Archive

Archive for the ‘EDDINGS Leigh & David’ Category

EDDINGS Leigh & David – La rédemption d’Althalus

2 décembre 2016 14 commentaires

.

les-yeux-d-emeraude-david-et-leigh-eddings-la-redemption-d-althalus-tome-1les-trois-grimoires-eddings-la-redemption-d-althalus-tome-2Titre : La rédemption d’Althalus (Les yeux d’Émeraude, Les trois grimoires)
Auteurs : Leigh et David Eddings
Plaisir de lectureetoile 3 Livre sympa
.

Althalus est voleur et sa profession le précède. Il décide de détrousser des nobles sis au sud des montagnes. En route, il fait halte chez un ami tavernier. On n lui propose un contrat : récupérer le grimoire de Deiwos qui se trouve à « la Maison au Bout du Monde ». Il sera couvert d’or s’il réussit à le ramener. Sauf qu’il ne s’attendait pas à découvrir l’âme qui se trouvait dans cette maison d’apparence abandonnée.

.

.

— Et si on mangeait du poisson au dîner de ce soir ?
— On en a déjà mangé hier soir, et le soir d’avant.
— Et alors ? J’aime le poisson, pas toi ?
— Je n’ai rien contre, mais on s’en lasse un peu après en avoir mangé trois fois par jour trois semaines d’affilée.
— Tu n’as qu’à préparer ton propre souper !
— Tu sais très bien que j’en suis encore incapable.
— Dans ce cas, je suppose que tu devras manger ce que je ferai apparaitre sur la table.
— Du poisson ?
— Quelle merveilleuse idée, Althalus ! Je suis ravie que tu y aies pensé !

.

« La rédemption d’Althalus » a été traduit en deux volumes en français titrés « Les yeux d’Émeraude » et « Les trois grimoires ». On pourrait aisément qualifier de « classique » cette œuvre de high fantasy.

Quand on connait la patte eddingisienne, on sait qu’on arrive dans un roman confortable. La lecture est aisée mais manque un peu d’imprévisibilité. Le couple Eddings prend le soin de boucler la boucle développée dans cette histoire. Lire la suite…

Rond de Sorcière #28

12 novembre 2012 28 commentaires

.

Le Rond de Sorcière me permet de vous faire découvrir tous les livres lus durant le mois ; notamment les petits trésors que je découvre sans avoir le temps de leur consacrer une chronique complète. C’est une sorte de compromis entre ma bonne conscience livresque et moi.

.

Pour ce mois d’octobre 2012, ce sont 2072 pages qui sont passés entre mes mains. Octobre, c’est aussi le mois halloweenesque, fête que j’affectionne tout particulièrement. J’en ai profité pour l’appliquer à mes lectures, cela va de soi. En octobre, je suis aussi allée trainer mes guêtres au 4e festival international des littératures policières (si, je te jure !).

Ce mois-ci, je n’ai pas acheté de livres ; mais j’ai reçu la première partie du tome 2 « La peur du Vent » de Rothfuss (Chronique du Tueur de Roi, tome 2) de la part de Tatiana – que j’ai dévoré ! – . Elle me l’a offert car elle croyait avoir abîmé le premier tome « Le nom du vent » que je lui avais prêté. Mais entre vous et moi, le livre est nickel et les soi-disantes traces d’anti-moustiques ont totalement disparu (mais ont-elles vraiment existé ?). J’ai été très touchée… et je me suis dit qu’à force de répéter que je ne veuille pas que mes livres soient abîmés que je dois passer pour un gros dragon grognon. En vérité, je n’aime pas qu’on détériore intentionnellement mes livres : boire un café au dessus du livre en remuant le sucre, se servir d’une tranche de jambon comme marque-page, etc.

.
.

Romans SFFF
.

Le petit livre des sorcières – Edouard BRASEY
Plaisir de lecture :  Livre sympa peu s’en faut
Chronique complète
Le petit livre referme les premières notions fondamentales sur les sorcières – si par exemple, un alien débarquait dans mon salon, autant lui proposer ce petit condensé pour comprendre ce qu’est une sorcière. Mais les informations sont réduites au strict minimum, les recherches peu approfondies et la sélection d’illustrations n’est pas des plus réussies.

.

La triste fin du Petit Enfant Huître et autres histoires – Tim BURTON
Plaisir de lecture :  Livre fantas… tique
Chronique complète
Malgré une traduction française qui laisse à désirer, j’aime ce petit recueil aussi bien pour les petites histoires composées en vers que pour les dessins. Macabre et humour grinçant au programme, parfait pour passer un bon moment. De façon déguisée, Burton s’attaque aux travers de notre société sur la thématique de la différence.

.

La fin de partie de l’enchanteur, tome 5 (La Belgariade, tome 5) – David & Leigh EDDINGS
Plaisir de lecture : Livre sympa peu s’en faut
La clôture d’une saga laisse toujours une impression de fin un peu étrange. On laisse les personnages que nous avons suivis pendant quelques tomes. Cependant, je suis quelque peu fâchée avec ce tome où la partie de « préparation à la guerre » est vraiment longue, où tout est bien qui finit bien (mais avec l’option « super méga fin tout le monde super méga heureux ») après un combat ultime… plié en 3-4 mouvements ! Si j’apprécie la plume du couple Eddings qui n’a pas son pareil pour conter, cette fantasy classique souffre de quelques défauts qui ont été comme un caillou dans une paire de chaussures pourtant si confortable.
Ce tome a été lu en compagnie d’Eirilys.

.

Faërie – Raymond E. FEIST
Plaisir de lecture : Livre fantas… tique
Chronique complète
Le seul one shot de Feist est à découvrir : tant pour sa plume, délicieuse et incisive que pour ce parterre de folklore où le petit peuple n’est pas seulement croqué par son aspect le plus mignon. J’ai beaucoup aimé cet univers sombre et dangereux que nous dépeint l’auteur, qui se trouve finalement à une porte de notre réalité. Malgré quelques petites longueurs sans conséquence, le livre nous entraine avec un suspense latent des plus efficaces.

.
.

Comics SFFF
.

Courtney Crumrin et les choses de la nuit ; Courtney Crumrin et l’assemblée des sorciers (Courtney Crumrin, volumes 1 et 2) – Ted NAIFEH
Plaisir de lecture : Livre avec entrée au Panthéon
Chroniques complètes : volume 1, volume 2, volume 3.
C’est avec un plaisir non dissimulé que j’aie relu ces deux premiers tomes – après les avoir acquis… avec couverture de première édition, s’il vous plait ! –. C’est toujours très agréable de suivre Courtney Crumrin dans ses aventures, de croiser et recroiser des personnages. Les illustrations sont à couper le souffle, le trait est acéré, les expressions très bien retranscrites. C’est vraiment une petite saga « trésor » pour moi.

.
.

Autre roman
.

L’Enfant-rien  – Nathalie HUG
Plaisir de lecture : Livre fantas… tique
Dans un registre totalement différent, je me suis laissée convaincre par Nathalie lors du 4e festival des littératures policières de lire son premier livre. J’ai été totalement happée par cette histoire. La plume est concise et nous entrons de plain pied dans la vie d’Adrien. Par un style simple mais percutant, on se laisse porter en se demandant s’il y a un monstre sous le lit. On se fait happer par la fin, on en reste les bras ballants. Une histoire à partager car elle vaut la peine d’être lue et connue.

.

.
.

.

Rond de Sorcière #26

13 septembre 2012 35 commentaires

.

Le Rond de Sorcière me permet de vous faire découvrir tous les livres lus durant le mois ; notamment les petits trésors que je découvre sans avoir le temps de leur consacrer une chronique complète. C’est une sorte de compromis entre ma bonne conscience livresque et moi.

.

Le mois d’août 2012 est synonyme de bon temps, de moments partagés avec l’entourage… et donc d’une certaine pause côté lecture. On lit à son rythme, mais je n’ai pas oublié les lectures communes et aussi de me faire plaisir avec un livre de GGKAY (oui, car été = GGK ; mais je vous parlerai de « Ysabel » pour le Rond de Sorcière de septembre). Pour comparaison, voilà deux mois estivaux assez petits, avec 1954 pages en juillet et 2130 pages en août.

.
.

Romans SFFF
.

Fahrenheit 451 – Ray BRADBURY
Plaisir de lecture Livre à découvrir
Voici un livre qui laisse un souvenir bien marqué ; il m’a fallu quelques jours pour bien le digérer et j’y repense encore. J’ai du mal à y voir un espoir mais il donne matière à réflexion, notamment sur la culture et les livres. J’ai été assez frustrée par ce court roman car j’aurai aimé en savoir plus, ou du moins la suite immédiate. Il ne laisse pas indifférent ; j’ai apprécié les discussions via le forum qui permettaient de partager nos idées. Il faudrait que je le chronique, si j’en trouve le courage/le temps comme mes copains atuaniens.
Cette lecture commune a été réalisée avec les membres du forum Le Cercle d’Atuan.

.

Le poison de la vengeance (L’assassin royal, tome 4) – Robin HOBB
Plaisir de lecture Livre avec entrée au Panthéon
La chronique complète est à lire ICI.
Tome 1, tome 2, tome 3, tome 5, tome 6.
Comme les premiers tomes, celui-ci ne déroge pas à la règle quant à l’enchantement proposé par Robin Hobb. J’attendais avec impatience la suite des aventures de Fitz ne serait-ce que par rapport à la fin du tome 3 ! J’ai réellement apprécié les détails donnés concernant l’Art et le Vif et l’auteur sait nous emmener dans son histoire comme jamais. Le livre se révèle plus lent mais sans longueur et propose une certaine dose d’émotion concernant l’intrigue et les personnages.
Cette lecture commune au long cours se fait en compagnie d’Olya & Eirilys.

.

La tour des maléfices (La Belgariade, tome 4) – Leigh & David EDDINGS
Plaisir de lecture Livre sympa peu s’en faut
La reprise de la lecture de la série ne s’est pas réalisée sans heurt. J’ai eu plaisir à retrouver le tandem Barak & Silk, de loin mon préféré. Comme toujours, les aventures sont sympathiques au niveau du développement mais leur résolution est un tantinet trop facile, comme je le reprochais déjà dans les précédents tomes. Heureusement, durant le voyage, nous croisons plusieurs personnages et nous n’avons pas la sensation d’ennui. Ce’Nedra évolue – enfin ! – et je peux vous dire que c’est quelque chose, ce retournement. On se retrouve en lecteur (presque et totalement) omniscient et c’est avec plaisir de voir les personnages découvrir leur destinée. Allez, plus qu’un tome, la prophétie va-t-elle vraiment avoir lieu ? tantantan.
Cette lecture commune a été lue en compagnie d’Eirilys, grâce à laquelle j’ai remis le pied à l’étrier.

.

Le dernier jour de ma vie – Lauren OLIVER
Plaisir de lecture : Livre sympa peu s’en faut
Dans un style clair et au vocabulaire simple, Lauren Oliver nous propose un livre dont on tourne les pages rapidement. Sur le concept du personnage qui revit une journée en boucle, le mécanisme des répétitions devient assez lassant. J’ai eu également du mal à m’attacher à Sam (ni même à m’identifier à quelqu’un en général) et je trouve que les personnages auraient eu besoin d’un peu plus de profondeur. Je vais oser la comparaison, mais la série Daybreak qui utilise le même scenario est vraiment mieux pensée ; pour le coup, la lecture de « Le dernier jour de ma vie » semble un poil insipide par la suite. Si j’avançais réellement dans ma lecture, c’était pour connaitre le dénouement final, assez facile malheureusement et qui me laisse déjà un souvenir flou.

.

Terrienne – Jean-Claude MOURLEVAT
Plaisir de lecture : Livre à découvrir
L’intrigue et l’univers ne sont pas d’une grande originalité mais leur aplomb est un grand atout. La construction de l’histoire permet de développer une chaleur humaine indéniable et surtout des ambiances très réalistes. Le point de vue changeant permet une certaine dynamique et on s’attache aussi beaucoup aux personnages secondaires. L’intrigue est efficace, la plume charmeuse et je conseille ce livre aussi aux moins jeunes d’entre nous.

.

La Pucelle et le Démon – Benedict TAFFIN
Plaisir de lecture : Livre sympa peu s’en faut
La chronique complète est à lire ICI.
L’auteur nous propose la légende de Jeanne d’Arc revisitée. J’étais surtout impatiente de découvrir la fin, à savoir si Oriane allait mourir sur le bûcher ; difficile d’apprécier l’admirable exercice quand on connait peu soi-même cet épisode historique et les différentes théories existantes. Il va sans dire que les personnages m’ont vraiment plu. Arkshaar en premier, avec les répliques de Sidoine dit La Hire ; le duo démon-hôte humain fonctionne bien. J’ai hâte de découvrir d’autres écrits de Benedict Taffin qui a su me faire apprécier son style.
Cette lecture commune a été lue en compagnie de Hécléa.

.

La diva et le prince romantique, (Le voleur de voix, tome 2) – Jean-Nicholas VACHON
Plaisir de lecture Livre avec entrée au Panthéon
La chronique complète est à lire ICI.
Tome 1.
Non, je n’avais déjà pas de doute lors de la lecture du premier tome. J’ai adoré. J’ai surkiffé. Bref, si j’avais pu le lire aussi sous la douche, je l’aurai fait. Heureusement que la parution de la trilogie n’a pas pris trop longtemps (tome 1 20 octobre 2011, tome 2 16 mai 2012, tome 3 22 octobre 2012), car j’aurai pu me ronger les doigts en attendant « la suiiite, la suiiite ». J’aime que les faits historiques et fantastiques soient si bien mêlés, j’aime cette plume qui prend son temps pour l’intrigue, pour poser les décors, pour décrire les ambiances sans toutefois avoir une impression de longueur. J’aime vivre auprès de nos trois hommes, connaitre leur vie en croisés-décroisés. J’aime que cette thématique du vampire classieux et pourtant si dangereux soit parfaitement intégrée. J’aime qu’on prenne le temps de nous emmener, qu’on prenne soin de nous en tant que statut privilégié de « lecteur ». Je suis totalement captivée. Bref, un gros gros gros coup de cœur. Cette trilogie, c’est sûr. Si je suis sur une île déserte, je l’embarque en priorité. Si j’ai un incendie, aussi. Mais bon, après La Tapisserie de Fionavar de Guy Gavriel KAY (faut pas déc*nner non plus)

.

.
.

Autres bandes dessinées
.

Quelques minutes avant la fin du monde (Notes, volume 5) – Boulet
Plaisir de lecture : Livre à découvrir
Volume 2, volume 3, volume 4.
Parfois inégale, cette annale est tout de même savoureuse. Je suis en complète admiration devant le travail de compilation thématique des strips. Ce dernier permet ainsi une lecture aisée au néophyte (de l’œuvre de Boulet j’entends). On aime, on sourit et on s’y reconnait même parfois. Mais ça, on ne le dit pas trop fort. C’est typiquement le genre de recueils qui se prêtent entre copains. Par contre, attention, malgré 206 pages au compteur, il se dévore très vite.

.

Un clavier azerty en vaut deux ; Dans le doute, reboote ! ; Si ça rate, formate ! ; Hacker vaillant rien d’impossible (Les Geeks, volumes 1, 2, 3 et 4) – Christian LEROLLE, Thomas  LABOUROT  & collectif Gang.
Plaisir de lecture : Lecture sympa peu s’en faut
Le dessin très propre attire mon regard (bah oui, j’aime ça) : chaque planche raconte un gag d’une bande de jeunes adultes plus ou moins geeks. Je t’avoue directement, dès les premières pages du premier tome, je me suis dit que je n’étais pas 100% la cible, car je ne savais pas qui était Palpatine (ne me tapez pas, déjà rien qu’en l’écrivant, j’ai oublié un P c’est pour dire le niveau de ma culture et comment j’ai trop bien retenu la leçon). Heureusement, j’avais deux geeks dans mon entourage qui ont pu me recadrer facilement (ou presque). Il n’empêche que certaines situations sont connues et reconnues, parfois même vécues. Mais il manque quand même un brin quelque chose car si les gags sont crédibles, ils ne m’ont pas souvent fait sourire. C’est parfois un peu tiré par les cheveux ; mais bon, on veut savoir la suite. Cela tombait bien, j’avais les 4 tomes sous la main. De moi-même, je ne pense pas que je serai allée vers cette série ni même que je chercherai à lire la suite.

.
.

EDDINGS Leigh & David – Les années noires

13 janvier 2009 5 commentaires

.

Titre : Les années noires (Belgarath le Sorcier, tome 1)
Auteurs : David & Leigh Eddings
Plaisir de lecture Livre fantas… tique
.

C’est lui-même, Belgarath, pour combler la curiosité de sa famille qui conte ses premières années de vie commentées avec de petites notes personnelles, certaines légères, d’autres plus sombres. Belgarath devient au hasard le disciple du dieu Aldur : son enseignement est long et sa vie périlleuse. Il est mêlé à divers destins et s’apprête à voir le monde changer perpétuellement sous ses yeux. Difficiles sont les pas de danse qu’il se doit d’exécuter ; au bon vouloir de la musique des dieux.
.

Belgarath le Sorcier, qui se compose en deux tomes est une préquelle à la Belgariade. Nous apprenons dans ce volet-ci les premiers instants de la longue vie de Belgarath. Juché d’embûche, son chemin se révèle long et pénible au niveau sentimental. Il se lie avec moult personnes, et on avale goulument les pages pour en savoir toujours plus.

.

Catégories :EDDINGS Leigh & David Étiquettes : ,