Accueil > COLIN Fabrice > COLIN Fabrice – Bal de givre à New-York

COLIN Fabrice – Bal de givre à New-York

.

Titre : Bal de givre à New-York
Auteur : Fabrice COLIN
Plaisir de lecture : etoile 3 Livre sympa peu s’en faut

.
Anna Claramond reprend tout juste connaissance. La voiture de Wynter Seth-Smith vient de la renverser. Ce dernier s’excuse et n’hésite pas à lui laisser ses coordonnées si elle a un souci ou besoin d’aide. Anna rentre chez elle, la tête embrumée. Elle se souvient de son nom mais les autres informations reviennent au compte-goutte. Plus tard, Wynter, fils héritier d’une célèbre dynastie, l’invite officiellement comme cavalière à une grande soirée familiale. Après avoir traversé une ville blanche et somptueuse, la voici aux portes du building des Seth-Smith. Elle rejoint Wynter mais se fait agresser par le Masque, cet étrange fugitif recherché par la police. D’étranges indices lui parviennent. Sa mémoire lui fait actuellement défaut… mais qui est-il ? Que se cache-t-il sous le Masque ?

.
.
)°º•. Anna Claramond est coincée dans une grande solitude. Elle prend des décisions irréfléchies car elle a du mal à se relever de cet état cotonneux depuis son accident. On s’attache très vite à elle, on la plaint et bien souvent on aimerait l’aider. Heureusement, Jacob, son majordome télé kinésiste est d’un soutien inconditionnel. Il représente, avec le manoir les deux valeurs sûres d’Anna. Wynter Seth-Smith est le fils de Jareck et Myra. Les relations sont un peu conflictuelles avec sa sœur Iris. Mais dans l’absolu, il a 16 ans, est sûr de lui et profite de la vie. Il se comporte comme un homme mature, expérimenté et séducteur… et à vrai dire, c’est peut-être un des points sur lesquels je trouverai le roman pas assez réaliste. Enfin, nous avons Le Masque, un homme inconnu qui tague New York la blanche à coup d’extraits de sonnets de Shakespeare.

.
.

)°º•. Tout comme dans « A vos souhaits » et « Les vampires de Londres », je donne une mention spéciale aux décor & ambiance. Les descriptions des lieux sont superbes et magiques. Nous avons un blanc surréaliste qui vêt New-York en donnant un aspect « enchanteur » indéniable. Tout cela contribue à l’imagination et propose une histoire très imagée. L’ambiance feutrée mise en place traduit très bien la sensation d’être sous une « pluie » de flocons, en pleine nuit, au cœur de l’hiver. Rien que d’y repenser, j’en ai des frissons dans le dos. Cette faculté à transmettre les émotions comme si c’était nous qui les ressentions, est prodigieux. Je noterai aussi que les grandes atmosphères siéent au suspense. Le tout emballé d’un peu de steampunk avec le manoir victorien et Orpheus, la voiture à trois roues de Clara finira par vous griser.

.
.

)°º•. J’avoue avoir déjà lu le premier tome des « Etranges sœurs Wilcox » et « A vos souhaits » qui sont, avec ce livre-ci dans des registres complètement différents. On y notera une certaine cohérence : le fait que Fabrice Colin se balade, qu’il maitrise et que sa plume est agréable (et là, on a presque envie d’être plus tard, quand on sera « grand », Fabrice Colin).
Ce livre jeunesse se lit d’une traite, il est un poil petit pour rassasier la lectrice que je suis, mais on ne reste pas sur sa faim. J’ai été emportée dès les premiers mots, une très grande force (encore !) de Colin. Sans aucun doute, c’est la qualité de narration qui joue le plus grand rôle : notre Anna Claramond est narratrice et nous avons également accès à ses pensées.
.

En plus d’être happée par l’histoire, je trouve le tout très poétique et d’une sensibilité particulière. Le récit est grandiloquent, les indices et hypothèses sont palpitants. Nous avons un doute omniprésent de ce qu’il va se passer. C’est comme si nous ne parvenions pas réellement à saisir ce que l’on croit entr’apercevoir, et passez-moi l’expression, mais c’est jouissif. On partage beaucoup au cours de cette histoire : la peur de notre héroïne et la jubilation en suivant ses pas. L’auteur joue avec l’ambiguïté, les apparences et les sensations.
.

Le seul reproche que j’aurai à formuler (ici sur le livre en tant qu’objet, pas sur le récit) est que « trop de détails, tue le détail ». Sans aucun doute, le quatrième de couverture n’est pas à lire avant d’entamer le livre et que les quelques mots du service presse accompagnant le livre sont de gros spoileurs vilains méchants pas beaux.
Mais sinon, le roman est un poil rapide et tiré par les cheveux, et je pense notamment à l’instant où Anna est sans dessus-dessous dès le premier baiser. Je trouve l’épilogue un peu plus faible que le reste… mais ça, cela doit être mon côté « mais quoi, il/elle tue personne ? » que j’expose dès que je lis des livres et vois des films et séries. Je n’ai rien à cacher, je suis plus « zombiiiiie » que « love storyyyyy ». Et oui, il y a un petit côté sirupeux dans cette histoire mais beaucoup aimeront.
.

Bref, un univers travaillé, une fluidité dans le récit, du suspense créé par les mots, une plume agréable, un bon moment de lecture. Approuvé !

.
.
)°º•. Biographie
Né en 1972, Fabrice Colin est considéré comme un auteur français talentueux et prolixe en littérature de l’imaginaire (romans jeunesse, adultes, nouvelles). Il connait un succès certain, et sait jouer sur divers registres. Et pour ne rien enlever à l’affaire, il est – parait-il – plutôt bel homme.
Son blogson site.

.
.

)°º•. Extrait
.

.
.

————————————————————————~*

.

Souvenir lié à cette lecture : Ah du Colin, rien que du Colin !
.

D’autres avis disponibles chez :
¤ Bricabook (Leiloona),
¤ De l’autre côté du miroir (Laure),
¤ Lire oui mais quoi ? (Yue Yin),
¤ Oceanicus in Folio (Bladelor),
¤ Reflets de mes lectures (Cédric Jeanneret),
… et plein d’autres chez Blog-O-Book.

.

Cette lecture a été réalisée en partenariat avec les éditions Albin Michel.
.
Pics : #01 Long winter par Moroka323 ; #02 Boardwalk par Flaure ; #03 New York City par Zairaam.

.

.

Advertisements
Catégories :COLIN Fabrice Étiquettes :
  1. 22 février 2011 à 07:59

    Je n’arrête pas d’hésiter devant ce roman chaque semaine quand je vais à la librairie mais là, tu m’as convaincue. Dès que je touche mon salaire, je me l’achète ^_^.

    • 22 février 2011 à 13:44

      J'ai tout de même peur qu'il t'ennuie... Tu sais, sur mon échelle de "plaisir de lecture", je l'ai noté 4/6 (les niveaux supérieurs étant "livre fantas...tique", "livre avec entrée au Panthéon"). C'est sympa, c'estt bien, mais je pense que le scénario manque un poil de puissance.

  2. 22 février 2011 à 08:58

    C’est un livre qui m’a séduit surtout pour sa fin sinon j’ai eu parfois un peu de mal !

    • 22 février 2011 à 13:45

      Je suis d"accord avec toi ! C'est la fin du bouquin qui nous permet de l'apprécier dans son ensemble :)

  3. 22 février 2011 à 09:18

    Voici un roman qui m’attire, mais qui aussi me fait hésiter. Comme toi je suis plus zombie que love story, alors j’ai peur de rester sur ma faim! 😉

    • 22 février 2011 à 13:45

      Alors je te conseille de l'emprunter :)

  4. 22 février 2011 à 09:25

    Argh, oui la feuille du SP n’est pas à lier, surtout pas !
    Une blogueuse en a parlé, et je lui disais que ce n’était pas super judicieux de le signaler …

    • 22 février 2011 à 13:46

      Parfois, dans les chroniques, j'en vois des vertes et des pas mûres. D'ailleurs, il me semble que tu as toi aussi souelevé ce point-ci dans ta chronique (ma lecture date un peu, j'ai lu ta chronique à sa publication)

  5. 22 février 2011 à 11:24

    Il m’intrigue bien. Pas le genre de récit vers lequel je me dirige spontanément, mais c’est Colin ^-^

    • 22 février 2011 à 13:46

      C'est justement car il est estampillé Colin que je l'ai lu :)

  6. 22 février 2011 à 13:24

    Ce n’est pas celui que je préfère de Colin, mais il est tout de même très bien ^^

    • 22 février 2011 à 13:47

      Ce n'est pas mon préféré non plus... en même temps, j'ai lu trop peu de ses livres pour pouvoir me permettre de juger :)

  7. 22 février 2011 à 15:25

    Je vais peut-être plutôt attendre que la bibli l’achète alors (ce qui est certainement déjà fait, mais la reliure, toujours la reliure…).

    • 22 février 2011 à 16:00

      Je pense aussi que c'est le mieux :) Ouf, heureusement, vers chez moi, les biblio sont assez rapides pour faire les reliures.

  8. 22 février 2011 à 18:35

    Moi j’hésite vraiment pour ce bouquin, car j’ai un peu peur du gnangnan. Mais en même temps, j’en entends tellement du bien aussi …

    En tout cas, ce ne sera pas un livre que j’achèterai, mais pourquoi pas l’emprunter à la bibliothèque ^^

    • 23 février 2011 à 11:34

      Oui, même si le plaisir n'est pas pareil pour toi que de t'être procuré le livre ;)

      • 23 février 2011 à 18:32

        Bah en fait, pour moi la bibliothèque est là pour les livres que je n’aurai jamais acheté et que je veux malgré tout découvrir.
        Par contre il est vrai que je les achète par la suite s’il s’avère que j’ai pris un réel plaisir à la lecture 🙂

        • 23 février 2011 à 19:35

          En tout cas, je te conseillerai effectivement de l'emprunter, comme ça tu éviteras la déception d'y avoir mis de l'argent ;) Alors qu'effectivement, tu peux l'acheter après coup.

  9. 23 février 2011 à 06:33

    J’ai vraiment de plus en plus envie de lire… 🙂
    superbe cette chronique…

  10. 23 février 2011 à 22:05

    j’ai beaucoup aimé ce roman, notamment pour l’ambiance et le décor!

    • 24 février 2011 à 11:01

      Nous sommes donc d'accord :D

  11. 3 mars 2011 à 15:42

    Il me tente depuis sa sortie, même si j’ai lu des avis mitigés. Mais pour NY et pour l’ambiance, pourquoi pas.

    • 6 mars 2011 à 23:04

      On ne parle pas beaucoup de NY par contre...

  1. 6 septembre 2014 à 10:26

Jeter un sort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :