Un été de lectrice au beau fixe ☀

21/09/2019 un commentaire

.

Ma liste de lectures de l'été 2019

.

Pour parfaire l’été, il y a quelques semaines, je partageais avec vous ma petite sélection d’envies de lectures au goût de cerise 🍒

Cette période estivale m’a particulièrement réussi : j’ai lu bien plus de livres que je ne m’y attendais. Ma motivation se chiffre à 5753 pages, rien que ça ⛱

Comme annoncé dans le précédent billet mais aussi pour celui-ci : la photo est bien contractuelle. J’ai majoritairement lu grâce à ma liseuse 🤓

.

Sans surprise, ma liste a été modifiée :

  • J’ai priorisé ma pile à lire papier (quand je disais que c’était devenu un automatisme)
  • Les romans qui étaient seulement dans ma listes d’envies – c’est-à-dire pas dans ma PàL – ont giclé (Les Révoltés de Bohen d’Estelle Faye et La belle sauvage de Philip Pullman)
  • Il y a eu les sélections du défi valériacr0 : Artifices & Arbalètes de Gail Carriger pour août ; et l’ajout du Le chant du coucou de Frances Hardinge pour septembre
  • Des pavés ont été choisis : les deux volumes représentent le troisième tome Justicière de Brandon Sanderson et ô surprise, j’ai trouvé le temps de lire Le Fleuve céleste de Guy Gavriel Kay

.

Légende : pavé de l’été, défi Valériacr0sage résolutionc’est neuf ! (et pas sérieux)

.
Lectures issues de la liste prévue :
¤ MITCHELL David : Slade House
¤ SANDERSON Brandon : Les Archives de Roshar – Justicière tome 3, parties 1 et 2
¤ CARRIGER Gail : Le pensionnat de Mlle Géraldine – Poisons & Jupons, tome 3
¤ CARRIGER Gail : Le pensionnat de Mlle Géraldine – Artifices & Arbalètes, tome 4
¤ FAYE Estelle : Les Nuages de Magellan
¤ PRATCHETT Terry : Les Annales du Disque-monde – Masquarade, tome 18
.

Les livres ajoutés :
¤ HARDINGE Frances : Le chant du coucou
¤ JAWORSKI Jean-Philippe : Rois du monde – Chasse royale, de meute à mort, tome 2
¤ KAY Guy Gavriel : Le Fleuve céleste
¤ LARCENET Manu & FERRI Jean-Yves : Le retour à la terre, 6 volumes
¤ MONGE Jean-Baptiste & MOGUEROU Pascal : Redingote & Baltimore
¤ NORTH Claire : Touch
¤ SANDERSON Brandon : Les Archives de Roshar – Dansecorde
.

Ceux qui n’ont pas été lus :
¤ FAYE Estelle : Les révoltés de Bohen, tome 2 (752p)
¤ PULLMAN Philip : La trilogie de la Poussière – La belle Sauvage, tome 1

.

.

Logo du challenge littéraire pavé de l'été 2019 Logo du défi Fin de Série Livrement Défi Valériacr0 écrit en lettres retro à ampoules

.

  • Ma participation au challenge « Pavé de l’été » de Brize a été couronnée de succès : 695 pages pour le roman de GGKay, 648 et 649 pages pour les livres de Sanderson.
  • J’ai avancé dans mon défi Fin de Série : avec l’avancée de trois séries dont 1 terminée (celle de Carriger)
  • Je parle de mes lectures dans les bilans mensuels associés : juillet, août et bientôt septembre.

.

🎃 On sent la préparation d’Halloween : la lecture du roman de Frances Hardinge et l’album Baltimore & Redingote. D’ailleurs, le challenge Halloween va bientôt démarrer, ce seront donc les prochaines nouvelles que je vous enverrai par hibou 🦉
En attendant, vous pouvez nous rejoindre sur le groupe Facebook (il n’est pas question que de littérature) (pour notre plus grand bonheur).

.

SANDERSON Brandon – Justicière

17/09/2019 5 commentaires

.

Couverture du roman Justicière de Brandon Sanderson : il s'agit de la première partie du tome 3 des Archives de RosharCouverture de la deuxième partie de Justicière, le troisième roman des Archives de Roshar écrit par Brandon SandersonTitre : Justicière (Les Archives de Roshar, tome 3 en 2 parties)
Auteur : Brandon Sanderson
Plaisir de lecture :  Livres fantas… tiques
La Voie des Rois tome 1, Le Livre des Radieux tome 2

.

L’équipe rallie la cité des Radieux in extremis, avant que la Tempête éternelle ne se déchaîne pour laisser derrière elle des hordes de néantifères. Certains d’entre eux utilisent les portails d’Urithiru pour prévenir le monarque du danger que représente Abjection. Quelques-uns rejoignent Kholinar, la capitale alethie… et en six années, beaucoup de choses ont changé.

.
.

La plus grande réussite de Brandon Sanderson est sans conteste ses personnages : au sein de ce troisième tome, tous évoluent. Kaladin est toujours fidèle au pont Quatre mais se désole de ne pas passer plus de temps auprès de ses hommes. Shallan développe une pathologie et il est troublant de se rendre compte qu’elle est elle-même responsable de son problème. C’est un plaisir de revoir Lift et je comprends mieux l’importance de la nouvelle Dansecorde. D’autres personnages secondaires sont tout aussi intéressants, je pense notamment à Renarin, Venli, Jesnah, l’Assassin en blanc.
.

Pour ce troisième volume, l’accent est mis sur Dalinar. Grâce à des flashbacks, de véritables concentrés de données, on comprend qu’il a eu un passé sanglant. À l’heure actuelle, il inspire aux autres peur et crainte alors qu’il aimerait au contraire qu’il soit reconnu pour son rôle de rassembleur, en défendant la paix. Sauf qu’il était surnommé l’Épine noire et qu’encore, sa réputation le précède.

.
.

Néantifères, aléthis, sprènes, Radieux, Parshes, incréés, Abjection, Honneur, Moash, Navani, Malice, Szeth, Nimi… sont autant de noms qui résonnent pour le lecteur qui rejoint les Plaines Brisées à chaque tome. « Justicière » délivre son lot d’informations concernant l’architecture sociale et religieuse, avec les Clivecieux, les Fils d’Honneur, les Sangs-de-Spectres et un éclaircissement bienvenu concernant les « divinités ». Les pouvoirs grandissant des Radieux est un élément subjuguant mais on n’en connait pas encore les limites.
.

Au vu de la difficulté, je n’essaierai pas de vous décrire la structure d’un tel univers en arrivant au troisième tome. C’est complexe, c’est riche, c’est original, c’est haletant et tout simplement bluffant.

.
.

« Justicière » est un tome beaucoup plus calme après la bataille épique du précédent tome. Il faut laisser le temps de panser les blessures. Le rythme s’en ressent mais c’est aussi une période propice à développer d’autres idées. J’ai trouvé que les intermèdes étaient moins marqués que précédemment l’effet de cassure se ressent moins et la lecture gagne en fluidité.
.

Grâce aux personnages qui se baladent beaucoup, de nombreuses intrigues secondaires naissent. Elles entraînent quelques révélations, des batailles tout de même et une dose d’héroïsme (bien malgré les principaux concernés). Des traîtrises ont également lieu ; ce n’est pas si on ne savait pas qu’elles nous pendaient au nez, mais on se les prend en pleine poire (!). Plusieurs thèmes s’immiscent : sexisme, poids des traditions, religion et surtout la profondeur de la solitude ressentie quand on se trouve au cœur d’une multitude.

.

En conclusion, l’immersion est réussie. J’ai vécu à Roshar pendant quelques semaines, au rythme des tempêtes moi aussi. La série des Archives de Roshar présente un univers aussi vaste qu’atypique. La richesse de cette œuvre est splendide et l’ensemble aussi bien ficelé que mené.
.

À noter, comme pour les tomes précédents, la traduction est soignée et signée par Mélanie Fazi.

.

.

Mise en scène du roman Justicière de Brandon Sanderson : dans les tons de la couverture : marron, orange, jaune avec un tissu, du bois et des papiers

Fan art de Dalinar et Evi, issu du roman "Justicière" de Brandon Sanderson Fan art de Renarin, un personnage de "Justicière" de Brandon Sanderson

Evolution de Dalinar, personnage de "Justicière" de Brandon Sanderson Fan art d'après le roman "Justicière" de Brandon Sanderson

Fan art basé sur le roman "Justicière" de Brandon Sanderson Fan art basé sur "Justicière" de Brandon Sanderson

.

————————————————————————~*

.

Les lectures de Bouch’ (partie 1 et partie 2), Les escapades culturelles de Frankie et Phooka de Booktenstock (partie 1 et partie 2) ont aussi entendu les paroles du Père-des-Tempêtes.

.

Logo du challenge littéraire pavé de l'été 2019Le challenge « Pavé de l’été » de Brize est particulièrement tentant… et motivant ! C’était donc l’occasion parfaite pour dévorer ce troisième tome-en-deux-livres. Je remercie Phooka pour le compte exact – sans les annexes – soit 849 pages pour le premier tome et 848 pages pour le second tome. C’est un strike parfait !

.

Illustrations : #01 par Botanica, #02 et #03 par Tara Spruit, #04 par Dan Dos Santos, #05 par Emmy, #06 par Lauren Newburg.

 

KAY Guy Gavriel – Le Fleuve céleste

12/09/2019 10 commentaires

.

Couverture du roman "Le fleuve céleste" de Guy Gavriel Kay, deuxième tome de la série "Sous le ciel"Titre : Le Fleuve céleste
Auteur : Guy Gavriel Kay
Plaisir de lecture Livre à découvrir
Les Chevaux célestes

.

Ren Daiyan est fils d’archiviste et rêve de victoires à venir, Lin Shan répond au raffinement culturelle de son pays… si l’on met de côté son indépendance si marquée. Alors qu’elle était reconnue pour sa grandeur, la Kitai sous la férule de l’empereur Wenzong est bien chancelante : les quatorze préfectures cédées aux barbares des steppes pourront-elles un jour être récupérées ? Un empire puissant et surprenant, qui maintenant vacille sous les étoiles du Fleuve céleste.

.
.

La Kitai a toujours été un parangon de la culture sophistiquée. Malheureusement, depuis la perte des quatorze circonscriptions abandonnées au nouvel empire des barbares, la Kitai n’a plus le même rayonnement. C’est une civilisation tout en émerveillements et en contradictions qui tente de trouver maintenant un équilibre.
.

Guy Gavriel Kay nous propose l’époque de la Dynastie des Song comme période historique teintée de surnaturel dans laquelle développer son histoire. L’ère chinoise choisie est passionnante : j’ai été transportée dans un nouveau monde, riche, sublime mais aussi fragile et sur le déclin.

.
.

Deux protagonistes peuplent les pages : il y a Ren Daiyan, un jeune qui choisira la voie du banditisme avant de devenir un général de l’empire ; et Lin Shan, une jeune femme bien née mais qui a été élevée de manière peu conventionnelle, sensible et trop indépendante pour la Cour impériale. Leur portrait est saisissant car l’auteur a pris soin de tout détailler : leurs objectifs, trajectoire, motivations et désillusions.
.

Même les personnages qui n’apparaissent que pour quelques pages bénéficient d’une histoire propre. Ce ne sont pas de simples soldats de plomb car ils prennent part aux actions avec les protagonistes. Je peux également souligner le courage des personnages dans leurs prises de parole et de positions.
.

Certaines personnalités s’inspirent d’individus ayant existé et d’autres sont entièrement nés de l’imagination de l’auteur. Le soin apporté aux personnages principaux et secondaires est admirable. J’avoue pourtant être un tantinet irritée par les statuts d’Héros-avec-un-H-majuscule de Ren et de quasiment-plante-verte que Lin incarne de plus en plus au fil des pages.

.
.

Il est à noter que cette histoire est richement documentée et élaborée. L’arrière-plan de l’histoire est minutieux ; le contexte politique solidement planté. C’est sans aucun doute la raison pour laquelle le début du roman m’a semblé un peu long à se mettre en place.
.

Le rythme est cadencé et sans à-coups. La lecture est à éviter si le lecteur a un besoin de rythme effréné et émaillé de rebondissements et d’actions. L’histoire est exigeante et demande un peu de concentration pour profiter des subtilités agrémentant l’ensemble du livre.
.

Le double point de vue semble primordial pour implanter une tension dramatique et distiller des émotions. Ces dernières se nourrissent d’une mélancolie assez forte qui parfume le roman, un effet doux-amer que l’on peut croiser dans d’autres livres de l’auteur. Entre le tempo régulier et l’écriture envoûtante, une certaine majesté se dégage du récit.

.

Si le Fleuve céleste reste une belle aventure j’avoue qu’il n’a, à mes yeux, pas le même éclat que les précédents romans de Guy Gavriel Kay. Annoncé comme le second tome du diptyque « Sous le ciel » (soit l’histoire de la Kitai), j’estime qu’il est tout à fait possible de le lire de manière indépendante car il se déroule 300 ans après les derniers événements relatés des Chevaux célestes.
.

Avant lecture, je voyais des pivoines en ces fleurs « vaporeuses » illustrées par Raphaël Defossez sur la couverture ; il s’agit en réalité de pivoines, les fleurs royales.

.

Mise en scène du roman "Le fleuve céleste" de Guy Gavriel Kay : tissu et fleurs séchées roses

.

————————————————————————~*

.

Boudicca (Le Bibliocosme), LineTje (Les singes de l’espace), Lorhkan et les mauvais genres, L’ours inculte, Lutin82 (Albédo), ont aussi admiré la calligraphie impétueuse de Lin Shan.

Logo du challenge littéraire pavé de l'été 2019.

« Le Fleuve céleste » est un des pavés lus dans le cadre du challenge bien nommé « Pavé de l’été » de Brize. Un beau roman de 695 pages exactement.

.

Défi Valériacr0 – septembre 2019

08/09/2019 9 commentaires

.

Défi Valériacr0 écrit en lettres retro à ampoules

Le défi Valériacr0, c’est le combo de choc (et un poil drogué) que je forme avec ma copine Valériane. Peu de lectures en commun mais la bêtise et l’amour du blablatage futile, si. Et un objectif très sérieux de descente de PAL avec choix imposé chaque mois. Rien que cela !

Pour tout savoir, rendez-vous sur la page.

.

.

Impressions pour le mois d’août :

.
Pour août, Valériane a eu un peur que le gage impacte fortement le choix que j’allais faire. Pour sa lecture de juin, elle a cumulé un hors-délai en lecture et un retard de chronique. Selon la grille « tarifaire » qu’elle avait soigneusement rédigée, son gage pesait « XXL », en tant te dire le maximum du maximum. Elle avait donc chaud 🥵 mais… surprise ! Je lui ai choisi deux gages de taille S, je suis un ange 😇 Le premier semble-t-il être en cours « Envoyer un accessoire autour de l’univers de la lecture à l’autre » ; le second a été rempli « Effectuer un reportage photo en temps réel à l’autre de sa prochaine lecture » : j’ai régulièrement reçu des nouvelles de progression de lecture par mms (et c’était chouette !)

Presque persuadée que j’allais choisir un pavé – soit un livre de plus de 600 pages – elle fut non seulement soulagée mais en plus ravie que je l’envoie dans une série qu’elle affectionne tant : « La secte maudite » de Robin Hobb (L’assassin royal, tome 8). Elle fut ravie de retrouver Fitz, mais aussi toute émotionnée (comme ce fut le cas aussi pour moi).

.

Deux-en-un, Valériane a choisi « Artifices & Arbalètes » de Gail Carriger (Le pensionnat de Mlle Géraldine, tome 4) qui figurait dans ma liste d’envies estivales et qui me validait aussi une saga terminée pour mon défi Fin de Série. J’ai aimé découvrir les dernières péripéties dans la vie d’apprentie de Sophronia et d’entrevoir ce qu’elle allait devenir mais j’ai trouvé la série plus fade que sa grande sœur Le protectorat de l’ombrelle.

.
Sa chronique « La secte maudite » de Robin Hobb
Ma chronique « Artifices & Arbalètes » de Gail Carriger

.

Défi littéraire Valériacr0 : le roman "Artifices et arbalètes" de Gail Carriger est ma lecture du mois d'août 2019

.

.

Sélection pour le mois de septembre :.

.

La secte maudite de Robin Hobb (L’assassin royal, tome 8)

.

Couverture du roman "Le parrain" de Mario Puzo

Chère Valériane,

Nous sommes aux portes de la rentrée de tes vacances… ce qui n’entrave en rien notre défi littéraire (toujours plus fort, toujours plus haut). Il me tient à cœur de t’accompagner au mieux de tes pérégrinations et le choix ne fut pas aisé.

Toi-même tu sais que je ne pouvais pas passer à côté : ce sera « Le parrain » de Mario Puzo qui fera route à tes côtés pour tes vacances italiennes.

.

Sa réaction :

Oufti bien vu!
La bonne grosse brique bien thématique. J’espère qu’elle sentira bon la bolognèse et le vin rouge!

.

.

.

→ Fin de la saison → été indien → tas de feuilles → automne. Le passage est difficile même si en ligne de mire, je vois Halloween. Alors pour me rendre plus douce la transition entre les deux saisons, Valériane a sélectionné un titre aux petits oignons.

.

Categories: Challenges & Défis Tags:

Rond de Sorcière #110

05/09/2019 18 commentaires

.

Logo Rond de Sorcière du blog LivrementLe Rond de Sorcière me permet de vous faire découvrir tous les livres lus durant le mois ; notamment les petits trésors que je découvre sans avoir le temps de leur consacrer une chronique complète.
C’est une sorte de compromis entre ma bonne conscience livresque et moi. Je vous parlerai aussi de ce qui touche de près ou de loin le monde des livres ; comme une parenthèse plus personnelle.

.

Ah le mois d’août ! 🌿

On note ma saga de l’été avec le troisième tome des Archives de Roshar. Ces deux volumes étaient dans ma liste d’envies estivales, tout est bon.
.

Il était temps de faire un petit point rapide sur ma Pile à Lire avec ce troisième épisode. C’est un regard sain que je pose dessus : j’ai diminué les acquisitions afin de m’adapter à mon rythme de lecture. Et évidemment, j’ai créé un petit gif qui va bien – et un poil hypnotique – sur mes livres papier.
.

Enfin, Valériane est intervenue : elle a choisi « Artifices & Arbalètes » de Gail Carriger pour notre défi en combo. Je gagne combien de points à mon défi Fin de Série pour avoir terminé une saga commencée il y a quatre ans ?

.

Petits plus en pile à lire :
¤ LARCENET Manu & FERRI Jean-Yves : Le retour à la terre – Les métamorphoses, volume 6 (et volumes précédents)
¤ NORTH Claire : Touch

→ J’ai offert le tome 6 du Retour à la terre à mon amoureux pour son anniversaire – en juin – et je l’ai complètement oublié ! L’été se prête bien à la relecture d’une saga complète, et paf. Le roman de Claire North a tourné dans mes écouteurs, c’est le livre audio qui m’a accompagnée ces dernières semaines.

Résultats : +7 entrées ; -11 sorties

.
.

Livres acquis en août 2019 par le blog Livrement

.
.

Couverture du roman "Artifices et Arbalètes" de Gail Carriger. Il s'agit du quatrième tome de la série Le pensionnat de Mlle GéraldineArtifices & Arbalètes (Le pensionnat de Mlle Géraldine, tome 4) – Gail Carriger
Plaisir de lecture Livre sympa
Chronique complète
Tome 1, tome 2, tome 3
Cet ultime tome tourne autour d’une escapade à bord du dirigeable : pour sauver l’école des vinaigriers, Sophronia est enfin prête à montrer tout son talent ; et donc à s’envoler vers sa vie professionnelle.
Le mélange steampunk, enquête policière et surnaturel donne une jolie aventure. Malheureusement, elle est aussi un poil fade à mes yeux, après la lecture de la percutante série « Le Protectorat de l’ombrelle » que j’ai fort appréciée. Il n’en reste pas moins que le récit est délicieusement british, entre us & coutumes… et réalités armées. La saga est conseillée à partir de 12 ans.

.
.

Couverture du roman "Chasse royale" de Jean-Philippe Jaworski, la partie 1 de Chasse royale et le tome 2 de la série Rois du mondeChasse royale, de meute à mort (Rois du monde, tome 2) – Jean-Philippe Jaworski
Plaisir de lecture Livre avec regrets
Tome 1
Bellovèse continue de conter le récit de sa vie parmi les Celtes. Les affres politiques s’épanouissent entre heurts, conflits, petites batailles et grandes guerres. Aucun doute, il est appréciable de suivre ce récit bien construit grâce à une architecture de l’intrigue, mêlée à des recherches sur la (sur)vie des Celtes que je suppose d’un volume gigantesque. Cependant, je suis restée loin du récit et n’ai pas réussi à plonger le nez entre les pages. Ce qui fait aussi que je n’ai pas été surprise non plus par les éléments apportés. La forêt est obsédante, tout comme la chasse de la Bête et le poids des druides en cette période de Beltane mais les éléments fantastiques sont arrivés dans les vingt dernières pages (et peuvent être mis en doute, ont-ils été vécus ou rêvés ?). Malgré toutes les qualités de l’histoire, je n’accroche pas à ce récit guerrier ni même à ces personnages que je trouve durs (et tellement justes aussi). Ce n’est pas ma came, je ne continuerai pas la série.

.
.

La vraie vie, Le retour à la terre, tome 1 Couverture de Les projets, Le retour à la terre, tome 2 Couverture de Le vaste monde Le retour à la terre, tome 3 Couverture de Le déluge Le retour à la terre, tome 4 Couverture de Les révolutions Le retour à la terre, tome 5 Couvetture de Les métamorphoses Le retour à la terre, tome 6

Le retour à la terre (tomes 1 à 6) – Manu Larcenet & Jean-Yves Ferri
Plaisir de lecture Livres avec entrée au Panthéon
Entre 2002 et 2008, Manu Larcenet et Jean-Yves Ferri ont concocté et publié cinq tomes du Retour à la Terre. C’est en 2019 que le sixième est paru (pour ma plus grande joie).
Manu et Mariette – et leur chat Speed – décident de partir vivre à la campagne. C’est une tranche de vie qui s’ouvre alors entre vie de famille et tracas quotidiens. D’autres préoccupations comme l’amitié, la vieillesse, la parentalité, la modernité, la mondialisation viennent malmener les personnages dans leurs sentiments. Les interrogations du protagoniste sont particulièrement touchantes. La simple expression des décors ou des personnages fonctionne, le scénario est très bon. La bonne dose d’humour pourrait faire croire à une histoire plutôt légère mais elle est bien plus profonde qu’elle n’y parait au premier coup d’œil.

.
.

Couverture du roman "Touch" de Claire NorthTouch – Claire North
Plaisir de lecture Livre à découvrir
Kepler se rend compte… qu’il est mort. Il veut élucider son propre meurtre et une traque internationale se met en place.
Ce « fantôme » se déplace de corps en corps au gré de ses envies : il emprunte un corps dont l’âme du propriétaire se met en veille (comme endormi). Il vit donc dans la peau des autres et il saute d’un corps à l’autre par un simple contact. La psychologie du protagoniste est suffisamment travaillée pour qu’on prenne plaisir au concept de transvasement, qu’on soit subjugué par la balade parmi les Peaux et que chaque changement de corps soit perçu – presque – comme un changement de point de vue alors que le récit est à la première personne. Claire North a l’art de la narration. La construction de cette aventure fantastique est léchée. Le rythme rapide m’a tenu en haleine. C’est une lecture que j’ai su pleinement apprécié au format audio.

.
.

Couverture du roman Justicière de Brandon Sanderson : il s'agit de la première partie du tome 3 des Archives de Roshar Couverture de la deuxième partie de Justicière, le troisième roman des Archives de Roshar écrit par Brandon SandersonJusticière (Les Archives de Roshar, tome 3 parties 1 et 2) – Brandon Sanderson
Plaisir de lecture : Livres fantas… tiques
Chronique complète
Tome 1, tome 2, nouvelle Dansecorde
L’aventure continue sur les plaines arides de Roshar. L’auteur est sur tous les fronts en même temps. Divers thèmes sont appelés à la barre et c’est une immersion totale – et pour le plus grand bonheur des lecteurs – avec ce tome trois de plus de 1700 pages, découpé en deux volumes pour la version française. Les flashback de quelques personnages permettent de mieux comprendre leur personnalité, notamment le passé sanglant de Dalinar et le chemin parcouru. L’accent sur ce personnage permet une meilleure connaissance du maillage politique. Cependant, beaucoup d’intrigues secondaires fleurissent et la principale – celle au présent – est lente. Le rythme général de l’histoire s’en ressent. Cela désoriente légèrement après un deuxième tome très nerveux mais le récit n’en reste pas moins délicieux.

.

.

Livres lus en août 2019 du blog Livrement

Ma pile à lire papier au 1er septembre 2019Ma pile à lire papier au 1er septembre 2019

.

————————————————————————~*

.

Du côté des visionnages, commençons par deux stand-up, Katherine Ryan avec « Glitter room » que j’ai beaucoup aimé (j’avais déjà vu le précédent « In trouble », disponible sur Netflix). Et j’ai également vu « Can I touch it ? » de Whitney Cummings, une boss aux multiples talents ; je suis contente de la découvrir sur la scène humoristique. Deux bonnes pioches !

Les séries que j’ai continuées : la partie 3 de La Casa de Papel m’est aussi agréable que les précédentes car je la considère comme un joli conte urbain. La déception fut totale pour la saison 2 de Big little lies (je me suis vraiment ennuyée) et la joie fut forte de retrouver The letdown pour une deuxième saison : Audrey, jeune mère, se retrouve coincée entre situations cocasses et moments qui serrent le cœur. J’aime ce mélange entre humour et sentiments qui paraissent si authentiques à l’écran.

Allez, maintenant on enchaîne avec Démarrage de Séries : la mini série Years and Years que j’ai trouvé bien réalisée mais mon impression est très loin de la critique “encore plus fort que Chernobyl” (hum). J’ai dévoré la première saison de The Boys : les changements de scénario ou partis pris différents des comics sont plutôt intelligents. Elle est un degré moins violent que sur papier mais reste fascinante : enfin des super héros qui montrent leur vrai visage. Et Aurevoir de Série après la septième saison d’Orange is the new black que j’ai trouvée ardue et très juste par rapport aux actualités.

.

Affiche du stand up "glitter room" de Katherine Ryan Affiche du stand-up "Can I touch it ?" de Whitney Cummings Affiche de la partie 3 de la série La casa de papel Affiche de la saison 2 de Big Little Lies Affiche de la saison 2 de la série The Letdown
Affiche de la mini série Years and Years Affiche de la saison 1 de la série The boys Affiche de la saison 7 de la série Orange is the new black

.

————————————————————————~*

.

On commence le mois en fanfare : la création et l’envoi d’une lettre de Poudlard pour un jeune garçon qui fête ses 11 ans | Pop corn maison, caramélisé siouplaît | S’allonger et admirer le ciel | Ecouter des contes astraux | Goûter au parc avec des copains | Puis aller à un restaurant éphémère avec d’autres | Escape game : une mission de piraterie | Fêter le succès en mangeant un fish & chips | Admirer les fleurs de mon oxalis | Cuisiner à la maison : des fritelles de courgettes | Du pesto génois toujours maison : basilic et parmesan | Soirée astronomie avec des copains | Et un magnifique lever de lune | Avec les copains : les aider sur leur chantier de maison et ramasser des fruits | Ce qui entraîne la confection de confiture | Ici, la très confidentielle confiture-poires-vanille | Puis aller déménager le beau-frère | Me balader le nez en l’air | Et trouver ces deux graffitis | Et des fleurs bleues d’un dentelier du cap | Réparer ma robe avec un trombone trouvé inespérément dans mon sac | Bateau sur l’eau | Plouf durant une réunion de famille | Trouver un petit souvenir de mon amoureux, soigneusement récolté durant ses vacances normandes d’enfance | Du tulle pour une photo d’un roman de Gail Carriger | Une naissance et le message de l’arrivée prochaine d’un second enfant, reçus le même jour | Un délicieux smoothie à la pêche.

.

Lettre poudlard faite maison Pop corn caramélisé maison

Nuit des étoiles à Ramonville Restaurant toulousain éphémère

Poisson pané mangé par une escape game pirates Oxalis triangularis pourpre et petites fleurs roses

Pesto basilic parmesan maison Fritelles de courgettes faites maison

Soirée astronomie entre copains Lever de lune en août 2019

Récolte de prunes Reines-Claudes Camion de pompier, un jouet must have sur les chantiers

Confiture précieuse de poires Gants pour aider au déménagement

Graffiti de Reso à Toulouse Graffiti poumon de Reso à Toulouse

Les fleurs bleues d'un dentelaire du cap Système D : réparer une robe avec un trombone

petit bateau bleu sur l'eau Petit souvenir d'enfance en vacances normandes

Artifices et arbalètes, entre tulle et armes, un roman de Gail Carriger Smoothie pêches et lait de soja

.

.

PRATCHETT Terry – Disque-monde ~ Masquarade

02/09/2019 12 commentaires

.

Couverture du roman "Masquarade" de Terry Pratchett, tome 18 des annales du disque-mondeTitre : Masquarade (Les annales du Disque-monde, tome 18)
Auteur : Terry Pratchett
Plaisir de lecturenote : 4 Livre à découvrir
Les Annales du Disque-monde
.

Agnès Créttine part à la grande ville, Aknh-Morpork, pour accomplir son rêve et devenir chanteuse d’opéra. Mémé Ciredutemps et Nounou Ogg voient en cette jeune fille, une parfaite recrue pour leur convent. Tout le monde sait que les sorcières vont par trois. Elles en profitent pour passer une soirée culturelle, enquêter sur les meurtres au théâtre et accessoirement rendre visite à l’éditeur de Nounou Ogg.

.
.

Agnès Crettine est très gentille et l’on considère que les rondeurs de son physique ne peuvent que l’obliger à rester dans l’ombre et prêter son magnifique timbre à Christine, une jolie sotte sans voix.
.

On retrouve aussi un duo d’élite : les deux sorcières les plus réputées de Lancre. Mémé Ciredutemps et Nounou Ogg nous promettent des échanges truculents. Elles partent en compagnie de Gredin, un matou borgne et malveillant.
.

Plusieurs personnages secondaires viendront colorer la scène, dont un manager qui ne s’en sort pas et un meurtrier fou. Il y a également le caporal Chicard, le sergent Détritus du Guet principal mais aussi le bibliothécaire de l’Université Invisible et la Mort. Ils font davantage office de figurants que de participer pleinement à l’intrigue.

.
.

« Les Sorcières » est mon cycle préféré des Annales du Disque-monde. Lire un roman de Terry Pratchett fait du bien au corps et à l’esprit : l’humour se trouve à tous les coins de pages. J’avoue, j’ai eu un petit pincement au cœur en apprenant à la fin de ma lecture que « Masquarade » était l’avant dernier tome des Sorcières.
.

Le roman se tourne résolument vers l’opéra et bien que je sois néophyte, j’ai clairement reconnu une parodie de Fantôme de l’Opéra, le roman fantastico-policier de Gaston Leroux. Il y a également des clins d’œil à L’anneau de Nibelung et à La Traviata.
.

L’histoire part sur le thème de la psychologie et de la frontière entre le saint esprit et la folie. Bonjour double sens et double visage !
Les lieux sont suffisamment loufoques pour obtenir des scènes farfelues, des situations improbables et colorées. Terry Pratchett s’amuse des excentricités et caricature du milieu.

Le/la lecteurice vogue de l’ennuyante comptabilité avec les factures à rembourser au chapitre du désir sexuel grâce au livre de cuisine aphrodisiaque de Nounou Ogg. Aucun doute : « Masquarade » permet d’entretenir la bonne humeur de chacun∙e grâce à des rebondissements dans tous les sens.

.

Mise en scène du roman "Masquarade" de Terry Pratchett : le livre se trouve au centre d'une scène de théâtre

.

————————————————————————~*

.

Hilde (Le livroblog) est elle aussi allée visiter les loges de l’Opéra d’Ankh-Morpork.

.

CARRIGER Gail – Le pensionnat de Mlle Géraldine – Artifices & Arbalètes, tome 4

27/08/2019 6 commentaires

.

Couverture du roman "Artifices et Arbalètes" de Gail Carriger. Il s'agit du quatrième tome de la série Le pensionnat de Mlle GéraldineTitre : Artifices & Arbalètes (Le pensionnat de Mlle Géraldine, tome 4)
Autrice : Gail Carriger
Plaisir de lectureetoile 3 Livre sympa
Tome 1, tome 2, tome 3

.

Depuis l’absence de Savon dans l’équipe des soutiers, Sophronia n’a plus vraiment le goût à étudier. Elle n’arrive plus à distinguer dans quels camps se trouvent les différents surnaturels de son environnement. Un complot d’une grande ampleur émerge : elle va devoir sauver ses amis, son école et certainement Londres aussi.

.

.

.

Dans « Artifices & Arbalètes », les masques tombent et les vérités ressurgissent. Sophronia Temminnick devrait passer son examen final mais elle se retrouve à contrecarrer une menace d’envergure : sont en jeu, sa vie, celle de ses amis… même le gouvernement londonien.
.

Un tiers du roman est consacré à une escapade à bord du dirigeable : le pensionnat est rempli de vinaigriers. Cette dynamique apporte son lot de combats et moult rebondissements.

.
.

Gail Carriger clôture tous les questionnements, et même si la conclusion est bonne bien qu’un peu rapide, plus rien ne reste en suspens. Sophronia décroche bien un contrat ; et on découvre le lien entre Sophronia et Alexia Tarabotti, protagoniste du Protectorat de l’ombrelle (vingt-cinq ans séparent les deux histoires). D’autres liens se font, notamment le pourquoi des différences technologiques d’une saga à l’autre. J’avoue ne pas être triste de quitter le pensionnat, cela tient sans doute à l’attachement moindre aux personnages.
.

Durant ces quatre tomes, j’ai trouvé l’intrigue parfois un peu faible. Je considère l’aventure comme distrayante mais pas réellement excitante. Le Pensionnat de Mlle Géraldine s’adapte au plus jeune lectorat mais j’ai préféré le Protectorat de l’ombrelle car je trouve la série plus pétillante, énergique et drôle.
.

Sophronia a de véritables qualités d’espionne. Elle est dotée de jugeote, de bon sens et même d’empathie pour son entourage. Gail Carriger nous offre un mélange de steampunk, d’enquête policière avec la présence du surnaturel. Les enjeux sociétaux et technologiques agrémentent le tout ; sans oublier un cas de conscience : l’affection en dehors des normes sociales.

.
.

Il existe une troisième série titrée « Le Protocole de la crème anglaise » ; elle fait suite directe au Protectorat de l’ombrelle. J’aurais aimé la découvrir mais pour l’instant, si le quatrième et ultime tome vient de sortir en début de mois (août 2019), seuls les deux premiers volumes ont été traduits en français. J’avoue être refroidie par une série mise entre parenthèses, pour la frustration de la découverte partielle et en regard de mon défi littéraire « Fin de Série ».

.

Mise en scène du roman "Artifices et Arbalètes" de Gail Carriger dans du tulle rose, thé et cuillère, et couteau

Portrait d'Agatha, fan art du Pensionnat de Mlle Géraldine par Gail Carriger Portrait de Dimity, fan art du Pensionnat de Mlle Géraldine par Gail Carriger

————————————————————————~*

.

.
Logo du défi Fin de Série LivrementLogo défi Valériacr0« Artifices & Arbalètes » est le livre que Valériane a soigneusement sélectionné ; elle a pioché dans la liste d’envies estivale que je m’étais préparée.

Je termine ainsi une série commencée en 2015. C’est parfait pour mon défi Fin de Série, surtout qu’elle entre dans mon objectif de neuvième année « Dégommer les vieilles tétra/trilogies ».

.

Bulle de livre (Snow), Les lectures de Nyx et Vampirisme (Vladkergan) ont aussi croisé beaucoup de vinaigriers.

.

Illustrations : #01 Agatha #02 Dimity par Natasza103

.