Accueil > DAVOUST Lionel > DAVOUST Lionel – La Volonté du Dragon

DAVOUST Lionel – La Volonté du Dragon

.

Titre : La Volonté du Dragon
Auteur : Lionel DAVOUST
Plaisir de lecture Livre à découvrir
.

L’Empire Asreth cherche à unifier durablement les civilisations avec… ou sans leur consentement. La puissance Asreth cherche à rallier le petit pays Qhmarr. A la tête de ce dernier, un roi très jeune doit gouverner sous l’oeil malveillant de son conseiller. Le Générallissime Vasteth arrive par voie maritime pour finaliser l’accord commun. Bien qu’Asreth soit doté d’une armada avec la puissance de cristaux-vapeur, les Qhmarriens sont sur le pied de guerre avec leurs petits voiliers en bois. Alors que les premiers mouvements sont réalisés, Vasteth joue contre l’Enfant-Roi à un jeu d’échecs aux règles particulières.

.
.

)°º•. Au cours de ce périple, nous rejoignons plusieurs personnages. A commencer par le généralissime Vasteth qui ne manque pas d’aplomb et de répondant (bien que ce qu’il apprenne, lui coupe le souffle). J’aime beaucoup ce personnage qui se doit de communiquer à autrui une hardiesse sans limite. A l’intérieur, c’est un peu le chaos surtout quand il se trouve confronté au Lâh. Il représente l’empire Asreth et tient entre ses mains la flotte où travaillent Krell et Jaël. Tous deux amis, leur principale qualité repose sur le courage. L’un aura du courage sans peur né de ses origines barbares, le second, du courage-parce-qu’il-n’y-a-pas-le-choix-et-quand-il-faut-y-aller-faut-y-aller. Ils sont tous deux attachants par leurs traits de caractère divergents et qui pourtant les rapprochent. Le Volonté-du-Dragon est bien un personnage à lui seul car il nous semble presque vivant. C’est le navire amiral qui possède les canons draniques. Il est tout en puissance, acier, batterie d’arcanie et cristaux-vapeurs.

.
.

)°º•. Ce court de 165 pages est un récit issu du monde d’Evanégyre. Ce roman conte l’opposition entre deux factions. Il ne s’agit pourtant pas d’une histoire exclusivement navale, il est question des hommes, de leurs faiblesses et de leur croyances. On se rend vite compte que la dualité ne repose pas sur le combo méchant/gentil : nos sentiments évoluent au fil de l’histoire ; on hésite à prendre partie pour l’un ou pour l’autre.
.
On me sait relativement fâchée avec le maritime et le militaire, alors ai-je ressenti une certaine frustration ? Non que nenni, je dirai même bien mieux, c’est comme si grâce à « La Volonté du Dragon », je m’étais réconciliée avec ces deux aspects.
.
Sachez que la fin est difficile à anticiper, et que c’est un régal. La stratégie est martiale… et imprévisible. Je vous avoue bien volontiers que je n’aimerai pas avoir un seul pion sur cet échiquier dont les règles demeurent inconnues.

.

L’écriture repose sur un brillant équilibre de description et d’action. Elle est également riche de réflexions pour rendre le tout crédible et cohérent. Le contexte est bien contrôlé pour ce récit guerrier. Nous avons évidemment plein de suspense et de rebondissements qui rendent le tout explosif. L’alternance de plusieurs points de vue narratifs est également appréciable. Comment ne pas apprécier le rythme crescendo qui nous fait palpiter à chaque page ? Les quelques éléments mêlés à la fantasy donne un résultat très réussi et naturel. L’histoire repose sur une vision psychologique : développement, changement, hésitations et décisions.

.

La dualité intègre le royaume de Qhmarr qui repose sur un archaïsme certain mais qui possède une très grande force spirituelle et l’empire Asreth qui dispose d’un pouvoir artech. C’est une sorte de bataille de la religion contre la technologie, ou le mysticisme contre la science. Le triptyque suprême repose sur combat, magie et mystère. On notera que la mysticité est présente dans les deux camps : avec le lâh pour le Qhmarr et la magie des cristaux vapeur pour Asreth.
J’avoue avoir été fortement attirée par l’acarnie car cette technologie inventée m’est apparue comme passionnante ; du fonctionnement aux conséquences.
.
.

)°º•. Biographie
Lionel Davoust est un auteur français né en 1978 (cela a-t-il une réelle importance ?) qui monte en flèche. Malgré l’obtention d’une diplôme d’ingénieur, Lionel Davoust se consacre à ses premières amours : l’écriture.
Son site Lionel davoust.com
Le premier chapitre est lisible en ligne, ici.

La couverture de Cyrielle Alaphilippe est en adéquation avec le roman… et prendra son plein sens à la fin de votre lecture. Bien que je ne sois pas fana (les goûts et les couleurs hein), elle est graphiquement réussie. A l’intérieur du roman, nous trouvons des illustrations de Frédéric Navez.

La bande annonce de la sortie du livre

.


.

————————————————————————~*

.

Ce livre a été apprécié en lecture commune avec Olya.

.
Souvenir de lecture : « l’arcanie » qui a su totalement me captiver. L’envie d’en savoir plus…
.

.

Et hop, le petit logo car on aime nos petites maisons d’éditions.
« Petit éditeur aux grands livres », les éditions Critic.

.

.
.

D’autres avis disponibles chez :Bulle de Livre (Snowbulle), Clair Obscur (Endea), Les lectures de Xapur, RSF blog (Lhisbei), Tortoise’s Times Tree.

.
Pics : Illustrations de Frédéric Navez.

.

Categories: DAVOUST Lionel Tags: ,
  1. 16/06/2011 à 12:56 | #1

    Je suis encore novice dans ce domaine-là, mais c’est tentant !

  2. 16/06/2011 à 19:24 | #3

    Il est dans mes projets lectures car une gentille fée me l’a offert ^^

  3. 16/06/2011 à 20:00 | #5

    ah en voilà une lecture intéressante! 😉
    Je suis heureuse de voir qu’elle t’a plus et presque réconcilier avec les batailles (que j’affectionne) et la mer (qui me fascine!)
    Je trouve vraiment ce roman très bien tourné au point de ne pas savoir qui va gagner et d’être tenue en haleine jusqu’au bout!
    Merci de lui avoir fait une chronique entière en plus de ton rond de sorcière, il le méritait (*fan inside*)

  4. 16/06/2011 à 20:20 | #7

    Merci pour le lien ! 🙂

    • 25/06/2011 à 20:37 | #8

      Mais de rien ;) Quand une chronique me plaît, je l'indique.

  5. 16/06/2011 à 21:05 | #9

    Tu piques ma curiosité avec ce livre ! Si un jour j’ai l’occasion de le lire, je pense que je n’hésiterais pas à me plonger dedans…

  6. 16/06/2011 à 21:06 | #11

    Bon, tu le sais hein 😀 mais j’ai vraiment passé un très moment de lecture, et il a été encore meilleur car partagé avec toi !
    C’est vrai que les batailles c’est pas non plus mon dada, mais ici c’est plutôt très bien passé 🙂

  7. 16/06/2011 à 21:40 | #13

    Je vais le lire, je vais le lire xD
    Il est dans ma pal et n’attend plus que j’ouvre les premières pages, je reviendrai à ta chronique après du coup ^^

  8. 16/06/2011 à 22:39 | #15

    J’ai moi aussi passé un bon moment de lecture avec ce livre, content qu’il t’ai plu aussi.

  9. 16/06/2011 à 23:14 | #17

    Savoir qu’il est deux ans plus jeune que moi m’intéresse beaucoup : comme je suis son aînée il me doit le respect .. une chose bonne à savoir boudiou ! 😉

  10. 19/06/2011 à 22:39 | #19

    Un excellent court roman, percutant tout autant que mystique, très bien mené, jusqu’à la conclusion… inattendue !

  11. 12/10/2011 à 21:18 | #21

    Lecture très intéressante mais ma parole je suis la seule de toute la blogosphère à avoir ressenti du malaise face aux combats, xD
    Peut être par leur côté impitoyable, peut être par leur côté non contrôlable ..
    Je suis bien d’accord avec toi, je n’aurais pas aimé non plus jouer à ce jeu, surtout lorsqu’on sait que des vies humaines sont en jeu …..

    • 14/10/2011 à 12:26 | #22

      En même temps, j'adore les zombies, alors je ne peux être choquée. Mais tu as raison, la force utilisée fait beaucoup penser au nucléaire.

  1. 30/11/2011 à 13:48 | #1
  2. 01/03/2012 à 00:05 | #2
  3. 17/05/2013 à 10:52 | #3