Accueil > TENOR Arthur > TENOR Arthur – Le Félin ~ Le Sorcier de Brocéliande

TENOR Arthur – Le Félin ~ Le Sorcier de Brocéliande

.

Titre : Le Sorcier de Brocéliande (saga Le Félin, agent secret médiéval)
Auteur : Arthur TENOR
Plaisir de lecture Livre à découvrir
.

Me voici avec un petit roman (si court, 160 pages !) qui ne paye pas de mine. Cet exemplaire est corné, il a voyagé, il a été trimballé malgré lui, mais tellement aimé ! Digne d’une lectrice consciencieuse, voici dans mes mains, un livre qui a tant plu à son propriétaire et qui a une très grande valeur de sa dédicace. Je vous emmène au temps du Félin…

.
.

)°º•. En terres d’Auvergne, Hugues de Montbrisac souffre le martyr sous des douleurs inquiétantes et mystérieuses, serait-ce réellement des coliques frénétique s? L’alchimiste, Maitre Pirus se révèle désemparé car il ne peut soigner son fidèle seigneur.

Un aigle arrive sur ces entrefaites et délivre un message à Maitre Pirus : voilà maintenant cinquante ans, ce dernier avait défié en duel final un sorcier misérable, Barabas Obscurum. Ils s’étaient tous deux querellés au sujet de la primauté des sciences occultes ou de la magie blanche ; Sir Hugues avait mis fin à cette scène en défenestrant Obscurum.

C’est aujourd’hui que Obscurum vient réclamer son dû: une promesse est une promesse. Une équipe d’Auvergnats se forme : Maitre Pirus l’alchimiste, Isabeau de Montbrisac, fille tant aimée de Sir Hugues et pour les protéger Yvain le Bréa dit le Félin un chevalier et son écuyer Gilles. Ils s’en vont alors en Petite Bretagne, retrouver leur hôte Sir Monfoënan pour affronter le cruel Obscurum. Ce dernier n’a pas dit son dernier mot; habitué aux sciences occultes, il voit en Damoiselle Isabeau, la chance inouïe d’accroître ses pouvoirs et satisfaire son dieu. Il est prêt à tout – et surtout à la triche – pour gagner son duel et assouvir ses besoins personnels.

.
.

)°º•. Notre bande auvergnate se compose d’un sir bien mal au point, Hugues de Montbrisac. Il espère bien que le Maitre Pirus, Isabeau, le Félin et son écuyer résoudront le mystère qui entoure ses douleurs.

Maitre Pirus, alchimiste de métier n’aurait jamais cru que des paroles lancées innocemment à 152 le conduirait aujourd’hui à mettre sa vie en jeu. Tout jeunot à l’époque, il s’en veut terriblement d’avoir eu la tête brûlée.

Isabeau Montbrisac, damoiselle et fille unique du sir Hugues, se joint à l’aventure avec engouement. Ce n’est certainement pas la place d’une telle personne, mais Isabeau, elle, s’en fout. Heureusement, elle requiert de talents qui ne seront pas de trop !

Gilles, est l’inestimable écuyer du Félin. Avec la tête dans la lune, cette aventure se révélera être pour lui, une bien belle mission-catastrophe !

Le chevalier Yvain Bréa, appelé le Félin se retrouve agent secret bien malgré lui. Pour protéger toute la petite troupe mal troupée, il va devoir faire face à bien des dangers. Habillé d’une belle armure, personne ne se doute qu’elle regorge de 1001 secrets et autres gadgets. Ses gants possèdent en outre, des griffes rétractiles et le Félin est reconnaissable à son heaume en forme de tête de panthère ! Notre protagoniste ne va laisser personne indifférent dans cette bien belle épopée.

.
.

)°º•. Ce roman, à lire à partir de 9 ans ne laisse pas la place aux longueurs. Les actions s’enchainent rapidement, et les dialogues sont nombreux. C’est un véritable bonheur que je retrouve à chaque fois avec les livres jeunesse: le suspens est maintenu. Il arrive à nos pauvres personnages, une aventure pas très rigolote qui se détériore à cause de nos bras cassés. Arthur Ténor arrive à mélanger action et humour dans un cadre idéal !
.

Comme nous sommes au moyen-âge, Arthur Ténor nous a concocté un récit un peu médiévalisé, sans pour autant tomber dans la lourdeur littéraire, nous avons quelques expressions comme « avant peu » « a none », « en nos terres », etc. Le vocabulaire de certains outils ou techniques médiévales est tout gentiment expliqué en astérisque en pied de page. (de quoi s’amuser en se culturant).
.

Bref, non seulement j’ai été tenue par l’histoire mais je me suis retrouvée à glousser plusieurs fois; car l’humour est présent par petites touches, quelques fois pas très fine (ou très terre à terre, mais ce qui a le don de me faire sourire), mais tellement agréables que je relisais les phrases juste par plaisir.
.

Vous allez atterrir dans un Brocéliande comme vous ne l’avez jamais vu. Certes, le petit peuple et autres dames du lac sont présents, les objets abracabrants tels que les Fioles Renversantes, les Hurlantes-de-l’Epouvantes et les Bâtons-de-feu, aussi. Mais ce Brocéliande là, est complètement loufoque ! Vous comprendrez qu’ici, on peut avoir des pincements au nombril, des chats bretons dans la gorge; que les damoiselles peuvent avoir le regard-qui-tue et que Lancelot, franchement… il est vraiment moche !
Le livre est ponctué de plusieurs illustrations… une pour chaque début de chapitre. Le livre n’en comptant pas moins de 16, c’est un vrai bonheur de les zieuter !

.
.

)°º•. Biographie

Christian Esplaf est considéré comme un auteur de littérature de jeunesse. Ancien instituteur, il écrit maintenant pour toutes les tranches d’âge et est aussi réputé pour ses récits historiques (les deux guerres mondiales, le siècles des lumières,le moyen-âge…). Auteur auvergnat, il se décrit comme « explorateur de l’imaginaire » et a remporté le Prix Jeunesse du Salon du Livre d’Histoire de Senlis en 2006 pour La Table de feu. « Le Félin, agent secret médiéval » s’avère être une série de plusieurs livres dont « Le sorcier de Brocéliande » demeure le plus connu.
Le blog de l’auteur.

.
.

)°º•. Extraits

_ Ma parole, s’inquiète l’alchimiste, on les croirait capables de nous attaquer, et commes des harpies, de nous réduire en charpie.
_ Très jolie rime, le félicite le chevalier. Rassurez-vous mon cher ami, j’ai dans mes fontes… ici, assez de Hurlantes-de-l’épouvante, pour les chasser… séance tenante !
_ Hum, pas mal.

.

Un petit personnage rondouillard trottine à leur rencontre. Tout essoufflé, il s’incline et se présente:
_ Messires, soyez les bienvenus au manoir du grand Barabas Obscurum ! Je suis Sigu, son humble bras droit qui l’assiste en tout et dont il ne peut se passer, soit dit en passant modestement. Suivez-moi, mes bons seigneurs.
Il exécute une génuflexion grotesque, et le voici qui se remet à trotter, à reculons !
_ On ne tourne jamais… pff, pff… le dos à un visiteur…pff, pff… de grande marque, explique-t-il en soufflant.

.

_ Qu’y a-t-il? s’enquiert Yvain.
_ Eh bien… j’ai cru voir…Dites-moi, sire Yvain, cette boisson âcre que nous a servie notre hôte, le chouchou-quelque chose.
_ Le chouchen.
_ Oui, c’est cela.

.

Précisément, [le savant] demande au châtelain s’il sait comment entrer en contact avec des druides.
_ Voilà quelques lustres, j’en ai connu un, explique-t-il, aussi sage qu’un chêne centenaire. Malheureusement, depuis je n’en ai plus jamais revu et ce serait un vrai bonheur de pouvoir échanger avec ces esprits éclairés.

.

_ Mais bien sûr ! répond le baron. Cela ne pose aucun problème, car ici les druides nous aussi familiers que chez vous les…les…
_ Cochons? suggère l’écuyer du Félin, sans arrière-pensée.
_ Oh ! Gilles, en voilà une comparaison ! le tance Isabeau.
Le pauvre garçon rougit comme une pivoine, mais leur hôte le sauve en éclatant de rire. Puis il annonce:
_ Demain, nous irons voir rien moins que le druide Suprême, Gwineventer Le Gouëzec !
_ A vos souhaits, marmonne Gilles, facétieux.
Cette fois, c’est son chevalier qui lui fait les gros yeux.

.

  1. 11/10/2012 à 14:27 | #1

    Ca a l’air pas mal tout ça. Et un français de plus . Si en 160 pages l’auteur arrive à faire cela c’est bon. C’est rare de bon petit roman.

    Arthur Tenor est déjà venu commenté plusieurs sur mon blog, je m’étais alors dit que je devais m’y intéresser plus. Voilà en partie une chose de faire grâce à toi.

    Encore un auteur que j’aimerai découvrir, mais comme à chaque fois la liste est trop longue.

    Posté par Kameyoko, il y a 3 ans

    • 11/10/2012 à 14:28 | #2

      Je crois que tu as mis le doigt sur le problème des lecteurs: on a tellement à lire, et une vie si courte... J'ai bien aimé ce roman, c'était frais, que demander de plus? ;)

  2. 11/10/2012 à 18:07 | #3

    Yeah l’Auvergne, il faut que je le lise celui-ci ! :p
    J’ai lu plusieurs livres de Tenor, je l’aimais bien enfant/ado mais ça fait longtemps que je n’ai pas lu un de ses livres. La saga des félins est très sympa.

  1. 03/01/2013 à 23:27 | #1
  2. 28/08/2013 à 21:55 | #2
  3. 09/10/2013 à 22:15 | #3