Accueil > FAZI Mélanie > FAZI Mélanie – Miroir de porcelaine

FAZI Mélanie – Miroir de porcelaine

.

Miroir de porcelaine Melanie FaziTitre : Miroir de porcelaine
Auteur : Mélanie FAZI
Plaisir de lectureetoile 4 Nouvelle à découvrir

.

Iris sort d’une période « d’hibernation » et se fait violence pour sortir de l’état léthargique dans lequel elle se trouve. Elle veut répéter son numéro qui consiste à animer deux automates en même temps tout en les rendants indépendants l’un de l’autre. Mais l’exercice n’est pas si facile quand corps et esprit humains ne veulent pas aller dans la même direction.

.
.

Voladia et Saskia sont les deux automates d’Iris. Ce sont des squelettes « bois, métal, tissu rembourré, structure sans fioritures » qui ne prennent vie que lorsqu’on leur enfile leur costume. Leur description est soignée : pièces de vêtement, coups de pinceau pour le visage, matières des tissus et couleurs. La douceur d’une plume, la rondeur d’un sein, le creux d’un nombril sont chez ces automates le manque à créer ; une certaine volupté. C’est pourquoi ces pantins de porcelaine effectuent des chorégraphies : dans la danse, on y retrouve beaucoup de sensualité.

.

Mais ça sonne faux. Ma voix est émaillée de minuscules fêlures.

.

La nouvelle est particulièrement bien écrite car l’auteur a la faculté de faire pénétrer le lecteur dans l’univers, et ce, dès les premiers mots. On s’attache à Iris au premier paragraphe. Les jeux de flashbacks s’investissent tant pour le rythme que pour la compréhension de la scène. On veut voir Iris s’animer pour sa passion et l’on ressent immédiatement sa détresse. La solitude de la protagoniste pèse lourd ; la volupté est transposée aux pantins.

.

Miroir de porcelaine extrait 01

.

La belle écriture suscite au mieux nos émotions. Le récit est bien mené, plein de poésie mais doux amer également. Un malaise s’installe au fur et à mesure de notre lecture. La dualité déchire la nouvelle : les automates beaux et froids à la fois, la colère et l’immense tristesse d’Iris, Saskia et Voladia qui se veulent jumeaux et que finalement sont bien différents. Lire cette nouvelle, c’est un peu comme si on venait de regarder un instant de vie à travers une fenêtre, comme un spectateur silencieux et s’en aller à petits pas.

.

Miroir de porcelaine extrait 02

.

J’avais déjà découvert la plume de Mélanie Fazi au travers de deux ses recueils : Serpentine et Notre-Dame-des-Écailles (ainsi que sa parfaite traduction du recueil « Ainsi naissent les fantômes » de Lisa Tuttle). L’auteur possède la grande force de faire pénétrer le lecteur dans chaque univers, et bien souvent juste le temps d’une nouvelle. « Miroir de porcelaine » a reçu le prix Masterton 2010 et est parue originellement dans « 69, anthologie érotique » anthologie qui proposent des textes d’érotisme & de littérature de l’imaginaire. J’ai reçu la nouvelle grâce au partenariat des éditions ActuSF avec le challenge Je lis des nouvelles et des novellas de Lune.

.
.

Miroir de porcelaine est une nouvelle courte mais prenante. Le temps d’une parenthèse, Mélanie Fazi nous emmène aux côtés d’Iris. Malgré sa solitude, deux automates partagent et sa vie et les planches : Voladia et Saskia. Mais dans le tempo de cette nouvelle danse, une apocope s’immisce définitivement. L’auteur nous propose une écriture soignée pour une histoire au court format qui fonctionne.

.

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : la description des automates.
.

Dans le chaudron :
¤ Notre-Dame-des-Écailles
¤ Serpentine

.

My summer of (SFFF) love Challenge je lis des nouvelles et des novellas JLNNVoici donc ma dernière entrée pour le challenge My summer of (SFFF) love pour ce trio un peu particulier où l’entité la plus vivante ne s’avère pas forcément l’être humain ; et aussi pour le challenge Je lis des nouvelles et des novellas.

.

.

La biblioblog de Maêlle, Les histoires de Lullaby ont aussi touché la porcelaine de ces automates.

CITRIQ

.

Advertisements
Catégories :FAZI Mélanie Étiquettes : , ,
  1. 23 septembre 2013 à 11:37

    Je garde un bon souvenir de cette nouvelle dont la fin m’a un peu surprise (j’avais sûrement du imaginer plein de possibilités !). On a l’impression d’être à la fois un spectateur mais en même temps pleinement plongé dans les émotions d’Iris ce qui donne une sensation étrange mais pas désagréable. A découvrir…

    • 23 septembre 2013 à 20:38

      J'avais imaginé moi aussi différentes fins :) Je l'ai relue pour la chroniquer du coup (une dizaine de pages), je trouve qu'elle a beaucoup de force.

  2. Vert
    23 septembre 2013 à 18:27

    Toutes mes félicitations, si je n’ai zappé aucune chronique (et je l’espère, je vais vérifier d’ici ce soir), tu viens de me fournir la 69e et dernière participation du challenge, j’aurais pas pu rêvé mieux 😀

    • 23 septembre 2013 à 20:38

      Ahah, c'est fort :)

      • Eirilys
        24 septembre 2013 à 16:16

        Surtout quand on regarde la couverture du livre ! O_o

        • 24 septembre 2013 à 21:51

          Oui, indirectement Vert y faisait référence ;) 69e chronique du challenge avec du love dedans, portant sur une nouvelle de l'anthologie 69. Le hasard fait bien les choses.

          • Eirilys
            24 septembre 2013 à 22:17

            Oui, ça tombe vraiment trop bien !

  3. 25 septembre 2013 à 15:06

    J’ai bien aimé le peu que j’ai lu de Mélanie Fazi, il faudrait que je continue 🙂 !

    • 4 octobre 2013 à 10:22

      Heureusement, plusieurs ouvrages ont été publiés.

  4. 6 octobre 2013 à 02:56

    J’ai beaucoup aimé Serpentine et c’est rare que j’aime les nouvelles. Du coup, il y a de grosses chances que je continue ma découverte de l’auteur!

    • 9 octobre 2013 à 21:55

      Ça, c'est chouette :) Si le côté sombre et glauque ne te fait pas peur, tu peux tenter "Ainsi naissent les fantômes" de Lisa Tuttle dont Mélanie Fazi a réalisé la traduction.

  5. chaplum2
    9 octobre 2013 à 19:32

    J’ai Serpentine dans ma PAL mais j’avoue que tu éveilles mon intérêt pour cette nouvelle dont l’univers est vraiment particulier.

    • 9 octobre 2013 à 21:55

      Serpentine est aussi très chouette à découvrir :)

  6. Raven
    10 octobre 2013 à 23:08

    je crois avoir lu quasi tout ce qu’elle a paru en poche (bon, ça fait pas une tonne de bouquins non plus), Mélanie Fazi fait partie de ces auteurs que je lis les yeux fermés ! Donc tentant comme nouvelle, forcément… 🙂

    • 11 octobre 2013 à 19:06

      Justine Niogret et maintenant Mélanie Fazi... fan des plumes féminines et françaises ou juste heureux hasard ? ;)

      • Raven
        11 octobre 2013 à 20:05

        Un heureux hasard, mais qui me fais grandement plaisir! Je pourrais rajouter Catherine Dufour également!
        Dans l’ensemble, j’ai fais pas mal de bonnes découvertes françaises ces derniers temps, et ça c’est très cool!

        • 11 octobre 2013 à 20:10

          Tout à fait ! Et j'aime beaucoup, beaucoup les écrits de Catherine Dufour :)

  1. 23 septembre 2013 à 18:53
  2. 23 septembre 2013 à 19:00
  3. 9 décembre 2013 à 08:52
  4. 11 décembre 2013 à 09:36
  5. 11 décembre 2013 à 19:16
  6. 12 décembre 2013 à 17:29
  7. 20 décembre 2013 à 08:06
  8. 31 décembre 2013 à 17:56
  9. 25 juin 2016 à 17:55

Jeter un sort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :