Accueil > Libon > Capucine & Libon – Sophia libère Paris

Capucine & Libon – Sophia libère Paris

.
Titre : Sophia libère Paris
Auteurs : Capucine & Libon
Plaisir de lecture : Livre à découvrir

.
En novembre 1870, les Prussiennes sont aux portes de Paris pour l’envahir. Le maire fait intervenir la sublime Sophie pour l’assigner à une mission secrète. Elle part en quête pour récupérer les plans des souterrains de la ville afin de mieux riposter. La fidèle Rima va la suivre tout au long de ses aventures. Sauf qu’elles ne s’arrêteront pas à Paris et nous transporteront jusqu’en Afrique.
.

)°º•. Commençons par notre personnage principal – et pas des moindres ! – Sophia. Ce qu’on remarque avant tout, c’est son supra brunching de la mort qui tue des années 60, qui ferait pâlir Brigitte Bardot et Raquel Welch. Capucine nous dit que «Sophia est un savant mélange de Sophia Loren, Angélique marquise des anges, Barbarella et Xena la guerrière. » Rien que ça ! Si on la rapproche d’une de nos « contemporaines », sans aucun doute elle a des allures de Melody Bondage. On apprend très vite que tous les moyens sont bons pour sauver la patrie : Sophia ne déroge pas à cette règle et montre impunément son buste plusieurs fois, usant de ses charmes physiques au même titre que de son intelligence.
.

Son acolyte, Rima est plutôt garçon manqué à la jalousie exacerbée. C’est un peu le Robin de notre Sophia-Batman et potentiellement une future ennemie en force. En attendant, c’est souvent d’un ton grincheux et la bouche de travers, qu’elle s’exprimera.

.

)°º•. En première approche, vous avez l’impression d’être tombé sur un objet bizarroïde :
– une vieille couverture de fanzine,
– de la bichromie au noir passé et à l’orange pétant,
– un ton particulier dès les premières lignes.
Non, vous ne vous êtes pas trompés de livre : vous avez bien entre les mains, le petit délire de Capucine & Libon.

.

)°º•. Ce livre est défini par ses auteurs comme « aventure, sexe, baston, aventure et encore un peu d’aventure ». Coincé entre hommage et parodie des bandes dessinées d’aventure, il propose un scenario prenant, riche en rebondissements. Ce one-shot offre des dialogues un peu crus, débités à tout blinde mais non démunis d’une certaine dose d’ironie doucereuse. On notera par ailleurs qu’aucun homme ne peuple les pages de notre petite BD.

.
Côté illustrations, je parlais d’une copie de vieille couverture de fanzine qui est plaisante. Les auteurs ont voulu la dessiner – à défaut de vouloir quelqu’un d’autre pour la leur créer. Pour le coup, ils ont décidé d’en proposer une qui n’avait pas trop à voir avec le contenu. Et ce côté décalé est un clin d’œil agréable. Bon, heureusement, ils ont aussi mis quelques serpents quand notre héroïne part en Afrique, histoire de. Au niveau de la couleur, le noir passé ressemble au vieux bleu des encriers et l’orange pétant fait également penser à ses vieilles revues où une seule couleur résistait au temps sans bouger d’un poil : l’orange. On remarquera qu’en plus du « pinceau » utilisé, l’utilisation de la typographie de l’administration des années 50/60 est tout à fait jouissive.
.
L’humour se focalise sur quelques détails comme la possession d’une carte d’un continent entier pour rejoindre un petit village de cambrousse, des canons de beauté très très subjectifs et un canon d’armement qui tire un bon boulet avec en onomatopée, un tout petit « pan » écrit. Ce petit format (proche du 13/18) de 160 pages est très divertissant et s’adresse, vous l’aurez compris, aux amateurs du 2e voire du 3e degré.

.

)°º•. Capucine & Libon sont un couple dans la vie et dans la littérature. Capucine a travaillé sur l’ouvrage « premières fois » de la collection Mirages chez Delcourt. Quant à Libon, vous pouvez le connaître grâce à sa série « Hector Kanon » chez Fluide Glacial (c’est d’ailleurs au magazine Fluide Glacial que j’ai découvert Libon)
Je vous invite à feuilleter le livre ICI et à découvrir le blog de nos deux comparses LA.

.

Quelques planches
(avec un orange douteux, normalement, il est pétant, je vous l’ai dit)

.

.

.

—————————————————-~*

.

Souvenir lié à ma lecture: Mais keuss que c’est, qu’ça ? Attends, on va reprendre à la première page, j’ai pas dû passer à côté du truc super sérieux du bouquin.

.

.
Merci Babelio =)

.
.

Pics :#01 à #07 extraits et planches, Capucine, Libon et Delcourt © ; #08 extrait du roman-photo de Léandi, Editions Audie-Fluide Glacial 2007.

.

Les droits d’auteur s’appliquent à toute œuvre de l’esprit, quels qu’en soient le genre, la forme d’expression, le mérite ou la destination. Tout lecteur de ce blog doit en respecter les droits de propriété intellectuelle. Il doit notamment veiller à ne pas reproduire et diffuser les articles et contributions publiées sur ce blog sur d’autres blogs, forums ou d’autres supports sans l’accord de leur auteur. Tout lecteur peut néanmoins reproduire le contenu de ce blog à des fins de consultations privées ou reproduire et diffuser de courts extraits d’un articles ou d’un message, à des fins d’information ou de recherches, en citant « Livrement, http://livrement.canalblog.com » et l’auteur (nom réel ou pseudo) de l’article ou du message.

.

Categories: Libon Tags:
  1. 08/11/2010 à 08:36 | #1

    J’ai eu cette BD entre les mains et puis…. elle ne s’est pas arrêtée, juste ouverte et vite refermée…

    • 08/11/2010 à 09:19 | #2

      Hum, tu as aimé (car lu d'un bout à l'autre) ou tu n'as pas aimé (vite refermée) ?

    • 09/11/2010 à 17:19 | #4

      Je te dirai bien de rester sceptique, mais si le coeur t'en dit, lis-le, hein :P

  2. 09/11/2010 à 21:26 | #5

    Génial, je viens de voir que ton site est sité par Bragelonne sur leur blog ! Bravo.

  1. Pas encore de trackbacks