Accueil > KEYES Daniel > KEYES Daniel – Des fleurs pour Algernon

KEYES Daniel – Des fleurs pour Algernon

.

Des fleurs pour AlgernonTitre : Des fleurs pour Algernon
Auteur : Daniel KEYES
Plaisir de lecturecoeur notation Livre avec entrée au Panthéon

.

Petit lecteur, je te conseille fortement de ne pas lire la quatrième de couverture de ton (futur) livre sous peine de te spoiler la plus grande partie du roman.
Des scientifiques ont réussi à accroitre l’intelligence d’une souris, Algernon et s’apprêtent à effectuer l’opération sur un être humain. C’est en Charlie Gordon, d’un Q.I. de 68 qu’ils trouvent une personne on ne peut plus motivée. Sous l’aile du Docteur Strauss et du Professeur Nemur, il va évoluer et noter ses changements sous la forme de comptes-rendus.

.
.

Des fleurs pour Algernon 02)°º•. Dans la vie, Charlie aimerait bien devenir « un teligent ». Il est retardé mental léger. Il a été recueilli par son oncle puis confié à un ami de celui-ci pour travailler en boulangerie. Charlie ne se souvient guère de son passé. Assigné aux menus travaux à la boutique, il suis depuis quelques temps des cours spécialisés pour adultes à l’université Beekman avec sa professeur Miss Kinnian. Il va sans dire que notre attachement est rapide car sa description est travaillée et très réaliste.

.
.

)°º•. Le récit est terriblement poignant car nous assistons à l’apprentissage de Charlie en direct : il se rend compte de sa propre évolution et d ses changements ; de ce qu’il était, ce qu’il devient mais aussi de son environnement. En plus d’être cognitif, le développement est affectif. Ce sont les relations sociales le plus difficile, ce plan émotionnel que rien ne prépare même si l’accroissement intellectuel est exponentiel. On assiste à l’installation de troubles de la personnalité du personnage principal.
.

On se rend très vite compte qu’il n’y a pas de manichéisme concernant les personnages ; les secondaires sont d’ailleurs très transparents dans ce type de récit. L’auteur propose des questions éthiques sensibles : l’humain utilisé comme cobaye, la considération des scientifiques, le questionnement sur soi est aussi inévitable. Le fond et la forme sont bien entremêlés ; l’évolution se ressent visuellement : orthographe, grammaire, syntaxe et ponctuation employés. Bien qu’un peu déconcertant sur le début, l’effet est très bien réalisé.

.
.

)°º•. 250 pages, une grande claque. Ce livre est parfait pour les lecteurs qui ont des a priori sur la Science-fiction. Charlie partage huit mois de sa vie, à la manière d’un journal intime – des comptes-rendus. On assiste à son éveil intellectuel dans ses moindres détails puis à la chute.
.

L’immersion est totale : l’emploi de la première personne du singulier permet une grande proximité, un certain malaise aussi. L’important n’est pas les événements, assez prévisibles mais bien comment Charlie va vivre cette expérience. Et autant vous dire que c’est assez bouleversant. Sortez les mouchoirs car le livre est plutôt du genre à faire pleurer les gâteaux secs.
.

.
.

Si « Des fleurs pour Algernon » est un classique, un livre qu’il faut lire impérativement, c’est que quelque part, cela s’avère être vrai. Dès les premiers mots, on s’attache irrémédiablement à Charlie. Ce dernier ne soupçonne absolument pas tous les changements inhérents à la progression de son intelligence. A travers ses mots, souvent livrés de manière brute, on perçoit cet effet vertigineux qui prend le lecteur au cœur et interroge sa conscience. On vit avec Charlie, on le voit aussi souffrir. L’expression « prendre conscience » perd sa symbolique et gagne en pratique dans la vie de Charlie. Lors de la première rencontre avec Algernon, une souris blanche de laboratoire, Charlie perd contre elle. Lors de la première et des suivantes. Mais vous allez comprendre pourquoi, le jeu ne s’arrête pas aux murs de ce labyrinthe en carton.

.
.

)°º•. Biographie
Daniel Keyes est un écrivain américain né en 1927. Il est professeur d’anglais, de littérature américaine et d’écriture. « Des fleurs pour Algernon » a été traduit dans 30 pays et vendu à plus de 5 millions d’exemplaires.

Écrit en 1959, le récit n’a pas vraiment pris une ride. D’abord sous la forme d’une nouvelle pour laquelle Daniel Keyes a reçu le prix Hugo de la meilleure nouvelle courte en 1960, il reprend le texte pour l’étoffer. Le travail est récompensé par le prix Nebula du meilleur roman en 1966. Si je n’ai pas vu l’adaptation réalisée en 1968 par Ralph Nelson, j’ai trouvé des similitudes avec Phenomenon (Phénomène) de Turteltaub avec John Travolta.

.

————————————————————————~*

.

Souvenir de lecture : Le dernier P.S.

.

Audouchoc, Bulle de livre (Snow), Carnet de lectures de Iani, Chez Neph, Clair obscur (Endea), Dans ma bibliothèque (Roz), Hydromielle, La ronde des post-it (Lasardine), Lectures et farfafouilles (Edelwe), Lectures trollesques (PtiteTrolle), Le dragon galactique (Tigger Lilly), Les lectures de MarieJuliet, Lilyn Kirjahlly (Miss Spooky Muffin), Lire par Elora, Lis tes ratures (Lyra Sullyvan), Mes lectures de l’imaginaire (Olya), My inner shelf (Carole),  Petites madeleines (Faelys), Rêve général (J.a.e_Lou), Sous le feuillage (Lael),  Spocky qui lit ont aussi trouvé le chemin dans le labyrinthe d’Algernon.

.

Defi valeriacr0Dans le cadre du défi Valériacr0, Valeriane a choisit pour ce premier mois « Des fleurs pour Algernon » car il avait été un coup de coeur pour elle ; sa chronique.

.

Challenge SFFF.Challenge Jeunesse YA

Et contre toute attente, voici une petite chronique qui entre dans le challenge des chefs d’œuvre de la SFFF et aussi dans le challenge jeunesse – YA.

.

.

Advertisements
Catégories :KEYES Daniel
  1. 19 mars 2013 à 11:20

    Le top du top 🙂

  2. 19 mars 2013 à 11:31

    Une vraie claque littéraire qui apporte la réflexion sur le bonheur du quotidien et aussi sur l’expression « imbécile heureux » je trouve !

    • 28 mars 2013 à 19:52

      Oui, on ne peut pas s'empêcher de se poser des questions... et de fortement relativiser !

  3. 19 mars 2013 à 12:53

    J’avais commencé à regardé le film de 1968 (sur Youtube je crois), j’ai trouvé hélas que c’était un peu trop axé lovestory (et j’en ai même pas vu 20 min xD).
    Y’a un téléfilm français aussi qui a été fait y’a quelques années, toujours pas eu le temps de le voir, mais la BA m’avait qu’à moitié convaincue… la pièce de théâtre est encore la meilleure adaptation je pense !
    (sinon je suis bien d’accord, c’est un chef d’oeuvre ^^)

    • 28 mars 2013 à 19:52

      Ouh, je ne suis pas pressée de voir l'adaptation alors ! Et je ne savais même pas pour le téléfilm français. Alors, véritable engouement ou juste une histoire de poignon là-dessous ?

  4. 19 mars 2013 à 14:25

    Une grosse claque pour moi aussi quand je l’ai lu.

  5. 19 mars 2013 à 16:43

    Ce roman m’avait aussi extrêmement émue lorsque je l’ai lu il y a quelques années.
    Une grosse grosse claque!

    • 28 mars 2013 à 19:53

      Comment ne pas être touchée ? ;)

  6. 19 mars 2013 à 18:45

    Un grand classique, un indispensable !

    • 28 mars 2013 à 19:53

      Je plussoie même si j'ai mis un moment pour m'y mettre.

  7. 19 mars 2013 à 20:30

    J’avais a-do-ré !!

    • 28 mars 2013 à 19:54

      Je comprends mieux pourquoi :)

  8. 20 mars 2013 à 08:38

    Je dois le lire ! alors je dois sortir les mouchoirs…

    • 28 mars 2013 à 19:54

      Tout à fait ! J'ai hâte de savoir ce que tu en penses :)

  9. 20 mars 2013 à 10:53

    Probablement une des mes plus grosses claques… Après l’avoir lu, et avec le recul maintenant, je me dis que je n’aurais jamais le courage de le relire. C’est dire.

  10. 20 mars 2013 à 12:06

    Un récit poignant, c’est tout à fait cela, je suis contente que tu aies aimé ce roman qui est un véritable chef d’oeuvre, j’avais pris une grande claque aussi lorsque je l’ai découvert. Si tu as envie d’approfondir l’histoire (en coulisses ce coup-ci) de Charlie, tu peux lire « Algernon, Charlie et moi » qui raconte comment Keyes en est arrivé à cette histoire, et tu y trouveras à la fin la nouvelle qui a donné lieu à Des fleurs pour Algernon le roman.

    • 28 mars 2013 à 19:56

      J'ai mis du temps avant de me plonger dedans, mais tu vois, j'ai fini par le faire ! (avec l'aide de Valériane, notons-le). Oui je me souviens de ta chronique :)

  11. 20 mars 2013 à 12:26

    Un incontournable pour moi. Je le propose tous les ans ou presque à mes élèves.

    • 28 mars 2013 à 19:56

      Et comment réagissent-ils ?

  12. 20 mars 2013 à 17:13

    C’est un chef-d’oeuvre ABSOLU.

    • 28 mars 2013 à 19:56

      "absolu"... oui j'approuve !

  13. 20 mars 2013 à 17:14

    J’avais moi aussi passé un excellent moment avec ce livre. Comme tu le dis c’est un ivre qui ne laisse pas indifférent et risque de bouleverser le lecteur. Un classique qui mérite vraiment d’être découvert.

    • 28 mars 2013 à 19:57

      Au vu du commentaire de Leiloona, il est aussi découvert sur les bancs de l'école ;) Une très très bonne chose !

  14. 20 mars 2013 à 19:50

    Je l’ai également chroniqué il y a quelques semaines. Un de mes livres favoris, tellement beau, émouvant mais pas mièvre pour autant !

  15. 21 mars 2013 à 18:18

    Un magnifique roman ! 🙂

    • 28 mars 2013 à 19:58

      Je crois que nous sommes tous d'accord !

  16. 21 mars 2013 à 20:08

    Un grand livre, émouvant, intelligent, superbe !

    • 28 mars 2013 à 19:58

      Il mérite beaucoup de qualificatifs, oui.

  17. 21 mars 2013 à 20:09

    Sympa ton premier ValériAcr0 hein !

  18. 24 mars 2013 à 16:51

    Un très beau livre, inoubliable 🙂

  19. 27 mars 2013 à 15:24

    J’ai vraiment adoré, mais trouve quelques incohérences dans la fin.

    • 28 mars 2013 à 20:00

      Sur quels points exactement ?

  20. 27 mars 2013 à 20:21

    Je n’ai pas accroché. En plus c’est vraiment affreusement triste…

    • 28 mars 2013 à 20:01

      Oh mince :/ Oui, c'est très triste...

  21. cheshirelea
    28 mars 2013 à 21:13

    Je l’ai lu il y a longtemps, et je me souviens avoir aimé : très dur, triste, mais très prenant !

  22. 31 mars 2013 à 12:36

    Je suis bien contente que tu aies apprécié ta lecture, mais ça, je n’en doutais pas. Une lecture réellement poignante !
    Tu m’as donné envie de le relire !

    • 1 avril 2013 à 20:50

      Héhé, carrément "le relire" ? et bien !

  23. 31 mars 2013 à 14:45

    Un livre qu’il faudrait vraiment que je lise ^^.

  24. 1 avril 2013 à 11:08

    J’avais été très touchée par Charlie et puis j’avais beaucoup aimé la façon dont ce livre nous pousse à réfléchir. Et comme tu le soulignes, il est absolumet à mettre entre les mains de tous ceux qui ont peur de la SF (et des autres aussi, d’ailleurs !)

    • 1 avril 2013 à 20:52

      Comme quoi, certains récits sont universels (et plaisent, donc)

  25. 4 avril 2013 à 00:04

    Je rattrape mes fils RSS… Et enfin je lis ta chronique!
    Vraiment contente d’avoir bien choisi pour le premier défi 🙂
    Je ne me souviens plus de comment j’étais tombée sur ce livre… Mais ceux à qui je l’ai fait lire ont eu les yeux rougis 🙂
    L’entrée est très bizarre… Puis on comprend… Et c’est vrai que la forme joue aussi beaucoup sur le récit!

    • 4 avril 2013 à 20:10

      Ouuh, tu as bien fait de me rappeler que j'ai lu la tienne, mais impossible de commenter via tablette, il faut que j'y cours.

      • 4 mai 2013 à 10:02

        Hihi tracasse hein 🙂
        Comment se fait-ce que tu ne saispas commenter via talette?

        • 4 mai 2013 à 13:08

          Ce n'est pas que je ne sais pas, c'est que c'est impossible. Seuls les blogs wordpress ont une version adéquate. Pour les autres blogs, les champs ne sont pas reconnus (et je ne te parle même pas des captchas)

          • 4 mai 2013 à 13:16

            AH bin avec les blog de chez blogger, j’ai pas de souci… c’est pour les overblog je pense que le champ de texte reste invisible…

            • 12 mai 2013 à 10:35

              Tiens, Blogger ne passe pas chez moi :/

              • 12 mai 2013 à 11:20

                Grand mystere alors….
                Mais avec blogger, le truc hypra chiant… C’est que si tu zoom ou que tu déplaces ton curseur…. Impossible de réecrire… Ça reste blanc.
                La misere.

                • 12 mai 2013 à 19:25

                  Tout à fait ! Ce qui m'a fait comprendre la différence : tu dois surfer en étant loguée sous blogger (pour ton blog), état qui n'est pas le mien. Du coup, il m'est impossible de rentrer les champs "Nom/url" justement car je déplace mon curseur ;)

                • 12 mai 2013 à 21:20

                  Acr0 :

                  Tout à fait ! Ce qui m'a fait comprendre la différence : tu dois surfer en étant loguée sous blogger (pour ton blog), état qui n'est pas le mien. Du coup, il m'est impossible de rentrer les champs "Nom/url" justement car je déplace mon curseur

                  CQFD…

  26. 4 avril 2013 à 10:59

    Effectivement, de la science fiction atypique comme on aimerait en lire plus souvent.
    La lucide déchéance est des plus terribles !

    • 4 avril 2013 à 20:14

      Je suis tout à fait d'accord !

  27. 4 avril 2013 à 21:54

    Ce livre avait été un vrai coup de coeur pour moi aussi. J’avais aussi trouvé que l’évolution du personnage était très bien retranscris au niveau de la rédaction. Je me souviens que je m’étais sentie triste pour le pauvre Charlie quand il s’était rendu compte que tous ses amis-collègues se fichaient de sa poire… Plus que l’intelligence, c’est l’émotionnel qui m’avait touché dans ce livre.

    • 7 avril 2013 à 15:00

      Ah oui, comment ne pas avoir de la peine pour ce qu'il traverse ?

  28. 3 mai 2013 à 20:46

    Sans doute ma première lecture SF (pfff… ça remonte à loin…). Un coup de cœur. Et pour mes filles, depuis, aussi.
    C’est l’œuvre que je recommande aux réfractaires à la SF, car elle est à même de leur prouver qu’ils se font une fausse idée du genre, extrêmement varié (il y en a pour tous les goûts).

    • 4 mai 2013 à 13:09

      Oui, c'est le livre parfait pour abattre certaines barrières (ou a priori)

  29. Eirilys
    14 mai 2013 à 09:36

    Trop tard pour la quatrième de couverture malheureusement :/
    Je l’ai déjà dit dans un rond de sorcières mais même si j’ai très envie de lire ce livre, j’ai peur d’être un peu trop sensible et qu’il me hante des mois après la lecture.

    • 15 mai 2013 à 20:29

      Tu ne la reliras pas si tu te décides à le lire. Ah je ne peux pas vraiment savoir de quelle manière il peut te marquer. Quentin l'a-t-il lu ? Il pourrait mieux t'aiguiller que moi...

      • Eirilys
        15 mai 2013 à 21:56

        Justement, j’essaye de le persécuter pour qu’il le lise mais il veut pas. Du coup impossible d’avoir son avis. Surtout qu’il me connait bien et qu’il arrive à savoir si ça va me traumatiser ou non.

        • 22 mai 2013 à 20:09

          Il pourrait faire un effort ! ;)

  30. 22 avril 2014 à 09:31

    En repensant à cette lecture… J’en ai presque les larmes aux yeux. Superbe chronique Acr0, pour un livre merveilleux ! A lire par tous, c’est certain ❤

    • 23 avril 2014 à 20:04

      Oh je suis contente qu'il t'ait touchée autant que moi :)

  1. 26 mars 2013 à 21:44
  2. 2 avril 2013 à 11:00
  3. 7 avril 2013 à 13:50
  4. 8 avril 2013 à 18:46
  5. 22 avril 2013 à 11:00
  6. 25 juin 2013 à 07:09
  7. 31 décembre 2013 à 17:55
  8. 27 février 2014 à 09:02
  9. 3 juin 2014 à 13:15
  10. 18 juillet 2014 à 20:10
  11. 3 septembre 2015 à 12:51
  12. 6 septembre 2015 à 12:00

Jeter un sort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :