile 5 Livre fantas… tique
Tome 1, tome 2, tome 3, tome 4

.

Alexia et Lord Maccon ont appris à vivre au sein de Londres, en tant que voisins intimes de Lord Akeldama. Alors que la vie est un long fleuve tranquille… sur des chapeaux de roues, Alexia reçoit une invitation à venir en Egypte par Matakara, la reine des vampires et la plus ancienne en activité. Cette dernière veut absolument rencontrer la légendaire paranaturelle et sa non moins légendaire fille.

. .

Sans age 01)°º•. Nous retrouvons les personnages deux ans après les derniers événements. Le couple Maccon offre une certaine stabilité… contrairement à la fille adoptive de Lord Akeldama. C’est une nouvelle aventure loufoque qui s’ouvre à nous : tous partent sur les traces du Fléau des Dieux dans une folle course-poursuite. Nous retrouvons tous les hurluberlus qui tournent autour d’Alexia : Ivy, Tunstell et leur famille, Mme Lefoux, Lord Akeldama mais aussi Lyall et Biffy. .

Alexia apparaît dans toute sa splendeur, comme femme qui s’assume. Nous sommes bien loin des premières lignes de la saga où elle entendait régulièrement le déroulement complet de la liste de ses défauts par sa mère. Ses menus “défauts” en sont devenus sa force. Elle n’entre toujours pas dans le moule mais grâce à son franc parler, elle fait ce que bon lui semble. Elle n’a pas l’air de regretter pour un sou sa vie épique.

.

Sans age extrait

. .

Sans age 03)°º•. Ce voyage en Égypte laisse place à de nombreuses poilades très théâtrales notamment durant le voyage en bateau. Les moments sombres et plus drôles se succèdent pour nous emmener vers une fin touchante et un véritable happy end. Ce dernier volume en apothéose permet de mettre en scène tous les protagonistes croisés. Gail Carriger nous révèle la réponse de questions restées en suspens et nous donne ainsi une conclusion attendue. .

Vous n’en saurez pas plus car il m’est difficile de raconter sans spoiler. La série vaut vraiment le détour, notre lecture est fluide. La plume décalée crée un monde victorien où le steampunk trouve aisément sa place. Thé, ombrelle et éthérographe y prennent tout leur sens. Cette lecture est pleine de positivisme : la fraîcheur se retrouve dans toute situation, nous avons toujours des dialogues hauts en couleurs.

La série spin-off sur Prudence s’appelle “Finishing school” et devrait arriver en VF au premier trimestre 2015. Il était également question (mi 2012) des droits d’adaptation pour la télévision rachetés par la compagnie irlandaise Parallel Films mais aucune information n’a été officialisée depuis.

. .

“Sans âge” clôture une saga digne de ce nom. De la même trempe que les précédents, nous filons sur un autre continent pour une enquête à 200km/h. Gail Carriger fait monter tous ses personnages sur la scène et on ne résiste pas à les suivre une dernière fois. La fin proposée est on ne peut plus juste pour qui a pu apprécier la compagnie d’Alexia et toute sa clique.

.

Sans age extraits .

Sans age 02

.

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : Ses  » Non !  » à répétition.

.

Dans le chaudron :
¤ Sans âme, tome 1
¤ Sans forme, tome 2
¤ Sans honte, tome 3
¤ Sans cœur, tome 4

.

logo Halloween 2013logofindeserie

.

Ce livre entre en ligne de mire du challenge Halloween et cet émouvant tome est aussi le dernier, voilà une affaire rondement menée pour mon défi Fin de Série.

. .

Book en stock (Phooka), Les lectures de Mylène, Nevertwhere, Nyx Shadow, Perdre une Plume, Ptite-boukinette (Azariel) ont aussi couru après la Miss.

CITRIQ

.

Pics : #01 par Ulalah  ; #02 par BrrrGrrr ; #03 par Tilwen.

.

NAIFEH Ted – Courtney Crumrin et les effroyables vacances, tome 4

02/10/2013 16 commentaires

.

courtney crumrin et les effroyables vacancesTitre : Courtney Crumrin et les effroyables vacances, tome 4
Auteur : Ted NAIFEH
Plaisir de lecture Livre avec entrée au Panthéon
Tome 1, tome 2, tome 3, tome 5, tome 6 ; hors série 1, hors série 2
Rencontre avec Ted Naifeh en dédicace

.

Aloysius Crumrin décide de partir en voyage et en emmène avec lui sa petite nièce. Ils réalisent une première escale en Roumanie où certains êtres ont faim d’amour : entre le cœur et la raison, les personnes balancent. Mais d’autres ont les idées bien ancrées, trop peut-être. En Allemagne, Courtney fait la connaissance d’un jeune homme dont le regard la bouleverse… elle se laisse doucement séduire par lui mais bien au risque de sa propre vie.
.
.

)°º•. Les Crumrin rendent visite à Alexi Markovic, ami de l’oncle, sa fille Magda et son futur genre Petru. Courtney part en vacances et change d’environnement. Tu penses bien que jouer la touriste à prendre des photos lui va cinq minutes, mais très vite ce qu’elle aime, c’est le potin. Elle se mêle toujours de ce qui ne la regarde pas, surtout de ce qui ne la regarde pas.  Parlons franchement, Courtney est une fouineuse : elle est pleine de cynisme dans ses propos et elle ne mâche pas ses mots « il a l’empathie émotionnelle d’un charançon ».
.

Les gens du voyage sont déjà rejetés mais les rumeurs qui courent sur leurs comptes ne vont pas aider à l’affaire. Les scènes se déroulent dans une Europe centrale très superstitieuse où seul le christianisme fait loi. Nous entendons parler de comptes-rendus de lycanthropie, de chasse infructueuse et d’un conte célèbre de la contrée. Le ton est donné : Courtney se jette immédiatement dans la gueule du loup.

.

courtney crumrin et les effroyables vacances 04
.
.

)°º•. J’apprécie toujours autant le personnage principal par lequel Ted Naifeh dresse la place de l’enfant-sorcier, ici entourée davantage encore des mythes et des contes populaires… mais en sont-ils vraiment ? L’auteur propose une belle variation autour de thèmes, il apporte sa propre vision tout en laissant le lecteur s’y faire une place. Le fantastique n’est pas merveilleux mais bien dangereux.
.

La place du Mal et du Bien n’est plus si tangible. Les créatures surnaturelles ne sont pas foncièrement les plus méchantes. Les relations entre l’oncle et la nièce deviennent conflictuelles : cela rajoute du poids à la tristesse ambiante de ce tome. Ted Naifeh présente deux personnages sentimentalement blessés et pas de fin heureuse. Le passage des personnages les rattrape, la solitude se fait de plus en plus pesante.  Courtney écoute aux portes des secrets d’Aloysius et y apprend ses sacrifices. De plus grandes forces sont en mouvement en on sent ce combo à la dérive.  L’auteur nous rend chaque personnage attachant à sa façon.
.
.

)°º•. Comme toujours, il existe une excellente synergie entre contenu écrit et illustrations : ils forment un tout cohérent, avec de la profondeur. Le travail d’orfèvre sur les dessins est à noter. Bien que la parution « couleur » de la série continue, je vous avoue que ma préférence va totalement au noir et blanc qui sait sublimer cette histoire et créer une richesse de sensations : clairs-obscurs, angles des corps, éclairage très particulier des objets et des personnes. Notons que l’apparition des bulles noires comme à chaque fois, n’est pas signe d’un avènement optimiste.

.
.

« Courtney Crumrin et les effroyables vacances » nous entrainent en Europe centrale où Courtney se fourre encore dans de mauvaises situations, où Aloysius l’en extirpe in extremis. Malgré leurs intérets communs, ils s’enfoncent tous deux dans leur solitude et il est parfois bien difficile d’avancer au regard de son passé. Du même calibre que les trois tomes précédents, celui-ci propose la même finesse d’illustrations pour nous entrainer toujours plus loin dans un univers soigné.

.

courtney crumrin et les effroyables vacances 01 courtney crumrin et les effroyables vacances 02

courtney crumrin et les effroyables vacances 03
.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :
¤ Courtney Crumrin et les Choses de la nuit, tome 1
¤ Courtney Crumrin et l’assemblée des sorciers, tome 2
¤ Courtney Crumrin et le royaume de l’ombre, tome 3
¤ Courtney Crumrin et les effroyables vacances, tome 4
¤ Courtney Crumrin et le dernier sortilège, tome 6
¤ Courtney Crumrin : portrait du sorcier en jeune homme, premier hors série
¤ La ligue des gentlemen ordinaires, second hors série
¤ Gloomcookie
¤ Rencontre avec Ted Naifeh

.

Souvenir de lecture : Avoir le cœur en peine avec-pour les personnages.

.

Mercredi Bd Fantastique.
Cette lecture est une participation aux Mercredis Fantastiques en collaboration avec Mango, dans le cadre du challenge Halloween.

.

.

Le livroblog (Hilde), Mes lectures de l’imaginaire (Olya), My Lou Book, Sous le feuillage (Laël) ont aussi joué une partie d’échecs avec lui.

CITRIQ

.

CARRIGER Gail – Le protectorat de l’ombrelle ~ Sans cœur, tome 4

22/09/2013 12 commentaires

.

Sans coeur Le protectorat de l ombrelle Gail CarrigerTitre : Sans cœur (Le protectorat de l’ombrelle, tome 4)
Auteur : Gail CARRIGER
Plaisir de lectureetoile 5 Livre fantas… tique
Tome 1, tome 2, tome 3, tome 5

.

La meute de Woolsey déménage au centre-ville de Londres. Alexia est prévenue d’une attaque de la Reine par une fantôme ; quelle est la véracité de cette menace ? Alexia doit non seulement gérer des problèmes dans sa sphère privée mais également en externe avec le BUR  – Bureau of Unnatural Registry. Les porcs-épics zombies jettent leur dévolu sur Lord Maccon et Geneviève Lefoux travaille jusqu’à l’épuisement. Malgré ses préoccupations, Alexia doit gérer toute la sphère londonienne, enfin presque.

.
.

Malgré son état, Alexia Tarabotti doit continuer son enquête aussi naturellement que possible : ce n’est pas de tout repos ; son pragmatisme sera mis à toute épreuve. Mme Lefoux travaille d’arrache-pied sur sa nouvelle invention, Félicité la sœur d’Alexia rejoint le mouvement de révolte des femmes, Biffy jeune louveteau a bien du mal avec les cycles de la lune. Et pourtant, la meute de Woolsey se met en quatre pour éviter la foudre de sa femelle Alpha.
.

Nous avons des révélations sur le passé de Lyall (haaan) et la création du protectorat de l’ombrelle devient plus tangible pour le lecteur. Porcs-épics zombies, vampires, loups garous, fantômes et machines steampunk sont au programme.

.

Après quelques instants de réflexion, Alexia se leva avec peine et se dandina jusqu’au porte-parapluies pour prendre son ombrelle, qu’elle ouvrit et plaça pointe vers le bas, au centre de la pièce. Comme celle-ci était vraiment très petite, cette manœuvre prit toute la place restante.

Indiquant à Ivy de se lever, Alexia lui tendit la poignée et dit : « Fais tourner l’ombrelle trois fois et répète après moi : » Je protège au nom de la mode. J’accessoirise pour tous et chacun  La quête de la vérité est ma passion. Par la grande ombrelle, j’en fais le serment. » »

.
.

Sans coeurAvec le Bur menacé, Alexia redouble d’activité. L’intrigue m’a semblé un brin plus captivante. Les différentes voies suivies par l’auteur – comme l’attaque imminente de la reine – permettent rebondissements, révélations et réactions des personnages. La règle des 3R (que je viens d’inventer pour ce livre) nous offre une plume fascinante. Cette dernière est très caustique et c’est un véritable délice d’en lire les nombreux sarcasmes : situations cocasses et moments attendrissants se mêlent. Je suis toujours époustouflée d’observer un dispersement durant l’histoire et de voir que tout se compile, s’imbrique parfaitement à la fin.

Steampunk et Angleterre victorienne sont deux éléments d’un décor qui sert à merveille ce récit. Ce tome est haut en couleurs, au même titre que ces prédécesseurs. On en veut encore !

.

La femme fantôme en question était plutôt floue sur les bords et pas tout à fait cohérente au milieu non plus. Elle devait être proche de l’état de poltergeist.

.
.

« Sans cœur » est un tome du même acabit que les précédents : nous retrouvons les personnages chers à notre cœur pour notre plus grand plaisir. Le déménagement implique une nouvelle donne. Tout le monde a l’air de s’être donné le mot pour mettre le chaos dans la vie d’Alexia. Heureusement, armée d’un fort pragmatisme et d’une superbe ombrelle, Alexia peut tout gérer. La preuve, elle s’y attèle ; quitte à passer tout Londres devant ses propres besoins. Voilà un tome bien rythmé aux révélations croustillantes.

.

Sans coeur extraits

.

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : Cette impression que malgré tout, Alexia gère facilement.

.

Dans le chaudron :
¤ Sans âme, tome 1
¤ Sans forme, tome 2
¤ Sans honte, tome 3

.

My summer of (SFFF) loveDefi valeriacr0Voilà encore une entrée par le challenge My summer of (SFFF) love : je crois que nous n’avons plus besoin de préciser l’amour qu’il existe entre Lord Maccon et Alexia.

Cette lecture est aussi le choix de Valeriane pour moi dans le cadre du défi Valeriacr0.

.

Book en stock (Phooka), Le blog d’Hydromielle, Les lectures de Mylène, Les lectures de Nyx, Nevertwhere, Ptite boukinette, Rêve général (J.a.e_Lou) ont aussi suivi de près l’octomate.

CITRIQ

.

Pic : Victorian lady par Parizadhe
.

LANDRESSIE Celine – Rose morte ~ Trois épines, tome 2

16/09/2013 12 commentaires

.

Trois epines Rose morte Celine LandressieTitre : Trois épines (Rose morte, tome 2)
Auteur : Céline LANDRESSIE
Plaisir de lectureetoile 4 Livre à découvrir
Tome 1

.

1789, la France est secouée par les grognements de son peuple : le roi hésite, la noblesse piétine. Cela fait une décennie que Rose était exilée à Saint-Pétersbourg avant de revenir auprès du Comte de Janlys. Mais la colère qui gronde n’est pas la plus importante des menaces. Un complot vise les Arimath et plus spécifiquement la maison d’Artus. Devant essuyer le mépris des frères d’Holival, Rose n’est pas à la place la plus confortable qui soit.

. .

)°º•. Le peuple qui couve est le cadet des soucis de la tête pensante des Arimath. La situation est plus que tendue entre les personnages. Il n’y a aucune mansuétude à l’égard de Rose : aucune explication légitime lui a été donnée concernant le vent froid que souffle Artus. Elle est tiraillée entre deux sentiments : la tristesse intense et la colère froide vis-à-vis de son mentor. Rage et grande mélancolie s’emparent de Rose, d’être ainsi tenue à l’écart. .

Si Artus a toujours été à nos yeux de lecteurs, un personnage ambivalent, nous sommes assez surpris quant au comportement d’Adelphe. Un nouvel As fait son entrée en la qualité de hussard, le Prince Vassili qui s’avère beau et glacial.  Ils se déchirent, s’aiment et se détestent. Les personnages sont bien campés, construits. Toutefois, mon « mâle » préféré reste Adelphe. Il leur « reste » à savoir ce que prépare le grand érudit, et ma foi, ce n’est pas chose aisée.

. .

Trois epines)°º•. Après un premier tome aussi bon, il est toujours difficile de rebondir sur le deuxième. Céline Landressie nous transporte immédiatement et dans le récit et dans l’Histoire. La période choisie est riche et complexe : politique, us et coutumes, décors ; nous voyageons déjà. L’auteur mêle la fiction à des faits historiques et l’effet est toujours agréable.  Rose demeure la narratrice pour nous entrainer dans une enquête : recherches, pistes, fausses pistes, détails, déductions. Nous aussi, nous traquons l’érudit. La dynamique de ce tome est différente ; l’action est présente dans le roman et les combats plus musclés. Bien que l’intrigue soit essentiellement menée à l’extérieur de la maison d’Artus, Céline Landressie relève notre intérêt le plus vif pour les relations intrinsèques (notamment sur les caractéristiques des Arimath et leur hiérarchie). Reste en suspens, le secret que cachent les frères d’Holival… .

Le langage soutenu et la plume délicate ne pourront que s’accorder autour d’un même qualificatif : raffiné, souvent croisé chez les lecteurs. La plume parfume déjà le récit pour mieux pénétrer l’histoire. Les syntaxes sont adaptés, le vocabulaire est riche : la lecture coule de source, elle devient fluide, on s’en imprègne. La joute verbale est toujours aussi significative. .

La pentalogie semble travaillée en un seul bloc et non tome par tome, ce qui lui confère beaucoup d’aplomb. Le récit est longuement peaufiné, un peu comme la planche de bois brut. On sent qu’elle est calibrée, on ressent le poids du travail. C’est un peu comme passer le tamis sur l’écriture pour garder le grain le plus fin (ouh, que de métaphores !). Les processus temporels sont également maitrisés : flashbacks et ellipses apportent leur lot d’éléments nouveaux tout en passant sur des parties creuses sans perdre le lecteur. .

La place des non dits danse autour d’une gestuelle non verbale que Céline Landressie arrive à nous transmettre comme si nous assistions à leurs échanges muets. On vit littéralement les scènes.  Le deuxième tome confirme l’une des déductions principales que j’avais formulées dès les premières pages du tome un. Forcément, j’attends avec impatience le troisième tome (d’autant plus en découvrant la fin de celui-ci).

La couverture est toujours signée par Magali Villeneuve, formidable, non ?

. .

« Trois épines » est la digne suite de « Rose morte » (ouf). On est propulsé en 1789, où le peuple gronde et où Rose – surtout – doit de nouveau couler son caractère dans la maison Arimath, où elle ne semble plus être la bienvenue. Malgré la présence du Prince Vassili parti avec elle, elle a du mal à panser son cœur. Le clan est menacé et les frères d’Holival font fi des sentiments de Rose pour tenter de contrecarrer les plans de l’érudit. L’écriture est d’une finesse impressionnante, la pentalogie s’inscrit comme un travail  global sur l’ensemble de l’œuvre : c’est un véritable plaisir de se laisser porter par l’harmonie d’écriture pour mieux apprécier cette histoire.

. .

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : mais il va le cracher, le morceau ?!

.

Dans le chaudron : ¤ La floraison, tome 1 ¤ L’interview de l’auteur ¤ Le voleur de voix de Jean-Nicholas Vachon

.

My summer of (SFFF) loveCe récit s’inscrit en plein challenge My summer of (sfff) love. Je peux garnir encore mes arguments pour vous stipuler que si Rose se sent mal c’est bien par rapport aux sentiments de tout ce petit monde. Tenter d’être dans les petits papiers des trois hommes à la fois ne semble pas une mince affaire. Et son petit cœur tout écorché va avoir du mal à s’y faire.

.

Logo Lecture Equitable

. .

Il s’agit-là d’une nouvelle lecture équitable avec les Éditions de l’Homme Sans Nom.

.

.

Bazar de la littérature (Melisende), Book en stock (Dup), De livres & d’épice (Chani), Les découvertes de Dawn ont été charmées par la plume. .

CITRIQ

Cette lecture a été réalisée en partenariat avec Céline et les éditions de l’Homme Sans Nom.

.

Pic : Vampire’s eye par ColorfulCandie. .