Accueil > MILLAR Martin > MILLAR Martin – Les petites fées de New York

MILLAR Martin – Les petites fées de New York

.

Titre : Les petites fées de New York
Auteur : Martin MILLAR
Plaisir de lecture Livre avec entrée au Panthéon

.

C’est peut-être à cause des canards provenant du violon de Dinnie que Morag et Heather sont allées souiller son tapis de vomissures. Imbibées de whisky, en kilt et l’épée à la main, nos deux fées aux cheveux mal teints débarquent à New-York. De l’autre côté de la 4e rue, il y a Kerry, adorable jeune femme qui tente le tout pour le tout, de finir son alphabet floral pour le concours, mais quel rapport ? Sans oublier qu’en Cournailles, ça chauffe, la révolution travailliste bout chez les fées car leur Roi leur fait vivre un enfer, mais quel rapport ? Quand Morag et Heather, débarquent, il faut s’attendre au pire !

.
.
)°º•. Morag et Heather sont ce que nous pourrions appeler communément, des pestes fées. Sauf qu’une fée de Millar est forcément annonciatrice d’emmerdes. Elles aiment se pinter, s’insulter, se bastonner. En plus, elles volent, pètent, rotent et mentent. Voilà, le comportement idéal. On pourrait aussi rajouter qu’elles sont écossaises, fières de l’être. Elles sont aussi un tout petit peu (!) imbues d’elles-mêmes. Elles s’imbibent de whisky uniquement, elles se mettent dans les pires situations possibles. Mais malgré tout ça, elles sont aussi terriblement attachantes.
.

Il y a également Dinnie, la saleté par excellence : il hait son prochain, est un raté fini, gras, paumé, sans le sou et pire que tout, c’est un très mauvais violoniste. Pas très loin il y a l’adorable Kerry. Cette jeune femme de vingt-cinq ans, aux cheveux bleus subit les affres de sa maladie. Elle cherche à apporter la dernière touche à son alphabet floral, et c’est tout, sauf évident.
Par ailleurs, Millar nous a concocté toute une ribambelle de personnages secondaires, il suffit juste de ne pas se laisser envahir par le flot.

.
.

)°º•. Avec ce petit livre de 167 pages, c’est une histoire condensée mais fort riche que vous allez lire. De nombreuses histoires se déroulent en parallèle. Les thématiques sont nombreuses : soif de pouvoir, égoïsme, superficialité, apparence mais c’est grâce à la légèreté et la fraicheur utilisées par Millar que le tout passe très bien (et vite !).
.

L’humour déjanté est aussi très présent. Il est volontairement grossier et vulgaire sortant de la bouche des fées… mais c’est ce qui fait toute la finesse de l’histoire, sans lourdeur. On se paye également de bonnes tranches de rigolade, on en pouffe derrière son livre. L’humour peut aussi être tour à tour, grinçant, un poil potache mais qui ne tombe jamais dans le sordide ou le scabreux.
.

Bien qu’en impression, on pourrait croire que je parle d’un véritable capharnaüm, il n’en est rien. Tout va très vite : les retournements de situation sont nombreux, les enchainements des péripéties suivent un rythme fou. C’est rock’n’roll ! Ceci dit, certains éléments sont solutionnés très facilement, trop peut-être. Mais cette imperfection est mineure au vu de l’histoire que nous sert Millar. Un point bonus pour la couverture – dont peu raffolent – mais que moi, si, parce que tout est dit, cela représente tout à fait les deux morveuses ailées.

.
.

)°º•. Biographie
Par lui-même « I’m Scottish, from Glasgow. I’ve lived in London for a long time. I write books under my own name, and I also wrote a series of books about Thraxas under the pseudonym of Martin Scott. My first novel, Milk, Sulphate and Alby Starvation, came out in 1987. I’ve had around 16 books published. Sometimes I’ve been successful, sometimes not so successful. I write every day. I like cable TV, music, books, films, and my friends. I also struggle with agoraphobia, which is quite severe. At the moment, the agoraphobia is winning. In 2002 I won the World Fantasy Award for Thraxas. My most recent book is Lonely Werewolf Girl. »
Martin Millar est écossais, de Glasgow et vit à Londres. Il a actuellement 16 livres à son actif, certains mieux réussis que deux. Il écrit tous les jours. Il est aussi connu sous le pseudonyme de Martin Scott sous lequel il signe sa saga « Thraxas » ; pour celle-ci, il a reçu le World Fantasy Award en 2002.
Son site, son facebook, son twitter.

.
.

)°º•. Extrait

.

.
————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : Fantas… tique ! Des fées comme je les aime.

.

.

Et hop, un petit billet pour la semaine celtique avec nos fées-pas-piquées-des-vers et notre auteur écossais !

.

D’autres avis disponibles chez :
¤ Biblioblog,
¤ De l’autre côté du miroir (Laure),
¤ L’étrange bibliothèque de Calenwen,
¤ Mes lectures de l’imaginaire… (Olya),
¤ Mon coin lecture (Karine :)),
¤ Valeriane & Books,
… et plein d’autres chez Blog-O-Book.

.
Pics : Morag n’ Heather par bhaneshide.

.

Categories: MILLAR Martin Tags:
  1. 26/04/2011 à 17:41 | #1

    Sympa comme histoire, on dirait 😉

  2. 26/04/2011 à 18:31 | #3

    Je l’avais abandonné celui-là. Trop tue le trop. Ca m’avait amusée au début et ensuite j’avais la désagréable impression de tourner en rond dans un grand n’importe quoi. Dommage parce que j’avais mis beaucoup d’attentes dans ce bouquin que j’avais acheté sans hésiter. Enfin l’essentiel est qu’il trouve ses lecteurs ! 😉

  3. 26/04/2011 à 19:34 | #5

    J’avais adoré la fraicheur et l’humour de ce livre moi aussi ! Elles sont excellentes les fées, j’avais beaucoup aimé aussi la transposition dans la société New Yorkaise, y’avait des fées chinoises, c’est ça?

  4. 26/04/2011 à 19:55 | #7

    Un bon souvenir de lecture pour moi aussi, original et déjanté à souhait. Il y a un autre bouquin de lui qui est sorti l’an dernier (une histoire de loup-garou je crois), tu comptes y jeter un oeil ?

    • 27/04/2011 à 12:06 | #8

      Je me le suis offert :) (mais pas encore lu). Il me semble d'ailleurs, que c'est un dyptique.

  5. 26/04/2011 à 21:59 | #9

    Bon, j’en ai entendu du bien plusieurs fois, il va donc falloir surmonter l’horrible couverture pour lire le bouquin, c’est noté !

  6. 27/04/2011 à 08:46 | #11

    Je ne connaissais que le titre, mais sans l’avoir noté… il est à présent noté ! Merci 🙂

  7. 28/04/2011 à 12:23 | #14

    J’avais beaucoup aimé le début, avec ces personnages et ces fées complètement sautées mais je me suis un peu lassée un moment donné, quand toutes les fées ont commencé à sortir de partout. Par contre, je relirai l’auteur n’importe quand, j’ai aimé son côté déjanté.

    • 14/05/2011 à 15:46 | #15

      Ah c'est sûr, que si on n'aime pas le côté déjanté, vaut mieux ne pas le lire. Niveau fées, celles de Catherine Dufour sont pas mal non plus !

  8. 29/04/2011 à 20:10 | #16

    Moi j’ai beaucoup beaucoup aimé, Martin Millar il est trop fort <3

  9. 03/05/2011 à 19:15 | #18

    Rah ! Depuis le temps qu’il me fait de l’oeil ce bouquin ! Il faut absolument que je me l’achète !

  10. 07/05/2011 à 21:49 | #20

    J’ai adoré ce livre, dans ses moindres détails 🙂 L’illustration figurant dans ton billet est excellente.

  11. 05/06/2011 à 21:54 | #22

    Bon, je note ! En plus, les personnages que tu décris m’inspirent bien et 167 pages ce n’est pas très long donc je le lirai vite, il ne se remarquera même pas dans ma Pal… ( ou comment faire baisser ses défenses de non-achat de livre )

    ( PS : Rien à voir mais j’étais tellement absorbée dans la lecture de ton blog que j’en ai oubliée mon thé… il est froid maintenant :/ )

    • 08/06/2011 à 13:38 | #23

      J'espère que tu aimeras :)
      Ca m'arrive souvent le thé froid oublié ;)

      • 08/06/2011 à 17:31 | #24

        Je suis tellement accroc au thé que ça m’arrive quasiment jamais, même quand je suis plongée dans un livre ^^’

  1. 03/01/2013 à 23:26 | #1
  2. 22/12/2013 à 20:52 | #2