Accueil > STENE Øystein > STENE Øystein – Zombie nostalgie

STENE Øystein – Zombie nostalgie

.

Zombie nostalgie Oystein SteneTitre : Zombie nostalgie
Auteur : Øystein Stene
Plaisir de lectureetoile 4 Livre à découvrir
.

Un homme se réveille dans un hangar, il ne sait plus qui il est : il deviendra Johannes van der Linden, archiviste de la ville de Labofnia. Sa vie comme celle de tous les autres habitants a la régularité d’un métronome. Cependant, ils rêvent tous de pouvoir un jour quitter l’île quand son existence sera révélée – bientôt, ils l’espèrent tous.
.
.

Rien de tout cela ne m’apportait d’information utile. Rien ne m’apprenait qui j’étais, ce que je faisais là. J’examinai ma main. Elle était encore aussi blafarde, aussi bleuâtres, les taches y étaient encore, et ses articulations étaient raidies. J’essayai de serrer le poing, mais je pus tout juste passer mon index et mon majeur sous mon pouce.

Certes, la chose était identifiable : malgré sa rugosité et sa sécheresse, c’était bel et bien une main. Une main semblable à n’importe quelle autre. Mais une main qui ne me disait rien, qui n’appartenait pas à mon histoire.

.

La population amorphe et anesthésiée est aussi confinée sur une île – Labofnia – qu’ils ne doivent pas quitter. Un véritable ghetto car ils y sont maintenus dans l’ignorance. La population grandit chaque jour et tous trouvent leur place dans une société hiérarchisée et ultra barricadée.
.

Les Labofniens possèdent un métabolisme inconnu : ils ne souffrent pas, ne ressentent aucune émotion et n’ont aucun souvenir. Ils ne protestent pas non plus et ne possèdent pas une capacité à interagir car ils ont tout simplement du mal à coordonner leurs mouvements. Articuler est alors un exercice difficile.
.
.

Nous ne sommes pas dans un roman post-apocalyptique où l’action a une place très importante. On pourrait même oublier que des zombies sont présents dans le récit.
.

Johannes se réveille, prend conscience de son réveil, de son état, et se questionne sur sa condition. Les propos se révèlent sérieux et nous découvrons l’Histoire de Labofnia à travers les yeux de l’archiviste.
.

Le zombie est traité de manière habituelle : l’histoire est relatée d’un point de vue intimiste, celui d’un zombie. Les situations sont incongrues et l’absurdité transpire du récit. Ce roman dystopique est baigné dans les nuances de gris et une atmosphère des plus léthargiques.
.
.

« Zombie nostalgie » d’Øystein Stene est l’histoire de Labofnia, cette île fantôme sur laquelle sont isolés des personnages en quête d’identité. L’auteur revient sur l’Histoire de cette terre mais aussi sur celle plus secrète de Johannes. Résistants passifs ou peuple opprimé, les Labofniens sont considérés comme morts.

.

Extraits Zombie nostalgie Oystein Stene
.

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : L’homme sur la couverture n’est pas Johannes. Ce qui n’est guère rassurant : si je continue à manger autant de clémentines, vais-je moi aussi devenir un zombie ?
.

Dans le chaudron :
Littérature zombie, point de vue interne
¤ Celle qui a tous les dons de Mike Carey
¤ Comment j’ai tué mon père, ma mère et retrouvé l’amour de S.G. Browne
¤ Vivants d’Isaac Marion

.

zombies challenge.
Un peu de zombies pour le challenge éponyme.

.

Mes imaginaires (Sandrine), My inner shelf (Carole), Un papillon dans la Lune auraient peut-être été archivistes elles aussi.

CITRIQ

.

Enregistrer

Categories: STENE Øystein Tags: ,
  1. 17/12/2015 à 21:34 | #1

    Ces Scandinaves portent sur la littérature de genre des regards originaux et donc précieux. Je me souviens du Suédois Lindqvist et ses vampires, et voilà ce Norvégien qui envisage les zombies de façon vraiment différente.

    • 18/12/2015 à 13:04 | #2

      Et ces regards sont les bienvenus :) Comme quoi, tout n'a pas été encore dit sur/dans la littérature "zombie".

  2. 18/12/2015 à 07:34 | #3

    Deuxième critique qui me donne envie de lire ce roman de zombie, c’est un signe… 😉

    • 18/12/2015 à 13:04 | #4

      J'espère que tu sauras apprécier ce met sans hémoglobine ;)

  3. unpapillondanslalune
    18/12/2015 à 07:45 | #5

    T’as raison, méfions nous des clémentines ! Sinon c’est un bon bouquin, qui réinvente le zombie 😉

    • 18/12/2015 à 13:05 | #6

      Bon, je préfère me transformer en zombie et continuer à manger des clémentines. J'ai lourdement réfléchi ;) Oui finalement des bouquins qui sortent de l'ordinaire, question zombie, il commence à y avoir une bonne liste.

  4. 19/12/2015 à 10:22 | #7

    Je retiens ^^

  5. 20/12/2015 à 19:28 | #9

    Je lorgne ce livre depuis sa sortie ! Peut-être aurais-je l’occasion de le lire un de ces jours 😉

  6. 21/12/2015 à 22:22 | #11

    Mmm, avis plus positif qu’un autre que j’ai lu (euh celui de Carole je pense).

  7. 13/01/2016 à 17:46 | #13

    Avec la quantité de clémentines que j’ai mangé cette année, je crois que je suis vouée à me transformer en Zombie si c’est le cas. Mais bon, il est hors de question que j’y renonce alors tant pis ! 😀
    Sinon, ce livre à l’air vraiment pas mal.

    • 13/01/2016 à 19:37 | #14

      Il nous reste un gros mois pour en manger encore davantage... en espérant ne pas se transformer ;)

  8. 09/02/2016 à 20:22 | #15

    Je suis 100% preneuse de toute nouvelle approche du genre zombiesque, alors je le note avec empressement ! Merci 🙂

  1. 17/12/2015 à 18:05 | #1
  2. 28/12/2015 à 12:28 | #2
  3. 31/12/2015 à 10:02 | #3
  4. 08/01/2016 à 18:41 | #4
  5. 18/01/2016 à 12:58 | #5