Archive

Articles taggués ‘uchronie’

MAZAURETTE Maïa – Dehors les chiens, les infidèles

06/03/2015 13 commentaires

.

Dehors les chiens les infideles Maia MazauretteTitre : Dehors les chiens, les infidèles
Auteure : Maïa Mazaurette
Plaisir de lectureetoile 2 Livre avec regrets .

La chute du porteur de l’Étoile du Matin, Galaad, a eu lieu il y a 80 ans. Depuis, une nuit éternelle règne. Tous les cinq ans, une équipe de cinq quêteurs est envoyée à travers le monde pour retrouver l’artefact qui fera revenir la lumière. Vaast, Spérance, Lièpre, Cyférien et Astasie l’Inquisitrice du groupe, sont partis voilà maintenant quatre ans de la capitale Auristelle.

. .

)°º•. Les quêteurs sont souvent des adolescents, portant leur foi en étendard. Ici point de parcours initiatique, les jeunes sont détachés pour mettre fin à la malédiction. Aveuglés par le fanatisme religieux, ils sont aussi obsédés par la quête. Les personnages ont tous un caractère extrémiste et même des attitudes bien souvent exécrables. .
.

Les Ténèbres s’étendent grâce au culte de Satan, où l’Anti-Pape se trouve à la tête. Dieu n’est pas qu’un phénomène intangible, il s’est déjà montré plusieurs fois grâce à des illuminations et la réalisation de miracles. Les personnages en viennent à se poser des questions, à remettre en cause la foi de leurs compagnons et même à traquer ceux qu’ils croient infidèles.

. .

Dehors les chiens les infideles couverture)°º•. « Dehors les chiens, les infidèles » s’appuie sur un passage de la Bible qui donne le ton (et le titre) : .

Dehors les chiens, les enchanteurs, les impudiques, les meurtriers, les idolâtres, [et quiconque aime et pratique le mensonge !] Moi, Jésus, [j’ai envoyé mon ange pour vous attester ces choses dans les Églises.]Je suis [le rejeton et la postérité de David,] l’étoile brillante du matin.

Apocalypse de Jean, XXII, 15-16 . Lire la suite…

NORTH Claire – Les quinze premières vies d’Harry August

21/02/2015 12 commentaires

.

Les quinze premieres vies d Harry August Claire NorthTitre : Les quinze premières vie d’Harry August
Auteure : Catherine Webb (alias Claire North et Kate Griffin)
Plaisir de lectureetoile 4 Livre à découvrir

.

Harry August est né un peu avant la première guerre mondiale. Mais d’étranges souvenirs lui reviennent peu à peu. Il est né, de nouveau. Il est conscient qu’il ne s’agit pas de sa première vie ; et que cela ne sera sans doute pas la dernière. Alors qu’il maitrise à peine le concept duquel il dépend, on lui demande de l’aide.

.
.

Le second cataclysme se déclencha durant ma onzième vie, en 1996. Je mourais comme d’habitude, m’enfonçant dans la brume tiède de la morphine, lorsqu’elle m’interrompit tel un glaçon qui aurait glissé le long de ma colonne vertébrale.

Elle avait sept ans et moi soixante-dix-huit. Ses cheveux étaient blonds et raides, attachés en une longue queue-de-cheval dans son dos. Les miens, du moins ceux qui me restaient, avaient viré au blanc neigeux. Je portais une blouse d’hôpital à l’humilité stérile et elle, un uniforme d’écolière bleu vif et un béret.

.
.

)°º•. Harry August est un homme ordinaire, né au nord de l’Angleterre. Discret, cet homme banal bénéficie d’un don (ou d’une malédiction) : celle de revivre sa vie, une fois la précédente quittée. Le danger latent est de voir une fin à ses jours car il n’est ni immortel, ni intouchable. Il a « juste » la capacité de revivre sa vie une multitude de fois.

.

La mort ne nous effraie pas.
Ce qui nous terrorise, c’est de renaître. Ça, et l’éventualité que, même dans un corps tout neuf, notre esprit ne puisse être sauvé.

. Lire la suite…

WILLIS Connie – Blitz ~ All clear, tome 2

26/07/2014 24 commentaires

.

All clear Connie Willis Blitz tome 2Titre : All Clear (Blitz, tome 2)
Auteur : Connie WILLIS
Plaisir de lectureetoile 5 Livre fantas… tique

.

Michael, Polly et Merope sont enfin réunis. Ils sont coincés en plein Blitz à Londres en 1940. Ces historiens venus de 2060 jouent contre la montre : le temps devient de plus en plus précieux maintenant qu’ils se rapprochent de leur date limite. Ils risquent réellement leur peau sans pouvoir retourner au XXIe siècle.

.
.

)°º•. Connie Willis s’attaque à la thématique de la seconde guerre mondiale où le quidam est le véritable héros. Ce sont des portraits et hommages fantastiques des Londoniens durant le blitz. Le quotidien prend une place primordiale dans le roman : le background avec cet effort de guerre gagne en intensité dans « All Clear ».
. Lire la suite…

WILLIS Connie – Blitz ~ Black-out, tome 1

12/05/2014 32 commentaires

.

Black out Connie Willis Blitz tome 1Titre : Black-out (Blitz, tome 1)
Auteur : Connie WILLIS
Plaisir de lectureetoile 5 Livre fantas… tique

.

En 2060, les historiens partent en mission grâce au voyage temporel. Ils revisitent les moments forts de l’Histoire afin de collecter des données. Seulement, les missions sont précipitées par le service de l’université, les annalistes manquent d’entraînement et de connaissances : ils sont envoyés en plein blitz londonien en 1940. Ils doivent éviter absolument les points de divergence, et l’exercice est beaucoup moins aisé pour eux qu’ils ne le pensaient.

.
.

Poly, Mérope/Eileen et Mike voient leurs missions chamboulées : ils partent tous pour la seconde guerre mondiale. C’est avec une grande excitation qu’ils partent pour vivre une page essentielle de l’Histoire. Mais les doutes naissent durant leur périple. Si on s’attache au devenir de ces trois protagonistes, la galerie de portraits de gens qu’ils vont fréquenter n’en sera pas moins intrigante. Les personnages luttent pour leur survie en s’inquiétant de la moindre interférence qu’ils pourraient créer et de son poids concernant la trame temporelle.

.

Abri antiaérien →

Pancarte dans une rue de Londres, 1940

.
.

Black out Connie Willis Illustration Gregoire HL’auteure est consciencieuse dans l’écriture : le background réaliste est très prenant. Elle ressuscite l’époque “comme si on y était”. Si le livre donne une impression de pavé, la plume est particulièrement fluide. Très documenté, le roman fait passer beaucoup d’informations tant sur la période que sur les figures de cette période. La richesse de la reconstitution nous entraîne dans le quotidien des personnes et leurs préoccupations. Si le voyage temporel par les historiens n’est pas l’idée du siècle, c’est son traitement qui appuiera l’effet de page turner.

.

Magasin ouvert. Vraiment ouvert.

Affiche placardée dans la vitrine brisée
d’un grand magasin de Londres

.
.

Lire la suite…

CARRIGER Gail – Le protectorat de l'ombrelle ~ Sans honte, tome 3

06/09/2013 30 commentaires

.

Sans honte Gail Carriger Le protectorat de l ombrelle tome 3Titre : Sans honte (Le protectorat de l’ombrelle, tome 3)
Auteur : Gail CARRIGER
Plaisir de lectureetoile 5 Livre fantas… tique

 .

Chassée par son mari, Alexia n’a pas d’autre choix que de retourner chez sa mère. Elle doit faire face à sa daronne, à ses demi-sœurs et à leurs réflexions pas piquées des vers. Pour sublimer le tout, elle apprend par les journaux qu’elle est le scandale de l’année ; elle devient très convoitée par les vampires qu’elle doit fuir. Par-dessus le marché, elle est attaquée par des coccinelles mécaniques empoisonnées. C’est tout vu, Alexia quitte le pays.

 .
.

Sans honte 02J’avoue, le protectorat de l’ombrelle me manquait. Nous reprenons l’intrigue exactement où nous nous en étions arrêtés au tome 2 ; c’est l’occasion de nous donner quelques éléments de réponses (oui, on aimerait bien savoir, quand même). L’aventure emmène Alexia et sa clique en Italie en faisant une petite promenade chez les Templiers. Mystère et tasse à thé !

 .

Dans ce tome, aucun personnage n’a perdu de son piquant, les secondaires viennent au devant de la scène. Alexia – fidèle à elle-même et aux autres tomes – est accompagnée par Floote et la très-française Mme Lefoux. Lord Maccon présente la même lourdeur habituelle, voire un peu plus imbibée et se fait plutôt rare dans le récit même s’il n’est pas absent ; c’est pour cela que nous découvrirons davantage le Professeur Lyall dans ce volet. Du côté des absents, y figurera aussi Lord Akeldama malheureusement. Un drone (humain porte-clé qui sert un vampire) va disparaitre et c’est tout la société naturelle qui est en émoi.

 .

Sans honte 03Ce séjour dans la botte va donner des sueurs froides à Alexia : il faut dire qu’on y boit du café ! Comme les personnages font un petit tour dans l’hexagone, nous aurons le droit aux clichés des français moustachus mais ceux sur les italiens sont assez caustiques. L’intrigue est légère mais le lecteur de la saga est habitué et puis finalement, les personnages sont toujours aussi bien taillés. On fera face à une lutte politique et religieuse moins intéressante mais qui reste secondaire.

 .

Côté humour, ne nous sommes pas en reste avec des répliques qui font mouche, des dialogues qui se boivent comme du petit lait. Le récit est parsemé de nombreuses situations cocasses.  Couplé au second degré, Gail Carriger s’amuse dans le style désuet, époque victorienne teintée de steampunk, et on se prend au jeu.

Bon, et sinon, j’ai adoré un truc ; mais là tu surlignes avec ta souris ce spoiler uniquement si tu as lu les précédents tomes : le nom délicat du fœtus.

.
.

« Sans honte » c’est la belle continuité d’une saga qui, si tu ne l’as pas attaqué, devrait te plaire. Les personnages sont toujours remplis d’humour so british et les situations ‘drôlesques’ s’enchainent. Pour peu que vous aimiez un peu l’époque victorienne, avec quelques éléments steampunk le tout pour agrémenter une histoire qui se déguste comme un bon friand, vous serez servis.

.
.

Et voici plein de citations (au-delà de la décence)

.

Sans honte citations

.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :
¤ Sans âme, tome 1
¤ Sans forme, tome 2

.

My summer of (SFFF) love

.

Participation ô combien validée pour le challenge My summer of (SFFF) love ! Une des sagas qui sera la plus lu pour ce dernier. De la romance, des êtres surnaturels en veux-tu en voilà.

 .

Book en stock (Phooka), D’encre et de rêves (Morgana), Le rêve du renard (Yume), Les lectures de Mylène, Les lectures de Nyx, Mon coin lecture (Karine), Nevertwhere, Perdre une Plume, Ptite-boukinette, Rêve général (J.a.e_Lou) sont aussi parties bras dessus bras dessous avec Lefoux.

CITRIQ

.

Pics : Lord Akeldama, Miss Hisselpenny par Rem.

.

CARRIGER Gail – Le protectorat de l’ombrelle ~ Sans forme, tome 2

06/11/2012 36 commentaires

.

Titre : Sans forme (Le protectorat de l’ombrelle, tome 2)
Auteur : Gail CARRIGER
Plaisir de lectureetoile 5 Livre fantas… tique

.

Du haut de ses talons et sous son ombrelle, Alexia Tarabotti a pris du grade : la voilà maintenant « Mujah » au service de la Reine. Elle mène l’enquête pour découvrir pourquoi les pouvoirs des vampires et de loups garous sont ainsi annihilés. Elle va devoir mettre son nez dans les affaires de l’ancienne meute de Lord Maccon. Tout pourrait se passer à merveille, si elle ne devait pas se frotter à son épouvantable demi-sœur et subir le chatouillement de plumes des chapeaux d’Ivy.

.
.

)°º•. Lord Maccon et Alexia Tarabotti travaillent maintenant et principalement en horaires décalés ; pourtant ils mènent une vie tranquille et… non, pas du tout en fait. Pour Alexia, il est temps de partir en Écosse, à bord d’un dirigeable. Elle va rencontrer des loups garous en kilt (ouhouh !), la meute de Kingair, l’ex de Lord Maccon (la meute, pas Kingair). Dans ce tome, nous faisons un petit tour dans le passé de Conall, avec fortes grandes révélations… ou pas.
.

C’est avec une grande joie si bien dissimulée qu’Alexia n’ait d’autres choix que de partir avec Félicité, sa demi-sœur insupportable. Ivy l’accompagnera et avec elle ses délicieux couvre-chefs invraisemblables. Tunstell, le porte-clés et le fiancé officiel de cette dernière sera de la partie ainsi que le commandant Channing Channing des Chersterfield Channings.
.

Nous ferons la connaissance de Mme Lefoux, une inventrice française, modeuse et aux autres talents bien cachés. J’ai un faible particulier pour elle car j’aime beaucoup son caractère et sa façon de vivre. J’ai été un peu déçue que Lyall, le second de Maccon et Lord Akeldama soient aussi en retrait alors qu’ils m’avaient charmés dans Sans âme.
.

Les créatures surnaturelles souffrent d’une épidémie d’humanisation, ce qui va créer une tension relativement forte. Il va sans dire que le grand atout de cette saga est bien les interactions entre les personnages. Alexia menacée, que va-t-il se passer ?

.
.

)°º•. La touche steampunk est indéniable, Gail Carriger en ajoute encore une couche grâce aux inventions de Mme Lefoux, ainsi que le dirigeable, symbole fort de ce genre littéraire. J’ai beaucoup apprécié l’ajout de l’éthérographe qui s’avère un moyen de communication plus fantasyien que le télégraphe.
.

Les us et coutumes victoriens en prennent toujours plein la figure notamment quand on s’aperçoit que les bandelettes d’une momie deviennent l’apparat indispensable à toute personne de distinction.

.
.

)°º•. Pour ce deuxième tome, nous retrouvons toutes les particularités de ces personnages hauts-en-couleur. J’apprécie tout particulièrement l’harmonie indéniable entre la brutalité des loups-garous et le raffinement des vampires. On y croise aussi quelques fantômes mais je vous  en laisse la surprise. J’aurai quand même aimé que les informations concernant le passé de Conall Maccon soient plus consistantes.
.

Si j’avais beaucoup souri en lisant le premier volume, la bonne surprise quant au ton employé par Gail Carriger est un peu passée. L’intrigue est lente et au démarrage tardif pour finalement se résoudre assez vite. Les actions sont rares, le tout manque de dynamisme. J’aurai envie que l’auteur passe la seconde maintenant que nous sommes aux faits quant au caractère des personnages, de l’existence de sociétés secrètes et des ambiances victoriennes. Heureusement, on ne peut pas rester chagrin trop longtemps, car cette série a – heureusement – un fort potentiel.
.

J’apprécie toujours ces dialogues plein de mordant, les réponses cinglantes et sarcastiques du personnage principal. Il n’y a pas à dire, l’humour british est très appréciable. La plume est terriblement distrayante. Notons que ce tome propose une fin (difficilement) soutenable. Par ailleurs, cette série se clôture en cinq tomes et une adaptation en manga est déjà en cours.

.
.

Cette fois-ci, Alexia part en Ecosse à bord d’un dirigeable pour rencontrer des loups-garous en kilt. Il va sans dire que nous sommes très heureux de retrouver ces personnages aux caractères plus forts les uns que les autres. On est tout « joie » d’assister à leurs échanges peu piqués des vers. Il est conseillé de ne pas attendre trop d’actions pour ce tome car l’intrigue est lente au démarrage pour se conclure très rapidement. On continue de flotter dans un univers steampunk délicieux.

.
.

)°º•. Biographie
Gail Carriger, était archéologue américaine avant de devenir une auteur de steampunk. Elle a commencé d’écrire pour s’évader et y a pris beaucoup de plaisir – et on la comprend !

Son magnifique site à découvrir.

Pour lire les premières pages de « Sans forme », c’est par ici.

.

.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :
¤ Sans âme, tome 1

.

Souvenir de lecture : Et pourtant j’avais déjà fait une pré sélection pour les citations !

.

Elles ont été nombreuses à lire « Sans forme » : Book en stock (Dup & Phooka), Elemnium (Dehlya), Hydromielle, La p(ile) à l(ire) d’Hécléa, Les lectures de Mylène (Mycoton), Les lectures de Nyx, Mon coin lecture (Karine), Neverwhere (Vert), Perdre une Plume, Pluie de livres (Dexlivres), Ptite boukinette (Azariel), Terre des mille lieux (Anisedora), Un brin de lecture (Karline05).
.
CITRIQ

.

.
Un petit livre qui se plait pour le challenge Halloween et le défi steampunk.

.

Pics : #01 Ivy par Poisonwillow ; #02 Mme Lefoux par Poisonwillow.

.

CARRIGER Gail – Le protectorat de l’ombrelle ~ Sans âme, tome 1

20/03/2012 38 commentaires

.

Titre : Sans âme (Le protectorat de l’ombrelle, tome 1)
Auteur : Gail CARRIGER
Plaisir de lecture Livre fantas… tique

.

XIXe siècle, à Londres. Mademoiselle Alexia Tarabotti n’a rien pour plaire à la société victorienne : des origines italiennes, un teint mat, un statut de vieille fille de 26 ans, la langue pas dans sa poche. Mais c’est le cadet de ses soucis car la Miss est aussi une sans âme ; elle est paranaturelle. Lors d’une énième bal où sa présence est requise, un vampire inconnu au bataillon l’attaque et y laisse sa peau – sur la pointe de l’ombrelle d’Alexia. C’est le drame, il s’est effondré sur une tarte à la mélasse – sa préférée ! – et elle se trouvait sans chaperon dans la bibliothèque.
La situation est suffisamment inextirpable pour ne pas avoir à se coltiner Lord Maccon, membre du BUR qui se doit de surveiller les allées et venues des créatures non-naturelles. Ce dernier suit Miss Tarabotti de près puisqu’elle a trouvé des indices et mène bien mener l’enquête, envers et contre tout ; surtout contre, tout contre Lord Maccon.

.
.

)°º•. Alexia Tarabotti est un archétype à elle toute seule : époustouflante, intelligente, impétueuse et carrément culottée ; elle n’a pas la langue dans sa poche et est dotée d’une ombrelle en cuivre à pointe d’argent. Cette fille à la répartie implacable est issue d’une famille bourgeoise. Feu son père italien l’a laissée en plan avec sa mère hystérique pour seule famille, remariée avec Monsieur Loontwill et ses deux demi-sœurs. A 26 ans et toujours célibataire, Miss Tarabotti est considérée comme une vieille fille et ne rentre dans aucune case de la bonne société. A cela s’ajoute son statut de paranaturelle : elle est une suceuse d’âme. Il faut dire que le nombre d’exemplaires d’humains de cet état est très faible. Même si elle remplit toutes les conditions du statut de la femme steampunk ; elle ne tire pas dans les extrêmes : ni très forte/fragile ni hyper dévergondée ; elle est adroitement dessinée.

Lord Maccon, comte de Woolsey est membre du BUR (Bureau of Unnatural Registry). Au passage, il est aussi un loup-garou et même Alpha. Bien qu’il soit un tantinet farouche, il est plutôt bel homme au caractère bien trempé, un peu brutasse mais craquant avec son accent écossais. Ce personnage ne peut que ravir le lectorat en amour des poils. Si, c’est vrai.

Les échanges entre ce duo de choc et hautement hot sont réellement savoureux. Je suis assez friande de leur joute verbale pas piquée des vers.

.

Bien sûr, ils ne seraient pas aussi bien assis dans leurs positions s’ils n’étaient pas bien entourés. Lyall est un Bêta, le bras droit de Lord Maccon. Intelligent, quelque peu décharné, il se révèle aussi être un pince-sans-rire. Du côté de Mademoiselle, Ivy Hisselpenny est une oreille attentive – mais qu’il ne faut point choquer – ; elle a pourtant un terrible mauvais goût vestimentaire et ses coiffes font pousser des cris d’effroi. Il y a également Lord Akeldama, vampire décalé coincé à l’époque rococo. Ce vampire maniéré est un grand ami d’Alexia et demeure un peu maniéré et terriblement gossip-eur. Il parle également en italique.

J’apprécie le caractère des personnages, le fait qu’ils soient hauts en couleur et surtout que certains soient poussés volontairement à la caricature. Les créatures fantastiques sont parmi nous : vampires, loups-garous, fantômes ; vous découvrirez aussi qui sont les drones, les porte-clés, le dewan et le potentat.

.

.
.

)°º•. On se retrouve plongés dans un Londres victorien, au XIXe siècle et steampunk avec des pieuvres en cuivre à tout bout de champ, un automate, des dandys et gentlemen, des Dames aux toilettes apprêtées et le sacro-saint symbole, un dirigeable.
.

Dans cette dictature des convenances, Gail Carriger sait très bien l’accent sur le comique de situation. C’est d’ailleurs pourquoi l’on apprécie tant l’héroïne qui est l’anti exemple de la femme aux bonnes manières et au physique charmant. Les situations dans laquelle elle se met donneraient le rose aux joues de toutes ces demoiselles : cocasses, décalées et insolites. Les mœurs du XIXe siècle sont très bien retranscrites et l’auteur en joue beaucoup.

.


.

Plusieurs créatures sont également réunies dans ce livre. Elles sont plus ou moins acceptées parmi les humains. Des codes et des lois issus de leur hiérarchie (ruches pour les vampires, clans pour les loups-garous) mais aussi stipulés par l’existence de sociétés secrètes les régissent. Elles ont chacune leur territoire et doivent également faire face à l’existence d’individus « isolés ». Gail Carriger se gausse des mythes et les revisite intelligemment, notamment en intégrant ces paranaturels.

.

.
.

)°º•. Dès les premières lignes, j’ai accroché. Il se dégageait une telle fraicheur des écrits que je n’ai pu que succomber. Ce livre présente une bonne barre d’humour avec des situations rocambolesques. L’humour so british a également tout pour me plaire : sarcasmes, ironie, réparties et second degré. Il va sans dire que le dosage entre l’humour et le raffinement est très bien dosé. Même si Gail Carriger s’amuse avec beaucoup de plaisanteries polissonnes prévisibles, il s’en dégage quand même une certaine retenue où la sensualité partage le podium avec la pudeur. Heureusement, si vous n’aimez pas les histoires sentimentales, nous ne versons pas totalement dans la fleur bleue.
.

Cette romance est racontée de manière originale mais elle ne néglige pas l’aspect policier – bien que légèrement en retrait – ; les personnages trouvent des éléments d’enquête, les rebondissements sont plaisants et l’intrigue loufoque. Rien ne semble laissé au hasard grâce à la minutie d’écriture. Même si la fin est attendue, c’est pour tout autre chose que le dénouement qu’on s’embarque dans cette lecture. Les dialogues apportent également beaucoup de frivolité à l’histoire.
.

Cette saga est une pentalogie et voit la parution du dernier tome VO ce printemps 2012 (contre la publication du tome 3 VF durant le même mois). Notons la très bonne traduction de Sylvie Denis qui a su accomplir un superbe travail de transposition où le texte ne faiblit pas et coule de lui-même.

.
.

Plongez dans cette baguenauderie pour la légèreté, l’humour fripon et les créatures surnaturelles. Suivez Mademoiselle Alexia Tarabotti dans un Londres steampunk-é du XIXe siècle où elle va créer sa place dans la société et mener l’enquête… du bout de son ombrelle.

.
.

)°º•. Biographie
Gail carriger,était archéologue américaine avant de devenir une auteur de steampunk. Elle a commencé d’écrire pour s’évader et y a pris beaucoup de plaisir – et on la comprend !

Son magnifique site à découvrir.

Pour lire les premières pages du roman, c’est par ici.

.

.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :
¤ Sans forme, tome 2

.

Souvenir de lecture : Moi, dans une prochaine vie, j’veux être une Mlle Tarabotti.

.

Book en stock (Phooka), Elemnium (Dehlya), La p(ile) à (l)ire d’Heclea, Les carnets de Radicale, Les lectures de Cachou, L’étrange bibliothèque de Calenwen (Vert), Lire oui mais quoi (Yue Yin), Marque ta page (Pimpi), Mes lectures de l’imaginaire (Olya), Muti et ses livres, Perdre une plume, RSFblog (Lhisbeï), Sous le feuillage (Lael), Un brin de lecture (Karline05), Vampirisme (Vladkergan) ont certainement gloussé à un endroit ou un autre de ce livre.

CITRIQ

.

.

.
Et hop ce petit roman entre aussi en compte pour le Challenge Winter Time Travel mais aussi pour le défi steampunk.

.

Pics : #01 Parasol Protectorate Sketches par Terrizae ; #02 Soulless sketches par Ybeenormall ; #03 Conall Maccon par Poisonmillow ; #04 Parasol par Gail Carriger.

.

WESTERFELD Scott – Léviathan ~ Léviathan, tome 1

11/03/2012 37 commentaires

.

Titre : Léviathan (Léviathan, tome 1)
Auteur : Scott WESTERFELD
Plaisir de lecture Livre à découvrir

.

En 1914, l’archiduc austro-hongrois François-Ferdinand et sa femme sont assassinés à Sarajevo ; l’Europe entre en guerre. Le trône revient à Alek, jeune adolescent qui se doit de fuir avec ses hommes dévoués, le comte Volger et son maitre d’armes Otto Klopp à bord de leur engin clanker pour éviter les menaces terroristes.

A quelques milliers de kilomètres de là, Deryn s’enrôle dans la Royal Air Force sous l’identité d’un jeune homme nommé Dylan. Son équipe darwiniste embarque sur l’étrange Léviathan, investie d’une mission : emmener la précieuse cargaison du Dr Barlow jusqu’à Constantinople.

.
.

)°º•. Deryn veut absolument rejoindre les forces britanniques ; elle se crée une identité masculine et se fait appeler Dylan. Elle réussit avec brio le passage d’entrée et par un concours de circonstance, embarque sur le Léviathan. Un peu garçon manqué, elle est très intelligente et bien plus débrouillarde qu’Alek. J’ai évidemment davantage d’accroche avec elle qu’avec le prince, par sa crédibilité et son envie d’aller toujours plus loin.
A ses côtés, on rencontrera surtout la scientifique Barlow qui représente un peu l’archétype steampunk de la femme intelligente et on ne peut plus sûre d’elle. Evidemment, c’est un des personnages les plus intriguants à mon sens et que je meurs d’envie d’en apprendre plus sur son compte.
.

Aleksandar est le fils de l’archiduc François-Ferdinand et non moins couard. De par son statut, il ne sait point faire grand-chose et son côté peureux n’arrange pas les choses. Heureusement, il est bien entouré par son professeur d’escrime, Volger et Otto Klopp, un maitre mécanicien à la pointe. Ils apportent indéniablement de la stabilité au prince et un soutien inépuisable.
.

Il va sans dire que les deux personnages principaux vont se rencontrer et que l’on ronge son frein – mais pas trop longtemps – pour voir la rencontre s’effectuer sous nos yeux. On a le sourire au coin en pensant qu’ils cachent leur identité l’un à l’autre. Pour ma part, j’aurai apprécié des personnages un peu plus ambigus ou énigmatiques. Du corps, que diable !

.
.

)°º•. La plus grande force du livre, et sans doute ce qui m’a le plus fascinée, reste les thèses darwiniste et clanker qu’a développées Scott Westerfeld. En prenant en compte l’ère de la vapeur et la révolution industrielle, il surfe sur l’époque victorienne pour créer un univers steampunk presque réel. On sent que l’auteur a pris beaucoup de plaisir à donner naissance à ses inventions.
.

Les Clankers – Autriche-Hongrie, Allemagne – sont des adeptes des machines toutes en pièces d’artillerie & moteurs diesel qui restent tout de même des mécanopodes terrifiants. A l’inverse, les Darwinistes créent des êtres hybrides par manipulation génétique pour répondre à leurs besoins. Ce sont les fils de vie (ADN) qui leur permettent de composer ces magnifiques animaux – dont le Léviathan. Les darwinistes sont représentés par la France, la Grande-Bretagne et la Russie.
.
Les deux clans, farouchement opposés voient dans l’autre, la diablerie multipliée par dix.

.
.

)°º•. Cette trilogie s’inscrit dans un mouvement steampunk indéniable – du boulon de mécanopode et de la bestiole modifiée – mais est également une uchronie. Le roman s’établit sur une géopolitique identique à la nôtre en y intégrant des éléments fantastiques. On remarque une bonne base de documentation pour nous amener dans une situation politique de départ, analogue à notre histoire. Notons que la postface de l’auteur est un délice à lire.
.

Chaque personnage principal (Deryn & Alek) raconte son histoire sur deux chapitres puis c’est le second qui enchaine jusqu’à l’association des deux points de vue lors de leur rencontre. Si ce procédé permet de maintenir le rythme, il est aussi source de frustration, surtout quand on préfère l’un des personnages.
.

Bien que l’invention des théories darwinistes et clankers m’a tout de suite plu, j’ai trouvé que ce livre jeunesse proposait une intrigue plus légère avec de grandes facilités dans le scenario. L’action fait partie intégrante du livre pour donner du punch et les temps morts ne sont pas nombreux mais il en résulte une certaine prévisibilité. Les touches d’humour sont aussi présentes et on passe un bon moment. Enfin, si le livre peut paraître énorme aux plus jeunes, c’est sans aucun doute dû à la (grande) taille de police et à l’interligne de 1,5.
.
.

Voici un livre uchronique et steampunk qui ravira notre imagination quant aux créatures darwinistes et aux machines clankers : Deryn & Alek nous proposent deux psychologies différentes et nous font rencontrer des personnages secondaires intéressants. Quelques simplicités apparaissent dans l’histoire mais on passe tout de même un agréable moment.

.
.

)°º•. Biographie
Scott Westerfeld né en 1963 est un écrivain américain spécialisé dans la science-fiction, connu essentiellement pour ses travaux en space opera ; il a été dans d’autres vies créateur de logiciels et compositeur de musique contemporaine.
.

La couverture aux impressions métalliques dorées et rouges légèrement en relief est du plus bel effet. Des illustrations pleine page de Keith Thompson disséminées dans tout le livre est un régal pour les yeux.
Léviathan a reçu quelques prix :
Prix Locus du meilleur roman pour jeunes adultes (2010),
Prix Elbakin du meilleur roman fantasy traduit jeunesse (2011).
Le site de l’auteur, le wiki de la trilogie Léviathan.

.

   

.

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : Moi aussi je veux un Huxley !

.

Dans le chaudron :
¤ Léviathan tome 2
¤ Goliath tome 3
¤ Les enchantements d’Ambremer de Pierre Pevel
¤ Le protectorat de l’ombrelle de Gail Carriger

.

Ce livre a été apprécié en lecture commune avec les Atuaniennes Endea, Shaya, Spocky, Vert, Yume.

.

A lire au pays des merveilles (Emmyne), Biblioblog (Coeur de Chêne), Happy Few (Fashion), Hugin&Munin, Journal semi-littéraire (Angua), La caverne de JainaXF, Le terrier de Chiffonnette, Livr0ns-n0us, Pitiland (Pitivier), RSFblog (Lhisbei), Quoi de neuf sur ma pile ? (Gromovar), Valunivers sont aussi montés à bord du Léviathan.

CITRIQ

.

  .

Ce livre est en pleine ligne de mir du challenge Winter Time Travel et du défi steampunk.

.
.

Pics : Keith Thompson ©

.

PRIEST Christopher – La séparation

08/03/2012 32 commentaires

.

Titre : La séparation
Auteur : Christopher PRIEST
Plaisir de lecturecoeur notation Livre avec entrée au Panthéon

.
L’historien Stuart Gratton se questionne sur l’intrigant personnage nommé J.L. Sawyer apparaissant dans les mémoires de Churchill. Qui est ce fameux homme qui a pris part à une décision stratégique et ô combien importante pour la fin de cette seconde guerre mondiale ? Les différents documents – témoignage, documents officiels, journal intime – semblent se contredire. Ils ont pourtant tous raison, sous ces initiales, se cachent en réalité deux frères jumeaux, Joe et Jack Sawyer.

.
.

)°º•. Joseph (dit Joe) et Jack Sawyer rejoignent l’équipe olympique britannique d’aviron aux Jeux Olympiques de 1936. Raflant la médaille de bronze, ils rencontrent Rudolf Hess, le bras droit d’Hitler.
Quelques temps plus tard, à la déclaration de la guerre, Jack devient pilote au sein de la Royal Air Force tandis que son frère se proclame objecteur de conscience et est ambulancier à la Croix Rouge. Ayant une vision opposée sur cette situation, les jumeaux se séparent et continuent leur vie. Ils veulent montrer à tout prix leur différence, et se retrouvent dans leur quasi similarité.
.

Ce récit qui remonte jusqu’à leur adolescence raconte une histoire divergente, propre à chacun, à partir de la rencontre de Rudolf Hess.

.
.

)°º•. Ce roman se base sur la seconde guerre mondiale et les histoires alternatives. L’auteur joue l’équilibriste sur le témoignage historique et le récit miliaire : nous avons accès à des documents officiels, un journal intime, quelques lettres. L’emploi des différents procédés littéraires ajoute un degré de crédibilité. L’histoire contée par les personnages nous rapproche de la vie durant la seconde guerre de manière très intimiste ; les combats paraissent d’autant plus pertinents mais la guerre joue surtout le rôle de toile dont le film projeté est tout autre. La vie des jumeaux est palpitante.
.

Grâce au cas de gémellité, Christopher Priest va nous proposer un puzzle avec la vie de ces personnages fusionnels. Nous sommes écartés entre le réel et le potentiel. Le labyrinthe soigneusement ouvragé donne des dérapages contrôlés, des jeux de miroir. La réalité parallèle est omniprésente.

.
.

)°º•. Par ce roman troublant, le lectorat se questionne : les minces frontières entre la réalité et l’histoire ainsi que les points détournés par le côté uchronique sont facilités par la façon de conter.
.

Les éléments uchroniques sont distillés tout au long du livre, les divergences se font d’abord subtiles. La distorsion de la réalité entre l’histoire de chacun des frères ne relève pas du registre explicatif. L’auteur prend soin de nous tendre des pièges de logiques et ajoute délibérément des détails incohérents. On doute souvent, on s’interroge même sur l’intégrité mentale des personnages. En terminant l’histoire, on ressort un peu brumeux.
.

Ce roman écrit d’une main de maitre m’a été marquant. En plus d’être passionnant, et de se perdre dans ce dédale psychologique, nous avons le droit à une fin étourdissante. Le talent manifeste de l’auteur arrive à nous faire suivre des sentiers sinueux jalonnés de nombreuses questions. Il mène le lecteur par le bout du nez pour notre plus grand plaisir. Le suspense est latent : on ne cherche pas à savoir qui se cache derrière la porte, tel un meurtrier qui vous insuffle une poussée d’adrénaline mais plutôt de connaître le « fond » de l’histoire.
.

Enfin, et pour moi c’est un atout indéniable : l’auteur a une grande facilité à nous faire entrer dans son univers, à poser les bases historiques sans nous lasser ; la problématique politique n’est pas rébarbative. Je n’ai trouvé aucune longueur dans le récit, j’ai commencé le livre sans l’envie de décrocher.

.
.

« La séparation » est un roman intelligent : l’utilisation de la gémellité des personnages tisse une trame impressionnante. Les points de divergence entre notre réalité et cette uchronie sont intriguants. Ce livre est remarquable de par sa construction et son intrigue sous-jacente. Le roman se referme sur une fin laissée à l’interprétation de chacun.

.
.

)°º•. Biographie
Christopher Priest est un écrivain britannique né en 1943. Il s’intéresse beaucoup aux réalités floues et alternatives. L’originalité de son approche à conquis son public.
La séparation a reçu plusieurs prix :
¤ British Science Fiction (2002),
¤ Arthur C. Clarke (2003),
¤ Grand Prix de l’imaginaire (2006).
Rien que ça !

.

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : ou comment faire de ton cerveau, un milkshake plaisant.

.

Le dragon galactique (Tigger Lilly), Les lectures d’Efelle, Lorhkan, Mes imaginaires (SBM), Pitiland (Pitivier), Traqueur Stellaire (Guillaume44), Welcome to Nebalia (Nebal) sont aussi allés faire un tour dans ce labyrinthe de papier.

CITRIQ

.

.

Un livre rentrant aussi dans le cadre du Winter Timer Travel, deuxième saison.

..

.

Pics : #01 The separation par Sapphire Pyro ; #02 Couverture de Folio.

.

Categories: PRIEST Christopher Tags:

WAGNER Roland C. – Celui qui bave et qui glougloute

06/03/2012 15 commentaires

.

Titre : Celui qui bave et qui glougloute
Auteur : Roland C. WAGNER
Plaisir de lecture Livre à découvrir

.

1890, les Tuniques bleues dont l’Ouest américain sont formelles : les indiens bénéficient d’un regain d’énergie et d’armement pour la grande bataille. Les colons sont repoussés jusqu’à ce que des extraterrestres viennent prêter main forte au camp adversaire. Alors que le conflit perdure, les Dalton profitent pour s’évader ; le trio Kit Carson le chasseur de prime, le professeur Lévêque et le détective Nat Pinkerton agit pour découvrir le fin mot de cette histoire glougloutante.

.
.

Pour ce court roman de 88 pages, Roland C. Wagner nous entraine dans une histoire mêlant fantastique et far west, le tout sous consonance steampunk légèrement uchronique.

.

Les références littéraires sont nombreuses : l’auteur inclut Verne et Lovecraft dans son paysage de western. Les clins d’œil s’enchainent au niveau des personnages autrement plus connus comme Calimity Jane, les Dalton, Jesse James, Buffalo Bill et même le Necronomicon. Nous y croisons également les Tuniques bleues, des indiens, des chasseurs de prime, des martiens et des vénusiens. Rien que ça.
.

Ce mélange entre la SF et le far west est étrange mais la sauce prend. Cet exercice de style est réussi puisque le côté loufoque prend le dessus tout du long. Le rythme acharné nous offre une fin très vite pliée. L’hommage à Lovecraft propose de multiples intrigues un tantinet pas assez liées à mes yeux. Il ne faut pas essayer de comprendre les tenants et les aboutissants, mais se laisser porter. Si on a le sentiment d’arriver et de repartir aussi vite, l’histoire prise à la légère permet de passer un bon moment.

.
.

Roland C. Wagner, auteur français né en 1960 n’a pas moins d’une quarantaine de livres à son actif. Il publie sa première nouvelle dans un fanzine en 1975. Par ailleurs, il a reçu de nombreuses récompenses pour ses écrits.
Sa page officielle, c’est ici.

.

.

.

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : plutôt martien, vénusien ou glougloutant ?

.

A contre-courants (LOVD), Clair Obscur (Endea), Le dragon galactique (Tigger Lilly), Les lectures de Cachou, Les lectures d’Efelle, Traqueur Stellaire (Guillaume44) ont également chroniqué ce court roman.

CITRIQ

.

.

Hop, un petit livre qui rentre également dans le cadre du défi steampunk mais aussi du Winter Time Travel, saison 2.

.

.

Pic : Portrait par Mélanie Fazi ©

.