Archive

Archives pour la catégorie ‘CROS Anaïs’

CROS Anaïs – Les lunes de sang ~ Crépuscules, tome 4

14/12/2013 4 commentaires

.

Crepuscules Anais Cros Les lunes de sang tome 4Titre : Crépuscules (Les lunes de sang, tome 4)
Auteur : Anaïs CROS
Plaisir de lecturecoeur notation Livre avec entrée au Panthéon

.

Le trio Listak, Evrahl et Amhiel courent contre le temps pour éviter la guerre entre des royaumes. Morsech et l’Âme Blanche ont mis ouvertement en marche leur stratégie. Il va être difficile de faire entendre raison aux uns et de combattre les instigateurs qui œuvrent indirectement.

.
.

J’ai dévoré le livre, ça va de soi. Comme il s’agit d’un tome 4, il m’est difficile d’en parler sans spoiler. Nous sommes loin de la situation de départ : l’avancée dans l’histoire est tout en profondeur. Les lunes de sang proposait les aventures d’un double de Sherlock Holmes  version fantasy. C’est tout naturellement que l’histoire va dans ce sens-là, en gommant le personnage de Sir Conan Doyle pour aller vers un récit original.

.

Evrahl cherche à tout prix à protéger ceux qu’il aime et se confronte à des décisions le mettant sans dessus-dessous mais il participera à la guerre. Amhiel sera tout aussi présente, Listak égal à lui-même bien qu’il réserve certaines surprises. La rencontre entre Morsech et Listak est à la fois effrayante mais aussi délicieuse pour le lecteur que nous sommes. Tous les personnages sont confrontés à la souffrance.

.

Anaïs Cros ne sublime pas la guerre ; la tragédie est composée de morts. Même si ce n’est jamais ma période préférée dans une histoire, la guerre est un passage attendu pour la série. Les émotions s’enchainent avec peu de répit sur les différents temps bien que parfois, on ait la sensation que tout soit un peu trop rapide. L’auteur a du jouer finement avec les ellipses pour nous proposer un concentré d’histoire en y intégrant des moments plus intimistes qu’un camp grouillant. Les personnages sont toujours dans une évolution permanente et j’apprécie grandement le soin qu’Anaïs Cros y apporte.

.
.

Le tome 4 « Crépuscules » est la suite naturelle de la saga : le temps est maintenant à l’action. Nos personnages sont malmenés mais leur avancée est inévitable. Responsables des décisions prises, ils assument les actes qu’ils s’apprêtent d’or et déjà à réaliser. Le tempo s’accélère pour toujours donner un récit au rythme élaboré qui ne s’effiloche point.
.

.

Crepuscules Anais Cros extrait

.

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : à quand le tome 5 ?

.

Dans le chaudron :
¤ Les lunes de sang, tome 1
¤ La lune noire, tome 2
¤ Métamorphose, tome 3
¤ Interview d’Anaïs Cros

.

Logo Lecture Equitable.
.

Les lunes de sang est une saga « équitable » ; on soutient les petites maisons d’éditions comme Lokomodo.

.

.

Dup (Book en stock) déclare aussi son amour à cette saga.

Cette lecture a été réalisée en partenariat avec les éditions Lokomodo.

.

Categories: CROS Anaïs Tags: ,

CROS Anaïs – Les lunes de sang ~ Métamorphose, tome 3

28/06/2012 14 commentaires

.

Titre : Métamorphose (Les lunes de sang, tome 3)
Auteur : Anaïs CROS
Plaisir de lecture Livre avec entrée au Panthéon

.

Au sein de Lunargent, une caravane se prépare à quitter la ville : les nains souhaitent rejoindre leurs montagnes et la cité de Nensk ; Le roi Torn dépêche une équipe protectrice. Listak, Evrahl & Amhiel les accompagne pour ensuite rejoindre Roseraie afin de rétablir un semblant de paix entre son peuple et les nains. Cependant, le Grand Rosini les somme immédiatement de partir tout comme son premier conseiller, Laeb le lunaire.

.
.

)°º•.C’est avec grande joie qu’on aime retrouver ces personnages attachants. L’auteure nous en propose toujours une psychologie approfondie : chaque page nous emmène vers la découverte d’un pan de leur passé, d’un éclat de leur caractère ou d’un fil d’émotion. Même si les lunaires refont surface et s’avèrent déjà synonyme de grande bataille, on s’aperçoit que la lutte intérieure de nos protagonistes est une menace bien pire.
.

Anaïs Cros nous avait déjà révélé quelques soupçons quant aux identités des uns et des autres, mais pour ce tome-ci point de réponse, les secrets nous apparaissent encore plus grands ! On suit toujours notre trio de choc dans leurs aventures, et j’ai trouvé la couverture très en accord avec l’histoire et l’évolution de leurs relations.
.

La sante de Listak est toujours déclinante et il va de soi qu’il n’est guère plus aimable ; il doit aussi affronter ses démons internes et bien d’autres. Amhiel possède de grands talents et une force insoupçonnée. Dans cet épisode, elle va laisser beaucoup de plumes et ne peut que toucher le lecteur. Quant à Evrahl, il se retrouve pris entre deux feux. Il est très touchant dans sa maladresse quand il tente de protéger autrui ou dans sa manière d’agir. C’est un gros cœur qui doit se battre avec ses sentiments. On remarque par ailleurs que le toucher est assez important pour lui, c’est une marque de grande sympathie. C’est d’ailleurs un peu curieux pour moi que ce tiercé soit aussi uni et se vouvoie. On croise également durant le voyage de la caravane des itinérants notamment Muse et Blanchâme, des elfes.

.
.

)°º•.De prime abord avec le premier tome « Lunes de sang » on sent le mythe holmésien et on fait parfois le rapprochement entre le combo de Cros et celui du Sir, mais très vite et ce dès le deuxième tome, on se détache complètement de cette comparaison pour ne plus y penser du tout avec ce troisième volet. La force de l’histoire repose sur la psychologie des personnages mais aussi sur les environnements différents pour chaque tome qui apportent alors une richesse indéniable.
.

« Métamorphose » est toujours un extrait des mémoires du Docteur Evrahl. Nous disposons donc uniquement de son point de vue, ce qui manifeste un grand intérêt quant à la vision des situations et autres actions. J’ai  beaucoup aimé découvrir l’origine de Mortelune en préface et elle joue entièrement son rôle : on s’installe confortablement pour l’histoire. J’ai été un peu insatisfaite lors des discussions avec Axelhyllion mais uniquement car mon petit cœur de lectrice voulait absolument en savoir plus sur les identités de chacun. J’ai apprécié l’ajout de quelques éléments magiques qui me fait dire que oui, définitivement j’aime la fantasy.
.

L’intrigue est bien dosée, servi par un style clair. J’ai lu ce tome d’une traite et j’ai trouvé que certaines scènes étaient très marquantes et imagées notamment dans leur périple ultime.  La fin est tout simplement superbe et même si j’ai été un poil frustrée par l’épilogue, il est juste trop bon – et aussi très cliffhanger !

.
.

La saga de « Les lunes de Sang » est à découvrir de toute urgence. Ce petit trésor fantasyien et français mérite davantage de succès que celui qu’il connait actuellement. Ce tome « Métamorphose » nous emmène toujours plus loin dans les secrets des uns, la découverte du passé des autres et nous propose encore et toujours une intrigue à couper le souffle. Foncez !

.
.

)°º•. Bibliographie
Anaïs Cros née en 1983, est très discrète. Nous savons qu’elle a suivi des études en psychologie ; et qu’elle aimerait vivre de l’écriture. En attendant, elle peaufine son plume en écrivant plusieurs œuvres.
Son blog.

.
La couverture est signée par Michel Borderie.

.

.

.

.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :
¤ Les lunes de sang, tome 1
¤ La lune noire, tome 2
¤ Interview d’Anaïs Cros

.

Souvenir de lecture : mais on veut savoiiiiir !

.

Mon exemplaire est dédicacé grâce à Olya qui s’est rendue aux Imaginales et qui a fort fort pensé à moi. Étaient joints les marque-page des trois tomes des Lunes de sang ainsi qu’une carte postale avec des petits mots de bloggeurs.

.

.

Book en Stock (Dup) et La caverne de JainaXF et Mes lectures de l’imaginaire (Olya) sont aussi gloutonnes que moi.

CITRIQ

.
.

.
Et hop, le petit logo car Petit éditeur aux grands livres, les éditions Lokomodo.

.

.

Cette lecture a été réalisée en partenariat avec les éditions Lokomodo.

.

Pics : Blizzard par MarcAdamus

.

.

Categories: CROS Anaïs Tags: ,

CROS Anaïs – Les lunes de sang ~ La lune noire, tome 2

24/01/2012 12 commentaires

.

Titre : La lune noire (Les lunes de sang, tome 2)
Auteur : Anaïs CROS
Plaisir de lecture Livre avec entrée au Panthéon

.
Alors qu’Evrahl et Listak se remettent doucement de leurs blessures physiques et psychologiques des derniers événements, un meurtre va les sortir de cette passe. Le dernier mage connu et celui du roi, Phenon vient de trouver la mort à sa tour, dans l’enceinte même du palais. Son assistant, témoin de la scène parle d’un effroyable incident. Très vite, le coupable se profile aux yeux de notre combo : l’ennemi juré que tout le monde pensait mort.

.
.

)°º•. Nous retrouvons notre duo, Listak et le Docteur Evrahl ; ils sont maintenant associés avec Amhiel, la jeune femme qui habite avec eux. Bien que nés d’un hommage à Sir Arthur Conan Doyle, nos personnages s’éloignent de leurs homologues humains.
.
Le tour de main considérable d’Anaïs Cros se focalise sur l’évolution de tous les personnages : les traits de caractères se font plus précis, leurs interactions demeurent naturelles et nous pouvons toujours plus les apprécier à les voir évoluer dans leur environnement. On s’y attache irrémédiablement.
.

Listak partage toujours avec son alter ego Sherlock Holmes, les sautes d’humeur et la méthodologie de résolution d’enquête. A cause de fortes migraines qui l’obligent à porter des lunettes opaques, Listak devient de plus en plus désagréable, notre empathie s’effiloche, il blesse d’autant plus Evrahl et Amhiel qu’il semble souffrir d’un mal inconnu.
.

Evrahl doit subir les conséquences d’un affrontement et se doit de subir des crises de tynine assez coriaces. Il est par ailleurs beaucoup moins apprécié par le Roi Torn mais cela demeure le cadet de ses soucis car il doit composer avec un Listak invivable, avec son égo un peu meurtri qu’on lui donnât des missions très secondaires et surtout avec une révolte raciste du peuple lunargentin envers ses frères les nains. Le docteur augmente en sympathie et en compassion auprès du lecteur car il traverse des épreuves bon gré mal gré et qu’il fait des efforts considérables pour tenir une stabilité que tout le monde essaye de détruire.
Notons au passage qu’Evrahl possède un animal de compagnie – fait étrange pour un nain – Brise, un magnifique chat qui lui sauve la vie plus d’une fois.
.

Amhiel, déclarée associée reste le personnage sur lequel j’émets quelques doutes. Alors qu’elle est censée être la digne égale de ces hommes, elle est bien souvent recalée au second rang dû à son sexe – et à sa pseudo fragilité – et s’éternise dans le rôle de la femme à tout faire de la maisonnée.
.

On y retrouvera également le roi Torn, son bras droit, le détestable Ombre et son Fou qui a plusieurs cartes dans sa manche, et quelques créatures magiques (et oui).

.
.

)°º•. Ce tome nous propulse dans une période de tensions politiques denses où le racisme envers le peuple nain est de plus en plus fort. La révolte gronde et le royaume est bien embêté car il a aussi d’autres chats à fouetter, notamment de découvrir et d’emprisonner le tueur du dernier mage.
.

Anaïs Cros nous entraine sur un territoire complexe où les relations alambiquées prennent la part belle de l’intérêt du lecteur, en sus de l’enquête. L’intensité dramatique va crescendo, on devient alors tout agité devant son livre.
.

L’auteur saura satisfaire son fan en y incorporant des jeux de pouvoir, des quêtes personnelles difficiles, une dose de savoir, de science mais aussi une grande part de magie. Le récit d’enquête s’appuie sur une intrigue, des faits et également de rebondissements. Et cerise sur le gâteau, nous aurons de grandes révélations quant aux origines de nos personnages.

.
.

)°º•. La difficulté pour un auteur est à mon sens, de pouvoir toujours subjuguer son audience quand le premier tome de sa saga est si fort en chocolat. Aucun secret pour vous comme pour moi, « Les lunes de sang » est un véritable coup de cœur et je demeurais un peu frileuse à découvrir ce deuxième tome de peur de voir toute mon appréciation s’envoler, de ne plus m’y retrouver à mon aise. Que nenni !
.

Ce roman fantasyien et quelque peu holmésien est toujours aussi agréable avec cette impression de lieu familier, d’univers qu’on semble toujours avoir connu. La narration est toujours tenue par Evrahl ; il s’agit en quelque sorte, de mémoires et nous avons le droit à quelques pensées formulées ultérieurement à la scène, donc avec recul.
.

Comme il est relateur, il en convient qu’il est alors difficile pour l’auteur de se passer de lui : c’est pourquoi j’ai ressenti quelques actions parfois tirées par les cheveux puisque Evrahl arrive encore à marcher, parler voire faire du cheval alors qu’il est à deux doigts de tomber dans le coma à cause de ses blessures. La petite frustration que je peux évoquer – et qui n’en est pas réellement une, c’est juste que je suis une impatiente née – est de ne pas latter le gros méchant assez rapidement. Mais en même temps, si c’était le cas, quid des 500 pages restantes ?
.
.

Voilà un deuxième tome qu’on attendait tous avec fébrilité – du moins, moi – où les révélations sont dignes de notre attente, où les enjeux et épreuves sont fous furieux, où le récit est plus que captivant. Et comme je ne réussis pas à mettre toute ma fougue dans cette chronique pour vous dire ô combien cette saga est juste magnifique, sachez une seule chose : lisez-la !

.
.

)°º•. Bibliographie
Anaïs Cros née en 1983, est très discrète. Nous savons qu’elle a suivi des études en psychologie ; et qu’elle aimerait vivre de l’écriture. En attendant, elle peaufine son plume en écrivant plusieurs œuvres.
Son blog.

.
La couverture est signée par Michel Borderie.

.

.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :
¤ Les lunes de sang, tome 1
¤ Métamorphose, tome 3
¤ Interview d’Anaïs Cros

.

Souvenir de lecture : Oh My God, ze révélatiiiiiion !

.

Book en Stock (Dup), Mes imaginaires (Olya) ont tout aussi apprécié ce deuxième volet.

CITRIQ

.
.

Et hop, le petit logo car on aime nos petites maisons d’éditions.
« Petit éditeur deviendra grand », les toutes jeunes éditions Lokomodo.

.

.

Cette lecture a été réalisée en partenariat avec les éditions Lokomodo.

.

Pics : #01 Fanart de M.Borderie pour A.Cros ; #02 Pixie par Laiyla.

.

Categories: CROS Anaïs Tags: , ,

Langue de chat : Interview d'Anaïs Cros

01/12/2011 14 commentaires

.

Bien le bonjour !

Sous l’appellation « langue de chat », en référence à l’expression « donner sa langue au chat », et au compagnon idéal de toute SFFFiste , je vous propose l’interview d’Anaïs Cros (auteur de  « Les Lunes de Sang » ) qui a bien voulu me consacrer quelques minutes.

.
.

¤ Bonjour Anaïs 🙂
On veut tout savoir sur toi et surtout la réponse à la question fatidique : es-tu marque-ta-page ou page cornée ?

Définitivement marque-ta-page ! Je ne suis pas maniaque, mais c’est impossible pour moi « d’abîmer » volontairement un livre, alors qu’on peut utiliser n’importe quoi pour marquer où on en est (ticket de caisse, billet de 500 euros, carte de Noël de l’arrière-grand-mère…). Mais le must, c’est de jouer le challenge et d’essayer de retenir le numéro de la page (ce dont personnellement je suis incapable).

.

¤ Quel est ton livre de chevet ces derniers jours ?

Je viens de découvrir Douglas Kennedy (après tout le monde, je sais, mais j’ai toujours du mal avec ce qui est à la mode).
Je lis La Femme du Ve et pour le moment j’aime beaucoup.
En parallèle j’ai commencé Le crépuscule d’une idole de Michel Onfray, histoire de démystifier Freud et la psychanalyse avec lesquels on m’a harcelée durant toutes mes études.
Pas de fantasy dans tout ça, je sais. En fait j’avoue que je n’aime pas trop la fantasy et que je n’en lis pratiquement pas. C’est mon petit paradoxe personnel.

.

¤ Durant l’écriture, t’accompagnes-tu de café, thé, chocolat chaud, soda,… ?

Ca dépend des jours, plutôt du thé ou de l’eau. Mais ayant déjà flingué un ordinateur portable en renversant de l’eau dessus, j’évite en général les boissons. ^^

.

¤ Comment procèdes-tu pour écrire ?

Voilà une grande question ! Je n’ai pas vraiment de procédé particulier. Je ne suis pas très régulière, du style « j’écris deux heures tous les jours ». Je fonctionne à l’inspiration. Si ça vient, j’y passe la journée, sinon je fais autre chose. Je réfléchis pas mal en amont, mais une fois que je me lance je me laisse porter. Du coup il m’arrive d’écrire quelque chose de complètement différent de ce que j’avais prévu au départ et d’être obligée d’adapter la suite de l’histoire. Mais la plupart du temps j’arrive à retomber sur mes pattes. Disons que je fonctionne en deux phases. D’abord il y a la réflexion, plus ou moins longue, plus ou moins élaborée. Il en ressort tout un plan ou juste une idée, un concept, parfois je prends des notes, parfois non, c’est vraiment variable. Ensuite il y a l’écriture proprement dite où je me lâche en essayant de respecter le cadre que j’ai prédéfini. Sinon je considère que le moment de l’écriture est une espèce d’état second, comme un état d’auto-hypnose où tu déconnectes de tout et où tu laisses parler « quelque chose » d’autre à l’intérieur de toi. Parfois je m’assois devant le clavier et je bascule directement dans cet état, parfois c’est plus laborieux et j’ai besoin de m’aider avec de la musique. Dans tous les cas c’est un état qui provoque un bien-être indescriptible et dont il peut être un peu difficile de sortir. Au fur et à mesure de l’écriture, je relis des dizaines de fois ce que j’ai déjà fait jusqu’à raboter tout ce qui me « dérange » à la lecture : formulation de phrase, mot qui ne convient pas, dialogue qui manque de naturel, enchaînement trop artificiel… Mais dans l’ensemble, je ne change plus grand-chose, et en tous cas je touche très rarement à la structure. Et je considère qu’un bouquin est fini quand je l’ai relu intégralement deux ou trois fois. Voilà. Beaucoup de blabla pour dire finalement que j’écris à l’arrache. 🙂

.

¤ Quels sont les retours de la part de tes lecteurs quant à la réédition du tome 1 « Lunes de sang » chez Lokomodo ?

Pour être honnête, je n’ai pas tellement eu de retours. Mais tous ceux avec qui j’ai parlé sont unanimes pour dire que la couv de Michel Borderie est très sympa et je suis bien d’accord avec eux !

.

¤ L’hommage à Doyle dans « Lunes de Sang » est présent et discret : tu as adapté à ta sauce ce célèbre combo, et c’est très réussi. Comment l’idée est-elle née ?

Je suis une grande fan de Sherlock Holmes depuis très longtemps (fan du style à collectionner les bouquins, les dvds et à aller à Londres uniquement pour visiter Baker Street ;). Et quand j’aime quelque chose, j’ai envie de l’intégrer dans mon écriture. Mais toucher à un personnage que je respecte énormément et en plus m’attaquer à l’univers victorien que je ne connais finalement que par les romans que j’ai lus… Je ne m’en suis pas sentie capable. La fantasy a ce grand avantage de permettre à l’auteur de contrôler de A à Z l’univers qu’il crée. Si un élément de l’environnement vous dérange ou s’intègre mal à ce que vous voulez raconter, tout ce que vous avez à faire c’est le modifier (quel pied d’ailleurs !). Du coup il m’est apparu que manipuler le personnage de Sherlock Holmes dans un univers aussi docile sous ma plume serait beaucoup plus accessible. C’est donc ce que j’ai fait. Mais j’ai pris beaucoup de libertés avec les personnages d’origine, ce n’est pas tellement Sherlock Holmes qu’on retrouve dans Les Lunes de Sang, c’est mon interprétation d’un Sherlock Holmes.

.

¤ Dans l’interview « Langue de chat », l’auteur se prête au jeu et nous révèle un petit secret sur son univers. Lequel es-tu prête à nous livrer ?

Un petit secret sur l’univers des Lunes de Sang… Pas évident comme question dans la mesure où je le construis vraiment au fur et à mesure et où j’ai horreur de parler de ce qui n’est pas terminé… Disons que la magie dans ce monde-là n’est peut-être pas aussi éteinte qu’on le croit et qu’elle risque de se révéler à des personnages inattendus. Ce n’est pas grand-chose, mais je vous laisse déjà méditer là-dessus ! ^^

.

¤ Alors, la sortie de ton deuxième tome « La lune noire » chez Lokomodo, c’est tout frais (25 novembre), comment te sens-tu ?

Ca me fait très plaisir, bien sûr. Mais à l’heure où j’écris ces lignes, je ne l’ai pas encore eu en main, donc ça reste encore un peu abstrait. C’est toujours un peu bizarre de voir un ouvrage sur lequel on a bossé des heures tout seul dans son coin devenir subitement un objet tangible que d’autres gens vont s’approprier. Je pense que le moment de la publication est celui où le livre cesse d’appartenir à l’auteur pour passer aux lecteurs, du coup j’ai aussi un petit sentiment d’expropriation. lol Mais ce qui domine, ça reste la fierté et la reconnaissance pour les gens qui ont permis que ce soit possible (Peggy, si tu te reconnais… ;).

.

¤ Je te laisse ici champ libre pour teaser comme une folle, sa sortie !

Oh la, je suis très mauvaise pour ce qui est de vendre mon truc ! ^^
Disons que ce deuxième tome reprend un an après la fin du premier. On y retrouve Evrahl et Listak, mais aussi Amhiel qui va prendre de plus en plus d’importance. Cette fois, Listak est appelé à Castelune pour le meurtre d’un personnage de la plus haute qualité. Les circonstances particulières de cet assassinat vont l’amener à des conclusions déplaisantes quant à l’identité de l’assassin et il va très vite comprendre qu’une grave menace pèse sur toute la cité de Lunargent. Parallèlement à cela les nains sont de plus en plus victimes de racisme, de nombreuses tensions vont apparaître et Lunargent va leur devenir de plus en plus hostile. Jusqu’à l’irréparable ? A vous de le découvrir. ^^
La Lune Noire est dans la lignée des Lunes de Sang, même s’il penche un peu plus du côté de l’action et de la fantasy. J’ai essayé d’y accélérer le rythme (ce qui est plus facile maintenant que les présentations sont faites) et de développer certaines choses qui étaient restées en suspens dans le premier tome. Il y aura des réponses à certaines interrogations (comme par exemple les mystérieux liens de Listak avec la couronne), mais aussi beaucoup de nouvelles questions. C’est un tome très ouvert qui prépare les bases de pratiquement toutes les suites, sans, je l’espère, perdre de vue sa propre trame. Bref, de quoi mettre en éveil l’imagination du lecteur !

.

 ¤ On inverse les rôles : as-tu une question à me poser ?

On te met dans une grande pièce et on te laisse carte blanche pour aménager ta bibliothèque idéale. A quoi ressemblera la déco ? (Oui, c’est une question qui vient de nulle part 🙂

Sans aucun doute, elle ressemblerait à la
bibliothèque de l’adaptation cinématographique « La Belle et la Bête » par Disney pour la place réservée aux livres 😉

.

¤ Un dernier petit mot ?

Soutenez un auteur nécessiteux et achetez La Lune Noire ? Ah non, pardon, ça ne le fait pas ça. ^^
Bon autre chose alors… Pas facile de trouver la phrase hyper philosophique qui fera super classe et qu’on pourra ressortir dans les dîners.
Je vais donc me contenter de deux mots, comme on dirait bon appétit puisque finalement ça se rejoint pas mal : bonne lecture !

.
Merci ! 

.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :
¤ Les lunes de sang, tome 1
¤ La lune noire, tome 2
¤ Métamorphose, tome 3
.

Categories: CROS Anaïs Tags:

CROS Anaïs – Les lunes de sang, tome 1

23/06/2011 14 commentaires

.

Titre : Les lunes de sang, tome 1
Auteur : Anaïs CROS
Plaisir de lecture Livre avec entrée au Panthéon
.

Evrahl vient tout juste de débarquer dans les rues de Lunargent, la cité royale du royaume de Mortelune. La bataille des Vingt Lunes vient de se terminer, il suit son compagnon de guerre, un elfe. Après quelques jours d’hébergement chez ce dernier, il lui faut trouver une demeure où habiter. Au vu des loyers relativement chers, il ne peut que répondre par la positive lorsqu’il rencontre Listak cherchant un colocataire. Cet étrange personnage est un demi-lunaire qui possède d’exceptionnels talents de déduction et une excentricité un peu excessive. Bon gré mal gré, Evrahl s’installe de nouveau comme médecin pour le peuple des nains de la ville. Ce dernier est pourtant bien loin de se douter que Listak se révèle proche du roi… l’ordonnateur de la guerre qui a terrassé sa famille et son peuple. Pris d’amitié pour son colocataire, Evrahl se retrouve tiraillé et va devoir faire des choix lourds de conséquences.

.
.

)°º•. Nos deux personnages principaux sont le Dr Evrahl et Listak.
Le Dr Evrahl est un nain au caractère relativement discret. Il se distingue par trois composantes : intelligence, médecine… et hache. Il en convient qu’il ressemble étrangement au Dr Watson, pourtant beaucoup de choses les opposent. Les résultats de la guerre des Vingt Lune ont laissé au peuple nain l’amertume et la rage. C’est dans ce contexte-ci qu’Evrahl arrive à Lunargent.

Il fait la rencontre de Listak. Demi-lunaire de naissance, il ressemble presque à une sorte d’elfe aveugle mais dont l’ouïe est exceptionnellement fine. Sa grande intelligence et son aptitude à l’investigation le rapprochent de Sherlock Holmes. Son esprit acéré et sa sagacité l’emmèneront dans une enquête ardue concernant un plausible régicide, en compagnie d’Evrahl.
.

Bien que les ressemblances liées aux grandes figures de la littérature policière – Sherlock Holmes & Dr Watson – soient nombreuses, il n’en demeure pas moins qu‘Evrahl et Listak ont des personnalités propres avec une psychologie travaillée en profondeur. Ces personnages sont donc complexes et attachants.
.

Les personnages secondaires ne sont pas éclipsés : le roi Torn, son conseille Ombre, le chef de garde Lugantz et Amhiel l’intendante de la maison. Des personnages « magiques » sont aussi de la partie : nain, elfe, lunaire, lutin d’eau mais aussi des hommes.

.
.

)°º•. Ce petit pavé qui se lit bien trop vite est une sorte d’hommage à Sir Arthur Conan Doyle. Les doubles de fantasy de Sherlock Holmes et Dr Watson sont très réussis.
.

La passion d’Anaïs Cros pour le célèbre détective est très visible : pourtant écrire une histoire originale sans se perdre dans un vulgaire copier/coller de références n’était pas évident tant l’univers holmsien est intense. Cependant, elle arrive avec dextérité et même – semble-t-il – avec facilité à retirer son épingle du jeu et à nous présenter un univers de fantasy maîtrisé et personnel.
.

L’histoire nous est racontée par la voix du nain : cette narration a posteriori présente parfois un peu de recul sur les événements. Majoritairement, on assiste à une introspection d’Evrahl. Cependant, Evrahl n’est pas un simple narrateur, il est participant à plusieurs titres ; comme un agent double. Les personnages principaux sont époustouflants et les archétypes très bien adaptés. On assiste à un combat psychologique entre Evrahl et Listak : c’est bien sur ce point que repose le récit. Quel type de liens existent-ils entre nos deux personnes quand on voit le poids de leur ambivalence ? L’animosité entre espèces que nous connaissons en fantasy n’est pas en reste ici et est plutôt bien amenée.
.

La plume d’Anaïs Cros se révèle intimiste et très humaniste : dès les premières pages, on a cette impression de familiarité, ce lieu commun où on se sent bien. Bien loin des rues du Londres Victorien, Anaïs Cros nous emmène dans un thriller fantasyien captivant, preuve que les genres sont faits pour se rencontrer. Sur fond de complots, trahisons et assassinats, la soif de vengeance, le désir de liberté et le besoin d’amitié devront faire place aux sentiments.
.

Bien que l’écriture soit simple et directe, il en convient que le jeu des indices est subtil. Les descriptions sont quant à elles, précises et sans lourdeur. Le potentiel de l’intrigue s’avère bien exploité et prend déjà beaucoup d’ampleur dans ce premier tome. Chaque détail prend son importance, la véracité des informations nous tient en haleine. On se fait happer littéralement par le roman et on se pose beaucoup de questions au fur et à mesure du déroulement de la trame.
.

Vous l’aurez compris, Les Lunes de sang est un véritable petit bijou de fantasy. L’alchimie est parfaite, la lecture passionnante. Cette saga se composerait de 7 à 8 tomes… affaire à suivre !

.
.

)°º•. Biographie
Anaïs Cros née en 1983, est très discrète. Nous savons qu’elle a suivi des études en psychologie ; et qu’elle aimerait vivre de l’écriture. En attendant, elle peaufine son plume en écrivant plusieurs œuvres.
Son blog.

.
La très belle couverture est signée par Michel Borderie.

.

————————————————————————~*

.

Dans le chaudron :
¤ La lune noire, tome 2
¤ Métamorphose, tome 3
¤ Interview d’Anaïs Cros
.


Souvenir de lecture
: Mais quel COUP DE COEUR ! Waaah, ZE livre.

D’autres avis chez : Bookenstock (Dup), La caverne de JainaXFImaginelf (Lelf), Mes imaginaires (Olya).

CITRIQ

.
.

Et hop, le petit logo car on aime nos petites maisons d’éditions.
« Petit éditeur deviendra grand », les toutes jeunes éditions Lokomodo.

.

.

Cette lecture a été réalisée en partenariat avec les éditions Lokomodo.

.

Categories: CROS Anaïs Tags: , ,